Haut
Bas

Partagez

Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alan Kesey
Messages : 94
Date d'inscription : 06/07/2012

Voyageur Expérimenté
Alan Kesey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 325
Honneur: 100
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyDim 29 Déc 2013 - 1:19


La philosophie zen avait toujours attiré Alan, en partie parce qu'elle était simple contrairement à toutes celles qu'il avait pu découvrir aux fils de ses rayonnages. Bien sûr, elle avait quelques subtilités et certains pratiquants lui passaient totalement au-dessus quand ils prônaient la vie dans le vide ou des principes quasi mormons... Même s'il n'était pas matérialiste, le jeune homme tenait bien trop à sa bibliothèques personnelles. « Trop », notez-le, étant un mot clef puisqu'il inclus une irrationalité coûteuse et vorace. Cela dit, revenons à l'attitude ordinairement zen d'Alan et à ce total abandon de ces-mêmes habitudes au profit de la panique, du stress... Ces faits, le Voyageur à cet instant ne les ignoraient pas, d'ailleurs cet état de conscience était probablement le dernier lien qui l’empêchait de basculer de la raison à la folie. Une folie douce, passagère, presque cocasse. Enfin, si tant est que la situation actuelle se présenta à la joie et aux rires. Pour l'heure, elle se prêtait d'avantage au chaos le plus total, une sorte de marmite pleine d'ingrédients dévastateurs : hallucinations, décapitation et autres éléments perturbateurs et le tout touillés régulièrement par les nombreux tentacules d'une créature monstrueuse que la décence oblige à tout Narrateur qui se respecte de vous en épargner la description exhaustive une nouvelle fois.

Le zen mis d'un côté et le chaos d'un autre, restaient encore nos trois Voyageurs. Megan avait repris du poil de la bête, son visage était figé dans une expression qu'Alan jugeait furax, mais absurde compte tenu de la situation. Elle semblait vexée, peut-être dégoûtée et son intention de faire du mal se lisait dans ses pupilles étincelantes. Alan soupira de soulagement, étrangement il était rassuré de pas être tout seul et que Megan soit avec lui pour combattre. En réponse à la question de Megan, il présenta un pouce levé mais néanmoins tremblotant. A bien y repenser, c'était la deuxième fois depuis son arrivé à Dreamland qu'il affrontait une bestiole munie de tentacules avec Megan. Était-ce un genre de running-gag ? Passé cette réflexion primordiale, le jeune homme se souvint du triste sort réservé à Alice et jugea que l'expression gag n'était peut-être pas de rigueur.

Malheureusement, à force de tergiverser sur des détails pour le moins inutiles, Alan n'était plus aussi concentré et la pieuvre-sirène lui flagella le visage dans un claquement sec, similaire à celui que font les fouets lorsqu'ils dépassent le mur du son. Le choc surpris assez Alan pour le faire tomber et il sentit que sa joue était à présent ornée d'une longue coupure dont un sang vermeille s'échappait abondement avant de se mélanger avec l'eau stagnante à ses pieds. Les anti-douleurs prirent rapidement le relais, mais une réaction s'imposait. Alan avait assez joué à la saga The Legend of Zelda pour savoir que les boss ont systématiquement un point faible et qu'il est généralement dissimulé sous son nez. Bien sûr, il y avait tout ce qu'on pouvait apprendre dans les films, les tentacules qui s'emmêlent, la flèche en plein cœur... Mais faute d'arc, il fallait procéder autrement. En tirant par exemple partis du fait que la sirène ne pouvait ne voir que Megan ou lui si tant est qu'ils se séparaient assez. A ce moment-là, leur ennemi devrait se focaliser sur l'un d'eux et ainsi offrir une brèche à l'autre. En théorie, c'était simple et même évident. Dans les faits, la grotte était à l'avantage de la sirène et Megan devait deviner les intentions d'Alan....

- Comme chez le Roi Dadidoo, Meg ! hurla le garçon à l'intention de cette dernière.

Il espérait vivement que le message était clair, assez en tout cas pour qu'elle se souvienne de leur première rencontre. Dans le cas contraire, c'était d'une part assez embêtant car son plan était réduit à néant et plutôt vexant dans la mesure où elle l'aurait oublié. Bien sûr, Alan ne se remis pas du tout en cause et n'évalua pas la qualité de son indice comme largement insatisfaisante. On ne se refait pas.

Afin de perturber son adversaire pour mieux la feinter, le libraire se saisit d'un tentacule et l'attrapa de toutes ses forces, cherchant à maintenir le membre gigotant et gluant dans une position qu'il estimait inconfortable avant de la martyriser de ses poings ou en l'écrasant contre un rocher. Ce n'était vraiment pas gentil et peut-être inutile s'il n'y avait pas de terminaisons nerveuses, mais cela devait au moins avoir le mérite de distraire la pieuvre le temps que Megan lui déverse directement dans son mouille une bonne dose de douleur pure. « Comment elle fait ça d'ailleurs, bordel de merde.... » maugréa Alan.

Dans le feu de l'action, la chaussure solitaire avait été ignorée, complètement oubliée et n'importe qui éprouvant un minimum de compassion pour les objets inanimés foudroierait Alan pour le traitement qu'il lui infligeait. En attendant, ses pieds étaient trempés et celui qui était nu lui faisait un mal de tout les diables. Dans un sursaut d'intelligence – ou du moins sembla-t-il sur le moment – Alan rétablit son équilibre plantaire en ôtant sa seconde chaussure et en lui réservant un sort encore moins désirable que l'abandon de sa consœur : Alan visa, ajusta son coup et tira en pleine tête. Il ne chaussait qu'un modeste 40, mais portait toutefois de grosses bottes assez lourdes et de fait, la recevoir dans la face n'est pas agréable.

- He, morue ! Nan, pas toi Meg ! Ouais toi machin, t'es vraiment dégueu tu sais ? Dès que je l'aurais trouvé, je vais te botter le cul !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 32

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyMer 15 Jan 2014 - 11:14


Après l'absence de réponse à sa question, Megan estima que Alan allait bien. Même s'il avait une belle entaille au visage, il ne semblait pas souffrir particulièrement et n'en dit rien. Il préféra parler stratégie, si on peut appeler ça ainsi. Comme chez le roi Dadidoo... Qu'est-ce que cet idiot de libraire pouvait avoir en tête? On notera cependant que par erreur volontaire ou non, Alan sait à présent l'identité de Megan malgré son apparence d'homme. On expliquera se détail en disant qu'à un moment ou un autre, quand ils en ont eu le temps, Megan avait expliqué sa situation au jeune homme. Pourquoi l'avoir fait alors qu'elle n'en avait rien dit au départ? Peut-être pour lui éviter un arrêt cardiaque quand Meg retrouverait son apparence: sait-on jamais, la surprise pourrait être mortelle pour le libraire de voir que son compagnon de combat est en fait miss gros nibard du royaume des sucreries pour une nouvelle aventure pleine de tentacules.Tout de même dommage: la réaction de Alan en réalisant que Morgan est en fait Megan aurait surement pu être des plus amusantes, mais veillez excuser les différents auteurs de ce récit qui dans une envie de bien faire (ou simplement une étourderie) ne se sont pas souciés des petits détails de ce genre.

L'indolore se jeta vaillamment sur le monstre, attrapa l'une de ses tentacules qu'il martela de coups de poings dans l'espoir d'attirer son attention. De son coté, Morgan réfléchissait encore à qui était ce roi Dadidoo qui ne lui disait absolument rien. Finissant par hausser les épaules en se disant que cela n'avait surement pas une grande importance, il se dirigea à l'opposé de Alan pour tenter une attaque. Le monstre devrait alors choisir sa cible et ne se focaliser que sur celle-ci. Peut-être que c'était ça le plan? Reste qu'il y avait plus simple et compréhensible comme explications... Le libraire se débarrassa de son unique chaussure qu'il lança en pleine tête de la créature pour s'assurer que la bestiole s'intéressait à lui. Vint ensuite une petite tirade parlant d morue et de cul. On notera la petite blague pour Megan disant que la morue ne lui était pas destinée. Maintenant que cet abruti savait qui il était, il fallait s'attendre à ce genre de discours comme cela avait été le cas au royaume des sucreries. C'était la deuxième fois qu'ils affrontaient un monstre tentaculaire, surement le destin ou l'idée d'un esprit dérangé voir pervers. Reste que deux hommes, plus ou moins virils, face à des tentacules, cela aurait pu ressembler à un hentaï mais là, la suite risquait de tourner au glauque voir au malsain si tout ne se passait pas correctement. Enfin, pour les fans de yaois, restés dans le coin: on ne sait jamais!

Megan bondit sur un appendice et s'en servit pour rebondir afin de se jeter vers le reste du monstre. L'idée était simple: s'approcher au maximum et infliger le plus de douleur possible. Atterrissant sur une autre tentacule qui servit d'appuis, il sauta de nouveau et fut percuté par une autre ce qui stoppa sa course en même temps que sa stratégie. Poussant plusieurs jurons à l'intention de Sirène, il agrippa le truc visqueux et balança une dose de douleur: Lésion. La bestiole sembla apprécier le traitement et se mit à hurler en secouant dans tous les sens ses tentacules qui se mirent à marteler le sol avec rage. Finalement, ce n'était peut-être pas une bonne idée... Morgan fut projeté contre un mur et vit quelques étoiles durant plusieurs secondes. Il glissa le long de la roche et termina sur son postérieur. Se redressant lentement en écoutant son dos craquer dans tous les sens, il fit une grimace de désapprobation.

"J'vais être toute courbaturée demain matin..."

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Alan Kesey
Messages : 94
Date d'inscription : 06/07/2012

Voyageur Expérimenté
Alan Kesey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 325
Honneur: 100
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyLun 10 Mar 2014 - 19:20
Alors que la pierre humide et tranchante lui arrachait des lambeaux de peau, Alan songea qu'en définitif vivre pieds nus n'était pas à la portée de n'importe qui. Cela exigeait en fait une grande maîtrise de soi et un total dévouement à une cause qui, à en juger par ses propres pieds ensanglantés, échappée au jeune Voyageur. Lui qui n'éprouvait que mépris et accessoirement encore un peu de mépris envers l'ex joueur de tennis Yannick Noah – entre autre pour cette manie ridicule de ne jamais porter de chaussures – se sentit pris d'une bouffée de respect et d'admiration pour le chanteur. Ses chansons, dont les paroles demeurer toutefois et à jamais ridicules aux yeux d'Alan, lui revinrent en mémoire sous formes de brides désorganisées de sorte qu'en marmonnant dans sa barbe il avait l'air de psalmodier un rituel d'éco-terroriste satanique.

Mais le libraire cessa d'un coup quand un tentacule lui balaya les jambes et l'envoya mordre cette roche, histoire de lui rendre la pareille. C'est de bonne guerre, sauf qu'à titre informatif : un homme qui mange de la pierre souffre plus que la pierre en question. Alan jeta un regard mauvais à l'horrible créature qu'il tentait maladroitement de tuer tandis que cette dernière s'acharnait à vouloir l’émasculer pour d'obscures raisons.... A bien y réfléchir, il n'en avait vraiment rien à foutre des poissons et autres bonobos ! Si contaminer l'océan, la planète entière s'il le faut, pouvait suffire à se débarrassé de Sirène, alors le jeune homme investirait dans le gaz de schistes ou tout autre ressources susceptibles de provoquer un cataclysme écologique irréversible. Ce n'était, à son avis, pas cher payé.

Sur ces mots, Alan exécuta une pénible roulade pour éviter une nouvelle tentative de castration. Et, là où le tentacule avait frappé, la roche se fissura légèrement et s'il échappait à présent un gaz de couleur rosâtre qu'il pouvait reconnaître entre tous... Le même qui avait bien faillit lui coûter sa virginité anale, près de vingt minutes auparavant. Le simple souvenir lui arracha un frisson de dégoût et en s'éloignant, Alan se surpris à gamberger.... Surpris sur le fait alors que Megan s'acharnait à rester en vie, il se sentit un poil coupable... Sans savoir vis à vis de qui, exactement. Mais il avait une idée, et comme du souvenir d'une belle rouquine, il ne s'en débarrassait pas facilement. Il l'inspecta sous toute ses coutures, cette idée, encore comme une belle rousse ! Il évalua les risques, les enjeux... Comme avec les demoiselles, là aussi. Et décida d'agir, absolument pas comme avec les filles. C'était un pari des plus risqué, les chances de réussite avoisinant le zéro absolu. Les dommages collatéraux, eux, étaient tout simplement inadmissibles. Pourtant, comme sous l'effet de puissants psychotropes, Alan se jeta corps et âme. Plus précisément, il jeta son corps d'un côté – dans le gaz démoniaque – et son âme d'un autre – l'enfer absolu.

En l'espace de quelques secondes, Alan sentit une chaleur intense l'envahir, comme une armée barbare assiégerait un château fort abandonné, tant et si bien qu'elle prenait la place du reste et il sentit quelque chose en lui – sa dignité ? - s'évanouir à mesure qu'il s'empourprait. Son taux de testostérone grimpa en flèche et culminer près du Mont Barney Stinson et même du côté du Mont Chuck Norris ! Du même côté, il sentit qu'une chose s'était définitivement briser en lui... Soudain, Alan exécuta un mouvement qui révélait de la cristallisation même de la virilité. Quelque chose d'indécent, probablement d'illégal dans les pays civilisés. Quelque chose de physiquement impossible, de métaphysiquement scandaleux et c'est pour cela que Votre Narrateur ne pourra vous l'expliquer plus en détail. Haha, quel gain de temps. Les légendes parlent d'un coup de rein héroïque qui aurait fait trembler les chaumières.... Ces légendes divergent – oui ça fait beaucoup – sur de nombreux points mais toutes s'accordent à dire qu'il y avait là quelque chose de surnaturel. D'aucune regrettèrent ne pas y assister en personne.

Cela étant dit, ce n'était que la première partie d'un plan tout à fait débile qui visait à vaincre l'immonde Sirène. Car sauf erreur fatale, le parfum âcre de la couguar ne devait pas tarder à leurs soulever le cœur à tous. Ainsi, les deux créatures perverses devraient être trop occupées à se mettre sur la gueule pour laisser aux Voyageurs le temps de fuir courageusement. Car visiblement, la pieuvre était insensibles aux techniques de la Contrôleuse : que pouvaient-ils faire d'autre pour s'en sortir ? En fait, Alan avait songé à nombreux cas où son plan le condamnerait à sa perte (avec de très très très nombreuses variations plus sordides les unes que les autres) mais un point crucial lui avait échappé. La possibilité d'une alliance contre-nature...

Les parois de la grotte se mirent à vibrer doucement. Alan se força à calmer les battements de son cœur, qui lui faisait l’impression d'une véritable symphonie, et très vite, extraordinairement vite, le rouge qui avait illuminé son visage disparu au profit d'une pâleur cadavérique. La silhouette de la femme – mais en était-ce vraiment une ? - se dessina dans l'ouverture de la grotte. Elle semblait elle aussi vibrer, s'allonger et se déformer comme de la fumée prise d'une tempête. Mais dans l'obscurité, deux points jaunes, pas plus gros que deux têtes d'épingles, brillaient et sondaient la pièce en quête de son butin, de chaire fraîche à dévorer.

- lâcha Alan dont la gorge était plus nouée que les cordes d'un navires.
- Te revoilà mon mignon ! Prêt à m'faire grimper aux rideaux ? J'vois que tu as des copines, avec toi, désolées les pouffiasses mais ce p'tit bout d'chou et à moi !

Une larme roula le long la paupière du petit bout de chou en question, et s'évapora très vite au contact de la peau encore brûlante... Le jeune homme tenta sans succès d'avaler sa salive. Tout cette histoire sentait terriblement mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 32

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptySam 26 Juil 2014 - 0:41


Le corps pas mal endolorit de tout ce remue ménage, Megan tenait debout, vacillant un peu. Certes, il aurait pu utiliser son pouvoir. Enfin elle, enfin... Ouais vous savez notre spécimen de foire qui a changé de sexe! De son coté, Alan semblait s'en sortir avec le monstre, tout du moins il en donnait l'impression. Il avait prit plusieurs coups, mais son boulot c'était ça non? Encaisser un max sans jamais moufter? Ce n'était qu'un indolore au final, hormis ça, que savait-il faire? Quoique Alan semblait douer pour se plaindre, geindre encore et encore mais surtout pour balancer des sarcasmes ou des moqueries. Le genre de type qu'on comprend vite pourquoi il avait peur de la douleur, on avait du trop le tabasser dans son enfance. Ou quelque chose comme ça. Comment ça cela ressemble un peu à l'histoire de Megan? Elle, elle a été maltraité par son beau-père. Nuance subtile oui, mais qui à son importance.

Mais revenons en à nous tentacules! Le jeune homme avait décidé de danser comme un attardé congénital pour une raison que lui seul connaissait. Il remuait le bassin d'avant en arrière, d'un air vulgaire à souhait. Ce qui avait le don d'agacer Megan, qui pour pas un sous se serait charger de lui faire mordre la poussière. Pourquoi tant de haine à son égard? Surement le coup sur la tête en heurtant le mur, il n'avait plus vraiment les idées en place. Mais chose inattendue, le mur se mit à trembler. Quelqu'un ou quelque chose tentait de venir et n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Morgan s'appuya un instant, utilisa un peu de son endorphine pour se soulager et surtout avoir les idées claires. Qu'est-ce qu'il se passait?

Il fut sortit de ses pensées quand le mur explosa pour laisser apparaitre la couguar venu attraper sa proie. Aussi improbable que cela puisse paraitre, Alan en remuant le bassin était parvenu à invoquer cette vieille folle lubrique. Elle semblait prête à en découdre pour se taper son petit bout de chou. Le contrôleur de douleur commença à voir un moyen de sortir d'ici. Laisser les deux monstres s'entretuer et prendre ses jambes à son cou. Le souci, c'est que la vieille perverse ne lâcherait jamais Alan. Devaient-il aider le montre à tuer la vieille ou aider la vieille à tuer le monstre? Comme dirait un mec soit disant étant un logiciel à un élu d'un monde virtuel: l'important, c'est le choix.

"Alan!! On se...!"

Une tentacule percuta de plein fouet la mâchoire du brun, le coupant dans sa phrase et l'envoyant valser pour terminer sa course par un beau plongeon dans l'eau du lac souterrain. Buvant la tasse par inadvertance, il sentit tout l'intérieur de son corps le bruler. Sa poitrine lui fit un mal de chien et des démangeaisons du cuir chevelu le rendait presque fou. L'instant suivant: il était enfin une femme! Megan était de retour, elle avait son apparence comme avant tout ce beau bordel avec le sceptre, Lithium et Nodox. Si elle n'était pas sur le point de se noyer, elle en pleurerait de joie. Remontant à la surface le plus vite possible, c'est une voix rauque qui émergea de l'eau, coupant le bonheur qui venait de naitre en elle. Morgan était de retour... Mais une chose était certaine: cette eau avait un pouvoir, il fallait vraiment trouver la source.

Durant ce temps, Sirène avait repoussé Alan et commençait son combat avec la couguar. La vieille était vraiment forte, surement trop pour les deux Voyageurs qui en plus de ça commençaient à être à bout de force. Le contrôleur s'approcha lentement en longeant l'eau pour rejoindre Alan et lui expliquer la situation.

"Alan... L'eau, je viens de la boire. Sans faire exprès. J'étais une fille durant un instant. Je suis sûre qu'il y a la solution à mon problème tout au fond. On tente le coup?"

Un uppercut vint briser les cotes du masochiste qui fut une fois encore projeté contre un mur. Sauf que cette fois, c'était la perverse qui semblait avoir trouvé un moyen d'occuper Sirène. La vieille avançait lentement vers Alan, les yeux pétillants d'une envie lubrique à faire peur même à l'homme le plus en manque de la planète.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Alan Kesey
Messages : 94
Date d'inscription : 06/07/2012

Voyageur Expérimenté
Alan Kesey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 325
Honneur: 100
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyDim 14 Sep 2014 - 23:02
Raptus / masculin invariable.
1. (Médecine) Forte perturbation du champ de la conscience, pulsion puissante affectant brusquement le comportement et pouvant avoir des conséquences graves.

Les yeux d'Alan roulèrent dans leurs orbites, noirs et brillants étrangement, comme des billes dans un flipper. La musique entêtante et la lumière stroboscopique en moins. Ceux de la vieille femme, quand il croisa son regard, étaient en revanche exorbités et figés, les pupilles dilatées à l'extrême, comme ces junkies aux bras couverts de cicatrices. La salive écumante et les gesticulations épileptiques qui précèdent la si redoutée overdose, en prime.

Assassinat.
Trop concentrée à ne pas être réduite en bouillie par les tentacules de l'affreuse Sirène, Megan n'avait malheureusement pas remarqué l'état psychique délétère et instable de son compagnon. Elle tenta de lui parler, s'exprima à propos de l'eau qui avait agis sur sa sexualité. Alan n'en avait cure, il n'entendait rien sinon un sifflement agaçant, le bourdonnement irritant d'une mouche virevoltante. Le jeune homme pivota d'un quart sur lui-même, prêt à écrabouiller le nuisible, à lui arracher les membres, tel un enfant sadique se régalant de sa toute-puissance. Un sort plus enviable, mais néanmoins désagréable, détourna son destin de cette funeste voie : un tentacule expédia la pauvre Megan contre un mur comme aurait pu le faire une tapette.
Alan reporta son attention sur la femme cougar qu'il voyait s'approchait sans bruit, véritable prédatrice obsédée par une proie qui lui aurait résisté trop longtemps et mise à mal par sa pugnacité. Mais le lapin n'avait pas renoncé. Il attrapa une pierre, un morceau qui s'était brisé sous les assauts de la femme pieuvre, qui, avec Megan l'escargot hermaphrodite, représentait l'ultime personnage de cet étonnant bestiaire. Puis, sans crier gare il la jeta sur l'objet de son épouvante qui, surprise par cette attaque gratuite, n'entama même pas une esquive. Une erreur qui fut récompensée par un impact en pleine tête. Oh, le vilain petit lapin...

Automutilation.
A genoux pour s'emparer d'un nouveau projectile, Alan évita par miracle un balayage fatal. Et, sous le regard ébahis de nos différents protagonistes, qui s'attendaient probablement  tout sauf à ça, il fracassa la pierre sur son propre crâne. Et par-delà cet effet de surprise, cela lui fit atrocement mal. Moins que lorsqu'il recommença une seconde, et une troisième, jusqu'à ce que la pierre finisse par céder, au moment même où Alan devait s'écrouler lourdement. Dans son état de raptus, le jeune Voyageur ne voyait rien d'étrange en son comportement. En revanche, les spectateurs en oublièrent momentanément leurs querelles, peut-être trop stupéfaits par tant d'absurdité.
De cette union aussi improbable qu'impossible entre un homme et un cailloux et qu'avait initié Alan à grand renfort de tête à tête était née très rapidement une bosse, qui devait être à peine plus petite qu'une balle de golf. Une analogie très à propos en considérant que cet accouplement se soit effectué sans l'aide d'une femme car, pour ceux qui l'ignoreraient, l’étymologie du terme golf est parfois associée à l'expression anglaise « Gentlemen Only, Ladies Forbidden  », une explication rejetée par les autorités dites compétentes mais approuvée par votre estimé Narrateur qui n'approuve pas la langue de bois.

Fuite.
Entre ses doigts, excroissances de ses mains, noircis par la crasse, Alan palpa l'excroissance qui s'étaient formées sur sa tête, elle-même excroissance de son cou, pour ceux qui suivent. Et ainsi de suite, jusqu'à madame Kesey qui s'en ai séparée avec le soulagement qu'on éprouve aussi lorsqu'on se débarrasse de la croûte qui s'est formée au-dessus du plaie, qui gratte et qui gratte et qui gratte... Alan gratte, ne comprends pas trop pourquoi du sang macule ses doigts. Il sait que ce n'est pas bon signe, dans un recoin de son cerveau, excroissance de rien du tout, il se souviens que le sang est mieux en dedans, mais pas pourquoi actuellement il s'évade. Une idée s'impose d'elle-même, excroissance de sa folie : si le sang se fait la malle, alors moi aussi.
Alors, Alan se met à courir. Il ne sait pas tout à fait pourquoi il court, mais de toute façon, il est à court d'idée mais un proverbe africain remonte à l'improviste et l'incite à courir si le sourd court (sans détours) car il ne l'a pas entendu, mais vu ! Son sang ne peut pas entendre, alors s'il s'enfuit c'est qu'il a vu le danger, même s'il ne peux pas voir. Alan court, dépasse Megan, dépasse Sirène qui peut-être se bat avec la vieille femme qu'il fini par dépasser aussi et Alan dépasse le cap de non retour. Mais il tourne en rond, comme toujours, depuis le début. Vraiment, le début. Vains, vingt ans qu'il tourne en rond.  

Mélancolie.
Éreinté par cette vieille course absurde et aussi par son récent sprint inutile, Alan s'écroula par terre, complètement vidé. Épuisé par cet effort, d'autant plus qu'il était vain... Le jeune homme se souvint de cette méthode fréquemment employés dans les camps de la mort où les prisonniers étaient forcés de creuser de profondes fosses, dans lesquels ils sombraient bien souvent, pour ensuite les reboucher, sapant davantage le moral des forçats, si tant est que ce fut nécessaire. Le cheminement de sa pensé fut brutalement interrompu : comment pouvait-il comparer sa pauvre petite vie au calvaire des victimes du régime nazi ?! Quelle pauvre loque il pouvait faire ! Le point Godwin ainsi atteins, difficile de faire machine arrière et le Voyageur pesta à nouveau contre Dreamland qui s'échinait à lui pourrir systématiquement toute ses nuits.
Autrefois, elles étaient calmes, reposantes. Lui fournissaient la paix, un luxe que le quotidien de la vie prenait constamment pour cible. Quand la fatigue se faisait pesante, il s'allongeait en soupirant d'aise dans son royaume de deux mètres sur un mètre quarante et dormait si bien... Son lit un modeste palace, mais son palace à lui où nul n'avait l'audace de le déranger pendant huit heures. Un lit dans lequel il lisait ou relisait ses bouquins ou BD, se tournant et se retournant, voyageant bien éveillé dans les confins de milliers de monde imaginaires sous son contrôle. Et aujourd'hui, son lit n'est plus loin de l'effrayer. Plongé dans le noir, piégé dans sa couverture, il sent des goûtes de sueur froide dégouliner dans son dos, ses mains sont moites et son cœur bat la chamade. Il lui faut plusieurs tentatives pour trouver le sommeil et il se réveille, chaque matin, les poumons en feux et les yeux humides, plus harassé que la veille au soir. Il est loin le temps béni de l'insouciance.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 32

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyMer 8 Oct 2014 - 23:47


Nul doute que toute intervention de Alan aurait pu s'avérer plus utile que celle qu'il dénia faire. C'est-à-dire? Il se contenta de s'exploser le crâne contre un rocher, cherchant surement à s'achever après avoir réalisé son inutilité ou sa folie. Megan le regarda faire, poussant un soupire en se demandant si elle devait tout faire toute seule à chaque fois ou si ce type servirait un jour enfin une nuit, à quelque chose? Supposé être indolore, la moindre blessure semblait quand même l'atteindre. Il ne devait pas sentir la douleur, il aurait dû être un mec quasiment invincible que rien n'arrête sauf la mort car son endurance et sa résistance en faisait de base, un combattant incroyable. Frappez le? Il s'en moque. Entaillez le? Il rigole. Brulez le? Des chatouilles. Enfin, voilà normalement ce que devait être un indolore, tout du moins ce qu'elle en avait vu quand elle passait un peu de temps chez son seigneur cinglé répondant au nom de Pijn. Mais celui-ci, surement pour ça que le seigneur de la douleur ne l'avait pas marqué d'un sceau, semblait aussi utile voir même moins qu'un simple rêveur. Car oui, un rêveur pouvait encore avoir un pouvoir vu qu'il était inconscient et qu'il agissait comme bon lui semble. Même si évidemment, le pouvoir était surtout de la poudre pour les yeux. Alan lui, son pouvoir semblait aussi inexistant que son charisme.

Mais il finit par se relever, titubant un peu. Son regard semblait perdu ailleurs. Finalement pensa Megan, il avait trouvé un moyen d'échapper à tout ce bordel. Une tentacule la percuta de nouveau pour la projeter plus loin. Une de ses cotes semblait avoir cassée suite au choc et après avoir roulée sur le sol, la jeune femme cracha du sang. Ne lésinant pas sur son endorphine pour soulager son corps, Megan se releva rapidement, comprit que sa tête tournait et prit quelques secondes pour reprendre pied. La vieille folle avait sauté sur ce qui semblait être la partie humaine ou féminine de Sirène. Les deux monstres se battaient et hurlaient comme de véritables furies. Tout ça pour lui... La brune posa ses yeux sur Alan et son regard en disait long sur ce qu'elle pouvait penser sur ce type. Deuxième fois qu'ils se retrouvaient dans une sale affaire, deuxième fois qu'elle remarquait qu'il avait surtout de la gueule mais que pour le reste, il fallait l'oublier. Se tournant vers le lac souterrain, elle se souvenu de l'effet de l'eau sur son corps. Plonger et espérer trouver ce qu'elle voulait au fond... Tout ça pour enfin retrouver son corps de femme. Reposant ses yeux sur Alan, Megan passa ses doigts dans son menton, réfléchissant au meilleur moyen de réveiller son acolyte. Enfin le réveiller, pas vraiment, juste qu'il refasse surface avec la réalité onirique et qu'il sorte de son petit monde imaginaire qu'il s'était créé en essayant de se fracasser le crâne.

Collant un magnifique coup de genou dans les parties sensibles de Alan. Megan était persuadée que ce coup là allait suffire. Ses deux mains attrapèrent la tête du pseudo-indolore afin de le maintenir droit et qu'il puisse la fixer dans les yeux.

"Maintenant, on revient parmi nous. On arrête d'avoir peur, on se souvient qu'on est indolore donc qu'on ne ressent pas la douleur. Si tu arrive à souffrir quand même alors que tu es supposé NE RIEN sentir, c'est psychologique mon bouchon. Donc, tu te reprend en main, tu cesses d'être une tapette et tu acceptes que ce monde est encore plus pourrit que l'autre. Donc au final, on s'en moque duquel est réel, on survit dans les deux un jour de plus en espérant enfin la tranquillité."

Se tournant vers le lac, l'heure d'une petite baignade avait sonné. Un dernier regard en arrière pour voir si a couguar et la pieuvre étaient toujours en plein combat. Un autre regard pour voir si Alice n'était pas réapparut afin de montrer qu'elle n'était pas morte, mais rien. Et Megan fit un sourire rassurant à Alan.

"Je te promet pas la tranquillité, mais au moins que ça te remette les idées en place!"

D'une bonne tape dans le dos, elle poussa Alan pour qu'il tombe dans l'eau. Avant même d'attendre, Megan suivit et plongea. Au contact de l'eau, une sensation de chaleur inonda tout son corps. Sa poitrine lui fit mal, son crâne ainsi que son menton lui démangèrent et l'instant suivant, elle remarqua la finesse de ses doigts, de ses mains, de ses bras! Elle était redevenue une femme!! Restait donc à trouver pourquoi cette eau avait cet effet. Faisant signe à Alan qui n'était alors qu'une masse sombre pour lui indiquer de descendre. Megan passa devant avec l'espoir de rester avec son vrai corps pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Alan Kesey
Messages : 94
Date d'inscription : 06/07/2012

Voyageur Expérimenté
Alan Kesey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 325
Honneur: 100
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyMar 13 Jan 2015 - 0:41

Terre 901 :
Ce jour-là, Al-Adin s'était réveillé avec la curieuse impression que quelque chose, quelque part, ne tournait plus rond. Que l'univers avait eu le hoquet et qu'une chose qui n'aurait pas du se produire s'était, eh bien, belle est bien produite. Al-Adin se hissa en baillant sur son tapis volant dernier cris, un modèle qu'il avait gagné en sous-traitant les tâches administrative de la région à une colonie d’orangs-outans, et le laissa onduler gracieusement jusqu'à la cuisine, où il versa son lait à près de trois centimètres du bol prévu pourtant à cet effet. Cela acheva de le convaincre qu'il y avait un problème. Il laissa son robot domestique nettoyer ses conneries, et demanda audience auprès du Conseil Extraordinaire des Événements Quantiques. Al-Adin, comme son turban orné d'une clef à molette le laissait envisager, avait toute l'intention du Conseil et c'est tout naturellement que, nonobstant une lune jaune encore bien alignée avec la planète-mère, Al-Adin obtenu un entretien. Ils se réunifièrent tous autour de la Sainte-Pelle capable de creuser dans la Vrairité Quantique, et laissèrent s'exprimer l’artefact. Après mûres réflexions, de longs débats qui opposèrent les différentes castes qui siégeaient au Conseil, et une tentative d'assassinat sans cible précise, les hommes et les femmes qui, dans les hautes sphères de ce monde, décidaient de son futur, se mirent d'accord pour dire qu'effectivement, quelque chose n'allait pas.

Comme à chaque fois que cela se produisait, la séance se termina dans une fantastique orgie qui ne manqua pas de laisser, cette fois encore, deux hommes sur le carreau. Leur dépouilles furent traitées avec le soin qu'on accorde aux hommes décédés dans pareilles conditions et quand les protocoles parurent vraiment aberrants à l'ensemble de la compagnie, ils y mirent un point final. Ainsi donc Al-Adin , avec le flegme qui le caractérisait depuis des années, s'en alla.


Terre 666 :
La veille, Alana s'était quelque peu bourrée la gueule. Elle avait perdu gros aux courses et la satisfaction de voir l'animal se faire rôtir sur une broche associée au plaisir qu'elle avait pris en le dévorant n'avait pas étanché sa soif. Toutefois, ce petit rituel avait au moins eu le mérite de rediriger et donc de faire converger sa seconde frustration : le désert sexuel qui s’étendait derrière elle et qui menaçait de la plonger dans une succession de mirages érotiques. Son appétit sexuel, galvanisé par un yo-yo hormonale, était dès lors à son paroxysme. Après s'être assurée brièvement de l'absence d'un quelconque témoin, la jeune femme s'abandonna au vice. Dans l'obscurité, Alana pouvait simplement déduire qu'elle ne portait à l'heure actuelle qu'un simple t-shirt, dont le tissu s'était imprégné de l'odeur de grillade et qui, loin de la dégoûter, lui fit se pourlécher les babines. Allongée dans un lit inconnu, elle fit glisser sa main le long de son corps jusqu'à son entrejambe. Si son cerveau embrumé n'avait pas réagis en passant au niveau de la poitrine, ce fut néanmoins une grande surprise quand sa main rencontra la forme caractéristique d'un pénis, palpitant de désir. Une surprise, certes, mais une bonne, s'était alors dit Alana. Mais, quand elle chercha le reste de son partenaire, l'excroissance ne la mena qu'à elle-même. Ou, ainsi que nous le comprenons maintenant, à lui-même.

D'un geste vif, elle arracha la couverture et se releva d'un bond, éparpillant par terre tout ce qu'elle approchait. C'était un mauvais rêve, un cauchemar sans doute ! Très réaliste ! Elle palpa son corps, chercha du réconfort auprès de sa poitrine pour qui elle se découvrit un amour insoupçonné jusque là. Rien ! Son visage, dévoré par une barbe hirsute et  ses longs cheveux n'étaient qu'un lointain souvenir. Alana se laissa tomber au sol, incapable de comprendre ce qui venait de lui arriver et persuadée d'avoir perdu la raison. Son sexe, tout à l'heure fier et tendu, pendait misérablement, très certainement déçu du changement de programme.


Terre 1 :
Le lendemain, Alan se réveillerait avec la conviction d'avoir vécu l'un des événements les plus traumatisants de son existences, peut-être juste après son expérience brève mais intense de parasite mondain lors de soirées parisiennes. Une histoire longue et que nous aurons probablement le loisir d'aborder ensemble une autre fois, mais nous pouvons déjà annoncer qu'il y sera question d'amour et de sang... Revenons à présent à ce qui pouvait bien avoir ainsi marqué l'un des êtres les plus blasé de sa génération. Cette nuit avait déjà été riche en émotions, développant même un nouvel assortiments de ressentiments à la palette minimaliste du jeune homme. Pour vous faire une idée, imaginez offrir une boite de maquillages composée de centaines de couleur, textures et formes à une enfant d'une dizaine d'années. Elle ne sait pas quoi en faire, et au final, fait vraiment n'importe quoi. Et en fou partout. Le narrateur vous épargnera les détails quant à ce que cela augure quand on transpose cette comparaison avec les sentiments, mais sachez que ça tâche.

Bien sûr, vous vous demandez sûrement ce qui pouvait bien être à l'origine d'un tel trouble pour l'imperturbable Alan, même si les récents événements ont mis en lumière sa propension à déraper sous la pression et à quel point cela pouvait s'avérer explosif lorsqu'il perdait les pédales. Alan doit ce traumatisme, et le futur nous apprendra que ce n'était que le premier d'une longue série, à sa partenaire du moment : Megan Cole. Cette dernière, dont il ne fait pas bon d'être proche – qu'on soit instable ou tout à fait sain d'esprit – avait opté pour une stratégie des plus barbares pour sortir le libraire de sa crise. Une méthode digne des lobotomies et autres électrochocs d'un passé scientifique honteux : le coup de genoux dans les couilles. Pardonnez à votre Narrateur son langage, même même lui ne peux rester indifférent devant cette cruauté.  Il s'agit ni plus ni moins d'une agression envers la globalité de la communauté masculine doté d'un appareil reproductif. Un acte de terrorisme que nous ne saurons tolérer.

Seulement, sitôt après cette preuve de la bêtise humaine, alors qu'Alan comprenait à peine qu'il allait souffrir mais sans avoir reçu la décharge de douleur propre à un coup de genoux dans les couilles – pardonnez encore votre Narrateur – Megan cru nécessaire de mettre un point final à son projet de destruction en plongeant avec le jeune homme dans l'eau glacée et mystérieuses de la fontaine. Manquant de peu de se noyer, Alan oublia momentanément la douleur et l'eau métamorphosa son corps :  " Junior " disparut et la douleur avec.. Seulement, comme Lavoisier nous l'avait appris il y a de cela des siècles « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Ainsi donc, démuni de son pénis, le Voyageur était affublé du Saint Graal des hommes : un vagin. Et là encore, conformément au principe de Lavoisier, la douleur non plus ne disparue pas. Elle fut elle aussi transformée. Et c'est ainsi qu'Alan, pour sa première expérience dans le corps d'une femme, connu le délicat et régulier débarquement anglais. Avec le temps, la plupart des femmes s'y habituent, même si parfois cette sensation de coups de couteaux peuvent les rendre malades. Pour Alan, foncièrement surpris par cet douleur inédite et donc incapable de la réguler grâce à ses pouvoirs, c'était comme avoir le bas du ventre en feu.

Dans le bassin, il chercha vainement de quoi éteindre cet incendie qui le consumait de l'intérieur et se débarrassa du veston de cuir qui lui collait à la peau comme une chape de plomb. Ainsi découverte, la poitrine fraîchement acquise d'Alan se présenta sous son meilleur jour : rebondis et fermes. Ça aussi, c'était plutôt inattendu pour jeune libraire qui comprenait petit à petit qu'il n'était plus. Mais qu'elle était maintenant. Vous excuserez votre Narrateur pour cette situation confuse, mais il est bien difficile de rester limpide en de telles circonstances. Pour la couguar, la situation était presque plus dur à avaler que pour Alan lui-même. Son petit lapin, sa jeune proie, son bel Apollon... transformé en jeune putain à la beauté insolente  ! Elle adorait son petit cul plat, mais maintenant, la vu des fesses piégées dans cet étroit pantalon lui donnait envie de pleurer. Il lui fallait pourtant ravaler ses armes et contenir sa rage pour l'exprimer à sa pleine puissance contre celle à qui elle devait cette perte, l'horrible femme-pouple qui avait préféré tuer l'ange que de le perdre... Aussi, elle sortis les griffes, longues d'une dizaine de centimètres et effilées comme des lames de rasoirs. D'un geste rageur, elle décapita la créature monstrueuse alors qu'elle ne parvenait plus à contenir ses larmes. En oubliant le fait qu'elle ait tenté de le violer, Alan aurait presque eu de la peine pour la couguar. Presque. Parce que mine de rien, toute femme qu'il était devenu, il était quand même soulager de ne plus être victime de cet harcèlement sexuel.

Momentanément en vol orbital, la tête de Sirène acheva toutefois sa course sur le sol de la caverne, l'expression de son visage à jamais figée dans un masque d'effrois. C'était la seconde décapitation à laquelle Alan assista cette soirée et ça faisait vraiment trop, aussi, il libéra ses boyaux. Incapable de profiter de l'occasion en or de caresser une paire de seins – la sienne, certes, mais pas vraiment non plus –  Alan préféra sortir de la fontaine et de cette eau maudite où le sang du monstre se déversait comme venu d'une seconde source.  En outre, la couguar, probablement gênée de s'être laissée aller de la sorte, avait disparu comme elle était venue. Débarrassés des gêneurs, les deux Voyageurs pourraient enfin respirer et finir la nuit dans le calme. Alan espérait simplement qu'il ne viendrait pas à sa comparse de lui sauter dessus pour l'embrasser, folle de joie d'avoir récupérée son corps, car la simple idée d'un contact avec un autre individu, de surcroît du sexe opposé, provoquait une série de spasmes. Redevenu lui-même, Alan n'avait, sincèrement, jamais été aussi heureux, fier même, de sa bite. Enfin, pour le moment, il préférait qu'on lui fiche la paix...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 32

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 EmptyVen 16 Jan 2015 - 11:36


Alors que les deux Voyageuses étaient dans l'eau, la couguar continuait son combat avec l'immonde créature. Megan se demanda comment Alan vivait sa transformation, mais ne pouvait lui demander sous l'eau car elle ne ferait qu'émettre des bruits incompréhensible, le tout avec des bulles. Mais elle avait plus important à faire, se diriger vers le fond de ce lac en espérant y trouver ce qu'elle cherchait. La question était simple: l'objet de son désir était-il au fond ou non?

Pendant ce temps, la couguar prise d'une rage sans raison apparente, du moins pour Megan, finit par décapiter Sirène. La tête de la créature cauchemar fit un vol dans les airs avant de terminer lamentablement sur le sol de la caverne, laissant son sang gicler comme dans un film de série Z, aspergeant les murs et se déversant dans le lac. Megan fut soulagée de cette victoire, espérant toutefois qu'un combat avec l'autre Voyageuse n'était pas prévu car elle ne se sentait pas trop face à cette métamoprhe. Quelque chose brilla au coin de son œil et la jeune femme préféra s'intéresser de nouveau à sa recherche. Ne se souciant plus de son compagnon, elle nageait inlassablement vers le fond, cherchant ce qui avait brillé un peu plus tôt. Elle commençait à manquer d'oxygène, son sang tambourinait à ses oreilles et dans sa poitrine, mais elle refusait de s'avouer vaincue, elle refusait de vivre ses nuits sous les traits d'un homme.

La surface du lac devenait de plus en plus sombre avec le sang de Sirène et Alan y ajoutait sa touche personnelle en versant le contenu de son estomac suite au spectacle d'une décapitation dans les règles de l'art. Il était déjà ressorti de l'eau et Megan n'avait pas eut le temps de le voir sous sa forme féminine: dommage, elle aurait trouvé ceci amusant. Elle pensait également à s'excuser pour le coup dans les parties intimes, mais il l'énervait tellement. Supposé être indolore, il devrait montrer des talents de combats hors du commun mais non... Ce type était commun, il n'était pas fort, ne prenait pas note de son pouvoir, de son insensibilité et passait son temps à se rendre inutile. Lui aurait mérité une formation auprès de Pijn. Plusieurs nuits avec le duc et Alan serait devenu un véritable combattant qui ne craint rien ni personne. Sauf que le présenter au seigneur de la douleur ne serait pas franchement sympathique de la part de Megan. Certes elle aurait bien voulu que le libraire devienne plus fort, l'aider à progresser car malgré tout, elle l'aimait bien. Mais lui retirer sa liberté et l'offrir à un fou était la pire chose à faire.

Fouillant le fond du lac, Megan passait ses mains dans la terre, soulevant des petits nuages de fumée sans rien trouver de particulier. La frustration commençait à se faire sentir et elle se demandait si ce n'était pas son imagination qui lui avait joué des tours. Elle pensa aussi à Alice en se disant qu'elle s'était peut-être payé sa tronche en inventant l'histoire d'un artefact capable de lui redonner son corps de femme. Après tout, l'invocatrice avait perdu contre elle au tournoi et ne voulait peut-être qu'une petite vengeance? Sauf qu'elle avait risqué sa vie aussi dans cette histoire, avant de disparaitre suite à un réveil non prévu. Ou prévu en fait, qui sait? C'est alors qu'elle vit ce qui avait brillé: le crâne d'un mort avec plusieurs dents en or. Ce fut comme une douche froide pour la contrôleuse qui fut frappée de la déception la plus totale. Remontant alors vers la surface rapidement, sa tête jaillit de l'eau et elle laissa l'air entrer dans ses poumons. Quelques secondes plus tard, elle lançait plusieurs jurons de mécontentement. Observant la caverne à la recherche d'un indice, elle vit alors le corps de Sirène pour s'effondrer sur le sol. Derrière ce corps imposant se tenait un rocher de forme phallique d'où se déversait l'eau dans le lac. C'était donc la source? Le jet d'eau tombait d'avoir sur un rocher ovale et à son centre: quelque chose brillait et teintait légèrement l'eau.

Se dirigeant vers le bord, Megan sortit du lac et sentit tout son corps la démanger. Redevenant un homme, elle poussa, enfin il poussa un léger gémissement de douleur. La transformation n'était pas très agréable autant physiquement que psychologiquement. Titubant sur quelques pas avant que son corps termine de se transformer, Megan arriva enfin devant cette source d'eau et observa l'objet sur le caillou. C'était une belle bague en argent, incrusté de rubis de ou de grenat, elle n'y connaissait rien en pierres précieuses. Reste qu'il y avait une grosse pierre au milieu, et des plus petites sur les cotés, le reste semblait être de l'argent torsadé donnant l'impression d'être un ressort ou un truc du genre. C'était une belle bague, Megan le reconnaissait même si elle n'avait jamais été trop attiré par les bijoux. L'eau était légèrement rose après avoir touchée l'objet, nul doute qu'il s'agissait surement de l'artefact qu'elle convoitait. Bondissant sur un rocher pour se rapprocher, elle arriva sur ce piédestal naturel et se pencha pour récupérer l'objet sans hésitation. Aucun mécanisme ne se déclencha, aucun piège comme dans les films de Indiana Jones. Pour une fois qu'une merde inattendue ne se pointait pas sans prévenir, à croire que l'auteur était fatigué de ce périple. La bague dans sa main elle l'observa lentement, espérant en silence que tout était terminé. Elle fit rouler l'artefact dans ses doigts pour l'observer sous tous les angles et une inscription avait été gravé à l'intérieur.

"Sérieusement...? Made in Taïwan? On a fait tout ça pour une imitation?"

Prit de colère, Morgan hésita à balancer la bague contre le mur pour la voir exploser en milles morceaux. Serrant l'objet dans sa main à s'en faire blanchir les jointures l'algophobe regardait les alentours en quête d'un truc à faire, d'un truc pour passer cette frustration. Malheureusement, il ni avait que Alan et il avait suffisamment souffert émotionnellement pour cette nuit. Sautant sur un rocher pour revenir vers le bord du lac et vers Alan, Morgan avait perdu tout espoir de retrouver son corps de femme.

"Désolé Alan... On dirait que tout ceci n'aura servit à rien et je t'ai cogné et embarqué là dedans pour rien. Comme quoi, la bague d'Hermaphrodite n'est pas ici... Mais alors pourquoi ce lac peut nous changer de sexe?"

La dernière phrase était plus pour elle-même que pour Alan. Le libraire semblait toujours autant détaché de son environnement suite à tous les événements qu'il venait de subir. Morgan observa de nouveau la bague, lu une seconde fois le "Made in Taïwan" qui y était gravé en poussant un soupire et se résigna à essayer au moins de la mettre avant de la jeter. Le contact de l'acier froid à son doigt le fit frémir et des picotements parcoururent sa main ainsi que des frissons. A peine la bague mise à son doigts que les pierres incrustées dessus brillèrent étrangement. Prit alors de vertiges, Megan tomba à genoux et fut prise de nausées. Tout son corps était brulant ainsi que douloureux. Sa poitrine lui faisait mal, son menton et son crâne, sans oublier son entrejambe. Sa vision était devenu si flou qu'il ne parvenait pas à voir sa main pourtant à quelques centimètres de là. Après quelques secondes atroces, Megan sentit son état revenir à la normale.

"Bordel c'était quoi ça...?"

Sa voix? Ce n'était plus cette voix viril et rocailleuse, mais bien sa voix à elle! Sans attendre, elle mit ses mains à sa poitrine et fut agréablement surprise de sentir ses seins. Son corps était redevenue le sien! Elle était enfin une femme! Adieu le corps masculin!! Se redressant dans un bond de joie, elle fixa Alan et faillit le prendre dans ses bras pour lui témoigner sa bonne humeur. Mais devant son état de limace déprimée, elle préféra s'abstenir. Finalement, elle haussa les épaules pour se jeter enfin sur lui. A peine le toucha-t-elle qu’elle explosa dans un "pouf* sonore typique du Voyageur qui se réveille, abandonnant ainsi le jeune homme dans cette caverne.

--------------

Megan ouvrit lentement les yeux dans son lit et fixa le plafond. Elle afficha un sourire satisfait en se disant qu'elle avait enfin réussit. Elle devrait remercier Alan pour son aide, enfin si on peut vraiment parler d'assistance. Mais surtout: retrouver Alice car elle lui avait indiqué l'endroit et l'avait véritablement aidé. Restait à savoir si elle avait survécu à tout ceci ou non. Mais elle aurait le temps de la revoir un jour où l'autre. Après tout, elles s'étaient déjà rencontrées deux fois et comme on dit, jamais deux sans trois. Se levant alors pour se diriger vers la cafetière, Megan comptait passer une journée tranquille pour se remettre de tout ce bordel.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas

Made in Taïwan [Quête avec Alan K et Alice S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Luxuria-