Haut
Bas

Partagez|

[Crypte de l'Oubli] A la recherche d'un nouveau serviteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: [Crypte de l'Oubli] A la recherche d'un nouveau serviteur Mer 30 Jan 2013 - 11:45

♦00h49♦

C’était la nuit fatidique, symbole du renouveau, et surtout, de la nouvelle année. On était le premier janvier et Dante venait tout juste d’envoyer un sms « Bonne Annee ! » à toute sa liste de contacts, c’est-à-dire pas grand monde… Il se mit doucement au lit, repensant à la mémorable soirée qu’il avait passé : après avoir mangé des toasts avec sa marraine, qui lui avait préparé un délicieux saumon fumé sur son lit de patates douces ; il avait regardé seul Harry Potter et les Reliques de la Mort, ne pouvant s’empêcher de baver devant la splendide Emma Watson, actrice qui avait illuminé ses nuits lorsqu’il était plus jeune. Depuis, il avait pris conscience qu’il n’appréciait d’elle que l’image qu’elle se donnait, et non sa véritable personnalité. Il devait tout de même s’avouer que sa beauté était inégalée. Quel dommage qu’elle se soit coupée les cheveux !

Il avait pleuré lorsque les souvenirs de son personnage préféré –Severus Rogue- avaient été révélés, et que sa nature héroïque ne faisait plus aucun doute. Le film lui avait plutôt plu, rien que le titre consistait en une sorte de clin d’ œil comique à la nature du jeune homme, dans Dreamland. Il avait d’ailleurs décidé qu’il était temps, pour lui, de retourner à la Crypte de l’Oubli. Cette dernière se trouvait dans le cimetière de Dreamland, mais le jeune Invocateur n’avait qu’à penser à ses invocations pour s’y rendre. Il comptait par ailleurs y chercher sa troisième invocation.

Allongé sur son lit, il songea à ce qu’il recherchait vraiment : une invocation défensive. En effet, Rudolf était utile pour les soins et tout ce qui concernait le déplacement, mais aussi pour pleins d’autres choses. Il était un peu le « couteau-suisse » du nécromancien, son « bread and butter » comme diraient les anglais ; Rudolf représentait la base de son pouvoir, la capacité à transmettre le Virus de Non-mort. Il ne s’en était servi pour l’instant que pour lui-même, mais rien ne l’empêchait de s’en servir pour réanimer des cadavres, par exemple… enfin, des morceaux de cadavres, plutôt. Mais Dante doutait d’être en mesure de contrôler ensuite les parties transformées, ses jambes semblant devenir indépendante quand Rudolf le mordait.

Noctis, quant à lui, était la quintessence du pouvoir de destruction de Dante. Armé de Main de Mort, conféré par le crâne animé, il disposait d’une allonge de plus d’un mètre quatre-vingt, et ce, dans plusieurs directions. D’un simple coup de griffe, il pouvait trancher en deux toutes matières organiques, et pouvait mouvoir les « doigts » composant la main dans toutes les directions, et dans toutes les positions inimaginables. Il ne pouvait pas, par contre, changer le taux de calcium de ses os, afin de les faire grandir. Mais personne ne souhaitait se voir empaler par cette indicible main.

Non, Dante en était certain, il lui fallait une armure, de quoi se défendre. Peut-être pourrait-il étendre le pouvoir de Noctis à son propre corps, afin de se créer une sorte d’armure osseuse, lui permettant ainsi de surpasser bon nombre de Voyageurs proche de son niveau. Car ce qu’il manquait à Dante, c’était une bonne défense, puisqu’il finirait par perdre contre un individu disposant d’une défense infaillible, ou d’une solide esquive, et qui baserait sa technique sur de la pure contre-attaque.

Dante se mit à fantasmer tout d’abords sur une sorte d’hérisson squelettique, puis sur une tortue cadavérique, avant de visualiser un terrible et indicible squelette de T-rex. Avec ça, c’est certain qu’aucune créature ne viendrait lui chercher des poux ! Il finit par sombrer dans une douce inconscience.

♦Dreamland♦

Dante se réveilla, et hoqueta ; il avait la bouche pleine de terre. Tentant de se redresser à l’aveugle, il se mit à griffer la terre alentour de ses ongles, afin de se sortir du bourbier dans lequel il était plongé. La terre était meuble, et il finit par émerger de ce qui semblait être un tombeau, tel une créature d’outre-tombe, réveillée de son sommeil pas si éternel que ça. Autour de lui, les trop nombreuses chandelles le renseignèrent sur l’endroit dans lequel il se trouvait : la première salle de la Crypte de l’Oubli. Et pas besoin d’être un génie pour comprendre que la tombe de laquelle il avait surgi était celle de Rudolf, du temps où il vivait, enfin où il était encore lié à cette endroit. Le jeune homme ne s’attarda pas dans la pièce et passa dans la salle supérieure ; il devait trouver une invocation puissante, et devait donc se rendre dans les salles inférieures.

Il arriva ainsi dans la seconde salle, au style moyenâgeux. Admirant un bref instant les murs de pierre et les torches accrochées aux murs, il continua dans les strates inférieures à la salle suivante. Elle était différente des deux autres, la pierre étant taillée à la manière des Incas, ou des Aztèques. Le mur composé de différentes strates évoquaient d’ailleurs ce style bien particulier, renforcé par l’aspect des tombes, sur lesquelles se trouvaient des effigies de Quetzacoalt, le serpent à plumes. Quand ces dernières se tournèrent vers lui, Dante changea d’avis : ce n’étaient pas de simples effigies, c’étaient les habitants des tombes.

Les invocations se baladaient librement, et Dante dut esquiver certaines lames mortelles, et manqua de tomber quand le sol s’ouvrit sous ses pieds, alors qu’il allait quitter la salle pour la salle suivante. Ses mains agrippées au rebord chancelèrent, manquant de le faire basculer dans le vide. Ce n’était pas le moment de flancher ! Dante parvint à se remonter à la force de ces bras, et il se mit à courir sans perdre de temps.

Il arriva à la quatrième salle, mais ne s’arrêta pas. Une forte odeur de pâtisserie le prit à la gorge, et il jeta tout de même un coup d’œil en biais. Ici, les tombeaux faisaient office de table et des cuisiniers zombies et squelettiques servaient des clients humanoïde, ou même bestiales. Ils avaient tous le même point commun : étaient mort, et avaient envie de dévorer Dante. Ce dernier parvint à leur échapper, se demandant comme il ferait pour ensuite rebrousser chemin.

La cinquième salle aurait pu se nommer Salle des Luxures. Si la précédente salle avait été liée à la gourmandise, celle-ci concernait la luxure, et une infirmière zombie aussi affriolante que décomposait côtoyait une sorte d’abomination morte-vivante, sur laquelle avait-été cousu de nombreux… phallus, semblait-il. On aurait pu dire que son slip –s’il en avait porté un- lui allait comme un gant. Et cela s’envoyer tranquillement en l’air dans une orgie aussi macabre qu’écœurante. Dante ne put retenir un flot de bile, qui s’échappa de ses lèvres, alors qu’une légion de main sectionnée animés s’occupait de satisfaire l’abomination polyphallique. Non loin de là, un cheval zombi galopait à travers la pièce, poursuivant une femme squelette en tenue de latex noir. Dante réussit néanmoins à passer inaperçu, et il quitta sans regret cette pièce, dont les murs suintaient un liquide blanchâtre et fortement odorant.

La sixième salle était totalement inondée, et il n’y avait aucune lumière. Dante frémit, et se mit à trembler, ne pouvant se décider à s’immerger dans cette eau si obscure. En même temps, allez savoir ce qu’il y avait dans cette salle. Cela pouvait être une lamproie squelettique, ou bien un monstre gigantesque, attendant que Dante plonge pour l’avaler d’une bouchée. Dante déglutit. Il ne pouvait pas non plus se résoudre à rebrousser chemin, et à risquer de prendre une douche de sp… Bon, vous m’avez compris… Il se décida donc à plonger, frôlant dans l’obscurité une sorte d’objet plutôt tranchant, qui claqua trop près de lui à son goût. Il voulut pousser un cri d’horreur, une nuée de bulles s’échappant de sa bouche, et il agita les bras et les mains dans tous les sens, espérant quitter les eaux le plus vite possible. Dante ne saura jamais qu’il avait frôlé le zombie crâne, une abomination morte-vivante peu ragoutante, dont la vision n’aurait pas manqué de lui donner des cauchemars. Si la partie supérieure du corps de cette créature était celle d’un zombie plutôt ventripotent, la partie inférieure était composée des pattes d’un crabe, et ses bras se finissaient en deux indicibles pinces, capable de broyer l’acier comme s’il s’agissait de papier.

Emergeant de l’eau, le jeune homme aspira l’air à grandes goulées, et une fois calmé, passa dans la pièce suivante. Les trois salles suivantes étaient identiques, et reprenaient le thème du feu : des squelettes grimaçants se consumaient dans les flammes d’un bucher, tandis qu’un ou deux feux-follets s’occupaient d’enflammer le bois. Une sorte de crâne draconien expirait des flammes denses et puissantes, et Dante se demanda s’il ne serait pas judicieux de tenter de le dresser, mais il préféra tout de même visiter la dixième salle.

C’était une salle plutôt vaste, en comparaison des autres salles, des palmiers et une plage de sable fin couvrant la moitié de la salle. L’autre moitié était constituée d’une sorte d’eau plutôt profonde, et Dante s’en approcha, tentant d’apercevoir ce qu’il y avait dans l’ombre. Il se pencha, et sursauta vivement quand une main squelettique se posa sur son épaule.

« Ah Will ! s’écria une voix. Es-tu venu parce que tu as besoin de mon aide pour sauver une certaine demoiselle ? »

Dante se retourna vivement, et tomba nez à nez avec un squelette atypique ; il portait un bandana rouge, orné d’une agrafe où était enfilée une série de perles, terminées par une pièce de monnaie. Il possédait une longue chevelure noire, tressée en dreadlocks, et il portait une chemise blanche par-dessus une veste sans manches, entourée de multiples ceinturons dans lesquels étaient passées des armes identiques. Il avait également un tricorne en cuir buriné, et un bandeau sur l’œil.
C’était un squelette pirate.

« Hum… mon nom c’est Dante, et pas Will… commença Dante, légèrement inquiet.

- Si ce que tu m’dis est vrai, tu n’serais pas là… Tu ne peux donc pas être là. Donc t’es pas là » conclut le squelette, avant de se détourner de Dante et de partir d’un pas lent en direction d’un palmier.

Le jeune homme ne comprenait pas la logique du squelette, et décida de passer à la onzième salle. La porte devait certainement se trouver dans cette étendue d’eau ! Il s’en approcha et se prépara à y plonger, mais un immense tentacule en surgit et tenta d’attraper le jeune homme, qui parvint à faire un bond de côté. L’appendice était épais et gonflé, et de nombreuses déchirures laissaient entrevoir des fluides verdâtres. Dante se demanda ce que ça pouvait bien être.

« C’est la dépouille du Kraken, gardien du Bas-fond de Jones. C’était une créature magnifique, déclara le squelette, une certaine tristesse dans la voix. Tu sembles vouloir quitter cet endroit… Mais ici, la porte est gardée par ce féroce Kraken, qui ne ferait qu’une bouchée de toi, que t’existes ou pas… »

Le squelette s’approcha de sa démarche cliquetante du jeune homme.
Il se déplaçait étrangement, comme s’il était, ivre et ses mains s’agitaient continuellement, comme si elles étaient dotées d’une vie propre. Il posa finalement l’une d’elle sur l’épaule du jeune homme, d’une façon presque paternelle.

« William, mon ami, dit-il d’un ton charmeur. Je veux bien t’aider à sortir d’ici, en admettant que tu sois là. Mais j’ai d’abords besoin de ton aide.
- Dis toujours, répondit Dante, qui avait décidé de rentrer dans le jeu du squelette.
- Je savais que tu m’écouterais. Bien en fait, j’aurais besoin que tu me fasses sortir avec toi. J’ai besoin de prendre le large, et cette fois-ci, je suis emprisonné dans une prison sans cellules ni maudit corniaud !
- Tu veux que je devienne ton invocateur.
- Non. Non, toi, tu veux que je devienne ton invocation. Parce que si je deviens ton invocation, tu disposeras des informations nécessaires pour nous sortir d’ici. Enfin, pour sortir d’ici. Compris ?
- Tu veux dire que tu es capable de nous faire sortir d’ici ?
- Dis-moi, est-ce que t’as déjà entendu parler du contrat d’invocation ?
- Cela ne me dit rien.
- Oui, je suis capable de te faire sortir d’ici. »

Le squelette sortit une sorte de long parchemin qui était logé à l’intérieur de sa cage thoracique, et le tendit au jeune homme, qui la lut rapidement. Il y était question de lier son âme à celle d’un certain Capitaine Jack Sparrow, et d’accepter de prendre sa place dans la Crypte de l’Oubli.

« Ahem… Jack, c’est ça ? Il n’est nullement question de sortir d’ici, juste de prendre ta place, apparemment ? » demanda Dante, qui avait la désagréable impression que l’on se foutait de sa gueule.

* Dommage, je pensais qu’il ne savait pas lire *

« Désolé, Will, il semblerait que je me sois trompé de contrat. Je t’amène ça tout de suite. »

Il sortit un second parchemin de son corps squelettique, et le tendit à Dante. Ce dernier commença à le lire à voix haute, afin que les clauses dont il était question soient entendues par les deux concernés.

« J’accepte de lier mon âme à celle du Capitaine Jack Sparrow, et je proclame solennellement que je ne le trahirais jamais, et que je ne tenterais aucune mutinerie à son encontre. Je m’engage également à chercher activement le Black Pearl, afin d’offrir à mon Capitaine un navire à sa mesure. Une fois ce contrat signé, le Capitaine Jack Sparrow deviendra mon invocation, et j’aurais alors l’immense honneur de pouvoir l’invoquer à tout instant, afin qu’il m’aide de la manière qu’il jugera nécessaire.
Cela m’a l’air un peu plus raisonnable …»
acheva Dante, qui avait hâte de signer le document afin de s’enfuir de ce maudit endroit.

Il mordit donc son doigt, et avec la goutte de sang qui perla de la zone blessée, signa le document. Il eut à peine fini, que la main sur son épaule se désagrégea progressivement, tandis que son possesseur disparaissait. Son sourire triomphal et moqueur fut la dernière chose que Dante vit.

« Hé ! Hééééééé ! C’EST QUOI C’T’ ARNAQUE ?! s’écria-t-il, paniqué.

Se reprenant, il récupéra le parchemin qu’il venait de signer, lisant attentivement le texte. Il remarqua alors qu’il y avait entre les lettres du texte, des lettres beaucoup plus petites, qu’il discernait à peine. Faisant des efforts surhumains et s’abimant les yeux dans sa lecture, il parvint à rassembler le texte caché : « J’accepte également de prendre la place du Capitaine Jack Sparrow dans sa geôle, afin qu’il puisse jouir d’une liberté absolue. »

« Merde… J’suis vraiment dans la merde… Me dis pas que je vais devoir patienter ici jusqu’à mon réveil ?! Tiens, voilà que je parle tout seul, maintenant »

Le jeune homme était vraiment en mauvaise posture, d’autant plus que la Crypte avait entamé son sinistre travail : il oubliait progressivement de grandes parcelles de son existence. La première chose qu’il oublia fut sa nature de Voyageur. Il se condamna ainsi à être persuadé qu’il ne sortirait jamais de ce lieu, et qu’il aurait durant toute son existence pour seul compagnon un Kraken décomposé, dont l’haleine était aussi agréable que l’odeur de mille cadavres pestilentiels. Il avait déjà oublié, dès son entrée, que la porte qu’il avait empruntée pouvait servir de sortie. Il oublia ensuite qu’il était capable de se déplacer, et se retrouva donc allongé sur le ventre, à l’état de vulgaire mollusque. Bien sûr, cela faisait plusieurs heures qu’il était en ce lieu, et il avait déjà oublié jusqu’à son nom. Son esprit était devenu aussi vide qu’une outre percé, et il divaguait, ses lèvres formant sans cesse une sorte d’onomatopée, de plainte : « Jack… jack… jac… ja… ja… j… j ».

♦10h26♦

Après des heures et des heures de cette torture si humiliante et dégradante pour le jeune homme qui, en se réveillant, retrouva tous ses souvenirs, Dante sortit du lit et se prépara un café. Une seule chose était certaine : un certain Jack allait payer, dès que Dante se coucherait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Crypte de l'Oubli] A la recherche d'un nouveau serviteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-