Haut
Bas

Partagez|

Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Mar 4 Déc 2012 - 17:36

*Fais le vide dans ton esprit Jacob. Concentre-toi sur la route. Réagis proprement. Fais corps avec le kart. Tout se passera bien. Tout se passera nécessairement bien.* Pour le plaisir Jacob pousse un petit coup d’accélérateur dans le vide, mais c’est inutile, puisqu’il ne l’entend pas. Il jette un regard à sa droite, où un petit dragon violet, Spyro, regarde la route, les yeux rivés sur la voie qui s’étend devant lui. Un regard à sa droite où un renard affiche une mine anxieuse, peu convaincue. *Bien, nous y voilà. La seconde course est prête à partir. Le signal du départ va être donné. Le problème, c’est que je ne pourrais pas l’entendre. Du coup, je vais peut-être devoir partir avec quelques centièmes de secondes de retard. Précieux dans une course comme celle-ci, mais pas totalement impossible à rattraper. Si je fais attention, je pourrai aisément m’en sortir. Mais, c’est tout le problème, Mario Kart, c’est pas de la course facile. J’y ai un peu joué, évidemment, avec Nicolas. Mais c’est pas un parcours que je connais bien ce truc et puis même, c’est pas la même chose de conduire réellement le kart, n’est-ce pas ? Du moins, c’est ce que Ed a prétendu quand je lui ai demandé ce qu’il s’était passé. On verra. Mon but ici, c’est pas d’être premier, mais d’être dans la moitié supérieure. J’ai plus ou moins calculé que si on y est régulièrement, on a toutes les chances d’être qualifié à la fin. Bref. 16 concurrents, dont seulement 15 resteront ne place… Putain, faut pas que je me plante sur ce coup.*

Le premier feu s’allume et la tension monte d’un cran. Une note se lance dans l’air. À environ trois cent mètres devant eux, la tour des arts s’érige, droite, fière et indescriptiblement onirique. Naturellement, si les gradins et les écrans pour le public ont été placés à l’extérieur de celle-ci, le parcours ne pouvais que se dérouler en son sein. Le second feu s’allume, la concentration est à son comble. *Ce qu’il faut, c’est que je parvienne à entrer dans les premières places avant d’entrer dans la tour, ensuite, je pourrais me concentrer plus facilement sur la conservation de ces places… Même si, clairement, aller à l’avant, c’est aller au-devant d’un grand danger : le Major, qui est actuellement second.* Le troisième feu s’allume, le public retient son souffle. L’instant suivant, c’est déjà trop tard. Neuf voitures sur les seizes partent comme des boulets de canons, le Major en tête, ayant habilement « percuté » le kart de son voisin gauche, le voyageur masqué, actuellement en tête du classement. Derrière, six autres voitures ont raté leur départ en trombe et s’élancent difficilement sur la piste. Parmi elles, l’intouchable peine à partir, ayant eu le temps de retard qu’il avait prévu. *Chaque chose en son temps. Déjà passer ces connards, ensuite, on verra.* Seule la vieille bagnole qui sert de kart à l’équipe S&H a eu un véritable raté et se laisse distancer, impuissante. Jacob appuie sur le champignon aussi fort qu’il le peut, la première ligne droite est primordiale et prendre de la vitesse est une nécessité absolue. Le kart de taille moyenne, dépasse dans un premier temps les plus gros véhicules qui l’entourent. Un concurrent, un second, un troisième sont dépassés, alors que l’équipe Sony continue de le talonner, se servant de son sillage pour prendre de la vitesse. *Ils devraient me doubler tant qu’ils le peuvent encore, avec un véhicule léger, ils devraient être à l’avant du groupe, avec les autres. M’enfin, c’est leur problème.*

À la fin de la première ligne droite, toujours à l’extérieur, un très large virage à gauche aboutit à une arche plongeant dans la tour. Pour le prendre, Jacob utilise ses talents de conducteur. Sans ralentissant à peine, il file vers l’intérieur du tournant, tandis que le reste du groupe s’éparpille sur tout la largeur de la piste, certains cherchant à passer au même endroit que lui se percutent les uns les autres et ralentissent leur course. Tous les véhicules légers du groupe sont dépassés, tandis que les véhicules lourds s’empêtrent dans le peloton. Jacob prend la tête des retardataires, suivi de près par Spyro, qui ne peut espérer le doubler ici. Un œil dans le rétro, Hume s’assure qu’il ne tente pas de le passer. Soudain, sans vraiment y avoir fait attention, il vient de passer sur/dans un cube. *Ça y est, la véritable course commence et je suis dixième. Juste derrière Bond. Putain. Tout sauf Fino, tout sauf Fino, tout sauf Fino… Carapace verte. Bien. Je vais la garder pour l’instant, pas besoin de la gâcher maintenant, Bond n’est pas un de mes ennemis.* Le virage se poursuit et enfin, Jacbo, prenant toujours un peu plus de terrain sur celui qui le devance, pénètre dans la tour. Un décor de théâtre se dresse devant lui, mais il n’y prend pas garde. Un voyant rouge clignote sur son kart. Un danger arrive de l’arrière. Un œil dans le rétro et il remarque la dangereuse progression d’une carapace rouge dans son sillage. *Merde. Merde et remerde ! Je peux encore balancer ma carapace verte en arrière… Mais est-ce que c’est utile. Je vois déjà le tube devant… Ça l’air de pouvoir passer. Aller, j’y crois, ça va passer…* Devant, un immense tube ressemblant à l’une des immondices du centre Pompidou, censé propulser les concurrents au sommet de la Tour, sans laisser les objets lancés passer. Allant aussi vite qu’il peut, Jacob mange la distance, toujours poursuivi de près par le projectile de l’équipe Sony. Au dernier moment, la carapace rouge le touche, le projette vers l’avant de façon chaotique, il retombe dans le tube et propulsé vers le haut, à une vitesse impressionnante. *Bon, on a évité le pire, au moins je n’ai pas été ralenti, mais bordel, ça secoue ces conneries… Et j’ai toujours ma carapace verte. Putain, j’espère que les premiers ont pas trop pris d’avance. J’ai l’impression que Bond s’est pris un truc pour être seulement ici en fait. Il était pas troisième au départ ? Mais la question, c’est quel objet a pu lui faire perdre six place ?*

Le tube aboutit au dernier étage, dans un miasme de pinceaux et de peintures, où la piste reprend normalement, éminemment descendante à présent. Jacob n’a pas cessé d’appuyer sur l’accélérateur. Il reprend la course à pleine vitesse. Une nouvelle ligne droite, plus courte cette fois s’étend devant lui, suivi d’un virage un peu plus serré, toujours sur la gauche. Il passe à travers un second cube, sans que rien ne se passe. *Merde, j’aurais dû jeter ma carapace plus tôt… Bref. Faut faire gaffe à la peau de banane là et ensuite, faire un bon dérapage… Je me suis entraîné hier, après la course de Ed, je pense que je devrais pouvoir le faire.* Un petit écart bien senti lui permet d’esquiver la peau de banane, au dernier moment. Spyro, qui le talonne toujours glisse maladroitement dessus. Puis, par un jeu de frein et d’accélération, il commence son dérapage, Bon a fait de même, mais sa voiture a pris plus large. Jacob, qui aime les virages serrés parvient à le passer lui aussi, grattant la neuvième place. Le virage s’avère être presque un demi-tour et se poursuit en ligne droite. Au bout de la ligne droite, le kart MKR semble effectuer un autre virage, avec brio. Jacob lance sa carapace vers l’avant. *MKR, fait partie des méchants de l’affaire. J’espère qu’en rebondissant, ma carapace va les toucher. Ce n’est que le premier tour, pour sûr, mais bon.* Toujours neuvième, car Bond est en pleine bagarre d’objets avec les X-men, est ralenti. *Putain, si seulement je voyais qui est devant moi…*

Nouveau virage donc, toujours sur la gauche, tandis que la route continue à descendre les étages. La route, au sein de la tour, forme une espèce de double boucle. En prenant le virage serré, Jacob gagne encore un bout de terrain. Il repère alors les couleurs de la Compagnie Panda, juste devant lui, reprenant sa course après une interruption impromptue. *Merde. J’ai pas touché le bon… C’est l’adjudant, mais tout de même. Et en plus, il a un champignon, ça va pas me mener bien loin cette connerie. Il va vite me distancer…* Jacob entre dans un nouveau cube, tandis que son adversaire lance immédiatement son champignon, dans un geste compulsif, sur son son moteur. Il part en trombe vers le prochain virage, mais, incapable de manœuvrer correctement à cette vitesse, se prend le mur et fonce sur place. Jacob exécute un nouveau dérapage serré pour passer un concurrent de plus et obtenir la huitième place, en attendant l’apparition de son propre item. *Une carapace rouge, une carapace rouge, une carapace rouge, une… un champignon. Merde. Il y a trop de tournant dans des couloirs par ici. Impossible de s’en servir pour un raccourci et pas question de finir dans un mur comme l’adjudant. Bref, tant pis, je le conserve, jusqu’à ce que je puisse m’en servir, toujours utiles ces conneries. Bon, MKR n’est plus devant. Ils doivent être loin devant, je les vois plus. C’est mon Sith préféré que j’essaie de rattraper maintenant.*

Après une ligne droite plutôt monotone quoi que parsemée de peaux de bananes et de cubes rouges que Jacob évite sans problème, un nouveau virage, plus serré que les précédents apparaît. Cette fois, l’intouchable ne parvient pas à le prendre aussi bien qu’il l’aurait souhaité. Sans perdre de la vitesse, il heurte le mur sur son flanc droit et repart en ayant perdu de son accélération. La ligne droite suivante n’est pas très grande, mais le champignon est le bienvenue, sans quoi, il ne parviendra jamais à rattraper les équipes qui le précèdent. Il atteint ainsi à une vitesse impressionnante le tournant suivant, tout aussi serré que le précédent. Il est plus près des équipes précédentes à présent. Mais il se rend compte qu’ils forment un mini peloton, devançant ceux qu’il a dépassé de quelques petites secondes, tout en étant clairement distancés par la tête de course. Avec lui, l’équipe Star Wars et l’équipe Grease Lightning se disputent la sixième place. *Comment les passer ? Il y a des cubes, mais je peux pas compter sur la chance. Darth Vader a l’air dangereux dans sa façon de conduire. C’est un putain de pilote. Mais les Grease Lightning sont vraiment habile aussi. Moins agressifs, c’est certain, mais ils savent rouleur comme il faut. Chaque fois que Darth Vader parvient à les doubler, ils trouvent le moyen de repasser devant… Et on est en ligne droite ! Ah, j’ai réussi à chopper un cube. Allez, un bon objet, un bon objet, un bon objet… Un cube ?! Mais fais chier ! C’est… c’est de la merde ! Je fais quoi pour arrêter ceux qui son devant avec ça ? J’emmerde Mario Kart.* De dépit, il jette l’objet en arrière, espérant que quelqu’un le prendra, mais sans beaucoup d’espoir sur la question.

---


« La course est spléndidé Louiiiigi !
- Én effet Mariooo ! Le Majoré poulvérise la coursé. Il va probablément gagner. Qui osérait le doubler ?
- Jé né sais pas, mais ce serait inconscient ! Il a pércouté tous ceux qui ont éssayé jusqué là ! Darth Vadére a été explusé vers la septiéme place à causé dé loui !
- Mais salouons tout dé mémé la monté de Jacké Billionnes, qui profité dé lé déféction des autrés !
- Oui, ainsi que la poussée extraordinairé dé Jacoub Ioumé, qui est bien plous brillant que soune coéquipière !
- Ça, c’est soûre ! Héhéhé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2773
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 7149
Honneur: 1064
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Sam 8 Déc 2012 - 18:10
J’étais à mon tour dans les gradins et j’attentais impatiemment le début de la course. J’étais tiraillé par plusieurs réflexions qui transformaient ma tête en plomb et mon ventre en boulet.

La première d’entre toutes, je ne le cachais pas, c’était mon score ridicule lors de la dernière course. Certes, je pouvais tenter d’être fier de moi pour avoir réussi à frôler la première place, mais la victoire m’avait échappé d’un bébé phoque ; et c’était le genre de bébé phoque qu’on ne maltraitait pas si on ne voulait pas voir ses chevilles disparaître comme par magie. Il ne m’aurait plus comme ça, j’en faisais la promesse (qui allait être facile à respecter puisque Fino n’était plus un objet). En tout cas, on avait très très peu de points et si Jacob ne parvenait pas à remonter suffisamment, on était perdants dès la seconde course. Je n’aimerais pas voir le visage de nos employeurs se crisper devant notre peu de résultats, et voir la promesse d’une récompense s’effacer devant la défaite. Certainement pas. On ne nous aurait certainement pas comme ça. Je faisais confiance à Jacob, il avait le sérieux nécessaire qui était la preuve d’une concentration assurant la victoire. Un cheminement de pensée très idiot.

Les autres réflexions étaient tournées justement vers Jacob (transition, toujours un bon boulot). D’un côté, je voulais qu’il gagne, qu’il remporte le trophée d’or sur cette course, les dix points qui nous feraient un bien fou, la classe et le respect. Mais de l’autre, ça me ferait mal qu’il réussisse à gagner une course, ou même à être mieux classé que moi, même s’il y avait peu de chances qu’on survive à un Jacob aussi mauvais pilote que ma personne. Je tenterais certainement de me dire que ce n’était pas grave, que Jacob m’avait vu et avait profité (honteusement) de mon expérience. Oui... J’allais lui mettre la pâtée pour la prochaine fois. J’allais montrer qui était le véritable as du volant, et tout le tintouin.

Mes derniers pensées allaient pour l’enquête (voilà pourquoi je disais que Jacob était plus sérieux que moi : je classais notre mission derrière une jalousie de gamin qui consistait à savoir qui avait les doigts les plus longs). Jacob avait dressé une liste des suspects qu’il considérait comme dangereux alors que je crevais sur la course comme un chien, et me l’avait présentée entre deux parties de Mario Kart sur Gamecube (oui, on s’entraînait comme ça). On avait réfléchi ensemble, ce qui voulait dire qu’il avait réfléchi, mais que j’avais été proche de lui au moment des faits. On avait discuté et on en avait tiré des conclusions. De faibles conclusions. On avait bien trop peu d’éléments pour déterminer un coupable. Je lui avais dit après une gorgée de coca-cola que je tenterais d’approfondir ses pistes de réflexion tandis qu’il se ferait piétiner par le Major.

Le Major... Jacob était persuadé qu’il était une énorme diversion ; on ne portait pas de T-Shirt Microsoft, limite avec une cible peinte dessus, pour dire qu’on était les vrais coupables. Le raisonnement était bon, mais je n’étais pas d’accord avec lui. Je pensais que le Major faisait partie de nos ennemis, et il fallait absolument que je le lui montre. Toute l’équipe de la Compagnie Panda d’ailleurs. Deux équipes introduites dans le tournoi, et paf, pas de problème. J’avais envie de creuser, et de voir que le Major continuait la course au lieu de laisser la place à son coéquipier m’aida à prendre la décision. Mais alors que les karts étaient prêts à s’élancer, j’avais autre chose à faire d’abord. Je regardais sur ma gauche, à trois bancs en-dessous de moi et à une vingtaine de mètres. Au lieu d’être un simple spectateur gesticulant et étant nerveux, je ne voyais qu’un simple Voyageur au visage figé. Je savais qui il était : sa blouse blanche signalant qu’il était un scientifique, son début de coupe au bol, ses traits résolument asiatiques ainsi que cet air sérieux avertissaient n’importe qui qu’il était un Voyageur de Nintendo. Un type à qui j’allais pouvoir parler. Je devais tout de même attendre le début de la course avant de me rapprocher de lui. Pour le moment, un hipopotame avec un appareil photo et une chemise à fleurs se rendit compte que je n’étais pas aussi enthousiaste que ça. Il me dit d’une voix grave et ennuyante :


« Vous n’encouragez pas votre équipe ?
_ Nan, il est sourd. »
Ce n’était certainement pas assez. Il me reconnut enfin :
« Mais vous êtes Clep Trite !
_ Ouais. A quelques syllabes près, c’est ça.
_ Vous avez failli être éliminés lors de la dernière course ! Je parie que vous n’allez pas survivre plus de deux courses. Y a de vrais concurrents là.
_ Moi, je parie que tu vas pas survivre plus de deux minutes si tu gardes ce ton-là. »
Et voilà, il m’avait rendu revêche. J’avais failli l’insulter.

Je me concentrai à nouveau sur le départ où Mario et Luigi laissaient aller plusieurs plaisanteries avant de redevenir sérieux. Le public se crispa en réponse. Les joueurs étaient tous présents sur leur kart d’origine, le spectacle était beau. Ils étaient tous concentrés, levant les yeux constamment sur les Lakitus qui se promenaient avec des feux tricolores. Puis soudain, le feu rouge apparut.
Trois.
Deux.
Un…
Tout le monde accéléra en même temps dans un déluge de moteurs.

Et voilà, ils partaient tous et on ne les voyait plus. Je me levai alors de mon siège en demandant à mon charmant voisin de le garder pour moi. Il posa un gros paquet de frites dessus. Je ne savais pas si je devais le remercier ou bien si j’allais devoir me batailler pour reprendre ma place. Je descendais donc dans les gradins, m’excusant évidemment comme un pied sans y mettre la bonne intonation. Je m’assieds près du type (il était dans une loge spéciale après réflexion, expliquant quelques chaises vides ça-et-là). Il ne me regarda pas, continuant à fixer l’écran géant. Mais ça ne l’empêcha pas de me saluer comme il se devait :


« Vous ne devriez pas être ici.
_ Pourquoi ? Parce que j’ai pas le billet pour les premières loges ?
_ Non, juste parce que nous ne sommes pas censés correspondre. Votre but est de trouver nos ennemis pour les éliminer de la compétition, mais eux feront pareils s’ils vous découvrent.
_ J’en prendrais note. Je pars au plus vite. Mais y a pas marqué Nintendo écrit votre front.
_ Vous sous-estimez nos concurrents. Sinon, vous avez des pistes ? »
Je marquai une hésitation : j’étais venu pour lui poser la même question. Je dû avouer :
« Pas glorieux. Et vous ?
_ Non plus. Il y a beaucoup de compétiteurs, et comme c’est la toute première course, on ne peut pas distinguer ceux qui sont venus pour le trophée, et ceux pour venir empoisonner notre jeu.
_ Vous pensez quoi de la Compagnie Panda ?
_ Ils ont été approchés par Microsoft, c’est certain. Leur véritable rôle ensuite, impossible à savoir.
_ Et pour Sonic ?
_ C’est vous qui vous occupez de l’enquête au plus près de tout le monde, ce n’est pas à vous de poser les questions, mais d'y répondre. Sonic nous est totalement fidèle maintenant que ses jeux sont d’une médiocre qualité, alors faîtes mieux votre travail. Notre discussion a duré trop longtemps, on se reverra la prochaine fois. »


Putain, merci pour les infos. Connard. T'avais pas compris que t'étais toi-même une source d'informations ? J’avais rien eu à me mettre sous la dent, sinon que l’équipe de Sega était juste là pour continuer à lécher le pied de Nintendo. Il me fallait faire un truc, mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Sam 8 Déc 2012 - 19:09
Trop occupés à se lancer leurs propres objets, les deux équipes qui le précèdent ne s’en prennent pas à Jacob, qui gagne toujours sur elles, sans pouvoir les dépasser. Dans un virage large et long, Jacob obtient un nouvel objet. *Allez, une carapace rouge, une carapace rouge, une carapace… verte. Bon, c’est déjà ça. Il va falloir que je vise, c’est tout. Merde, pas facile, ils arrêtent pas de bouger ! Et puis, en même temps, si je tire, j’ai toutes les chances de toucher l’un des deux. Je les talonne d’assez prêt pour que ce soit soit intéressant. C’est un longue ligne droite en plus. La chance est avec moi ? C’est ce qu’on va voir !* Déterminé, l’intouchable lance sa carapace droit devant. Elle file sur la route de béton comme un boulet de canon, laissant une traînée verte derrière elle, que le voyageur suit avec attention. Mais rien à faire, les deux autres sont trop habile, ils ont repéré l’engin et en faisant des écarts parfaitement calculés, ils la laissent filer entre eux. *Mais ! Connards ! Vous arrêtez pas de vous ralentir en vous envoyant des merdes sur la gueule, mais vous pouvez pas vous prendre mon objet ?! Raaaah ! Je vais pas rester huitième éternellement. Bon, les autres derrière ont l’air de s’être pris des trucs, parce qu’on a pris de la distance par rapport à eux. Putain, mais qu’est-ce que je pourrais faire pour dépasser ces deux-là. Je sais que je peux le faire. Mais je ne vas pas attendre d’être de nouveau dans les tournants, à l’intérieur de la tour… Je pourrais pas assez remonter après… Fais chier ! Dégagez !!!* Accélérant à fond, Jacob fonce sur celui qui est juste devant lui. Hélas, c’est le véhicule moyen des Grease Lightning qui s’y trouve. Le choc est contre productif, il pousse son adversaire et le ralenti lui.

Après un virage dans lequel le manieur ne parvient pas à prendre l’avantage, la plus longue ligne droite du circuit, qui passe par le ligne d’arrivée et de départ. Le premier tour touche à sa fin et Jacob est toujours bloqué à la même place par ceux qui sont devant et qui ne s’occupent pourtant pas de lui. *Le pire, c’est que maintenant je peux voir les équipes qui sont en tête de course. Les cinq. Le Major n’a pas une grande avance en fait, mais il fait des putains de zig-zag pour écraser ceux qui veulent le dépasser. Avec un tank, tout est beaucoup plus simple. Le voyageur masqué est à l’arrière de ce groupe, il a dû tenter sa chance et échouer. Devant, je crois que c’est MKR. Les deux autres, qui talonnent dangereusement le Major, c’est Dorian et la limousine. Mais j’ai pas l’impression qu’ils veulent doubler le tank. Ils font bien, c’est prudent comme attitude. Le problème, c’est que toutes ces équipes, je peux pas les blairer. C’est des suspects et des suspects. Une ligne de suspects. Il faut que je les élimine. Toutes autant qu’elles sont. ET J’AI PAS D’OBJET ! Fais chier ! Une superbe ligne droite pour lancer des tas de truc et pas un cube à prendre… Ce circuit est merdique.* Jacob passe la ligne d’arrivée et entame son second tour. La foule lance des encouragements et des insultes à tout va. On remarque une certaine profusion de fans pour la Compagnie Panda. Facile, vu qu’elle aligne deux équipes. Mais l’intouchable est lui-même l’objet de multiples attention, probablement grâce à sa remontée progressive. La ligne droite se finit et enfin, commence le long virage à gauche.

*Allez, je sais qu’il y a des cubes ici. Mais ces équipes là sont assez futées pour prendre le virage serré. C’est le problème. Et puisque j’ai montrer l’exemple aux autres tout à l’heure, je risque plus de gagner du temps là-dessus. Enfin, on regagne sur la Major, il continue ses virages. On dirait qu’il veut balancer Dorian hors de la piste… Je ne peux pas vraiment lui en vouloir. Ah ! Cube ! Carapace rouge, carapace rouge, carapace rouge… CARAPACE ROUGE ! Génial ! Prend ça dans ta gueule !* Il la lance immédiatement, alors que Leo Flaretty lançait un cube rouge vers Darth Vader. Non seulement la carapace rouge le heurte et le fait dévier de sa trajectoire parfaite, mais lorsqu’il parvient à reprendre le rythme, il est forcé de reculer ou de rentrer dans son propre cube, que l’équipe Star Wars avait esquivé habilement. Immédiatement, le kart Grease Lightning, pourtant si brillant en matière de pilotage, est largué loin derrière. L’intouchable continue pourtant de talonner le seigneur sith onirique sans pouvoir le dépasser. *Putain, il est chiant, mais en même temps, je ne sais pas si je pourrais faire mieux que le pauvre Leo pour le dépasser. Au moins, j’ai la décence de ne pas m’acharner sur lui. La septième place, c’est très très bien. Je pourrais faire mieux, mais je ne vais pas me plaindre non plus. D’ailleurs, je crois que si on se contente de se suivre, on fonce. On est déjà derrière le voyageur masqué ! Ah ! Lui, il est toujours maintenu à distance par MKR. C’est déjà ça. Je peux pas le blairer avec son masque. Faudra bien que je lui retire un jour…* Les trois voitures s’engouffrent dans le tube qui les propulse vers le sommet de la tour, trois secondes plus tard, c’est Bond qui tient la tête du peloton, au coude à coude avec l’Adjudant, qui vient hélas d’obtenir la carapace bleue.

*Il ne va pas la lancer, c’est certain. C’est son supérieur qui est en tête de course. Enfin bon, mieux vaut que je me concentre sur la course moi… Dans deux secondes, on est de retour sur la piste et il va rapidement y avoir de l’objet. J’espère tomber sur un bon truc, mais surtout, j’espère pouvoir passer ces deux connards…* Aussitôt, le tube achève son ascension et ils retombent plus ou moins lourdement sur la piste. Jacob continue d’accélérer, sans faiblir. Le trio est très serré et le voyageur masqué, habile, se contente de couper au merveilleux pilote qu’est l’ex-Anakin Skywalker toute possibilité de dépassement en le maintenant dans son sillage. De cette manière, lui récupère un cube mais ne permet pas au Sith de faire la même chose. Lorsque Jacob passe en revanche, il s’arrange pour prendre le cube d’à côté, ayant eu le temps de rediriger sa course en fonction des deux autres. *Je sais que les meilleurs pilotes font abstraction des objets pour mener des trajectoires parfaites. Mais faut pas déconner, j’ai pas le niveau des deux gars qui sont devant moi. Mais alors pas du tout. Moi, je joue plutôt sur le côté carapace que son mon accélérateur… Allez carapace rouge, carapace rouge, carapace rouge… Rouge, oui, mais cube. Raaah ! Que je sois maudit ! Même pas une étoile ou un spécial depuis le début de la course ? J’ai que des trucs de merde. Je joue de malchance.* Le premier virage de la boucle arrive et cette fois, c’est le talent de Darth Vader qui l’emporte sur la tactique du voyageur masqué. Jacob suivant son exemple parvient à se mettre à leur niveau. Les trois sont à peu près à égalité, même s’il suffit d’écarter l’ancien jedi désarmé pour prendre la tête du groupe. L’homme masqué est armé d’une peau de banane et l’intouchable d’un cube. Ils se jettent un regard furtifs alors qu’ils achèvent leur dérapage. Tous sont à portée des uns des autres. Concentré sur la course, le voyageur masqué lance sa peau de banane sur Darth Vader, qui l’évite de justesse. Au même instant, le manieur a lui-même fait son choix. *Désolé mec, mais je suis embauché pour virer les suspect de la course et ton avance dans le classement est beaucoup trop grande.* Le cube touche brutalement l’homme masqué dont le kart fait une embardée théoriquement impossible. Jacob dérape un peu sur la peau de banane, mais son ralentissement est bien moindre.

*Sixième. Putain de merde, sixième. Je gère. Mais j’ai toujours ce connard devant moi. Toujours le même. Je ne sais pas si j’arriverai à le passer. Allez, j’en fais une affaire personnelle. Je finit avant lui. J’ai l’impression que notre kart est plus rapide, d’une certaine manière. C’est bête, le sien est lourd, il est censé avoir plus de puissance. J’ai juste l’avantage dans les virages, qu’il prend d’ailleurs mieux que moi.* En effet, la tâche est ardue. Alors que le voyageur masqué peine à remonter, à présent harcelé par le peloton contre lequel il doit se défendre, Darth Vader fait montre d’un talent de pilote incommensurable. Que la position de son équipe dans la course précédente ait été due aux aléas du major ou à un talent moindre de son coéquipier - *Mais bon, c’est Han Solo tout de même, entre les deux, je ne sais pas qui l’emporte…* - il a à présent la possibilité de faire la pleine démonstration de son talent. Alors que Jacob continue inlassablement de le talonner, peinant pour ne pas être distancé, on voit les quatre autres concurrents qui occupent la tête de course lancé dans un combat effréné, toujours plus proche. Ils se rapprochent d’eux à mesure que le second tour se poursuit et bien qu’il appuie sur l’accélérateur sans faiblir, l’intouchable préfèrerait ne pas tenter l’expérience de passer le Major, qui continue de garder bien au chaud la première place. Cette fois, MKR suit la sage décision des deux autres qui consiste à rester en arrière sans tenter de s’emparer de la médaille d’or. C’est à cet instant, alors qu’ils vont pour sortir de la tour, que Jacob voit passer un sillon bleu au dessus de sa tête. *Mais ? Mais ? Je croyais que…*

---


« Oh oh ! Louiiiigi ! Régardé ! L’adjoudant Pérkinsoune a énvoyé oune pétité cadeau à notré chér Majoré !
- Ça alors ! C’est incrrroyablé Marrrioooo ! Jé né voudrais pas êtré lui aprés lé coursé ! Il va préndré trés chér !
- Oui, mémé s’il sémblé qu’il ait voulu frapper lé voyageur masqué avéc… Ce qui n’est pas la founctioune d’oune carapacé bloué. Hé hé hé !
- Ah, des nouvellés dou pélouton ! Il sémblérait que lé kart de l’équipé Séga ait été réduit en poussiéré par lé spécialé de Jémes Bound !
- Oui, les doures lois de la coursé ! Hé hé hé !
- Quant à Jacoube Ioumé, il résisté ! À présent à la sixiémé placé, cé piloté dévait condouire plous souvent ! Bred Blitz n’est pas à lé houteur !
- Tout à fait Louiiigi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2773
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 7149
Honneur: 1064
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Mar 11 Déc 2012 - 18:06
Je sortis du gradin du monsieur Chiant, mais je ne savais plus où aller maintenant. Il m’avait un peu déçu, je devais l’avouer. Pourtant, y avait une de ses paroles qui m’avaient un peu choqué. Un truc tout con qui faisait résonnance avec ce qu’un autre gars m’avait dit... Hum...

Je réfléchissais plus en termes de sensation qu’autre chose. En gros, quand j’avais besoin d’une information, je ne savais pas ce qu’elle voulait dire, mais je savais dans quelle chambre mémorielle je pouvais la trouver. Je n’étais certainement pas le seul à utiliser bêtement ce schéma de pensée. Mais je recherchais ainsi les informations que mon esprit avait inconsciemment liées ensemble, et d’une part, je partais du programmeur de Nintendo, et de l’autre, j’allais... à mon ancein voisin hippopotame. Oui, ce mec ! C’était lui qui avait dit un truc bizarre peu avant que je parte. Après trente secondes de réflexion où je restai debout comme un âne, je finis par trouver une piste intéressante. Le mec de Nintendo m’avait clairement dit que c’était la première compétition de ce type, et mon voisin malodorant avec son sachet de frites m’avait pourtant dit qu’il suivait l’actualité des courses de karts ou je ne savais plus trop quoi. Il était temps de reprendre la discussion avec lui.

Tandis que je réfléchissais et regagnais mon rang, je pouvais voir que les karts fonçaient à travers la ligne d’arrivée, clôturant ainsi le premier tour. J’oubliais rapidement la position de Jacob, mais il n’était pas dans les premiers. Je croisai les doigts pour lui avant de revenir à mon siège. J’attendis cinq secondes que mon hippopotame enlève sa bouffe de là dans un soupir peu avenant. Quel chieur. Heureusement que mon stress et ma patience étaient été entraîné par un expert en la matière (un certain bébé phoque colérique, grossier, et fortement agressif). D’ailleurs, en parlant de leur équipe, le mec encagoulé n’était pas si mal classé que ça. Putain de merde, il faisait partie de l’équipe de Fino. D’autres adversaires dangereux. Comme s’il n’y avait pas à faire avec les autres suspects. Je devrais non seulement enquêter sur cette saleté de phoque, mais aussi sur la Compagnie Panda. En fait, je préférais être sur le terrain à me prendre des éclairs et des carapaces bleus plutôt que de devoir tourner la poignée de leur box. Mais pour le moment, je devais interviewer un peu mon cher voisin. Je n’y allais pas par quatre chemins, j’étais aussi subtil qu’un train sur son chemin de fer à l’époque de la conquête de l’Ouest.


« Hey, mec. Tu m’avais dit qu’il y avait de bons concurrents dans la course. Tu le sais d’expérience ou juste tu les as repérés dès la première course ?
_ Quoi ? »
, me fit-il d’un ton particulièrement énervant, entre deux bouchées de saloperies salées-sucrées. Je me fis patience et répétai ma question. Il fit mine de réfléchir pour se donner de l’importance et dit enfin :
« Un peu des deux, en fait.
_ T’en as déjà vu conduire avant, c’est ça ?
_ Y avait des courses avant, voire des compétitions. Mais c’était vraiment officieux. Y avait aucun championnat qu’avait cette envergure. Des fois, on laissait les gens aller dans les villes, mais... Attends une minute, tu veux des infos pour battre tes concurrents, nan ? »
Je voulus me faire une facepalm. Ce type m’exaspérait. Je ne savais pas pourquoi, mais il me les brisait vraiment. Etait-ce l’air faussement supérieur qu’il prenait, sa bêtise pataude, ou mes états de nerfs ? Je préférais avancer d’un geste de main :
« Chais pas. Tu peux rien me dire d’important de toute façon, je fais pas de l’espionnage. Je m’intéresse juste. » C’était stupide, mais j’avais un peu raison. Et il aurait dû le savoir. Il réfléchit encore quelques temps pour tester ma réponse, et il lâcha enfin :
« Je vais te dire alors... » Putain, on dirait un secret de commère. « Déjà, pas mal de gens connaissent les Great Lighting, le duo de Voyageurs. Ils ont les meilleurs temps en course contre-la-montre.
_ Mais ils semblent avoir du mal à tenir la mesure en course réelle.
_ Beaucoup de monde croyaient qu’ils partaient gagnants, oui. Sonic s’est pas mal entraîné ces derniers temps, mais il n’est pas si bon que ça. Il compte trop sur les objets... et tout le monde sait qu’il est plus rapide sans kart qu’avec. Ca le fait un peu rager. L’encapuchonné est un nouveau des courses, mais il s’est vachement entraîné à son tour, et il est plutôt bon. Il a d’excellents réflexes qui compensent son manque d’expérience.
_ Okay, quoi d’autre ?
_ Bah, c’est à peu près tout. Ils sont peu dans cette course à participer aux tournois non officiels de Mario Kart. Mais ils sont tout de même très bons. »
Je sentais qu’il se retenait de dire « Sauf vous », mais mon air du visage particulier concentré lui promettait une baffe s’il changeait de sujet pour rien.
« Qui sont les meilleurs coureurs ?
_ Cette question ! C’est Mario et Luigi ! Ils raflent à eux seuls tous les meilleurs temps de tous les circuits. Les Grease Lighting font de superbes parcours, mais ils n’ont rien inventé. Mais là, ils sont seulement les juges. Certainement pour ne pas organiser une compétition où tout le monde saurait qui gagnerait. »
Quelle bande de chieurs. Dire qu’ils étaient les meilleurs, mais qu’ils ne pouvaient concourir parce que le tournoi n’était ouvert qu’à ceux qui n’étaient pas de Nintendo. Le voisin continua en s’épongeant le front avec son sachet en carton : « Mais ça change rien au fait que le niveau est curieusement élevé. » Il avait remarqué ça, oui. Normal, puisque certains d’entre-eux n’étaient là que pour faire couler l’entreprise. On pouvait en déduire que les concurrents les plus puissants étaient aussi les plus suspects. Je jetai un coup d’œil à l’écran géant : Jacob avait fort à faire avec des adversaires qui ne lui laissaient aucune marge de manœuvre. Je priai pour lui et revins au voisin qui était en train d’énumérer les bons concurrents :
« L’encapuchonné, le Major, MKR. Ouais, MKR sont vraiment pas mauvais. J’ai vu que « May the Force be with you » a de très bons tracés, faut s’en méfier. Je pense qu’ils iront en finales. Et James Bond a du potentiel, un bon potentiel. » Il regarda lui aussi l’écran géant en témoigna quelques actions de ses petits yeux et don menton qu’il agitait en signe de satisfaction. « Et ton partenaire est bon, en fait. »

Je levai les yeux en l’air et considérai que c’était une excellente fin de discussion. J’avais aussi entendu les arbitres dire qu’ils étaient étonnés que Jacob soit aussi bon en pilotage. En fait non, ce n’était pas vraiment comme ça qu’ils formulaient. La vérité est qu’ils se faisaient une joie de m’enfoncer bien profondément en disant « Oui, Jacob en cent fois meilleur pilote que son compagnon, non mille fois plus fort, oui, dix mille fois plus fort, Ted Trip n’est qu’un incapable vraiment nul, vraiment pourri, il a de la merde dans les yeux, des réflexes de guimauve brûlée, une conduite aussi réprochable que celle d’un secrétaire de l’UMP, puis il est beaucoup moins classe que son compère, il paraît que les mugs à son effigie ne se vendent pas et qu’ils ont été fabriqués par des enfants à Macrohponolopolis, qu’il ne sait pas se tenir en haute société alors que Jacob le Sublime échange avec tout le monde avec une coupe de champagne à la main, alors que Ned Street ne paie pas son loyer, qu’il vit dans une niche qu’il a bâti lui-même sur un terrain qui ne lui appartient même pas, bien évidemment, et vous avais-je déjà dit qu’il conduisait comme un aveugle avec une couverture sur la tête ? »

Il était temps d’aller voir du côté des boxs comme l’avait fait mon estimé compère la nuit précédente. J’aimerais bien aller voir du côté de la Compagnie Panda, chercher et insulter Fino avant de l’enfermer dans une boîte minuscule. Comme avant, il y avait un gigantesque hangar qui avait été construit à l’occasion. On ne serait pas très discret dedans ; mais pour les courses dans les villes, j’avais cru entendre qu’on serait logés dans des hôtels et des parkings, ce qui assurerait plus d’intimité. Devant l’énorme bâtiment gris dégueulasse, deux koopas avec des lunettes de soleil m’arrêtèrent. Ils vérifièrent mon identité avant de me laisser entrer, et je rajoutai derrière qu’il fallait que je parle à mon garagiste pour qu’il prépare la prochain course. Ils me laissèrent passer sans aucun problème. S’ils avaient un peu plus de jugeote, ils se seraient souvenus que notre garagiste s’était fait la malle avec une autre équipe en passant par la case « Objet ». Bon… il était temps de voir ce que je valais en tant qu’enquêteur.


« Quant à Jacoube Ioumé, il résisté ! À présent à la sixiémé placé, cé piloté dévait condouire plous souvent ! Bred Blitz n’est pas à lé houteur !
_ Tout à fait Louiiigi ! » Je répondis en hurlant et pénétrant dans la salle sans espoir qu'ils ne puissent m'entendre :
_ ROH, FERMEZ-LA, HEIN !!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Mar 11 Déc 2012 - 19:24
L’explosion bleue est la seule arme qui semble pouvoir mettre un terme au monopole de la première place par le Major McKanth. Surpris par l’arrivée d’un objet dont il n’est pas prévu qu’on puisse l’arrêter, le leader de la course hurle alors que son kart est lentement élevé dans les airs. Pendant ce temps, Jack Billions, coureur pour MKR prend la tête par un habile détour, les deux autres ayant été forcés de freiner pour ne pas être touchés. Alors que le Major retombe lourdement sur le sol, le kart dans un état second, lui dans un état de colère absolue. Darth Vader et Jacob passent devant lui. Au moment de dépasser l’énorme bolide à l’arrêt, l’intouchable ferme presque les yeux et tremble de peur. *Putain, j’ai aucune envie d’avoir ce type aux fesses. Vite !!! Loin !!! Bordel !!!* Mais les véhicules lourds mettent un temps fou à retrouver leur pleine vitesse, le Major est distancé facilement voir même rattraper par le peloton. Jacob s’empare d’un nouveau cube au passage, alors que le second tour n’a plus qu’un virage à gauche avant d’arriver dans sa dernière ligne droite. *Une carapace rouge, une carapace rouge, une carapace rouge, une carapace rouge… Une peau de banane. Certes. Bon, laissons ça traîner derrière, quelqu’un la trouvera peut-être plus utile que moi.* L’intouchable laisse l’objet dans son sillage et poursuit son ascension, à la cinquième place, en tête de course. Les cinq premiers passent ainsi la ligne d’arrivée, trois devant, deux fonçant pour les rattrapper. À toute berzingue, les gradin défilent devant eux sans qu’ils n’y fassent attention.

*Bon, je suis largement dans mes objectifs. Mais l’idée, c’est de le rester. Et la vérité, c’est qu’être à l’arrière du groupe, juste devant le peloton qui peut m’envoyer tout une série de merde dans la gueule. Je préférerais que quelqu’un d’autre prenne ma place. Et si possible, cet enculé et son épée laser rouge… ou l’autre crétin et ses loups, Dorian. Ouais, l’un ou l’autre m’iraient très bien. En fait, s’ils pouvaient tous être derrière moi, je ne dirais pas non. Mais après ce qui est arrivé au Major et à Ed d’ailleurs, je crois que m’abstiendrai de la prendre trop tôt.* La longue ligne droite qui achève le second tour et commence le troisième touche à sa fin. En une belle fille indienne, les cinq premiers concurrents s’engagent sur le large virage qui mène à l’entrée de la Tour des arts. Hélas, le peloton à présent mené par le trio infernal du Major, de l’Adjudant et du voyageur masqué à la solde de Fino, gagne du terrain avec moult dommages collatéraux sur ceux qui essaient de les passer. *Rah ! Tant pis, il me faut un objet, ça devient urgent. Je prend le pari de tomber sur un bon !* Jacob alors qu’il suit la meilleure trajectoire possible se détourne un peu pour traverser un cube, alors que pour l’instant, seul l’équipe MKR a pu en prendre un, les autres filant en formation serrée dans son sillage. *Allez, carapace rouge, carapace rouge, carapace rouge… Spécial ? Hein ? Quoi ? Mais… Mais… Je peux utiliser mon pouvoir ? Mais… C’est de la merde mon pouvoir dans cette situation ! Je fais quoi, j’envoie une pichenette dans l’arrière du casque de Darth Vader ? Je sors du kart pour créer un mur ? Je mets dessous et je vrille ? Rien n’est plus inutile que mon pouvoir dans une course comme celle-ci… À moins que… Et merde, c’est ma seule chance !*

Le long virage se poursuit et les cinq participants continuent de le prendre de façon serrée. Mais soudain, Jacob fait volontairement un écart pour aller hors de la piste, là où il serait normalement ralenti. Pourtant, le kart qu’il conduit s’élève soudain dans les airs et file à vitesse constante, en ligne droite, vers le bout du virage. *Allez, allez, faites que ça marche, faites que ça marche. Oui, je gagne clairement du terrain, j’en gagne, c’est sûr, j’en gagne ! Ah ah ! Je gagne du terrain, c’est trop bon, je gagne du terrain ! Je vais peut-être même arriver premier. Non ? Non, pas vraiment. Merde, Jack est passé. L’enflure. La limousine aussi ! Fais chier. Aaaah le traîneau… Et c’est bon !! J’y suis !* Le pilote des Private Joke se pose sur la piste, juste devant Darth Vader qui est obligé de faire un écart et de perdre une petite seconde dans sa manœuvre pour rester en piste. De son côté, Jacob enfonce l’accélérateur jusqu’à la moelle. Il est presque au niveau de Dorian Gray, tandis que l’équipe Star Wars peine toujours à remonter. *Ah ah ! Trop fort ! Quatrième ! Je l’ai enfin doublé ! Putain, depuis le temps que je traîne derrière ce crétin ! Aaaah ! Ça fait du bien. Bon, à nous deux Dorian. Tu est visiblement venu pour que je te foute une nouvelle fois ta branlée. Tu l’auras donc cherché mon petit. Ne va pas te plaindre après.* Les cinq concurrents de tête s’enfoncent pour la dernière fois dans le tube, bombardé vers le sommet de la tour comme des boulets inutiles.

L’arrivée est plus mitigée que les fois précédente. Jacob parvient à se recevoir sans trop de dégât, mais Dorian lui sape ses chances de prendre le cube qui lui était destiné en virant au dernier moment. *Ah ! Tu veux la guerre ? Alors ça va être la guerre mon coco !* Une bataille très serrée s’engage entre l’intouchable et l’immortel. Ils filent tous les deux côte à côte. Préférant lui aussi se consacrer à cette bataille plutôt qu’à remporter la course, Dorian envoie sa carapace verte vers Jacob qui l’esquive de justesse en tournant brusquement son volant. Un premier virage et Hume passe devant, dominant d’à peine quelques centimètres. Dorian reprend l’avantage dans la ligne droite, mais se fait une nouvelle fois couper le sifflet dans le virage suivant. Pour parlier au problème, Gray tente un écart risqué qui percute et ralentit son rival. L’intouchable reprend cependant rapidement ses esprits, ainsi qu’un cube. *Allez, carapace rouge, carapace rouge, carapace rouge… PUTAIN DE BANANE DE MERDE !* Alors qu’un autre tournant serré s’engage et que les deux véhicules se retrouvent flanc contre flanc, Jacob ayant réussi à prendre l’intérieur, ce dernier envoie, de rage, la peau de banane sur l’immortel, directement. Elle atterrit pile sur son visage et lui couvre la vue l’espace d’un instant, un instant suffisant pour que Jacob reprenne l’avantage. Leur bataille, les ralenti, mais pas tant que cela. Derrière, Darth Vader essaie de trouver le moyen de passer, sans succès et le peloton, qui a été ralenti par un combat encore plus rude entre les trois hommes de tête, se laisse distancer. Pendant ce temps là, Jack Billions s’envole, implacable, vers la victoire, ne laissant guère la limousine de Wall Street Influence, pilotée par Bernard Madoff, passer. Troisième, quatrième, troisième à nouveau. Jacob a un mal fou à passer Dorian qui résiste avec l’énergie du désespoir. *M’emmerde ! J’aurais dû garder mon spécial. J’ai encore une saloperie de carapace verte ! J’aurais pu lui péter son traîneau, avec un peu d’imagination. Hey ! Pute ! Tient ! Prends ça !*

Inutile, la carapace file rebondir contre un mur tartiné de peinture collante, rebondi et frappe plutôt le cinquième concurrent en lice. Jacob subit un nouveau choc, Dorian vient de le percuter une nouvelle fois. Il trouve la situation presque trop difficile à gérer. Le kart semi-lourd de son adversaire l’empêche de faire quoi que ce soit. Il voit la troisième place lui échapper au profit de cet énergumène qui l’insupporte. L’arche de sortie de la Tour des Arts s’annonce et avec elle, la dernière rangée de cubes. *Ma dernière chance. Il faut pas que je la loupe. J’espère que j’aurais quelque chose de probant cette fois.* Il parvient à se maintenir juste à gauche de Dorian, mais un peu en retrait alors qu’ils sortent enfin pour dévorer la distance des deux dernières lignes droites. L’extérieur arrive enfin. De nouveau, les deux adversaires se lancent un regard plein d’animosité : les cubes s’approchent inexorablement. C’est presque ensemble qu’ils les atteignent, en serrant les dents. *Je sais que je peux le faire. Je suis resté à gauche exprès. Mais s’il a un bon objet, je suis fichu, il me volera la troisième place sans aucun problème. Allez, faite juste que j’ai de quoi me protéger, s’il vous plaît ! Une carapace, une carapace… UN CUBE ?! MAIS CHIASSE ! PUTAIN !* Le virage arrive et l’heure de vérité aussi. Les deux karts commencent leurs dérapage. *Allez mec, perd pas espoir, après tout, tu as eu le voyageur masqué avec un cube tout à l’heure. Maintenant, c’est parti pour ta botte secrète !*

Tout se passe en moins d’une seconde. Jacob plutôt que de prendre son virage court, le prend large. De cette manière, il force Dorian à faire de même. Plus ils avancent, plus ils se rapprochent du côté droit de la piste, au point d’en sortir, ou presque. Jacob pousse Gray à l’extérieur de la route, dans le dernier virage, là où il sait que l’autre ne pourra jamais le rattraper ensuite. Il y est presque, au moment où il lui suffit d’administrer son cube sur le kart adverse, lorsque Dorian réagit. Il a obtenu un champignon des derniers cubes et le lance à la toute fin du virage pour file sur la dernière ligne droite de la course. Ce faisant, il pousse lamentablement le kart Private Joke, vole le cube. Jacob, désorienté par la manœuvre glisse un peu et ralenti pour se redresser et reprendre la course. Se rendant à peine compte qu’il ne pourra plus le rattraper. Mais au moment de repartir à pleine vitesse, Darth Vader file sur sa droite et lui vole aussi la quatrième place. *NOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !*

---


« Bravo à Jack Billionés qui rémporte la coursé !
- Tout à fait Louiiigi ! Trééé bellé coursé d’ailleurs ! La déxiémé place est prisé par Wall Strreet Inflouence, ou Walstin ! Là encoure, la performancé était magnifiqué !
- Én troisiémé positionné, le traîneau de Dourianne Gray, qui a réoussi, finalément, à sé débarrasser dé Jacoub Ioumé !
- Oui, mais réconnaissons que cé dérnier a fait oune coursé spléndidé. Il a bien failli tout rémonter ! Et la cinquiémé place, c’est boucoup mieux qué la quinziémé ! Héhéhé !
- Sans aucoune douté ! À l’arrière dé la coursé, on rétrouvé l’équipé de Séééga !
- Tout à fait Louiiigi ! Én réalité, le piloté Téïls, quand soune karté a été détrouit, a continoué à piéd ! Il est arrivé nouviémé ! Mais les réglés sount claires ! À Marrrio Kart, on doit fairé la coursé avec oune kart ! Il est dounc éliminé !
- Tout à fait Marriooo ! Et devant loui, c’est Douminic, et encoure dévant, c’est Houtch !
- Au classément iénéral, c’est MKR qui domine à présenté ! Souivi par lé voyaieur masqué, le Mayor et Walstin !
- Et maintenant, oune pagé dé poubé ! »


---


Vittless 3+
De l’eau qui fait maigrir en faisant du sport !

Vous avez quelques kilos à perdre ? Vous vous trouvez trop gros ! Prenez du Vittless 3+. Cette eau pure est prélevée dans les plus hautes montagne de Dreamland, elle est riche en tout ce qu’il y a de bon. Si vous en prenez trois fois par jours, pendant que vous faites du sport intense, sûr que vous maigrirez !

Suivez la course Mario Kart Armageddon avec Vittless !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2773
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 7149
Honneur: 1064
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts ! Dim 16 Déc 2012 - 23:06
Le contraste entre l’animation délurée dehors et le silence de tombeau qui régnait dans le hangar était presque angoissant. Bon, il n’était certainement pas vide, quelques ouvriers traînaient ça et là, on entendait sans savoir pourquoi un bruit de clef à molette retentir dans les environs. Mais quel vide comparé aux gradins. J’avais l’impression que j’étais le seul être vivant dans les environs, et que pourtant, j’étais observé à chacun de mes pas. Je préférais la jouer classique, sans problème. Je rentrai tranquillement dans mon box, genre j’étais un gars tout sage qui avait laissé quelque part un sandwich onirique sur la table, comme tous les soirs. Je rentrais alors dans ma partie en poussant simplement la porte. Même pas fermée à clef... On était vraiment des incapables. Si quelqu’un voulait faire des enquêtes approfondies ici, il pourrait se faire un pique-nique sans aucune impunité. Normalement, il y avait le garagiste de l’équipe qui pouvait s’occuper de quelques trucs sur quelques schémas et donc surveillé les affaires du groupe, mais nous, on avait perdu notre machiniste. Fino... il savait qu’on était l’équipe engagée par Nintendo. Qui savait à combien de personnes il avait livré le secret ? Faudrait que j’en parle à nos employeurs, mais je ne savais pas s’ils pouvaient toucher aux joueurs sans se faire passer pour des organisateurs tyrans.

Une fois que je fus installé dans mon coin, je tentai de repérer l’immensité des lieux et des cloisons avec mes lunettes de soleil à verre vachement progressifs. Il y avait quelques personnes dans leur espace personne, impossible d’aller les fouiller. Je repérai rapidement qu’il n’y avait personne dans le box voisin, celui des MKR. Et Jacob m’avait parlé d’une petite boîte suspecte. J’utilisai un portail pour passer de mon box au leur. La salle était similaire à la nôtre, même si des tâches d’huile partout et des outils déballés montraient que leur garagiste n’était pas une loque. Ou un phoque. Je cherchais la petite boîte du regard, mais je me rendis bien compte que je n’avais même pas besoin de farfouiller dans tous les coins : la petite boîte était un Artefact magique que mes lunettes repérèrent immédiatement. Je fis un sourire de requin et pris la boîte dans les mains. Elle était costaude, de couleur foncée, et évidemment, impossible de l’ouvrir. Je tentai de créer un petit portail pour sortir l’objet caché à l’intérieur mais ce fut impossible : la boîte refusait toute magie en son sein. Je ne rageai pas car j’y voyais un indice très intéressant. Les MKR possédaient un truc très important dans cette boîte, assez important pour qu’il soit caché aux yeux de tous dans un Artefact. Je pus arrêter mes recherches de ce côté-ci, et je gardai ça en tête. Passons à un autre box.

Je me mis à rechercher du côté de la Compagnie Panda. Mais je remarquai très vite qu’ils avaient des hommes à l’intérieur. Un semblait éplucher des morceaux de patate, tandis que l’autre se tenait tranquillement sur une chaise. Je ne savais pas comment les interroger, alors je passais à un autre box (en soupirant intérieurement de joie). Quelle équipe je n’avais pas inspecté... Je savais que Sonic était une sorte d’allié, donc je n’allais pas plus loin. De même, je savais que Spyro et Bibi étaient flagrants, mais leur niveau était plus ridicule que le mien, donc il n’y avait pas à s’inquiéter aussi. La véritable épine dans le pied, c’était le Major. Non seulement il semblait tout droit déballé de Microsoft, mais en plus, il était très doué en kart. Ses compétences de pilotage n’étaient certes pas folichonnes, mais une personne qui se trouvait près de lui ou devant était derechef en danger de mort. Ça n’aidait pas à conduire, quand on savait que tant qu’on était devant lui, la Mort vous braquait un revolver froid contre la nuque et jouait à la roulette russe (avec cinq balles sur les six). Je n’avais vraiment pas envie d’être là quand il réussirait à obtenir son Spécial qui lui donnerait ses pouvoirs en pleine course. Dorian Gray était juste là pour nous les briser, c’était simple, et c’était le seul participant sur lequel Jacob et moi étions totalement unanimes. Même pas besoin de réfléchir avec cette tête de turc. Il nous en voulait encore d’avoir... fait échouer tous ses plans, de l’avoir tué plusieurs fois souvent sans raison, de l’avoir ridiculisé et tout ça. Quel gamin.

Je me rendis compte qu’il y avait trois auras dans le box de l’équipe de l’encapuchonné. Il devait y avoir Fino, le garagiste mystère ainsi qu’un troisième individu. Un Voyageur, d’après la couleur violette qu’il émettait. Très intéressant. Je créai une paire de portails près de mon oreille jusqu’à leur bouche, pour bien entendre ce qu’ils avaient à dire et deviner l’identité de ce gars. J’entendis la voix de Fino qui exultait :


« Pour une somme pareille, je vous fais tomber un Royaume !
_ Alors ? Qui sont-ils ?
_ Et bien...
_ Attendez ! Je perçois une énergie... »
L’auteur de cette énergie fit disparaître ses portes fissa.

Le Voyageur était assez puissant pour voir mes portails invisibles, et ça, c’était une très mauvaise nouvelle. Je décidai finalement de rester dans mon box, et d’attendre la fin de la nuit tranquillement. Je ne pouvais rien faire d’autre sinon de spéculer, et je n’avais aucun plan d’attaque. Enfin, pour être tout à fait précis, j’en avais un bon millier. Mais il n’y avait que l’intelligence de Jacob pour réussir à les identifier. J’avais trop de cartes et je ne savais pas laquelle choisir. Devant mon indécision, je tentai de faire le tour des équipes... Je partais du principe qu’il fallait se concentrer sur les plus dangereuses, celles qui avaient une motivation autre que pécuniaire derrière leur participation et leur probable victoire. L’équipe de Fino était évidemment on ne peut plus opaque, ce qui m’agaçait énormément. Oh et merde, qu’il aille se faire foutre. Il était toujours dans son box à discuter avec une troisième personne. J’allais leur rendre physiquement visite, tiens. Qu’est-ce qui pouvait m’arriver de toute façon ? Fino était déjà un ennemi dans la situation et j’étais protégé par les règles du jeu. N’est-ce pas ? En partant du principe que l’inconnu dans le box était aussi un compétiteur, ce qui finissait par devenir une étrange idée de ma part, et un raccourci stupide. Bien sûr que oui, ça pouvait être autre chose qu’un coureur. N’empêche, j’étais sûr de moi. Je sortis de la salle et avançai à grands pas vers la discussion qui se tenait lieu. J’ouvris la porte d’un grand geste théâtral. Et il n’y avait que Fino et Germaine dans la salle. Nan, attendez, le Voyageur était là y avait pas un instant. Je l’avais encore vu quand j’avais touché la poignée. Il s’était téléporté ? Parce qu’il ne se cachait pas dans les environs. Fino me dardait de yeux noirs dans lesquels soufflait une tempête de sang. Germaine leva à peine les yeux pour m’observer avant de retourner à des documents comptables qui semblaient aussi menaçants que les pupilles du bébé phoque.


« Alors, Ed, tu t’es trompé de box ?
_ Allez, Fino, me la fais pas. Il est où ton ami ? Le type avec lequel tu parlais.
_ Je parlais à personne. »
, me répondit-il de la voix de quelqu’un qui savait qu’il mentait. Il regarda méchamment mes lunettes en comprenant d’où je tenais mon information. Il répéta encore qu’il ne voyait pas de quoi je parlais, ce qui était une façon de me dire qu’il ne me dirait rien de plus. Enfin, rien de plus sur le rien qu’il m’avait dit. Je fronçai les sourcils :
« Fino, tu crois que tu vas nous doubler avec tes conneries ?
_ T’es vraiment un sac-à-merde inutile. Si par miracle, mais genre miracle de Noël, de résurrection et d’anarchistes qui passent au pouvoir, tu réussissais à ne serait-ce que me dépasser, ça serait pour te rendre compte que t’as cinq tours de retard.
_ Putain, encore tes machinations diaboliques à deux sous.
_ Ouais, encore ! Et tu vas faire quoi à part te curer le nez devant moi ? Tu peux pas me toucher, je suis un joueur régulier à la régulière.
_ T’es jamais régulier, Fino.
_ Bien sûr que si, que je suis régulier, sombre abruti. Germaine ? Pourriez-vous montrer à Monsieur Razowsky à quel point même les juges ne sont pas aussi réguliers que moi.
_ Très bien, Monsieur Razoswsky. Je commence par quel dossier d’inscription ?
_ Germaine, commencez par le commencement, évidemment. Pour ne pas perdre ce crétin dans vos déblatérations.
_ Evidemment, c’était une question rhétorique.
_ Tu paieras ça, Fino. »
, fis-je en sortant rapidement de la pièce avant d’être inondé de données juridiques et comptables.
« Au contraire. Au contraire, Ed. »



Résultat de la course :

[/tr]
Place Équipe Points gagnés
1er MKR+10pts
2ème Wall Street Influence +9pts
3ème Immortal +8pts
4ème May the force be with you +7pts
5ème Private Jokes+7pts
6ème Compagnie Panda Major+6pts
7ème X-Men+6pts
8ème ??? (Voyageur Masqué) +5pts
9ème Compagnie Panda Adjudant+5pts
10ème Grease Lighting+4pts
11ème Black Magic Dragon+4pts
12ème Toy Story +3pts
13ème MI6+3pts
14ème S&H+2pts
15ème Fast & Furious+2pt
16ème Sega+1pt

Classement général :

Place Équipe Total des points
1er MKR17
2ème ??? (Voyageur Masqué)15
3ème Compagnie Panda Major 15
4ème Immortal15
5ème Wall Street Influence14
6ème MI611
7ème May the force be with you11
8ème Grease Lighting 10
9ème Toy Story9
10ème X-Men9
11ème Private Jokes 9
12ème Compagnie Panda Adjudant 8
13ème S&H7
14ème Fast & Furious6
15ème Black Magic Dragon5
16ème]Sega3 (éliminés)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts !
Revenir en haut Aller en bas

Mario Kart Armageddon 2 : La Tour des Arts !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Tour des arts-