Haut
Bas

Partagez|

Le choc bio (PV Nedru & Megan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Sam 29 Déc 2012 - 0:26
Le Royaume de Vapeur-Punk était réputé pour être relativement paisible, loin de l’agitation belliciste d’un Royaume du Feu ou d’un Royaume Obscur. Malgré une apparence parfois peu reluisante, cette contrée onirique n’était pas des plus dangereuses. Mais peut-être était-ce dû à son caractère pour le moins autarcique ? En effet, l’endroit était à l’écart du monde et de ses dangers. Plongé à moitié dans les eaux, le pays garantissait sa sécurité en suivant à la perfection l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés ! ». De surcroit, sa population de créatures de rêves était quasi exclusivement composée d’être aussi dangereux que des elfes, des lutins, et autres races gnomiques. On faisait en général plus agressif dans le domaine. Et pourtant, pourtant... Un Royaume onirique de ce genre à moitié enseveli dans les profondeurs abyssales maritimes ne pouvait prétendre être totalement clément. Certains cachent parfois de drôles de cadavres dans leur placard. Alors, nécessairement, avec un « placard» sous-marin de cette taille... Surtout que l’endroit était connu, au vu de son aspect plus qu’étrange et de sa tendance à se confondre avec un immense labyrinthe tout de fer et de rouage, pour cacher un certain nombre de trésors en son sein. Le Royaume attirait donc nécessairement bien des convoitises, et plus d’un s’était risqué dans ses profondeurs, à ses risques et périls.

Mais c’était pour des raisons bien différentes que s’était retrouvé là un voyageur que nous connaissons bien, à savoir Matthieu Furt. Il vaquait ça et là, loin de la relative agitation qui parcourait les quartiers plus habités. En fait, l’endroit où il se trouvait était même plutôt sordide, et passablement humide. En effet, il était près d’une de ses étendue d’eau qui parcourait la ville, la transformant en une nouvelle Venise, le charme et le romantisme en moins. D’ailleurs, rien que la sempiternelle odeur de charbon qui régnait sur Vapeur-Punk suffisait à gâter tout ardeur qui voudrait voir dans cette ville rongée par la moisissure une onirique Sérénissime. L’endroit où se trouvait Mollusque-man ressemblait d’ailleurs plus à une usine telle qu’on devait en faire au dix-neuvième siècle, mais qui était tombée en ruines, notamment suite à l’influence de l’eau envahissante. Evidement, un peu partout, on trouvait des engrenages, de toutes les formes, dans tous les sens, la plupart rouillée, quand ils n’étaient pas à moitié dans l’eau. Le montant des travaux risquait d’être assez élevé, il fallait bien l’avouer, et n’importe quel assureur manquerait de s’étrangler en voyant les dégâts. Un jet de vapeur s’enclencha sans raison apparente, faisant sursauter le jeune homme. Il cria, d’une voix mal assurée.


-Hey oh... Y a quelqu’un ? Vous êtes là ?

Evidemment, aucune réponse, si ce n’est le bruit de quelques gouttes d’eau s’écoulant. Quitte à faire clicher... Matthieu maugréa. Il n’était quand même pas ici pour prendre les eaux dans une station balnéaire. S’il était en cet endroit puant, c’est parce qu’il y avait été invité. Enfin, invité... C’était un bien grand mot. En effet, la veille avait une nuit comme les autres où Matthieu avait fait l’imbécile comme il en était le seul capable (quoique... sur Dreamland, on n’était jamais au bout de ses surprises dans ce domaine). Il avait tenté de faire le brave face à une bande de voyageurs killers en zone un. Malheureusement, Mollusque-man ou non, lorsqu’on était tout seul face à quatre, on n’avait fort peu de chance de s’en tirer. Mais Matt était tellement persuadé de son invincibilité. Après tout, n’avait-il pas remporté le Tournoi des Jeunes Talents ? Mais, semble-t-il, cela n’avait pas été suffisant. Résultat, le pauvre Matt avait fini avec un oeil poché, une lèvre fendue, et sans doute une côte cassée, quelque part dans ce qu’il aurait préféré être un fossé. Notez que cela aurait pu être bien pire face à des Voyageurs Killers. Mais heureusement pour l’invocateur, ceux-ci avaient fort à faire cette nuit-là, abandonnant le jeune homme à ses déboires. Mais cette nuit s’était avérée plus intéressante que prévue. En effet, tandis que Mollusque-man en était encore à ruminer ses malheurs, massant sa joue, une créature des rêves qui ne devait pas dépasser un mètre vingt (en fait, elle mesurait exactement un mètre dix-neuf et trois millimètres) l’avait rejoint. Il s’était donc retrouvé avec une sorte de gnome, qui restait là sans rien dire, le regardant de ses grands yeux. Après quelques instants de malaise, Matthieu avait fini par lui demander ce qu’il lui voulait. Très vite, la créature avait alors récité quelque chose qui devait ressembler à cela « Salutations, Matthieu Furt. Vous êtes convié à vous rendre demain au Royaume de Vapeur-Punk, dans la zone 3, pour un entretien d'embauche . » Oui, cela devait ressembler à quelque chose de ce genre. A peine le petit bout d’homme avait-il émis ces mots qu’il disparut, laissant son interlocuteur dans un certain flou artistique.

Il n’avait aucune idée de qui pouvait provenir ce message, ni de ce que pouvait signifier « entretien d'embauche » sur Dreamland. L’espace d’un instant, il eut d’ailleurs comme un doute : la dernière fois qu’on lui avait proposé un boulot dans les contrées oniriques, il s’était retrouvé propulsé sur une scène à interpréter une comédie musicale gay, passant ensuite un certain nombre de nuits à hurler qu’il s’agissait d’un rôle de composition. Alors, cette proposition mystérieuse avait de quoi le rendre soupçonneux. En tout cas, un tout petit peu. Car heureusement pour Matthieu, sa capacité à se méfier était toujours très rapidement surpassée par sa curiosité parfois un peu maladive. Cette curiosité s’était d’ailleurs développée de façon exponentielle sur Dreamland. Alors, forcément, une proposition de ce genre, de provenance inconnue, dans un Royaume aussi étrange que Vapeur-Punk, et la soirée de Matt était sauvée. Il ne s’y fit donc pas prier deux fois, et ne pensa pas même pas que cela pouvait être un piège. Heureusement pour le jeune homme, parmi tous ses défauts, la paranoïa n’en faisait pas partie. En tout cas, ce n’était pas pour autant que l’invocateur n’avait pas la tête remplie d’interrogations en tous genres. Il fallait avouer qu’on avait déjà fait plus précis, mais bon...

Toujours était-il que Matthieu avait accepté de façon implicite, en se couchant en pensant au sus-dit Vapeur-Punk. Et c’était donc ainsi qu’il s’était retrouvé là, les genoux dans une flotte vaseuse, dans un endroit qui ressemblait plus à une usine désaffectée qu’à autre chose. Comme lieu de rencontre sympathique, on faisait tout de même nettement mieux. Certes, le pouvoir de Matthieu était issu du Royaume des Mollusques, qui avait de sacrés références en terme de « royaume glauque . » Mais on avait tout de même là un sérieux concurrent dans le domaine. Matt hésitait d’ailleurs fortement à faire venir une de ses invocations, qui se fondrait sans problème dans le décor aquatique, afin de lui tenir compagnie. Parce que ce n’était pas tout ça, mais son commanditaire n’était toujours pas là, et le jeune invocateur commençait à trouver le temps long. Il ne savait pas si c’était vraiment possible, mais à la longue, il allait sans doute finir par attraper un bon rhume. Et tout cela n’avait évidement rien à voir avec une potentielle frousse que pourrait causer ce lieu un tantinet oppressant. Non, pas du tout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Dim 30 Déc 2012 - 15:33

Quelle idée, vraiment ! Il avait donné rendez vous au gagnant du Tournoi des jeunes Talents dans un lieu pacifique et agréable, et voilà qu’il se retrouvait dans la partie probablement la plus insalubre de la ville ! De toutes les fois où le Renard s’y était rendu, jamais il n’avait entendu parler d’un lieu comme celui là. Ou alors si, peut être, une fois ? Son pouvoir se mit lentement en marche et il cracha un soupir. Mais bon. Au moins, Matthieu Furt avait reçu son invitation. Il se demandait vaguement quel genre d’individu ce serait (c’est à dire qu’il se demandait si les nombreuses informations rapportées à son sujet étaient véridiques). S’il avait réellement participé à une comédie musicale gay à succès après avoir rapporté le Tournoi, ce qui était certain, c’est qu’il était plutôt polyvalent. D’autres qualités suivaient; sur un fuseau horaire similaire au sien, fonceur, invocateur habile et qui plus est; relativement libre. Il ne s’attachait à aucun royaume, ne visait pas directement et ridiculement « le sommet » des Voyageurs. De tous les candidats qu’il avait trouvé, son CV était donc le meilleur.

Nedru glissa sur un bout de passerelle rouillé et manqua tomber. Il jura en regardant autour de lui. Mais où se cachait-il ? Ici, l’eau derrière les vitres arrondies semblables à celles d’une cage à hamster, était si sombre qu’on ne distinguait en regardant autour de soi que son reflet chichement éclairé par d‘antiques lampes (à pétrole, ou peu s‘en fallait). Parfois, au loin, quelques lueurs provenant soit de la ville, soit d’un animal sous marin luminescent jouaient à cache-cache. Il se dirigeait cependant vers une lueur fixe et pâle qu’il distinguait au loin, au dessus de sa tête.

Le couloir dans lequel il déambulait depuis quelques minutes déboucha comme il l’avait espéré sur un dôme classique, mais plus ancien que les standards actuels de la ville. On avait voulu bâtir ici quelque chose, une extension sans doute, ou bien un centre de recherche sur l‘énergie (comme partout) , mais le projet avait dû tomber à l’eau. Au sens propre... La zone qui devait avoir eu pour projet d'accueillir un canal était inondée, délabrée, malodorante, trop sombre à cause des lampes en panne et pire que tout (surtout lorsque l’on veut inspirer puissamment après avoir été confiné dans un petit tunnel) l‘air y était de très mauvaise qualité. A quoi bon insuffler de l’oxygène là où plus personne n’allait ?! Le londonien toussa faiblement. Ce qui était troublant, c’est qu’on continuait tout de même à en envoyer, alors que l’endroit aurait tout simplement dû être fermé, détruit, et ses matériaux réutilisés ailleurs.

Un échos lointain lui fit parvenir une voix humaine. A tous les coups, son invité. D’après l’intonation, il n’était pas venu ici pour tendre à piège à l’analyste, c’était déjà ça ! Il s’était simplement réveillé au mauvais endroit, aussi Nedru lui répondit de sa voix la plus aimable;


- Matthieu Furt ? Je suis par là ! Excusez mon retard, je suis apparu ass.. Un jet de vapeur l’interrompit. …assez loin de vous.

Il sauta sur un bout de passerelle qui semblait en bon état pour éviter d’avoir à marcher dans une flaque d’eau d’une profondeur insondable et poursuivit en cherchant des yeux son interlocuteur;

Vous savez, la ville est beaucoup plus agréable. Inutile de s’endormir en ayant peur de Vapeur Punk, ça ne fera que vous mener dans un endroit comme celui-ci !

Comme la passerelle sur laquelle il avait trouvé refuge commençait à menacer de s’enfoncer dans l’eau, il grimpa sur un rouage gigantesque adjacent, histoire d’être sûr de ne pas toucher cette eau malsaine -et au passage d’avoir une meilleure vue. Perché sur son rouage, il vit finalement son jeune prodige et sourit à pleines dents;

-Vous voilà ! Par ici !

Une fois certain d’avoir été identifié, l’analyste fit mine de chercher à descendre sans trouver de point d‘appui stable -c’est à dire en prenant plus de temps que nécessaire; il ne tenait pas à quitter un si bon poste et à se retrouver avec les semelles trempées. Tant pis s’il avait l’air ridicule à jouer cette comédie grotesque; il n’était pas venu impressionner le célèbre invocateur.

Tandis qu’il orientait ses pensées sur la façon le plus adéquate pour orienter la conversation, et bien qu’il aie déjà répété plusieurs fois la scène chez lui, son pouvoir se détourna de l’objectif qu’il s’était fixé plus tôt. Il ne savait toujours pas où il avait mis les pieds et ne le saurait pas à moins d’y repenser.
Enfin parvenu en bas de son rouage après avoir laissé le soin à Matthieu le soin de franchir la distance qui les séparait, il se tourna vers l’invocateur et lui tendit la main, dans un sourire qu’il espérait franc sans être dégoulinant d’hypocrisie. Il l‘était probablement, du reste, aussi froid qu‘il fut, Nedru n‘avait rien contre un peu de compagnie musclée dans un lieu comme celui-ci. Et après tout, n’était-ce pas la but de cet entretiens ?


-Nedru, informateur. J’espère que l’on peut se tutoyer ?

Il était sincère. Se tutoyer était un privilège de Dreamland qu’il n’utilisait que trop rarement et qui n’avait aucun sens dans son pays natal. Comme à chaque fois qu’il ne mentait pas, Nedru ressentit une sorte de malaise. Il insulta mentalement Matthieu au sujet der sa mine défaite et de son manque de style pour le dissiper, sans effacer son sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Lun 31 Déc 2012 - 1:34


La nuit précédente, Megan avait passé son temps vers un lac où elle y avait vue un monstre énorme. Un truc gigantesque comme jamais elle n'en avait vue. Ce fut impressionnant, mais court car la bête avait plongé dans le lac. Elle fit ensuite la connaissance avec Dante, un voyageur et avec Shad, une créature du royaume obscur paumée dans la seconde zone. Megan avait pensé que Pijn, son seigneur et duc le faisait suivre mais non. Et ce n'était pas l'invocateur obscur, le seul voyageur du royaume qui était dans le coup. Rencontre étrange, était-ce une coïncidence? Surement que non. Enfin la jeune femme s'était réveillée depuis et sa journée avait vite filé. La matinée, elle avait rangé entièrement son studio, chose qui arrivait très rarement donc ça prit vraiment pas mal de temps. Elle mit tout le linge sale à laver et fit trois lessives. Ensuite elle rangea les paquets de cigarettes vides qui trainaient un peu partout ainsi que les paquets de céréales, du courrier à peine ouvert. Un bon coup de balais puis elle récura. Fit enfin la litière du chat. S'attaqua ensuite à la gazinière dégoutante et vomissant de graisses calcinées.

L'après midi fut plus calme, elle nettoya un peu la salle de bain: seule endroit relativement bien entretenu de son appartement. Prit une douche et somnola sous l'eau chaude qui ruisselait sur son corps pour enfin se poser dans le canapé et regarder la télévision. Elle regarda le monde de Narnia, enfin le début, elle était pas spécialement fan car cet univers possédait un potentiel incroyable alors que la naïveté des personnages rendaient ça trop mielleux pour elle. Finalement, elle alluma son ordinateur, mit pas mal de musiques: rock, métal, punk et de l'électro et se perdit dans un livre. L'épée de vérité, un lire qu'elle adorait particulièrement. Elle n'en était que au tome 3 mais c'était devenu sa lecture préférée. Elle s'imaginait avoir les pouvoirs de différents personnages, déjà elle voulait l'épée de vérité du héros: capable de tout trancher du moment qu'on a la colère adéquat en soit, même si le contre coup est costaud. Une arme pareil à Dreamland, combinée à son pouvoir et elle fait un malheur! Le pouvoir de l'héroïne aussi: l'amour! Ouais dit comme ça, c'est un gros cliché bateau et pourtant non, son pouvoir lui permet de transformer n'importe quel boulet en petit chien obéissant, à partir de là lui dire: meurs sous mes yeux, se réalise par l'arrêt cardiaque du pauvre type. Elle posa son livre vers vingt heure afin de se faire à manger. Ce soir, elle ne travaillait pas donc c'était la journée relâche. Qu’est-ce qu'elle aimait rester là, à rien faire...

Un repas vite fait: steack et frites avec des oignons grillés et une bonne bière. Elle se vaudra de nouveau dans le canapé et ralluma la télévision pour regarder une émission tellement amusante: Tellement vrais. Le truc bidon mais vraiment rigolo qui vous rappel que: même quand votre vie est pas glorieuse, il y a toujours bien pire que vous. Dans cette émission, on a cherché les pire loosers ou débiles pour faire un documentaire sur eux. Le préféré de la brune restait: un père de famille divorcé, qui vit chez ses amis car pas d'argent et ne voit jamais ses filles. Pourquoi? Car il veut vivre de sa passion: la chanson, mais bon, il est loin d'être bon même s'il n'est pas mauvais. Une sorte de grand gamin qui rêve éveillé quoi. Ce soir, c'était une émission sur un mec totalement mordu de mécanique et de technologie. Le mec délaissait sa femme et son fils pour collectionner des carburateurs, des pistons, des vieux circuits imprimés... Il connaissait tout, le nom exact de la pièce, sa date de fabrication, son utilité et le nombre commercialisé dans le monde. Oui, du véritable fanatisme pour la mécanique. Megan en était sidérée, elle avait fait des études et pouvait comprendre qu'on puisse aimer ce genre de chose, mais pas à ce point. Elle bailla devant la télévision mais continua de regarder en trouvant ça simplement génial.


-----------------------

A quel moment avait-elle sombré dans les bras de Morphée? Elle n'en savait rien mais comprit rapidement qu'elle venait de délaisser son écran plat pour le monde onirique. Cette nuit encore, elle allait rêver d'une aventure incroyable. Oui, elle se doutait déjà que ça serait le bordel, n'espérant même plus qu'elle puisse passer une nuit paisible dans ce monde. C'était possible pour un rêveur, pas pour une voyageuse possédée par la douleur. Avant même d'ouvrir les yeux, elle remarqua une odeur fort peu agréable: une odeur d'eau croupie, voir même nauséabonde. Il y avait dans l'air quelque chose de bizarre et l'algophobe finit par identifier ça comme étant une odeur d'huile de moteur. Elle eut alors un vertige, l'obligeant à ouvrir les yeux. Elle réalisa qu'elle était en hauteur et que son perchoir était en mouvement.

Debout sur une grosse roue dentée, un engrenage pour être précis. Megan contempla la vue: l'endroit était étrange et faisait très porté sur la technologie. Le plafond, car oui ici pas de ciel, était un immense dôme probablement en acier. On pouvait également voir d'autres engrenages un peu partout et de la vapeur qui s'échappait des mécanismes. De grandes colonnes de fumée ici et là polluaient l'air dans cette bulle immense. Megan sauta de son perchoir pour tomber sur une autre roue. Elle se laissa portée ainsi pour bondir sur une autre puis encore une. Elle était très en hauteur et la fumée ainsi que la vapeur lui empêchait de voir le sol. Malgré tout, l'endroit semblait humide, très humide. Elle glissa lors d'une réception et tomba alors pour se rattraper in-extrémis à un rebord en acier tranchant. Elle s'entailla les doigts mais ne lâcha pas sa prise: c'était ça ou finir telle une pizza sur le sol.

Jetant un bref regard en bas, la jeune femme vit énormément d'eau. Donc, si tout ce passait bien, la chute ne sera pas mortel. Elle lâcha un juron, ainsi qu'un soupire puis enfin sa prise. Elle tomba ainsi durant plusieurs secondes avant de percuter un long câble en fer. Le souffle coupé, pliée en deux,la jeune femme crut se briser toutes les cotes. Elle rebondit alors et poursuivit sa chute en ricochant contre différents supports: engrenages, autres câbles ainsi que des trucs qu'elle n'eut pas le temps d'analyser. Chaque coup contre quelque chose ralentissait sa chute au prix d'une douleur minime, avec de la chance, elle n'exploserait pas sur la surface de l'eau.

Justement, elle percuta l'eau et se retrouva plusieurs mètres dessous. Elle tourna encore un peu sur elle même puis tout se calma enfin. Désorientée mais vivante, elle aurait bien poussé un soupire de soulagement mais cela aurait été stupide vue sa position. Après quelques secondes, l'algophobe fut devant un spectacle à vous couper le souffle -sauf si c'est déjà fait comme le cas présent- sous l'eau, on pouvait voir s'étendre à des kilomètres une ville submergée. Mais ce n'était pas des ruines, tout semblait parfaitement et hermétiquement fermé. Il y avait des gens qui y vivaient! C'était comme la partie cachée d'un iceberg. Elle contempla ainsi ce spectacle et trouva ça magnifique, c'était indescriptible tellement elle aimait cette vision. Manque de chance et d'air surtout, elle remonta alors rapidement à la surface car elle ne tenait plus.

Sa tête jaillit de l'eau et la vie pénétra alors ses poumons, elle crut qu'on la giflait tellement l'air lui fouetta le visage. Vivante!! Elle était vivante! Le reste n'avait aucune importance. Une fée vola alors devant son visage et leurs regards se croisèrent. La fée, aussi grosse et imposante que la fée Clochette, lui fit un sourire malicieux, lui tapota le nez et lui montra quelque chose qui brillait au loin: une embarcation! Megan nagea alors pour s'y rendre alors que la petite fée avait déjà disparut.

Elle nagea péniblement, réalisant alors toute l'ampleur de sa chute vertigineuse. Quelques douleurs ici et là, mais pour le moment elle pourrait se passer de son endorphine. Malgré l'impressionnante chute, elle n'était pas blessée: comme quoi, de temps en temps, elle avait de la chance. Elle attrapa alors le rebord de la petite embarcation qui était vide et y grimpa tant bien que mal. A son bord, il y avait une grosse batterie qui ronflait et faisait tourner une hélice pour que la barque puisse avancer. Megan remarqua également qu'un gros filet était tracté, surement pour retirer d'éventuels impuretés dans l'eau. Elle se laissa embarquer donc en se demandant bien où elle était et ce qui l'attendait...

Dix minutes plus tard, elle arriva enfin vers ce qui semblait être une ville même si cela ressemblait d'avantage à un immense taudis pour renégat. Elle mit un pied à terre et se dirigea vers un individu masqué. Arrivée à coté de l'homme, de petite taille et très trapus, elle comprit que c'était un nain. L'homme se tourna vers elle: il portait un gros masque à gaz trop stylé qui fit rêvé pendant un instant l'algophobe car oui pour elle s'était trop classe! La barbe du nain dépassait du masque et ses yeux semblaient comme trop gros, surement à cause du verre devant ses yeux qui devait faire effet loupe. Elle voulu lui demander où elle était mais le nain attrapa un gros marteau et tenta d'un coup rapide de le flanquer en plein visage de la brune.

Megan recula d'un bond, surprise mais pas si conne, elle esquiva donc le coup. Le nain attrapa alors une corde et tira avec force dessus. Un grand jet de vapeur siffla dans le ciel puis une cloche, telle une alarme résonna. Elle ignorait ce que cela voulait dire mais au vue de la gentillesse du bonhomme, c'était surement pas bon pour elle. Dégainant alors sa canne, elle bloqua le coup du nain et elle lui mit un direct dans son masque, brisant le verre, lui crevant un œil au passage mais elle s'entailla les doigts et crut même se briser les articulations. L'homme s'écroula sur le sol alors que d'autres arrivaient déjà en courant. Merde! C'était quoi encore que ce merdier??

Quelque chose heurta sa tête, elle se retourna et vit la petite fée qui lui fit un sourire. La petite créature lui indiqua d'un doigt un chemin, un tunnel où des jets de vapeur masquaient l'entrée. Elle suivit la petite fée en espérant avoir trouvé temporairement une alliée. Croisant les doigts pour ne pas être entrainée dans un piège...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Mer 9 Jan 2013 - 23:05
Rien à faire, on avait décidément fait mieux comme endroit accueillant. Pourtant, on ne pouvait pas dire que Matthieu Furt soit des plus exigeants dans ce domaine. Il suffisait de jeter un oeil sur son « studio», qui suffisait à lui tout seul à donner une nouvelle ampleur à la notion « d'insalubrité. » Ne parlons même pas de sa phobie, sordide s’il en était. Même s’il n’était pas spécialement trouillard, il était même plutôt du genre casse-cou (que celui qui a pensé « casse-couille» se dénonce !) le jeune homme appréhendait à chaque fois ses convocations par le Seigneur des Mollusques. Celui-ci semblait prendre un malin plaisir à rendre son Royaume aussi effrayant et psychédélique que possible. Il ne supportait pas les intrus, parait-il, et appréciait de leur laisser une forte impression. Ceci dit, cela faisait un certain temps que Matt s’était rendu compte qu’il n’y avait pas foule parmi les visiteurs. Ce n’était pas pour rien qu’il était le seul invocateur de Mollusque de Dreamland. En tout cas, force était de constater que, dans le genre, il était plutôt rodé, habitué qu’il était à voir surgir des horreurs plus visqueuses les unes que les autres se dandiner de façon outrageante pour la morale et la santé mentale. Néanmoins, rien à faire, cet endroit ne lui revenait pas. Heureusement qu’on lui avait vanté les charmes de Vapeur-Punk, sinon, il n’y aurait pas cru. Certes, le lieu où il avait atterri n’était tout bonnement qu’une usine désaffectée et abandonnée depuis un certain temps, plus ou moins submergée par l’eau, la crasse et le silence. Et pourtant... Pour une raison que Matt n’arrivait pas à définir, quelque chose le tourmentait, comme s’il savait pertinemment qu’il ne devait pas être là. La dernière fois qu’il s’était senti dans cet état, cela avait été juste avant ses rattrapages du baccalauréat. C’était vous dire s’il fut heureux quand une voix relativement amicale se fit entendre.

Les premiers échos qui lui parvinrent lui firent rapidement comprendre qu’il s’agissait bien de son commanditaire. Et pourtant, la vitesse de réflexion du jeune homme devait plus ou moins correspondre à la rapidité de déplacement de sa comptable préférée. Il était en tout cas soulagé. Premièrement, il serait moins seul dans cet endroit assez peu rassurant. Deuxièmement, ce rendez-vous ne ressemblait pas à un piège. Pour l’instant. En effet, si l’idée ne l’avait même pas effleuré lors de la proposition initiale, les quelques instants où il s’était retrouvé seul avec lui-même avaient suffi à le faire cogiter. Il fallait dire que cette maudite usine avait de quoi rendre n’importe qui d’aussi peu paranoïaque de Matt soupçonneux. Mais bref, vu le son de la voix en question, l’invocateur ne devrait pas se faire trop de soucis, même s’il fallait rester prudent sur Dreamland, où les apparences sont quasiment toujours trompeuses. En même temps, quelqu’un de prudent n’aurait jamais accepté une invitation de la sorte. La maman de Matt l’avait pourtant suffisamment prévenu qu’il ne fallait pas parler aux inconnus...

En tout cas, Matt attendait avec une impatience non feinte de voir à quoi il allait ressembler le type qui s'approchait. Cette interrogation avait été également l’objet de ses réflexions personnelles. Il faut dire, la convocation avait été si mystérieuse... Surtout, quel genre de « travail» voulait-il confier au récent champion des Jeunes Talents ? Si c’était un impresario à la recherche d’une vedette pour sa nouvelle comédie musicale, Matt ne serait que trop heureux de lui présenter lui-même l’eau croupie en plan rapproché pendant plusieurs minutes. Il tiqua toutefois légèrement à une des remarques de son nouvel interlocuteur, tandis qu’il tentait de localiser le plus possible sa voix pour s’approcher de lui (pas évident dans un lieu pareil, qui, bien sûr, accentuait les échos en tous genres). En effet, ce dernier lui affirma qu’il ne fallait pas avoir peur de Vapeur-Punk, ce qui rembrunit légèrement l’invocateur. Mais... De quel droit se permettait-il ce genre de jugement ? Au nom de quoi le célèbre Mollusque-man aurait-il la frousse d’une foutue ville aquatique au gout exacerbé pour les rouages ? Et pensait-il vraiment que c’était de sa faute s’il s’était retrouvé dans un pareil endroit ? Matt aurait aussi préfère quelque chose de plus cool, ou du plus animé, que ce vrai trou à rats. Il n’avait qu’à pas donner rendez-vous ici... Mais le désappointement du jeune homme s’estompa rapidement lorsqu’il vit enfin son (peut-être) futur patron.


-Ah, oui, je vous vois ! J’arrive !

Matt se dirigea donc vers lui. A première vue, et cela l’étonna un peu, celui qui lui faisait face était plutôt jeune, sans doute du même âge que lui. Ce n’était finalement pas si étonnant que cela d’ailleurs : pour une raison inconnue, Matt avait la fâcheuse tendance à croiser des voyageurs qui se trouvaient toujours dans la même tranche d’âge que lui. A croire qu’il n’existait pas de vieux voyageurs. En même temps, on faisait mieux pour la santé en terme d’activité... Car il n’avait pas échappé à Matt qu’il se trouvait en compagnie d’un autre voyageur, oreilles « normales» obligent, autant qu’il pouvait en juger, dans cette usine en ruine mal éclairée. A première vue, il avait l’air sympa. Plutôt classe, aussi, même si d’ordinaire Matt ne faisait pas trop attention à ce genre de détail et qu’il était lui-même peu friand du port des chemises. Il en profita d’ailleurs pour jeter un coup d’oeil à sa propre tenue. Un sweat à capuche, comme d’habitude, et noire, sur laquelle brillait un dessin enfantin de poulpe, ressemblant à s’y méprendre à un de ces petits fantômes de Pacman, fluorescent. Le bas était constitué d’un de ces sempiternels pantalons larges, comme ses chaussures, sombre pour le premier quand les deuxièmes étaient d’un rouge vif. La routine, donc. Matthieu serra la main qu’il lui était tendu.

-Ah, ok. Cool. Moi c’est Matt. Enchanté !

Informateur ? Mollusque-man ne voyait pas du tout ce qu’il voulait dire par là. Etait-ce un sous-genre des voyageurs, au même titre que lui-même était invocateur ? Ou alors s’agissait-il de son emploi dans le monde réel ou dans l’onirique ? Aucune idée. Matt aurait sans doute l’occasion de le savoir à un moment ou l’autre. Quant au fait de se tutoyer, il n’y voyait évidemment aucun problème. Surtout qu’il avait tendance à éviter le vouvoiement avec la plupart des gens sur Dreamland, qui était pour lui l’espace de détente par excellence. C’était d’autant plus vrai avec des voyageurs de son âge, pour qui il se sentait un sentiment d’appartenance au même « club. » A dire vraie, Germaine faisait partie des rares « élues» qu’il n’imaginait même pas tutoyer. De fait, personne n’imaginait tutoyer l’odieuse limace. En tout cas, pour une raison qui dépassait l’entendement (on vous l’avait dit que ce n’était pas l’intelligence qui étouffait Matthieu), celui-ci se sentit en confiance avec le prénommé « Nedru. » Drôle de nom d’ailleurs, ce qu’il ne manqua pas de faire remarquer.

-Nedru ? C’est suédois, ou un truc du style ? Comme Ikea ?

Ce fut à ce moment précis que Mollusque-man crut entendre un léger bruit en retrait, non loin de l’endroit où se trouvaient les deux jeunes gens. Non pas qu’il fut spécialement stressé, sa rencontre avec le nouveau voyageur l’avait même calmé, mais il se retourna d’un coup, comme pris d’un sérieux doute. Rien à signaler, et pourtant... Il était bien sûr d’avoir entendu quelque chose. Un bruit du genre visqueux (et il s’y connaissait). Mais non, il n’y avait rien. Rien de quoi se retourner de la sorte, avec une telle appréhension. Légèrement embarrassé par son attitude, il en revint à Nedru. Il se passa une main dans les cheveux, tel l’adolescent pré-pubère à son premier rendez-vous galant.

-Hum... Désolé... J’ai cru entendre quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Jeu 10 Jan 2013 - 4:10



Fonctionne. Fonctionne ! FONCTIONNE ! Concentré sur chaque détail que lui renvoyait son interlocuteur, cambrure, pieds frottant légèrement le sol, tenue débraillée, (dans un monde des rêves où l’imagination est votre garde de robe !) l’analyste ne parvint jamais à faire fonctionner son pouvoir sur Matt. On lui avait pourtant vanté son « caractère fonceur, enflammé » et ses « idées tranchées »; autant d’indices de ce que l’on qualifie plus couramment de stupidité et ce à quoi sa capacité d’analyse réagissait habituellement avec une fièvre vorace !

Il allait falloir négocier les choses dans les règles de l’art. Avant toute chose, Nedru farfouilla dans sa boite à maquillage mentale pour y trouver le sourire adéquat; franc mais un brin gêné, pour répondre à l’assurance qui se dessinait sur celui de son interlocuteur. Surtout après l’allusion à son prénom étrange, à laquelle le Renard ne répondit pas. Puisque de nos jours les actes de naissances comportaient des Sabba ou jusqu’à des Savane, on ne pouvait se résoudre qu’à porter le nom que ses géniteurs avaient voulu vous donner ! Il marmonna;


-En fait, mon nom vient de l’in…

Ce fut à ce moment précis que Nedru fut coupé par le léger et indescriptible bruit. Il chercha à interpréter la nature de cet infime et unique clapotement doux et proche, sans parvenir de son côté à lui trouver quelque chose de visqueux. Sans parvenir à lui trouver quelque caractéristique que ce soit en fait. Son pouvoir détermina tour à tour; un son pas assez mat pour être une goutte d’eau. Mais trop silencieux pour être un bout de ferraille s’enfonçant un peu plus dans son linceul aquatique. Un vieux mécanisme réveillé aurait produit un son plus clair !.. Son cerveau tourna en rond sur l’énigme de plus en plus angoissante, une incertitude telle que ses poils se hérissèrent le long des bras de l’analyste devant la seule évidence possible. Simple, efficace et non moins menaçante.

Quelque chose d’inconnu avait causé ce bruit. Un soupir glauque derrière sa nuque aurait eu le mérite de se présenter dans les formes.

Matt s’était lui aussi figé et puis, sans égard pour la provenance de son prénom, il dénonça la précédente évidence l’air de rien. La chair de poule s’estompa. Cru entendre ! L’invocateur était-il sourd, simplement idiot, ou d’un courage dont Nedru ne se sentait pas capable ? Il avait gagné le Tournoi, mais tout de même... Puisque cette question exigeait une réponse, l’analyste surenchérit rapidement pour jauger la réaction de son candidat;


J’ai entendu ouais. Surement un poisson ?

Cette banalité à faire pleurer un dialoguiste de film d’horreur eut au moins un impact sur la respiration Nedru, qui le dissimula autant que possible. Ce qui avait causé le bruit n’était pas surement un poisson, mais était probablement vivant. Avoir prononcé cette supposition le mettait mal à l’aise. Il enchaina sans transitions.

Bon, tant pis pour le cadre. On va aller là dedans histoire d’avoir les pieds au sec. Ce sera mieux pour discuter !

Il désigna le bâtiment qui émergeait péniblement de l’eau noirâtre et s’y dirigea sans réellement attendre d’approbation. Chemin faisant, il évita soigneusement de passer à proximité de l’endroit d’où venait le...bruit, assumant un détour inquiet. Il se risqua néanmoins à lever les yeux des eaux insondable (où il évitait encore plus qu'auparavant d'enfoncer les pieds) pour les poser sur l’espèce d’usine-centre de recherche qui se noyait un peu plus loin. Ne renvoyant aucune lumière à travers ses meurtrières sinistres, on ne distinguait l’édifice noirci par une antique fumée que grâce au contrejour des lumières pâles et tremblotantes générées au sommet du dôme de verre. Il fouilla à nouveau dans sa mémoire, où une référence à ce lieux devait forcément exister !

Ralliant d’un bond une étroite passerelle métallique qui menait presque en ligne droite vers l’entrée du bâtiment, entre deux bandes d’eaux teintée au pétrole, son cœur se serra alors que l’impact de ses semelles faisait raisonner une plainte métallique à travers toute la piscine géante.

Nous sommes ici ! Hurla l'acier rouillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Jeu 10 Jan 2013 - 19:17


La jeune femme s'enfonçait dans un labyrinthe qui n'avait rien mais vraiment rien de rassurant, son cœur battait à tout rompre, à ce rythme la peur et le stress allait la tuer. Sa seule lumière et espérance était une petite fée qui volait un peu plus loin. Courant après la lueur, l'algophobe espérait vraiment se sortir de ce bordel. Le couloir était sinueux, parfois plus étroit et le chemin ondulait fréquemment. Parfois, elle devait se mettre de profil pour réussir à passer à des endroits et d'autre, obligée de se baisser. Tout un programme pour fuir ses ennemis quoi! Derrière elle, on pouvait entendre des bruits de pas et des gens qui criaient. Ses poursuivants ne semblaient pas motivé à lâcher l'affaire. Mais quelle merde!! Le chemin fut alors en pente douce, impossible de courir car ça glissait un peu: il y avait de l'huile ou d'autre trucs visqueux qui dégoulinaient sur le sol. Le rire de la fée aidait à savoir qu'elle était toujours devant, sans oublier qu'elle brillait, vraiment utile comme bestiole pensa la jeune femme. La pente devenait de plus en plus raide et... Ce qui devait arriver, arriva. Megan glissa et descendu toute la piste sur le train arrière.

Hurlant à la mort et prenant de la vitesse, elle se voyait déjà s’aplatir contre un mur. Le sol se déroba sous ses fesses et elle tomba à une vitesse effrayante. Cette nuit, elle semblait destinée à tomber encore et encore. Poussant encore des jurons en voyant le sol apparaitre plusieurs mètres plus bas et la petite fée qui la regardait tomber, l'air amusée. Elle s'explosa sur la surface de l'eau et coula une seconde fois. Bizarrement, elle détestait déjà cet endroit, elle en avait marre et voulait se réveiller: bled de merde! Déjà, elle remonta lentement à la surface pour reprendre son souffle. La petite fée volait déjà vers elle en lui indiquant où aller. Megan se promit qu'elle la tuerait pour se calmer les nerfs. Elle nagea donc jusqu'au rebord et s'y hissa. Trempée et frigorifiée, jamais elle n'avait autant détesté un royaume onirique. Pourtant, elle détestait le royaume obscur et ce bled était à égalité avec! Un bruit métallique résonna alors, un bruit qui la fit sursauter. Elle tourna les yeux et vit un autre nain armé d'une sulfateuse. What the fuck!? Elle plongea sur le coté alors que l'arme vomissait ses munitions qui perforèrent l'acier sans le moindre mal. Pourquoi ne pouvait-on jamais lui foutre la paix? Pourquoi fallait-elle toujours qu'elle tombe dans des situations similaires? Allant jusqu'à haïr ce monde: c'était si moche que ça d'être une putain de rêveuse? Surement que non.

Planquée derrière de gros engrenages, elle pria que l'arme se vide et qu'elle puisse fuir. C'est alors qu'une autre trappe s'ouvrit pour laisser un homme relativement grand et fin en sortir. De très longues oreilles dépassaient de son masque à gaz vintage. Il lança une grenade sur l'algophobe qui réagit au quart de tour. Elle arracha sa canne en sucre d'orge de sa ceinture et frappa comme si c'était une batte de baseball. Renvoyant la balle explosive sur le nain. Mais la grenade explosa à mi-parcours ce qui la fit jurer une fois de plus. Décidée à vivre, elle se mit à courir en essuyant par miracle les balles perforantes. Elle plongea alors sous une porte coulissante en ayant vue la fée y passer. La porte de referma dans un claquement sinistre, ça manquait d'huile et de graisse... La petite créature ricanait à coté du bouton, elle semblait vraiment motivée à aider Megan qui lui fit un sourire.

La jeune femme observa l'endroit qui l'entourait. Un sol en acier et bien boulonné, il y avait des poutres qui soutenaient le plafond et des sortes de puits trouaient le sol ici et là. En sortait des immenses colonnes avec des pistons, qui entrainaient des engrenages plus haut. Chaque monté des pistons entrainait un nuage de vapeur malodorante. Les grincements et cliquetis avaient quelque chose de stressant et de perturbant, c'était comme une musique sinistre qui préparait l'arrivée d'un truc atroce. Au milieu de la pièce le sol en acier laissait la place à une grande plaque de verre laissant voir de l'eau en dessous. Encore de la flotte... Justement, elle était trempée et cette atmosphère humide n'arrangeait rien. Profitant du calme, elle plaqua ses cheveux en arrière. Son haut était trempée et lui collait à la peau, laissant apprécier un peu trop même ses formes. Par chance, son haut n'était pas blanc, en même temps, elle n'aimait pas le blanc. C'est salissant et le sang tâche vite surtout quand on doit torturer des gens. Un nain surgit alors en hurlant, il ne portait pas de masque celui-ci et fonça sur la jeune femme en brandissant un chalumeau encore allumé. La flamme siffla proche de son visage, lui chauffant la peau. Un coup de soleil par dessus? Pourquoi pas, vue la merde de l'endroit. Elle parvint à bloquer la main de son ennemi mais il avait une force incroyable. Il la repoussa sans mal et attaqua de nouveau. Pourquoi lui en voulait-on tant que ça? Elle n'avait rien fait à part demander son chemin! La flamme rogna son haut sur son bras et les cotés, épargnant sa poitrine -ben ouais, faut que ça reste sexy- ce qui lui arracha une plainte douloureuse. D'instinct elle colla un uppercut dans la grosse tête du barbu. Amplifia le coup ce qui l'envoya au sol sans ménagement. Elle passa sa main sur son bras et ses cotes: la brulure lui faisait un mal de chien et elle saignait un peu vue que la chaire était calcinée.

Megan se remit à courir et aperçu la fée qui lui montrait le chemin. Elle entra dans un sas et se figea devant une porte fermée. S'adossant au mur alors que la porte d'où elle venait se fermait, elle vit par le hublot une dizaine de nains entrés dans la pièce où elle était un instant avant. Elle remarqua aussi que la petite fée était restée en retrait, lui agitant la main pour lui dire au revoir.

"Sous marin B258, en partance pour la zone des déchets numéro 23.
Portes scellées...
Départ dans un instant."


Hein? De quoi? Elle poussa un juron et frappa contre la porte. On l'envoyait dans les déchets? C'était quoi cette embrouille? Pourquoi un sous marin? Elle allait sous l'eau? Non non! Impossible! Elle ne voulait pas et refusait qu'on l'envoie dans les abysses dans un bouiboui de la sorte! Sure que ce truc prenait l'eau en plus! Elle se laissa glisser contre le mur et termina assise. Poussant un long soupire, la douleur revenait alors au galop et ça faisait mal! Terriblement mal! Avec le bordel, elle en avait zappé sa brulure. Elle activa son pouvoir, libérant une bonne dose d'endorphine pour annihiler la douleur. Maintenant, elle pouvait bouger son bras droit même si sa peau faisait la gueule. Elle arracha sa manche déjà bien déchirée ainsi que la partie inférieur de son haut. Nombril à l'air, un coté manche longue et un coté manche courte. LA classe quoi... Elle soupira et sortit son paquet de clopes de sa poche pour s'en allumer une. Se posant un instant la question de savoir si c'était une bonne idée de fumer dans un endroit où l'air pourrait se raréfier. Haussant les épaules, elle tira dans sa sucette à cancer pour se détendre. Son voyage à vingt milieux sous les mers prit du temps, enfin plus que celui d'une cigarette et elle commença à trouver le temps long. Elle aperçu alors une bulle en métal et comprit qu'elle s'y rendait. Donc, la zone des déchets numéro 23? Vous remarquerez comme ce putain de chiffre revient souvent! C'est pas elle qui est parano n'est-ce pas? On est bien d'accord que même sans avoir vue le film, ce chiffre est partout! Mais partout!!

Le sous marin se figea alors dans un grincement sinistre puis il bascula sur le coté. Megan fut projeté contre l'autre mur et elle comprit que sous ses pieds, il y avait une cage avec un merdier pas possible dedans vue le boucan que ça faisait. La porte s'ouvrit alors et... Je vous laisse deviner... Oui, elle tomba encore une fois. Hurlant encore qu'elle en avait marre, elle chutait avec des vieux engrenages et des ressorts ou d'autres trucs en acier dans un piteux états. Elle rebondit alors sur un tapis roulant -et non pas dans l'eau cette fois- se laissant embarquer, en même temps c'était ça ou tomber encore. Elle se dirigeait vers un énorme incinérateur ou un four. L'idée c'était surement de fondre l'acier pour s'en servir de nouveau, sauf que elle, son passage au four ne garantissait rien de bon. Elle parvint à sauter sur une roue dentée en mouvement et se laissa descendre lentement. Encore des jets de vapeurs ici et là, encore des mécanismes. Cet endroit était plus sombre, plus glauque que le précédent, mais il ne semblait ne pas y avoir quelqu'un ici. C'était... Encourageant. Ou alors, la suite serait pire, bien pire. Malgré la chute et le tapis roulant, l'endroit était silencieux, trop même. C'était limite pas normal et stressant... Dans l'autre zone, même si elle n'avait pas vue de suite les nains, elle avait entendu les machines ou encore les habitants qui frappaient au marteau ou soudaient. Mais ici rien de tout ça! Seul le silence et les jets de vapeur étaient présent. Rendant l'endroit plus oppressant, plus angoissant.

Elle sauta sur un piston et s'en servit pour bondir sur une autre roue pour se laisser emmener vers un escalier, surement utilisé par la maintenance. Une fois sur la passerelle, elle vit alors deux personnes qui marchaient tranquillement: de l'autre coté de cette "bulle". Megan les suivit des yeux, déjà, ce n'était pas des nains et vue leurs oreilles, c'était des voyageurs ou des rêveurs enfin à une telle distance, difficile d'en être sur. Elle décida d'aller à leur rencontre, grimpant sur un engrenage pour aller plus vite, elle sauta sur une autre roue pour enfin être emmené par une immense courroie. De là, elle bondit pour retomber sur la passerelle. Sa réception fut difficile, la fatigue et la douleur, même trompées par son pouvoir, étaient bien là. Tombant à genoux, elle laissa jaillir d'autres noms d'oiseaux puis se redressa lentement. La passerelle trembla dangereusement et le grincement n'avait rien d'encourageant. Elle remarqua aussi que ici, la passerelle était plus petite. Elle posa sa main sur la rambarde et celle-ci céda sous sa main: bordel de merde, elle aurait pu finir plusieurs mètres plus bas! Remettant soigneusement ses mèches de cheveux derrière ses oreilles, cheveux complétement en vrac suite à deux bains involontaires... Elle cherchait à faire comme si tout allait bien, mais rien n'allait, c'était de pire en pire même.

"Hello... Désolé de m'incruster mais... On m'a légèrement forcé à venir ici et j'aimerai bien ne pas passer cette putain de nuit toute seule à être poursuivit par des nains psychopathes! Me présente: Megan. Enchantée! Après... Me semble cet endroit est limite pas mieux que celui d'où je viens..."

Voilà, maintenant il restait à voir ce qu'allait répondre les deux énergumènes.Priant qu'ils ne veuillent pas la tuer eux aussi. Sinon tant pis, elle se lâcherait cette fois et adieu la compagnie!Et comme présentation, c'était plutôt cool non? Elle s'était présentée et avait résumé simplement les galères qu'elle venait de vivre. Un jet de vapeur jaillit alors devant elle, l'obligeant à reculer d'un bond. Surprise elle avait faillit crier. Un autre bruit ce fit entendre, un bruit étrange qu'elle ne parvint pas à identifier. Megan tourna la tête, cherchant ce qui avait émit un tel bruit. Elle n'osa pas demander aux deux autres vue qu'elle venait de sursauter: passer pour une trouillarde n'était pas une bonne idée si elle ne voulait pas rester toute seule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Mer 16 Jan 2013 - 22:43
Non, c’était un fait, Matthieu n’était décidément guère rassuré. Pourtant, il n’était pas spécialement d’un tempérament paranoïaque, de coutume. Et puis, que diable, on voyait tout de même des choses bien plus étranges et effrayantes sur Dreamland qu’une vulgaire usine à moitié noyée qui émettait vaguement quelques bruits suspects... Les Royaumes Obscurs, par exemple. Personnellement, Matt n’y avait jamais mis les pieds, premièrement, parce que le Roi des Mollusques le lui avait formellement interdit, deuxièmement, parce que ce qu’on lui avait décrit de l’endroit était loin de la définition du « fun», même selon ses propres critères, qui n’étaient pourtant pas spécialement partagés par tout un chacun d’ordinaire. Mais il était bien sûr d’avoir entendu un bruit, et ce n’était pas pour le calmer. Pourtant, ce n’était pas le moment de paraitre trouillard. N’était-il pas à un entretien d’embauche onirique ? Et ce, de surcroit, avec un jeune voyageur qui lui semblait prometteur, bien qu’encore d’un pouvoir inconnu pour l’invocateur, alors qu’à l’inverse, le premier devait avoir quelques renseignements sur le second, sinon, il ne l’aurait pas convoqué, il ne fallait pas être fin clerc pour le deviner ! En tout cas, l’intense stress que ressentait Matthieu n’augurait rien de bon. Il fallait rester de mine amicale, et ne pas paraitre pour un couard pour rien. Surtout lorsqu’on a l’imagination un peu trop débordante et qu’on s’invente quelques bruits soi-disants effrayants. A moins que...

Oui. Malheureusement, ce n’était pas l’effet de l’imagination de Matt. Nedru aussi avait entendu un bruit. A la remarque du jeune homme, l’invocateur pâlit. Il ne le sentait pas du tout. Mais alors pas du tout. Si même son interlocuteur prétendait qu’il y avait bien effectivement quelque chose, c’était donc... Qu’il y avait quelque chose. CQFD. Et ouais, Matt espérait aussi, voire priait, pour qu’il ne s’agisse que d’un poisson. Mais sur Dreamland, même un poisson pouvait être inquiétant. D’ailleurs, Mollusque-man aimait bien ça, d’habitude, d’affronter quelques monstres marins coriaces. Le roi des Mollusques avait tendance à se mettre à dos, ou plutôt, à coquille, tous les autres royaumes maritimes oniriques, poussant son jeune voyageur à quelques combats aquatiques plutôt sympa. Mais voila, lorsqu’un événement de ce type se produisait, c’était franc et honnête : on se foutait sur la gueule à la bonne franquette, jusqu’à ce qu’un gagnant triomphe. Or, dans ce cas-ci, quelque chose semblait trainer dans l’ombre. Et attendre. Attendre que quelqu’un fasse un faux pas, laissant se diffuser une atmosphère angoissante qui pousserait la proie à une erreur fatale. Ou alors, Matthieu regardait peut-être trop de films d’horreur, ce qui n’était pas impossible non plus. Toutefois, force était de constater que la scène contenait tous les clichés du genres. Seul avantage, cependant, pour le jeune homme : il n’était pas une blonde en détresse, prête à s’égosiller face à Dieu sait quoi. Il était Mollusque-man, et il comptait bien agir en conséquence. Mais ce ne fut pas sans un léger soulagement que Matt accueillit la proposition de Nedru. Au moins, ils seraient au sec, ce qui était toujours ça de pris. Il acquiesça donc, et les deux jeunes gens se dirigèrent d’un pas, certes prudent, mais décidé, vers le promontoire de fortune. Matt en profita pour relancer la conversation :


-Ouais, c’est sûr que sera mieux. Pour causer, je veux dire. Tu m’as toujours pas dit pourquoi tu voulais me parler, d’ailleurs ?

Certes, c’était un peu abrupt, mais au moins, cela avait le mérite d’être clair. Plus clair qu’une phrase énoncée par Germaine en tout cas. Car ce n’était pas tout de s’amuser à se faire peur, encore fallait-il le faire, cet étrange entretien d’embauche. L’espace d’un instant, l’idée effleura même Matthieu que son interlocuteur au nom «in-quelque-chose» (restait à savoir ce que cette syllabe commençait comme toponymie...) avait fait exprès de l’inviter ici, histoire de voir à la réaction du vainqueur du Tournoi dans un environnement non pas tant hostile qu’angoissant. Cela renfrogna Matt l’espace d’un instant, puis il abandonna cette théorie, qui lui semblait trop élaborée pour un type comme Nedru qui respirait la franchise, à défaut de la sympathie spontanée. En attendant, ils étaient là pour bavarder ? Et bien, qu’ils bavardent ! Enfin, c’est ce qui aurait dû se passer, sans un événement pour le moins aussi inattendu. Mais cette soirée promettait bien des surprises...

En effet, comme si de rien n’était, une jeune fille atterrit au milieu d’eux. En suivit un flot de paroles que Matt eut un certain mal à suivre. La surprise était telle qu’il ne put en saisir que quelques morceaux, « désolée de m'incruster », « Megan», ou encore « nains psychopathes . » Pourquoi pas. Mais tout cela était bien trop improbable pour que le pauvre invocateur de mollusques puisse saisir quoi que se soit d’à peu près intelligible. Qu’est ce que c’était que cette histoire, encore ? Un coup monté par Nedru, cette fois ? Un danger de plus ? La malchance légendaire de Matthieu qui ne demandait qu’à se manifester ? Allez savoir. Toutefois, le jeune homme n’était suffisamment pas ahuri pour constater qu’il s’agissait là d’une jeune voyageuse, ce qui était plutôt rare. Pour des raisons obscures, il semblait à Matt que ces nuits n’étaient constituées que d’individus de sexe masculin, surtout pendant certaines comédies musicales. Il lui était fort rare de tomber sur des membres de la gente féminine. Et dans ce cas-ci, quel membre, si l’on peut dire ! Matt resta scotché sur la paire de... Poumons de la prénommée Megan (c’était bien son nom quelle avait évoquée ? Elle ne parlait pas de sa voiture qu’elle aurait esquinté en ratant son créneau ?). Il fallait l’avouer, c’était un beau brin de fille. Peut-être était-elle dangereuse, mais pour l’instant, Mollusque-man s’en contrefichait. Et puis, son arrivée fracassante l’avait un peu laissé pantois, il fallait l’avouer, ce qu’explicitèrent ses premières paroles à la jeune fille, paroles qui devait ressembler à quelque chose comme :


-Ah, oh... Euh... Ouais ?



C’est seulement alors que les choses commencèrent véritablement à dégénérer. Matthieu n’avait pas totalement tord de ne pas craindre outre mesure la nouvelle arrivante. Quelque chose de bien plus dangereux se dissimulait dans l’ombre, et choisit précisément ce moment-là pour attaquer. En effet, le jeune homme n’avait pas fini sa phrase qu’ILS agirent. Ce fut bref et soudain. En un instant, Matthieu tomba brusquement à terre, et fut happé en direction de l’eau. C’était comme si quelque chose agrippait fermement son pantalon, et l’entrainait sans autre façon vers les profondeurs aquatiques. Sauf que, si le jeune homme avait pu jeter un coup d’oeil en arrière, il aurait pu constater que rien de visible ne le tenait par la cheville... En moins de temps qu’il n’en faut pour le lire, et avant même que Matt prit conscience de quoi que se soit, il s’était retrouvé pris dans un étau d’eau, entrainé toujours plus profond, l’air lui manquant un peu plus de minute en minute, la surface s’éloignant au fur et à mesure. La curée commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Sam 19 Jan 2013 - 2:19

Nedru avança d’une démarche qui se voulait assurée sur la plateforme, guère rassuré pour la tournure que prenaient les évènement. L’oxygène vicié, surtout, commençait à lui faire tourner la tête et il craignait que cela n’eut des conséquences fâcheuses sur le reste de l’entretien. S’il continuait de se dégrader, cela risquait de devenir dramatique. Déjà ses oreilles bourdonnaient. Il s’informa mentalement, malgré lui (son pouvoir l’irritait de plus en plus) que la vision suivrait d’ici quelques dizaines de minutes, en faisant danser devant ses yeux des tâches sombres. Matt aborda justement le sujet désormais craint avec sa façon d'être simple naturelle. Qui sonnait fraiche et rassurante en ces lieux. Ou alors l'analyste été influencé par les espoirs qu'il plaçait en lui. Nedru répondit aimablement;

-Et bien, l’endroit est assez mal choisi. Disons simplem…

Cette manie de le couper au milieu des phrases ! S’il avait eu le temps de s’en soucier, Nedru s’en serait certainement offusqué. Au lieu de quoi il manqua l’arrêt cardiaque lorsqu’un bruit sourd retentit derrière lui. Il se retourna d’un bond, complétant la symphonie pour acier rouillé en eau majeure.ambiance. Une masse informe, aux cheveux longs, noirs, trempés. La passerelle avait presque plié sous l’impact. Nedru, trop abasourdi par le flot d’information qu’il lui fallait désormais classer, ne modifia même pas sa posture pour contrer une éventuelle menace. Et puis, d’un coup, sans prévenir...

La femme (s’en était une) avait dressé la tête et vomit un flot de paroles difficilement intelligible, dans un registre écœurant. La panique est communicative, certes mais si Nedru manqua de s’étouffer entre ses poumons compressés par l’effroi, c’est qu’elle parlait beaucoup, beaucoup trop fort. Comme pour répondre aux attentes de Nedru, un jet de vapeur fit finalement taire la bécasse. Qui, en se redressant, dévoila un corps… A la plastique incomparable, totalement hors de propos ! Pourquoi noter cela ? La faute à son pouvoir ? Pour une raison propre à l’analyste, ce constat l’irrita encore plus que son débit hors du commun. Elle allait déséquilibrer la rencontre, accaparer l’attention de Matt, et tout faire rater ! Et regardez moi ces vêtements de catin... Ne manquait qu’un tatouage dans le bas ventre pour compléter le tableau. L’analyste ne prit pas la peine de décortiquer ce qu’elle venait de dire; son esprit tentait déjà de l’éloigner de là. Il prit garde à ne pas se laisser aller à des idées de meurtres comme pour le nécromancien, son pouvoir semblait trop friand de ce genre de demandes et cela lui empêchait de voir clair. Mais l’éloigner, tout de même… En d’autres circonstances, dans un autre lieu, il lui aurait trouvé une utilité certaine, aurait cherche à en faire une alliée. Mais le destin avait fait son choix.

Son attention devait cependant se porter ailleurs dans l’immédiat. Alors que Matt répondait d’une voix devenue aussi stupidement inexpressive que le Renard l’avait craint, il tomba subitement à la renverse. Il n’était tout de même pas… tombé ? Si brutalement ? Megan tendit la main dans un reflexe, juste trop lent, copie conforme de la position du londonien. Cette fois, toute l’attention de Nedru se focalisa sur ce qu’il fallait; l'action. La nouvelle pouvait aider. Nedru saisit sa main tendue vers le vide, et l’entraina à sa suite; dans les profondeurs de l’eau noire. Si elle ne feignait pas la surprise affichée juste avant, elle tenterai peut être d’aider. Si la chute de Matt était de son fait, mieux valait ne pas la laisser à la surface. La goulée d’air qu’il avala avant de plonger manqua le faire suffoquer, mais il réprima la douleur dans ses poumons par une grimace. Les deux silhouettes avaient sombré à leur tour dans une gerbe d’eau, laissant à la surface le silence rythmé de la zone 23 de Vapeur Punk prendre le relais.

Sous l’eau, les choses étaient différentes. La nouvelle s’était débattue dans un reflexe, et Nedru l’avait lâchée immédiatement pour éviter de l’effrayer. Une Voyageuse dispose de pouvoirs; peut être pouvait elle se montrer utile avant d'être dangereuse. Faire de la lumière peut être ? Il se détourna d’elle sans autre forme de procès. Nedru tenta de distinguer quelque chose sous l’eau, sans réel succès dans un premier temps. Des bulles d’air lui parvenaient, guidant son regard. Le fond de l’eau étrangement, lui apparut sous une teinte d’un jaune blafard, et Matt apparut comme en contrejour. Il n’était pas si profond. Pas encore, mais il descendait toujours plus. Suffisamment lentement. Peut être résistait-il ?

Nedru plongea plus profondément; pas question de perdre son Voyageur ! Sa main se tendit vers le bas, tandis que la pression bouchait ses oreilles et compressait ses narines. Beaucoup plus profond, une ombre se tendit lentement, en dehors de son champ de vision, avançant à mesure que Nedru gagnait du terrain. Centimètres par centimètres… Nedru attrapa la cheville de Matthieu et tira dessus. Plus bas, l’ombre se retira, à quelques centimètres de son objectif. Nedru l’ignorait, et il ignorait que Megan, en le suivant, lui avait sauvé la vie. Il comprendrait cela un peu plus tard dans la nuit. Dans le même temps, l’invocateur de Mollusques cessa d’être happé par le fond.
Pour l’heure, les trois Voyageurs regagnaient la surface en haletant, la courte avance de Megan leur permettant de rester, d’une manière qu’ils ignoraient, liés. Lorsqu’ils brisèrent la surface, époumonés, l’air parut un délice au jeune garçon. Il se hissa prestement sur la plateforme, sans un mot ou autre forme de procès, enjoignant implicitement les autres à faire de même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Sam 19 Jan 2013 - 16:57


Les deux jeunes hommes n'étaient pas spécialement bavard et Megan le comprit en quelques secondes. Aucun des deux ne réagit à ses paroles ou justement, la réaction était telle qu'ils ne savaient plus quoi dire. Une autre question lui vint alors: si elle arrivait encore à parler après ce qu'elle venait de vivre, eux... Qu'est-ce qu'ils venaient de traverser? L'un d'eux prit alors la parole pour bafouiller quelques trucs mais il cessa de parler et plongea en arrière pour terminer dans l'eau. L'algophobe s'avança d'un pas, tendit le bras pour le rattraper mais c'était trop tard! Le type venait de disparaitre dans les eaux sombres et odorantes. Elle voulu pousser un juron mais fut coupée par l'autre mec qui lui attrapa le poignet pour l'entrainer avec lui. Ce type voulait plonger et sauver l'autre. Encore à l'eau? Nan mais merde elle va finir par prendre froid à force de faire trempette dans ce royaume!

Elle avala la tasse et suffoqua alors, sentant la pression sur son bras se relâcher. Elle pouvait nager donc et elle savait ce qu'elle devait faire: poursuivre l'autre boulet qui était tombé. Mais était-il tombé volontairement ou avait-il aidé par une quelconque chose inconnue? Elle n'avait aucun moyen de le savoir pour le moment ce qui ne l'aida pas à se détendre. Elle suivit donc l'autre dans son sillon, s'enfonçant de plus en plus dans l'eau. Le fond était d'un jaune écœurant sans explication ou peut-être était-ce du à un éclairage. Mais elle n'était pas pressée d'obtenir une réponse ni de découvrir ce qu'il pouvait y avoir. Elle remua les jambes et les bras, filant un peu plus vite dans l'eau pour ne pas être distancée par l'autre. Elle ignorait leurs noms et déjà, elle risquait sa vie pour eux... En même temps, qu'avait-elle à craindre dans l'eau? Il ne semblait y avoir ici que des nains ou des elfes un peu trop portés sur la mécanique et ils n'étaient pas dans la station de déchets. Il ni avait donc rien ici, hormis des ordures. Mais alors pourquoi ces deux là avaient semblé être si... Stressé? Il y avait autre chose mais quoi?

L'eau lui glaçait les membres, ses doigts étaient déjà engourdit et elle n'entendait que sa pulsation cardiaque battre nerveusement dans ses oreilles. La pression de l'eau s'amplifiait un peu plus à chaque mouvement. Disparaitre au fond de l'eau? Non, elle devait les aider, elle devait sauver l'autre qui était tombé et montrer son utilité. Pourquoi? Car sinon, elle serait seule pour le reste de la nuit. Et rester seule dans cet endroit lugubre ne lui disait mais alors pas du tout.

Les ombres au fond de l'eau dansaient sous ses yeux, à croire qu'elles étaient vivantes. Elle songea un instant au royaume obscur et pensa qu'elle se faisait des idées. Les ombres n'étaient vivantes QUE dans ce royaume, pas ici. Pas de quoi s'en faire donc. Mais alors, pourquoi bougeaient-elles? Elle tourna sur elle même, perdant un peu de temps pour se rassurer et contempler la surface de l'eau. D'ici, elle ne voyait rien à part d'énormes masses informes qui remuaient lentement, surement des engrenages, mais rien qui pouvait justifier les ombres qu'elle avait entrevu. D'un mouvement des bras, elle fit volte face pour suivre son compagnon, si on peut le qualifier ainsi sans qu'elle ne le connaisse. Le jeune homme se saisit de la cheville de l'autre et tira dessus pour le remonter.

Megan vit la scène et afficha un sourire, elle s'assura que les deux mecs arrivaient à remonter pour enfin remonter à son tour. Elle jeta un regard vers le fond et vit trois ombres donnant un aspect humain mais qui étaient reliées les unes aux autres. C'était étrange à voir et les mouvements ne lui plaisaient pas. C'est alors qu'elle comprit: c'était son ombre et celles des deux autres. Bordel, elle flippait trop sans raison! Elle nagea donc pour remonter, restant devant eux et vérifiait qu'ils suivaient de temps à autres.

Le manque d'air commençait à se faire sentir et elle accéléra le rythme car elle ne tiendrait plus très longtemps. Son sang lui tambourinait les tympans avec force et ses membres lui faisaient de plus en plus mal. Elle libéra une autre dose d'endorphine, enfin elle crut, et ses bras ainsi que ses jambes lui parurent moins lourd. Mais sa brulure au bras et au ventre s'intensifia, elle cracha des bulles d'air suite à la surprise et but une fois encore la tasse. Cette fois, elle devait remonter ou s'étouffer, mais l'un comme l'autre de ses possibilités étaient d'une urgence extrême.

Son visage s'extirpa des flots et elle prit une longue inspiration qui lui déchira les poumons. Elle lança un bras à l'aveuglette et attrapa une rambarde en fer pour sortir de l'eau. Ses doigts encore engourdit ne l'aidaient pas à remonter mais elle força comme elle put pour y parvenir. Sa brulure lui faisait mal, elle avait hâte d'être au sec et d'utiliser son pouvoir correctement pour dissiper ce problème. Dans la confusion, elle n'avait pas libéré une dose d'endorphine, elle avait utilisé celle déjà en place pour soulager son corps, laissant ainsi à sa blessure le soin de remettre le couvert avec la souffrance.

Les deux jeunes hommes sortaient également de l'eau avec des respirations fortes qui résonnaient dans l'endroit. Ici, le moindre bruit semblait s'intensifier en écho sans la moindre explication logique. Normalement, ça résonne dans une pièce vide, pas dans un truc bourré d'engrenages, de passerelles, d'escalier et... Surement de pleins d'autres trucs. Elle s'écroula alors sur la passerelle qui grinça. Dos contre le sol, elle fixait le plafond et vit plusieurs jets de vapeur jaillir ici et là. Reprendre son calme, retrouver ses esprits et comprendre où elle était et ce qu'elle risquait... Elle ferma les yeux, prit une longue inspiration et libéra son pouvoir pour soulager encore une fois son corps. Elle n'avait jamais autant usé de son pouvoir à peine arrivée dans Dreamland, peut-être qu'elle se trompait, mais elle voyait ça comme un très mauvais signe pour le reste de la nuit.

L'algophobe se redressa alors lentement et fixa les deux autres. Ils allaient bien et aucun ne semblaient blessés ou avoir subit quoique ce soit. C'était déjà ça. Megan se leva alors d'un bond pour se diriger vers celui qui l'avait entrainé dans l'eau, elle lui attrapa l'épaule et l'obligea à se tourner vers elle pour croiser son regard. La jeune femme lui lança un regard noir, elle se força à sourire et chercha à se détendre. Il avait agit sur l'impulsion et il ni avait eut aucun problème majeur, pas de quoi s'emporter pourtant.

"La prochaine fois préviens quand tu me fais plonger avec toi! Elle se tourna vers l'autre. Bordel qu'est-ce qui t'as prit de tomber? Dis moi que tu as pas simplement glissé car là, tu passerais pour un gros boulet!"

Irritée, elle cherchait à se détendre et se défouler un peu. Elle reprit un peu son calme, lâcha l'épaule du jeune homme et recula d'un pas pour enfin s'accroupir vers l'autre qu'elle avait traité de boulet. Elle le fixa et étrangement, ce mec lui disait quelque chose. Persuadée de l'avoir déjà vue quelque part, elle ne parvint pas à se souvenir de où c'était exactement... Juste un souvenir très vague lui rappelant que ce mec faisait des blagues pas terribles. Enfin cette nuit, niveau blague à part tomber à l'eau, il n'en avait pas fait. Peut-être se trompait-elle. Elle lui demanda calmement s'il allait bien puis se redressa pour demander leurs noms à ces deux là et savoir ce qu'ils pouvaient faire pour éviter de crever ici... Pour le moment, rien ne sous entendait qu'ils pourraient mourir et pourtant, tout le sous entendait également. Megan avait un mauvais pressentiment dans ce lieu et elle ne parviendrait à se sentir bien qu'une fois sortit de là.

"Bon... Je vais pas vous nommer: Guignol numéro un et guignol numéro deux... Déjà je trouve pas ça terrible. Donc vous pourriez peut-être vous présenter non? Et sinon, on fait quoi maintenant?"

Elle croisa ses bras, soulevant un peu sa généreuse poitrine puis elle laissa son regard déambuler sur ce qui l'entourait. Rien ne lui semblait utile pour se cacher ou se mettre à l'abri pour attendre paisiblement le réveil, ce qui n'était pas convaincant pour la suite du programme...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Jeu 24 Jan 2013 - 22:45
Tomber. Toujours plus profondément. Perdre conscience au fur et à mesure. Et se laisser faire, comme bercer par une sereine béatitude. C’était ainsi qu’on pourrait définir les sentiments qu’éprouvait Matthieu Furt à ce moment-là. Il était toujours irrésistiblement attiré dans les profondeurs aquatiques. Mais cette attirance n’était pas que physique : en un sens, elle était également devenue psychique. S’il avait fallu quelques instants à Matt pour se rendre compte de la situation, il n’était désormais pas pour autant déterminé à s’en extirper. Comme si tout cela était parfaitement normal. A dire vraie, c’était même plus que cela. L’invocateur n’avait qu’une seule envie : être toujours plus entrainé vers le fond, de plus en plus dans les ténèbres et la nuit. Là serait le repos, le confort, l’absence de tout trouble. Alors, que son corps prenne de plus en plus froid, que ses poumons se vident substantiellement de leur air vital, qu’importe ? Seul comptait cet apaisement qui ne semblait pouvoir venir que de ces sombres abysses. Tout le reste n’était que broutille. D’ailleurs, l’éclat blafard qui émanait de l’usine désaffectée se faisait de plus en plus diffus tandis que Matthieu disparaissait progressivement de l’air libre, de la lumière, et de la vie, tout simplement. Il ne semblait pas y avoir de limite à ce grand plongeon. Qui aurait pu dire qu’il y avait une telle profondeur d’eau dans cet étrange endroit ? Mais heureusement pour Matt, il n’était pas seul dans cette aventure...

En effet, Nedru entreprit de sauver son futur collaborateur, entrainant Megan à sa suite, même si Matt ne pouvait pas encore la remarquer. D’ailleurs, il découvrit la présence du jeune homme uniquement quand celui-ci lui attrapa la cheville pour l’extirper de cet enfer aqueux. En faisait cela, ce fut comme s’il avait libéré Matt d’un rêve (dans Dreamland, c’était quand même le comble...). A à son contact, ce dernier réagit, et se rendit véritablement compte de la situation, ses sens reprenant au fur et à mesure : le froid, l’humidité, le manque d’air, la pression qui s’exerçait sur son corps... Tout fit jour en lui, avec une grande violence, comme un barrage s’écroulant suite à une trop forte poussée de l’eau tumultueuse. D’ailleurs, heureusement pour Matthieu que Nedru avait entrepris de l’amener de lui-même vers la terre sèche (façon de parler, vue l’humidité ambiante qui régnait dans Vapeur-punk), car, sur le coup, le choc sensoriel fut si violent qu’il n’eut même pas le réflex de nager vers le haut. Ce fut toutefois relativement passager, et en peu de temps, le jeune homme put user de ses bras et jambe pour quitter une fois pour toute les abysses. Et, au bout de quelques instants, enfin, l’air ! Une fois Nedru et Matt hissés hors de l’eau, ils purent redécouvrir le plaisir de respirer à plein poumon. A dire vrai, Mollusque-man, à peine arrivé sur le sol de l’usine, s’écroula, complètement épuisé et vidé. Il respirait par à coups, mais de telle façon qu’après la longue privation d’air, cela lui faisait presque mal. Il était définitivement claqué, et n’envisageait pas de faire autre chose que de comater quelques instants, voire toute la nuit s’il le fallait.

Mais c’était trop demandé. En effet, à peine s’était-il étendu que la jeune fille qui les avait rejoint plus tôt, juste avant la « chute» de Matt, se précipita sur ce dernier et le secoua comme un prunier. C’est du moins ainsi qu’il le ressentit. Toujours ahuri, le jeune homme constata que la prénommée Megan n’avait pas perdu son habitude d’apostropher les gens à toute vitesse. Matthieu la regarda, éberlué. Il avait vraiment besoin de ça, après ce qui venait de lui arriver. Mais au bout d’un moment, il se renfrogna, lorsqu’il comprit que la voyageuse l’accusait d’être le responsable de ce qui venait de se produire. L’invocateur put d’ailleurs constater qu’elle était trempée, et qu’elle venait elle aussi de prendre un bain non prémédité, en compagnie de Nedru, qu’il n’avait d’ailleurs pas eu le temps de remercier de lui avoir sauvé la vie. Car celui-ci lui avait bel et bien sauvé la vie. En terme d’entretien d’embauche, on repassera. C’était Matt qui était censé impressionner Nedru, et non pas l’inverse. Alors, ajoutez à cela Megan qui l’admonestait de la sorte, et voila que la peur du jeune homme était rapidement devenu un début de colère froide. C’était tout de même un comble que ce soit elle qui se mette dans des états pareils. Après tout, c’était LUI qui venait de tomber à l’eau. C’est pourquoi, si Matt ne répondit rien tout d’abord, il finit par réagir lorsqu’elle appela les deux garçons « guignols. »


-Moi c’est Matt. Et ce serait cool que tu commences à te calmer un peu, parce que c’est pas en te mettant dans tous tes états qu’on va se sortir de là !

Restait à définir ce qu’était précisément ce « là. » Car en braquant de la sorte l’invocateur de Mollusque, Megan lui avait presque fait oublier sa précédente expérience de noyade. Mais malheureusement pour le jeune homme, elle revint rapidement à son esprit. En effet, à peine avait-il fini sa phrase, qu’un autre bruit sourd se fit entendre en provenance des eaux, relançant les sueurs froides de Matt, qui était déjà trempé de toute façon. Il y avait décidément quelque chose de pas normal dans cet endroit. Matthieu était sûr et certain, malgré les allégations de la jeune fille qui lui faisait face, qu’il n’était pas tombé à l’eau de façon accidentelle. Certes, il n’était pas l’adresse même, mais il y avait des limites. Il était presque sûr que quelque chose l’avait tiré, comme si on avait délibérément voulu l’entrainer dans l’eau, pour lui faire les dieux savent quoi-le tuer, probablement. Or, peut-être avait-il pris un coup sur la tête, mais techniquement parlant, il n’avait rien vu le tirer dans l’eau, du moins jusqu’à ce que Nedru entreprenne de le sortir de là, au sens propre comme au sens figuré. Or, nos trois « héros» étaient sur Dreamland : s’il y avait quelque chose de louche et de pas normal, c’était, somme toute... Normal. La probabilité que quelque chose soit impossible était justement impossible (vous suivez ?). Matthieu sentait que l’anxiété commençait à lui tordre le ventre. Il n’était pas du genre froussard, mais quelque chose n’allait décidément pas. On l’attaquait de façon bien trop étrange. Il lui fallait pourtant réagir, et se défendre. C’est pourquoi le jeune homme fit ce qu’il savait faire de mieux dans Dreamland : invoquer des mollusques dévastateurs. Sans rien dire, ni à Nedru, ni à Megan, Matt claqua ses deux mains, et aussitôt, une fumée verdâtre fit jour près de lui. Quelques instants plus tard, la fumée se dissipa pour laisser place à un coquillage géant, enroulé sur lui-même telle une roue de fête foraine bien plus dangereuse. Matt s’adressa alors à son chiton :

-Bon, OK Oscar, je vais avoir besoin de ton aide. Y a un truc bizarre dans le coin, alors, au moindre geste, tu fonces dans le tas, et tu exploses le truc en question.

Matt ne savait pas si cela serait très efficace, mais c’était tout ce qu’il pouvait faire en ce moment. Il y avait nécessairement quelque chose qui rodait dans les environs, et qui n’était pas là pour leur faire du bien. Si ce « truc» en question était aquatique, et bien, Matt avait fini par apprendre que les chitons étaient des mollusques qui vivaient essentiellement sous l’eau (merci wikipédia), donc il fallait espérer qu’Oscar soit polyvalent à cet égard. Mais dans tous les cas, quelque chose disait au jeune homme qu’il ne fallait pas trainer trop longtemps dans les parages, invocation ou pas invocation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Ven 25 Jan 2013 - 23:04

Cet oxygène ! Si les poumons de Nedru avaient décidés d’organiser un barbecue après son entrainement à la plongée, l’air qu’il respirait actuellement aromatisait le tout d’épices toxiques, rendant douloureuse chaque goulée au-delà du supportable. Pour quelqu’un aux capacités physiques aussi faibles que le londonien, c’était trop. Dans le monde réel, il n’aurait jamais réussi à aller si loin dans l’eau, encore moins à remonter, certainement pas supporter cette torture. Pour l’heure, il ne pouvait réaliser cette chance et encaissait à son corps défendant, ses pensées trop brouillées pour qu’il intervienne dans la dispute devant lui, déglutissant péniblement la bile qui lui montait aux lèvres.

C’est pourquoi il se dirigea lentement, à quatre pattes puis voûté et titubant vers la structure où il avait eut pour projet de se rendre. Quelque chose dans son esprit lui avait soufflé quelques minutes plus tôt que son salut en dépendait, aussi se conforma-t-il à cette injonction supérieure, comme un somnambule, laissant son pouvoir prendre le relais. Il s’enfonça dans l’embrasure de la porte du bâtiment, disparaissant instantanément dans les ténèbres. Son cerveau s’oxygéna bientôt assez pour qu’il prenne conscience de la situation dans laquelle il était et réalise qu’il avait fait le seul choix raisonnable; s’éloigner de l’eau. Lorsqu’il avait attrapé la jambe de Matt, il avait pu constater que rien ne le tirait vers le fond, et pourtant… Matthieu ne nageait pas. Et il n’avait pas pu descendre aussi profond sans nager. Seule conclusion logique; quelque chose l’y avait tiré. Extrapolation; ce quelque chose avait très probablement tenté de le noyer. Son esprit passa en revue, avec une lenteur consternante, les monstres marins connus pour avoir ce genre de passe temps.

.

Rien qui ne corresponde au modus operandi auquel ils avaient assistés pour son plus grand déplaisir. Fallait il aller chercher plus loin dans la mythologie ? Les ténèbres auxquelles il commençait à s’habituer étaient devenues moins effrayantes que cette eau odieuse. Il se retourna vers les Voyageurs sur la passerelle, plus impératif que docile, ébréchant le personnage qu‘il avait voulu incarner plus tôt, réapparaissant à leur vue brièvement avant de s‘enfoncer à nouveau dans l‘ombre et la sécurité du bâtiment


Ne restez pas là ! Baissez vous, et venez ici !

Sa propre voix l’effraya. Rauque, par trop agressive, et apeurée malgré lui. Alors que Matthieu avait invoqué l’une de ses terribles créatures, présence au combien rassurante ! Les choses allaient s’arranger. Nedru inspira lentement avant de corriger son faux pas;

Vous n’êtes pas en sécurité là bas.

Pas en sécurité ! Mais c’était Vapeur-Punk ! Un royaume pacifique, fleuron de l’intelligence et la recherche ! De quoi pouvaient-ils s’inquiéter ? C’était totalement impossible ! Où est-ce qu’ils s’étaient fourrés bon sang ?! Le pouvoir de l’analyste se remit en branle lentement, reprenant ses recherches où il les avaient laissées. En parallèle, il chercha une solution à leur problème.

Ils étaient au Royaume des inventeurs, de toute évidence; il reconnaissait cette architecture inimitable. Les différentes zones de la ville sous marine pouvaient communiquer entre elles via des moyens de communications certes ancestraux, mais toujours efficaces. Chaque « zone »; bulles de vies isolées reliées entre elles par des funiculaires, des couloirs en verre ou plus rarement des sous marins, était équipée d’une ligne, de télégramme ou d’un téléphone ancestral. Ce mode de vie risqué avait obligé les autochtones à prendre quelques sécurités. Ils devraient donc trouver le moyen de communication dont était équipée cette zone. Au vu de son délabrement, cependant… Peut être était-il hors service. Alors, l’exploration du bâtiment leur permettrait sans doute de découvrir quelque chose d’utile, ou même… Attends. Délabrement ? Ici ? Le Royaume ne pouvait pas se permettre de laisser une zone « délabrée » subsister; le coût en matériaux, l’alimentation en oxygène; tout pouvait être réutilisé ailleurs.

Cette zone n’était donc pas « hors d’usage ». Son usage était celui qu’elle avait actuellement. Nedru frémit en imaginant lequel. Le Gris attendit que ses compagnons d’infortune le rejoignent avant d‘entrer dans le vif du sujet. Il n’attendit pas que leurs yeux s’habituent à la pénombre. De toutes façon, il n’y avait rien à voir; la pièce dans laquelle ils se trouvaient mesurait approximativement vingt cinq mètre carrés, coupée au fond par un escalier en colimaçon, menant à la fois vers le haut, et vers une partie basse inondée. Une porte au fond complétait l’ameublement.


-Matthieu, tu n’es pas tombé tout seul n’est-ce pas ? Tu pourrais me décrire ce qu’il s’est passé ? La priorité pour le moment est de savoir où l’on vient d’atterrir. Et heuuu, toi là, j’ai oublié ton nom. Désolé de t’avoir poussée à l’eau, j’ai cru que tu pourrais te rendre utile. Si tu sais quelque chose..

Personnage, personnage ! Le jeune homme avait repris son intonation innocente mal assurée, teintée d‘effroi. Une teinte on ne peut plus naturelle. Rien qui ne le prive de glisser subtilement une remarque acerbe sur un ton candide. Il ôta manteau, chaussure et T-shirt, essorant ses effets avant de les enfiler à nouveau avec dégout, non sans écouter chaque réponse avec attention.

Dos au mur, il guetta chaque geste et chaque son suspect, en ne se privant plus de sursauter alors qu’un peu plus loin, périodiquement, entre deux jets de vapeurs, se faisaient entendre le chuintement indéfinissable à peine audible et, peut être ? issu de son imagination. Il soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Sam 26 Jan 2013 - 18:17


D'autre jets de vapeur s'échappèrent des mécanismes. A part le bruit des frottements de l'acier contre l'acier, rien ne venait perturber le silence de cet endroit glauque. Le mec qui était tombé à l'eau reprenait son souffle, difficilement dirait-on. C'était quand même étrange qu'il soit tombé ainsi, après les maladroits, il y en avait partout et c'était peut-être juste ça. Mais c'était louche... Elle eut alors un frisson: ses vêtements trempée la refroidissait et elle allait finir par prendre froid. Pouvait-on tomber malade à Dreamland? Enfin c'était franchement la dernière de ses préoccupations: vue l'endroit, il y avait déjà fort à faire pour s'en sortir. Megan attrapa ses cheveux pour les serrer afin de les sécher, il faudrait également s'occuper de ses fringues, mais elle voyait pas trop comment. Se mettre à poil devant deux inconnus, c'était pas spécialement le moment quoi. Justement, le boulet prit alors la parole, apparemment énervé de ce que la brune avait dit sur lui un peu plus tôt. Le traiter de boulet et de guignol semblait l'avoir un peu réveillé. Pas plus mal en même temps, elle pouvait enfin entendre le son de sa voix. Il s'appelait donc Matt et voulait qu'elle se calme car elle n'arrangeait pas la situation.

Et? Qu'elle s'excite ou non, ça changeait pas le fait qu'il était tombé, qu'ils étaient dans endroit lugubre qui servait à recycler les déchets d'une armée de nains et d'elfes fans des vieux masques à gaz. La situation était pourrit et sa réaction n'était si pas démesurée que ça. Enfin, c'est du moins comme ça qu'elle voyait les choses. Peut-être qu'elle se trompait, elle se trompait même souvent, mais elle avait quand même le droit d'agir et de réagir comme elle voulait non?

"Ouais je m'emporte un peu trop et alors? L'endroit me rassure pas vraiment. Même si... Même si j'ai déjà vu pire."

Elle hésita quand même. Le royaume obscur craignait énormément, mais elle s'y était toujours sentie en sécurité, enfin un peu. Surement car elle savait que Pijn n'était pas loin ou encore Mickaël, ce qui la rassurait. Le cimetière aussi avait été atroce, mais elle était avec Lithium et ni l'une ni l'autre n'avait eu vraiment peur. Et pourtant, cet endroit ne lui inspirait rien du tout. Que pouvait-il y avoir de si inquiétant au milieu de ces jets de vapeur, de ses engrenages? Justement c'était ça le problème: elle ignorait ce qu'il pouvait se cacher ici! L'autre Voyageur s'enfonça dans le noir et y disparut. A quoi jouait-il? Savoir qu'il était là sans le voir ne plaisait pas trop à l'algophobe. Bordel pourquoi se cacher? Sa voix se fit alors entendre pour dire qu'ils le suivent. S'enfoncer dans le noir n'était pas un problème pour elle même si elle n'aimait pas ça. Mais surtout, ce fut le ton de sa voix, presque effrayée et paniquée qui marqua la jeune femme. Le Voyageur n'était pas rassuré non plus et c'était compréhensible vu ce qu'il venait de se passer. Megan pensa de nouveau aux ombres sous l'eau. Elle avait d'abord crut voir des créatures mais au final, c'était son ombre et celle des deux autres. Mais en était-elle sure? Non, pas vraiment... Il y avait quelque chose dans cette flotte, quelque chose qui n'inspirait rien de bon. Matt avait invoqué une créature pour le protéger: au cas où. C'était une sorte d'insecte avec une carapace, elle n'y connaissait rien, mollusque ou insecte, pour elle, c'était un peu pareil. Et donc, ce truc pourrait les défendre? Elle eut un sérieux doute... Enfin, une invocation est rarement inutile normalement. Il fallait lui faire confiance. Déjà, la bestiole était énorme, plus de deux mètres, ce qui n'était pas rien! Finalement, ce type un peu boulet allait être très utile. Il avait peur de quoi au juste? Reste qu'elle voulait aussi savoir le pouvoir de l'autre, qui jusque là, n'avait rien montré. Enfin elle non plus n'avait pas montré ses pouvoirs. Et elle ne semblait pas prête de le faire, sauf si l'un d'eux lui cherchait des ennuis.

Elle suivit donc l'autre avec Matt et son mollusque répondant au doux nom de Oscar. Ils entraient donc dans un bâtiment laissé à l'abandon ou en tout cas, il y faisait penser. Megan suivait, perdue dans ses pensées. Que pouvaient-ils faire pour sortir de là? Qu'est-ce qui était le mieux à faire surtout? D'un coté, ils pouvaient trouver un endroit tranquille pour attendre ou alors, retourner dans la zone d'où elle venait... Rester ici ne semblait pas rassurant, mais changer de zone serait tout aussi dangereux.

"On est où sinon? Je veux dire, le nom de ce royaume?"

Aucune réponse. Les Voyageurs avançaient en silence, surement en surveillant ce qui les entouraient. Ils semblaient se méfier énormément et c'était compréhensible, tout ici inspirait la méfiance... Elle remarqua dans le noir un escalier en colimaçon. Il était possible de descendre ou de monter, sauf qu'ils n'auraient pas vraiment le choix: descendre signifiait aller dans l'eau. Et c'était surement la plus mauvaise option qu'ils avaient. L'autre, qui ne s'était toujours pas présenté, prit de nouveau la parole. Megan espérait qu'il fasse preuve, à un moment ou un autre, d'un minimum de politesse et se présente. Mais il semblait se foutre royalement d'elle et de paraitre respectueux. D'accord, il avait ses priorités: comme comprendre où ils étaient et ce qu'ils risquaient. Il demanda donc à Matthieu comment il était tombé, disant qu'on l'avait surement aidé. Il voulait des détails pour mieux comprendre ce qu'il s'était passé. On notera aussi qu'il avait déjà oublié le prénom de l'algophobe, qu'il lui demandait si elle avait la moindre information et s'excusa de l'avoir emporté dans l'eau. Soulignant qu'il avait espéré qu'elle se rende utile et qu'elle ne l'avait pas été. Megan eut envie de lui en coller une juste pour se défouler, mais elle ne fit rien. Ce n'était pas le moment et ça ne ferait pas avancer les choses, Matthieu avait raison. Elle cogita alors un peu pour voir si elle avait une information plus ou moins utile...

"A peine arrivée ici, on a voulu me faire la peau. J'ai pas compris pourquoi. J'ai donc fuie pour m'en sortir et on m'a piégé... Je me suis retrouvée dans un petit sous-marin qui m'a emmené ici. D'après ce que j'ai compris: on est dans la zone 23, destinée pour les déchets. Quand je suis arrivée, j'ai vu un tapis roulant qui devait surement mené à un incinérateur. Enfin j'ai pas trop été voir pour savoir, l'idée de finir en cendres ou broyée, ça m'intéressait pas trop... Je me nomme Megan... Et j'ai pas retenu ton prénom non plus."

Sa voix était un peu hésitante, elle tentait de bien réciter ce qu'elle avait retenu et on pouvait aussi entendre qu'elle n'était pas vraiment rassurée. Elle se prit alors le pied dans quelque chose et fit tomber l'objet sur le sol. Un grand choc métallique qui résonna dans tout le bâtiment et même à l'extérieur. Elle fit une grimace et se maudit d'être si empotée. Bordel on voyait rien ici!! Elle s'en voulu un peu puis décida de faire comme si de rien n'était. Après tout, s'il y avait quelque chose ici, ces trucs savaient déjà qu'ils étaient là...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Lun 4 Fév 2013 - 22:26
Bien. Maintenant que le chiton avait son apparition, son maître se sentait déjà bien plus rassuré. Oscar était la preuve vivante que Matthieu était bien sur Dreamland, et qu’il disposait toujours de ses pouvoirs. En effet, l’ambiance actuelle était si différente de ce qu’il avait connu à présent qu’un doute soudain l’avait saisit sur l’endroit où il se trouvait. Mais apparemment, tout allait bien de ce coté. Mais était-ce pour autant plus rassurant ? Si Dreamland était, par définition quelque pléonastique, le pays des rêves, il s’agissait également du pays des cauchemars. Mais de tout ceci, Matthieu n’avait cure. Son mollusque démolisseur lui redonnait singulièrement confiance en lui. Il lui rappelait, en un sens, qui il était : Mollusque-man, le vainqueur du Tournoi des Jeunes Talents, l’Invocateur des Mollusques. Certes, il n’atteignait pas encore des sommets, mais il était bien prometteur (de son point de vue). Alors, monstres ou pas, ça allait saigner ! Il avait désormais de quoi répondre à ce qui trainait dans les environs. En fait, Matt se sentait si soulagé qu’il eut un petit sourire, et ne nota quasiment pas la remarque de Megan. Des endroits pires ? Ils ne devaient pas vraiment fréquenter les mêmes personnes dans les contrées oniriques. Ba, peu importe ! Il balaya les lieux du regards, cherchant vainement quelqu’un, ou quelque chose, qu’il puisse défoncer allègrement.

Néanmoins, malheureusement pour lui, Matthieu fut rapidement déchu de son petit nuage, suite à l’intervention de Nedru. En effet, ce dernier interpella ces deux compagnons d’infortune, d’une voix qui ne disait rien qui vaille à l’invocateur. Sa voix avait des relents manifestes de terreur que Matt ne lui connaissait pas encore. Certes, jusqu’à présent, Nedru lui avait paru un peu timide, mais pas couard. Cela lui permit en tout cas de revenir à la situation telle qu’elle se présentait. Pour des raisons inconnues, il venait de manquer de se noyer, et pour une fois, ce n’était pas à cause de sa maladresse. Alors, quoi ? C’était vraiment une drôle de soirée. Et vu le ton employé par Nedru, Matt avait intérêt à obtempérer, pour que les choses ne dégénèrent pas encore un peu plus, si cela était possible. Cela étant, le côté impérieux du discours de Nedru, s’il pouvait être inquiétant, avait aussi un côté rassurant. En effet, peut-être avait-il découvert quelque chose ? Une issue de sortie, sans doute. C’est pourquoi Matt, puis Megan, bavarde, certes, mais pas folle non plus apparemment, s’empressèrent de rejoindre le jeune homme dans l’obscurité.

L’endroit n’était pourtant pas des plus accueillants, même si rien ne semblait vouloir l’être à Vapeur-Punk. Matthieu regarda autour de lui, tandis qu’Oscar, qui ne se rendait compte de rien, semble-t-il, s’amusait en roulant sui lui-même, causant autant de bruit qu’une moto au démarrage. L’invocateur lui lança un regard noir, et le pria de cesser. Il n’allait pas laisser ainsi sa carte maitresse se dévoiler de la sorte, juste parce qu’elle s’ennuyait. S’il voulait se tirer une balle de la sorte, il aurait tout aussi bien pu invoquer directement Germaine. L’idée traversa la tête de Matthieu. Puis en ressortit en hurlant. Non, ce n’était vraiment pas une bonne idée. L’ambiance était suffisamment glauque et oppressante sans que la comptable se sente obligé d’en rajouter une couche. En tout cas, en terme d’ambiance, Matt se demandait bien pourquoi Nedru les avait fait venir dans cette usine désaffectée plongée dans l’obscurité. Certes, pour se cacher, rien de tel que le noir, mais le jeune homme n’était pas sûr que cela arrêterait beaucoup de monde sur Dreamland. Dès lors, l’invocateur continuait de jeter des regards de-ci, de-là, prêt à voir quelques horreurs surgirent de l’obscurité pour les entrainer dans les abysses maritimes. A dire vraie, il n’écoutait plus que d’une oreille les questions de Nedru, concentré comme il l’était, et prêt à envoyer Oscar servir de boulet de canon ambulant.

Son oreille tiqua néanmoins quand Megan prit la parole en le devançant, alors qu’il avait été interrogé le premier. Ah, ces femmes qui se croyait tout permis ! Matt se retint d’ailleurs de faire une remarque lorsque la jeune femme affirma qu’on avait tenté de l’assassiner sans aucune raison valable. Peut-être avait-elle encore fait preuve de son insatiable don du langage, et quelqu’un n’avait vu que cette solution drastique pour la faire taire ? Allez savoir. En tout cas, si elle disait vrai, elle avait eu une nuit encore plus pourrie que celle des deux garçons. Apparemment, pour l’instant, Nedru était le seul qu’on n’avait pas encore tenté de tuer. Matt espérait sincèrement que ça ne serait pas le cas. Il était bien là pour un entretien d’embauche à la base. Il faudrait probablement le remettre à plus tard, au vue des circonstances... En tout cas, le jeune homme ne comprit pas trop la suite. La zone des déchets ? Mais qu’est-ce qu’ils foutaient tous là, franchement ? Matt s’était pourtant bien endormi de façon relativement paisible, en pensant à Vapeur-Punk. Son appartement n’était pourtant pas dans un tel état pour qu’il atterrisse de la sorte au milieu des détritus de Vapeur-Punk. En tout cas, l’histoire de Megan était vraiment bizarre. Beaucoup trop rocambolesque selon l’avis de Mollusque-man. En plus, il ne savait toujours pas qu’elle était son pouvoir, et c’était très mauvais signe, selon lui. Le fait que Nedru ne lui ait pas communiqué non plus ne faisait que trahir sa mauvaise foi. Toutefois, une fois que Megan ait achevé son petit discours, Matthieu se décida (enfin) à répondre à la question du brun qui lui faisait face. Il se gratta la tête, cherchant à réveiller les souvenirs presque traumatiques de l’événement qui s’était déroulé peu de temps auparavant.


-Euh... Ba c’était plutôt bizarre, en fait. J’te jure, j’ai pas fait exprès de tomber dans l’eau. C’était pas vraiment un accident, en fait. C’était comme si j’avais été attiré par l’eau, en quelque sorte. Comme si quelqu’un m’avait entrainé la-dedans, sans qu’il n’y ait personne non plus. Vraiment chelou. J’arrive pas trop à expliquer. Je sais que c’était y a cinq minutes, mais... C’est comme déjà flou...

Il toussa, mal à l’aise, puis reprit.

-J’ai surtout l’impression que c’est moi qui suis flou, là... Bref...

On avait certes fait mieux. Mais ce n’était pas force d’essayer. Matthieu n’était pas vraiment quelqu’un de mauvaise volonté, surtout dans une situation de la sorte. Tout était déjà si étrange. Il fallait espérer qu’ils s’en sortent. D’ailleurs, Matt ne voyait pas trop ce que Nedru pouvait faire pour eux, sauf s’il avait le même genre de pouvoir que Ed. Certes, il ne pouvait pas lui refuser une certaine spontanéité dans ses réactions, surtout après qu’il l’ait suivi dans l’eau glaciale. Mais là, il faudrait autre chose que de la vivacité pour comprendre ce qui se tramait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Mer 6 Fév 2013 - 9:20


Nedru soupira. Megan, donc. Ce nom ne lui évoquait malheureusement rien. Une inconnue au bataillon de plus. Mais une information nettement plus importante s’était ajoutée à ce malheureux détail, que son cerveau rangea à côté de toutes les autres qu’il avait acquises jusque là; zone 23, destinée aux déchets. En fait, c’est tout juste s’il entendit le nom de la jeune femme tant le retentissement de cette information l’ébranla. Soit Megan mentait, soit on lui avait menti à elle. Elle semblait sincère, mais impossible d’en être sûr. La croire, oui, mais ne pas lui faire confiance. Il assimila l’information sans rien ajouter, se concentrant sur Matthieu qui venait de prendre la parole.

Poussé dans l’eau. Le manque de données à se mettre sous le cortex le frustra jusqu’à ce qu’il réalise que cette absence était, en soit, parlante. Dans un sens, cela compensait avec ce que venait de lui apprendre la fille.


Très bien. Coupa-t-il l’invocateur. Sa voix tremblait, il s‘insulta avant de poursuivre d‘une voix plus égale.

Je vous fait un récapitulatif. Pour Megan; mon nom est Nedru, je fait commerce d‘informations. Considérons ça comme mon seul et unique pouvoir; je manipule des infos. Rien de plus incroyable que ça, mais plus vous m’apprenez des choses, plus je pourrais nous aider.

Il leur laissa le temps de comprendre ce qu’il venait de dire et en profita pour se calmer, se dirigeant vers l’une des porte de la pièce. Un petit pan de verre renforcé laissait le loisir de contempler ce qu’il y avait au-delà selon le bon vouloir des ténèbres ; une pièce aux murs tapis d‘étagères dont il ne pouvait voir le fond. Il actionna machinalement le levier à côté de la porte, sans que rien ne se passe. Il fallait se calmer. Mais le chiton tumultueux le fit se retourner brusquement. Il tenta de jeter à Matt un regard lourd de sous entendus, mais l’obscurité ambiante fit qu’il ne trouva pas ses yeux pour les croiser.

Ici c’est Vapeur Punk, royaume divisé en « zones bulles ». En gros, chaque bulle a son utilité. Et celui qui dira qu’ici, c’est le traitement des déchets est un menteur; vous n’avez qu’à regarder autour de vous, s’il y a des déchets, rien n’est fait pour les traiter. Et croyez moi sur parole, le recyclage du métal, dans ce Royaume, c’est sacré. L’oxygène l’est aussi. Vous l’avez sans doute remarqué; vous pouvez respirer ici. Mais mal. De là, on conclue que quelqu’un souhaite garder cette zone plus ou moins viable et qu’il ne veut pas dire ce qu’elle contient. Et quelque chose en a profité pour y élire domicile. Alors faites le moins de bruit possible.

Quelque chose y a élu domicile oui, disons ça comme ça. Ce Royaume, il s’était largement documenté à son sujet et Nedru était plus ou moins persuadé d’en connaitre les moindres recoins. En avait-il trop dit ? Inutile de les paniquer. Il frissonna. De terreur, réelle. Quelque chose en lui hurlait de s’enfuir, mais il ne voulait pas risquer de mettre un pas dehors. Il se dirigea vers un autre interrupteur la pièce, toujours dans le style local. Il tenta de le faire marcher, sans succès. Puis reprit son monologue, dans son personnage courtois au sourire penaud.

Ca complote quoi. Dans le pire des cas, envoyer des gens dans cet endroit fait office de peine capitale pour ceux qui ont envoyé Megan ici. Alors autant éviter l’eau. J’insiste; on évite l’eau. On va essayer de rallumer le générateur de cet endroit pour y voir plus clair. Je propose de commencer nos recherches par le haut. Pas d’objection ?

Il pointa du doigt l’escalier en colimaçon. Restaient de nombreuses interrogations qu’il ne formula pas, estimant que les Voyageurs qui l’accompagnaient ne pourraient jamais résoudre un mystère lui étant obscur. Entre autre choses; pourquoi des portes si complexes et renforcées ?
Si son intonation avait quelque peu flanché, il s’en remettait petit à petit. parler lui avait fait du bien. Ici, les choses semblaient plus tangibles, plus normales. Quatre murs, des ténèbres… Avec de la lumière, plus rien ne paraitrait inquiétant, en comparaison avec le silence glacial au-delà des murs, tranché par des crachats de vapeurs.

Il aurait aimé que son pouvoir décide d’analyser Megan avec sa précision paranormale, mais il n’en fit rien. Evidemment… Alors Nedru garda sa décision de ne pas lui faire confiance. Elle cachait sans doute quelque chose... Surement même ! Mais pour le moment, il avait besoin d’elle. Jusqu’à ce qu’il trouve une solution de repli, il ferait tout pour qu’ils restent tous en vie. Jusqu’à ce qu’il trouve une solution où il pourrait se passer d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Jeu 7 Fév 2013 - 19:01


Tout en écoutant les deux autres, la brune tentait de découvrir un peu l'endroit. l'obscurité n'aidant en rien, ce n'était pas pratique de trouver quelque chose d'utile ou d'intéressant. Ses mains glissèrent sur une table froide en acier, il y avait apparemment des papiers, peut-être des documents sur cette zone traitant les déchets. Mais impossible de lire pour le moment. Sa main toucha une fiole qui se fracassa sur le sol et la jeune femme retint de pousser un juron: encore une boulette... Elle décida donc de ne plus toucher à rien et d'écouter simplement Matthieu et l'autre. L'invocateur de chiton expliqua qu'il n'était pas tombé tout seul, que ce n'était pas de la maladresse. Il expliquait, très vaguement, qu'il s'était fait comme attiré vers le fond alors qu'il ni avait rien. Il semblait presque divaguer et il l'avoua lui même. Mais plutôt que de se moquer, l'algophobe trouva justement ça inquiétant... Cet endroit avait quelque chose de louche et de dangereux, tout ici prouvait que ça puait les problèmes. S'il avait sentit être attiré vers le fond, c'était surement vrai, même s'il disait ne pas trop comprendre. Dreamland était en soit un truc incompréhensible et dans un royaume truffé d'engrenages et de mécanisme, il ne fallait pas s'attendre à ce que tout soit forcément logique.

La jeune femme vérifia avoir sa canne en sucre à sa ceinture, laissant sa main sur la poignée: juste au cas où. Son regard s'habituait un peu à la pénombre et elle commençait un peu à distinguer les contours des choses, elle arrivait enfin à se repérer, un peu ce qui était rassurant enfin... Moins flippant surtout. L'autre coupa l'invocateur et se présenta enfin: il se nommait donc Nedru. Le ton du jeune homme n'était pas plein de confiance mais il tentait de s'en convaincre lui même, ce qui n'était pas si mal. Au moins, elle n'était pas accompagnée par des couards qui fuiraient au premier problème. Commerce d'informations? C'était son pouvoir donc? Plus on lui apprenait de choses et plus il pourrait être utile? Étrange personnage, mais pourquoi pas... La brune hésita: devait-elle expliquer son pouvoir? Ici, il ne lui serait de toute façon pas utile, seule sa canne pourrait lui servir et encore: il ni avait aucun ennemi à frapper ou à faire souffrir.

Donc, Nedru était une sorte de super génie qui assimilait tout et n'importe quoi pour enfin sortir des théories plus ou moins crédibles afin d'analyser les choses et les situations? Megan avait du mal à imaginer comment ça fonctionnait, mais d'un haussement d'épaule elle décida de ne pas trop se poser de questions pour le moment. Un intello reste un intello, s'il est nul au combat, il pourra toujours se rendre utile autrement. Ce qui donnait donc: une bourrin pour les combats, un invocateur bizarre et un petit génie. Belle équipe de bras cassés, avouons le. Le jeune homme expliqua donc où ils étaient: Vapeur Punk donc... L'endroit était répartit en plusieurs bulles et donc, il était étrange que cette zone ne serve à rien car d'après Nedru, les gens d'ici ne laissaient jamais rien au hasard. Vu qu'il y avait de l'oxygène ici, même si on en manquait un peu, l'endroit avait belle et bien une utilité, restait donc à trouver laquelle. Il conclut que cet endroit devait servir à un truc donc, mais que c'était probablement tenu secret et que quelque chose avait profité de l'absence de personne ici pour y élire domicile. Il supposait bien, enfin Meg' était d'accord avec son point de vu. Juste une chose qui ne tenait pas la route...

"Mais si ce quelqu'un veut garder cet endroit plus ou moins secret ou cacher son utilité ou son existence... Pourquoi m'a-t-on envoyé ici? Je veux dire, j'ai échappé à mes ennemis et j'ai suivis une petite fée qui semblait vouloir m'aider. Elle m'a fait entrer dans le sous-marin qui m'a emmené ici. C'est louche cette affaire..."

Elle avait parlé doucement espérant que ses réflexions puissent aider ou non Nedru. Elle ne comprenait pas tout et ne voyait pas trop pourquoi on l'avait envoyé ici si cet endroit devait rester secret... Ou alors, on avait voulu se débarrasser d'elle et l'endroit était tout choisit pour cette besogne. Là, c'était plausible et donc, il y avait bien quelque chose de dangereux ici! Nedru continua son monologue, soit il fit comme s'il n'avait pas écouté, soit sa réponse venait comme une évidence sans l'intervention de la brune. Et ce fut la seconde option: il pensait qu'envoyer des gens ici revenait, d'une certaine manière, à une sentence à mort. Il insista sur le fait d'éviter à tout prix l'eau puis proposa de visiter le haut du bâtiment. La jeune femme était d'accord, en même temps il ni avait pas vraiment d'autres options qui se présentaient à eux.

Megan emboita le pas et passa devant Nedru et Matthieu, elle posa sa main sur la rampe de l'escalier et grimpa lentement, l'oreille tendue au cas où il y aurait du bruit à l'étage. Elle monta donc, marche par marche, son rythme cardiaque accélérant à chaque enjambée. Bizarrement, elle avait peur de ce qu'il pouvait y avoir à l'étage, pourtant jusque là, elle n'avait rien vue, alors pourquoi s'en faire? La peur de l'inconnu est une peur commune à tout être humain... Elle arriva enfin en haut de l'escalier et vit un long couloir qui se présentait devant elle. Rien de particulier pour le moment. Elle avança lentement, toujours la main sur sa canne, prête à s'en servir. Elle décida de parler un peu, histoire de se rassurer surtout.

"Bon... Vous avez montré ou parlé de vos pouvoirs. Moi, je suis une algophobe. Mon pouvoir n'a donc aucun effet si j'ai aucun ennemi à toucher."

Sa voix était presque un murmure, elle n'osait pas élever le ton de peur d'être entendu par un éventuel ennemi à toucher justement. Son pied butta alors légèrement sur un rebord, de sa main libre, elle toucha le mur et comprit que le rebord était au sol, sur les murs mais également au plafond. Elle avança d'un pas et vit un peu plus loin le même rebord. Une sorte de sas dirait-on... Pourquoi un sas au milieu du couloir? C'était louche, mais il devait y avoir une raison à sa présence là. L'algophobe tourna les yeux vers Nedru, espérant une explication ou simplement voir si lui avait comprit l'utilité de ce truc. Mais rien, elle se contenta donc d'avancer avec prudence, écoutant les frottements des chaussures sur le sol et frémissant à chaque déplacement de ses alliés.

Le couloir s'élargit alors à l'entrée d'une pièce. Il y avait ici pas mal de trucs à voir: des tables ici et là, un pote au fond et un autre escalier sur la droite. Des câbles électriques jonchaient le sol et s'enfonçaient dans les murs pour aller, dieu sait où. Mais ce fut surtout le centre de la pièce qui attira le regard de la contrôleuse. Une sorte d'immense bocal, telle une cuve avec quelque chose à l'intérieur. L'absence de lumière n'aidant pas, la jeune femme ne parvint pas vraiment à voir ce qui était à l'intérieur: le corps semblait légèrement flotter, si c'était vivant à la base, ça ne l'était plus depuis déjà un bon moment. Cette vision la fit frissonner: il y avait bel et bien des trucs étranges ici. Elle se tourna lentement vers les deux autres et les observa, espérant que l'un d'eux lâche une information sur ce bocal ou donne une idée de ce qu'ils pouvaient faire à présent. Une chose était claire: elle n'était pas spécialement partante pour rester dans cette salle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le choc bio (PV Nedru & Megan) Aujourd'hui à 1:12
Revenir en haut Aller en bas

Le choc bio (PV Nedru & Megan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Vapeur-Punk-