Haut
Bas

Partagez|

Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mer 17 Oct 2012 - 19:10
Ce matin là, Riku ouvrit les yeux lentement, réveillé par la lueur des rayons du soleil qui filtraient à travers les rideaux de la chambre d'hôtel du jeune homme, qu'il avait à peine pris le temps de refermer avant de s'endormir la veille. Ce fut à cet instant qu'il comprit. La fatigue du voyage, sa dépression, il n'y en avait plus trace en lui ce matin là. Il se sentait léger, joyeux, le corps entier frissonnant de bonheur. Il avait encore du mal à s'en rendre compte au fond de lui... Il était venu dans cette ville où il allait bientôt vivre, la tête pleine des plus sombres pensées, n'ayant plus goût à rien, ne voyant plus d'intérêt dans sa vie. Et là, au détour d'une rue, il avait bousculé par inattention une jeune femme, LA jeune femme, la plus belle des rencontres. Et il ne le savait pas encore à cet instant, mais c'était elle, celle qu'il attendait. Hikari … Elle allait totalement bouleverser son cœur, sa vie, changer sa vision des choses.

Au cours de la nuit qui suivit leur rencontre pour le moins … « choquante », ils se retrouvèrent au sein de ce concours au cours duquel ils avaient failli à maintes reprises laisser leur vie. Au cours de cette nuit, il l'avait compris, il avait compris toute l'étendue de ce qu'il ressentait pour elle, il venait de la rencontrer, il ne la connaissait pas encore très bien, mais au fond de lui, il le savait, elle était faite pour lui. Elle était parfaite, le genre de personne qu'il n'aurait jamais osé aborder dans le monde réel, tant elle lui aurait paru inaccessible par sa beauté … Tout son être rayonnait d'un éclat qui avait ébloui le jeune voyageur. Hikari … elle portait bien son nom, cette « lumière » qui avait remonté Riku des ténèbres dans lesquels son cœur était piégé. Mais Dreamland les avaient rapprochés, et finalement, après toutes ces épreuves, il avait pris son courage à deux mains et l'avait embrassée, balayant ainsi leurs doutes à tous les deux. Ils s'aimaient, et ils s'étaient trouvés l'un l'autre, tels deux êtres que le destin avait intimement liés. La plus belle des nuits dans le monde onirique du necromancer s'était achevée sur une longue conversation avec la jeune femme, au cours de laquelle ils se découvrirent une quantité de points communs et de goûts partagés, et sur la promesse de se retrouver l'après-midi même pour profiter d'un premier vrai rendez-vous, sans la menace d'une mort potentielle au dessus de leurs têtes, juste eux deux, leurs sentiments, et même le temps n'aurait plus d'emprise sur eux au cours de cet instant magique.

Une fois complètement réveillé, le jeune homme s'offrit un petit déjeuner rapide sur le balcon de sa chambre, se laissant envahir par la brise du matin, puis prit une douche, se coiffa en nouant sa courte queue de cheval, se parfuma, et s'habilla ensuite, mettant pour l'occasion une casquette d'ouvrier qu'il appréciait beaucoup, une chemise à carreaux bleus et blancs, un sweat à capuche noir, et un jean également noir. Il attrapa sa sacoche, et envoya un sms à Hikari pour la prévenir qu'il partait de son hôtel et qu'il avait hâte de la revoir, puis sortit du bâtiment après avoir prévenu ses amis de sa petite sortie. Suivant les indications de la jeune femme, il marcha pendant quelques minutes, puis monta dans un tram qui l'amènerait au jardin japonais où ils s'étaient donnés rendez-vous. Riku était curieux de découvrir cet endroit qu'elle lui avait décrit brièvement, et qui lui avait réellement donné envie de le visiter, mais ce qu'il voulait plus que tout, c'était passer du temps avec elle, la prendre dans ses bras, lui tenir la main, l'embrasser... Ce qu'il voulait, c'était vvire à fond ces moments de tendresse que la vie lui avait toujours refusé, et enfin, il voulait être pour elle une réelle source de bonheur, il voulait la remercier d'avoir accepté les sentiments d'un être aussi insipide que lui, être pour elle un rempart contre ses soucis, la voix qui saurait la rassurer, le visage qui lui donnerait le sourire. Toute sa vie, il avait rêvé de rencontrer quelqu'un comme elle, qui lui correspondait vraiment. Il ferait tout, donnerait tout pour elle, pour qu'elle soit heureuse à ses côtés.

Tout à sa réflexion, le regard perdu dans le vague de la ville nantaise qui s'étendait devant lui à l'infini, il rêvait, rêvait d'Hikari. Son esprit ne voyait plus que le visage de la jeune femme tandis que son nom résonnait sans cesse au fond de son être, telle une mélodie infinie qu'il n'aurait jamais voulu stopper. Ses yeux étaient des océans de pureté dans lesquels le jeune homme voulait se laisser couler à pic encore et encore.

Le tram s'arrêta finalement devant le parc, interrompant la rêverie de Riku, qui se reprit en secouant la tête, respirant un grand coup pour se détendre et évacuer le stress qui montait en lui. Il se leva, mettant sa sacoche en bandoulière et ajustant sa casquette, et descendit. L'endroit était bondé, de nombreuses personnes semblaient vouloir profiter de l'endroit en ce jour de vacances calme. Le soleil gorgeait le jardin de ses rayons lumineux, mettant en valeur ses couleurs si apaisantes, la température de fin septembre était des plus agréables, rafraîchie par une brise douce, le climat idéal. Scrutant la foule, il finit par apercevoir celle qu'il aimait, adossée contre un pilier près de la grille d'entrée, elle attendait tranquillement, ses écouteurs sur les oreilles, un sourire angélique se dessinant sur ses lèvres, elle était réellement magnifique, ses cheveux bruns flottant dans la brise, elle portait un petit bonnet blanc sur sa tête, un t-shirt orné d'un dessin de femmes en soirée, un manteau marron semblable aux vestes des pilotes, un slim bleu très foncé, de petites chaussures blanches. Elle était réellement sublime, et le moindre geste de sa part faisait d'elle un être inaccessible pour quiconque voudrait l'approcher, rayonnante d'une beauté divine. Cette vision illusoire retourna complètement le cœur du jeune homme qui sentit toute sa tension et la pression qu'il avait évacués revenir au galop, multipliés par cent. Son cœur battait la chamade, il sentait une terrible pression dans sa poitrine, et ces sensations ne cessaient d'empirer à chaque pas qu'il faisait pour se rapprocher d'elle. Finalement, elle tourna la tête dans sa direction, et un sourire dévastateur pour le cœur de Riku se dessina sur les lèvres ; elle rangea ses écouteurs, et se rua vers son amoureux avant de se jeter dans ses bras et de l'étreindre fortement. Le cœur du jeune homme explosa dans sa poitrine, et son visage prit une teinte volcanique, alors qu'il répondait timidement à l'étreinte de la jeune femme en passant ses bras dans son dos. Elle releva les yeux, ces yeux si magnifiques qui envoûtaient quiconque les regardaient, ces yeux qu'ils avaient en commun, et qui prenait la plus belle des teintes dorées au contact avec la lumière … Elle tendit ses lèvres dans la direction des siennes, en fermant ses yeux, et Riku répondit en déposant ses lèvres sur les siennes avec douceur. A cet instant, le bonheur prit la place de tous les doutes et toute la pression qui dominaient l'esprit du jeune homme. La notion même de temps n'existait plus pendant ces quelques secondes de baiser qui parurent une éternité, une éternité qu'il n'aurait jamais voulu voir prendre fin. Hikari était réellement sa lumière : en un geste, un baiser, un regard, elle avait balayé toute ses peurs, elle l'avait rassuré. Ce moment était le plus beau que la vie pouvait lui offrir.

« Je suis si heureux d'être ici avec toi … Je t'aime Hikari.  »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mer 31 Oct 2012 - 18:15
Le rêve s’efface, il se dissipe dans l’abime du cerveau. Il n’en reste que de vagues souvenirs, des paroles, des visages, un visage. La gorge sèche, la voix presque éteinte, la bouche pâteuse, la jeune fille ouvre un œil. On frappe à la porte. Elle se redresse légèrement, en collant à plat son dos contre le matelas, remonte la couverture jusqu’au-dessus de son nez avant de déclaré en se raclant la gorge.

«- Oui ? Tu peux entrer ! »

Son père, tout habillé, coiffé et prêt à sortir entre dans sa chambre, s’approche de la fenêtre et appuis sur le bouton pour faire remonter les volets qui s’ébranle dans un bruit électronique, elle s’enfouit un peu plus sous sa couette pour ne pas subir les rayons du soleil.

«- Coucou, mon petit miel des iles, comment vas-tu en cette belle matinée de Septembre ?
Il s’assoit tranquillement au bord du lit en posant sa main sur la couette touchant le tibia de la jeune fille.
-Plutôt pas mal mon papou, ou vas-tu ? Dit-elle en s’étirant

-Oh, hum, et bien nous sommes Lundi, je me dois d’aller soumettre mes écrits au patron pour le journal. Dit moi ma chérie, je peux te poser une question ?

-Bien sûr !

-Tu étais seule cette nuit ? Hein ? Qui est ce Riku ?

Rouge comme une pivoine elle fixait son père dans les yeux.

-Mais bien sûr que j’étais seule, Riku c’est… c’est Riku !

-Très bien, excuse-moi, mais plusieurs fois je t’ai entendu crier son prénom cette nuit, tu as chanté aussi, c’était quasiment incompréhensible, mais j’ai reconnus le genre de soupe pop que vous écoutez vous les jeunes, tient d’ailleurs, ton agent a appelé ma poupée. Elle te veut pour une petite séance photo en studio ce soir, il faut que tu l’as rappelle. Chérie, je ne comprends pas pourquoi tu vends ton image comme ça, tu es sure que c’est ce qui te convient ?

Elle était restée bloqué sur le fait d’avoir parlé durant sa nuit, ceci dit, elle trouvait son père drôle, elle se jeta à son cou heureuse en l’embrassant doucement

-Ne t’inquiète pas papou, c’est une source de revenu, mais viendras un jour ou je ne pourrais plus en vivre, c’est pour ça que je continue les études, je rappellerais Mona, pas de soucis en attendant file et cesse de t’inquiéter pour moi je suis une adulte.

-Oh là ! Tu resteras toujours mon bébé riri.

Le regard fixé dans mes yeux qui n’étaient autres que les mêmes que lui, un sourire traite se dessina sur son visage. Je n’étais pas dans sa tête mais je pensais comprendre ce comportement, il pensait à l’adolescence qu’on m’avait volé, la mère que je n’avais jamais eu, celle que je serais et la ressemblance frappante entre elle et moi. Il soupira et son visage se ternit d’avantage il s’apprêtait à ouvrir la bouche, mais je posais mes mains sur ses joues avant de le regarder droits dans les yeux.
-Elle me manque aussi papa mais il est temps pour nous deux de passer à autre chose.
-Tu lui ressemble tellement chérie, tellement. Elle serait fière de toi.

-Je le sais, je le sais, aller file.

Son cœur était lourd, mais les larmes ne coulaient plus, cela faisait des années qu’elle ne se payait plus le luxe de pleurer sur son passé, se morfondre ne servait à rien et elle avait d’ailleurs très bien survécus dans la vie, elle embrassa son père avant de l’accompagner jusqu’à la porte et de le faire sortir. Son portable vibras sous son oreiller, elle se jeta sur celui si, envoyant son oreiller cogner contre le mur d’en face, c’était bien le sms qu’elle attendait, qui n’était autre que de Riku

-Hikari, je pars de l’hôtel, comment je fais pour me rendre au jardin dont tu m’as parlé ?

-C’est très simple, en sortant de l’hôtel, tu marches jusqu’à la ligne de tramway ensuite, tu prends la ligne 3 qui et tu descends a motte rouge, en face de toi tu auras un pont à traverser je t’attendrais de l’autre côté.

Elle se releva et tout en souriant s’approcha du grand miroir de sa chambre découvrant les massacres que la nuit avait laissé sur elle. Les draps avaient laissés une marque sur ses joues, son maquillage n’était plus sur ses paupières mais en dessous, créant un effet panda, en bref, le mannequin des beaux jours n’en avait plus l’air. Après un long soupir elle descendit les escaliers, nourrit le chat, mit de l’eau à bouillir, un sachet de thé au caramel, elle mit 2 brioches à griller les tartina de Nutella. Son déjeuner terminé la jeune fille sauta dans la douche. De retour dans sa chambre, devant son miroir, les traces s’étaient évaporées. Brossage de cheveux et habillage. Un t’shirt qu’elle affectionnait, un slim, de petites chaussures blanche ainsi que son gros manteau de pilote et son bonnet blanc. Le soleil était au rendez-vous, et pourtant les températures étaient très basses. En ce qui concerne le maquillage, la jeune fille est plus pour le naturel, elle met donc un petit fard a paupière, un trait d’eye liner et du mascara qui suffisent à lui donner un coté simple mais à la fois mystérieux. Elle met son appareil photo dans son sac, glisse les écouteurs de Riku dans ses oreilles et prends sa carte de transport avant de sortir, en moins de 10 min elle était arrivé, elle avait traversé le pont et se trouvait adossé à l’un des poteaux qui en signalait l’entrée. Elle mit Fanny de Leonie à fond en attendant, elle regarde sur le côté, ses cheveux flotte dans le vent, le soleil vient faire briller ses yeux leurs donnant une certaine transparence, ses lèvres bouge, elle chante en silence.

Elle pense à lui, elle a très envie de le voir, de le prendre dans ses bras, de ressentir à nouveau ce contact, cette étincelle qui lui avait fait du bien, parce que la nuit qu’elle avait passé, elle ne l’oublierait pas, ce challenge avait été l’un des plus intéressant de sa vie Dreamlandienne. Elle était perdu dans ses pensées lorsqu’elle se sentit observé, elle détourna rapidement le visage. Riku était là devant elle, son cœur bondit dans sa poitrine et un sourire pris tout la place sur son visage, ce sourire niais qu’on les personnes amoureuses, ce sourire niais qu’elle aimerait anéantir. Elle attrape ses écouteurs et se jeté dans ses bras, l’enlaçant avec force. Le cœur de Riku battait très rapidement, elle pouvait l’entendre dans sa poitrine, elle redressa la tête et se rendit compte qu’il était complétement rouge mais ne voulant pas lui laisser le temps de fuir, elle lui tendit ses lèvres doucement en fermant les yeux. Elle se sentait bien, la chaleur de ses lèvres sur les siennes lui apportait ce dont elle avait besoin.

« Je suis si heureux d'être ici avec toi … Je t'aime Hikari. »

Elle rougit doucement et lui répondit par un sourire, elle n’était pas du genre a étalé ses sentiments et elle n’avait pas vraiment confiance en l’amour, en tout cas elle n’y croyait plus vraiment. Elle décida de se mettre à côté de lui et en se blottissant contre lui l’entrainât à l’intérieur.

« Suis moi, je vais te montrer mon jardin secret. »

Elle était très heureuse de venir sur l’ile de Versailles qui représentait beaucoup pour elle, ce n’était pas seulement un parc, c’était le parc, il était taillé et construit sur un modèle japonais, c’était un lieu de réconfort et d’un calme incroyable, que les cris des enfants n’altérait en rien. L’espace jeu était placé méthodiquement plus loin pour permettre aux touristes et habitants de profiter pleinement de ce calme. Elle sautillait accroché au bras de Riku, son cœur battait sans cesse et ses joues prirent rapidement une teinte rosée causé par le plaisir d’être là, avec lui et personne d’autre. Un rouge gorge vint se poser sur une petite roche qui était proche d’eux, elle stoppa nette, attrapa doucement son appareil photo et plaçant son œil dans l’objectif immortalisa l’oiseau qui la regardait. Elle poussa un petit cri de plaisir avant de la montrer furtivement a Riku. Qui la regarda avec un sourire d’une chaleur sans pareil, elle rougit légèrement avant de reprendre la marche, arrivé au sommet d’un petit pont rouge, qui était au-dessus d’une cascade, elle vint poser ses coudes contres la rambarde et se retournant vers Riku lui déclara tout sourire en ouvrant les bras.

« Voiiilaaaaa, tu es chez moi ! Qu’en penses-tu ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Ven 2 Nov 2012 - 17:50
En réponse aux mots du jeune homme, Hikari rougit, et lui offrit un sourire qui le combla de joie. Pas besoin de mots, sa simple présence le rendait heureux, ce sourire valait bien n'importe quel phrase. Elle s'approcha alors pour prendre son bras et se blottit contre lui pour l'emmener à l'intérieur du parc, lui disant sur un ton radieux :

« Suis moi, je vais te montrer mon jardin secret. »

Ces mots firent rougir le jeune homme, qui hocha la tête avec un large sourire, se laissant guider par la jeune femme. Son jardin secret ? Aux yeux de Riku ces mots sonnaient comme un honneur infini … Accéder ainsi à un lieu que son aimée considérait ainsi, c'était devenir témoin d'une parcelle d'elle-même ; elle partageait avec lui une part de son intimité même, et cela remplissait l'être tout entier du jeune homme d'une joie incommensurable. Au fond de lui, il savait que c'était la passion du moment qui rendait chaque chose si belle à ses yeux, mais ce sentiment lui plaisait. Là, au cours de leur marche, il recevait toute la tendresse dont il avait rêvé, et la jeune femme lui offrait avec plaisir.

C'était un moment si simple qu'ils vivaient au cours de cette promenade, et pourtant Riku aurait pu renoncer à tout pour la revivre à l'infini. L'île de Versailles était un endroit des plus agréables ; d'un calme reposant, il offrait à ses promeneurs un cadre envoûtant, c'était un jardin à la japonaise, bordés de cerisiers au tronc noir et aux si belles fleurs rosées, de petits ponts en bois qui surplombaient des ruisseaux à l'eau claire, de petits « temples » … C'était le genre d'endroit que le jeune homme appréciait particulièrement, où l'on pouvait se ressourcer dans un silence apaisant parfois perturbé par le piaillement d'un oiseau, le vent dans les feuillages des arbres, mais ces sons ne venaient que renforcer cette impression de détente pure. Hikari sautillait en avançant, accrochée au bras de son petit ami, les joues rosies de bonheur, le jeune homme en était attendri, charmé, elle savait être si mature et parfois, comme à cet instant, elle se lâchait, profitait simplement du moment, une joie simple. C'était aussi pour cela qu'elle l'attirait tant, ce côté qu'ils avaient en commun de jouir de moments à deux sans se prendre la tête.

La jeune femme s'arrêta soudainement devant un petit rocher sur lequel s'était posé un rouge-gorge au plumage chatoyant. Elle lâcha le bras de Riku pour s'emparer de son appareil photo, se pencha légèrement, un œil sur l'objectif, et guetta le moment propice avant de prendre la photo désirée de l'oiseau. Lorsque cela fut fait, elle poussa un cri de joie, satisfaite du résultat, et se releva en revenant contre lui pour lui montrer le cliché obtenu. Riku se pencha pour regarder, et lui répondit avec un sourire des plus chaleureux, envoûté qu'il était par ce tableau idyllique, qui ne lui inspirait que de douces pensées.

Ils atteignirent finalement un petit endroit isolé, au cœur du parc, au centre duquel se trouvait un petit pont qui se trouvait au dessus d'une petite chute d'eau, dont l'eau coulait lentement, offrant un son des plus agréables à l'oreille. Quelques rochers sculptés élégamment répartis ça et là, des lotus qui flottaient paresseusement à la surface d'un petit lac, le tout était bordé d'un cercle de cerisiers dont les dernières fleurs ornaient les branches si caractéristiques. C'était un spectacle réellement merveilleux … Le jeune homme sentit presque une larme monter tant il était ému à cet instant. Il en restait bouche bée, contemplant avec une admiration sans bornes ce lieu de rêve.

Pendant que Riku était plongé dans sa rêverie, Hikari s'avança jusqu'au milieu du petit pont de bois rouge, s'appuyant contre la rambarde, puis elle ferma les yeux un instant pour humer l'air un instant ; le jeune homme ne la lâchait pas des yeux, il la dévorait du regard, totalement captivé. Dans cet endroit, elle paraissait encore plus radieuse, si belle. Elle ouvrit les bras en se tournant vers le jeune homme pour lui déclarer avec un large sourire :

« Voiiilàaaaa, tu es chez moi ! Qu'en penses-tu ?! »
Un large sourire, niais au possible, se dessina sur ses lèvres. Être là, avec elle, provoquait chez lui une réelle explosion de sentiments, son cœur battait, il en rougissait presque. Il se rapprocha alors, jusqu'à se retrouver face à elle, et prit l'une de ses mains pour y entrelacer ses doigts dans les siens. Il plongea ensuite son regard dans le sien, prenant le temps d'assimiler chaque émotion qui naissait en lui. Il passa une main dans ses cheveux, et déposa un baiser sur ses lèvres, plein de douceur. Il le prolongea encore un moment, puis vint murmurer près de son oreille :

« C'est un endroit réellement magique … Je te remercie de m'avoir amené ici, Hikari. Sinon, on s'installe quand ? »

Il avait dit cela pour la taquiner, mais au fond de lui, il ne voulait plus quitter cet endroit. Il ne voulait même plus bouger, simplement rester là, profiter de la douceur de sa peau et de ses lèvres … Une idée lui vint alors à l'esprit.

« Fermes les yeux, ne bouges pas. »

Cette demande soudaine parut la surprendre sur l'instant, mais finalement elle hocha la tête et ferma les yeux. Riku ramassa alors une fleur de cerisier sur le pont, et la déposa avec douceur dans le creux derrière son oreille, et s'empara de son carnet à dessin, et d'un crayon. La scène était parfaite, le décor idéal, le modèle sublime. Il devait l'immortaliser à sa manière. Commençant son travail, il se mit à chantonner pour ajouter plus de beauté encore à ce moment, une chanson douce, to the sky d'Owl City.

Shipwreck in the sea of faces,
There's a dreamy world up there,
Dear friends in higher places,
Carry me away from here,
Travel light let the sun eclipse you,
'Cause your flight is about to leave,
And there's more to this brave adventure,
Than you'd ever believe,

Birdseye view, awake the stars 'cause they're all around you,
Wide eyes will always brighten the blue,
Chase your dreams, and remember me, speak bravery,
Because after all those wings will take you, up so high,
So bid the forest a fond goodbye, as you brace the wind and,
Take to the sky …

Il continua ainsi, traçant chacun de ses traits au rythme de la chanson, y ajoutant un peu dynamique pour renforcer l'ambiance du moment, achevant la couleur du personnage central du dessin, le personnage central de son histoire à lui. Elle, sa lumière. Lorsqu'il eut fini, il déposa le dessin dans les mains d'Hikari, en se tenant derrière elle, lui cacha les yeux des mains – pour être sûr que tu ne triches pas avait-il dit en plaisantant – puis une fois que tout était prêt et le suspense bien en place, il murmura en retirant ses mains de ses yeux pour l'enlacer :

« Vas y …. Tu peux ouvrir les yeux et me dire ce que tu en penses ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Lun 5 Nov 2012 - 23:33
« C'est un endroit réellement magique … Je te remercie de m'avoir amené ici, Hikari. Sinon, on s'installe quand ? »

La remarque la fit pouffer de rire, elle ne se sentait pas gêné le moins du monde et elle aurait plus parlé de plénitude, elle se sentait complète et totalement à l’aise, elle vint poser une main sur sa joue en hochant la tête en souriant l’air de dire

« Mais qu’est-ce que tu racontes encore comme bêtises ? »

Elle continuait de sourire bêtement en se tortillant sur place, en jetant des coups d’œil furtifs un peu partout en se penchant sur la rambarde rapidement pour regarder l’eau, elle se sentait bien, mais ne reconnaissait que trop cette excitation qui la faisait ressembler à une enfant, elle commençait à se sentir mal à l’aise de perdre en crédibilité et s’apprêta à ouvrir la bouche tout en le fixant, ce qu’elle n’eut le temps de faire car il la coupa subitement l’air sur de lui

« Fermes les yeux, ne bouges pas. »

Elle bloqua en ouvrant la bouche pour contester mais elle voulait savoir ce qu’il prévoyait et suivit l’instruction, elle hocha la tête positivement en fermant les yeux, laissant libre cours à son imagination, elle savait très bien se situer dans ce parc même les yeux fermés elle pouvait montrer du doigt la direction d’une des cascades, des salles d’expositions, du parc pour enfant, du bord du gesvres. Lorsqu’il lui toucha l’oreille, elle eut un sursaut suivit de frisson, elle avait failli reculer mais avait fini par passer la main sur la douce fleur au touché qu’on venait de lui déposer dans le creux de l’oreille.

« Mais qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi dois-je fermer les yeux ? »

Demanda-t-elle en souriant, elle l’entendit rigoler et n’eut le droit à aucune réponse elle l’entendit ouvrir son sac ce qui la fit devenir encore plus curieuse, elle voulait ouvrir un œil mais voulait lui montrer en même temps que ce n’était pas une tricheuse, loin de là. Elle finit par se résigner en se mordant l’intérieur de la joue pour résister. Le silence était retombé, un calme pur, on distinguait clairement le chant des oiseaux caché a la cime des arbres, les rayons du soleil filtré par les feuilles qui venait taper par vague sur le visage de la jeune fille, venant réchauffer sa peau. Elle pouvait entendre le glouglou de l’eau, ce son incessant qui aurait pu endormir n’importe qui l’ayant désiré. Elle aurait pu rester des heures comme ça, elle en oubliait presque même la vérité, l’endroit où elle était vraiment, lorsqu’une voix, sa voix la fit revenir à elle doucement. Une mélodie, qu’elle connaissait depuis qu’elle avait vu ce film. Un film pour enfant d’un graphisme époustouflant. Le royaume de Ga’hool. Elle connaissait l’artiste qui chantait cette mélodie, elle connaissait les paroles de cette chanson, elle le laissa entamer la chanson et finit par le suivre doucement d’abord, puis un peu plus fort. Ses yeux n’avait pas besoin d’être ouvert, elle se repairait parfaitement dans l’espace et imaginait très bien le visage de Riku, serein, en train de chanter. Ces émotions qui passaient sur son visage une par une, elle les avait retenus lors de cette nuit dans Dreamland.
L’instant se prolongea, elle ne savait que faire, le vent commençait à se faire sentir, il n’était pas fort ou quoi que ce soit, mais elle était immobile depuis un petit moment, elle ne savait que faire de ses mains, les laissaient pendantes, les relevaient, les croisaient sur son ventre, les tenaient derrière son dos. Elle avait aussi envie d’être dans les bras de la personne qui était en face d’elle et qu’elle ne pouvait même pas regarder. C’est le cas de le dire, elle s’impatientait, elle l’entendit se lever, sentit son souffle sur sa nuque, ses bras frôler ses épaules, et descendre en même temps sur ses avants bras, avant qu’un livre en dur lui touche le dos de la main, elle l’attrapa s’apprêtant à ouvrir les yeux, mais deux mains chaudes vinrent se poser délicatement sur ses yeux. Elle avait la peau froide, elle le sentait à présent.

« Pour être sûr que tu ne triches pas »

Elle fit une moue boudeuse avec sa bouche, elle avait été sage, avait tenu un long moment et c’est maintenant, au moment le plus important qu’on lui demandait de ne pas regarder, elle ne comprenait pas tout, ne savais même pas ce qu’elle avait entre les mains. Les mains s’enlevèrent doucement pour venir enserrer ses hanches, elle attendait qu’on lui dise d’ouvrir les yeux, ne voulait pas faire son enfant en s’impatientant pour un rien.

« Vas-y …. Tu peux ouvrir les yeux et me dire ce que tu en penses ! »

Un éclair de clarté l’ébloui rapidement, sans compté que le cahier qu’elle a entre les mains est blanc. Elle n’ouvre qu’un œil, s’habitue à la luminosité avant de poser une main sur sa bouche qui vient de s’ouvrir, son cœur bat très très fort dans sa poitrine, elle bégaie.

« Mais… mais.. Mais. »

Elle finit par récupérer la main qu’elle a mis sur sa bouche, et passe son doigt sur le dessin, retraçant chaque coup de crayon, ses yeux pétille et elle sent qu’ils sont humides. Ce dessin, ce n’est autre qu’elle, une ressemblance parfaite, dingue, un dessin d’une clarté incroyable. Elle dans son parc favoris. Elle se retourne d’un bond, obligeant Riku à se coller dos à la rambarde, elle plonge son regard dans le sien toujours complétement abasourdie.

« Mais, comment as-tu fais ? C’est magnifique, c’est … merci. Merci du fond du cœur. »

Elle vint coller son front contre son cou, restant ainsi enlacé dans les bras de Riku, avant de se redresser et de l’embrasser amoureusement, un merci clair, net et précis en soi. Elle finit par lui sauter dessus en s’accrochant à son cou comme un Koala.

« Tu m’as quand même fait attendre, j’ai tenue, au faite, qu’elle heure est-il ? J’aurais aimé prendre quelques autres photos, je vais te montrer mon art à moi. »

Elle le regarda doucement, commença a chantonnée d’abord doucement puis plus fort, Don’t judge me de Chris Brown.

“I don't wanna go there...
We should never go there...
Why you wanna go there...
I guess I gotta go there...
Your hearing rumors about me
And you can't stomach the thought
Of someone touchin my body
When your so close to my heart
I wont deny what their sayin'
Because most of it is true
But it was all before I fell for you
So please babe... »

Elle avait certains sens pour elle, mais elle voulait surtout voir s’il la connaissait et pouvait partager cette chanson avec lui. Elle attrapa doucement la main de Riku, la leva à hauteur de leurs deux yeux, laissant filtré la lumières entre ses doigt ouvert elle attrapa ensuite son appareil photo et tout en gardant la main de Riku, se mit devant lui et le pris en photo la main levé.
Sur cette photo on voyait le visage de Riku son buste et son bras tendu, son regard fixé sur sa main et un sourire aux lèvres. Au bout du bras de Riku, on voyait deux mains, la sienne, et celle d’Hikari qui avait enlacé ses doigts au siens. Elle mit son appareil autour de son cou et tira légèrement sur le bras de Riku l’entrainant dans un petit endroit. Un point d’encrage pour les bateaux, quelque peu dissimuler derrière des cerisiers, des bancs en béton avait été placé tout le long de la berge, des canards vinrent à leurs rencontres et elle prit de magnifiques clichés, n’oubliant pas de faire apparaitre à chaque fois, son amoureux. Elle finit par s’asseoir au bord de la rive et commença a fixé Riku, qui avait réussi a attrapé un caneton et qui le caressait a présent, la bête ne bougeait plus, ayant élu domicile dans les mains du jeune homme, c’était tellement mignon, ils étaient adorable. Soudain elle se souvint et poussa un petit cri, qui fit fuir le poussin et sursauter son copain. Elle farfouilla dans son sac et en sortit victorieusement le mp3 et les écouteurs.

« Tient, je l’avais complétement oublié, fais attention ça pourrait devenir ma propriété »

Elle lui tendit doucement en le regardant dans les yeux souriant de toutes ses dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mar 6 Nov 2012 - 17:07
Il fallut quelques secondes à Hikari pour habituer de nouveau ses yeux à la lumière ambiante, alors qu'elle les rouvrait sur le carnet à dessin de Riku qui la regardait faire avec une certaine appréhension, une boule au ventre, espérant que le résultat saurait la satisfaire. Et le résultat fut au delà de ses espérances, car peu à peu, la jeune femme put détailler les traits du dessin qu'elle avait sous les yeux, et son cœur se mit à battre la chamade, sa voix se fit hésitante, tremblante, elle posa une main sur sa bouche en essayant de parler :

« Mais … mais.. Mais. »

Peu à peu, elle parvint à retrouver l'usage de ses membres, qui s'étaient retrouvés paralysés sous la surprise. Sa main découvrit sa bouche, ses doigts se mirent à détailler chaque trait, chaque couleur du croquis qui la représentait elle, sur ce pont, dans son parc, son coin à elle. Le jeune homme crut même voir les yeux de son amoureuse briller sous l'admiration. Finalement, elle se retourna d'un coup, obligeant son petit ami à s'adosser à la rambarde, et plonge son regard émeraude si envoûtant dans le sien, parvenant à retrouver les mots.

« Mais, comment as-tu fais ? C’est magnifique, c’est … merci. Merci du fond du cœur. »

Elle posa alors sa tête contre le cou du jeune homme, qui passa un bras derrière elle pour l'enlacer avec douceur, penchant la tête pour lui murmurer :

« Il me suffit de t'observer pour être inspiré. Quand je te vois, c'est mille dessins qui me viennent à l'esprit, j'ai envie d'immortaliser chacun de tes pas, de tes regards … Je te remercie pour ce compliment, il est la preuve que mes sentiments ont su se transmettre dans ces quelques traits. »

Elle l'embrassa amoureusement tout de suite, sans lui laisser le temps d'en dire plus, une manière simple de le remercier, mais aussi très agréable … Ils restèrent ainsi un moment, jusqu'à ce qu'elle lui saute dans les bras pour s'accrocher à son cou à la manière d'un koala, ce qui fit sourire Riku qui la rattrapa, et une fois son équilibre retrouvé, frotta son nez contre le sien en écoutant ce qu'elle voulait dire :

« Tu m’as quand même fait attendre, j’ai tenue, au faite, qu’elle heure est-il ? J’aurais aimé prendre quelques autres photos, je vais te montrer mon art à moi. »

La première partie de la phrase fit pouffer de rire le jeune homme. Il est vrai que le temps de faire le dessin, il l'avait tout de même fait poireauter une bonne dizaine de minutes debout les yeux fermés sans qu'elle ne sache à quoi s'attendre... Ensuite, il jeta un œil à sa montre, pour lui répondre « quatre heure et demie, on a encore du temps devant nous ! », d'autant plus qu'il avait envie de voir ce qu'elle pouvait faire comme photos, surtout après avoir vu celle qu'elle avait prise du rouge-gorge quelques instants auparavant. Il répondit à son sourire, et ferma les yeux lorsqu'elle commença à chantonner une chanson qu'il connaissait, don't judge me de Chris Brown, une chanson douce, une belle chanson, qu'il aimait lui aussi chanter … Il la laissa commencer, et se joignit à elle au premier refrain :

So please don't judge me
And I wont judge you
Cause it could get ugly
Before it gets beautiful
Please don't judge me
And I wont judge you
And if you love me
Then let it be beautiful...

Pendant qu'il chantait avec elle, Hikari lui saisit la main, la leva à la hauteur de leurs yeux, et sans le lâcher du regard, laissant les doigts du jeune homme ouverts pour que la lumière passe au travers, et tout en gardant sa main dans la sienne, elle se recula pour le prendre en photo, Riku lui adressant son plus beau sourire. Le résultat en fut un tableau magnifique, où l'on voyait le jeune homme le bras tendu, le regard fixé sur leurs mains, dont les doigts s'enlaçaient avec grâce, une scène simple, mais dont le rendu était superbe, on pouvait presque ressentir le battement de leurs cœurs dans cet instant qu'elle avait immortalisé.

« C'est … C'est incroyable, vraiment magnifique... Je ne pensais pas qu'on pouvait rendre autant de choses avec une photo... Mais après tout, c'est un débutant comme moi qui dit ça , ha ha ha … Moi je suis incapable de prendre quelque chose en photo sans avoir de flou ! Je t'admire pour pouvoir faire des photos aussi belles. »

Elle sourit, le prit par le bras après avoir mis son appareil photo autour de son cou, et l'entraîna en courant avec sa fraîcheur et sa bonne humeur si charmantes jusqu'à un petit ponton en bois où des embarcations pouvaient s'ancrer, il y avaient également plusieurs bancs en béton. La berge était en pente douce et permettait aux promeneurs de s'approcher de l'eau sans prendre le risque de tomber. Dans ce cadre tout aussi enchanteur, Hikari s'empara de son appareil, et prit de nouveaux clichés, en y intégrant à chaque fois son amoureux, qui, il devait bien l'avouer, ne se sentait pas réellement à l'aise... Un peu rougissant, il s'avança jusqu'au bord de l'eau, où une famille de canards s'était approchée en nageant lentement. Plusieurs petits canetons s'approchèrent lorsque Riku sortit un biscuit de sa sacoche et le brisa en plusieurs petits morceaux qu'il leur donna. Le jeune homme aimait bien les animaux, il aimait bien leur face, les caresser, les nourrir parfois. Justement, l'un des canetons s'approcha très près, à tel point qu'il put l'attraper dans ses mains avec douceur, et mettre fin à ses nasillements en caressant son plumage avec douceur, souriant en fixant le petit animal qui reposait ainsi, se laissant aller aux caresses de cet être humain. Hikari, elle, s'était assise à côté et le regardait attendrie, ce qui eut pour effet de faire rougir encore plus son copain qui ne savait plus où se mettre.

Soudain, elle poussa un cri qui fit sursauter brusquement le jeune homme qui tomba en arrière en relâchant le caneton qui s'enfuit pour retrouver sa famille totalement apeuré lui aussi. Reprenant son souffle, son cœur battant la chamade après une telle surprise, il se tourna vers son amoureuse, qui s'était mis à fouiller son sac, apparemment à la recherche de quelque chose d'important, et finit par en sortir avec un sourire victorieux un baladeur et des écouteurs que Riku identifia comme les siens. Elle lui tendit en souriant de toutes ses dents, et en disant :

« Tient, je l’avais complétement oublié, fais attention ça pourrait devenir ma propriété »

Le jeune homme se mit à rire en récupérant son bien, et en le rangeant dans sa sacoche. Il se pencha et l'embrassa avec tendresse en passant une main dans ses cheveux pour les détailler de ses doigts lentement. Il le rompit ensuite, et lui offrit son plus beau sourire, toujours en riant :

« Ça dépend, est-ce que le propriétaire d'origine deviendrait aussi ta propriété ? »

Il l'enlaça en riant, et jeta un œil aux photos qu'elle avait prises ; elles étaient toutes superbes, il se voyait marcher tout simplement, mais le cadre, la lumière, tout rendait comme si l'on voyait le jeune homme à travers les yeux de son amoureuse. Il déposa un baiser sur son front, et plongea son regard dans le sien :

« Je vais me répéter, mais ces photos sont tellement belles … Tu as un vrai talent, en tout cas, tu as un fan ! Merci de m'avoir amené ici, merci. »

Il sentit ses yeux devenir légèrement humides, et préféra se lever pour cacher son émotion en rougissant, lui tendant la main pour l'aider à se remettre debout. Au moment où elle commença à se relever, une rafale un peu plus forte que les autres fit se soulever son bonnet qui s'envola juste au dessus de l'eau, il allait y tomber … Riku ne prit même pas le temps de réfléchir, et jeta sa veste et son sac, puis plongea pour se retrouver sous le bonnet et le rattrapa avant qu'il ne tombe à l'eau, gardant le bras levé au moment de retomber dans le ruisseau froid. Un grand 'splaaatch' et des éclaboussures partout autour, et c'est un Riku complètement trempé qui se relève en tenant triomphant le bonnet gardé au sec, en criant à l'intention de sa bien aimée :

« Regarde ! C'est bon, je l'ai sauvé ! »

Il jubilait, fier d'avoir fait cela pour elle, mais très vite, le vent lui rappela qu'il était trempé, et il se mit à trembler de tout son corps. Il se rua vers la berge, et s'assit, retirant sa chemise pour l'essorer avant de la remettre, et enfila sa veste en la fermant complètement. Ce n'était pas terrible, il était toujours frigorifié, mais au moins il avait gardé un vêtement sec. Il se releva, et tendit le bonnet à Hikari en lui souriant, prêt pour la remontrance qu'elle allait forcément lui faire, et pour adoucir l'ambiance, se mit à chantonner une chanson, un duo de pierce the veil appelé hold on till may qu'il appréciait beaucoup :

She sits up high surrounded by the sun
One million branches and she loves every one
"Mom and dad, did you search for me?
I've been up here for so long I'm going crazy"

And as the sun went down we ended up on the ground
I heard the train shake the windows
You screamed over the sound
And as we own this night
I put your body to the test with mine
This love was out of control
3-2-1 where did it go? ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Dim 25 Nov 2012 - 23:23
Une bourrasque attaque les deux jeunes gens, les cheveux d’Hikari s’envole en masse dans le sens du vent et le bonnet qu’elle portait au même moment s’envola dans le prolongement de ses cheveux. Elle le suivit du regard, embêtée. Tentant de l’attraper, mais il était trop tard, il était déjà au-dessus de l’eau et aller y tomber. Elle s’était rapidement résignée, mais tout aussi rapidement, elle aperçut l’ombre de Riku sauter dans l’eau pour l’atteindre. Cela pouvait paraitre mesquin, mais Hikari braqua en 5 secondes l’objectif de son appareil photo sur la scène qui allait se produire. La photo rendait exceptionnellement bien. L’on pouvait y apercevoir, un jeune homme, bras tendu dans l’action de son saut au-dessus de l’eau. Plus haut dans le ciel, on pouvait voir un bonnet. Un énorme splaaaasssh et les éclaboussures d’eau la ramenèrent à la réalité. Son petit ami était trempé mais tenait fièrement, le bras toujours levé, le bonnet de la jeune fille qui se mit à rire, heureuse.

« Regarde ! C'est bon, je l'ai sauvé ! »

Elle posa l’une de ses mains sur l’une de ses hanches et pris un air réprobateur, le voyant revenir à toute vitesse sur le bord. Elle était agacé qu’il ait plongé pour un petit bonnet, mais ne pouvais pas lui en vouloir plus que ça. Le sourire qu’elle lui lançait le prouvait bien. Le jeune homme qui était de retour sur la terre ferme, s’empressa de retirer sa chemise trempée et de l’essorer. La jeune fille tourna la tête par politesse, mais n’en rougit pas. Une fois son rhabillage terminer le jeune homme se mit à chanter une chanson qu’Hikari ne connaissait pas cette fois ci. Il avait des yeux de chiens battues qui voulaient dire : S’il te plait, ne me punie pas, ce n’est pas moi. Ne pouvant s’empêcher de sourire, elle s’approcha et se blottit doucement contre lui, le laissant terminer sa chanson. Se laissant bercer, observant la rive, l’eau en mouvement. Il termina sa chanson sur un soupir et elle l’embrassa dans le cou.

« C’était parfait, merci pour ce moment de sérénité »

Elle se releva doucement et après avoir épousseté son derrière, tendis une main au jeune homme.

« Hum, je dois passer quelque part et vu ton état, l’endroit seras parfait. Tu viens ? »

Hikari devait impérativement passer à l’agence aujourd’hui, sachant que Mona, avait tenté de l’appeler une bonne dizaine de fois depuis le début de l’après-midi, elle se dit que c’était une bonne idée et puis, Riku pourrait ainsi se changer ou même se doucher s’il le désirait. Elle trouvait cela gênant, elle ne laissait personne assister à ce genre de séance, mais plusieurs fois on lui avait parlé de prendre un partenaire pour ses photos. Au final, Riku était photogénique et elle osait chanter devant lui, pourquoi ne pas poser ? Elle enfonça bien son bonnet sur sa tête et entama la visite de Nantes, ils passèrent au niveau de la place des Cinquante Otages, arrivèrent en centre-ville a la Place du Commerce ou une manifestation (encore une) avait lieu, la ville était sujette a beaucoup de manifestation de ce genre depuis quelque temps. Hikari avait participé à deux d’entre elle dans la semaine, mais elle ne voulait pas se mêler a la foule alors qu’elle était avec Riku, ils avancèrent jusqu’à la Place Royale et commencèrent à grimper la rue Crébillon montant jusque devant le théâtre de la Place Graslin, ou elle laissa de nouveau Riku observer la beauté de sa ville. Un théâtre immense, retenu par des colonnes antiques et tout cela dans un blanc immaculé, ils passèrent par un petit parc privé entouré d’habitations luxueuses ou elle se mit a chanter, une douce chanson, les amants de la bastille – 1789 Tomber dans ses yeux.

Je sais bien que tout nous sépare
je sais qu'il faudrait s'enfuir
mais je n'irai plus nul part
sans vouloir lui revenir
sans vouloir nous retenir

mais d'où vient le feu qui s'empare
de mon âme, ma moitié ivre
soudainpour un simple regard
je veux vivre au bord du vide


Dans une petite ruelle avoisinante. Le couple se retrouva face a un immeuble, plutôt simple, mais moderne, en état. Un lieu d’habitation comme un autre, mais Hikari sortit une clé magnétique de son sac et ouvrit la porte à l’aide de celle-ci. Sur le côté de la porte collé au mur, l’on pouvait apercevoir une plaquette doré, sur laquelle était gravé, agence de Mannequinat. Riku marqua un lègé temps d’arrêt et Hikari du le tirer par la manche pour qu’il rentre à l’intérieur du bâtiment
« N’est pas peur, ce n’est rien, je ne veux pas que tu me juges pour ce que tu vas voir, d’accord ? »
Ils grimpèrent les étages et Riku put ainsi voir que toutes les portes étaient ouvertes, laissant libre cours aux déplacements des employés, mannequin, journaliste et autre personne de la branche. Ils montèrent jusqu’au 4éme étage, et entrèrent dans une pièce, le bureau de Mona, elle avait frappé 3 coups, c’était le moyen le plus rapide qu’elles avaient trouvés pour signaler leurs arrivés. Le nez dans de la paperasse, devant des croquis de tenue probable pour la prochaine saison.

« -entre chérie, tu es pile à l’heure.

-Mona, nous ne sommes pas là pour longtemps…

-Nous ?
Dit-elle en relevant vivement la tête ! Hikari s'agrippa au coude de Riku.

-Oh excusez-moi, les enfants, j’étais complétement absorbé par mon travail. Hikari, tu ne nous présente pas ?

-Hum, Riku, Mona, Mona, Riku »

Hikari avait bien repéré l’intérêt soudain que son agent avait pour le jeune homme et elle repéra immédiatement sa façon de scruter de haut en bas, son amoureux. Hikari se racla la gorge lorsque son agent se leva et se planta devant Riku s’apprétant a passer sa main sur les cheveux du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mer 28 Nov 2012 - 19:59
Then let It be beautiful...

Tu es si Belle ….


La réaction d'Hikari ne fut pas tout à fait celle à laquelle s'attendait le jeune homme. Certes, il n'avait pas échappé au moment où elle avait posé la main sur ses hanches avec une légère moue désapprobatrice, mais le sourire qu'elle lui offrit acheva de le convaincre qu'elle ne lui en voulait pas. Et à peine eut-il entamé son chant que sa petite amie vint se blottir doucement contre lui, et il l'accueillit dans ses bras en passant l'un des siens derrière sa nuque pour l'enlacer et la bercer en murmurant presque son chant près de son oreille. Finalement, il acheva sa prestation dans un soupir, et déposa un baiser dans son cou qui le fit frissonner et rougir quelque peu.

« C’était parfait, merci pour ce moment de sérénité »

Ce compliment suffit à combler Riku. Savoir qu'il lui avait apporté un peu de détente avec sa simple voix, c'était la preuve qu'il pouvait lui donner beaucoup sans être comme tous ces flambeurs qui offraient mille cadeaux aux filles pour s'acheter leurs faveurs. Leur relation était saine, pure, ils partageaient les mêmes goûts, et ce partage était l'essence même de leurs sentiments. Restant ainsi un moment, ils observèrent les ondulations lentes de l'eau, respirant lentement pour ne pas briser cet instant. La jeune femme finit par se lever en époussetant son jean, en tendant une main au jeune homme qui la saisit doucement et se leva sans trop s'appuyer sur elle. Il écouta ensuite sa proposition pour la suite des évènements :

«Hum, je dois passer quelque part et vu ton état, l’endroit seras parfait. Tu viens ? »

Il hocha la tête en déposant un baiser sur son front, et la gratifiant d'un large sourire.

« Que me réserves-tu ? Je te suis, peu importe où tu veux m'emmener. »

Il observa son amoureuse remettre son bonnet bien sec en place sur sa tête, et se laissa entraîner, la jeune femme accrochée à son bras. Elle avait décidé de lui offrir une petite visite guidée de sa ville, ce que le jeune homme apprécia particulièrement, car elle l'emmena à travers plusieurs quartiers forts sympathiques, passant d'abord devant une grande cour très vivante où plusieurs transports défilaient, puis une place énorme où une manifestation venait apparemment d'avoir lieu, une autre grande place où trônait une superbe fontaine, une rue ascendante, et enfin ils arrivèrent au centre d'une autre grande place de la ville où l'on trouvait un immense théâtre à l'architecture antique avec ses colonnes ; cette balade, Riku ne s'en lassait pas, autant le dire, il adorait cette ville. Il appréciait la vie qui y régnait, l'architecture de ses bâtiments, ses rues calmes, ses places chargées d'histoire... Certains auraient trouvé cette considération ringarde, mais le jeune homme s'en fichait. Il était trop heureux de découvrir cette ville formidable en compagnie de la personne qui comptait le plus à ses yeux, et elle le guidait avec plaisir dans son territoire, son endroit à elle. Il murmura à un moment à son oreille :

« Merci de me faire découvrir cette ville sublime... Et en plus, j'ai la plus jolie des guides pour ne pas m'y perdre.... »

Elle avait évidemment rougi et répondu à son petit ami qu'il fallait qu'il arrête de dire des bêtises, ce à quoi il répondit en lui tirant la langue et en l'embrassant tendrement. Finalement, après un moment, ils se retrouvèrent dans un petit parc privé, où Hikari se laissa aller à chanter une chanson à son tour, une chanson, que son copain ne connaissait pas, mais qu'il appréciait beaucoup. Il ferma les yeux en enlaçant la jeune femme derrière elle, et se laissa bercer par sa douce voix. Lorsque la chanson se termina, il lui sourit, déposa un baiser en collant à peine ses lèvres sur les siennes et lui murmura que sa voix à elle aussi était parfaite. La jeune femme l'entraîna à ce moment là légèrement rougissante vers un immeuble d'une ruelle proche. Où comptait-elle les amener ? Riku jeta alors un œil au panneau qui ornait la façade, juste à côté de la porte en plexiglas, sur lequel on pouvait lire la mention « agence de mannequinat ». Malgré lui, il marqua un temps d'arrêt devant le panonceau, s'interrogeant sur les raisons de leur présence en ces lieux, et sentit son cœur battre, quelque peu tendu. Son amoureuse le sortit de sa torpeur en le tirant par la manche et en lui disant, quelque peu nerveuse :

« N’est pas peur, ce n’est rien, je ne veux pas que tu me juges pour ce que tu vas voir, d’accord ? »

Riku secoua la tête et acquiesça pour lui montrer qu'il était remis de sa découverte. Quoiqu'il était loin d'en savoir beaucoup. En tout cas, Hikari avait une raison de venir en ces lieux, et il n'allait pas tarder à la connaître... Le cœur battant la chamade, il déglutit, et sourit à sa petite amie, lui assurant qu'il ne la jugerait pour rien au monde, et la suivit dans l'immeuble après que celle-ci ait passé une clé magnétique dans la serrure pour ouvrir la porte. Ils empruntèrent ensuite un escalier, et pendant leur ascension, le jeune homme observa chacun de ses étages, constatant l'agréable organisation en open space que l'on trouvait dans ces bureaux, chacun se déplaçait à sa guise, et de nombreuses discussions avaient lieu dans les couloirs. C'était la première fois qu'il venait dans ce genre d'endroit, et il appréhendait les clichés que l'on pouvait voir dans les films avec des endroits stressants où tous les acteurs sont sans cesse jugés, mais il avait été vite rassuré, la collaboration et la bonne entente régnait dans ces lieux.
Ils grimpèrent ainsi jusqu'au quatrième étage, et la jeune femme les guida jusqu'à une pièce un peu plus loin, frappant trois coups à la porte, ce que son petit ami pensa être une sorte de code. Hikari ouvrit la porte, et salua alors la femme qui était installée derrière un grand bureau, feuilletant divers croquis d'un œil critique. Une longe chevelure brune, un tailleur de la dernière mode, des lunettes, elle était l'image même de la femme travaillant dans la mode. Quelques mots échangés, et la jeune femme présente son petit ami à son interlocutrice qui leva les yeux sur lui, alors que sa copine le tenait par le coude. Mona. Elle se leva, et s'approcha, ne lâchant pas du regard le nouveau venu dans ces lieux, observant chacune de ses formes, ce qui augmenta fortement le trouble du jeune homme qui sentit son rythme cardiaque exploser et ses joues s'embraser. Il était vraiment gêné d'être détaillé ainsi, déjà qu'il ne se sentait pas à l'aise dans cet endroit... Elle voulut approcher une main pour la passer dans les cheveux de Riku, et ce fut son amoureuse qui le sauva en se râclant la gorge. Riku se rattrapa en entamant maladroitement la conversation :

« - hem, bonjour... Enchanté de vous connaître.

- Aaah il est vraiment trop choupi celui-là, à croquer Hikari ! Décidément, tu as un don pour trouver les plus mignons! »

Riku rougit encore plus, et chercha du regard un coin pour se cacher. Il tremblait de tous ses membres, sans trop savoir que faire, jusqu'à ce que l'agent reprenne la conversation :

« Dis moi, Riku, ça te dirait de poser avec elle ? »

Un temps d'arrêt. Le cœur du jeune homme semble aussi stopper ses battements sur ce court moment de stupeur. Lui, poser ? Lui qui n'osait même pas poser en privé, qui avait un mal fou à se détendre face à des inconnus ? Il se mordit la lèvre, et hésita un instant avant de répondre :

« Je... Je pense que ça serait super.... »

Il chercha du regard sa petite amie, essayant d'y trouver une réponse correcte à fournir. Qu'en pensait-elle de son côté ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Ven 30 Nov 2012 - 23:25
Comme elle pouvait en attendre de la fière et belle Mona, le jeune homme lui plut immédiatement. Hikari savait qu’elle rendait fière son agent, sa seconde mère, l’une des personnes les plus importantes au bon fonctionnement de sa vie. Elle souriait bêtement et vint coller la moitié de son visage à L’épaule de Riku, dans le prolongement du bras qu’elle n’avait pas lâché depuis que Mona s’était approchée du jeune homme. Elle y déposa un doux baisé et se mit à rire pour elle-même, mais ne parvenait nullement à dissimuler ses dents blanches. Elle frottait même sa joue sur le bras du jeune homme d’une manière si douce et si tendre que dans son état actuel de stress et de nervosité il ne parvenait surement pas à ressentir la jeune fille, qui comme un chaton réclamant caresse et nourriture venait se frotter à son maitre en ronronnant. Elle avait totalement quitté la conversation et ne pensait qu’a l’instant présent, près du jeune homme plus grand qu’elle, plus musclé qu’elle, mais qui semblait tellement plus fragile qu’elle. Lorsqu’une petite phrase bien courte, plutôt explicite sortit Hikari de ca rêverie.

« Dis-moi, Riku, ça te dirait de poser avec elle ? »

Leurs deux cœur s’arrêtent en même temps, ils se mordillent machinalement la lèvre inférieur, Hikari le fixe cherchant un appui dans son regard, espérant ne pas essuyer un refus et pourtant tellement gênée et agacée de devoir lui imposer tel corvée, tel changement. La réponse se fit attendre et les quelques secondes de battement entre la question et la réponse lui parurent être des heures.

« Je... Je pense que ça serait super.... »

Elle le fixe, le regarde choqué, ses yeux s’étaient posé sur les siens et courraient de gauche a droite prouvant sa panique et son insécurité elle se mit à lui sourire pour le rassurer avant de l’embrasser tendrement puis de lui chuchoter dans l’oreille.

« Ne t’en sent pas obligé, ce choix t’appartient, je ne veux pas qu’il te pose problème. Si tu refuses je ne t’en tiendrais pas rigueur, sache-le ! »

Elle le fixa longuement et entrevu la petite flamme de motivation qui brulait dans ses yeux, il se pencha lui chuchota quelque mot et elle reposa son regard sur Mona, lâchant doucement le jeune homme dans un soupir. Son agent avait l’air d’attendre, de s’impatienter même, elle vint poser une main protectrice sur l’épaule de la jeune fille qui s’était approché d’elle.

« -Alors ?

-Allons au vestiaire, Riku s’installeras dans la petite pièce adjacente à la mienne, cet homme est motivé. »

Tout en prononçant cette phrase, la jeune fille tourna sur elle-même, lançant un clin d’œil à Riku un immense sourire plein de joie, accompagné de quelques mèches de cheveux volantes. Elle avait le cœur qui battait fort dans sa poitrine, il vint même résonner dans ses poignets, dans sa nuque puis pulsa dans ses tempes. Elle était rouge, souriante, une vraie petite fille, une vraie princesse, face à son prince et à ses rêves d’adultes, face à son travail qu’elle aimait. Elle lui attrapa la main et la tête baissé dans un signe de parfaite humilité se mit à chuchoté.

« Acceptes-tu de me suivre ? J’aimerais te faire croire que nous allons au paradis, mais cette vérité serait trop belle. »

Elle lui envoya un sourire mesquin et après avoir partagé un rire complice, Mona se mit à la tête du convoi et entraina les deux jeunes gens au cœur de l’immeuble, Hikari était salué par la moitié des gens qui lui donnait des surnoms qui variaient du « Hika, ‘kari, Riri au Wolfine, woolfie et tous ces petits sobriquets affectifs que les employés partageait dans cette grande famille qu’est celle du mannequinat. Ils grimpèrent jusqu’au dernier étage de l’appartement, donc le 9 éme étage, un espace carré, sans pièce à part la centrale. Pièce a la luminosité sans pareil, ouverte sur l’extérieur grâce a des baies vitrées sur chaque mur !

« -Voici notre studio favoris, il y’en a d’autres dans tout l’immeuble mais celui-là est le plus beau que nous ayons, sans compter sur la vue sans pareil.

-Nous travaillons ici aujourd‘hui ?

Mona s’approcha doucement en venant pincer la joue de la jeune fille.

-Le meilleur studio pour la meilleur de toute !

-Mona ! »

La jeune fille s’indignait du comportement de son amie, qui en faisait souvent trop et l’air de rien ne faisant pas du tout attention à sa protégée, Elle repartit de plus belle, Hikari était accroché à Riku et lui expliquais les lieus dans lequel ils allaient, dans lesquels ils passaient. Ils descendirent donc 2 étages plus bas, et s’arrêtèrent devant une porte, Mona la poussa et les deux jeunes gens y entrèrent, la pièce était d’un blanc immaculé, Au milieu de celle-ci, des miroirs, chaises, attirail de coiffeur et de maquilleurs à disposition et ensuite, deux murs, laissant place à deux petites pièces. Elle sourit à Riku et l’embrassa dans le cou avant de l’emmener dans sa cabine.

« Alors, les habilleurs vont rentrer, ils vous proposeront donc les fringues de la nouvelle collection, bien sûr, laissez les faire leurs boulots. Riku, tu pourras le supporter ? »

Hikari lui serra fort la main et la porte par laquelle ils venaient d’entrer s’ouvrit et tout plein de portant où des cintres étaient accrochés entrèrent dans la pièce, suivis de sac, de chaussures, de bijoux et d’accessoires en tous genres. Elle vint coller sont front au sien et se mit à chanter doucement, la chanson d’arriety qu’elle avait interprété à la singer fest avant de lui chuchoter dans l’oreille.

"Sous les herbes folles, moi j’ai grandi.
Je suis une enfant ordinaire, plutôt jolie.
Petite fille rêvant d’ailleurs,
Ici pas très loin de vous.
Parfois je soupir et souvent je me dis,
J’aimerais tant voir la vie en grand !

Les cheveux froissé par le vent,
Fendre l’air comme un oiseau blanc.
Sentir enfin ton regard, sur moi.
Derrière ces murs je sais qu’il y a la mer
Des papillons un grand livre ouvert.
Mais y a-t-il quelqu’un quelque part,
Pour moi."


« Ne me juge pas… s’il te plait »

Et elle partit se mettre dans sa cabine escortée par ses habilleuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Dim 2 Déc 2012 - 11:51

Let me be with you...

Don't judge You ….

Pendant que Riku était plongé dans sa réflexion quand à la réponse à apporter à Mona, Hikari, elle, s'était agrippée à son épaule, et semblait plongée dans une transe de bonheur, ce qui fit sourire le jeune homme, fasciné par son sourire. Elle déposa un baiser sur son épaule qui le fit frissonner, et il en fut presque incapable de réponde, mais il avait tout de même donné son, avis : il était partant. Et en entendant sa réponse, sa petite amie, d'abord surprise, ouvrit de grands yeux ronds en le fixant. Expression tout de suite remplacée par un sourire qui brisa la panique du jeune homme, et elle vint déposer ses lèvres sur les siennes avec douceur, lui procurant un bien être fou. Il reprit son sourire, et écouta attentivement dans un frisson ce qu'elle vint lui murmurer à l'oreille :

« Ne t’en sent pas obligé, ce choix t’appartient, je ne veux pas qu’il te pose problème. Si tu refuses je ne t’en tiendrais pas rigueur, sache-le ! »
Elle l'observait fixement dans l'attente de sa réponse, mais dans son esprit, c'était clair, il voulait vivre ce moment à ses côtés, et il était prêt à surmonter son trac pour elle. Il sourit et vint lui murmurer sa réponse :

« C'est loin d'être un problème... Bien au contraire, la seule chose qui m'effraie c'est de ne pas être à la hauteur pour toi... Ce sera un honneur pour moi de poser à tes côtés. »

Si on avait été dans un manga à cet instant, les yeux de Riku se seraient enflammés. Une détermination nouvelle régnait en lui, il voulait faire au mieux pour celle qu'il aimait. Elle lâcha sa main dans un soupir alors que l'agent paraissait s'impatienter alors que les deux jeunes gens n'avaient toujours pas officialisé leur accord. Mona finit d'ailleurs par poser directement la question, ce à quoi Hikari répondit que son copain était plus que motivé et qu'il pourrait les suivre et se changer dans la pièce adjacente à la sienne, ce dernier hochant la tête en souriant, les joues un peu rouges. La jeune femme tourna sur elle-même en adressant un clin d'oeil à son amoureux qui sentit son cœur s'envoler en voyant cette scène, son visage serein, ses mèches de cheveux qui s'envolaient, sa peau de pêche, et ce petit clin d'oeil qui faisait tout son charme.

Finalement, une fois tout le monde d'accord et l'équipe prévenue de la présence d'un invité inattendu, les trois compères se dirigèrent vers le studio où devait avoir lieu la séance photo. Hikari avait saisi la main de Riku, et en baissant légèrement la tête, elle lui murmura :

« Acceptes-tu de me suivre ? J’aimerais te faire croire que nous allons au paradis, mais cette vérité serait trop belle. »

Ces mots avaient fortement fait rougir le jeune homme qui s'apprêtait à lui répondre, mais sa petite amie lui adressa un petit sourire taquin, qui le contraint au silence et il se mit à la place à rire de bon cœur avec elle. Mona avait pris la tête de la marche et regardait le couple avec une certaine tendresse, ce qui fit encore plus rougir un jeune homme déjà plus que troublé, et rire sa copine. Ils traversèrent ainsi plusieurs bureaux, Riku pouvant constater avec une certaine fierté la popularité de son amoureuse, que nombre d'employés saluaient chaleureusement avec plusieurs petits surnoms affectueux que le jeune homme nota dans son esprit, et qu'il pensa pouvoir employer à l'avenir. Pour taquiner sa petite amie, et vint murmurer tout doucement dans son oreille avec un petit rire :

« et si moi je t'appelle par l'un de ces petits surnoms ? Riri... Kari... »

La jeune femme rougit, et en réponse son amoureux déposa un baiser dans sa chevelure, s'excusant de sa petite boutade. Ils s'élancèrent dans l'escalier avec des marches en bois ciré qui les conduisirent au neuvième étage, étage qui n'était composé que d'une seule pièce, un grand studio illuminé dont les murs étaient des baies vitrées qui créaient une ambiance des plus magnifiques. Mona lui expliqua qu'il s'agissait de leur studio favori, essentiellement par sa décoration et la vue magnifique qu'il offrait sur la ville. Riku hocha la tête alors qu'Hikari demandait à son agent si la séance avait lieu dans cette salle, ce à quoi la femme répondit par une petite plaisanterie, qui provoqua l'indignation gênée de la jeune femme, que son amoureux s'employa à calmer en la berçant dans ses bras. Après avoir bien ri, l'agent reprit sa marche, et conduisit le couple dans une pièce située deux étages en dessous, où tout le matériel nécessaire au shooting était là : miroirs, appareils, tout l'attirail pour affairer les mannequins. Riku se sentit presque en intrus dans cet endroit, il n'avait rien d'un mannequin. Le cœur battant, il observa le mur où il pouvait voir deux portes, qu'il supposa être les vestiaires dans lesquels ils se changeraient. Hikari lui sourit en le regardant, et déposa un baiser dans son cou qui le sortit de sa torpeur dans un frisson de bonheur, avant de le guider vers son vestiaire. Mona leur expliqua ensuite le topo, et demanda au jeune homme s'il se sentait prêt pour ce travail ; le jeune homme hocha la tête et déglutit. Effectivement, il était motivé, maintenant, il avait encore le trac, la boule au ventre, peur de gâcher le travail de sa copine. Cette dernière lui serra la main, et le conduisit à l'intérieur de sa cabine, où l'on pouvait voir une quantité impressionnante de vêtements et accessoires divers, que le voyageur observa longuement, choqué de voir rassemblé autant de tenues dans une si petite pièce. Son amoureuse lui sourit, et pour le rassurer, posa son front contre le sien en murmurant les paroles de la chanson d'arrietty qu'elle avait interprété lors de la singer fest, paroles que suivit un moment son copain avant de se mettre à chanter en cœur avec elle. Finalement, lorsque la chanson s'acheva et qu'ils reprirent leur respiration tous deux, il caressa tendrement sa joue en plongeant son regard dans le sien, et écouta ce qu'elle voulait lui dire :

« Ne me juge pas... S'il te plaît. »

Riku aurait voulu lui répondre que quoi qu'elle ait pu faire, quel que soit le moment, il ne se le permettrait jamais, et qu'il saurait toujours l'aimer. Mais elle avait été aussitôt entraînée vers sa propre cabine par ses habilleuses, laissant le jeune homme seul et particulièrement stressé au milieu des employés qui se préparaient pour l'habiller. Il l'imagina un moment en train de se changer, et chassa rapidement cette pensée de son esprit en rougissant ; il était difficile de nier qu'en tant qu'homme, il n'avait pas ce genre de visions, mais il préférait pour le moment ne pas l'embarrasser de tels pensées... Et en plus imaginer ce genre de choses le rendait encore plus paniqué. Un employé s'approcha, et l'entraîna vers les tenues, commençant à lui retirer ses vêtements. Riku se laissa faire le cœur battant et les membres paralysés, et écouta les consignes des personnes qui s'occupaient de lui. On lui fit enfiler une chemise parme, un pantalon dans une matière douce dans des tons plus foncés/noirs, une longue veste aux boutons dorés bleue marine très foncée, et enfin, des chaussures de ville. Il fut ensuite coiffé, et lorsqu'il fut prêt, il sortit accompagné de toute l'équipe qui s'occupait de lui, et se dirigea vers le centre de la pièce. Hikari n'était pas encore sortie, mais cela paraissait normal dans le sens où sa préparation demandait plus de temps. Il attendit donc patiemment son arrivée, et s'approcha de la porte derrière laquelle son amoureuse s'affaira, se mettant à chanter de toute sa voix pour préparer son arrivée, sans se préoccuper de l'équipe autour.

"I wish the music would drive me away
'Cause I don't wanna be stuck down here
And I wonder what I did this time
Could I be so cavalier?

You know the lyrics and I know the melody
So sing along we'll write a song about you
Don't have to wonder if you feel the same
'Cause I know that you do

'Cause I need this now
And you need this too
Why should we wait on anything at all?
The way the light swims across your face
How could I dream of anything but
The real you, the real you »

Son cœur battait la chamade et semblait prêt à s'exploser alors que la porte de la cabine d'Hikari s'ouvrait lentement. Comment était-elle à présent....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Lun 31 Déc 2012 - 16:31
Des mains passent sur son corps, ajuste les habits, rajoute des petits détails, change de t’shirt… Hikari déteste l’habillage, elle trouve ça déstabilisant et a horreur de ces gens qui la touche sans vergogne et ça depuis qu’elle a débuté sa carrière, ainsi Mona, au fil des années avait attitré des habilleuses pour la jeune fille. Deux jeunes filles très mignonne, mais un peu petite pour rentrer dans le mannequinat et beaucoup plus passionnées de toute manière par le travail à produire dans les coulisses plutôt que sur scène. De vraies petites fées, attentionnées à souhait et incroyablement doués en ce qui concerne la mode et ses secrets. Hikari, jeune fille polit et bien élevé ne s’en plaignait pourtant jamais. Mais depuis quelques temps, elle avait l’impression que les deux jeunes filles se rendaient rapidement compte de la gêne occasionné et proposaient même à Hikari de terminer les petites modifications elle-même sur son costume. Elle se retourne et s’observe dans le miroir.
Elle porte une jolie robe bustier marron, serré par un gros nœud noir au niveau de la taille, on lui enfile une jolie paire de collant couleur chair, ainsi qu’une paire de bottines marron, fermé par une petite fermeture en or sur le côté. A ses poignet on lui installa de jolie petit bracelet dans les même tons que ses habits, ainsi que certains en or. Pour finir la parure de la jeune fille, on lui ajoute un jolie collier de perle blanche, ornée d’un camée dans les tons marrons crème, ornée lui aussi de perle victorienne couleurs bronze. Il reste encore la coiffure et le maquillage à terminer. A travers la porte de la cabine, Hikari entend un air de chanson, elle entend la voix de Riku, il était donc prêt. Mais à présent, elle se sentait mal à l’aise, elle récupéra tous ses cheveux et les laissa tomber sur son épaule droite pouvant ainsi jouer avec. Elle regardait ses pieds nerveusement et lorsque la porte s’ouvrit, elle se sentit rougir. Elle releva cependant la tête pour sourire à Riku, les joues rouges. Il était très bon dans son costume et elle resta bouche bée, béate comme une abrutie. Avant qu’en rigolant ses deux habilleuses la pousse vers da table de maquillage et que Riku sois lui aussi amener à sa place. Elle se pencha en avant après avoir été installée sur sa chaise.

« Ça te va à merveille, tu étais fait pour cette tenue ! »

Avant d’être ramené dans le fond du fauteuil, on lui enfile une blouse et commence la coiffure, un chignon bouclé. Les barrettes s’enchaine, le boucleure y passe aussi. La coiffure est tout de même assez longue a réalisé, pendant ce temps on la maquille, elle a les yeux fermé, on dirait une poupée. Elle refuse le rose sur les joues et tous ces maquillages superflus. Des yeux bien maquillés, accompagné d’une touche de gloss ou de rouge a lèvre de temps à autres suffisait à lui plaire. Pendant ce moment long et éprouvant pour les jeunes filles qui s’acharnaient sur la tignasse de la jeune fille elle se mit à fredonner, elle savait que Riku répondrait surement. Avec Numb d’Usher.

“They say life is a battlefield
I say bring it on
If you wanna know how I feel
Leave it till it's gone
I'm just saying that what don't kill only makes you stronger
If you don't recognize what is real
Then forever is alone, lone, lone, lone

Time, some things never change here we go again
Feel like i'm losing my mind
Shake it off, then you go I don't care
If it bothers go numb
You never know until you let go
Let's go numb

I can feel you now”

Les mains se retirèrent petit à petit de son visage et de sa chevelure. Elle ouvrit les yeux. Ceux si étaient maquillé d’un jolie trait d’eye liner se terminant en pointe, posé sur un jolie fond crème. Un rouge à lèvre nude sur ses lèvres pulpeuse. Elle tourna rapidement la tête pour sourire a Riku qui lui aussi avait eu le droit à un peu de fond de teint et a un re-coiffage express. Lorsque l’on vint frapper à la porte.

« Hikari, Riku vous êtes prêt c’est l’heure maintenant »

Elle embrassa rapidement les gens qui c’était occupé d’eux et les remercia avant d’attraper Riku et de l’emmener en dehors de la salle elle appuya sur le bouton de l’ascenseur et entra dedans pour monter jusqu’au studio. Un peu essoufflé, elle se mit à rire

« Ah, enfin seuls. J’espère que tu n’es pas trop gêné je t’avoue qu’ils n’y vont pas doucement, c’est assez stressant. »

Elle vint se coller à lui et lui fit un câlin en soufflant un bon coup, il devait être plus stressé qu’elle. Elle eut tout juste le temps de l’embrasser furtivement car les portes de l’ascenseur s’ouvraient déjà. Main dans la main ils sortirent et se firent immédiatement sauté dessus par une tonne de personne ajustant la coiffure, le maquillage, les fringues. La luminosité était juste parfaite le soleil commençait déjà à descendre dans le ciel qui commençait à prendre une teinte orangé, les nuages quant a eu prenait une teinte rosée.

« Alors les enfants, ce soir, le thème c’est l’amour, vous l’aurez deviné. La collection que vous avez sur le dos c’est la nouvelle pour l’automne. Faites-lui honneur, Riku, suis Hikari. J’espère que tu comprends que son métier est très important, ce ne sont pas seulement des photos comme ça pour rigoler. C’est très sérieux ! Vous êtes prêt ? »

Elle courut comme une enfant devant la grande baie vitrée, ouvrit une énorme bouche béate et ses yeux se remplirent d’étoiles. Elle se retourna et avec un énorme sourire pour son petit amie, elle tendit 2 mains dans sa direction et avec ce même regard amoureux et plein de tendresse commença

« On y va ? Tu es prêt ? soit toi même, tout iras pour le mieux. »

D’un signe rapide de main, elle demanda à ce que la musique soit mise Ellie Goulding : I need your love débuta


"I need your love
I need your time
When everything's wrong
You make it right
I feel so high
I come alive
I need to be free with you tonight
I need your love"


Leurs lèvres se rapprochent, elle a envie de l’embrasser elle le regarde fixement et le premier flash emplit la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Jeu 3 Jan 2013 - 17:13
Always by your side, we turn around, turn around each other heart



Lorsqu'Hikari franchit le seuil de la cabine, le cœur de Riku fit un bon dans sa poitrine. Il lui fallut un instant pour observer la tenue de sa petite amie sans être ébloui, et peu à peu les détails se dessinèrent ; elle était réellement magnifique dans cette robe à bustier, ceinte par un nœud qui était en parfaite harmonie avec sa chevelure, qui retombait gracieusement sur son épaule droite, ses mains, joliment parées de bracelets en or, jouaient nerveusement avec ses mèches brunes, et son regard enchanteur était tourné vers ses pieds, tandis que ses pommettes prenaient une teinte rosée, qu'un reflet de son collier en or également venait mettre en valeur. Les mots manquaient pour la décrire, tout en elle respirait la beauté. Une aura l'enveloppait, elle était sur ses terres, et lui, il n'était que le pauvre roturier qu'elle avait invité pour un voyage de poésie et de couleur. Un monde de magnificence tel qu'il n'en avait jamais vu auparavant. Il resta bouche bée un long moment, et remarqua d'ailleurs qu'elle fit de même en relevant les yeux, ce qui lui permit de se reprendre avec un petit rire. Ils étaient réellement sur la même longueur d'onde tous les deux. Mais avant même qu'il puisse la complimenter pour sa tenue, deux maquilleuses s'emparèrent d'elle et l'emmenèrent à sa chaise pour achever sa préparation, tandis que d'autres personnes faisaient de même avec lui. Elle eut tout de même le temps de se pencher en avant pour lui dire d'une voix douce :

« Ça te va à merveille, tu étais fait pour ce costume ! »

Riku se fit tout petit dans sa chaise en se recroquevillant un peu, le teint de son visage ayant viré au cramoisi. Il balbutia comme il put un « merci », avant que deux jeunes femmes ne commencent, l'une à sortir de quoi rehausser le teint un peu trop pâle à son goût du jeune homme, l'autre à le recoiffer, en commençant par détacher sa queue de cheval pour laisser ses cheveux libres, en leur offrant un recoiffage rapide. Pour une fois qu'ils étaient entièrement lisses... Après un passage de fond de teint qui valut à la maquilleuse plusieurs grognements de protestations, il eut enfin l'autorisation de se lever, et d'attendre Hikari dont la préparation était un chouïa plus longue. La voix de cette dernière résonna à cet instant dans le studio, se lançant dans une chanson qu'il connaissait bien, numb d'Usher. Il la laissa commencer, puis la rejoint sur le deuxième couplet, respirant au préalable un grand coup pour accorder sa voix à la sienne :

«  Keep on doing the same old things
And you expecting changeantes
Well is that really insanity
Or just a loser's game
I only trust in the things i feel
Some may say that's strange
You better recognize what is real
Cause forever is alone, lone, lone

Time, some things never change, here we go again
Feel like i'm losing my mind
Shake It off, then you go I don't care
If It bothers go numb
You never know until you let go
We all go numb
I can feel you know... »

Pendant la chanson, Riku se surprit à se lancer dans quelques pas de danse, bougeant les pieds et les mains, continuant de chanter en rythme avec celle qu'il aimait, sans se soucier de la présence des gens autour de lui. Ils étaient dans leur monde, rien ne pouvait les atteindre, rien ne pouvait les séparer. Leur cœurs étaient liés par leur voix. Et ce moment magique, il leur suffisait de mettre une autre chanson pour le vivre à nouveau. Et lorsqu'elle arriva face à lui, coiffée et maquillée, il porta une main à son cœur, pas loin de la crise cardiaque. Si déjà elle était sortie magnifique de l'habillage, le reste de la préparation avait fait d'elle une divinité sublime, Vénus même ne pouvait rivaliser devant ce spectacle. Un chignon bouclé, dont le jeune homme trouva qu'il lui allait à la perfection, surtout dans sa robe, un maquillage tout simple, juste un rouge à lèvres et des traits d'eye liner qui venaient joliment mettre en valeur son regard. Tout simplement parfaite. Il n'y avait pas d'autre mot, pas de niveau au delà. On ne pouvait que faire similaire, semblable en terme de beauté, mais pas plus. Elle était au sommet, et derrière elle, il grimpait difficilement pour la rejoindre. Il lui sourit, de ce sourire béat et large que s'échangent les amoureux, et s'apprêta à la prendre dans ses bras pour l'emmener dans un coin où ils pourraient profiter d'un peu d'intimité, mais Mona les rappela à l'ordre en leur indiquant que l'heure était proche, et qu'ils devaient se rendre à l'étage de tout à l'heure. Il soupira à cette annonce, difficile de passer un moment avec sa copine dans cet endroit, tout le monde y était pressé, et ne leur laissait pas la moindre seconde à eux. Heureusement, Hikari prit la bonne initiative et après avoir remercié tous les gens qui s'étaient occupés d'eux, elle entraîna son petit ami dans l'ascenseur et poussa le bouton pour qu'ils s'y retrouvent tous les deux sans personne. Elle reprit son souffle, en riant, et parvint à lui dire :

«  - Ah, enfin seuls. J’espère que tu n’es pas trop gêné je t’avoue qu’ils n’y vont pas doucement, c’est assez stressant.

– Ha ha, non ne t'en fais pas, je suis un peu stressé c'est vrai, mais je suis surtout content de pouvoir être avec toi, de pouvoir te voir aussi belle.  »

Sans lui laisser le temps d'en dire plus, elle se blottit contre lui en le serrant dans ses bras. Appréciant particulièrement cet élan d'affection dont il avait autant besoin qu'elle, il passa un bras dans son dos pour renforcer leur étreinte et déposa ses lèvres sur les siennes dans un baiser qui fut -malheureusement- interrompu par l'ouverture des portes de l'ascenseur. Ils sortirent en se tenant la main et en échangeant un sourire complice avant que l'équipe de l'agence leur sautent dessus pour achever les préparatifs. Dans la pièce aux grandes baies vitrées, le soleil dardait ses derniers rayons en allant mourir à l'ouest, offrant au ciel une somptueuse teinte orangée, tandis que les nuages se paraient d'un rose agréable, le cadre parfait. Mona, elle, était lancée, et donna les consignes à la jeune femme et son petit ami :

« Alors les enfants, ce soir, le thème c’est l’amour, vous l’aurez deviné. La collection que vous avez sur le dos c’est la nouvelle pour l’automne. Faites-lui honneur, Riku, suis Hikari. J’espère que tu comprends que son métier est très important, ce ne sont pas seulement des photos comme ça pour rigoler. C’est très sérieux ! Vous êtes prêt ? »

Riku déglutit. Effectivement, il se doutait de l'importance de ces photos pour la carrière de la fille qu'il aimait, et savait que la moindre erreur de sa part serait une catastrophe. Il se sentit d'autant plus stressé alors que tout le monde autour se tenait prêt pour débuter les prises de vue. Le cœur du jeune homme tambourinait dans sa poitrine, il avait le souffle court, les mains moites. Et s'il échouait, si Hikari le trouvait indigne d'elle ? Non, elle ne réagirait pas comme ça, mais il ne voulait pas que ses erreurs l'embarrassent. Il donnerait tout pour elle. La jeune femme l'entraîna d'ailleurs à cet instant à leur place, et avec un regard plein de sentiments et de tendresse à l'égard de son copain, lui murmura :
« On y va ? Tu es prêt ? soit toi même, tout iras pour le mieux. »

Il rougit, et hocha la tête en se laissant guider, tandis qu'elle fit signe aux personnes de l'équipe de lancer la chanson qu'elle avait fait préparer, i need your love d'Ellie Goulding. Riku ferma les yeux un instant et respira un grand coup, puis déposa son front contre celui de la jeune femme en rapprochant ses lèvres à quelques centimètres des siennes, leur souffle ne faisant plus qu'un, comme s'ils allaient s'embrasser. - ce dont, il était difficile de le dissimuler, il avait très envie – Le premier flash résonna et aussitôt, d'autres suivirent. Pour ne pas rester immobile, le jeune homme prit la main de sa petite amie en plongeant son regard dans le sien, et il déposa un baiser sur le dos de sa main. Ensuite, après quelques clichés, il changea de nouveau, et posa ses mains sur ses hanches en la rapprochant de lui, et comme s'ils allaient démarrer un slow, posa sa tête sur son épaule, et commença d'ailleurs à la faire tourner au rythme de la chanson. Il avait les yeux parfois fermés pour donner un côté tendre à la scène, parfois ouverts et plongés dans ceux de sa petite amie, montrant leur lien, leur attachement l'un à l'autre. Il la souleva ensuite dans ses bras pour la porter à la manière d'une princesse, elle s'accrochant à son cou. Les clichés défilaient à une vitesse incroyable, les photographes paraissaient captivés, Mona leur indiquait de continuer avec des hochements de tête approbateurs. Riku déposa ensuite Hikari avec une infinie douceur et passa une main dans ses cheveux, réfléchissant rapidement aux premiers mots qu'il pouvait dire à cet instant pour coller à leur ambiance, et qu'il finit par murmurer au creux de l'oreille de sa petite amie :

« Merci, merci de m'avoir permis de passer ce moment avec toi... Chaque seconde, chaque photo, chacun de tes mouvements, de tes regards, sont gravés dans ma mémoire... Tu me disais de ne pas te juger. Ce ne sera jamais le cas, sois en sûre. Mais par contre je risque de te bombarder de compliments... »

Il rit à sa remarque en observant le regard de sa partenaire, jouant avec les mèches de sa chevelure, et passant ensuite sa main sur sa joue, main qui fut rapidement rejointe par celle de la jeune femme qu'elle déposa sur celle de son copain, en fermant les yeux avec un sourire. Comme à l'île de Versailles, ils vivaient là un moment privilégié, apaisant. Ils se détendaient, profitaient l'un de l'autre . Et lorsque s'acheva la chanson qui rythmait leurs pas, il reprit l'ambiance à sa manière en chantant I love you de Chris Brown.

« I know everybody on this planet wished that they had you 
I feel so blessed baby listen now that I got you 
I know every man probably told you that he loved you 
This ain't no ordinary love song 
No this ain't no ordinary love song 
So ima say in the stadium
scream it like an anthem
say it from the mountain top
sing it like a favorite song 
Ima put my cards on the table for you 

Cause I love you ohhh 
And Baby there's nothing in the world that I won't do for you 
Oh I love you ohhh 
I gotta tell you about a million trillion times baby
you're the best thing in my life »

Ils chantèrent ainsi dans un parfait duo, front contre front, mains liées, une larme se dessina sur la joue du jeune homme qui se sentit à cet instant plus vivant, plus heureux que jamais. Son destin avait placé sur sa route une jeune femme exceptionnelle, jamais il ne devrait la décevoir. Justement, une fois les dernières photos prises, Mona appela le couple et les conduisit à leur cabine pour passer à la deuxième tenue, un ensemble qui les feraient aller parfaitement l'un avec l'autre, former l'accord parfait. Cette fois, il n'allait pas stresser, il prendrait l'initiative pour elle, il lui montrerait qu'il était là pour elle.

Ils reprirent donc l'ascenseur, et cette fois Riku n'attendit pas de trop longues secondes pour embrasser sa petite amie. Après avoir passé de longues minutes à se frôler, c'en était trop, il avait besoin de goûter à nouveau à ce contact. Il laissa leur baiser passionné durer plusieurs secondes, et juste avant que les portes ne s'ouvrent, il murmura à la jeune femme :

« Alors, comment m'as-tu trouvé ? Je n'ai pas été trop mauvais ? J'espère que non, je ne voudrai pas tout gâcher. D'ailleurs, je ne suis plus stressé, j'ai adoré ça ! Tu vas voir, à la prochaine photo, je vais te surprendre... »

Ils furent ensuite rapidement séparés par les préparateurs qui conduisirent Hikari dans sa cabine et poussèrent le jeune homme qui resta un moment à la regarder rejoindre la pièce de l'autre côté de la salle. Après des efforts insurmontables, l'équipe réussit à envoyer le petit ami transi dans la pièce où l'attendait sa tenue suivante : une veste en cuir, qui donnait dans des tons oscillant entre le doré et l'orangé, comme des flammes, des feuilles mortes. Une chemise marron et un jean dans des tons gris souris avec une ceinture de la même couleur. Ses chaussures de ville, avec une pointe à l'italienne pas trop marquée étaient aussi de couleur marron. Une fois habillé, il était semblable aux arbres d'automne. On rattacha sa queue de cheval, on lui remonta ses manches jusqu'au coude, et finalement, il put sortir. Hikari vint le rejoindre quelques minutes plus tard, vêtue d'une veste dans les même tons que celle de son copain, d'un débardeur marron, et d'une jupe grise elle aussi, tandis qu'elle avait conservé ses collants couleur chair ; en revanche, elle avait troqué les bottines contre des bottes plus longues dont la fermeture remontait jusqu'à ses genoux, et qui étaient de couleur marron elles aussi. Elle avait gardé son chignon, et un petit bonnet orangé venait couvrir sa tête. Ils étaient en parfaite harmonie vêtus ainsi.

Et le manège reprit, ils étaient repartis pour leur photos. Mais cette fois, les choses étaient différentes, il n'avait plus le trac, juste la gnaque, l'envie de tout donner et de réussir pour la jeune femme qu'il aimait. Il chuchota quelque chose aux préparateurs, et vint prendre la main d'Hikari alors que la musique démarrait, all about us d'he is we.

« Take my hand 
I'll teach you to dance 
I'll spin you around 
Won't let you fall down

Would you let me lead
You can step on my feet
Give it a try
It'll be all right 

The rooms hush, hush 
And now's our moment 
Take it in, feel it all, and hold it
Eyes on you, eyes on me 
We're doing this right 

Cause lovers dance when they're feeling in love 
Spotlight shine, its all about us
its all about us 
And every heart in the room will melt
This is a feeling I've never felt 
but its all about us »

Et toujours en tenant la main de sa partenaire, il la guida dans une valse. Légère, simple, il la faisait tourner au rythme de la chanson, la rapprochait de lui, l'observait fixement avec un sourire tranquille. Il murmura à l'attention de la jeune femme :

« Je nous guide... Vers ce paradis dont tu as parlé tout à l'heure. »

La journée était loin d'être finie...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Dim 13 Jan 2013 - 17:15
Ce shooting était parfait, à la hauteur de tout ce qu’elle aurait pu imaginer, le jeune homme était là, présent, il ne se posait plus de question, il était dans ce qu’il faisait, et bien mieux que certains mannequins que la jeune fille pouvait connaitre. Il était beau, il dansait. Tout son corps respirait à présent le bonheur et rendait la jeune fille hilare. Elle n’avait jamais vécu une pareille séance de photographie, pleine d’adrénaline et naturelle à souhait ! Non pas qu’avant elle est pour habitude de faire dans le superficiel, mais ne voulant pas offenser les photographes elle préférait se fier à leurs demandes. I need your love tournait et le jeune couple c’était lancé dans une danse, lente, mais dans une danse quand même ! Ils n’allaient pas au gré des photos mais au gré de la musique, la suivant à la lettre. Il la porte, la fait tourner. Elle sourit, ou prend un air sérieux lorsqu’ils se regardent. Elle se sent incroyablement vivante. Le jeune homme la repose par terre et s’approche de son oreille, son souffle lui caresse le cou et elle sourit sur le point de rire

«- Merci, merci de m'avoir permis de passer ce moment avec toi... Chaque seconde, chaque photo, chacun de tes mouvements, de tes regards, sont gravés dans ma mémoire... Tu me disais de ne pas te juger. Ce ne sera jamais le cas, sois en sûre. Mais par contre je risque de te bombarder de compliments...

Elle relève la tête, les lèvres entrouvertes, laissant apparaitre ses dents et le bout de sa langue, le regard souriant.

-Tu étais fait pour ça, ne me remercie pas ! »

Ils rigolèrent tous les deux, dans un moment de tendresse, le monde extérieur n’était que flou, silencieux, il n’y avait qu'eux à présent. La musique se stoppa mais Riku, sur qui l’on pouvait toujours compter prit la suite avec un morceau de Chris Brown, I love you. Ils profitèrent de cette chanson pour rester près l’un de l’autre, collé proche. Elle observa le visage de Riku, une larme glissait le long de sa joue elle vint coller sa tête sur son torse et d’une main vint lui caresser la joue doucement avant de se mettre à chanter à son tour, accompagnant Riku dans un duo agréable. Mona décida qu’il était temps de changer de tenue, Hikari était complètement euphorique, elle sautait partout en ne lâchant pas Riku d’une semelle, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et les deux jeunes gens s’engouffrèrent à l’intérieur. Laissant enfin leurs lèvres se toucher dans un baiser passionné. Une fois cette soif aiguë étanchée, cette envie brulante refroidit. Les portes allaient se rouvrir laissant le temps au couple de parler un peu

« Alors, comment m'as-tu trouvé ? Je n'ai pas été trop mauvais ? J'espère que non, je ne voudrai pas tout gâcher. D'ailleurs, je ne suis plus stressé, j'ai adoré ça ! Tu vas voir, à la prochaine photo, je vais te surprendre...

-Bien sûr que non, tu n’as pas été mauvais du tout voyons ! Me surprendre ? Essaye donc ! »

Et en rigolant, de nouveaux ils furent séparés, ils se retournaient tous deux en souriant en étant amenés à leurs cabines. Les habilleurs rigolaient. Les deux jeunes femmes félicitèrent Hikari et comme de vrai, commère, ou du moins de vraies filles, se mirent à poser toute sorte de questions à la jeune fille. Tout cela en s’habillant bien entendu, elle enlève sa robe et la troque contre une jupe grise accompagné d’un débardeur marron. Elle s’assoit et on lui enfile des bottes hautes, marrons, style jockey. Sont chignon était parfait, on lui glissa donc un bonnet sur le haut de la tête, penchant légèrement sur le côté d’une couleur orangé et pour donner une touche de plus au look, on lui ajoute une veste en cuir oversize qui lui donne vraiment un style d’automne parfait. Elle sort de la cabine en souriant et tombe sur un Riku habillé dans les mêmes teintes qu’elle. Elle lui saute au cou et l’embrasse vivement avant de l’entrainer de nouveau dans la même ronde qu’a l’allé. Ascenseur, studio. Hikari se sépara de Riku pour retourner sur place, ou certains réglages devaient être faits pour la lumière. Lorsque Riku revint en lui attrapant la main et que All about us de He is we retentit dans la pièce elle ne pus s’empêcher de sourire niaisement. Elle avait un sourire immense qui lui montait jusqu’aux oreilles, il commença à l’entrainer dans une valse, la faisant tourner la main en l’air, sa jupe a volant prenait la forme du cercle et sa veste s’ouvrait légèrement.

« Je nous guide... Vers ce paradis dont tu as parlé tout à l'heure. »

Elle passa ensuite ses bras autour du cou du jeune homme et sans lui faire de mal, grimpa sur ses pieds. Il la fit ainsi danser doucement, avant que la jeune fille vienne déposer un baiser sur le bout du nez du jeune homme et que dans un rire pur ils finissent l’un a côté de l’autre complètement mort de rire la main sur le ventre. Ce qui offrait des clichés juste parfait pour le photographe qui lui aussi se mit à rire. Leurs rire était en train d’emplir la pièce et tout le monde eu soudain l’air plus heureux, plus serein. La musique s’arrêta et ce fut son tour de reprendre le rythme elle se lança donc dans Diamonds de Rihanna

“Shine bright like a diamond
Shine bright like a diamond

Find light in the beautiful sea
I choose to be happy
You and I, you and I
We’re like diamonds in the sky

You’re a shooting star I see
A vision of ecstasy
When you hold me, I’m alive
We’re like diamonds in the sky

I knew that we’d become one right away
A right away
At first sight I left the energy of sun rays
I saw the life inside your, eyes”

Elle vint ensuite s’appuyer a une barre de danse, faisant face à la gigantesque baie vitré, sa grande veste en cuir glissa légèrement laissant entrevoir le cou et les épaules de la jeune fille. Riku vint se positionné derrière elle, posant ses mains sur ses hanches et déposât un baiser sur l’épaule de la jeune fille avant de regarder dans la même direction que celle-ci. Elle lui sauta ensuite dans les bras et l’instant d’entre le bond et celui où elle parvenait au cou du jeune homme fut immortalisé. Ils étaient essoufflés, les lumières du jour continuaient à baisser et les néons faisaient à présent le reste du boulot en luminosité ! Ils continuaient à sourire mais la fatigue commençait à se faire ressentir, le dernier flash résonna dans la pièce la chanson se termina et il n’y eu plus un bruit. Un premier claque retentit et les applaudissements emplirent la pièce, Hikari se laissa tomber au sol suivi de Riku, ils étaient dos à dos et leurs cœur battaient a la même vitesse, ils se mirent à leurs tours à frapper dans leurs mains, car ils avaient sollicité la participation de beaucoup de gens pour cette séance de photo. Ils se relevèrent lentement avant d’être recouvert de monde de poignées de main et d’accolade puissante.

« POUSSSEEEZZ VOOOOUUUSSS FAIITTEEESSS PLACEEE ! »

Une Mona plus que souriante arriva, séparant la foule et laissant un périmètre de tranquillité entre les deux mannequins et le personnel. Elle déposa deux serviettes sur la tête de ses protégés avant de leurs déposer entre les mains des bouteilles d’eau qu’ils vidèrent avec plaisir. La jeune agent était survolté, exalté.

« Mon dieu, mais quelle séance photo ! Ma chérie, ton potentiel ne cesse d’augmenter ! Et regarde-moi ce jeune homme, une véritable perle ! Il est très doué. » Elle se penche sur lui ! « Tu es très doué mon gars ! Pourquoi ne pas continuer ?! » Avant de se reculer en écartant les bras et de rire grassement. « Ma chérie, tu nous ramène véritablement des perles ces temps si. Nodox, Riku. »

Elle faillit s’étouffer a l’énonciation du prénom de ‘Dox, ce jeune homme dont elle n’avait plus jamais eu de nouvelle. Elle l’avait lui aussi présenté à Mona, il avait participé à un gala avec elle. Qui avait mal tourné, certes, mais qui c’était avéré très agréable. Elle baissa la tête en souriant et en s’essuyant le visage et le cou avec sa serviette. Elle n’avait jamais pris de nouvelle, mais lui non plus ne lui en avait jamais donné après tout. Elle attrapa la main de Riku et en faisant une révérence au personnel.

« Merci à vous tous, c’était du bon travail ! Je suis heureuse de travailler avec vous ! Et puis beh bon courage a tous ! »

Mona qui en faisait toujours trop avait ramené du Champagne, Hikari fit un signe de la main à son agent et vint lui chuchoter !

« Merci Mona pour tout ça, mais nous sommes un peu fatigués, serais tu d’accord pour que l’on se change avant de faire péter le champagne ? »

Et se mit à chanter en regardant Riku dans les yeux I’m telling the world de Taio cruz

“Every part in my heart I'm giving out
Every song on my lips I'm singing out
Any fear in my soul I'm letting go
And anyone who ask I'll let them know

He's the one she's the one
I say it loud
He's the one He's the one
I say it proud

Ring a bell Ring a bell
For the whole crowd
Ring a bell Ring a bell

I'm telling the world
That I've found a boy
The one I can live for
The one who deserves”

Elle le tira jusque dans l’ascenseur ou elle l’attrapa par le col et sur la pointe des pieds, l’embrassa fougueusement.

« Merci pour cette séance photo, c’était du pur bonheur, un concentré de sentiments plus enviables les uns que les autres ! On a trouvé le paradis n’est-ce pas ?! »

Elle se sera ensuite contre lui pour le câliner, ils retournèrent dans leurs cabines respectives, regagnèrent leurs habits de départ et décidèrent de prendre les escaliers, Hikari s’amusa à en monter la totalité en courant et lorsqu’ils arrivèrent à l’étage du studio le bouchon de la bouteille sauta dans un joyeux « Poooommp ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mer 16 Jan 2013 - 19:23


La soirée Commence...


Magique. Ce moment était magique. Hikari se laissa aussitôt entraîner dans la danse avec un sourire plein d'amour, ce genre de sourire que certaines personnes auraient définie comme niais, mais qui voulait dire tant de choses à leurs yeux. Ils étaient les seuls à le comprendre, ils étaient les seuls à être dans cette bulle hermétique au monde extérieur, dans laquelle tous leurs sentiments s'exprimaient dans une spirale brûlante et intense. Sa veste s'ouvrit, sa jupe se mit à tourner, dans un arc de cercle. Elle passa ses bras autour du cou de Riku et grimpa sur ses pieds, veillant à ne pas lui faire mal, ce dernier la laissant faire en la regardant intensément dans les yeux. La jeune femme se pencha ensuite légèrement pour pouvoir déposer un baiser sur son nez, ce qui fit frissonner son copain qui plissa le nez par réflexe, et se mit à rire. Rire qui contamina peu à peu toute la salle d'ailleurs. D'abord sa petite amie et lui, qui se tordirent de rire, la main sur le ventre pour conserver leur souffle sous une gerbe de flashs d'appareils. La musique prit fin dans une ambiance des plus hilares, tout le monde était joyeux, le couple avait réussi à créer un monde de rire et de joie rien qu'à eux en quelques clichés. Hikari n'hésita pas une seconde lorsqu'elle relança le rythme des chansons en chantant une chanson de Rihanna qu'il avait entendu à la radio, mais dont il ne connaissait pas les paroles, il se laissa donc entraîner dans le flot des paroles, fermant les yeux pour écouter sa voix si douce à ses oreilles.

“Shine bright like a diamond
Shine bright like a diamond

Find light in the beautiful sea
I choose to be happy
You and I, you and I
We’re like diamonds in the sky

You’re a shooting star I see
A vision of ecstasy
When you hold me, I’m alive
We’re like diamonds in the sky

I knew that we’d become one right away
A right away
At first sight I left the energy of sun rays
I saw the life inside your, eyes”

Elle alla aussitôt s'appuyer sur l'une des barres de danse de la salle, se plaçant face à l'énorme baie vitrée, se laissant emplir par la lueur orangée du soleil couchant. Sa veste tomba légèrement, dévoilant la peau de ses épaules, donnant une scène incroyablement attirante. Riku n'attendit pas plus de quelques secondes pour se placer derrière elle, et passa ses mains autour de ses hanches, puis sa tête sur son épaule nue, y déposant ses lèvres avec une douceur telle qu'elle sembla à peine le remarquer, ses lèvres se fondaient presque dans sa peau de pêche. La jeune femme se retourna pour lui sauter dans les bras à la manière des amoureux se retrouvant dans les films avec un coucher de soleil en fond, le tout sur une plage et dans une course au ralenti. L'équipe de photographes en profita pour les plonger sous une rafale de cliquètements. Ils se laissèrent tomber au sol, Riku gardant captive de ses bras la jeune femme dos à lui. Les deux jeunes gens avaient le souffle court, ils étaient épuisés, mais ils venaient de passer un moment fantastique, rien qu'à eux deux. Le jeune homme avait décidément plus que bien fait d'accepter la proposition de sa petite amie et de venir ici.... Des applaudissements scéllèrent la fin de la séance, et les stars du jour remecièrent toute l'équipe pour s'être occupé d'eux deux, leur avoir permis ce moment magique. Il avait hâte de voir le résultat ! Aussitôt, les deux mannequins furent assaillis par la foule de membres de l'équipe qui voulaient les féliciter tous les deux, scène à laquelle mit fin Mona au soulagement de Riku qui ne se sentait plus du tout à l'aise. Encore moins lorsqu'elle le complimenta sur son travail et lui proposa de retenter l'expérience, proposition qui tentait bien sûr le jeune homme, mais là, il devait d'abord se remettre de ces émotions. Il essuya son visage avec la serviette que lui avait donné la manager et vida la bouteille d'eau plus que bienvenue qui était avec. Riku rougit légèrement, réfléchit, puis répondit dans un grand sourire :

« A voir... Je reparlerais bien de cela plus tard, mais préparez tout de même le contrat, on ne sait jamais ! »

Il lui fit un clin d'oeil, et laissa sa petite amie discuter avec sa manager ; les deux femmes chuchotèrent un moment, puis Hikari et lui remercièrent chaleureusement toute l'équipe d'une respectueuse révérence, et le jeune homme contribua au discours de sa petite amie un peu maladroitement :

« Hum... Merci de m'avoir intégré parmi vous... C'était vraiment super super ! Bravo à vous tous ! »

Hikari proposa que les deux jeunes gens aillent se rhabiller avant de participer à la fête donnée en leur honneur ce que le jeune homme accepta avec plaisir, l'accompagnant ensuite avec plaisir dans son interprétation de Taio Cruz, fermant les yeux sur l'instant, et se laissa entraîner dans l'ascenseur en riant de plaisir, n'ayant qu'une hâte, l'embrasser, encore et encore, fougueusement. Prière à laquelle répondit la jeune femme sans même avoir reçu la moindre demande de la part de son copain, ce qui le remplit d'une joie énorme et d'une grande chaleur lorsque les lèvres de celle qu'il aimait se déposèrent sur les siennes, profitant longuement de ce baiser langoureux en passant ses bras autour de sa taille.

« Je suis d’accord avec toi... Avec toi c’est chaque seconde qui es un paradis.»


Leurs ardeurs furent néanmoins vite freinées par l’ouverture des portes de l’ascenseur; ils rompirent le baiser, et la jeune femme resta blottie contre son copain jusqu’à leurs cabines respectives, où ils regagnèrent leur tenue initiale. Une fois rhabillés, ils se retrouvèrent main dans la main, et cette foi, plutot que de prendre l’élévateur pour rejoindre le studio, ils empruntèrent les escaliers dans une course effrénée, et de grands éclats de rire, Riku essayant tant bien que mal de suivre l’allure d’Hikari, heureuse, qui grimpait les marches quatre à quatre en intimant au jeune homme d’essayer de la rejoindre. A l’étage, tous étaient prêts, les bouteilles n’attendaient plus que les deux principaux acteurs de la soirée, un buffet avait été placé au milieu de la pièce, et Mona avait fait préparer un peu de musique. A peine eurent-ils atteint le seuil de la salle que les bouchons sautèrent et les exclamations de joie retentirent en un seul écho, les deux jeune gens se retrouvant aussitot embarqués par une foule exaltée et avide de questions en tout genre, notamment à l’intention de la jeune femme, laissant le champ libre à son petit ami pour aller à la rencontre de la manager qui sirotait une flute de champagne en observant avec une fierté presque maternelle l’ovation accordée à sa star; elle le vit s’approcher et lui tendit une coupe remplie avec un grand sourire. Par politesse, il l’accepta et en sirota une gorgée qui lui réchauffa la gorge. Mona l’observa un moment et finit par prendre la parole :

« - Elle est fantastique n’est-ce pas ? C’est dingue cette aura qui se dégage naturellement de cette fille. Elle est faite pour ça. Quand à toi, tes débuts étaient prometteurs, mais après tout, il fallait au moins ça pour que tu sois digne d’elle ha, ha....

- C’est gentil pour elle.... J’espère que le résultat sera à la hauteur...

- Ne t’en fais pas pour ça, je te taquine ! Tu as été parfait, je n’ai jamais vu Hikari aussi motivée. Les photos seront fantastiques à n’en pas douter.

- Merci beaucoup pour ces compliments, et aussi de m’avoir permis de participer à cette séance. Et je suis d’accord avec vous, cest une personne incroyable. Généreuse, courageuse, pleine de vie, naturelle... Et je mentirais si je disais que son physique parfait ne m’attirait pas. J’aimerais d’ailleurs pouvoir lui permettre de passer une bonne fin de soirée avec moi en tête à tête. Vous auriez une suggestion pour un dîner ? Eventuellement un endroit où elle aimerait aller par la suite ? Je dois avouer que je ne suis pas un spécialiste des sorties en amoureux ....

- Oh mais qu’il est chou ! Ecoute gamin, je connais un petit restaurant pas très loin, ce sera parfait pour vous deux, pas mal de jeunes gens comme vous aiment bien y aller. Va juste à cette adresse d’accord, et dis que tu viens de ma part, je suis une... habituée des lieux ha ha, les jeunes hommes y sont à croquer là bas. Et pour la suite, fais preuve d’un petit peu de folie, emmène la dans un endroit branché, un endroit où les jeunes aiment passer leurs soirées, n’hésite pas à passer outre tes habitudes. Surprends-la ! Ah, et autre chose, si tu la fais pleurer, je te jure que je te fais la peau moi-même !!!»

Un avertissement qu’il ne fallait surtout pas prendre à la légère, comme le laissait entendre le regard inquisiteur de la manager. Riku, mal à l’aise, se contenta d’un hochement de tête timide en guise de réponse, ce qui parût satisfaire Mona, qui se dirigea ensuite vers le buffet en chuchotant un peu discret «tu as bien de l chance !» à la petite amie du jeune homme qui lui répondit en riant sur un ton à mi-chemin entre l’embarras et l’hilarité. Un verre à la main elle aussi, elle trinqua avec son partenaire avant de l’embrasser discrètement, la foule étant encore nombreuse, mieux valait éviter de l’échauffer davantage par une affection trop expansive. Ce qui rappela le conseil de Mona à Riku qui la rapprocha de lui pour lui murmurer :

«j’ai un petit creux pas toi ? Mona m’a conseillé un petit restaurant pas très loin d’ici, que dirais-tu de poursuivre cette fabuleuse soirée en tête-à-tête ?»

Les membres de l’équipe avaient préparé un petit buffet, et l’ambiance était très sympathique, mais Riku ne pensait qu’à profiter d’un peu d’intimité avec Hikari, cette séance photo les avait éprouvé tous les deux, et ils n’avaient pas eu énormément de temps à eux. La jeune femme accepta avec joie la proposition de son petit ami et ils prirent le temps de remercier tout le personnel, ainsi que Mona, qui gratifia le jeune homme d’une tape dans le dos et d’un «bonne chance gamin, et oublie pas ce que je t’ai dit !» qui valut à Riku le regard interrogateur et amusé de sa copine, regard auquel il répondit en l’embrassant et en murmurant «ne t’en fais, elle m’a juste fait promettre de prendre soin de toi». La jeune femme éclata de rire, et contamina bien vite son copain qui vint se joindre à elle dans cet élan d’hilarité, qui résonna dans tout l’immeuble, et encore dans la rue lorsqu’ils sortirent du bâtiment. Riku en profita pour s’assurer qu’il avait bien mémorisé le parcours que lui avait donné la manager; il repéra le petit parc dans lequel ils s’étaient engagés avant d’arriver ici, ils devaient y retourner pour aller à la place Graslin qu’ils avaient aussi traversée et où se trouvait le restaurant où ils iraient manger. Hikari s’accrocha au bras du jeune homme, qui déposa un baiser sur le haut de son crâne, et entreprit de se diriger vers leur destination.

« Nous devons retourner à la place Graslin, je vais essayer de retrouver tout seul, mais n’hésite pas à me corriger si je me trompe à un moment hein ! Qu’on ne se perde pas par ma faute...»

La jeune femme hocha la tête, l’air de dire «ok c’est noté» et s’esclaffa, ce qui fit rougir le jeune homme, qui tentait tant bien que mal de garder en mémoire les indications de la manager. Il tentait de faire ainsi montre d’un peu de virilité, comptant sur son sens de l’orientation et sa mémoire, d’ordinaire aiguisés. Après l’héroïsme un peu plus tôt, la débrouillardise. Gavé de clichés tel un chevalier des temps modernes, son attitude en était au final risible et minable et nul doute que les passants, extérieurs à leur conversations, y auraient vu là le comportement d’un futur noyé en train de lutter vainement pour se maintenir à flot. Mais quand Hikari riait de bon coeur à ses mots, c’était sincère, pas du tout moqueur. Elle ne se lassait pas des frasques de son petit ami, plus inconscientes qu’autre chose. C’est donc sur cette note comique que le couple s’engagea dans le parc, au son de la voix de Riku, qui s’était lancé dans sa propre version de delanie de the midsummer classic :

Baby, i’ve been going crazy
Thinking of ways to make you see
You and me
We belong together like a rythm in a song
But i can’t lie
You’ve been running through my mind
From the time i walked in the room
My eyes stayed glued
On you

Hikari
You never fail to amaze me
Can you tell
I’ve been going crazy
But who could blame me
Baby
Hikari....

Et il continua de chanter ainsi, laissant sa voix se mêler aux rumeurs des passants et au petit vent qui venait de se lever. Hikari se blottit un peu plus contre le jeune homme, qui sourit, et les guida sans aucun souci à travers les ruelles, faisant parfois semblant de se perdre pour jouer avec les nerfs de sa petite amie. Finalement, ils atteignirent la place Graslin sans encombres, et Riku repéra la petite enseigne rouge dont lui avait parlé Mona. Il la pointa du doigt en s’écriant joyeusement :

« Tu as vu j'ai réussi !!! Allez, le premier arrivé, je pars devant !!»

Et il s’élança droit devant lui en riant poursuivi par la jeune femme.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 2439
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Mer 23 Jan 2013 - 22:33
[Avec l'accord d'Hikari, et de Riku aussi du coup, je m'incruste dans ce trop beau petit rp ^^]


Bibibip … Bibibip … Bibibip … Bibibipom ! Tel fut le bruit de mon réveil avant et après avoir reçu mon poing. Et le mieux dans tout ça, c’est qu’il fonctionne encore ! Enfin bref, une nouvelle journée en carton commence. Punaise j’étais trop bien à Dreamland … Foutu réveil à la noix …
Bon aller debout, pour une fois que j’ai un boulot concret où je peux me faire des sous, même si ce n’est qu’une journée, autant en profiter. Les cours étant momentanément fini, et ma mère qui gueule en bruit de fond qu’il faut que je me trouve un job, voila où j’en suis maintenant. Je me levai ainsi, progressivement pour éviter le mal de crâne et filai à la douche. Une demi-heure plus tard, j’étais prêt. Une chemise noire, un jean sombre mais pas noir, un col de chemise blanc cassé, la grande classe. Avec juste une petite ouverture en haut pour ne pas faire trop coincé mais pas non plus trop « open » comme les british disent. Dernière vérification globale, un tour de clé dans la serrure et on est partit ! Direction … heu comment ça s’appelle déjà … bordel, tant pis au pire je passe un coup de fil et c’est réglé.

Résultat des courses, il me fallut une autre demi-heure pour trouver l’emplacement de mon nouveau boulot, qui était en réalité à quatre cent mètres de chez moi … Le premier qui rigole, je le kick.

Bref, mon ami, et patron des lieux, et responsable du même coup de ma merveilleuse personne, me tendit un tablier au couleur du restaurant après une séries de sermon et me dit - perso je trouve que ça ressemble plutôt à un ordre m’enfin bon - de me mettre au boulot. C’est alors que je pris mon nécessaire, à savoir un bloc-notes, une calculatrice et un appareil sans fil pour le payement par carte bancaire. Bienvenue au café Graslin ! Le plus célèbre des petits restaurants, qui fait aussi bar aux heures creuses. Avec son enseigne rouge et sa déco modeste, sa terrasse à l’abri des intempéries, sa propre scène sur laquelle s’anime différents groupes de musique de la région. Non c’est très chouette comme endroit, et puis en plus ça paye bien !

Je m’adossai contre l’un des piliers du bâtiment et scrutai le moindre client qui tenterait de venir poser ses fesses dans la partie du resto qui m’est attribué. Ce fut un couple qui eu le privilège d’être mes premiers clients. Mieux encore, et sur le coup je n’en revins pas. Hikari ! La belle demoiselle avec qui je sortais il y a un bon moment à présent, et à qui je n’ais d’ailleurs plus donné la moindre nouvelle … Des excuses et des explications sont de rigueur. Mais ça fait plaisir de voir qu’elle a l’air heureuse quand même, et avec ce brun-là. C’est qui lui ? Hum … Allons menez notre enquête.

Je sortis de mon coin, un sourire aux lèvres et accueillis mes clients sur un ton très chaleureux :

« Hikari ! Ça alors ! Bienvenue ! Comment tu vas ? Viens, viens t’assoir. » Je lui montrai le chemin jusqu’à la première table pour deux, lui tirant la chaise pour qu’elle puisse s’assoir, puis repris. « Avant tout, je tiens à m’excuser, d’accord ? Je t’ai laissé sans nouvelle quasiment du jour au lendemain et ça ne se fait pas. Donc je te présente mes excuses. » Je lui tendis la carte du restaurant, ainsi qu’à son compagnon, et continuai. « Qu’est-ce que tu fais de beau maintenant ? Et lui qui c’est ? » Dis-je en pointant le brun du doigt, avant de me tourner vers lui en lui tendant la main et en prenant le ton qu’on utilise seulement entre mâle. « Salut, moi c’est Nodox. Je suis son ex. »

Un beau sourire qui sous-entend « Prouve-moi que tu la mérites, sinon je te broie la tête. » et une poignée de main. Quoi de plus naturel, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 319
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Jeu 7 Fév 2013 - 19:42
Hikari et Riku étaient arrivés en même temps devant le café Graslin et essoufflés, s’attrapèrent en rigolant pour se donner un tendre baiser. Riku passa sa main dans le dos de la jeune fille et en tirant la porte, la poussa gentiment a l’intérieur. Ils étaient tout rouges et souriaient comme des imbéciles. Ils se mirent à rire chacun de leurs nez rouge lorsqu’une voix familière lui fit tourner la tête. Le coup de massue qu’elle venait de prendre sur le coin de la tête, pour rester polie. Etait tel, qu’elle avait la bouche mi ouverte, ses yeux se mirent à cligner une fois, deux fois, elle n’y croyait pas. Partagé entre l’envie de lui sauter au cou et de l’autre de lui mettre une énorme claque. Elle se laissa cependant entrainer vers leurs table, ses cordes vocales étaient comme bloqué, enroué. Elle toussa un bon coup et parvint à articuler.

« Moi ça va… mais et toi ? Que t’est-il arrivé, que s’est-il passé ? Bon sang Nodox !

Elle se gratte la tête complétement perdu puis avec un petit sourire et en se mordant la lèvre.

Tes excuses sont acceptées. »

Elle prit la carte du restaurant qu’on lui tendait et se cacha presque derrière celle-ci, lançant de petits regards furtifs en direction de Riku pour voir sa réaction, il souriait ne comprenant pas encore la situation. Il Prit lui aussi la carte dans ses mains et lui envoya un sourire qu’elle pensa qu’il voulait dire.

*Je suis heureux que tu es retrouvé un ami de longue date dit moi !*

Elle releva rapidement la tête en souriant et observa le jeune homme roux tout en lui répondant. Son visage, elle l’avait connu et certains de ses traits avait changé, ses cheveux étaient toujours aussi drôle et dans sa tenue de travail il était mignon comme tout.

« Je continue mon métier et je suis encore à l’école. Alors comme ça tu bosses ici ? Lui, c’est mon petit ami, Je te présente Riku

Salut, moi c’est Nodox. Je suis son ex. »

La phrase claqua dans l’air, elle fixait Riku qui, ne s’était pas laissé démonter, sons sourire était resté figé. Mais elle avait bien sentit que la flamme de son regards avait vacillé. Nodox se mit à sourire et la jeune fille rougit, elle connaissait ce côté-là des hommes qui cherchaient à impressionner. Et lorsqu’il lui serra la main elle vit la foudre traverser les deux jeunes gens. Warp 1.9 de Steve Aoki était lancé dans le crane de la jeune fille au son maximum. Elle aurait bien tenté le coup des petits coins. Mais se demanda par la suite si elle retrouverait le restaurant en état. La seconde solution était de simuler un appel. Mais venant de qui ? Que faire ? Elle regardait les gens assis autour de leurs table et devenait parano’, imaginant que chaque personne écoutait la conversation. La jeune fille en se penchant d’avant en arrière sur sa chaise et ne pouvant tenir en place, finit par remarquer une scène au fond du restaurant. Ce qui la fit pousser un petit cri de surprise, elle se leva rapidement en s’excusant, courus presque en sautillant jusqu’à la scène et monta sur celle-ci pour voir le matériel. Un bon micro, des enceintes dans tous les coins de l’immense salle. Une batterie, une guitare sèche, une électrique ainsi qu’une basse. Elle attrapa la magnifique guitare sèche a la caisse rouge et au corde en métal, s’installa a même le sol et commença à l’accordé dans un silence religieux, elle posa son premier accord et Lights d’Ellie Goulding, lui vint à l’esprit.

I had a way then losing it all on my own
I had a heart then but the queen has been overthrown
And I'm not sleeping now the dark is too hard to beat
And I'm not keeping now the strength I need to push me

You show the lights that stop me turn to stone
You shine It when I'm alone
And so I tell myself that I'll be strong
And dreaming when they're gone

'Cause they're calling, calling, calling me home
Calling, calling, calling home
You show the lights that stop me turn to stone
You shine It when I'm alone

Elle releva la tête toute souriante, fière d’avoir pu jouer son morceau et se rendit rapidement compte que la salle du restaurant c’était quelque peu remplit et que de nombreux regard était posés sur la pouilleuse assise par terre avec sa guitare entre les mains, elle rougit comme une pivoine, se releva doucement, reposa la guitare sur son trépieds et descendit lentement de la scène, l’estomac retourné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari] Aujourd'hui à 13:32
Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur innonde le coeur de ceux dont le destin est lié [pv Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Parc-