Haut
Bas

Partagez|

38ème Concours Artistique de l'année!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Jeu 23 Mai 2013 - 18:01


Cela faisait plusieurs minutes que le combat avait éclaté entre l'homme à la barre à mine et Hugin. Et autant être franc: le combat ne tournait pas à la faveur de l'homme-oiseau... Il avait prit un sévère coup dans les cotes, lui en brisant plusieurs en une fois. Le souffle court, le sang ruisselant sur le menton, l'oiseau tenait debout par sa seule force mentale car son corps commençait déjà à décliner. Où était la petite-râleuse-aux-chats? L'homme banda les muscles de son bras et fonça pour briser le crâne de la créature onirique. D'un bond sur le coté, Hugin parvint à esquiver tout en voyant la barre exploser des dalles en pierre du sol. Il imagina un instant que c'était son crâne, sa cervelle éclaboussant les murs. Il eut un frisson et espéra alors que cela ne se produirait jamais. Avalant avec difficulté sa salive, il se releva, une main sur ses cotes douloureuses. Un coup dans l'épaule le colla au mur, l'homme lui sait la gorge en affichant un large sourire sadique. Il prononça alors un mot qu'il jugeait surement classe et théâtrale pour la situation: "Adieu". C'est alors qu'un type apparut, sortit de nul part et mit un uppercut en pleine face du biker. D'un mouvement de bras, l'inconnu fit bouger le plafond pour écraser tel entre un étau le motard, répandant son sang partout sous un bruit écœurant des os qui se brisent. Le blond passa sa main dans ses cheveux et fit un sourire à Hugin avant de poursuivre son exploration dans la tour pendant que Hugin se redressait, s'appuyant au mur tout en tentant de respirer correctement, il avait pensé se faire tuer et on venait de la sauver, c'était un coup de chance incroyable. Maintenant, il devait rester sur ses gardes et retrouver Estelle, elle pourrait l'aider. Il se sentait inutile, faible et dépendant des autres, ce sentant ainsi plus que méprisable mais il ne pouvait pas y faire grand chose pour le moment.

De son coté justement Estelle grimpait les escaliers à toute vitesse, coursant un de ses voyous, Logan avait disparut pour le moment et elle n'était pas pressée de tomber sur lui. Ce type semblait fort, un peu trop même. Enfin à plusieurs contre lui, il ne ferait pas long feu. Oui, Estelle n'avait aucun problème à imaginer un plan pour piéger le chef ennemi, pour l'attaquer à plusieurs: qu'importe la façon de faire du moment qu'on gagne. Poussant sur ses jambes, toujours transformée en féline, elle bondit, s'appuya sur le mur et atterrit toutes griffes dehors sur le biker. D'instinct, ses crocs se refermèrent sur la gorge de son ennemi qu'elle tua sur le coup. L'homme explosa dans un nuage de fumée alors qu'elle se redressait. La blonde et le roux devaient toujours être dehors, peut-être étaient-ils aux prises du chef de la bande. Elle hésita à ressortir, à aller voir mais elle voulait aussi nettoyer le bâtiment de la vermine qui s'y répandait tel un virus dans le métabolisme. Elle approcha donc d'une fenêtre pour regarder en bas et là, elle vit que le roux était justement en train d'affronter Logan. Enfin monsieur poulpe bondissait dans les airs sans que la jeune invocatrice ne puisse comprendre pourquoi il agissait ainsi. Elle révoqua son chaton, retrouvant par la même occasion son apparence normale. Elle invoqua alors le chat militaire, lui expliquant qu'il devait rapidement intervenir pour aider ce Jakob ainsi que Lithium. Sylvestre explosa la vitre avec la cross de son fusil, il bondit sur le rebord, décrocha une grenade qu'il dégoupilla dans la foulée pour la balancer dans le vide. Hugin tourna à droite au bout du couloir et là, il se sentit mieux, terriblement mieux: il venait d'apercevoir Estelle au bord de la fenêtre.

"Estelle!!!
-Hugin? Mais bordel il t'est arrivé quoi? Tu as vu dans l'état que tu es?
-Une bagarre... Je suis vraiment pas fais pour me battre. Un inconnu m'a sauvé la peau et j'ai pu m'en sortir.
-D'accord. Transformes-toi! Logan est en bas, les deux autres sont en train de l'affronter. Fais moi descendre! Vite!"

Très directive et autoritaire la petite, vous l'auriez surement déjà remarqué. Hugin ne se fit pas prier et il s'immergea dans le cœur de l'invocatrice pour reprendre son apparence de paon à la robe améthyste. Affaiblit comme il l'était, il se doutait que le vol ne serait pas de tout repos. Au même moment, une grenade explosa plus bas, projetant plusieurs bikers au loin, évitant ainsi que des renforts viennent aider Logan dont le visage était recouvert par des ventouses. Lithium avait donc le champ libre pour intervenir et d'ici peu, mademoiselle chat et l'homme-oiseau seraient eux aussi de la partie.

Pendant ce temps, le blond claustrophobe retrouvait un à un les voyous qui avaient décidé de foutre le bordel dans la tour des arts. Un endroit remplit de couloirs, de salles fermées, c'était l'endroit parfait pour lui afin de se battre. Chaque rencontre se soldait par un meurtre en quelques secondes. Alors qu'il venait d'en écraser deux dans un couloir, il vit un troisième qui apparaissait dans l'escalier. Bryan s'imaginait faire un triplé sans se forcer mais il ignorait encore ce qui allait lui tomber sur le nez...

Estelle était maintenue dans les serres de Hugin qui volait en cercle, descendant rapidement sur Logan. L'oiseau était toujours hanté par une question qui le travaillait un peu trop. Ces gens étaient des Voyageurs, pourtant aucun d'eux n'avaient montré de pouvoir. Il y avait un truc étrange et il aurait aimé comprendre. Peut-être que ce n'était que des rêveurs, que Logan les recrutait et les enrôlait, mais comment pouvaient-ils s'y prendre? Plusieurs coups de feu retentirent, Sylvestre continuait de tirer sur les autres voyous pour les tenir en respect et loin de leur chef. Mais un autre biker apparut, il se mit en pleine ligne de mire et lança un regard noir au félin qui se figea sur place. L'instant suivant, Sylvestre orientait sa mitraillette en direction de Estelle et Hugin pour leur tirer dessus. Logan parvint à se défaire de Jakob et il éclata de rire, apparemment satisfait de ce qu'il se passait. Le chat militaire avait disparut de la fenêtre, surement avait-il été révoqué mais Estelle tirait une tête de petite fille outrée, elle avait eut le temps de voir que son invocation portait à présent une veste de motard.

Bryan fit bouger les murs pour écraser son ennemi mais celui-ci fit un bond en avant et une boule de feu jaillit de sa main pour percuter le claustrophobe qui vola en arrière. Tout ne pouvait pas si bien se passer que ça après tout... Le manouche se releva en soupirant, sa veste avait brulé en partie et le tissus se collait à la chaire calcinée. L'autre le regardait avec un sourire apparemment satisfait de son attaque. Un contrôleur de feu donc? Et bien cela ne rendrait la tâche que plus ardue.

"Quoi? Tu pensais qu'on était tous des sans pouvoirs? D'accord on utilise des rêveurs pour gonfler nos rangs, mais nous sommes trois Voyageurs à constituer cette équipe et notre trio est invincible!
-Trio hein? J'vois pas les deux autres, donc invincible ou pas, tu vas douiller et pleurer ta mère.
-Fanfaronne tant que tu veux, mes potes vont exploser les autres pendant que je te fais rôtir!
-Si tu l'dis. Et eux, ils ont quoi comme pouvoirs? Vu tu vas me cramer, tu peux me l'dire nan?
-En effet, même si cela ne te servira à rien. Logan peut modifier son corps, augmenter ainsi sa force et sa résistance, c'est un véritable tank indestructible! Et avec lui, il y a Alex. Son pouvoir est compliqué, je crois que sa phobie est liée à la confiance, enfin je ne sais pas trop. Ce que j'en sais, c'est que grâce à lui, on peut avoir autant de rêveurs qu'on veut sous nos ordres, il peut manipuler les gens. Enfin les gens... Rêveurs, invocations et quelques créatures pas trop puissantes.
-Un monsieur muscle sans cerveau et un marionnettiste donc. Rien de si terrible que ça et toi tu t'occupe du barbecue pour les repas du dimanche midi. Compris."

On remerciera quand même ce type pour être suffisamment débile afin de vendre ses potes si facilement juste pour flatter son égo et penser qu'il n'a aucune chance de perdre. Ce génie fit apparaitre plusieurs boules de feu qu'il lança avec dextérité sur Bryan qui eut juste le temps de plonger dans une salle ouverte. Le couloir explosa en partie suite à la déflagration, ce type avait de la puissance de feu, c'était le cas de le dire! D'un mouvement de la main, le gitan vit pousser un mur pour condamner la porte. Pour le moment, il devait se mettre en sécurité, trouver le moyen de vaincre ce pyromane sans se faire griller sur place...

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2638
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Mar 18 Juin 2013 - 19:55
« On fait avec ce que l'on a. »





Était-elle entourée de parfaits imbéciles ?
C'est ce que Lithium entendit de la part de Bis.
Alors qu'elle s'enquit du fait qu'il fallait battre celui qui semblait être le chef de cette puérile rébellion, le roux à tentacules – particulièrement immonde d'ailleurs – faisait l'idiot. Voilà que cet abruti faisait un pseudo V, symbolisant sûrement sa pathétique victoire sur son premier adversaire sans doute. Si la propriétaire légale du corps n'en avait cure, trouvant même cela plutôt marrant, le parasite quant à lui, ne supportait pas cette marque ahurissante de la débilité profonde attestée du sujet. Le plus important était qu'il était prêt à se taper du muscles. Pas trop tôt dis donc, cracha le virus mental. Maintenant, il s'agissait de l'approcher.
La blonde remarqua la disparition de la gamine au chat, mais fit davantage attention au spectacle pour le moins cocasse qu'offrit une nouvelle fois Jakob. Celui-ci, pas peu fier de sa nouvelle monture métallisée, se laissa griser par celle-ci, et dans un souci d'orgueil, trouva rien de plus intelligent que de faire le tour de la Tour justement, en motocyclette. La damoiselle esquissa un sourire, tout en prenant soin de s'écarter du champ d'action du jeune poulpe, puis resta bouche bée face à la performance maladroite du garçon. Le voilà dans les airs, applaudit par un trio de taupes, visiblement émerveillées par tant de grâce. Bon.. Après tout, on voit de tout à Dreamland.
Comme les atterrissages ratés. Surtout les atterrissages ratés. Après un magnifique saut, tous eurent le bonheur et l'honneur, de voir un poulpe s'écraser comme une bonne grosse merde sur le sol. Enfin.. Ce n'est pas tout à fait comme cela que la scène s'est déroulé. Il avait certes volé dans le ciel tel un vulgaire poulet sans plumes, mais il ne s'était pas écrasé sur le sol. Il avait atterri comme une merde, mais pas sur le sol. Non non. Juste sur la tête de Logan, toutes tentacules dehors. La scène était tellement ridicule que Lithium dut se mordre le poing pour ne point rire. Quelques larmes trahirent en revanche son ressenti véritable.

Mais l'heure n'était pas à la rigolade.
Il était temps d'agir et de profiter de cette occasion en or.
Occasion qui fut d'autant plus gracieuse lorsqu'une explosion se fit entendre autour des trois personnages. D'un rapide coup d’œil dans les airs, la voyageuse comprit que c'était l’œuvre du camarade félin de la gamine à la robe. Une grenade, y'a rien de mieux ! Profitant de l'ouverture donné par la fumée, et l'intervention particulièrement ingénieuse de Jakob, Lithium se jeta sur Logan. Toutes dagues dehors, elle courut vers le soi-disant chef, dont la bande mettait à sac le Rez-de-chaussée de la Tour. Sauf que, à l'instant même où elle s'apprêtait à lui planter une lame dans le torse, entre les jambes recroquevillées de Jakob, la future victime se débarrassa de son boulet tentaculeux, se retrouvant nez à nez avec la jeune femme, surprise. Au sourire malsain que lui offrit le Hulk humain, la dessinatrice comprit qu'elle devait se replier. Instinctivement, elle se jeta à terre, glissant toujours en direction du musclé, qui prépara un uppercut, prêt à lui éclater son joli minois. Heureusement pour la blonde, cette dernière possédait un minimum d'expérience, et ce genre de situation ne lui était pas inconnu.
Au moment même où elle atteignit les jambes, elle se retourna dans le sable, continuant sa glissade, évitant ainsi les poings conjoints de l'accro aux stéroïdes, et balança un coup de lames sur ses mollets. Malgré les muscles d'acier que possédait l'homme, la jeune femme parvint à planter un bout de ses armes, qu'elle retira aussitôt. Elle se releva rapidement, sans prendre le temps de s'épousseter, et s'éloigna de plusieurs sauts en arrière. Étrangement, sa clique s'amenuisait à vue d’œil, ce qui n'était pas un mal en soi. Ce qui la fit néanmoins tilter, c'était le chat autrefois vêtu de treillis, accoutré tel un motard. Mais.. que faisait cette boule de poils avec eux ? Avait-il décidé de se ranger du côté des perdants ? Lithium ne comprenait pas. Ce n'était pas possible. Il y avait assurément anguille sous roche.

Mais où était la propriétaire de l'animal ?
Où était son camarade tout en bleu, Hugin ?
Quelques explosions se firent entendre au sein de la Tour, ce qui ne manqua pas d'irriter davantage l'artiste amateur. Ça ne se passerait pas comme ça. Elle crut apercevoir la féline dans les airs, entre les griffes d'un magnifique paon quelque peu blessé et essoufflé par quelques batailles. Si ils étaient aussi prêts, il y avait peut-être moyen de faire une attaque à plusieurs.. Elle remarqua le roux poulpeux non loin également. Oui, ça pouvait le faire. Légèrement suicidaire, mais ça pouvait le faire. Elle inspira un coup, resserra son étreinte autour de ses dagues rougeoyantes, puis courut. Elle croisait les doigts virtuellement pour que Logan continue à lui tourner le dos, et que cette saleté de chat ne vienne pas empiéter sur sa trajectoire. Arrivant presque à destination, elle prit appui sur ses jambes, et continuant dans son élan, se jeta sur le dos de Musclor. Elle se sentit durant quelques secondes, dans la peau d'Altaïr ou d'Ezio, même si elle n'en avait assurément pas les capacités, et planta ce qu'elle put dans le dos de son ennemi. La force de sa peau n'était pas facile à transpercer, mais elle était encore suffisamment élastique pour qu'elle puisse y rester accroché. Conservant une lame dans la chair, elle retira la seconde pour continuer à planter là où elle pouvait.

Maintenant, le top serait que les autres interviennent.
Mais genre franchement. Je sais pas, une flopée de poils dans le nez, de l'encre dans la face, une balayette, quelque chose ! Là où la demoiselle s'était établi devait normalement ne pas pouvoir être atteint par les bras du monstre, mais n'importe qui pouvait venir par derrière l'attraper. Qu'ils essayent un peu pour voir.




.

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 27/12/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Jakob Baekeland
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 140
Renommée: 220
Honneur: 35
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Dim 23 Juin 2013 - 14:05
Y’a des choses dans la vie, on croit ça nous servira pas. Pour l’heure Jak regrettais de n’être jamais entré dans un country bar pour chevaucher un taureau mécanique. Le malheureux n’avait eu la présence d’esprit d’anticiper le jour où il monterait une brute gonflé aux stéroïdes à l’aide de deux tentacules. On est prévoyant ou on l’est pas. Tenir n’était pas chose facile. Le bougre de Logan, tandis qu’il gesticulait nerveusement, tentait de déloger par sa seule force physique le parasite qui s’était fixé sur son crâne. Mais le poulpe tenait bon.  Ses deux symbioses pustulés de ventouses performait leur emprise à chaque fois que Logan essayait de s’en dépêtrer et Jak se demanda s’il n’eut pas mieux fait de le faire suffoquer en lui entravant ses voies respiratoires quand le vacarme d’une explosion inexpliqué lui fit siffler les oreilles. Sa position légèrement ambiguë ne lui permettait pas d’observer la scène en son ensemble et d’agir en conséquence. Il n’eut le temps de rediriger ses tentacules vers la gorge ennemie qu’il sentit une poigne terrible l’agripper comme s’il n’était rien. A l’évidence Logan avait joué de son morphe physique pour décupler sa puissance. Les ventouses dont la résistance était poussée à leur paroxysme lâchaient les unes après les autres dans une symphonie de papier bulle éclaté. En quelques secondes à peine Jakob se vit plonger violemment contre le sol, éjecter par le colosse. Son menton cogna de plein fouet la terre dure et précéda ses tonneaux qui l’amenèrent au pied de la tour. Capacités visuelles diminuées. Oreille interne perturbée. Douleur conventionnelle. La main du Jak s’essaya à agripper le mur avant de retomber mollement, épris de fatigue. Son menton éraflé se teintait d’un rouge sanguin, échos à ses multiples éraflures et sa tête tanguait dangereusement. Pauvre bête. Son ossature n’avait, elle, subie aucun dommage majeur, aussi il grimaça et entreprit de reprendre un peu de hauteur. Il finit tant bien que mal par retrouver sa position bipède en observant la valse mortelle offerte par Logan et Lithium puis se rendit compte que devant lui se tenait le chat militaire de dame félin. N’avait pas l’air très content. Se remettant progressivement de sa chute, Jakob s’enquit respectueusement de l’état de son confrère du jour.


- Wesh ma cou-


La crosse de l’arme du matou vint frapper dans l’endroit ci précédemment césuré entrainant moult expressions faciales d’horreur et de douleur au poulpeux avant qu’il ne chut héroïquement. L’incompréhension n’avait même plus de place sur son visage baigné d’une souffrance laissé audible par le faible bourdonnement qui s’échappait d’entre ses dents serrées. Instinctivement son mécanisme défensif buccal se mit en branle. Mais juste avant qu’il n’eut le temps d’éjecter la noire fumée, la crosse du chaton revint fouetter l’air pour frapper sa trachée. Ses mains tinrent sa gorge endolorie et de faibles gargouillements étouffés témoignaient de l’état lamentable de son larynx. Capacité respiratoire faible. Trahis- !... deux énièmes coups vinrent percuter sa caboche, étayant son visage d’une vermeille hématine. Jak apercevait déjà Okto pleurant devant une stèle gravée de lettres d’or « Ci-gît Jakob Baekeland, voyageur du Poulpe durant trois lunes, assassiné par un matou lors d’un concours d’arts ». Et pour gésir, il gisait. Sa bouche empêtrée de sang et de salive l’empêchait de respirer convenablement, tandis que sa main gauchère tentait d’inhiber le flux rougeâtre de ses narines. Comme une vieille baleine échouée il résidait allongé sur le dos en crachotant le liquide ferreux. Un autre que lui n’aurait surement pas eu tant de mal à encaisser les chocs et encore moins à maitriser le chat en furie mais Jak se recevait alors les premiers coups et découvrait des sensations jamais éprouvées. Le choc et le sang lui firent tourner la tête et les sens jusqu’à ce que bondissant agilement, le félin n’atterrisse sur son ventre, appuyant sur sa cage thoracique et ses poumons en refaisant jaillir Jak et sa douleur bien présente. Le cercle du canon encore chaud d’une utilisation récente de l’arme d’assaut du chat s’apposa sur le torse d’un Jak perlant d’une sueur froide non familière. Il allait mourir. Ça ne lui était encore jamais arrivé. Discernant l’accoutrement de l’animal, Jak ne parvint qu’à résonner que catwoman avait dû retourner sa veste (de motard ! ah…ah…) pour sauver sa peau ou simplement n’avoir joué qu’un rôle depuis le début de la soirée. Coup de poker.


- Les poulpes ont trois cœurs, matou. J’ai plus de points névralgiques que tu n’auras de temps pour vider ton chargeur, prêt à tenter le coup ? Parvint-il à formuler aussi menaçant qu’il pouvait l’être dans sa déplorable situation.


En réponse le canon remonta lentement jusque sa tempe et Jakob bouda du regard. Mauvais joueur. Mettant fin au suspense de coutume, le chat fit pression sur la gâchette et le célèbre « pac » du chargeur vide résonna honteusement. Durant quelques secondes les deux adversaires, bien que les termes bourreau et victime ne correspondent davantage, se fixèrent les yeux grands ouverts ne sachant comment réagir. Jak mit fin à cette session d’incrédulité en esquissant un large sourire de ses dents ternies par le sang oubliant son propre massacre au profit du souvenir de la décomposition faciale du félin.


- Crétin.


Humilié, la créature jeta son arme pour retourner son regard plein de haine vers sa proie. En un crissement digne des lames du Carcajou américain, il dégaina ses dix griffes acérées devant les yeux d’un Jak horrifié. Retranché dans ses derniers…. Retranchements, il saisit son bluff du jour en pointant du doigt une direction aléatoire et en s’égosillant « Pelote de laine ! ». Pas dupe pour un sou, le chat planta au nom des droits guerriers ses ongles dans le torse du voyageur. Réaction primaire dans deux secondes. Une. Tel une torpille, un tentacule de Jak fusa de son abdomen pour décocher un uppercut mérité en pleine gueule du malotru. La bête vola jusque percuté la tour et retomba inanimé, évanoui, débarrassé de sa rage. Parallèlement le cri du Jak avait transpercé les nuages et dix marques sanglantes avaient rougi son torse. Tandis qu’il transpirait toute sa peur du moment, Jakob se laissa choir complètement à terre, l’air un peu perdu par la violence de l’assaut. Bordel de couille. Il saignait. Beaucoup, je veux dire. Ce n’était pas dans les habitudes de Jakob de se retrouver la gueule en sang. Il avait mal. Bien plus mal qu’il n’avait jamais eu auparavant. Et c’était loin d’être terminé. Son habit était grossièrement laminé là où les griffes avaient laissé leur trace et où le tentacule maintenant résorbé avait surgi. D’un geste il arracha le reste de sa guenille taché de rouge. Alors qu’il passait une main sur sa mâchoire endolorie, un beuglement de sourd le ramena à la bataille bien plus vaste qui avait lieu autour. C’était Logan qui avait crié. Sur son dos Lithium avait repris le flambeau de Jak et plantait les crocs de ses poignards à tout va en l’espoir d’affaiblir le monstre de puissance.


Ok. Il fallait faire quelque chose. Jakob se releva maladroitement pour tituber sur quelque pas puis, fit ce qu’il savait faire de mieux. Courir. Ses jambes avaient été épargnées jusque-là et il ne tarda pas à atteindre une vitesse raisonnablement élevé. Sa tête se balançait, encore un peu sonné, mais une fois qu’il sentit la terre défilée sous ses pieds, il n’y avait plus que la ligne d’arrivée qui comptait. En l’occurrence le motard. Ne manquait plus qu’à trouver quoi foutre maintenant qu’il approchait du duel mouvementé. Logan n’arrivait pas à attraper l’agile combattante placé dans son angle mort et se débattait comme un diable. Aussi dans un mouvement brusque il se retourna et aperçu le voyageur poulpesque dont il s’était déjà débarrassé revenir à la charge. Surpris, Jakob, déjà trop près, ne put esquiver la main, immense, qui enveloppa son corps dans un étau remarquable l’amenant devant le visage marqué de colère du motard en furie. La poigne se resserra progressivement, compressant le pauvre diable malgré les attaques extérieur. Tel un credo qui revint charger à bloc le voyageur, il siffla péniblement la réplique qu’il avait tant travaillée, la voix encore éraillée par la précédente attaque du matou.


- Y’a pas d’fumée…


Il parvint à dégager la réserve d’encre de son pharynx et noircit le visage de son adversaire d’un nuage poisseux. Surpris par le violent jet aveuglant, Logan lâcha sa prise pour essayer de se débarrasser de sa présente cécité. Jakob, pied à terre, en profita pour terminer sa courte tirade, délivré de l’étreinte asphyxiante.


- Sans poulpe !

Ses bras avait craqués sous la force du colosse et bien qu’encore mobiles, trop douloureux pour s’en servir convenablement. Mais Jakob avait plus que des bras. Ses deux tentacules vinrent s’enrouler autour de ses membres supérieurs jusqu’au poignet dans le but d’attelles organiques parfaitement maniable. Alors, il exerça sa symbiose siphonale sur ses deux coudes et envoya ses poings cogner l’un après l’autre propulsés par les vagues de fluides. Jakob ne s’était jamais battu mais il avait fait des études de biologie avancée pour accéder à son école de vétérinaire. Le corps humain, il le connaissait par cœur. Ses trois coups vinrent percuter le foie du motard qui de par sa nature de… motard devait avoir quelque problème d’ordre éthylique. Pis même si ce n’était pas le cas, ça ne devait pas faire que du bien. Le siphon du poulpe avait la réputation authentique de projeter des vitesses avoisinant celle de voitures de courses. Les poings de Jak était de véritable roquettes. Aussi, le contrecoup demeurait inévitable. Au troisième direct son bras gauche se déboita malgré le tentacule et la douleur empêcha Jak de continuer. Il plaqua sa main droite sur son épaule gauche, et trébucha en arrière.

L'espace de trois secondes il ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Jeu 4 Juil 2013 - 21:07


Toute une salle remplit de matériel pour la sculpture vola alors en éclats. Des chaises ainsi que des tables allèrent s'écraser dans le gazon après avoir traversés fenêtres ou perforés le mur. Des gerbes de flammes suivaient la chute du mobilier. Pour ceux dehors, c'était là l'oeuvre d'un de ces voyous, mais personne ne pouvait se douter que le biker était au prise avec un claustrophobe tout aussi fouteur de merde. Et justement, Bryan tenait debout au milieu de la pièce en feu, il avait eu le temps de dresser un mur pour se protéger de l'explosion même si cela n'avait que limité les dégâts. Il tomba à genoux, poussa un soupire et éteignit d'un revers de main le bas de sa veste qui cramait un peu. Son ennemi était pour le moment entravé: il avait bougé les murs pour l'enfermer dans une sorte de cercueil. Mais la puissance du contrôleur de feu était telle que le gitan ne pouvait l'écraser entre les briques comme il l'avait fait avec les autres, et surtout: il commençait à fatiguer...

Estelle hurlait de rage après avoir vu son chat se faire manipuler et dompter par l'ennemi, elle ne pouvait pas le révoquer et n'avait plus aucun contrôle dessus. C'est ainsi qu'elle s'en voulu, un peu, quand elle vit le chat malmener le roux aux tentacules de poulpe. Mais après de nombreux efforts, le Voyageurs parvint à vaincre le chat militaire, il explosa alors en fumée et la jeune femme sentit son pouvoir revenir, elle se doutait cependant qu'elle ne pourrait plus qu'invoquer son chaton nommé Felix. Jakob encore en état, ou se trouvant des forces dans sa volonté, se décida à foncer sur Logan alors que Lithium était plantée dans son dos. Mais monsieur muscles l'intercepta sans mal. Hugin atterrissait et déposait Estelle, il lança un regard à la jeune fille pour lui faire comprendre qu'il comptait retourner à la tour pour voir ce qui était à l'origine de l'explosion. Le magnifique paon à la robe améthyste reprit son envol pendant que la petite demoiselle courait pour aider ses compagnons de la nuit. Jakob cracha de l'encre et aveugla ainsi Logan, c'était bien joué et la réplique était fun pensa-t-elle. Mais le Voyageur n'en resta pas là, il colla plusieurs uppercut pendant qu'Estelle invoquait son chaton pour fusionner avec. L'instant suivant, elle bondissait au visage du body builder et lui colla plusieurs coups de griffes au visage, visant avec soin les yeux qu'elle loupa car le motard la repoussa d'une violente baffe sans voir ce qu'il faisait. Lithium était secouée dans tous les sens, mais elle tenait bon pour le moment.

"Accroches-toi! On va le faire tomber ce colosse!!"

Finalement, Hugin revint par les airs, portant une table entre ses serres, il tourna dans le ciel tel un rapace au dessus de sa proie. Attendant le bon moment pour lâcher sa table afin d'éclater le crâne de ce cher Logan. Sauf qu'il devait prévenir Estelle et Lithium pour ne pas les blesser. Il tournoyait donc dans le vide, espérant que quelqu'un finisse par lever les yeux sur son humble personne. Il cherchait aussi le reste des brigands, se doutant que l'un d'eux avait un pouvoir, il en était sûr depuis le retournement de la veste du chat militaire. La question était de savoir si ce type pouvait contrôler les créatures oniriques, si oui, Hugin risquait de passer dans le camp ennemi à tout moment...

Le tombeau de roche explosa et le Voyageur de feu fonça directement sur le manouche. L'impact fut violent mais Bryan ne broncha pas même en voyant ses avant-bras fumer et sa chaire qui calcinait un peu trop vite à son gout. Il colla un frontal à son ennemi, lui brisant ainsi le nez et le repoussant en arrière. Il abattit alors sa main en contrôlant le plafond, venant écraser l'enflammer, explosant le sol de la pièce pour tomber avec lui dans la pièce inférieur. Les deux hommes se firent ensevelir et aucun des deux ne semblait en état de poursuivre ce combat, c'était donc un match nul.

Estelle avait vu son compagnon à plumes, elle hurla à Lithium de lâcher Logan et de s'éloigner alors qu'elle même se jetait sur lui pour lui attraper une jambe et le faire tomber à la renverse. L'oiseau desserra ses serres et lâcha la table qui vint exploser en morceaux quand elle rencontra le sol et le chef des bikers. Restait à savoir si cela suffirait... Restait à savoir si le reste des voyous allaient à présent foutre le camps en voyant la défaite de leur chef...

Désolé, manque d'inspiration...

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2638
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Lun 15 Juil 2013 - 14:24
« Pneus crevés. »





Putain, mais ils ne pouvaient pas se bouger le cul ces abrutis ?!!
Elle avait de la ressource, mais pas au point de tenir indéfiniment non plus !
Lithium, toujours accrochée dans le dos de Logan à l'aide de ses lames, commençait à fatiguer. Son adversaire était puissant, et avait la force nécessaire pour l'écraser entre ses mains. Il lui était donc hautement conseillé de rester encore un tout petit peu sur son perchoir, au détriment du bon sens. Bien que le biker ne cessait de se trémousser pour se débarrasser du morpion qu'était devenue la jeune femme, cette dernière ne lâchait pas prise. Malgré les injonctions de Bis qui lui hurlait de lui trancher la gorge, puis de se nourrir de sang, et de se faire une écharpe avec ses entrailles fraîchement arrachées, la voyageuse restait de marbre.
C'était tout ce qu'elle pouvait faire, tout en continuant de déloger une arme, pour la replanter de nouveau. La force de l'ennemi ne cessait de décupler, et il lui était de plus en plus difficile de planter sa lame. Mais elle ne comptait pas abandonner aussi rapidement. Pleine de rage, elle puisait dans son énergie pour enfoncer toujours plus profondément ses dagues, bien décidée à en finir avec cette créature de malheur. En même temps qu'elle persistait, elle ne pouvait s'empêcher de voir où en était les autres.

C'est ainsi qu'elle remarqua le chaton militaire face à Poulpy le roux.
La garçon avait-il compris que le félin avait retourné sa veste ou pas ?
À voir l'extraordinaire coup de crosse qu'il se prit en pleine poire, non, il ne semblait pas avoir saisi la chose. Aouch. Bis explosa de rire, tout en libérant sa rage de voir un être aussi incompétent que ce « mollusque sans cou*lles, dont les ventouses embrassaient si bien le sol », paroles d'ours. La dessinatrice n'arrivait toujours pas à se faire à la vulgarité de son virus mental, et ne s'y accommoderait sûrement jamais. Jakob se faisait rétamer, et la blonde ne pouvait pas venir l'aider. Elle devait simplement se contenter de regarder piteusement le roux se faire déchiqueter. Cette vue l'horrifiait. Elle n'arrivait pas à soutenir du regard cet effroyable spectacle. Le jeune homme semblait dire quelques mots au chat, mais la demoiselle n'était pas suffisamment près pour entendre ce qu'ils se disaient. Tout ce qu'elle pouvait voir c'était le mouvement des lèvres.
Sans y prêter attention, elle activa son tatouage par mégarde, et accrut sa vision. Surprise de voir d'un coup aussi près, elle ne cracha pas dessus, et entreprit de suivre les paroles muettes du poulpe. Cr..é..tin. Crétin ? Le chat balança son arme, et se jeta sur Jakob. Quoi ? Plus de munitions ? Pas compris. Ce fut alors que Logan recommença sa danse effrénée pour se débarrasser d'elle. Bordel ! Mais il ne s'arrêtait jamais de gigoter cette saleté-là ?!
Sans crier gare, son tatouage monta d'un cran, et sa vision devint proche du néon. Houlà ! C'était quoi ça ? Elle avait l'impression de retourner au Royaume des Chevaliers de la table pentagonale, lors de l'assaut des Tyranides. Mais.. ça voulait dire qu'elle voyait au travers ! Elle vit l'intérieur de la Tour, des bikers à terre, des gens qui couraient, puis l'intérieur de leur corps. Elle revint sur terre, et baissa les yeux en direction de son support. Elle voyait les muscles qui gonflaient, les os qui disparaissaient sous la masse, puis une faille. Quelques encoches qui lui permettrait de faire plus de dégâts, et surtout, d'être encore plus solidement attachée. En même temps qu'elle arrachait ses lames et qu'elle les plantait à nouveau dans les espaces choisis, les traits de son tatouage se situant dans le dos, et donc à l'abri des regards, s'étalaient légèrement sur les bras, enveloppant ses épaules de leur noirceur. Mais à l'instant précis où elle enfonça ses lames, sa vision se désengagea, ainsi que les traits envahissants.

Logan hurla de douleur.
Touché ! Là, elle avait marqué un point !
Mais ils n'étaient pas tirés d'affaire pour autant.
Et surtout pas le roux qui faisait à peine son retour sur le devant de la scène.
C'est ainsi que Lithium vit Jakob, prisonnier de la puissante poigne du Biker.
Merde ! Mais l'imbécile, il allait se faire tuer !


« ça lui feras les pieds à ce pitoyable mollusque.. », pensa méchamment Bis.
« Il sert à rien. »

« T'es cruelle ! »

« Non. Réaliste. »

Mais quel monstre cette femme !
Lithium ne pouvait pas croire qu'elle le laisserait mourir comme ça !
Alors que la jeune femme s'apprêtait à réitérer sa mascarade d'armes, Jakob s'en sortit tout seul, mettant fin aux méchancetés mentales de Bis qui se contenta d'un bref soupir de dépit. Quant à la blonde, son visage s'illumina suite à la réplique plutôt bien envoyée de Poulpy. Ensuite, vint la rafale de poings qui s’avérerait sûrement utile. De là où elle se tenait, la voyageuse ne voyait pas grand chose. Elle se contenta donc d'attendre la suite des événements. Ce fut le moment que la gamine aux félins, Estelle, choisit pour revenir. Celle-ci tenta une approche pleine de griffes, qui ne fonctionna pas aussi bien qu'elle ne l'attendait, et elle se prit une violente raclée. Aie ! Tout ces actes en si peu de temps, ne fit qu'attiser la rage et la colère du chef des motards, et celui-ci s'énerva d'autant plus, secouant la pauvre malheureuse dans son dos. Jusqu'à ce qu'elle entende un hurlement lui indiquant de tout lâcher. Lâcher ? Mais pourquoi ? Remarquant l'absence de Hugin, l'oiseau bleu, elle leva les yeux au ciel, et vit une table qui descendait à toute vitesse dans sa direction.


« MAIS DEGAGES ESPECE DE CONNE !!! », s'égosilla Bis.

Elle ne se fit pas prier.
Sans récupérer ses dagues, elle prit appui sur le dos de Logan, et poussa de toutes ses forces, atterrissant sans la moindre douceur dans l'herbe verte, piétinée par les motards. Elle obtint ainsi quelques ecchymoses et autres blessures succinctes, mais s'en sortit en partie indemne. Lithium se releva doucement, prenant soin de vérifier qu'elle n'avait rien de cassé, mais lorsqu'elle s'appuya sur sa main gauche, une grimace déforma son visage. Elle semblait s'être foulé ou retourné un truc dans le coude, parce que celui-ci refusait de la soutenir à pleine puissance. Elle se releva donc en se servant de son bras droit et de ses jambes endolories, et se maintint l'appareil motrice blessé. À la place de Logan gisait un corps enseveli sous les débris d'une table. Une fin franchement pas très classe. Si c'était une fin en soi. Il n'était pas mort car il était encore là, et n'avait pas disparu dans un nuage de fumée. Elle s'avança vers le tas de détritus, ne sachant quoi faire, l'esprit embrumé par la douleur qu'elle ressentait. Elle se tenait au-dessus de lui, perdue, tiraillée entre le tuer, ou juste le laisser là, sans la moindre certitude des futurs actes du biker.

Pourquoi le tuer ?
Parce que ça fait du bien.
Non, c'est mal. Elle ne pouvait pas faire ça. Si, si.
Il n'y a rien de plus simple. Sortir une arme, s'approcher de lui, la placer sur son cœur, et appuyer. Lentement. Toujours plus lentement. Le faire souffrir, dans une lente agonie. Le regarder droit dans les yeux, affronter son regard, le punir de son orgueil démesuré. Puis l'achever. Facile et délectable.
Monstre que tu es. Elle ne pouvait pas faire ça. Écouter le venin que crachait Bis était mortel, bien trop dangereux pour sa santé mentale. Il y avait toujours une autre solution meilleure que le meurtre de sang froid. Même si celui-ci était justifié. Lithium se souvint de ce que lui avait dit Ed. La taule. Ils pouvaient l'envoyer en taule, et ainsi, ne pas avoir le moindre sang sur les mains. Oui, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire.
La jeune femme regarda autour d'elle, cherchant désespérément un témoin ou quoi que ce soit d'autre. C'est ainsi qu'elle vit un passant au loin. Le hasard ou la coïncidence ? Elle s'en tapait totalement. L'essentiel était qu'il y avait quelqu'un. Elle le héla avec ce qu'il lui restait, et le rejoignit , lui implorant d'appeler la prison de Dreamland. Le gars ne se fit pas prier. Il sortit un engin qui ne ressemblait à rien de connu, et assura qu'ils arriveraient très bientôt. Quelques minutes plus tard après l'affrontement, ces paroles s'avérèrent justes, et ils embarquèrent tout ce qu'ils trouvèrent.

En attendant, elle rejoignit Poulpy, dans un état vraiment pitoyable, et Estelle, qui elle, avait déjà meilleure mine que le roux. Ils remarquèrent que la plupart des rêveurs enrôlés erraient, perdus et désorientés. Le peu de véritables bikers tentaient de fuir, mais se retrouvaient attrapés par d'étranges liens. Le dernier voyageur, celui qui avait réussi à contrôler le chat militaire de la gamine s'avéra pitoyablement faible lorsqu'il s'agissait d'un combat au corps à corps, et lorsqu'il vit les trois voyageurs, il ne put que se laisser dérouiller. Malgré leur état, il se fit rapidement rétamer. Leur colère et la rage d'avoir vu leur soirée quelque peu gâchée, avait suffit à le terminer. La jeune femme ne chercha pas à savoir la suite de l'histoire et s'enquit des prochains événements.


« Bon.. Je sais pas vous, mais je boirais bien un verre.
Mais à l'intérieur, et assise. On a un concours à terminer. »



.

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 27/12/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Jakob Baekeland
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 140
Renommée: 220
Honneur: 35
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Lun 5 Aoû 2013 - 14:53
HRP:
 

C’est quand alors vous croyez avoir atteint les ténèbres que tout s’illumine enfin. Caché du monde par mes paupières, je découvre un instant la teinte ondulante et nomade de couleur qui dévore la pourtant logique obscurité qui aurait dû régner maitre. La cause de ces spectres chromatiques m’est pour le moment étrangement indifférente car à la vérité mon épaule gauche vient de sortir de son orbite. C’est agaçant. Bourré d’une ingénieuse culture cinématographique, j’en viens à essayer des préceptes dictés par des personnages irréels. J’essaye de ne pas penser au mot douleur. De ne pas penser au mot lésion. Ouverture des sas optiques. J’établis visuellement la preuve que je possède bel et bien un bras gauche, fait est que toutes sensations l’ont momentanément désertées. Autour du membre gisant maladroitement se résorbe un autre plus agile. Non, je n’ai plus la force d’esprit d’onduler mes morphes tentaculaires. Je n’ai plus la force de rien. Si force j’ai jamais eu. Le sang noie mon menton d’une robe rouge que j’imagine avec une douloureuse facilité. J’essaye de ne pas penser au mot saignée. De ne pas penser à Logan. Ce n’est pas évident quand celui-ci se tient juste devant moi. Mais j’essaye. Mes phalanges droites sont sans doute explosées. Quand l’on bombarde un corps d’acier avec des poings propulsés avec une célérité exemplaire, le résultat est la compression de ces mêmes poings entre deux forces astronomiques. L’ais-je seulement blessé ? Quel crétin des Alpes suis-je pour être descendu de cette tour. J’ai le vent en poupe durant quelques secondes et j’attaque un tank indestructible. Parce qu’on est à Dreamland ? Parce que j’ai des … « pouvoirs » ? Sous mes yeux, Estelle et Lithium lacèrent le motard. J’espère ne pas me tromper en estimant qu’hors de Dreamland la probabilité qu’elles soient toute deux des ninjas samurais à la solde de la Ligue des Assassins est relativement faible. Ce monde serait-il responsable d’une accoutumance à la violence ? En vingt-deux ans d’existence j’évite tout conflit direct et brutal et en trois nuits seulement j’en viens à user de mes poings. Lamentable. Pour une bonne cause ? J’emmerde la bonne cause et j’emmerde mon éphémère pulsion de vengeance enfantine : J’ai la gueule en sang bordel. Estelle se reprend un coup. Normal. Banal. C’était couru d’avance, un monde où l’on s’éveille en affrontant notre Némésis naturelle ne pouvait partager les mêmes codes que l’autre. Va falloir s’adapter, et rapidement, à ce merdier grandeur nature mon pauvre Jak. Au piètre acteur que je fis succède le spectateur ébaubi qui privée de son adrénaline guerrière naissante se rend compte de la démesure de la situation. Il y a à peine une dizaine de minute je concevais méticuleusement une sculpture dans l’antre de l’Art maintenant vaste champ de bataille. Zone 1.Zone des débutants, zone paisible, tranquille, calme. Okto m’a parlé de cinq zones. La grande déconnade hein.

Et pourtant je ne devrais pas me plaindre, une fois tout ça fini, je me connais, j’en rirais. Le tout est d’y mettre un terme. Si j’ai bien fait de troquer mon ignorance et ma peur contre ce nouveau monde ? La réponse est oui. Tyler dit qu’on ne peut pas savoir qui on est si on ne s’est jamais battu. Ici, il faudra inévitablement que je me batte. Pour ce qui en vaut la peine et au dépit d’une justice universelle. Ma fuite dans le métro est une bataille. Ma vengeance de ce soir, un caprice. Je comprends alors que quoi que je veuille faire, il faudra devenir plus fort. Et de cette force, la puissance ne serait qu’un facteur insignifiant. Il fallait se forger un idéal. Il fallait retourner voir Okto. Faire de mon mieux pour savoir quoi faire lorsque j’aurais fait de mon pire. Car il est évident qu’au final, souvenirs à l’appui, le pire a toujours été ce que je faisais de mieux.

Réincarnation des sens. Avez-vous déjà entendu le bruit d’un obus sifflant l’air de sa chute inéluctable ? Moi non plus, mais je suppose que celui d’une table s’en rapproche. Poussant difficilement avec mes jambes, je tente de me repousser au plus loin du choc afin d’échapper aux éclats de bois. Serait con de se chopper une écharde. Une vacherie ces trucs. Et Logan devant moi, vue calfeutrée par son masque d’encre, sent dans son dos la détente de Lithium qui s’extirpe de son rodéo. Et Logan durant quelques unités de temps ne peut qu’apprécier le sort joué d’avance qui se rapproche de son point de collision à une vitesse effarante pour l’atteindre dans une seconde. Une. Je ferme les yeux. Si je ne vois pas les morceaux de bois, ils ne peuvent pas me toucher. Question de logique. Seul le souffle du fracas me frôle, je rouvre les yeux. On a encore eu de la chance. Logan git à terre. Hors service. Mon moral détraqué reprend le sien. Pas si mal cette balade autour de la Tour tracté par la roue motrice. J’esquisse un sourire grimacé. Amusante aussi la courte séance de rodéo. Je pouffe. Difficilement. Ma trachée se vide peu à peu de sa douleur. Je relativise tout groggy que je suis. Il ne s’agit pas d’oublier mais honnêtement ça aurait pu être pire. Pas dans le sens où j’aurais pu me prendre deux ou trois coups supplémentaire non, dans le sens : on aurait pu tous mourir.

Surplombant Logan à moitié enterré sous les ruines de la table, Lithium semble hésitante quant à la démarche à suivre. Plus que tout autres elle avait manifesté le besoin de sauver cet endroit et pour la énième fois de la soirée elle devait tracer son parcours par un énième choix. Aveuglément je sais qu’elle fera le bon. Quelqu’un qui a les oreilles de Link ne peut être fondamentalement mauvais. Cela fait partie de l’ordre naturel des choses. Faisant écho à mes prières déguisées en convictions elle se détourne du corps pour aborder un bonhomme présent non loin. Assez toutefois pour que je ne puisse entendre leur conversation. Pendant que je reste dans l’ignorance des évènements à suivre, je prends le parti de me relever, faisant grincer mes dents sous l’effort. Le ciel pleure doucement sur la tour. La chute du chef a mu ses condisciples et il suffirait de fermer les yeux pour oublier le carnage. Mais rapidement les esprits se réveillent. Estelle s’est finalement révélé une bien piètre traitre et j’en déduis que son chat n’agissait pas de sa propre volonté mais bien guidé par le dernier véritable trouble-fête. Le marionnettiste qui contrôle en fait tous les autres. Ainsi le pauvre diable sur lequel j’ai imprimé au visage le tracé de mon poing était un innocent. Troublant la crainte froide et silencieuse du motard qui se reflète à travers le regard de ses derniers pantins, une petite légion fait irruption dans l’enceinte de l’affrontement et se chargent de neutraliser la racaille. Je ne sais qui ils sont, mais j’imagine d’eux une brigade anticriminelle. Au service de qui ? Mystère. Je ne savais pas qu’en Dreamland une institution avait la capacité d’agir au sein même de Royaume au dépit des royautés en place. Pas de malaise, je ne sais pas grand-chose de toute façon. De nouveau réunit, les derniers candidats aux concours d’art que nous sommes avons moins bonne mine qu’au premier coup de peinture. Je me démarque cependant par mon état particulièrement lamentable. D’un revers j’efface de mon visage le souvenir écarlate de mon combat puis concentre mes pavillons auditifs vers les lèvres de la voyageuse du crayon.

« Bon.. Je sais pas vous, mais je boirais bien un verre.
Mais à l'intérieur, et assise. On a un concours à terminer. »


Lithium la compétitrice, ou bien l’ivrogne, je n’en ai pas l’idée, ne parait pas tellement choquée des précédents évènements. C’est à cela qu’on reconnait une voyageuse endurcie d’un novice. Amusé par ce revirement de situation, j’emboite le pas vers la tour marquée à de multiples endroits par les séquelles de l’assaut. L’assistant ne semble pas en assez bon état pour aller me chercher un autre jus d’orange, dommage. L’intérieur est partiellement ruiné, beaucoup d’œuvres gisent au sol, sculptures cassés ou tableaux déchirés parsèment inégalement le parterre. A certains endroits les murs se trouvent carrément déformés mais je n’y prête pas plus attention. Je veux juste poser mon cul sur une chaise, finir ce concours rapidement et me réveiller. Une fois un corps intact retrouvé tout ira mieux. A droite, une forme s’agite. De l’ombre d’une pièce sort l’organisateur, encore tout tremblant et le nez cassé. Il vacille maladroitement devant le triste spectacle qui, à moi, ne me fait ni chaud ni froid. Les feuilles de papier et l’argile ne ressentent pas la douleur. Moi, si. Mais l’on n’ôte pas comme ça la fierté d’un homme dévoué à sa cause. Cet idiot nous apprend qu’il a préservé nos œuvres aussitôt le choc passé. Je crois qu’il attend de nos visages l’expression d’une immense joie à l’issue de sa révélation. J’orne d’un « youpi » ma figure marqué de coups de crosse puis sourie face à l’absurdité de la situation. Bon, bon, très bien. Je ne participe plus au concours.

Je le gagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Mer 28 Aoû 2013 - 18:37


Gisant sous des couches de gravats, Bryan n'avait plus la force de bouger, il tourna son regard vers son adversaire et celui-ci semblait dans un état tout aussi lamentable. Heureusement pour notre claustrophobe... Il tenta de rouler sur le coté, de sortir des décombres mais son corps était à bout. Poussant un long soupire, il décida de rester là, d'attendre que ça passe et que l'heure de se réveiller sonne. De toute façon, il n'avait rien de mieux à faire. Un peu triste d'avoir perdu cette charmante rêveuse qui le dessinait dans son plus simple appareil, il espérait toute fois revenir pour la revoir. Qui sait, avec un peu de chance, la prochaine fois lui aussi la verrait nue?

Durant ce temps, à l'extérieur de la tour, la table s'écrasa sur le sol en explosant cet adversaire aux muscles démesurés. Logan se retrouva immobilisé et inconscient: le combat était enfin terminé. Estelle se releva, épousseta sa robe de gamine et essuya le sang qui coulait sur son menton: elle avait pas mal dégusté au final, mais Sylvestre était de nouveau sous contrôle, le poulpe l'ayant vaincu avait levé le sort sur le chat militaire. Hugin atterri tel un goéland: soit un atterrissage loupé et il se vautra sur le sol, roula sur lui même pour redevenir humain en étant masqué par la fumée qui l'entourait. Il boita vers sa compagne et lui fit un sourire. Sacrée soirée pensa-t-il, la vie sur le pic des chimères était bien plus calme jusqu'à ce terrible incident l'obligeant à errer dans le monde, le faisant même passé pour mort aux yeux de son frère. Pour l'invocatrice, il en allait de même, rêveuse depuis peu elle ne s'attendait surement pas à un tel bordel. Tout ça pour un concours d'arts et à cause d'un cinglé qui voulait détruire la tour. Pourquoi détruire la tour justement? Qu'est-ce que cela lui aurait apporté? Transformer un magnifique bâtiment en une ruine chaotique? Une autre forme d'expression artistique surement. La blonde aux oreilles d'elfe discuta avec un habitant de ce monde et quelques minutes plus tard un groupe d'intervention déboula de nul part pour arrêter les voyous encore là. Certains n'étaient que des rêveurs contrôles, d'autres des créatures oniriques, beaucoup étaient manipulés par un être qui se fit prendre facilement: planqué dans une petite pièce de la tour en chouinant qu'il n'avait rien fait. Un autre Voyageur fut sortit des décombres, il semblait faire partit du groupe, restait une interrogation sur le second avec lui: un grand blond musclé dans un triste état. Ce type portait une veste en cuir, mais différente: feinte pour s'en sortir ou simple hasard? On la laissa finalement tranquille suite à quelques témoignages disant qu'il avait écrasé des voyous avec les murs. Lithium proposa enfin de retourner dans la tour pour y boire un verre mais surtout: terminer ce concours.

Estelle poussa un soupire en pensant à la dernière épreuve: qu'est-ce que cela pouvait être? De son coté, Hugin lui fut traversé d'un enthousiasme qu'il n'avait jamais montré jusqu'à maintenant. Le soupçonnant d'avoir encore un rôle à jouer, l'invocatrice de félins décida donc de suivre le petit groupe dans le bâtiment qui nécessiterait plusieurs jours de réparation. Ils retrouvèrent l'organisateur, lui aussi un peu amoché mais fier de leur apprendre qu'il avait sauvé les sculpture, sauf celle de Sylvestre qui fut détruite dés le début de ce merdier. Ils s'installèrent tous dans une petite salle ronde, on leur apporta à boire: du jus d'orange, de la bière ainsi que du champagne, le tout accompagné de petits gâteaux. Il y avait au fond de la salle un grand rideau noir, comme au théâtre et l'organisateur s'en approcha tout en affichant un large sourire. Il patienta plusieurs minutes, laissant les participants se reposer et reprendre des forces: ils l'avaient après tout bien mérité. Puis, il prit de nouveau la parole.

"Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour ce que vous venez de faire. Votre aide pour la sauvegarde de la tour fut d'une grande utilité! Je n'y connais pas grand chose en combat, mais je pense que vous avez tous votre sens artistique dans ce domaine également. Il se racla la gorge. Enfin, il est maintenant temps de terminer ce concours et voici donc notre dernière épreuve! Mon assistant et moi même vous attendrons derrière ce rideau. Vous passerez chacun votre tour, l'épreuve prendra plusieurs minutes pour chacun mais cela ira relativement vite ne vous en faite pas. En attendant qu'on vous appel, vous pouvez continuer de boire et manger. Merci encore à tous!"

Sans attendre, il invita Hugin à le suivre et tout deux disparurent derrière le rideau. Hormis Lithium, Jakob et Estelle, il restait la vieille dame qui avait fait cette magnifique maison de poupée. Elle aussi avait plusieurs hématomes prouvant qu'elle s'était battu. C'était une Voyageuse après tout, mais personne n'avait fait attention à ses pouvoirs, discrète la mamie dirait-on. Plusieurs minutes s'écoulèrent, surement le temps que l'organisateur et son assistant terminent les préparations puis la voix retentit et invita Lithium a les rejoindre derrière le rideau. Quel pouvait être la dernière épreuve? C'était une transformation, servant à voir le cœur et l'âme du participant ciblé. Comment? Grâce à Hugin et son pouvoir. Il se transformerait donc en oiseau différent pour chaque participant et pendant ce temps, l'organisateur utiliserait une étrange machine qui photographierait Hugin afin d'en faire un tableau pour que tous puissent voir ensuite les différentes formes du Malphas.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2638
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Jeu 5 Sep 2013 - 23:10
"Parfois le mensonge explique mieux que la vérité ce qui se passe dans l'âme."





Elle était épuisée, et lasse.
Extrêmement, et insupportablement lasse.
Dreamland était un nid à problèmes, et uniquement de problèmes.
Le bras gauche en charpie, sa poigne ne suffisait pas à endiguer la douleur.
Elle s'était assurément retourné ou foulé quelque chose au sein de son coude.
Mais elle n'était en droit de se plaindre. Lorsqu'elle jeta un coup d'œil à Poulpy le roux, elle ne put s'empêcher de repenser à la scène horrible à laquelle elle avait assisté plus tôt. Elle avait peine à croire qu'il tenait encore debout avec toutes ses fractures, et ses blessures. La jeune femme avait presque mal pour lui, et pourtant, elle ne pouvait pas ressentir sa douleur. Consciente qu'à l'observer ainsi, elle se faisait volontairement du mal, elle préféra détourner le regard du garçon, et entrer dans la Tour.
Celle-ci était dans un état pitoyable. Heureusement, seulement les premiers étages avaient été dévastés par le phénomène cycliste, mais tout de même.. Voir sa terre d'attache dreamlandienne, ravagée de la sorte lui donnait des nausées. Elle n'avait pas de seigneur, pas de royaume, seulement cet endroit. Le perdre aurait été une peine dont elle en serait sortie inconsolable. Elle traversa silencieusement les débris, enjambant les pans de murs jonchant le sol. La demoiselle ne voyait que des ruines. Quelques créatures des rêves s'affairaient déjà à remettre le bâtiment en état, récupérant et rassemblant les briques de pierres. A les voir mettre autant de cœur à rebâtir leur maison, Lithium eut un sourire. Ce chef d'œuvre ne resterait pas indéfiniment dans un état lamentable avec toutes ces petites mains.

Le groupe fracassé revint à l'étage de l'épreuve.
Les lieux étaient également détériorés, les travaux brisés sur le sol.
Fait étonnant; ils n'étaient pas seul. La grand-mère au talent insoupçonné, se trouvait parmi eux. Cette dernière semblait s'être bien battue, au vu des nombreux hématomes qu'elle présentait. Tous se retrouvèrent autour d'une petite table ronde, rescapée de la bataille, et se virent offrir un délicieux petit goûter, histoire de se remettre de leurs émotions. Lithium grignota allègrement les petits biscuits présents, buvant sans soif le jus d'orange. Pas d'alcool ce soir, elle n'était pas d'humeur joyeuse. Tout ce qu'elle voulait, c'était terminer ce concours, puis se réveiller pour dormir à nouveau d'un sommeil sans rêves.
Un sommeil où Bis n'existerait pas. Un sommeil où elle ne ressentirait pas sa présence, n'entendrait pas ses paroles cruelles et monstrueuses. Un sommeil où elle ne vivrait pas dans la crainte constante de perdre le contrôle de son corps, volé par ce virus interne. Elle priait pour un jour avoir l'occasion de dormir ainsi, en toute sérénité. Mais ce désir n'était qu'une lointaine utopie. Elle ne savait pas d'où elle venait, et l'intruse n'en avait pas la moindre idée elle-même. On avance pas vrai, hein ? Tout ceci n'avait été que le résultat d'un enchaînement de malheureuses circonstances, dont le but était inconnu. Seul le cheminement était important.

Alors que tous grignotaient, l'organisateur revint en scène.
Il se tenait devant un immense rideau noir, que Lithium ne se souvenait pas avoir vu.
L'homme les remercia de leurs actions plus ou moins héroïques, visant à sauver la Tour.
Ouais.. En même temps, si ils ne l'avaient pas fait, plus rien ne serait debout, alors bon hein.
Leur aide fut d'une grande utilité qu'il disait ? Seulement ? Et bien on va dire ça oui. Il fit une blague plutôt naze ensuite, à laquelle personne ne prêta franchement attention. Vint la partie intéressante du discours; la fin du concours. Ce qu'ils attendaient tous. D'après ce que la jeune femme comprit, ils allaient passer un par un, l'épreuve ne durant que quelques minutes, que pourraient-ils bien faire ? Le plus important était qu'ils pouvaient continuer à manger, en attendant leur tour. Ravie, la jeune femme amena un énième biscuit à ses lèvres lorsqu'elle entendit son prénom derrière son dos. Et merde.. Bouges pas l'gâteau, je reviendrais pour te boulotter. Parole de Lithium. La jeune femme, quelque peu déçue d'abandonner son met qu'elle ne retrouverait sans doute pas, se leva doucement, fit un signe de tête aux autres participants, et se dirigea tranquillement vers l'organisateur.
Qu'allait-elle découvrir derrière cet étrange rideau noir ? Curieuse, elle souleva précautionneusement le morceau de tissu, et disparut derrière celui-ci. Elle eut l'impression d'être coupé du reste de la pièce, comme si il avait réellement changé de salle, ce qui ne semblait pas être physiquement le cas. Elle ne prêta pas davantage d'attention à ce fait. Ni au silence dont faisait preuve Bis depuis leur altercation avec les motards. Pas si mal en même temps. La demoiselle se retrouva seule en compagnie du grand manitou du concours, ainsi que le garçon tout de bleu vêtu, et en assez sale état. Et ? Il allait se passer quoi ensuite ?

Elle ne comprenait pas en quoi consistait l'épreuve.
Ils étaient là, à la regarder comme si il allait leur montrer quelque chose d'extraordinaire.
Euh, bah elle voulait bien.. Mais quoi ? Non pas qu'elle était idiote, et dénuée du moindre intérêt, mais franchement, c'était pas comme si elle était intéressante à analyser. Enfin l'organisateur se décida à lui expliquer le pourquoi du comment. Sonder son cœur pour représenter son âme ? Ah. Et pourquoi ? La plus belle forme serait le vainqueur ? Ah, ok. Et ils afficheraient ensuite toutes les formes. Etrange épreuve, mais si il fallait s'y plier, pas de soucis. La blonde s'assit donc sur une chaise, et attendit patiemment. La créature s'approcha d'elle, et plongea son regard profond dans le sien, comme si il cherchait à percer ses plus profonds secrets.
Lorsque le Malphas se mit à sonder le cœur de la jeune femme, elle eut comme une certaine appréhension. Qu'est-ce qu'il allait en sortir ? Après tout, qu'était-elle ? Blanche ou noire ? Saine, ou monstrueuse ? Elle n'était pas seule dans son corps. Son âme était-elle séparée de celle que Bis devait posséder ? Son cœur, assurément que non. Le virus n'en possédait pas. Comment pourrait-elle avec son comportement ? Non, non et non. Elle était vide de toute compassion. Mais elle ? Etait-elle tout aussi vide ?

Sa tête s'embrouillait, et elle se mit à avoir peur.
Peur de ce qu'elle allait découvrir devant ses yeux.
Et pourtant, lorsque le test sembla terminé, l'oiseau se métamorphosa en un magnifique cygne, au plumage aussi immaculé que la pureté même. Le gracieux volatile se dressa sur ses pattes palmés, battant des ailes avec fougue. L'imposante créature esquissa un bref envol avant de revenir tranquillement à sa place. Il était superbe, et Lithium eut bien du mal à dissimuler son émerveillement. Qui aurait cru que son âme se représenterait de la sorte ? La voyageuse en était la première étonnée. Jusqu'à ce que tout se dérape..
Alors que l'oiseau battait sereinement des ailes, il fut comme pris de convulsions. La jeune femme recula instinctivement, inquiète de l'état du Malphas. Que lui arrivait-il ? Des conséquences de la bataille de tout à l'heure ? Non.. Ce n'était rien de tout cela. Il souffrait, comme si il cherchait à expulser quelque chose. Des râles atroces s'échappèrent de sa gorge puis, à l'extrémité du cou, une seconde tête fit son apparition. Une tête déplumée, laide, celle d'un vautour. Des plumes noirâtres ornait son propre cou, et ses croassements faisaient froid dans le dos. Le cygne souffrait, comme si la présence de cette anomalie le rongeait de l'intérieur. Il battait faiblement des ailes, tentant désespérément de se débarrasser de cette chose. Lithium était pétrifiée d'horreur.
Spoiler:
 
Elle avait peur. Peur du rire malsain qui résonnait dans son crâne. Là où le vautour avait fait son apparition, les plumes du pauvre cygne se teintaient de noir, s'assombrissant lentement, prenant petit à petit possession du malheureux oiseau. Lorsque la voyageuse rouvrit ses yeux embués de larmes, la moitié du volatile était noire, certaines plumes se détachant du corps tremblant de la créature, alors que le rapace se délectait du spectacle auquel les trois protagonistes assistaient. Quelques fils sombres s'enroulaient autour du cou du cygne autrefois flamboyant, comme désirant l'étrangler dans son désespoir. Celui-ci se débattait sans trop de conviction, se vidant de ses forces à mesure que le vautour croassait. Ce dernier semblait bien se marrer. Ne supportant plus la vue que lui imposait cette horrible scène, elle se leva d'un bond, s'excusa auprès d'Hugin de la souffrance qu'elle avait dû lui imposer, et traversa le rideau.

Elle débarqua en larmes dans la pièce où ses camarades patientaient.
Immédiatement, elle sécha ses larmes, prétexta un malaise, et prit la porte.
Elle s'adossa contre le mur, jusqu'à glisser au sol, et se recroquevilla sur elle-même, parcouru de sanglots. Ce n'était pas le fait de savoir qu'elle n'avait sûrement pas gagné le concours avec sa forme hideuse qui la mettait dans cet état. C'était le fait que tout le monde verrait qu'elle n'était qu'une pauvre gamine torturée, et faible, rongée par un être qui ne voulait du bien à personne. Parfois, elle voulait que tout s'arrête. Tout.

La jeune fille attendit, et profita de la quiétude et de la solitude qu'offrait le couloir, pour pleurer toutes les larmes de son corps. Quel foutu mélodrame de merde.



.

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 27/12/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Jakob Baekeland
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 140
Renommée: 220
Honneur: 35
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Mar 10 Sep 2013 - 23:01
Tel un rigoureux orchestre macabre, tous les os de Jak se mirent à crépiter à cœur joie quand son aimable postérieur pris place sur la chaise en bois. Ah quel bonheur, quelle plaisir ! La liste de boustifailles culinaires que commanda l’organisateur si tôt qu’il fut tous installés ne put qu’ajouter à sa délivrance spirituelle, anesthésiant avec parcimonie ses douleurs encore vives. Aux quatre coins de la table ronde chacun exposait ses hématomes et cicatrices, las d’une nuit qui ne devait pas encore prendre congé. Enfin, boissons et pâtisseries firent leurs entrées. Ingurgitant avec plus de célérité qu’une onde les petits gâteaux en devançant adroitement ses confrères, Jakob arrivait à tirer son épingle du jeu et à garnir gracieusement son estomac de pécans, nougatines et autres confiseries ingénieuses. Une lampée de jus d’orange pour se débarrasser de ces maudites miettes coincés entre les dents et l’habile voyageur se remit à l’ouvrage.

Dreamland se révélait pour tout appétit démesuré une bien confortable assurance, qui, entre chaque assoupissement, épongeait le gras comme elle éradiquait la routine. Mais même en ces lieux les ressources n’étaient inépuisables et les réserves s’amenuisaient dangereusement devant le regard calculateur et bouffi d’un Jakob aux allures de hamster. Alors qu’il cherchait du regard ou plutôt des narines une énième source de victuaille pour garnir un peu plus la tablé, l’organisateur redirigea vers lui-même les attentions en prenant la parole.

Les remerciements de circonstances ouvrirent son discours, bien qu’un peu pauvres aux yeux d’un Jakob contusionné, pour finalement laisser place aux dernières informations et instructions du concours. Du point de vue auditif de Jak, on pouvait résumer le tout à cela :

« Vous pouvez continuer de boire et manger! »


Pour honorer ces nobles paroles, Jakob reprit un morceau de cake en souhaitant longue vie au pâtissier de la Tour. Finalement l’organisateur se retira en compagnie de son assistant pour disparaitre à leur vue derrière l’inquiétant rideau noir. La seconde épreuve du concours passait donc à la trappe, n’offrant comme résultat la seule disqualification d’un énergumène de mauvais genre. Les participants devraient s’en satisfaire. Le mystère planait donc sur la dernière partie de la soirée mais la fin s'imposait désormais comme une évidence et la révélation du vainqueur n’était plus qu’inéluctable décompte. S’ensuivit l’appel du premier des condamnés.

« Lithium »

Ah ben mes cons, on a encore eu d’la chance ! Répondant au signe de tête de son adversaire du jour qui s’aventurait vers l’inconnu par un sourire compatissant, Jakob l’opportuniste se saisi, une fois Lithium le dos tourné, du biscuit qu’elle avait innocemment abandonné pour le bouloter d’un seul trait. Y’a pas de petit profit. Quand Lithium franchis le voile occlusif, un silence, dû à l’appréhension, s’installa. Essayant de déboucher sur une ambiance moins tendu Jak finit par tenter de briser l’angoisse de l’attente.

- Et sinon dans la vie, vous faites quoi ?

Ils furent néanmoins bientôt interrompu par des cris, de souffrance aurais juré Jak, provenant de derrière le châle d’ébène. Le poulpeux interrogea de son regard intrigué et terrifié les autres qu’il imaginait aussi pris de stupeur. Quand les râles prirent une allure inquiétante Jakob se leva pour aller s’assurer que tout allait bien mais ses douleurs toujours présentes le statufièrent honteusement. Devant lui, le fin voile se souleva alors brusquement, dévoilant les blonds cheveux de la voyageuse et ses yeux noyés de larmes qu’elle masqua aussitôt. Tout alla très vite et Jakob n’eut le temps de dire mot qu’elle avait passé la porte de la salle, les laissant cois et mal à l’aise. Le poulpeux ne sut comment réagir, il vacilla et retomba sur le siège en un craquement sonore. Par Thor, que s’était-il passé à l’intérieur ?!

« Jakob »


… OH. MY. GOOOD ! Fuis pauvre fou ! Le Jak trembla comme Parkinson avant lui en imaginant la pire des fins possibles. Il était pris au piège ! Pris d’un élan nerveux, il agrippa sa chaise fermement et fit irruption derrière le rideau en la brandissant, disons plutôt en la trainant péniblement à terre vu son état lamentable, comme une furie.

- Que personne ne bouge !

L’organisateur et l’assistant, qui se massait le cou, le regardèrent ahuris tandis que lui-même n’offrait pour seul spectacle sa misérable frayeur. Se rendant compte qu’il n’y avait à proprement parlé rien de statistiquement mortel ou dangereux, il s’assit sur sa chaise, tout en gardant un œil vigilant sur le nœud pap’ de l’organisateur. Pas con le type, hé !

- Bon ben, hein, alors ? Hein, quand même quoi. Non mais. Puis enfin quoi, faire pleurer une jeune fille, m’enfin, voyons, pardi. En voilà des manières !

Après un court moment d’incompréhension, les explications fusèrent quant au déroulement de l’épreuve et Jak préféra alors ne pas demander ce qu’il s’était passé plus tôt. Pas ses oignons, mieux valait ne pas s’en mêler pour le moment. Lithium plantait des couteaux dans le dos des gens comme une grande, elle s’en remettrait. Après tout, hein, bon alors. L’assistant se leva finalement et le fixa droit dans les yeux. Jakob soutint son regard en plissant les siens pour essayer d’hypnotiser le Malphas. Un aigle blanc, un aigle blanc, un aigle blanc, il fallait que ce soit un aigle blanc. Voir un condor à la limite. A bord du grand condor, tu recherches les cités d’… ! Concentre-toi Jak, il va prendre le dessus ! Un aigle blanc !





Spoiler:
 
Hé merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Sam 14 Sep 2013 - 5:00


Estelle était donc restée à attendre son tour. Elle devait être la seule à avoir comprit en quoi consistait cette dernière épreuve. Hugin allait sonder les gens pour se matérialiser ensuite en oiseau. Et donc, la plus belle forme qu'il prendrait serait celle du vainqueur. La jeune femme connaissait déjà la forme du Malphas quand il l'observait: un magnifique paon au plumage améthyste et quelques plumes noires ici et là. Mais pouvait-elle dire que cet oiseau était beau? Certes, elle le trouvait très beau, le plumage était pour elle magnifique même, mais c'était son cœur qui était représenté: normal qu'elle aime donc. Elle se demanda si elle ne pourrait pas plutôt faire participer l'un de ses chats? Les deux invocations avaient servit pour les autres épreuves, pourquoi pas pour celle-ci? Merde, allait-elle encore se faire mâcher le travail par un matou? Il semblerait qu'elle espérait cette alternative. Déjà par curiosité de voir comment Hugin se changerait en fixant Felix. Un oiseau naissant du cœur d'un chat, plus ironique que ça, cela ne doit pas exister pensa-t-elle.

Les explications venaient d'être données à Lithium et Hugin pouvait sentir en l'observant qu'elle ne se sentait pas bien. Avait-elle peur de ce qu'elle pourrait voir? Mettre l'âme de quelqu'un à nu n'est pas forcément une bonne idée, mais le Malphas l'ignorait, pour lui, c'était une chose normal, naturel même: c'était son pouvoir, son seul moyen d'avoir sa véritable apparence. Même si celle-ci était plutôt changeante en fonction de la personne, il n'en restait pas moins un oiseau. Il prit une longue inspiration après avoir mit toute son attention sur la blonde. Libérant alors son pouvoir, il sentit les plumes sortir de sous sa peau, cela piquait un peu mais il aimait cette sensation. Ses bras s'allongèrent et se couvrirent de plume alors que ses pieds étaient à présent palmés. En un instant, il était devenu un magnifique cygne blanc. Il trouvait qu'il inspirait la pureté et la douceur. Il ne voyait là aucune tâche, rien qui pourrait montrer chez cette fille une part de méchanceté, chose plutôt rare voir même inquiétante. Comment pouvait-on être pure à ce point? Cette question l'obsédait mais il prit son envole dans la pièce, faire un tour de scène pour s'éclaircir les idées quoi.

Son vol fut stoppé par une douleur au niveau de sa poitrine. Il sentit sa respiration se bloquer, il parvint à lâcher un hurlement qui s'étouffa rapidement dans sa gorge. Tombant au sol, il parvint à se réceptionner tant bien que mal. La douleur s'accentuait, il sentait des picotements au niveau de son cou et de son épaule: son plumage changeait, les plumes s'assombrissaient. Jamais une de ses transformations n'avaient eut un tel effet... Que se passait-il? Sa tête tourna, il vit alors flou et une autre tête jaillit de sa gorge: une tête de vautour. Sa vision était étrange: il voyait par les yeux des deux têtes et cela était plutôt dérangeant. Il eut un haut le cœur, son corps continuait de le faire souffrir alors que les plumes grisâtres se répandaient sur son corps. Cette fille était rongée de l'intérieur, comme si elle cachait sa vraie nature, l'ayant refoulé au plus profond d'elle pour enfin la laisser revenir petit à petit en avant avec une nouvelle conscience. Deux êtres dans le même corps, elle avait donc une seconde personnalité? Hugin imaginait que cela existe, mais il n'aurait jamais cru que cela pourrait lui être si douloureux, voir même dangereux.

Lithium sortit de la salle en trombe, passant le rideau sans se retourner. Ce spectacle semblait l'avoir bouleversé. L'oiseau s'étala sur le sol dans un dernier râle et il reprit alors une forme humaine. Mais Hugin eut du mal à se remettre sur ses jambes: tout son corps tremblait suite à ce qu'il venait de vivre. Son rythme cardiaque résonnait dans sa tête et sa poitrine. Il demanda un instant de répit à l'organisateur pour souffler. S'appuyant au mur, il but un verre de jus d'orange et se jura d'aller voir cette fille après. Il devrait s'excuser pour ce qu'il venait de faire, il voulait savoir si elle avait toujours été ainsi. Peut-être qu'il pourrait lui être utile: l'aider à savoir jusqu'à quel point ce mal la ronge... S'il avait maintenu sa forme, peut-être qu'il aurait vu si le vautour s'estompait ou s'il dévorait le cygne. Mais il n'en avait pas eut la force. Est-ce qu'elle allait bien?

Estelle avait vu Lithium revenir en pleurant. Elle l'observa quitter la pièce: son cœur était-il si laid que ça? La jeune fille avala un morceau de cake et sauta de sa chaise, elle voulait se dégourdir les jambes alors que l'organisateur appelait déjà le participant suivant. C'était monsieur poulpe qui s'y collait cette fois. Estelle approcha de la vielle dame et lui fit un sourire. Et elle, se changerait-elle en vieille poule fatiguée mais tout de même jolie? Comment cela fonctionnait-il avec l'âge de la personne? Elle soupira et se demanda pourquoi elle s'intéressait autant aux autres, à croire que Hugin avait une influence sur elle. Normalement, elle détestait la compagnie, elle n'aimait pas les gens, se méfiait de tout le monde et insultait ceux qui l'approchaient de trop près. Dreamland allait-il parvenir à la rendre plus aimable? Surement que non, mais ce piaf tout de bleu vêtu, lui, y arriverait peut-être. Elle repensa aux cris quand Lithium était derrière le rideau... La transformation lui avait été douloureuse? Allait-il bien? Elle voulait aller voir, si cet idiot en faisait trop elle devrait lui en coller une. C'est là qu'elle réalisa: elle avala de travers, toussota et se courba en avant, les larmes aux yeux. Un morceau de cake était mal passé dans sa gorge, oui ce n'était que ça! Non, elle n'avait pas pensé à... Elle ne pouvait simplement pas être... C'est un oiseau et quoi? Il n'est même pas réel. Oui, voilà, elle s'était juste étouffée et son esprit avait déraillé.

Jakob semblait décidé à faire la morale: on ne fait pas pleurer une fille disait-il. Hugin se contenta de sourire: elle avait pleuré et lui avait pensé mourir. Ils étaient quittes non? Enfin, il s'excuserait, jamais cela n'aurait du déraper de la sorte. L'organisateur expliqua au poulpe en quoi consistait l'épreuve et de nouveau, Hugin plongea son regard dans celui du jeune homme. Après plusieurs secondes, il se sentait prêt pour se transformer, même s'il craignait un autre "accident", il devait le faire. Déjà par curiosité mais aussi car il voulait que le monde entier connaisse l'existence des Malphas, que personne n'oublie cette espèce sur le point de disparaitre à cause du désintérêt des hommes pour le ciel. Oui, l'homme avait conquit le ciel et l'espace, il ne rêvait plus de voler, il le pouvait à présent. Et ainsi, les Malphas s'étaient éteint un à un... C'était à lui de faire renaitre l'espèce.

Son corps changea, il se sentit rétrécir comme jamais. Son plumage se fit noir et blanc, mais il était étrange, était-ce vraiment des plumes? Elles étaient plus petites et sur son torse, on aurait plutôt dit des poiles. Mais c'était bien un oiseau, il comprit enfin à quoi il ressemblait: un pingouin. Il sauta ici et là et battit des ailes pour voler afin d'atterrir sur les genoux de Jakob qui semblait dépité par ce qu'il voyait. Content de sa prestation malgré tout, Hugin se sentait d'humeur à s'amuser un peu à croire que cela venait de sa transformation. Il retomba sur le sol et reprit sa forme humaine. Les deux créatures remercièrent alors le Voyageur et l'invitèrent à retourner manger. Hugin lui tapota l'épaule pour le consoler: désolé mec, tu aurais pu être un rapace géant, avoir du charisme mais non... Pas de chance.

Ce fut ensuite le tour de la vieille dame. Cela dura plusieurs minutes et Estelle commençait vraiment à perdre patience. Elle se contentait d'observer monsieur poulpe s’empiffrer comme un chien affamé et cela la répugnait. Depuis qu'elle s'était étouffée, depuis qu'elle avait osé penser qu'il se pourrait qu'elle soit... Elle était d'une humeur exécrable. Elle ne voulait même pas voir Hugin, ou plutôt, elle ne voulait surtout pas le voir lui! Mais ce fut finalement son tour. Elle avala difficilement sa salive et s'avança d'un pas tendu. Estelle souleva le rideau, se forçant à ne pas regarder le Malphas, elle défiait presque du regard l'organisateur qui commençait déjà ses explications. Mais elle le coupa directement pour dire qu'elle connaissait déjà parfaitement le pouvoir de son ami, pour l'avoir déjà vu le faire sur elle à plusieurs reprises. Elle fit alors apparaitre Felix qui bondit sur la chaise et elle se détourna en disant qu'elle préférait que ce soit le cœur du chaton qui soit représenté. Hugin lui agrippa l'épaule pour tenter de la faire rester et leurs regards se croisèrent. Elle sentit son estomac se nouer et elle le repoussa vivement pour passer le rideau sans attendre.

Quelques minutes plus tard, Hugin, l'organisateur et le chaton vinrent rejoindre les autres. Le Malphas traversa la pièce, cherchant Lithium des yeux, il voulait la voir. Il voulait aussi savoir quelle mouche avait piqué Estelle, mais cela pourrait attendre. Sortant de la pièce, il trouva la blonde qui semblait encore se remettre de ses émotions. Il s'approcha doucement, posa une main amicale sur son épaule et lui fit un sourire.

"Est-ce que ça va aller? Je suis sincèrement désolé que cela ce soit passé ainsi... Si j'avais su avant, je te promet que je ne l'aurais pas fais... J'ignore si tu es ainsi depuis longtemps mais... Fais attention à toi. Je pense que tu peux vaincre ça. Tu semble voir le monde en deux parties: soit en noir, soit en blanc. Alors que non, tout n'est fait que de nuances de gris. A toi de trouver les nuances qui te constituent. Inutile de vouloir être pure comme la neige et de voir cette autre entité comme le noir, le mal absolu. Une chose est sûre: vous combattre l'une et l'autre ne vous mènera nulle part. Vous allez juste vous entretuez. Apprenez à vous connaitre, à vous entendre. C'est le mieux à faire..."

Il ne savait pas trop s'il avait bien fait de dire ça, mais c'était ce qu'il voulait faire: s'excuser et tenter de l'aider comme il le pouvait. Il lui fit un autre sourire et se retourna pour retourner dans la salle de l'épreuve.

Mais quelqu'un les observait: Estelle, au coin de la porte, lançait un regard noir dans leur direction. Elle claqua la porte avec force sans attendre. Quand Hugin l'eut rejoint, elle se contenta de le dévisager puis de regarder ailleurs. Il en fut de même pour Lithium quand elle se décida à revenir. Mais elle s'imaginait quoi? Que le Malphas s'intéressait à la blonde? Était-elle vraiment jalouse? Non, elle pensait que non, c'était juste SON oiseau à elle! Il ni avait rien de plus, il l'avait sauvé, elle en avait fait de même, c'était son compagnon, pas moyen qu'il se casse avec une inconnue et qu'elle se retrouve seule. Sa boule à l'estomac semblait avoir grossit mais elle fut sortit de ses pensées par la voix de l'organisateur.

"Merci à tous pour votre participation! Et encore merci d'avoir sauvé la tour. Sachez que, vous serez toujours les bienvenue ici. Que certains feront très certainement des statuts ou des tableaux en votre honneur et que vous serez toujours vu ici comme des héros qu'importe ce que vos actions futurs puissent être! Maintenant, le résultat de l'épreuve."

Il tira le rideau pour montrer un mur unis et blanc. Dessus y était accroché des tableaux, ceux représentant les différentes formes qu'avait prit Hugin un peu plus tôt. Tout à gauche, il y avait le portrait d'un magnifique cygne blanc qui ouvrait ses ailes pour se préparer à s'envoler. Gravé dans le cadre, on pouvait y lire: Lithium Elfensen. A coté venait le tableau d'un petit pingouin faisant l'idiot et qui semblait très mignon et attachant. Y était gravé le nom de Jakob Baekeland. Ensuite, il y avait la représentation d'une hirondelle, un peu plus grande que la normale et avec un plumage un peu plus bleuté et celle sous le bec tirait sur un orange très flashy. Mais le plumage avait quelques défauts: il manquait ici et là des plumes, comme si l'oiseau n'était plus tout jeune. Oui, c'était bien le portrait de la vieille dame. Et enfin, venait un petit canari tout jaune avec un bec presque rouge sang. Ce petit oiseau semblait mignon mais il était représenté le bec grand ouvert comme s'il piaulement sans arrêt. Toute manière, les canaris sont bien connu pour casser les oreilles non? Mignon peut-être, mais bruyant. Quelqu'un se douterait-il que ce n'était pas Estelle? Même si c'était inscrit sur le cadre, les gens avaient du voir ce paon qui avait survoler les alentours de la tour. Enfin, la jeune femme s'en moquait bien.

"Voilà quatre tableaux qui ont été réalisé grâce à une créature onirique très rare: Hugin Malhpas. Sachez, Voyageurs. Que son espèce est en voie de disparition, car l'Homme, ne s'intéresse plus autant au ciel, il ne rêve plus de l'explorer et les oiseaux ont ainsi perdu de l'intérêt à vos yeux. Bien sur, certains seigneurs cauchemars veulent un Malphas chez eux, tel un trophée, c'est pourquoi il n'en reste que très peu à présent... Mais grâce à vous, peut-être que nous pourront aider ce garçon. Les tableaux seront toujours exposés dans le hall d'entré et seront rejoins par des statuts de vous. Mais avant toute chose... Laissez moi déclarer qui est le vainqueur de ce tournoi! Alors... Le vainqueur est...."

Estelle explosa dans un nuage de fumée. Son réveil venait de sonner et elle ouvrit les yeux dans son lit. Elle se redressa lentement, bailla et pensa à Hugin: serait-il déçu qu'elle ait perdu? Pourquoi fallait-il encore qu'elle pense à ce foutu volatile? Elle sortit du lit de mauvaise humeur, se disant que la nuit suivante, elle n'irait pas rejoindre Hugin, elle n'avait pas besoin de lui après tout. A peine était-elle entrée dans sa salle de bain qu'elle commençait déjà à penser que lui, il aurait besoin d'elle. Estelle poussa un soupire: inutile de le nier, elle irait le rejoindre... Cependant, elle aurait bien voulu savoir qui avait gagné. Bah! Elle pourrait demander au Malphas!

HRP: je vous laisse décider du vainqueur ^^

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2638
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Lun 16 Sep 2013 - 22:14
"Toute vérité n'est pas bonne à prendre."




Laide.
Voilà comment elle s'était vue.
Un magnifique cygne, pur, serein.
Puis un vautour, affreux, et atrocement agressif.
Rien n'aurait pu être plus moche que ce qu'elle était, à part Bis elle-même.
Elle l'entendait encore ricaner lorsqu'elle la demoiselle avait découvert le résultat de la sonde sur son âme. Un rire immonde, retentissant dans son crâne, lui rappelant toutes les horribles choses qu'elle avait commises. Toutes ces atrocités.. Si elle pouvait seulement se racheter, tout effacer, elle le ferait sans hésitation. Mais rien de tout cela n'était possible. L'intruse représentait tout ce qu'elle avait été, et ce qu'elle ne voulait plus être. Elle était l'incarnation de sa colère passée, de toute la rage et la rancœur qu'elle avait emmagasinée au sein de son petit corps. On ne pouvait pas se débarrasser aussi facilement de tant d'années d'aigreur, cela relevait de l'impossible. A moins d'être Bouddha ou Gandhi.


"Et voilà où ça l'a mené le bisounours.
Il est mort. Comme tout ces autres idiots d'utopistes pacifistes.
Si tu ne veux pas finir en mierda d'artista, enfermé dans une vulgaire boîte de conserve, écoutes-moi."
, susurra Bis.
"Toi et moi pourrions faire de grandes choses.
Ta tête angélique, et mon savoir-faire, tous les deux combinés, nous ferions des ravages.
Nous pourrions mettre le monde à nos pieds, faire régner la justice, même dans les endroits les plus improbables ! Il suffirait juste que tu acceptes ma présence."


"Et que j'abandonne le combat ?", cracha Lithium à travers ses sanglots.
"Je ne veux pas de toi ! Tu m'empoisonnes. Ta voix, tes pensées, tes satanés coups de pute.. T'es toujours prête à me voler mon corps pour en faire ce que tu veux ! Tu ne penses qu'à tuer pour satisfaire tes désirs pervers et malsains. Je voudrais simplement que tu me laisses tranquille, que tu disparaisse."

".. On peut jamais discuter avec toi.
Y'a peut-être une raison pour laquelle je suis là, non ? T'y as pas pensé peut-être ?
Bah moi oui ! J'aimerais savoir pourquoi je suis née dans le corps d'une sale gamine pleurnicharde, qui ne cesse de se plaindre. Bouhou houu.. Ma vie est trop nulle, je suis un monstre, j'ai tué des gens qui en avaient tués d'autres, j'aime les poneys et les petits lapins blancs.. Mais assumes un peu, putain !! T'as fais des choses que tu trouvais sale ? Bah contentes-toi de garder justement ça en tête. Même si il n'y a que moi pour s'en réjouir, contentes-toi de ça, bordel. Ce sont des expériences qui t'ont façonné, alors fais pas chier, et ferme un peu ta gueule."


".. Façonné ? Tu veux plutôt dire fragmenté oui.
Je ne sais même plus ce que je suis avec toutes ces conneries."


"Ah non, tu vas pas recommencer !
J'ai autre chose à foutre que de m'occuper de tes foutus états d'âmes de pisseuse."


"Va te faire v..", commença Lithium avant de se taire brusquement.

La créature des rêves qui l'avait sondé, venait d'apparaître.
Que lui voulait-il ? Après ce qu'il avait vu, comment pouvait-il venir la voir ?
S'inquiétait-il de son état ? Il devrait plutôt s'occuper de lui, avec ce qu'il avait dû endurer en interprétant son cœur. La jeune femme essuya ses larmes, tentant tant bien que mal d'afficher un air jovial et agréable. Avec son visage rouge et trempé, difficile de faire bonne figure. Lorsqu'elle sentit la main sur son épaule, elle manqua de se dégager par réflexe, mais à la vu du chaleureux sourire qu'il lui offrit, elle n'en fit rien. Elle l'avait fait souffrir, et voilà qui lui souriait comme si de rien n'était ? Il s'excusa même de ce qu'il s'était produit derrière le rideau. Mais.. Ce serait plutôt à elle de se confondre en excuses ! La jeune femme écouta en silence ce que l'homme-oiseau avait à lui dire, ponctuant par quelques brèves micro réactions ses paroles. Il s'excusait, se demandant si elle était "ainsi" depuis longtemps ou non. Plus ou moins schizo ? Franchement, elle ne s'en souvenait même plus. C'était déjà trop longtemps pour elle. Il l'encourageait, supposant qu'elle pouvait vaincre cette entité. Cette même-entité qui d'ailleurs, ne se priva pas de soupirer d'un air arrogant, méprisant. Le/la vaincre ? Elle/lui ? Qu'elle essaye la petite courge-là, se moqua librement Bis. C'était pas gagné en tout cas, pensa Lithium.

Il compara ensuite le monde à des teintes de gris.
Tout n'était que de simples nuances de gris. Pas noir, pas blanc, mais gris.
La voyageuse ne put s'empêcher de sourire. Il n'avait pas tort, et cette façon de voir les choses lui plaisait. Il lui conseillait de ne pas voir Bis comme le mal incarné, de ne pas se battre sans cesse comme deux chiens enragés, mais au contraire, à peut-être travailler ensemble. Sinon, elles finiraient par se tuer, toutes les deux. Et ce ne serait que dans la mort qu'elles s'accorderaient. Sur ce point-là, la jeune femme resta perplexe. Accepter Bis ? Travailler avec elle ? Mais.. Comment ? Comment la voir autrement qu'un monstre égoïste et sans cœur ? Elle n'arrivait pas à voir un avenir où elles deux s'entendraient. Apprendre à se connaître.. La simple idée de poser des questions à Bis sur d'éventuels souvenirs, et un passé caché, la dégoutait. Et non pas qu'elle s'en foutait, mais un peu si. devait-elle faire des efforts à son égard ? Pourquoi ? La blonde lui lança un regard triste. Etait-elle vraiment obligée de faire ça ?

Le garçon lui sourit à nouveau, et s'en retourna vers les autres.
Ses paroles étaient à prendre en compte. Allez savoir si maintenant, la jeune femme désirait les appliquer ou non. Difficile à dire. La dessinatrice patienta quelques instants encore, puis, bien décidée à se reprendre un peu en main, elle se releva, inspira, expira, et entra dans la pièce. Elle devait affronter le regard des autres, assumer ce qu'elle était. Un peu de courage.. Elle déglutit plusieurs fois, stressée. Elle remarqua à peine le regard que lui balança la gamine aux chats. Pas tout à faire remise, elle préféra s'asseoir en attendant le verdict. Elle n'avait pas gagné, elle le savait. Comment aurait-elle pu avec une forme aussi hideuse ? Mais bon, tant pis, fit-elle en haussant les épaules. Ce n'était qu'un malheureux concours. C'était dommage, certes, mais c'était le jeu. Bis la répudiât d'être aussi défaitiste, qu'il fallait toujours partir vainqueur, mais franchement, comment être optimiste ? Vint enfin l'organisateur et ses grands souliers. Il les remercia pour la Tour et leur bravoure -Et ma médaille ? Où qu'elle est ma médaille ?, s'enthousiasma Bis - qu'ils auraient des statues à leur effigie, bla bla bla.. Ah ouais, ouais, ouais !C'est moi qui pose, vas-y, laisse-moi poser ! Tout le tin-tsouin habituel quoi, avec tout de même un élan de gratitude.
Puis vint le moment tant redouté; la venue des tableaux. Lithium se cacha instinctivement les yeux, comme pour se protéger de la vision horrifique que lui procurerait sa propre personne. Le rideau se leva, découvrant un mur intégralement blanc, décoré des tableaux de chacun. Ne souhaitant pas se voir, elle entrouvrit les doigts, et observa les noms avant de regarder ensuite l'image. Elle sauta son nom directement, et tomba directement sur Jakob. La jeune femme leva les yeux, et découvrit un adorable pingouin, qui faisait le malin. Ooh, c'était trop mignon ! Le poulpeux était un être marrant et sociable, ne manquant pas de faire sourire son prochain. Franchement génial. Un sourire éclaira son visage, et celui-ci se transforma en une sorte de respect lorsqu'elle découvrit celui de la vieille femme. Une magnifique et imposante hirondelle, éclairant de son plumage bleuté le tableau. Le orange de son bec illuminait joyeusement la photo. Les quelques plumes disparues, attestant de l'âge avancé de la grand-mère, n'enlevait rien de sa majesté. Celui-ci était décidément son préféré, et elle aurait voté, si elle avait pu, pour lui. Le dernier était un petit canari, ne tenant pas en place, et exprimant par ses cris imaginaires que, oui, j'existe, regardez-moi. Il représentait apparemment la gamine aux chats. Lithium arqua un sourcil. Ah ? Bis ne put s'empêcher de ricaner.


"ça m'étonne même pas tiens.
Elle à l'air d'une mioche, incapable de fermer son clapet, et adorant que les projecteurs soient sur elle. Exactement ce que je déteste. Et puis les regards qu'elle te jette depuis tout à l'heure.. Me demande ce qu'elle veut la merdeuse."


Pas faux.
Elle l'avait pas vu ça.


".. Oh.
Tu devrais regarder le tien ma vieille.
ça vaut le coup."


De quoi ?
Le sien, pourquoi ?
Oubliant de se cacher les yeux, elle se retourna vers le premier.
Ses pupilles rétrécirent sous la surprise, et la jeune femme resta bouche bée.
Ce n'était pas le spectacle horrifiant auquel elle avait assisté qu'elle voyait, non.
Pas du tout même. Ils n'avaient capturé que le début de la représentation, c'est à dire, le cygne déployant ses ailes. Son regard s'illumina de joie, et elle soupira de soulagement. Personne à part un comité réduit ne verrait ce qu'elle était, personne. Elle se tourna vers l'oiseau, le cherchant du regard, puis une fois trouvé, lui lança un sourire éclatant, le remerciant de ne pas avoir dévoilé la suite. Elle était ravie.
L'organisateur continua son discours, insistant que tout ça avait été possible grâce à Hugin Malphas, une créature des rêves en danger critique de disparition. Ah bon ? C'est vrai que personnellement, elle ne connaissait pas cette race, pas avant qu'il n'en parle juste à l'instant. Apparemment, grâce à eux, peut-être qu'ils se repeupleraient doucement, arrachant un nouveau désir aux hommes à l'égard des cieux. Si ils pouvaient aider, alors oui, Lithium participerait. Si elle pouvait faire davantage, elle le ferait. Maintenant, il était temps d'annoncer le nom du vainqueur. La tension était à son apogée. Après tant d'épreuves, aussi bien physiques qu'artistiques, ils allaient enfin savoir qui étaient le vainqueur. Elle pencherait personnellement pour la vieille femme, pour sa force et son courage, ou pour Jakob, parce que le pingouin un peu fou-fou, c'était trop mignon. La réponse ne se fit pas attendre.

Le gagnant était.. La grand-mère et Lithium ex aequo.
Oh merde ! La jeune femme n'y croyait pas. Elle en faisait partie !
Elle se tourna vers la grand-même, ravie elle aussi, bien qu'elle semblait étonnée. La demoiselle la remercia, ainsi que tous les autres. Pourtant, lorsqu'elle réfléchit quelques secondes, elle ne pouvait pas s'en satisfaire. A ses yeux, elle ne méritait pas une partie de la victoire. Qu'un seul côté d'elle-même avait été montré, et non les deux. Ce qui n'était pas juste. Alors que l'organisateur s'apprêtait à les féliciter, la jeune femme secoua la tête de déni. Non, elle ne pouvait pas, elle n'en était pas digne. La mamie méritait pleinement la victoire, elle-seule. Par son courage, sa force et sa ténacité, elle était en droit de réclamer le gâteau entier. La blonde vint à la rencontre du monsieur, et lui expliqua son désir: celui de laisser la grand-mère, seule, à la première place. Celui-ci ne comprenait pas pourquoi quelqu'un refusait une tête de podium, mais au regard qu'elle lui lança, il comprit que ce qu'il s'était passé derrière le rideau y était assurément pour quelque chose. Il revint donc sur ses mots, que par la force des choses, la mamie était la vainqueur légitime du tournoi. Tous s'échangèrent des accolades, des félicitations et tout ce qui s'ensuit habituellement.

Lithium ne manqua pas de remercier tout le monde pour cette nuit, ne cherchant pas à se justifier pour son geste étrange. Elle en avait décidé ainsi, à voir ce qu'ils feraient ensuite. Elle espérait revoir certaines des personnes ici présentes, même si pour Jakob, cela s'était déjà produit. Puis elle se réveilla, ravie d'avoir pu terminer cette soirée dans la bonne humeur. Toute tristesse était balayée. Pour le moment.




.

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 27/12/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Jakob Baekeland
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 140
Renommée: 220
Honneur: 35
MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année! Mer 18 Sep 2013 - 19:24
Le voile noir ondula derrière un Jakob qui sortait de son entrevu les yeux grands ouverts. Il se laissa choir sur une chaise, moue hésitante au visage et regard un peu perdu, qui fixait sans réel conviction un point de chute sur le mur qui lui faisait face. Un pingouin. Alors finalement, c’était ça. Le reflet de ce qu’il était. Le dernier test n’était pas tant une épreuve pour la réussite du concours mais plus une épreuve envers soi-même. Une révélation, un confort, peut-être une déception pour certains. Il était difficile de saisir la totalité des aspects que revêtaient cette transcription et la nature, la forme singulière qu’elle incarnait pour chacun. Un pingouin. Que pouvait-il bien représenter ? Un gag. Quoi d’autres sinon ? L’oiseau était une blague à lui tout seul. Tellement pataud, tellement simple, et si improbable. Rien qu’en repensant à son apparition Jak se mordait malgré lui les lèvres pour s’empêcher de rire. A quoi bon d’ailleurs ? Il laissa échapper un ricanement involontaire quand l’image de l’oiseau se dandinant maladroitement le rattrapa. Qui désirerait être un aigle blanc après ça ? C’était parfait. Sans prétention et juste amusant. Un pingouin. Et alors ? Ça, il ne figurerait pas dans le top des plus majestueuses incarnations qu’avait pris et que prendrait encore le Malphas mais il n’y avait pas qu’une seule voie. Il était voyageur du poulpe pas du requin ou du tigre et son oiseau intérieur restait fidèle à cette idée. Pfff ! Un pingouin, ouai, un pingouin, c’était ça.

La réalité le rattrapant Jakob repensa au teint lacrymale de Lithium à sa sortie précipité de la pièce. Sa gorge se noua et il se demanda ce qu’elle avait bien pu voir. Qu’est-ce qu’en elle avait bien pu la surprendre et l’effrayer à ce point. Il serait bien allé la retrouver mais il préférait la laisser souffler un peu. Du moins c’est ce qu’il pensait officiellement pour se donner un genre. En vérité son dos était désormais littéralement coincé et il ne pouvait même plus bouger de sa chaise. La pauvre bête n’était plus faite que de ruines. Faisant honneur à ses hôtes et à son appétit, il reprit finalement sa tournée gastronomique. Sous les yeux de la rousse qui lui semblaient quelques fois emprunts de révulsions. Il devait se faire des idées. Hé, ho mamie pas touche aux cookies !

- Echcucher moi mais ch’est pas bon ‘our ‘otre ligne ! Fit-il, la bouche pleine, en ramenant les rares denrées de son côté.

Cette bonne vieille dame avait assez mangé pour toute sa vie. Non mais. Regardez-là celle-là avec ses « blessures de guerre » ! Se battre pour protéger la Tour ? Elle avait fait un infarctus dans un escalier, oui ! L’ordure. La fin de l’épreuve s’écoula sous les bruits de bouche d’un Jak à peine gêné, qui se sentait désormais ici chez lui, et après la rousse et la vioque, l’assistant et l’organisateur finirent par sortir. Ce dernier les informa qu’il se chargeait des derniers préparatifs pour l’exposition des volatiles tandis que son bras droit du jour s’en alla par la porte, surement a la recherche de Lithium. Le terme n’était maintenant plus loin. Finalement, après quelques minutes durant lesquels Jakob avait essayé de ressuscité son bras droit qui s’était affaissé d’un coup sans prévenir, le Malphas puis Lithium revinrent parmi eux. Celle-ci avait meilleure forme, bien que surement encore troublé, et s’assit en compagnie des autres participants. Jakob le bulot ne sut quoi lui dire mais esquissa un sourire qu’il voulait rassurant.

L’organisateur prit finalement la parole et comme à son habitude, Jakob tria les données.

« Vous serez toujours les bienvenue ici ! »

Ouai !! s’écria-t-il en levant brusquement son verre en l’air. Mais maladroit, le jus d’orange lui retomba sur la tête.

« Des héros ! »

Ouai !! Il croisa les bras en hochant lentement la tête, le regard posé vers l’horizon et les cheveux coulant sur son visage.

« Qu'importe ce que vos actions futurs puissent être! »

Wouhou !! Il allait flinguer la vielle !

« Le résultat de l'épreuve. »

Bon ok, mais vite alors. Si tôt, l’organisateur dévoila de derrière un rideau, quatre tableaux où étaient représentés les quatre oiseaux des participants. Le premier était un gracieux cygne, blanc comme la neige. En dessous « Lithium Elfensen ». Bon. Alors. Jakob Holmes porta sa main au menton, l’air incrédule. Ou alors il s’était passé autre chose derrière le rideau, ou alors la Lili s’était bien foutu de leur gueule ! Le bénéfice du doute lui était offert. A sa droite, un pingouin. En dessous « Jakob Baekeland ». Ouai, c’est moi, c’est moi ! A sa droite, une hirondelle légèrement vieillissante. En dessous « La Vieille ». A mort ! A mort ! A sa droite, un canari jaunâtre. En dessous « Estelle ». Jakob Holmes porta sa main au menton, l’air incrédule. Ou bien le paon de tout à l’heure n’était pas le reflet d’Estelle, ou bien un de ses fichus matous avait pris sa place !

Laissant le temps à tout le monde pour l’observation, l’organisateur reprit finalement à qui de droit, pour décerner la victoire.

Ah, non, pardon, il faisait un cours d’histoire. On s’en branle du piaf enc- ! Enfin Jak ! Un peu de tenu. Il était donc question de la nature du Malphas et de sa race qui s’éteignait inéluctablement mais que le concours avait permis de revenir sous la lumière des projecteurs et de s’offrir un sursis. Une noble action Jak, une très noble action. M’en fout !

« Le vainqueur est.... Lithium Elfensen !

Ouai ! Bien joué Lili !

... Et Mère-Grand ! »

NOOOOOOOOON ! Non, non, NOOOON ! Non ! C’est im..possible… pô possible… Même pô juste. Lunatique comme pas deux, le Jak reprit du tentacule de la bête en savourant sa troisième place juste après Estelle qui était arrivé en seconde position. Il était sur le podium ! Le podium c’était bien, il pourrait s’en vanter des années durant ! Héhéhé Okto n’allait pas en croire ses yeux :  « Jakob Baekeland, sur le podium du 38ème concours artistique ». Héhéhé. Héhé. Hé. Hé. Hé, ho ? Lithium ? Lithium ?! No- ! Qu’est-ce qu’elle dit, j’entends rien !

« Après délibération avec notre amie Lithium, celle-ci, grand prince, cède sa place ex-aequo et Mère-Grand fini donc première. Ainsi Lithium est deuxième, Estelle conclu le podium avec la troisième place et Jakob…





Hé merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 38ème Concours Artistique de l'année!
Revenir en haut Aller en bas

38ème Concours Artistique de l'année!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Tour des arts-