Haut
Bas

Partagez

Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 30

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 11 Sep 2012 - 23:44
C’était le Jour J, la Finale F, le Combat C, et j’étais le Présentateur Ed. Je me munis de mon micro, d’un sourire presque pas factice tant j’avais envie de voir ce combat entre deux combattants confirmés. Le public à l’extérieur avait du mal à rester sur sa chaise.

« FINNNAAAAAAAALLLLLLE !!! Mesdames et Messieurs, Bambins et Bambi, Damoiseaux et Amantes, voici le dernier combat tant attendu ! Qui va remporter l’affrontement final ? Qui va gagner cette seconde édition du Tournoi des Jeunes Talents ? D’un côté, nous avons l’énigmatique Nayki Shin aux mille et une ressources ainsi qu’aux cinquante-deux cartes pleines de surprise. Combattant émérite et un des leaders de sa génération, Nayki Shin est un garant d’une efficacité redoutable doublée à de ruses perfides. Et en face, il aura quasiment un newbie qui débute dans Dreamland, mais qui a étalé tous ses adversaires sans exception et sans abandon, et qui a même survécu au terrible Lucien, Voyageur réputé pour sa folie et sa barbarie. Bref, nous prévoyons du lourd, du très très lourd. Après des combats explosifs entre Dazh et Xam, après des combats meurtriers avec le Lucien, après des combats exhibitionnistes, Mesdames, Messieurs, voici venir la Finale ! »

Je laissai les concurrents se démerder entres eux pour les signes à faire en début de combat. Je préférai leur chuchoter à eux deux que le premier qui toucherait à un cheveu du public serait disqualifié d’office. Et que le meilleur l’emporte. Et que la finale commence. Le public hurla, il n’en pouvait plus. Ils avaient tous compris que le match serait au moins du niveau contre Lucien, au moins. Il y eut des hystériques, il y eut des pleurs. Je sortis du terrain de combat en hurlant :
« ET QUE LA FINALE SOIT EXPLOSIVE !!! »



[HRP : C'est parti pour la Finale, Messieurs !
Nayki, c'est à toi de commencer !
Une semaine de réponse. Si elle est dépassée sans explication de la part d'un des joueurs, le combat sera terminé.
Que le meilleur gagne.]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptySam 22 Sep 2012 - 19:32
Je garde encore en travers de la gorge un combat selon moi inachevé, et plus par ma faute que celle de qui que ce soit d'autre. M'attardant sur un spectateur j'aurai dû continuer le combat quitte à y rester, quitte à y passer. Seulement je me suis préoccupé d'un homme qui n'avait rien à voir au conflit et à cause de ca je ne considère pas avoir gagner mais plutôt avoir gâché un combat qui aurait pu finir en explosion, tel le terrible final d'un feu d'artifice. Mais je compte bien profiter de cette nuit pour me rattraper et tel un arrêt technique dans le ciel nocturne, relancer d'un coup la machine et faire voler en éclat des millions de projectile, remplissant les yeux des spectateurs des reflets que le combat annoncera. Et pour cela rien de tel qu'un voyageur qui s'est battu comme un tigre. D'après le commentateur je possède sur lui l'avantage de connaître Dreamland et donc de savoir qu'ici rien n'est prévisible et surtout pas le pouvoir de son opposant. Adossé dans un coin de l'arène je ne peux m'empêcher de trépigner d'impatience, et j'ai beau tenter de contrôler ma respiration, seule l'adrénaline du combat me permettra d'évacuer ce surplus d'énergie. Je lève une main et observe mes doigts qui tremblotent légèrement. Ça ne m'était encore jamais arrivé à l'approche d'un combat... Quelque chose me pousse à croire que je vais devoir donner le meilleur de moi même et bien plus !... Enfin c'est ce que j'espère.

Je lève les yeux vers les ciel et reste quelques secondes à regarder le ciel. Encore une fois bleu, il n'y a jamais le moindre nuage, comme à chaque combat. On pourrait croire que le soleil aussi ne désire pas manquer la moindre bribe de la bataille à l'instar de tous les spectateurs qui se poussent et se bousculent pour voir les deux challengers. A l'occasion de la finale, un immense écran a été installé en haut des gradins, sûrement pour permettre aux spectateurs de revoir les plus beaux moments. Pour l'instant il se contente d'afficher à tour de rôle le visage de Matthieu, dont le nom s'affiche en dessous son visage. Il arbore un sourire, sans pour autant pouvoir assurer que ce dernier est confiant on peut néanmoins le cataloguer de joyeux. Il a des traits forts et un visage anguleux. Quant à ses cheveux... Je me contenterai de dire qu'ils vont avec sa barbe naissante et désorganisée. Son visage finit par s'effacer de l'écran, remplacé par celui du présentateur en attente de son cri de départ. Le combat va se lancer dans les secondes qui vont suivre.

J'en profite pour récupérer mes cartes et observe ma tenue. Un jean simple, souple et noir, il ne gêne pas mes déplacements, il est complété par une chemise de la même couleur, manches longues, dont deux boutons sont enlevés. Le côté gauche de la chemise est orné de signes argentés aussi indescriptibles que stylés. Je sors tranquillement une dizaine de cartes du paquet et glisse le reste dans la poche revolver de mon jean. La silhouette du dénommé Mathieu se trouve à l'autre bout de l'arène, à l'inverse de lui je n'ai pas la moindre idée de son pouvoir. Et quelque chose me souffle que le présentateur n'y est pas pour rien... Cela va donner un peu de piment à ce début de combat. En tout cas je dois rester très vigilant, le moindre faux pas pourrait être fatal car cet homme a enchaîné les victoires unes par unes sans trop de difficultés.

Le cri de départ résonne à travers l'arène, le combat est lancé, les spectateurs hurlent, les gradins tremblent, la sable s'envole sous les vibrations sonores, chacun tape sur son voisin pour l'encourager à crier plus fort (bien que parfois certaines créatures de Dreamland tapent un peu trop fort au point que le voisin en question ne peut plus se permettre de crier... et ne pourra plus jamais se le permettre). Les visages s'affichent une dernière fois. Je surprends dans mes yeux une lueur de folie, une envie de me battre bien plus forte que ce que je pensais. Un désir qui croit chaque fois que j'essaye de le faire refluer. Je suis pourtant obliger de le faire partir, mes cartes ne me permettent pas de me battre à arme égales avec des morpheurs ou des contrôleurs, je me dois d'user de techniques originales et imprévisibles, et pour cela je dois garder mon sang froid. Je continue de souffler l'air de mes poumons quelques secondes puis m'élance. Courant vers mon adversaire, je libère alors le surplus d'énergie et devient alors beaucoup plus lucide, comme si le temps s'écoulait moins vite, comme si tout était plus clair et les choses plus faciles à distinguer.

Ma course est suffisamment longue pour me permettre de préparer mes cartes que je dissimule dans le creux de mes mains en les pliant juste assez pour qu'elles épousent la forme de ma paume. Pour ce combat je compte cacher au début la façon dont j'use de mes cartes afin de diminuer l'avantage qu'à Matthieu sur moi. Il ne me reste donc plus qu'une solution pour me battre, le combat au corps à corps afin de voir comment se débrouille cet homme qui doit environ avoir le même âge que moi. J'espère en tout cas qu'il ne se privera pas d'user de sa phobie pour me permettre de voir ce qu'il peut faire. Un soupçon de rationalité me pousse à croire que je fais là une grosse erreur mais je n'ai pas le temps de laisser filer les choses. Je veux vivre ce combat au plus vite, pas le temps d'attendre et tant pis s'il doit s'achever bien plus vite que tout les autres...

Arrivant à deux mètres du voyageur je lance ma jambe gauche un peu plus haut, modifiant le rythme de ma course avant de reprendre ma foulée en l'étendant un peu pour accélérer et passer à sa gauche. Je n'attend pas et frappe en visant les côtes paumes ouvertes, avec un peu de chance il aura le souffle coupé quelques secondes. Mes doigts s'accrochent à sa veste et je tire vers le bas, me servant de lui pour ralentir ma course et pivoter. Levant la jambe pour frapper de mon genou son dos. Dès mon second coup porté je lâche prise et effectue un Tai-sabaki, c'est à dire un arc de cercle avec un pied pour me positionner de profil par rapport à Matthieu. Une main levée devant mon visage, paume ouverte tournée vers moi, l'autre au niveau de mon cou, pour me protéger. Ne lui laissant que peu de répit je repars à l'attaque. Il avait pile le temps de profiter du temps de latence pour user de son pouvoir, un interlude calculé. Dorénavant je dois imposer un rythme au combat, mon rythme. Et le seul moyen pour lui de sortir de la danse sera de se servir de ses capacités pour me forcer à reculer. Tandis que je réfléchis, mes coups pleuvent, suite de Oi-zuki et Giaku-zuki, des coups de poings directs, auxquels s'ajoutent des coups de pieds circulaires visant à le maintenir cloué au même endroit, ne le faisant pas trop reculé. Pivotant sur mon appui j'effectue un tour sur moi même et frappe en Shuto, un coup donné avec le tranchant de la main en direction de la nuque. Certains de mes coups ont pour projet de lui coller une carte dans le cou ou le dos.

Finalement je donne un coup de pied direct en direction du ventre avant de reculer et me mettre rapidement hors de portée. Je fais craquer ma nuque tout en l'observant. Il est légèrement voûté et les coups portés ne semblent pas avoir été particulièrement efficaces, je lâche un juron digne de faire pâlir un troll en rut... Mais c'est nul comme métaphore ! Bref un sale juron. Il me faut maintenant me préparer à une réaction de sa part. Pour cela le plus simple est encore de le laisser venir. Abaissant mon centre de gravité je lève les mains, doigts ouverts et écarte mes pieds en les faisant glisser dans le sable chaud. Ma position est digne de l'Aikido, sport dont je ne suis pas le plus grand adepte mais qui s'avère très utile face à un adversaire dont on ne sait rien. Je souris, même après m'être approché de lui et l'avoir frapper je ne sais toujours pas ce qu'il vaut, les choses vont être très intéressantes s'il me dévoile petit à petit ses capacités...
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyLun 24 Sep 2012 - 22:57
-JE SUIS EN FINAL ! JE SUIS EN FINAL ! JE SUIS EN FINAL, EUH !!

Rien à faire. Toute la journée, et ce, depuis son réveil, Matthieu n’avait pas cessé d’avoir cette phrase en tête. Il avait beau tenter de penser à autre chose, de se rappeler des souvenirs agréables, des projets futurs, il ne pouvait y échapper. Il était en final, point. En final du Tournoi des Jeunes Talents de Dreamland. Ca valait largement n’importe quelle finale d’une coupe de monde de foot. Surtout qu’en règle générale, lorsque la France arrivait, par miracle, à se qualifier pour le dernier match, Matthieu avait peu de chance d’y participer lui-même (gueuler dans des gradins n’a jamais été considéré par les cercles initiés comme un sport en compétition). Mais là, il avait réussi, par ses propres moyens, à terrasser tous les adversaires qui se dressaient entre lui et la victoire. Et gagné un combat à Dreamland, voyageur contre voyageur, c’était quand même une autre paire de manche que de réussir à mettre un foutu ballon dans un filet. En tout cas, toujours était-il qu’il était en final, et qu’il avait un mal fou à ne pas en parler autour de lui. C’était tellement énorme, tellement fou, tellement génial ! Et le voila qu’il devait attendre que sa journée se passe, et faire comme si de rien n’était, alors que ce soir allait arriver l’un des plus grands événements de sa vie, du moins, de sa vie onirique. Il avait tellement la tête ailleurs qu’il renversa bien deux verres qu’on lui avait commandé. Mais cela lui importait peu : seul comptait le tournoi, qu’il comptait bien remporter.

Hier soir, il avait triomphé de Tashida. En même temps, il s’en serait énormément voulu de s’être fait jeter par un type allié à un papillon, fusse-t-il géant. Si le match avait été des plus endiablés, il n’avait pas atteint le niveau de fureur de celui contre Lucien, et c’était tant mieux. Même si Matt avait apprécié un tel challenge, il préférait éviter de mettre sa vie en jeu une nouvelle fois. Et puis, il fallait avouer que Lucien était un brin taré. Un brin, seulement. En tout cas, la lutte contre Tashida s’était conclue en beauté pour Matthieu, qui avait à la fois triomphé de l’invocateur et de l’invocation. Ca, c’était fait ! En tout cas, de tous les adversaires du jeune homme, Il n’en restait plus qu’un : autant dire que, selon les propres standards de Mollusque-man, c’était gagné d’avance. A lui les honneurs, les EV, les femmes ! Mais avant ça, il y avait bien ce dernier match... Pour l’instant, Matthieu ne l’appréhendait pas, car il était sur un petit nuage. Oh, n’allez pas croire qu’il était du genre à se contenter d’être arrivé jusque là. Au contraire, si jamais il s’avérait qu’il devait perdre, Mollusque-Man se retrouverait irascible comme jamais, et le fait d’avoir été finaliste d’un des tournoi les plus difficiles du Multivers (même s’il ne réunissait que des récents voyageurs, il ne valait mieux pas imaginer ce que ça pouvait donner aux niveaux supérieurs) n’était en aucune manière une consolation. Toujours était-il que Matt était sûr qu’il allait gagner. Il n’en avait jamais douté, sauf, peut-être, quand il avait dû invoqué Germaine lors du premier affrontement. Mais bagatelles que tout ceci. Il avait pris trop de coups sur la tête pour se poser encore des questions.


-Hahaha, je vais tous les niquer !

Les quelques poivrots du bar où travaillaient Matthieu se retournèrent vers cet étrange jeune homme qui semblait parler tout seul tout en s'esclaffant. Lorsque ce dernier se rendit compte qu’on l’observait de façon relativement ahurie, il maugréa dans sa barbe de trois jours, protestant en lui-même que personne ne pouvait le comprendre, et que c’était tout de même pénible de n’avoir personne à qui communiquer sa joie, si compréhensible, bordel de merde (en gros). Il était condamné à devoir trimer toute la journée, son esprit perdu dans l’expectative de la soirée approchante, où il allait pouvoir faire triompher son génie (du moins, l’état avancé de grossissement de ses chevilles). Il retourna donc au travail, manquant d’étrangler un client qui trouvait que cela n’allait pas assez vite (Matt était bien de son avis), regardant anxieusement l’horloge toutes les cinq minutes trente, attendant de façon totalement impatiente que l’heure de son départ sonne, afin de foncer dans son lit, histoire d’arriver le plus vite possible sur Dreamland. Et malheureusement pour Matthieu, la journée ne pouvait pas filer plus lentement. Mieux encore, une fois arrivée (ENFIN) chez lui, s’il se précipita bien pour aller se coucher, il était si excité qu’il eut un mal fou à s’endormir. Ce fut donc particulièrement énervé qu’il arriva sur Dreamland.

Tout en bougonnant, et se privant largement de la joie d’être enfin là, Matthieu se dirigea vers l’arène, en trainant autant que possible les pieds, afin de bien montrer qu’il n’était pas content. Mais alors pas du tout. Il regrettait presque que personne n’essaye de l’intercepter en prétendant qu’il n’avait rien à faire ici, cela lui aurait donner un bon prétexte pour se calmer les nerfs, même si, en toute logique, il allait pouvoir le faire dans quelques instants, et légalement, en plus, sous les hourras du public. Que demande le peuple ? Que les choses aillent plus vite, maugréa Matt en lui-même, tandis qu’il se rendait là où on l’attendait. Même s’il trainait des pieds, Mollusque-man arriva rapidement dans le stade. Il attendit quelques secondes, le temps de préparer son entrée, et en profita pour jeter un coup d’oeil à sa tenue. Rien d’inhabituel : jean (bleu foncé) et T-shirt (gris avec un motif en forme de coquillage en spiral), tous les deux assez larges pour héberger deux personnes comme lui. Matt mit une main dans ses cheveux (il les trouvait trop coiffés pour être honnêtes), respira un grand coup, et entra dans l’arène, sous les vivats de la foule, ce qui le ragaillardit quelque peu. C’était peut-être une impression due à son égo quelque peu gonflé par les derniers événements, mais le public n’avait jamais été aussi enthousiaste, ni aussi bruyant et joyeux. Ceci dit, c’était normal : c’était la finale, on pouvait vraisemblablement s’attendre à un spectacle plus intéressant qu’un combat de coqs dans l’arrière-boutique d’un bar glauque quelconque (quoique...). L’arbitre arriva, le même blondinet que de coutume. Mais qu’avait-il fait de l’autre, bordel ? En attendant, négligeant les réflexions métaphysiques de Matt à propos de la disparition de l’autre arbitre cinglé, celui qui ne l’était pas moins se lança dans une diatribe faisant l’éloge des deux finalistes. Un point fit tiquer Mollusque-man.


-Qui c’est que tu traites de newbie, connard ? hurla-t-il, heureusement couvert par le bruit des supporteurs aussi décérébrés que les participants du tournoi.

Matthieu se renfrogna encore plus à la mention de son match contre Lucien. Il n’avait pas survécu, il l’avait rétamé ! R-É-T-A-M-É ! Non, mais oh, voila qu’on oubliait tous ses mérites. Il profita tout de même du discours de l’arbitre pour jeter un coup d’oeil à son adversaire. Son dernier adversaire ! Il avait d’ailleurs un nom étrange : Nayki. Mais peut-être faisait-il de la pub pour une célèbre marque de saucisse ? Celui-ci était sombrement vêtu, mais un détail alerta Matthieu. Non pas tant la chemise, qui était pour l’invocateur signe d’un certain snobisme, mais plutôt le fait que son adversaire du jour se soit mis à sortir de sa poche ce qui semblait être... Un jeu de cartes ? Qu’est ce que c’était que ce délire, encore ? Ces cartes avaient-elles un rapport avec le pouvoir de ce voyageur, ou ce dernier s’était trompé d’endroit pour sa finale de poker ? N’empêche, la réflexion eut le don de détendre le jeune homme, qui se permit même un petit sourire, qu’il espérait être condescendant. Ba, peu importe, Matthieu le verrait bien en temps venu. Temps qui n’allait pas tarder à arriver, d’ailleurs, au vue des dires de l’arbitre. Le pauvre Matthieu ne comprit d’ailleurs pas pourquoi celui-ci les invita à ne pas attaquer le public. Ce genre d’événement était-il déjà arrivé ? Il y avait déjà fort à faire dans l'arène, pourquoi étendre le bordel dans les gradins ? Allez savoir.

A propos de bordel... Le combat avait à peine commencé que s’en était déjà un, et un beau, en plus. En effet, aussi fou que cela puisse paraître, Nayki avait littéralement bondit sur Matthieu, et l’avait atteint avant même que l’invocateur ne put réagir de quelque façon que ce fut. Et cela fit plutôt mal. En effet, Matthieu, assailli par l’effet de surprise, ne sut réagir aux premiers coups portés par son adversaire. Un spécialiste aurait constaté que ce dernier s’y connaissait, mais honnêtement, Matthieu n’en avait rien à foutre. Tout ce qu’il pouvait constater, c’était qu’il avait mal. Il ne voulait rien avancer, mais heureusement pour lui, il n’avait rien senti de casser pour l’instant. Bon, il était temps de réagir. Ses précédents combats avaient amélioré Matt dans le domaine, qui n’était plus aussi débutant en la matière qu’au début du tournoi, il ne mit donc pas trop de temps à se rendre compte que son adversaire était en train de lui en mettre plein la figure, et qu’il se faisait rien, il allait se faire massacrer. Mais il était loin d’être foutu : il avait plusieurs atouts dans sa manche, et certains de ses atouts étaient loin d’être des incapables dans le domaine du corps à corps. C’est pourquoi, alors que Nayki allait porter un nouveau coup à Matthieu, celui-ci frappa entre ses deux poignets, et apparut devant lui une carapace géante, qui encaissa parfaitement les coups répétés du Karaté Kid en herbe. Matthieu put souffler. Heureusement qu’il avait avec lui Oscar. Certes, d’ordinaire, sa carapace de chitine servait plus à le protéger lui que son invocateur, mais on n’allait pas chipoter.


-C’est quoi, ce mec, Matthieu ? demanda Oscar, un peu interloqué de s’être fait invoquer pour se prendre des coups.
-Ton plat du jour. A l’attaque !

Oscar, comme à son habitude, gloussa, se mit en boule, et chargea. En effet, Nayki, après ses foudroyantes attaque de corps à corps, s’était reculé, sans doute pour constater les dégâts. Cela laissait largement le temps à Matt, ou plutôt, à son chiton géant, de passer à l’action, et de venger ce qu’avait subi son invocateur. Matthieu avait calculé son coup (enfin, il l’espérait) : à cette distance, et vu la rapidité d’Oscar, celui-ci avait de fortes chances d’atteindre sa cible, même s’il était peu probable qu’il lui cause de forts dommages, justement à cause de la faible distance qui l'empêcherait de prendre suffisamment d’élan. Ceci dit, comme Matthieu n’était pas censé tuer son adversaire... En tout cas, cela donnerait l’occasion à l’invocateur de prendre les devants, en réagissant quelque peu et en se ressaisissant. Il s’éloigna un peu de la zone d’affrontement, prêt à riposter si jamais l’autre se débarrassait trop rapidement du coquillage dévastateur, ce qui était peu probable. Et puis, au pire... Il avait d’autres monstres en réserve...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyDim 30 Sep 2012 - 18:24
En un instant la situation se retourne, aussi vite qu'une crêpe dans la poêle d'un breton, je venais de lui asséner bon nombre de coups seulement les derniers se sont heurtés à un mur aussi résistant qu'inattendu. Et plus précisément un mur vivant et assez agressif, sorte d'escargot mais dont la coquille le recouvrirait entièrement, en quelque sorte une limace qui se serait faite écrasée par des cailloux mais qui parviendrait à vivre avec l'un d'entre eux sur le dos. Mon dernier combat du tournoi est aussi le premier au cours duquel je me retrouve face à un invocateur de créatures, qui plus est pas des petites bestioles au vu de la taille car l'invocation fait aisément deux mètres de long et presque autant de large. Je n'ai aucune foutue idée du nom que l'on donne à une telle espèce mais une chose est sure... C'est tout bonnement répugnant...

Au moment où je prend position, à quelques mètres à peine de Matthieu, le mur réagit et se roule en boule avant même de toucher le sol et puis se lance dans une roulade effrénée dans ma direction à la seconde même où il entre en contact avec le sol, une façon de faire qui me rappelle amèrement que j'en ai fait tout autant au début du combat. La carapace n'a pas seulement résistante, elle est aussi articulée pour lui permettre de changer de position. Je prend alors conscience qu'en plus d'être immense, la créature est également rapide, très rapide, trop rapide...
Si quelqu'un m'avait foncé dessus à la même vitesse j'aurai amplement pu esquiver en me servant du corps de l'autre comme pivot pour le passer sans mal, seulement là il n'y a aucune prise, pire encore si j'essaye de poser ma main sur la coquille qui entoure l'animal elle va se faire entraîner vers le bas, me déséquilibrant plus qu'autre chose. N'ayant pas vraiment le choix je me jette sur le côté en tentant vainement d'effectuer une roulade, seulement le mollusque percute mes jambes alors qu'elles sont en l'air, me faisant partir dans un tonneau aérien aussi acrobatique que la chute en est douloureuse. Au lieu de me rattraper en posant mes mains au sol je me retrouve à nouveau éjecter bien plus loin et de façon totalement incontrôlable, mes yeux me montrent à tour de rôle le sol et le ciel tandis que je virevolte. Finalement le sol s'impose et je m'écrase par terre, face dans le sable en poussant un gémissement plaintif. Relevant la tête je crache tout le sable accumulé dans ma bouche et ramène mes bras contre mon corps pour me redresser. Je me redresse légèrement et observe les murs de béton ainsi que les deux seuls être vivants potentiellement dangereux. Du moins je devrais en voir deux, mais seul se dresse face à moi l'invocateur et j'ai beau tourner la tête à droite comme à gauche rien à faire, le truc étrange semble avoir disparu.
Mes neurones parviennent une courte seconde à se reconnecter et je comprend alors que le danger est imminent. Une rapide déduction me souffle que je n'aurai absolument pas le temps de me mettre debout pour esquiver le truc rond.
Choisissant une méthode aussi stupide que désespérée, je soulève mon corps en ne le maintenant plus que sur les mains et les pieds avant de transvaser le poids sur le côté gauche. J'attends une petite seconde et finis par me propulser sur la gauche, esquivant de peu l'animal déchaîné. Il passe à quelques centimètres à peine de moi et j'ai l'impression qu'il va encore plus vite que tout à l'heure. Il doit sans doute prendre peu à peu de l'inertie. Profitant du court laps de temps qui s'offre à moi je me relève en quatrième vitesse laissant enfoui dans le sol des cartes dressées vers le haut. Je suis des yeux la trajectoire de l'animal qui effectue un arc de cercle pour ne pas perdre de vitesse et nul doute qu'il va à nouveau me foncer dessus. Cependant je dois aussi rester attentif à l'invocateur car même si à l'inverse d'autres voyageurs il n'est pas doté de capacités physiques extraordinaires, je me retrouve quand même confronté à deux entités et peut être même plus... Bien que l'annonce faite au micro par le commentateur me pousse à croire que les capacités de Matthieu sont encore suffisamment limitées pour que je ne me retrouve pas face à davantage de problèmes.

La bestiole finit par arriver, bien plus vite que toutes les précédente fois. J'ai beau essayer de penser à autre chose mais la façon dont se déplace et attaque le mollusque me fait irrémédiablement penser à Racaillou effectuant une attaque roulade où chacun assaut est plus puissant que le précédent. Malgré la dangerosité de la situation j'esquisse un sourire et lance trois cartes sur la copie de pokémon, visant du mieux que je peux les interstices entre chaque partie de la coquille. Si l'animal avait été plus petit cela aurait été impossible mais la taille de la bête est proportionnelle à la taille des écarts entre ses protections et si je parviens à les atteindre je pense pouvoir la gêner suffisamment pour ralentir sa course. De plus la surprise du choc devrait suffire à la faire garder son cap en plein sur moi, me permettant d'esquiver au dernier moment. Cinq de mes cartes filent ainsi à la recherche de failles puis je suis forcé de m'écarter en faisant un pas de côté tel un gardien de Handball, sauf que là je laisse passer la balle. Je ne retiens pas un petit « Olé » tandis que l'énorme animal traverse le champ de cartes.
J'ai à nouveau droit à un délai de réflexion, soit je me lance sur l'invocateur et engage un corps à corps en me servant de mes cartes, une méthode plutôt pratique car j'ai ainsi la possibilité d'éliminer le problème de la créature car si elle me fonce dessus alors ce sera fondre sur nous deux. De plus si elle s'arrête pour ne pas faire de mal à son créateur j'aurai l'occasion de desceller un ou deux points faibles dans sa carapace. Chose que je n'ai pas le temps de faire en ce moment vu le rythme qui m'est imposé. D'un autre côté il serait peut-être aussi préférable de garder la distance et des les harceler de mes cartes, nul doute que Matthieu a déjà dû comprendre quelque peu l'utilité de mes cartes, autant ne pas lui laisser l'occasion de trop bien déchiffrer leurs capacités en l'attaquant lui plutôt que son adorable animal de compagnie qui, bien qu'affreux, semble réellement disposer d'une armure à toute épreuve...

Ne parvenant pas à choisir entre deux possibilités qui se valent je décide de m'occuper exclusivement de l'invocateur, passer mon temps à me battre contre le mollusque c'est prendre le risque de perdre beaucoup de temps et d'énergie alors qu'il peut sûrement en invoquer d'autre à tout instant. Et pour être arriver là il est sur qu'il peut en invoquer d'autres, on ne parvient pas aussi loin avec uniquement un berlingot, aussi gros soit-il. Suivant des yeux les mouvements de l'invocation, je la laisse effectuer son arc de cercle avant de me lancer sur Matthieu qui est replié dans un coin. L'arène est tout à son avantage car son imposante bestiole a on ne peut plus la place de prendre de l'élan avant de revenir à l'assaut. Lorsque j'estime que la charge va de nouveau reprendre je me déplace imperceptiblement puis recule en gardant face à moi le mollusque, je profite de ma course pour coller des cartes à ma main gauche, la recouvrant d'un gant allant du bout de mes doigts à la moitié de mon avant bras, une sorte de plâtre en quelque sorte. L'invocation a encore pris de la vitesse et il semble impossible de pouvoir m'être un terme à sa course. Je jette un bref coup d’œil derrière moi puis me focalise à nouveau sur la dangereuse sphère. Si cette dernière est capable de réfléchir elle va modifier sa trajectoire avant la fin pour me percuter. Et c'est ce que je dois la pousser à croire. La distance nous séparant commence à être dangereusement courte mais je persiste à reculer bien que l’assortiment de rocher aille beaucoup plus vite que moi. Au dernier moment je ralentit mon rythme et esquisse un mouvement sur la gauche. Mon pied touche le sol et je rebondis aussitôt, non pas vers la droite mais en plein sur le mollusque. Avec un peu de chance cela devrait suffire à le faire dévier légèrement. Je lève ma main couverte de carte et frappe sur le côté de la créature, me projetant sur le côté et esquivant sa charge.

Il ne me reste plus qu'à me retourner et à observer les retrouvailles entre les deux autres protagonistes du tournoi. Si j'ai autant reculé c'est pour éviter que le mollusque ne change de direction après m'avoir dépasser. De plus, même si je me doute que Matthieu a vu où je voulais en venir, il y a des chances pour que son attention soit temporairement focalisée sur son invocation, car mon pas sur le côté et le coup porté ont fait dévié l'animal là où l'invocateur se trouvait peu de temps avant. Me laissant l'occasion de m'opposer à lui à distance à l'aide de mes cartes avant de monter au contact au moment où son invocation recommencera sa course.
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 2 Oct 2012 - 0:26
Oscar méritait sincèrement une médaille. Plus que Matthieu, il était le véritable battant de ce tournoi. L’invocateur devait le reconnaitre, l’invocation tenait le haut du pavé par ses actions durant tous les matchs qui avaient eu lieu jusqu’à présent. Le chiton avait été invoqué et utilisé à chaque fois. Et à chaque fois, il s’était avéré redoutable, et avait mis sa carapace en danger, et bien souvent de façon très périlleuse. Mollusque-man avait donc eu bien raison de s’en servir pour chacun de ses combats, il ne l’avait pas fait en vain. C’était tout de même fou ce qu’on pouvait faire avec quelques plaques de chitine collées à un corps spongieux roulant sur lui-même à plusieurs kilomètres heures. Jusqu’alors, Matt n’avait jamais su ce qu’était un chiton. Sans nul doute que, désormais, il le savait. Et ses adversaires aussi. Avoir été plus ou moins broyé par une créature permettait probablement d’établir un certain rapport d’intimité avec celle-ci, à défaut de chercher sur wikipédia quelle était bien la connerie qui vous avait explosé un membre. Mais bref. Toujours était-il que le mollusque n’avait pas démérité pendant l’ensemble du tournoi, et nul doute que l’on retiendra essentiellement ses possibilités plus que celles des autres invocations de Matthieu. Mis à part, Germaine, bien entendu, mais c’était une autre histoire.

Tout cela pour dire qu’Oscar s’était plutôt bien débrouillé avec l’adversaire du jour. Après avoir défendu de façon efficace son maître, il avait entrepris de venger ce dernier en s’attaquant à son ennemi, comme il le lui avait demandé. Certes, cela aurait pu être mieux, selon les propres standards de Matt. Mais malheureusement, le dénommé Nayki s’était avéré des plus rapides, comme il avait su le prouver jusqu’à présent. Mais tout de même, il y avait une justice. Il avait semblé à Matthieu que lors de son premier saut, son vif adversaire avait été touché à la jambe. Pas assez pour que celle-ci soit broyée, malheureusement, mais sans aucun doute, il avait été blessé. Voila qui saurait entraver ses mouvements, et l’empêcher d’en mettre une à Mollusque-man sans que celui-ci ait le temps de bouger le petit doigt. Mais bon, le fait était qu’il n’avait pas été assez endommagé pour empêcher Nayki d’éviter ensuite au fur et à mesure les attaques répétés du chiton, tel un toréador face à un taureau en furie. Matthieu aurait été un peu plus cultivé, il aurait sans doute siffloter l’air des Toréadors, extrait de Carmen (de Bizet, évidemment).C’était un drôle de spectacle, tout de même, que ce coquillage géant s’attaquant méthodiquement ainsi à un jeune homme. Si l’invocateur avait été spectateur, il aurait sans doute trouvé cela drôle. Une petite minute : c’était exactement ce qu’il était en train de faire. Il était temps d’agir, et d’arrêter de se tourner les pouces.

Il aurait été vraiment stupide de la part de Matt de rester inactif tandis que son adversaire était aux prises avec son chiton. Certes, le jeune invocateur était loin d’être une lumière, mais il avait tout de même fini par prendre le sens du combat. De plus, le petit jeu de chat et de souris entre Oscar et Nayki (difficile d’ailleurs de déterminer qui jouait quoi) commençait à le lasser, et il en voulait pour son argent en terme d’action. Quelqu’un d’un peu plus lucide lui aurait rétorqué que son concurrent au titre de champion des Jeunes Talents avait un avantage certain en terme de corps à corps. Matt aurait répliqué qu’en ce qui le concernait, il avait un certain avantage pour la mêlée furieuse. Tandis que l’autre type dont le nom évoquait toujours pour notre antihéros le nom d’une saucisse, Matt entreprit de foncer vers lui, histoire de lui faire comprendre que lui aussi pouvait être agressif quand il le voulait. Pour des raisons assez étranges, Nayki semblait jouer à une véritable parade amoureuse avec le chiton dévastateur, comme s’il le provoquait puis reculait. Dans le doute, Matt, pas si fou, se dit qu’il lui faudrait utiliser à nouveau une technique qui avait fait ses preuves. Il s’agenouilla donc promptement, et ramassa une poignée de sable de l’arène. Se faisant, il se lança dans la direction de son adversaire.

Ce fut alors qu’il s’était bien rapproché qu’il comprit ce que ce dernier comptait faire, ainsi que ses pouvoirs, qu’il n’avait toujours pas saisi jusqu’à présent. En effet, en reculant, Nayki semblait bien vouloir coincer Oscar. Matt vit alors les pouvoirs qu’employait son rival pour ce faire. Il utilisait... Ses cartes ? Mince alors, c’était dingue ce qu’on pouvait faire sur Dreamland avec deux bouts de cartons. Finalement, il ne valait mieux ne pas lui proposer une partie de poker. En tout cas, Matt put constater que Nayki avait réussi à s'agrandir la main, en quelque sorte, grâce à ses cartes. Et, apparemment, il avait pu en glisser quelques-unes dans la coquille du chiton, ce qui expliquait pourquoi ce dernier avait ralenti son allure depuis quelques temps. Même Mollusque-man pouvait comprendre que ces cartes n’étaient sans doute pas que du papier inoffensif, et qu’elles avaient sans doute d’autres possibilités. A propos de papier inoffensif... Une idée terrible germa dans le cerveau du voyageur, tandis qu’il continuait à se rendre vers le lieu de l’affrontement entre Nayki et Oscar. Lui aussi avait d’autres cartes en manche...

Son plan était des plus risqués, mais il n’avait que celui-là en tête. Il avait plusieurs désavantages, dont celui de sacrifier Oscar pour une autre invocation. Ceci dit, rien ne l'empêchait de rappeler le chiton ultérieurement. Plus d’hésitation, il devait le faire, même s’il allait sans doute encore avoir toute l'arène sur le dos pour cela. Matthieu accéléra le pas, et tout en courant, frappa du poing sa main gauche, ce qui fit disparaitre Oscar dans une fumée jaune pas vraiment naturelle. Puis, tout en de dirigeant vers son concurrent, l’invocateur entreprit de nouveaux gestes cabalistiques avec ses mains. Aussitôt apparut un nouveau monstre, juste derrière le joueur de cartes. L’odeur qui émana de l’apparition, ainsi que l’aura de terreur qui parcourut les gradins étaient symptomatiques : Germaine venait de faire son entrée... Elle n’était pas revenue depuis le premier match contre Clem, et c’était tant mieux. Mais le manieur semblait être des plus coriaces, surtout en ce qui concernait le corps à corps. Autant combattre le feu par le feu...


-Monsieur Razowsky, vous n’avez pas rendu le dernier formulaire, fit la limace à Nayki de sa traditionnelle voix blasée mais plus envoutante qu’un chant de sirène.

Le plan était simple, mais efficace. Certes, le manieur de cartes avait gardé un oeil sur Matthieu et Oscar, coincé comme il l’était entre eux deux. Mais la disparition du chiton l’aurait sans aucun doute perturbé. Ajoutez à cela Germaine. Cette dernière était capable de déconcentrer un moine pendant son office, ou un acteur pornographique pendant son travail (et non, il n’y a pas forcément de similitude entre les deux piètres comparaisons). Même si Nayki ne se prêtait pas au terrible jeu, si l’on peut dire, de la comptable, il était sûr et certain que son attention serait captée pendant quelques instants. C’était plus qu’il en fallait pour Matthieu. Rapidement, il fit face à son adversaire, et lui projeta sa poignée de sable récoltée quelques instants plus tôt en pleine figure, ignorant Germaine. De toute façon, ce n’était pas le sable qui gênait l’administration, c’était l’administration qui gênait le sable. Ou un truc du genre. En tout cas, Matt profita de la courte indisponibilité de son ennemi pour lui envoyer un puissant coup de genoux en plein estomac. Le pauvre Nayki était désormais coincé entre l’enclume et le marteau, entre Matthieu et Germaine. S’il reculait pour éviter les coups de l’invocateur de mollusques, la pire comptable du multivers risquait de lui infliger sa salive si corrosive. Si Nayki s’en prenait à Matt, celui avait du répondant, ainsi qu’une ignoble alliée pour attaquer les arrières du joueur de carte. Et dans l’improbable hypothèse que Matt se retrouve propulsé contre sa propre invocation, il n’aurait qu’à la faire repartir de là où elle venait pour éviter les dégâts que ne manqueraient pas de causer son acide baveux. Un sourire aux lèvres, Matthieu lança un nouveau coup de poing dans les côtes de son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 9 Oct 2012 - 21:21
Retour à l'envoyeur, tel frappée par un revers foudroyant, la balle qu'est le mollusque se dirige à toute vitesse vers son invocateur, me cachant la vue de ce dernier. Je guette avec impatience l'instant où esquivera mon opposant. Avec un peu de chance il sera propulsé au sol, au pire il sera temporairement perdu et ce court laps de temps me suffira à cribler son corps de mes cartes, lui faisant tendrement comprendre les capacités d'un manieur. Le poing armé, je jubile à l'idée de lui rendre la pareille pour le choc subi tout à l'heure. Ma jambe tremble légèrement et je dois avoir pris un coup dans les ligaments croisés car mon genou a gonflé. L'adrénaline qui circule dans mon corps devrait suffire à m'épargner de trop grosses douleurs mais la nature risque de très vite reprendre ses droits, et à ce moment-là le vrai combat commencera car pour l'instant, à part m'envoyer des atrocités couvertes de plaques ultra-résistantes Mat' n'a pas fait grand chose et est aussi actif qu'un cinquantenaire avachi dans son fauteuil en regardant un match de foot (Je ne dis pas là qu'il est inactif, crier à travers sa télé sur l'arbitre comme s'il pouvait entendre quoi que ce soit est sûrement très éprouvant) je ne vois pas vraiment ce que vient faire cet énergumène en finale...

La collision ou l'esquive ne devrait désormais plus se faire attendre. Je m'élance avant de stopper net ma course, arrêter par l'apparition d'un gigantesque écran de fumée jaune, celle-ci s'étend dans toutes les directions, me cachant Matthieu. Je ne parviens d'ailleurs plus à voir l'énorme sphère agressive... En plus d'être immonde elle a l'air capable de lâcher des gaz assez malodorants... Je tente de distinguer quoi que ce soit à travers l'épais rideau jaunâtre mais mon observation est dérangée par une voix aiguë disant des choses incompréhensibles, et le réel point gênant est que cette voix vient de derrière moi, juste derrière moi. Par réflexe je tourne la tête et ouvre les yeux autant que la bouche. Les caméras doivent se régaler de l'expression qui se peint sur mon visage tandis que je pleure en me retrouvant face à une limace faisant bien dans les deux mètres de long... A moins que les larmes ne soient dû à l'élégante intervention de Matthieu qui, bien décidé à me faire revoir mon jugement sur son activité intense pendant le combat, me lance du sable dans les yeux à peine le rideau de fumée dissipé.

Au moment où la brûlure du sable me touche je sens poindre en moi une colère sourde... Bordel chacun de mes adversaires n'a pas trouvé mieux que de me balancer du sable en plein dans la face. A tour de rôle ils se sont éclatés à me voir chialer à cause de l’irritation provoquée sur mes globes oculaires... C'est à en devenir fou... Un peu plus et je vais développer une putain de phobie du sable qui avec un peu de chance me permettra de leur rendre la pareille si j'en viens à maîtriser cette terreur. Néanmoins l’expérience aidant je ferme les yeux et me concentre sur la carte collée derrière lui, à la base de son cou pendant que je frappais en Shuto au tout début du combat, les cartes placées au creux de mes mains tandis que je le rouais de coup ne servaient qu'à ca. J'avais déjà utilisé cette technique face à Felen et je n'ai désormais plus besoin de temps d'adaptation avant de pouvoir le repérer malgré mes yeux clos. L'originalité ne semble pas être au programme du tournoi, les spectateurs aiment regarder sans cesse les mêmes choses, du moment que les protagonistes changent occasionnellement. Maintenant que mes paupières sont fermées je prends conscience que l'énorme mollusque rond a en fait disparu car les cartes accrochées à sa coquille sont toutes tombées par terre, le nuage de fumée ayant sans doute été causée par son retour dans... Dans le monde des quoi d'ailleurs ? D’où viennent les invocations de ce type de voyageur ? D'un autre endroit dans Dreamland ? Dans ce cas elles doivent parfois être sacrément frustrée quand on les convoque n'importe quand alors qu'elles sont occupées...

Je distingue soudain le prochain mouvement de mon adversaire. Avant de donner un coup de poing on avance une jambe puis on fait tourner le buste juste avant que le coup ne porte, ainsi le cou, pour garder la tête face à l'adversaire est obligé de pivoter, faisant donc tourner la carte par la même occasion. Celle-ci en plus d'être impossible à enlever à moins d'arracher la peau, est placée à un endroit où l'on ne peut tirer avec force. Il aura donc bien du mal à s'en débarrasser. Espérant que ma cécité temporaire suffise à lui faire croire que je suis réduit à l'état de punching-ball, je lance une contre-attaque téméraire. Faisant pivoter l'un de mes pieds je me retrouve de profil par rapport à lui, faisant passer le coup à côté de moi. Immédiatement mes mains se lèvent et de mon poing ganté je frappe sa clavicule tandis que dans le même instant mon coude vient heurter son plexus solaire. En frappant deux fois au même moment la force au lieu d'être divisée par deux est à l'inverse deux fois plus forte et ces coups portés à des parties sensibles du corps devraient suffire à stopper son élan et sa respiration. De plus j'ai tapé suffisamment fort pour briser la clavicule, si j'ai frappé au bon endroit, ce qui n'est pas simple car j'estime tout à partir de la position de la carte, il va avoir très mal à l'épaule et son bras sera difficilement utilisable.
Pour l'instant mon bras gauche fait barrage entre lui et moi, le poing toujours placé au niveau de son épaule, je profite de ma position pour lâcher mon second coup, poing droit cette fois en plein dans la gorge. J'esquisse un sourire avant de me rappeler que mon adversaire n'est pas le morpheur de la dernière fois mais un invocateur et que le réel danger n'est pas lui mais la chose immense qui se trouve derrière moi. Réagissant au quart de tour je me sers de ma main gauche que je passe sous son bras pour me servir de son corps comme point d'appui afin de passer derrière lui. Seulement pour ca je suis obligé de me plier en deux et je sens alors toute la dureté du coup de genou qu'il m'a porté tout à l'heure. Je parviens cependant à finir le mouvement avant de céder une grimace de douleur, la colère de tout à l'heure avait suffit à ne pas me faire sentir le choc mais bouger mon torse est désormais un supplice...

Si tout se passe bien il me reste encore quelques secondes avant qu'il ne reprenne pleinement l'usage de ses capacités, le coup porté au plexus est censé laisser HS un long moment. La première fois que je m'en suis pris un je suis resté à genou au sol incapable de respirer et totalement à la merci de mon adversaire.
Profitant du temps de latence que j'espère offert par Matthieu je m'esquive et m'écarte le plus possible de lui en espérant ne pas me prendre un mur ou me heurter à sa gigantesque limace... Je n'ai pas d'autres choix que de fuir le temps de retrouver ma vue...
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 30

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMer 10 Oct 2012 - 13:53
Hello Guy,

Après lecture attentive de la dernière réponse du Rpiste Nayki Shin à la finale du Tournoi des Jeunes Talents, et après maintes délibérations des deux arbitres (Khi et moi, pour ceux que ça intéresse) afin de garder un équilibre objectif, la décision suivante est appliquée :
« Les actions de Nayki suivant son aveuglement par le sable de l’arène sont à mettre au conditionnel ou tournées de telle façon qu’il y ait le doute sur la réussite, et que même si les modifications ne sont pas effectuées, les deux participants et en particulier Matthieu Furt, pourront accepter ou ignorer lesdites actions citées précédemment ; de tels actes de précision étant en contradiction avec la cécité décrite par le Rpiste Nayki Shin, et qu’une technique physique comme une clef de bras alors que rien ne la prédisposait sinon les seules actions de l’exécuteur ne saurait être admise aussi facilement, et qu’elle est à ranger avec d’autres techniques trop puissantes telles qu’arracher un œil à son adversaire en se servant uniquement de son lobe gauche. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyLun 15 Oct 2012 - 22:52
Le coup de Matthieu était audacieux, c'est-à-dire s’il était foireux. Mais à vaincre sans péril... On évite les ennuis, certes. Il fallait dire qu’on récompensait bien mal l’initiative dans ce tournoi. Pour une fois que Matt s’attachait à faire autre chose que de contempler ses créatures en train d’exploser ses adversaires... Il pouvait bien s’en mordre les doigts. Il l’avait fait quelques fois pendant le tournoi, et à chaque fois, cela n’avait pas été à son avantage. Ne parlons même pas de la fois avec Lucien où il avait fini écraser contre un mur de l’arène d’un grand coup de marteau bien ajusté. Bref, tout cela pour dire que Matthieu était quelque peu dépité. Et en plus de cela, il avait mal. Non, franchement, son dernier coup, qu’il avait espéré de maître, ne s’était pas passé comme prévu. Mais alors pas du tout. Ceci dit, il y avait comme une essence de masochisme mal refoulé dans la volonté de l’invocateur de s’en prendre au corps-à-corps avec un (apparemment) spécialiste dans le domaine. Mais les choses étaient ainsi, et semblaient des plus injustes pour Matt, auquel il manquait décidément une immense coquille d’oeuf brisée sur la tête. Certes, le jeune homme appréciait beaucoup les retours de fortune qui agrémentaient un combat d’une source d’épique bien dosé et des plus jouissifs. Mais le voyageur aimait beaucoup moins de voir la situation lui échapper à ses dépends, alors qu’il était certain d’être sur le point de gagner.

Force était de constater que ce qui aurait pu s’avérer une bonne idée s’était plutôt mal terminé. En effet, malgré l’attaque «surprise» de Matthieu, son adversaire n’eut aucun mal à l’éviter. Matt n’était même pas sûr de l’avoir toucher, ne serait-ce qu’un tout petit peu. On aurait tout de même lui dire qu’il affrontait un jedi durant la finale. Ce type aurait-il peur de la lenteur pour réagir avec une telle vivacité ? Ceci dit, passe encore les coups évités. Mais ce qui peina quelque peu Mollusque-man furent les attaques qu’il reçut en échange des siennes. Et là, il fallait dire que cela faisait vraiment mal. Cet enfoiré de Nayki savait pertinemment où frapper, un vrai professionnel dans le domaine. Matt avait encore beaucoup d’effort à faire pour parvenir à une telle précision. En ce qui le concernait, il était un fervent partisan de la grosse charge qui défonce (ou plutôt celle de ses invocations): rapide, efficace, concis. Et surtout, beaucoup moins intellectualisée. Il y avait autant de différence entre Nayki et Matthieu qu’entre une attaque chirurgicale et un bombardement orbital. Or, pour l’instant, la frappe chirurgicale avait été lancée, et avait été des plus redoutables. L’invocateur ne voulait pas s’avancer, mais il semblait bien que son épaule gauche avait été démise. Géniale. Il ne manquait plus que cela. Cela devenait une habitude lors de ce tournoi. Ca, et les côtes cassées. Les plus pointilleux auraient réclamé les deux, mais si on devait écouter les maniaques, on ne s’en sortirait plus (surtout le squelette de Matt, du reste).Toujours était-il que le pauvre Mollusque-man, après une attaque qu’il espérait foudroyante et efficace, se retrouvait là, tout penaud, avec une épaule de démise qui le faisait souffrir le martyr. Il fallait dire qu’il n’avait pas été des plus malins de sa part de se lancer ainsi dans le combat, mais il avait espéré que la poignée de sable aurait été plus efficace. Il semblait bien que non.

Toutefois... Heureusement pour Matthieu, il n’était pas seul dans l’arène. En effet, alors que Nayki venait de lui ravager l’épaule et peut-être aussi un peu le bras au passage (il y avait apparemment un prix de gros sur l'ensemble : un bras offert pour une épaule brisée), les choses se précipitèrent. En effet, le manieur de cartes venait tout juste de saboter l’audacieuse tentative de Matt qu’il préféra déguerpir, en sautant par-derrière son adversaire. Ce dernier ignorait qu’on était passé du pugilat au saute-mouton, mais bon. Or, tandis que Nayki s'apprêtait à déguerpir, l’oeil de Matt se focalisa sur une espèce de gros boudin jaune qui se situait juste les pieds du manieur. Le regarde de Mollusque-man remonta : il ne s’agissait en fait que de l'extrémité basse du corps spongieux de la limace géante (vous apprécier la périphrase pour ne pas dire «la queue de Germaine»). En effet, tandis que Nayki esquivait Matthieu, l’immonde secrétaire avait gentiment fait le tour de son invocateur, et avait profité du fait de la momentané cécité de son adversaire ainsi que de son boitement provoqué par son combat contre Oscar pour se placer sur sa route. Et le faire trébucher de tout son long. C’était sans doute la version de Germaine pour «mordre la poussière». Celle-ci, toujours impassible comme à son habitude, se pencha vers le jeune homme étalé sur le sable, en lui tendant un formulaire rose saumon et un stylo.


-Votre formulaire, monsieur Razowsky. Je suis navré de ce contretemps et souhaite autant que vous abréger ce moment pénible, mais nous ne pouvons nous quitter sans que vous l’ayez remplie en bonne et due forme. En trois exemplaires, bien entendu.

Elle manqua de lui planta son stylo dans l’oeil en l’approchant de la sorte. Matthieu déglutit, et manqua sérieusement de plaindre son adversaire. On ne plaisante pas avec la bureaucratie. Et surtout pas avec sa plus célèbre (et fervente) partisane. Mollusque-man savait pertinemment que la limace était prête à tous les moyens, légaux ou non, du reste, pour parvenir à rassasier son intarissable soif de paperasses. La fuir était une véritable utopie. Nayki était bel et bien coincé. L’achever serait lui rendre service en lui administrant ainsi le coup de grâce. Le fait d’avoir rencontrer Germaine une fois dans sa vie permettait de devenir un fervent défenseur de l’euthanasie. Matt se ressaisit vite : il valait mieux clôturer au plus vite le tournoi avant que Germaine ne distribue des fiches d'impôts sur le revenu à tout le monde. Son épaule toujours pendante, et essayant d’ignorer la douleur qu’elle lui causait, le jeune invocateur se rapprocha de Nayki à terre. Passant près de sa jambe déjà abimée, il lui administra un coup de pied, histoire de se venger quelque peu. Puis, il posa son genou sur les épaules de son adversaire, pesant de tout son poids, histoire de l’immobiliser.

-Si j’étais toi, je laisserai tomber. Enfin, façon de parler, hein, vu ton emplacement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyLun 22 Oct 2012 - 20:05
Même si je demeure capable de distinguer où se trouve Matthieu, sa terrible invocation demeure une tache noire dans mon champ de vision déjà bien obscurci. Alors que mon esquive devait me permettre le repos nécessaire pour retrouver la vue, je me retrouve au sol, fauché par je ne sais trop quoi . Un choc auquel on ne s'attend pas et qu'on ne voit pas venir est beaucoup plus dur à encaisser et je n'ai pas le temps de me protéger le visage que celui-ci heurte de plein fouet le sable, m'écorchant le visage... Du moins je pense que celui-ci a subit quelques dommages car il me pique méchamment. Bien décidé à ne pas en rester là je me redresse légèrement, tentant de prendre appui sur mes bras, sauf qu'une voix, la même voix que tout à l'heure, me surprend autant par la proximité que par les propos. Je tourne la tête vers ce que j'estime être l'origine du son mais elle garde désormais le silence. Rien à faire je ne sais pas vraiment où mon agresseur se trouve. Du moins celui-là car l'autre arrive Sur le côté et alors que je parviens enfin à me mettre sur quatre appuis, un violent coup de pied me renvoi à terre, fauchant ma jambe endolorie et me ramenant durement au contact du sable. Mes mains volent pour trouver mon genou mais me plier ravive la douleur à l'estomac... Putain il m'a pas loupé... Je tente de me tourner pour éviter d'être une cible trop facile mais une masse s'affale sur moi, me maintenant sans trop de mal au sol. Ma tête est plongée dans le sable et mon buste est coincé par la force qu'il exerce sur moi. J'ai beau essayer de bouger, de tourner, rien à faire, il a l'avantage total de la position, il me faut trouver un moyen de le faire bouger mais les choix sont assez limités, même si je l'aurai bien voulu je ne peux pas lui chiquer un morceau de jambe et même si ma main gauche peut attraper son pied je ne vois pas trop ce que je pourrai en faire car je n'ai pas de force dans une telle position, à part le serrer le plus possible je suis assez démuni. De plus la substance baveuse doit nous tourner autour en ce moment même... Je croyais que les limaces détestaient le sel, il n'y va pas de même pour le sable ?

Mon opposant prend la parole, faisant gentiment de l'esprit mais plutôt que passer du temps à lui répondre je préfère m'adresser à l'étrange invocation :
« Je peux au moins signer le formulaire avant de finir cette charmante histoire ? Histoire de donner le sourire à ta coéquipière... »

Bien que je doute que sourire face partie de ses capacités... Je dois avouer que j'ai dit un peu n'importe quoi histoire que la limace s'approche ou indique sa position par un son, un bruit, une parole, un murmure, un truc qu'on entend quoi. En effet elle bouge et ne semble pas très loin de nous, peut être sur la droite ce qui serait plutôt logique vu que son invocateur est de l'autre côté. Décidant enfin d'agir je déplace légèrement les cartes fixées à ma main de façon à ne plus les mettre le long de la main mais plutôt comme des épines au creux de ma paume et lance ma main vers mon épaule, visant le creux de son genou. Je ne sais pas ce que j'atteins mais ma main se referme sur de la chair. A partir de là, qu'importe s'il me frappe où si son bouffeur de salade décide de s'en prendre à moi je ne compte pas le laisser repartir avec une jambe intacte. La main serrée je la fais bouger contre sa peau dans le but de planter le plus profondément possible les cartes, n'espérant pas viser un nerf mais au moins lui entamer un muscle. Je finis par atteindre le creux du genou et j'essaye tant bien que mal de le déséquilibrer ou de lui taillader encore un peu la jambe mais de son côté la surprise et la douleur ne vont pas tarder à finir.
Me servant de mon autre main je pousse pour me relever tout en essayant de le faire basculer, peu de chance que mon action fonctionne mais pas le choix, j'espère au moins qu'il aura suffisamment mal pour ne plus pouvoir prendre appui sur sa jambe donc appuyer sur mon dos, si c'est le cas alors mes chances de me sortir de cette mouise devraient augmenter.
Je finis par me laisser à nouveau tomber et je tourne vers la limace. Normalement s'il tente ne serait-ce qu'un peu de me plaquer au sol, il va être entraîner par le mouvement et va dégringoler vers sa propre invocation, semant ainsi la zizanie au sein de l'équipe. Je crois bien que mon plan fonctionne car enfin la pression s'allège et je parviens à me redresser en vitesse, ouvrant les yeux pour observer la scène qui se joue face à moi, l'un de mes yeux pleure mais je retrouve avec joie les couleurs chaudes de l'arène et du soleil. Sans vouloir faire de jeu de mots pourris, Matthieu m'en fait voir de toutes les couleurs...

[HRP: désolé pour le temps mis à répondre, en plus des partiels, je n'ai plus eu d'électricité à mon appart' depuis jeudi soir à cause d'une bourde administrative ^^']
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMer 24 Oct 2012 - 8:08
HS: Y a pas de soucis, l'essentiel est que tu répondes Wink

Matthieu jubilait. Bien que la situation était des plus délicates (comme elle allait bientôt le montrer) et des plus inconfortables, il ne l’aurait changée pour rien au monde. Être assis de cette façon sur Nayki le rendait fort aise. Il y avait évidemment un ensemble de raison à cela. La première, et pas des moindres, était qu’il pouvait enfin prendre un temps mort dans ce match éreintant, et c’était sans doute la première fois qu’il prenait ce genre de liberté pendant tout le tournoi. Cela n’était donc pas négligeable. Mine de rien, on avait beau être sur Dreamland, on ne s’en fatiguait pas moins. Peut-être même plus, du reste, vu la débauche d’énergie et d'agressivité que ce genre de festivité appelait à exercer. Mais surtout, pour une fois, sûrement la première, Matthieu avait l’impression d’avoir un avantage, ascendant du moins, sur son pugnace adversaire. Car, pour l’instant, celui-ci lui en avait fait voire de belles ! L’invocateur pensait avoir tout vu lors de ses précédents combats, il se trompait lourdement. Nayki avait la fourberie de Lucien et son esprit d’attaque, la folie en moins peut-être. Quoique cela restait à prouver. Il n’était pas dit que tous les voyageurs n’étaient au fond que des dangereux psychopathes, seuls à même de surmonter leur plus grande peur. Et puis, il suffisait de faire un panel des phobies rencontrées pour comprendre que quelque chose ne tournait décidément pas rond. Prenons Nayki, par exemple, coincé qu’il était sous les genoux de Mollusque-man. A qui voudriez-vous faire croire que vous éprouvez une sainte terreur pour les cartes ? Et bien ce type-là osait. Mais trêve de digressions douteuses. Toujours était-il que Matthieu avait l’impression de tenir là sa vengeance pour tous les tords causés pendant le combat, ne serait-ce que son épaule démise. Ainsi que les coups à répétition sur sa personne. Et ses attaques évitées avec brio. Tout ça...

Donc, oui, Matthieu avait de grandes raisons d’exulter. Sa vengeance était relativement complète : en échange de son épaule, il espérait bien avoir brisé le genou de son ennemi de la soirée. Il était presque certain d’avoir entendu un bruit sonore venant de l’endroit susdit. Mais surtout, en ce qui le concernait, les jeux étaient faits. Il ne voyait pas trop comment s’en sortir, avec lui sur le dos, et Germaine tentant de faire signer son éternelle paperasse. En ce qui le concernait, il avait hâte que les choses se terminent. Déjà parce qu’il était épuisé, mais surtout parce qu’il lui tardait de goûter les lauriers de la victoire tant attendue. En somme, il se tenait déjà prêt à tenir les bras bien hauts, doigts levés en signe de V, plat pastiche de Churchill, ou de n’importe quel sportif plus ou moins attardé du reste. Mais évidemment, comme d’habitude dans ce genre de situation, rien ne se passa comme prévu. Matt aurait pu affirmer que cela ne pouvait pas être pire qu’on aurait difficilement fait mieux (vous suivez ?). Déjà, l’invocateur fut passablement étonné par la répartie de son adversaire toujours plaqué au sol. C’était bien la première fois qu’il entendait quelqu’un accepter de son plein gré de remplir un formulaire de Germaine, fut-ce pour terminer « cette charmante histoire ». Voila qui n’était pas pour le rassurer sur la mentalité déjà saugrenue du jeune homme sis sous ses propres genoux. Qui plus est, Matt n’était pas spécialement ravi de voir Germaine être élevée au grade de « coéquipière». C’était son invocation quand même. Il était vrai, toutefois, que dans cet étrange ménage que formait Matthieu Furt et Germaine, même si le terme «ménage» pouvait sembler des plus étranges, appliqué à une telle situation, que c’était plus souvent la limace que le jeune homme qui portait la culotte (maintenant que vous avez l’image en tête, n’hésitez pas à aller vomir). Mais surtout, ce qui surprit Mollusque-man, ce fut la contre-attaque de Nayki, portée un peu plus bas que son genou. Quelqu’un d’un peu timoré la trouverait un tant soit peu fourbe. Matthieu, en ce qui le concernait, eut une réaction légèrement plus spontanée :


-AAAAAAAAAAAAH ! QUEL ENCULÉÉÉÉÉÉÉÉÉ !!!

Cela, bien évidemment, suivi d’un gargarisme sonore pour le moins inaudible et sans aucun doute passablement grossier. Mais il fallait dire à sa décharge que cela faisait mal. Mais alors vraiment mal. Matt n’aurait jamais pensé subir une telle douleur à ce moment précis du tournoi. Quoique. En fait, non. Il n’avait tout simplement jamais envisagé de subir une pareille douleur, quel que soit le moment de sa vie. En ce qui le concernait, il ne comptait pas vivre la guerre et son cortège d'atrocités en tous genre. Sans aucun doute pourtant, il existait bien pire, et le coup de Nayki aurait pu être bien pire, portant sur un endroit bien plus sensible, voire atteindre l’os tout simplement. Mais honnêtement, pour le moment, Matthieu n’en avait rien à foutre : cela faisait mal, un point c’est tout. Franchement, l’invocateur avait de quoi rager. On aurait pu le prévenir que ce n’était pas contre un manieur de cartes, mais contre un invocateur de couteau qu’il allait devoir face lors de cette foutue finale. Il en pleurait de rage et de douleur. Alors, bien sûr, lorsque Nayki tenta de se relever, la lutte qui s’entreprit entre les deux jeunes hommes ne dura pas longtemps. Après quelques efforts, le fourbe manieur parvint à repousser son assaillant, qui s’écarta quelque peu sur le côté. Mais cela n’allait pas se passer comme cela.

Oh que non. Tout ce cinéma, cela commençait à bien faire. Matt était venu à ce tournoi pour s’éclater (et, éventuellement, éclater ses adversaires), par pour finir tétraplégique à chaque combat. Les pointilleux rétorqueront qu’il s’agit des risques du métier. Certes. Mais merde à la fin, pour Matthieu, un combat sur Dreamland, ce n’était pas CA ! Pas ce petit coup déloyal de Judas porté à sa jambe ! Pour lui, on s’empoignait virilement, on se castagnait à tout va, et les choses étaient réglées. Voila ce que c’était, le fair-play. Ceci dit, quelqu’un qui n’avait aucun scrupule à invoquer Germaine pouvait-il vraiment s’arroger le titre de « meilleur joueur de l'année » ? Qui plus est, s’il avait été dans la situation de Nayki, aurait-il lui-même hésité ? Sans doute que non. Mais la question n’était pas là. C’était Matt qui venait de se prendre un coup, et de voir une fois encore son propre corps endurer ces petites traitrises, c’était donc à lui de râler et de se plaindre. Non, mais. Il était donc évident que Mollusque-man n’allait pas les choses se dérouler de la sorte. Heureusement pour lui, le coup, s’il avait été douloureux sur le moment, était relativement peu profond. Certes, le sang coulait bien, et le jeune homme allait avoir quelques difficultés à marcher, mais techniquement parlant, Nayki n’avait pas disposé de la distance (et donc de la force) suffisante pour que sa main crée un impact conséquent. Il n’allait pas s’en tirer pour autant. Les yeux pleins de rage, Matthieu regarda Nayki se relever péniblement (ses yeux abimés et sa jambe endommagée ne devaient guère l’aider), et une fois ce dernier arrivé, l’invocateur entreprit, avec sa jambe saine, évidemment, de lui asséner une balayette meurtrière qui ne manqua pas, encore une fois, de le faire chuter. Cela devenait une habitude, mais pour Matt, c’était largement mérité. Ceci fait, porté par l’énergie de la vengeance, qui marchait tellement mieux que celle du désespoir, l’invocateur se tourna vers son invocation.


-Faites gaffe, Germaine, ce mec essaye de s’enfuir. Il veut pas de votre formulaire.
-Vous êtes sûr, monsieur Razowsky ?
-Certain !

Outrée par ce manque d’égards, la comptable se retourna vers Nayki au sol, qui n’avait guère changer sa place que d’un mètre de plus dans l’arène. Profitant de l’absence momentanée d’attention de la comptable, Matthieu entreprit une action qu’il jugea dangereuse, en ce qui le concernait du moins, surtout si elle réussissait, paradoxalement. Germaine allait sans doute lui en vouloir pendant un sacré moment, et traduire cette rancoeur par une masse considérable d’administration en tout genre (en plus de la charge habituelle déjà fort conséquente, évidemment). Mais il fallait en finir. C’est pourquoi, alors que la limace venait tout à peine de se retourner, Nayki venant juste de chuter une nouvelle fois, Matthieu entreprit l’opération kamikaze du siècle : il lança de son pied valide un coup de pied phénoménal sur l'arrière-train de Germaine. Heureusement pour Matt, le coup était largement accentué par la puissance de Dreamland qui rendait chacun plus costaud qu’il ne l’était de coutume. Mais surtout, sa rancoeur, envers Nayki comme envers Germaine, lui facilita amplement la tache, et agrandit ses forces. C’est pourquoi, la limace fut propulsée, et atterrit directement... Sur le manieur de cartes. Cela formait un très étrange sandwich à regarder. Mais voila bien un sandwich empoisonné. En effet, la masse pondérale de Germaine ne serait pas sans effets sur Nayki. Il fallait dire que la bougresse pesait son poids (ou plutôt, ses quintaux). Le jeune homme était du moins immobilisé pendant un sacré bout de temps. Surtout, la bave acidifiée de la comptable allait faire des merveilles (c’était une façon de voir que tout le monde n’approuverait pas, surtout la « victime» actuelle). Cela ne le tuerait pas, non. Mais cet acide le brulerait suffisamment pour que chacun de ses mouvements deviennent un véritable calvaire, entrainant une quasi-paralysie. Et cela, c’était seulement si Nayki s’extirpait de là rapidement.

D’ailleurs, Matt, qui commençait à trop bien connaitre ce dernier, entreprit de se lever, au cas où. Il fallait l’avouer, c’était relativement pénible. Voire carrément douloureux. Mais en gardant solidement sa main ancrée sur la plaie, en guise de vague garrot, Mollusque-man parvint à se relever. Il ne tenait pas très bien debout, et sa main était désormais en sang, mais l’essentiel était qu’il n’était plus allongé au sol comme un agonisant. Son dernier coup envers Nayki, désormais englouti sous une montagne de chaire spongieuse, n’était pas des plus réglementaires. Mais pourquoi il n’y aurait que lui pour s’en prendre plein la gueule, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 30 Oct 2012 - 12:12
Alors que je viens juste de me redresser pour reprendre le combat, un mouvement au ras du sol me force à baisser les yeux et je n'ai que le temps d'apercevoir le coup asséné à ma jambe intacte, la seule qui me permet de tenir debout. Je la vois quitter le sol et s'élever tandis que l'autre fléchit, n'ayant pas la force de me maintenir debout... Je me retrouve donc à glisser en arrière et frappe le sol des deux mains pour amortir la chute, le sable s'élève en un nuage tout autour de moi. J'essaye tout d'abord de ramper mais rien à faire, je vais devoir me contenter d'attaquer de là tandis qu'ils sont encore loin... Du moins relativement plus loin que tout à l'heure. Je sors toutes mes cartes et les tiens en position Biddle pour pouvoir les lancer une à une et les empêcher d'approcher. Seulement une immense masse jaune bondit vers moi à la vitesse de l'éclair. Apparition terrifiante et visqueuse qui semble perdre la moitié de sa composition derrière elle. Juste derrière j'aperçois Matthieu, dont le sourire reflète sa joie de me plonger une nouvelle fois dans une mouise pas possible... Mais pour cette fois, je compte lui laisser une part de gâteau. Quitte à être coincé sous la limace, autant en tirer un quelconque avantage. Avant l'impact je lance toutes mes cartes en l'air, les faisant voler dans toutes les directions et ricocher les unes sur les autres pour former une sorte de dôme. L'instant suivant l'énorme invocation me tombe dessus, me créant une enveloppe protectrice qui me permet de déchaîner le vol de chaque carte en tout sens et plus particulièrement vers l'invocateur et son hideuse acolyte. En effet quand une carte touche le sol, elle y reste plantée, mais de là je peux contrôler les cartes restantes pour les faire rebondir dessus et repartir en l'air, les lançant dans un ballet que seul interrompt le contact sanglant avec le corps de l'invocateur ou de la limace. De plus, pour une fois, je suis protégé des chocs... Seul problème à cette situation, l'air afflue en très faible quantité et seuls certains mouvements de la limace me permettent d'attraper le précieux gaz. Malgré ma position je parviens sans trop de mal à estimer la position de Matthieu et donc ne lui laisser aucun répit. Il va sûrement choisir de s'écarter, donc de laisser sa créature seule face aux cartes, une position peu enviable pour cette dernière mais qui va me permettre de m'échapper sans craindre de retour direct de la part de la limace harcelée par les cartes ou de Matthieu qui sera trop loin pour réagir.

Un seul élément reste incompréhensible, je me sens mal, j'ai l'impression que des millions de coupures et morsures recouvrent mon corps, à des endroits qui n'ont pourtant pas été atteint au cours du combat... Et le pire ce sont justement les taillades qui étaient déjà là, on dirait que l'on déverse du feu à l'état liquide sur mon corps... Et ces brûlures me recouvrent maintenant de la tête au pied, seul mon dos est encore épargné... Putain mais qu'est ce que c'est que ce bordel ! Je frotte mes doigts les uns contre les autres, mon épiderme est recouvert d'une substance visqueuse et corrosive... Acide... Cette saloperie d'invocation sécrète de l'acide et celui-ci commence à faire dangereusement effet. De plus l'air arrive de moins en moins régulièrement, comme si la limace se campait sur ses appuis pour supporter le choc des cartes. Je n'ai d'autres choix que d'essayer de me libérer... Si je parviens à la décaler alors j'aurai l'avantage non négligeable de profiter de mon dôme pour m'esquiver. Seulement faut-il encore réussir à m'échapper et ce dans le peu de temps qu'il me reste car même si les cartes rebondissent les unes sur les autres, penser à la trajectoire de chacune d'entre elle simultanément n'est pas simple et peu à peu le dôme s’aplatit, même s'il me reste quelques minutes avant d'en arriver là. Les yeux clos j'inspire calmement l'air qui m'entoure, faisant fie de l'acide, puis ramenant d'un coup mes jambes contre moi je commence à pousser dessus pour essayer de faire bouger le monstre. Vu de l'extérieur le spectacle doit être spécial à voir car la limace doit bouger dans tous les sens. Seulement à l'inverse d'un adversaire pourvu d'un squelette, quand je fais bouger une partie du corps de l'animal, le reste ne réagit pas forcément en conséquence... De plus je n'ai pas la possibilité de ramper pour me sortir de là. Tout d'abord car ramper avec une énorme masse sur le dos est horriblement gênant, mais aussi parce que si je rampe il y a des chances qu'elle en fasse tout autant, continuant de me recouvrir où que j'aille.

J'ai l'impression d'être plongé au cœur d'une partie de poker où les deux joueurs ont dévoilés deux très bonnes mains de départ et où tout va se décider sur la dernière carte, sur la river. Soit je parviens à me dégager et mon dôme de carte peut m'assurer de reprendre la main, soit Matthieu parvient à s'éloigner et je reste coincé jusqu'à épuisement de l'air et de ma technique... Un pile ou face en quelque sorte... Bien décidé à faire influer le cours de la partie en ma faveur, je retente une nouvelle fois ma chance, repliant mes jambes contre mon torse (il n'est pas très difficile de bouger ses membres car le poids de la limace est réparti de façon uniforme au sol). Je reste un instant en boule puis pousse d'un coup sur mes jambes. La masse est conséquente mais l'effort n'est pas insurmontable et je parviens à faire décoller la partie centrale de la limace, déclenchant une sorte d'effet ventouse qui, une fois une partie décollée, se décolle plus facilement. Un espace s'ouvre juste derrière moi et je me force à pousser une toute dernière fois avant de rouler en arrière, laissant retomber l'énorme limace à quelques centimètres à peine de moi. N'attendant pas une seconde de plus je me lance en arrière, au cœur de mon dôme en faisant revenir les cartes qui volent vers moi. Les brûlures mes font souffrir le martyr à chaque mouvement mais cela demeure moins douloureux que le choc à ma jambe. Seulement la combinaison de la précédente invocation et du coup de pied donné dans ma jambe valide a suffit à réduire mes jambes à l'état de brindille. Il faut finir le combat au plus vite...

Recouvrant ma jambe la plus abîmée de carte, je mets en place une sorte d’exosquelette qui devrait suffire pour me déplacer et frapper. Je n'ai pas la possibilité de me servir du reste des cartes car la plupart sont fichées dans le sable et dans la visqueuse invocation de Matthieu, voir dans Matthieu aussi je l'espère. Je tente de courir, ma jambe qui était pour le moment la plus valide est mal en point mais pas je peux encore me mouvoir assez vite, la seconde jambe ne bouge plus que par volonté, cela fait bien longtemps que les limites ont été dépassées et désormais seules les cartes me permettent de bouger de façon fluide. J'arrive vers Matthieu et, peut être trop vite, bondis en me servant de la jambe normale afin de pouvoir frapper de mes cartes. Le coup est visible, net, sans feinte, je n'en ai plus la force ni le courage. Je frappe en mawashi-geri, coup de pied circulaire en direction de ses côtes. Dès que le coup est donné, qu'il ai touché ou non, je me dois de me concentrer sur l'action suivante qui n'est autre qu'un coup de poing au ventre. Normalement il lui faut un peu de temps pour rappeler une invocation et autant pour en faire venir une autre, pendant ce court moment je peux prendre l'avantage. De plus s'il choisit de garder Germaine, celle-ci doit traverser un champ de cartes qui n'hésiteront pas à s'accrocher à elle pour la ralentir voir la blesser.

Je finis par frapper en direction du genou, œil pour œil, dent pour dent il paraît... Si le coup porte, avec mes cartes comme protection son articulation devrait sauter et si cela réussit, le prochain coup est pour son visage, donné en Uraken, un coup du dos de la main visant la tempe, un coup inventé pour tuer s'il est donné à la perfection, chose que je me sais incapable de réaliser dans l'état où je suis.
Un truc m'énerve au plus haut point... Je ne combat plus du tout pour le plaisir, uniquement par nervosité, recevoir un coup et en donner un en retour, c'est la toute l'énergie que l'on peut mettre dans la bataille ? C'est d'un décevant... dans un combat on cherche à travers les coups de l'autre à placer une technique qui mettra fin en quelques secondes au combat, et pour cela on est prêt à encaisser quelques coups s'il le faut... Mais là ce qu'on fait c'est un combat de rue, c'est se prendre des coups encore et encore puis saisir une opportunité et en faire autant, et recommencer en continue, jusqu'à ce que cela s'inverse à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 6 Nov 2012 - 0:32
Tandis que ce qu’on pourrait considérer comme la plus étrange des étreintes se déroulait entre Germaine et Nayki, Matthieu, quant à lui, préféra se concentrer quelques instants sur sa blessure. Evidemment, mal lui en prit, car cela le détourna de l’essentiel. En attendant, il palpa cette plaie sanguinolente qui palpitait au niveau de sa cuisse (notez l’allitération en «p»). Heureusement pour lui, si le coup porté avait été douloureux, il n’avait pas été si dangereux que cela. Certes, Matt pouvait bien sentir un liquide chaud se répandre sur sa main lorsqu’il palpait la blessure, mais on était bien loin de l’hémorragie viscérale. Cela avait été douloureux, d’accord, mais l’invocateur pouvait encore bouger la jambe. Bien entendu, ce n’était pas dans ses conditions qu’il pourrait courir un marathon, voire un mille mètres, mais tout de même. De toute façon, il n’avait jamais été très bon en sport. Donc rien de trop grave dans le monde des éclopés de première. Il fallait tout de même espérer que le combat ne dure pas trop. Matthieu commençait légèrement à saturer, et, en plus, il avait la nette impression que c’était toujours sur lui que tombait les coups retors, tandis que Nayki s’en sortait avec les honneurs. Néanmoins, il était vrai que celui-ci gisait actuellement sous une énorme masse de gélatine acidifiée, et il existait des sorts plus enviables. Mais que voulez-vous, Matthieu aimait bien se faire plaindre.

A ce propos, il replongea son regard sur le spectacle qui s’affichait à quelques mètres de lui. Spectacle des plus inhabituels s’il en était. Oubliez Dante, Lautréamont, Lovecraft, Francis Bacon ou les Télétubbies. Personne n’aurait pu être préparé à une vision aussi cauchemardesque, et pas même Matthieu, qui en avait pourtant vu de belles au royaume des Mollusques, qu’on aurait pu sans nulle peine rebaptiser « le royaume sous acide bien dosé avec supplément éther ». Mais là... De ce qu’avait pu constater Matthieu, Nayki avait encore joué un de ses coups retors comme il en avait le secret. Un vrai pro du poker, ce type (excepté que ses coups de bluff étaient quelque peu dévastateurs). En effet, il semblait une fois encore avoir usé d’un tour qui aurait fait s’étrangler David Copperfield de jalousie. En effet, une sorte de dôme psychédélique s’était crée, envoyant des cartes en tous sens qui virevoltaient de droite à gauche, entrainant bien entendu quelques dommages au passage. Matthieu n’y échappa, et eut droit à quelques coupures bien prononcées sur le corps. Mais il était bien trop éberlué par ce qui se passait pour noter ce qu’il lui arrivait personnellement (et puis, un peu plus un peu moins de taillades...). En effet, violemment meurtrie par ses attaques, Germaine ne cessait de se trémousser dans tous les sens, même si, évidemment, le terme « trémousser» accolé à Germaine peut sembler étrange. Mais telle était bien la situation : entre les coups de cartes et les tentatives effrénées de Nayki pour s’extirper de la limace, on avait l’impression que ce dernière s’était lancée dans une salsa débridée à même le sol, créant une vision à la fois étrange et écoeurante. Surtout écoeurante, en fait.

Matthieu n’aurait jamais pensé voir sa comptable diabolique dans une telle situation. A la limite, il aurait presque de la peine pour elle. Presque. Car l’invocateur ne pouvait perdre de vue cette idée : lorsque le tournoi sera terminé, quel que soit son issu, il allait prendre cher. Mais alors vraiment très cher. Peut-être Germaine serait-elle passée sur la tentative de son « patron» de croche-queue (vous avez un terme plus adapté à la situation précédemment décrite, vous ?). Mais elle ne digérerait sans doute pas les attaques répétés de Nayki, alors qu’elle le concevait comme une de ses futures « victimes» bureaucratiques. Et il était quasi certain, même s’il était difficile de savoir si la comptable avait vraiment sentiment à exprimer, qu’elle passerait sa frustration sur Matthieu. Oh, oui. Ce dernier en déglutissait d’angoisse d’avance. A la limite, peut-être serait-il plus raisonnable de prévoir une bonne dose de cafés dans la vie réelle pour entrainer le plus de nuits blanches possibles ? Il se voyait déjà débarquant sur Dreamland, Germaine arrivant sans qu’on ne lui ait rien demandé, mais elle ayant beaucoup à demander : par exemple, faire remplir à Mollusque-Man toute la paperasse que Nayki aurait dû remplir ce soir. Un vrai calvaire. Si une telle chose devait se produire, Matthieu aurait une sacrée bonne raison de remettre la main sur son adversaire du soir un de ces quatre !

Mais en tout cas, pour l’instant, c’était bien le manieur qui souhaitait mettre la main sur l’invocateur. Avec une maitrise exceptionnelle, il parvint en effet à s’extraire du corps de Germaine, qui, quant à elle, devait être dans un drôle d’état. Cela dit, Nayki n’était pas non plus en reste. Certes, vu la rapidité des événements et le foutoir crée, Matthieu pouvait difficilement le constater, mais nul doute que l’acide de la limace avait fait son oeuvre, amochant sérieusement le manieur au passage. Mais cela, Matthieu ne pouvait le voir. Non, par contre, tandis que Nayki, une fois de plus, s’était précipité vers lui dans l’espoir de l’achever dans un pugilat meurtrier, Mollusque-man put constater que les jambes de son adversaire étaient comme recouvertes d’une armure, composée de ses cartes. Celles-ci étaient décidément plein de ressources, et le jeune homme aurait donné cher pour être la Reine de Coeur dans Alice au Pays des Merveilles, histoire de pouvoir hurler « qu'on lui coupe la tête ! » à l’intention du spécialiste d’arts martiaux. Spécialité, d’ailleurs, dont Matt put une nouvelle fois faire les frais. Une fois de plus, le jeune homme se prit une avalanche de coups avant même qu’il ne les ait vus venir, et encore réagir, notamment un coup porté à l’estomac qui lui coupa le souffle quelques instants.

Alors, c’était ainsi ? C’était comme cela que c’était écrit ? Matthieu allait-il perdre le tournoi, parce qu’il était en train de se faire littéralement massacré, tandis que son adversaire minimisait ses blessures par un jeu de cartes ? Même Calimero aurait été arrêté de se plaindre de ses propres problèmes, en comparaison avec ceux de l’invocateur. Ajoutez à cela Germaine quasi charcutée, encore étendue sur le sol, et voila que la culpabilité pointait le bout de son nez. Et surtout, ce qui était légèrement agaçant, et c’était à se demander pourquoi personne du public n’avait encore demandé un remboursement, c’était que la scène en question ressemblait vaguement à celle du début du match, quand Nayki avait à peine attendue que la finale commence pour se servir de Matt comme d’un punching-ball géant. Et ça, c’était vraiment dégueulasse. Cela énervait un tantinet Matthieu, qui avait l’impression que les coups n’avaient cessé de pleuvoir sur lui depuis le début. Son concurrent au titre de champion des jeunes talents voulait jouer une rediffusion du match ? Il allait être servi. Tandis que Nayki était trop occupé à étaler ses connaissances de combat rapproché, Matthieu utilisa ses propres capacités. Germaine disparut dans un nuage jaunâtre, ce qui mettait ainsi fin à ses souffrances, mais certainement pas à celle du manieur. En effet, Germaine n’était pas « partie» pour laisser place vide. Oscar le chiton pouvait rentrer à nouveau en scène, à la place même où se trouvait quelques instants auparavant sa comparse du royaume des mollusques. Il s’élança. Ca allait faire mal.

Mais si Nayki était trop concentré sur Matthieu pour se rendre compte se ce qui se passait dans son dos, Matt, lui, était trop concentré sur Oscar pour voir ce qui lui arrivait lui-même (vous suivez ?). Résultat, tandis qu'Oscar démarrait pour foncer une nouvelle fois sur le manieur de carte, ce dernier entreprit un coup dévastateur dans le genou de Matthieu, qui le fit hurler de douleur (et oui, encore). Il venait sans aucun doute possible de se faire déboiter l’articulation, ce qui était bien plus douloureux que tout ce qu’il avait pu ressentir depuis le début du tournoi, tout match confondu. Nayki savait s’y prendre pour causer des dégâts là où ça faisait mal. Mais heureusement pour Matt, tandis qu’il était sur le point de chuter, une fulgurante poussée d’adrénaline le fit réagir. La tête plongée en avant, Mollusque-man lança un violent mouvement frontal en direction de l’entre-jambes de son adversaire. Un coup de boule dans celles du joueur de cartes, quoi. Vue la vitesse de chute de Matt et la rage qui l’habitait, Nayki allait rencontrer sous peu de graves problèmes de virilité, ainsi qu’une douleur à même de le bloquer net. Mais Matthieu ne fit pas que cela. Les yeux brulant de douleur et de rage, l’invocateur, plongé au sol après son genou déboité, se saisit de la cheville de son adversaire, pour le faire choir, lui aussi (il y avait apparemment beaucoup de redites durant cet affrontement). Ce fut alors que Nayki chutait qu’Oscar arriva. Toujours roulant-boulant à pleine vitesse comme à son habitude, le chiton géant passa sur le dos de Nayki, lui explosant la colonne vertébrale au passage, puis faisant demi-tour, en vue d’une contre-attaque.

Echec et Mat(t).

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 30

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyMar 6 Nov 2012 - 16:24
[La finale va s'arrêter dans deux posts ! Une réponse chacun et les admins délibéreront.]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Nayki Shin
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptySam 17 Nov 2012 - 20:08
Mon pied part et touche. En plein dans le genou. Celui-ci adopte un angle dangereux avant de revenir dans l'axe dans un craquement sonore. Au même moment un nuage de fumée s'élance dans l'arène à quelques centimètres du sol, filant entre nos jambes, la même odeur nauséabonde que tout à l'heure s'élève. Signe indéniable de la disparition de l'affreuse limace... Deux possibilités, deux scénarios possibles, soit il vient de rappeler involontairement sa créature, peut-être parce que la douleur lui a fait perdre sa concentration, soit il a réussi à faire venir un autre monstre, sûrement aussi hideux que les précédents. Je commence à tourner la tête, guettant un nouveau danger mais une fulgurante douleur me surprend. Coup direct donné... En plein entre mes jambes... Ma tête s’immobilise, me laissant les yeux dans le floue, fixés sur l'écran qui affiche la scène. D'un côté moi debout, crispé et souffrant, les cartes formant ma jambe se sont toutes écroulées par terre à cause du choc survenu à mi-distance entre le centre nerveux et le pied... De l'autre Matthieu, qui vient de terminer sa chute au sol et qui tend la main vers ma... Cheville ?
Pas la peine d'essayer de focaliser mon attention sur les images affichées par l'écran, mon opposant semble bien décidé à me faire comprendre de lui-même ce qu'il a l'intention de faire. D'un geste sec il tire sur mon pied déjà trop abîmé, me faisant perdre l'équilibre. J'ai beau essayé de sautiller pour rester debout il n'y a rien à faire, ma jambe d'appui est trop faible et la chute devient alors inévitable. Je m'écroule au sol dans un nuage de poussière beaucoup plus naturel que ceux provoqués par les amicaux compagnons du mec en bleu et tente de me saisir de Mattieu, seulement celui-ci est à mes pieds, au sens propre du terme malheureusement. Il me faudrait ramper pour me saisir de lui ou du moins réussir à glisser au sol en me repliant sur moi même, alors que j'alterne roulé-boulés successifs sur le ventre puis sur le dos pour le faire lâcher prise un bruit sourd semblable à une cavalcade de tuniques bleues poursuivant des indiens me prend par surprise. Encore sur le dos je lève les yeux et distingue à travers le nuage de fumée non pas les fiers soldats américains mais plutôt un énorme morceau de roche lancé à pleine vitesse... La première invocation de Matthieu est de retour, plus en forme et motivée que jamais... Quoique... Elle me semblait aller plus vite au début du combat, elle n'a pas dû récupérer complètement.

Le choc arrive et il est à coup sur plus douloureux que de se faire piétiner par un régiment de cavalerie dirigé par le capitaine Stark. Même si la bête a perdu en vitesse son poids reste le même et mon dos est le premier à en faire les frais. De concert, mes vertèbres craquent dans un raffut que seul mon cri de douleur peut égaler... Je reste étendu au sol, la tête plongée dans le sable en espérant que la douleur va être suffisante pour me réveiller... Seulement les Dieux de Dreamland ne semblent pas en avoir décidé ainsi et le seul remerciement auquel j'ai le droit est le plaisir d'entendre que le monstre roulé en boule a décidé de retenter sa chance avec un deuxième tour de piste... Si je ne veux pas finir en Gaspacho je dois réagir vite. Tout d'abord essayer de me calmer, ne pas céder à cette foutue panique ni tenter de trouver de vains échappatoires... Bien maintenant un bilan de la situation, même si le choc est rude et chaque mouvement un supplice, ma colonne semble intacte et je peux bouger mes bras tout comme mes jambes, bien que désormais, l'habile combinaison d'acide, de coups et de chocs provoqués par Matthieu et ses invocations rendent les gestes douloureux. Il me faut trouver une solution pour lutter contre le mollusque, quelque chose qui le fera hésiter à me rouler dessus. Je tente de replier mes jambes vers moi mais rien à faire, ma jambe gauche est bloquée, en effet Matthieu tient toujours ma cheville, trophée de son coup réussi. Levant la jambe droite je la fais retomber le plus vite et fort possible en plein sur sa main, avant de la bloquer entre mes deux pieds.

Vu le tumulte qui augmente il ne doit me rester guère plus de quelques secondes avant que le monstre ne repasse à l'assaut comme il le faisait au début du match, il a beaucoup plus de vitesse que lorsqu'il m'est passé dessus quelques secondes auparavant. Posant mes mains au sol, je pousse dessus pour me mettre en boule mais je parviens tout juste à me replier sur moi-même de côté, le dos toujours en contact avec le sol. C'est néanmoins suffisant pour replier mes jambes et tandis que je glisse vers Matthieu, je le frappe en plein visage du pied droit, visant le nez. Cela me permet de profiter d'un court répit que j'exploite en me glissant à côté de Matthieu au moment où le mollusque arrive. Un grand magicien à un jour dit que l'on ne devait jamais refaire deux fois d'affilée le même tour... Et j'espère bien pouvoir expliquer cette règle à Matthieu. Saisissant le bras situé à l'opposée de moi et j'use du peu de force qu'il me reste pour passer au dessus de lui en poussant un cri de douleur lui collant au passage un violent coup de boule. L'élan me permet de l’entraîner avec moi, le faisant passer à son tour au-dessus de moi avec le bon timing. La vitesse emmagasinée par la créature ronde est telle qu'il n'est plus possible de changer de direction. C'est au tour de Matthieu de prendre conscience de la délicatesse de son invocation. Malheureusement cette belle technique comporte un soucis monstrueux, sans parler du mollusque, c'est que Matthieu ne va pas être le seul à encaisser le choc... En effet même s'il est celui qui sera en contact direct avec les plaques articulées, je suis en dessous de lui et je vais me retrouver compresser le temps du passage de la bête.
L'instant fatidique arrive enfin et je ne peux m'empêcher de fermer les yeux au moment où la lumière du soleil disparaît à cause de l'ombre formée par le fléau. Je ne peux m'empêcher de me dire que pour une fois, ca m'évitera d'avoir du sable plein les yeux. Mon corps s'enfonce dans le sol et je sens Matthieu qui commence à se décoller de moi, entraîné par son invocation. Quand elle m'avait roulé dessus j'étais partiellement enfoui dans le sol, elle ne m'avait donc « que » rouler dessus, là le choc vient du haut mais également du côté pour Matthieu. J'ose ainsi espérer que le choc en sera renforcé. Ne cherchant même pas à retenir le corps au-dessus de moi je le laisse glisser.

Il est maintenant grand temps de finir cette sale affaire pour de bon, j'inspire un grand coup puis sers les dents et me releva d'un coup, me servant davantage de mes mains que des muscles de mon dos pour me redresser. Me lançant en avant, je parviens à passer à quatre pattes avant de poser un pied au sol et partir en avant, subissant une légère perte d'équilibre au départ je parviens à changer de direction pour filer vers Matthieu. Entre mes mains quelques cartes ramassées par terre, ma démarche est hésitante et je manque plusieurs fois de tomber. Mais chaque fois mon pied parvient à s'ancrer dans le sol, me permettant de rester d'aplomb. Je ne sais pas si le choc du mollusque sur son invocateur a vraiment été douloureux, je ne peux que l'espérer... En tout cas les sept cartes qu'il me reste vont viser à lui trancher la gorge, purement et simplement. Cependant pour cela il faut que je me rapproche, le semblant de concentration et de précision qu'il me reste est clairement insuffisant pour l'avoir d'ici.

Je me doute que le mollusque ne va pas tarder à revenir me percuter. Et s'il y parvient je ne me relèverai plus... En fait la fin du combat est comme une foutue course, un sprint entre un coureur amateur et un pro. Je ne suis rien d'autre que le débutant qui est parti avec de l'avance sur le sprinter mais l'écart se réduit constamment, et je ne pourrai gagner que si j'arrive près de Matthieu en premier. Il ne me reste plus que quelques mètres à parcourir et déjà j'arme mes cartes, visant son cou, seulement j'en rate une foulée et je manque de peu de m'étendre encore une fois par terre... Je parviens cependant à me rattraper, au prix des deux cartes tenues en main droite qui tombent au sol. A l'instant où je me remet d'aplomb, je vise Matthieu, repère son cou pour l'instant exposé et lance mes cartes, les unes après les autres plutôt que toutes ensembles. Chacune décrit une courbe différente, tournoyant sur elle-même...
Alea Jacta est il paraît...
Revenir en haut Aller en bas
http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage
Matthieu Furt
Messages : 92
Date d'inscription : 04/08/2011

Voyageur Expérimenté
Matthieu Furt
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 743
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! EmptyDim 18 Nov 2012 - 23:45
Le spectacle prenait une tournure des plus intéressantes. Ou des plus pathétiques, c’était au choix. Nul doute que les spectateurs devaient être partagés entre la stupeur, l’appréhension causée par le suspens, voire le dégoût causé par la violence, mais aussi par la lassitude. Concernant l'agressivité et la combativité des deux finalistes, il n’y avait rien à dire. Ces deux-là avaient une sacrée envie de prouver leur valeur. A moins que ce ne soit un impressionnant égo doublé d’un manque de fair-play total, mais c’était un détail. Ils étaient là pour gagner, et ne faisaient pas de cadeau à leur adversaire. Pour cela, les organisateurs du tournoi pouvaient remercier ces deux candidats enragés qui avait permis de faire de cette finale un choc des plus violents. Seulement, voila, plus le match avançait, et plus il devenait en quelque sorte ridicule. En effet, Matthieu comme Nayki, par leur comportement quasi belliciste, avaient su frapper là où ça faisait mal, n’ayant aucun scrupule à transformer leur ennemi du moment en puching-ball plus ou moins sanguinolent, oubliant presque la règle du tournoi qui interdisait formellement de tuer son adversaire. Mais Dreamland, et l’incroyable capacité de régénération qu’il offrait (il suffisait d’attendre la nuit suivante), ainsi qu’une endurance nettement améliorée, rendait tous les coups permis (plus ou moins). Résultat, à force de se massacrer réciproquement, le manieur comme l’invocateur se retrouvaient réduits à l’état de petits vieux grabataires et tétraplégiques se chamaillant pour se piquer mutuellement leur dentier. En gros.

Car soyons sérieux : qui arriverait sérieusement à trouver passionnante la lutte au sol qui se déroulait alors entre Matthieu et Nayki, tous les deux dans un état physique assez lamentable pour trouver la gelée consistante en comparaison de leur propre corps ? Mais telle était pourtant la situation, chacun s'agrippant désespérément à l’autre afin de changer une bonne fois pour toute la donne de ce combat qui retournait autant les situations qu’un cuisinier un steak. Mieux valait ne pas imaginer dans quel état allaient se retrouver les deux jeunes hommes, une fois tout ceci terminé en bonne et due forme. Enfin, si cela se terminait un jour : ils étaient tous les deux si déterminés qu’on était en droit de se demander s’ils ressentaient vraiment les coups reçus, coups qui, d’ailleurs, auraient été mortels dans une autre situation. Peut-être qu’on n’en verrait jamais le bout : ils finiraient alors par se réveiller, et on était bon pour recommencer la nuit suivante, ce qui, il faut bien l’avouer, refroidirait n’importe quel public, aussi déchainée et taré que fut celui de Dreamland.

Ce n’était pas en tout cas de la sorte que Matthieu ressentait la situation. Plongé en plein combat, dans cette lutte à même le sol qui aurait fait penser la lutte gréco-romaine pour un sport de tarlouzes (euh... attendez une minute...), l’invocateur s’accrochait avec l’énergie du désespoir à la cheville de son concurrent. Il savait pertinemment qu’il n’allait plus pouvoir durer très longtemps, au vu de l’état de son épaule et de son genou. Il espérait juste que le joueur de cartes soit également proche du point de rupture. A ce stade, ce n’était plus un combat, c’était une course d’endurance. Celui qui perdait était celui qui craquait le premier. Il fallait avouer que Nayki avait pris une bonne longueur d’avance en ravageant ainsi le genou du Mollusque-man. Mais celui-ci tentait sa chance grâce à ses coups quelque peu retors, il fallait bien l’avouer, ainsi qu’au retour impromptu du chiton géant. Ce dernier avait bien réussi à rouler directement sur le dos du manieur, ce qui n’arrangerait sans doute pas ses frais de kinésithérapeute. Mais le joueur de cartes, contrairement aux attentes de Matt, était bien loin d’avoir dit son dernier mot. Alors que le jeune homme espérait bien avoir réduit son adversaire au rang de yaourt avec 0 % de matière grasse, le yaourt en question s’avéra avoir plus de ressort que prévu (ou plus de laitage, si on veut rester dans la métaphore filée assez mauvaise).

Entre lui et son adversaire, Matthieu se demandait parfois lequel était le plus mollusque des deux. En effet, Nayki s’avérait être capable d’être glissant comme anguille (qui n’était pas à proprement parler une sorte de mollusque, certes, mais on ne va pas chipoter). Et ses coups pouvaient avoir parfois autant d’impact qu’un coup d’Oscar. Ceci dit, heureusement pour lui et pour Matthieu, Nayki était loin d’avoir le caractère de Germaine. Et encore, il n’était pas loin d’être aussi tenace et pugnace qu’elle. Enfin, bref, toujours était-il que Nayki parvint à renverser la situation, en renversant l’invocateur au passage. Toujours aussi doué au corps à corps proprement dit, il en profita pour lui asséner un méchant coup de boule par la même occasion. Matthieu sentit le sang afflué le long de ses narines, pour dégouliner le long de son menton, ainsi qu’envahir sa bouche. Il existait probablement des bouillis en meilleur état que lui-même. En tout cas, cela suffit pour priver Matthieu momentanément de ses moyens pendant quelques instants, ce qui fut largement suffisant à son adversaire. Matthieu se retrouva donc sur le dos, accolé à Nayki qui le maintenait fermement. Cela devenait gênant, il y avait eu décidément trop de moments insolites de ce genre pendant le tournoi. Ce n’était pas parce qu’ils s’étaient allègrement massacrer la gueule à ce point qu’ils en étaient devenus intimes pour autant. Qui plus est, Matthieu avait un peu l’impression de se retrouver dans la situation de l’arroseur arrosé. Ou plutôt, dans ce cas de figure, de l’écraseur écrasé. Il commençait à comprendre également ce que devait ressentir les personnages des films qui étaient attachés le long d’un chemin de fer (les personnages, pas les films), le train approchant à tout allure. Mais heureusement pour Matthieu, il n’avait pas besoin d’attendre qu’un chevalier blanc vienne le secourir (ce qui aurait été des plus étranges, il faut l’avouer, même si on n’était plus à cela près) : il pouvait lui-même contrôler le train, si l’on peut dire.

Une fois encore, les événements s’enchainèrent très vite. Alors qu’Oscar allait passer juste sur son maître, l’écrasant au passage, celui-ci le désinvoca une fois de plus, ce qui devait être sans aucun doute passablement vexant pour la créature. Mais cela évitait au moins à Matthieu d’être tout bonnement écrabouiller, par sa propre invocation, qui plus est. Cela entraina une légère déflagration totalement innocente lorsque le coquillage disparut, séparant alors les deux adversaires. Matt en profita pour s’éloigner le plus possible de Nayki, en roulant dans le sens inverse. Son genou explosé et son épaule démise ne l'empêchait tout de même pas de rouler sur le côté. Cette séparation temporaire entre les deux combattants était presque un miracle, vu comment le pugilat avait été intense et violent. Mais ce n’était pas une raison pour prendre une pause, que Matthieu aurait pourtant apprécié, vu son état. Il était légèrement étourdi, mais il tenta de relever la tête. Il était temps : le manieur avait lui, retrouvé son équilibre, et les coups qu’il avait récemment reçu ne l'empêchait apparemment pas de se tenir debout, malgré une oscillation évidente de sa démarche. Matthieu était épuisé et blessé : il était temps que cela finisse. De surcroit, l’énergie comme les capacités de son adversaire lui paraissait inépuisable. C’était à se demander de combien de cartes il possédait, et de combien de choses il était capable avec. Car c’était bien avec son extraordinaire jeu que Nayki s’élançait (ou plutôt, titubait) vers Matt.



Mais ce dernier avait également une dernière carte dans sa manche. Et il ne comptait pas en finir là sans avoir misé tout ce qu’il avait. Il fallait espérer que cette dernière invocation s’en sortirait mieux que les précédentes. Matthieu fit quelques mouvements avec sa main encore capable de se mouvoir, et un instant, apparut Francis l’huitre, à côté de son invocateur. S’il ne l’avait pas encore utilisé, c’était parce que, jusqu’à présent, le combat avait surtout tourné au corps à corps, rendant ce coquillage-ci relativement peu efficace. Mais maintenant que de la distance, même courte, avait été crée, cela changeait tout. Dans le doute, Mollusque-man, qui s’était mis sur ses genoux, s’abrita derrière la coquille béante de Francis, pour éviter d’être touché par la déflagration causée par sa créature (ça n’allait pas recommencer, non mais). Cette dernière n’attendit pas des ordres pour se lancer dans son activité favorite, à savoir tout faire exploser. Francis entreprit donc d’expulser quelques-unes de ses perles explosives dont il avait le secret, en direction du manieur, évidemment. Et vue la distance qui existait entre les deux, le coquillage avait bien peu de chance de rater l’adversaire de Matt. Quant à ce dernier, il put éviter les deux cartes meurtrières envoyées par Nayki, qui, en effet, vinrent se ficher dans la coquille de l’huitre géante. Celle-ci, furieuse qu’on puisse se permettre d’abimer sa carrosserie, envoya une nouvelle bombe en plein sur le manieur. Ce dernier n’avait aucune chance de les éviter. Les explosions répétées, envoyant des fragments de perles en tous sens, risqueraient de chatouiller quelque peu les blessures de Nayki, surtout suite ses brulures causés par l’acide de l’odieuse Germaine. Les perles explosèrent, entrainant le manieur dans une véritable fournaise d’explosions en tous sens. C’était le feu d’artifice final.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!! Empty
Revenir en haut Aller en bas

Nayki Shin Versus Matthieu Furt !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des chevaliers de la table pentagonale :: 2ème Tournoi des Jeunes Talents-