Haut
Bas

Partagez|

Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Sam 24 Nov 2012 - 20:27
Pour Clem, une promesse était la certitude universelle et indéniable qu'il accomplirait la parole prononcé. Et vu qu'il était bie plus dificile de faire que de dire, et qu'on ne pouvait jamais totalement être certain de ce que nous réservait l'avenir. C'était bien pour ça qu'il ne promettait jamais rien. Par exemple, ce soir, la seule chose qui empêchait l'agoraphobe de promettre à Megan son silence était le fait qu'il savait qu'il ne pourrait résister à la torture. C'était con mais c'était comme ça chez lui. Seulement vu qu'elle n'était pas vraiment au courant de sa déonthologie, il se permit de la regarder droit dans les yeux et de lui dire avec franchise :

"Je te le promet, fais moi confiance à ce sujet là."

Et voila ce n'était pas plus compliqué que ça. Le pire, c'était qu'il était sincère en plus. Si par un certain hasard, son seigneur avait vent de sa promesse, Clem allait goûter à sa petite punition bien à lui. Non pas une mise à mort, comme Megan semblait le craindre de ses patrons ; Héliée mettait très rarement ses voyageurs au pilori pour une simple question de déloyauté passive. Il arrivait bien plus à rentabiliser des voyageurs vivants que morts. Sa dernière trouvaille en date consistait à marier ceux qu'il souhaitait punir à des nobles locaux dans différents royaumes afin de générer des revenus pour son armée ; entre autre. Puisqu’on vous disait qu’il avait le sens de l’humour.

Le dessert de l’algophobe arriva et l’échange de regard qui eut lieu entre le serveur, Megan et Clem ne trompa pas ce dernier ; elle lui avait commandé quelque chose. Un “truc d’agora” certainement vu que c’était le seul truc qu’il avait pu entendre de l’échange de Megan avec le serveur quelques instants plus tôt. Dans la mesure où c’était lui qui payait, mais avec l’argent de la jeune femme, ça ne le gênait pas plus que ça (mais qui invitait qui au final ?). Au pire si ses goûts différaient trop de l’ensemble des agoraphobes, il n’aurait qu’à pas manger le plat et puis point barre. Avant de s’attaquer à son énorme et double dessert, la voyageuse lui posa une petite série de questions plus une ou deux pensées intimes (du même genre que ceux qui l’ont fait lâcher le –oups- secret de la conspiration entre son Duc et Maze) ; Clem commençait sincèrement à croire qu’elle parlait souvent avant de penser, à moins qu’elle ne fasse les deux en même temps. L’autre côté incroyable de la chose était qu’elle le faisait tout en parvenant à manger pour quatre ; ce qui nous faisait trois actions en un moment. Donc trois fois plus de chance de se disperser (la bouffe aussi se dispersait un peu partout cela dit en passant). Le moment où Clem tiqua fut quand elle le paraphrasa et mit les mots “claustrophobes” et “tarés” dans la même phrase et dans le même ordre que lui. Est-ce qu’elle prenait tout au premier degré où elle se moquait de lui ? Le problème était que Clem aussi prenait tout au premier degré : leur discussion risquait de rapidement tourner en rond avant de mourir brutalement contre un récif syntaxique.


“Tu sais, faut pas m’écouter quand j’insulte tous les claustrophobes. Mon jugement est sûrement biaisé par le fait qu’on se déteste instinctivement, qu’on est en guerre et qu’ils essaient de me tuer chaque fois qu’il y en a un qui me voit bref ; toutes ces petites choses qui déteriorent les relations etre les êtres humains. A dire vrai, ils ne sont pas plus tarés que le reste de l’humanité.
Pour ce qui est de ta question sur tes éventuels ennemis naturels... je dois t’avouer que je n’en sais rien. Pour ce que je je sais de la politique extérieure de ton royaume, j’ai oublier la formule et j’hésite entre deux ; soit le Royaume Obscur est l’ennnemi de tout le monde, soit il n’est l’ami de personne. je te conseillerais tout de même d’éviter les rois des rêves en générale. Et pour les claustrophobes, dis toi que j’en ai vu suffisament. On peut abandonner la conversation sur eux ? Ce n’est pas vraiment mon sujet préféré.”


Il donna ensuite dans le petit sourire gêné, donnant lieu à penser qu’il trouvait l’insistance de Megan au sujet de ses ennemis mortels au pire charmant, au mieux rigolo (ou l’inverse). Le serveur vint ensuite avec le plat de Clem. Sans surprise, ledit plat était posé sur une énorme assiette. Au dessus se trouvait une montagne de mince tranche de viande. Le nom scientifique du plat devait certainement ressembler à “émincé de filet de -rajouter ici le nom d’une volaille quelconque certainement très bien cuisiner-. En bon gamin irascible, Clem décida qu’il n’aimerait pas, qu’il n’allait pas en goûter (dans cette ordre, oui oui). Déçu par le plat principal, il eut quand même un grand sourire en voant la bouteille de verre rempit d’un liquide brun que lui tendit le serveur. Parce qu’il avait soif à force de parler et qu’il n’avait pas oser demander à Meg s’il pouvait lui emprunter sa chope, parce que la liqueur à l’intérieur serait avec beaucoup de chance, délicieuse et que la bouteille pourrait toujours lui servir d’arme contandante plus tard.

“Ça doit être mon dessert” dit-il en lançant un clin d’oeil à Megan pour lui montrer qu’il était ravi de l’initiative de cette dernière (il avait poussé le plat de viande gargantuesque du bout de la main, signe indibutable que ce serait là son seul contact physique avec cette partie là du repas cette soirée).

Connaissant ses goûts et faisant confiance à la réputation des restaurants dreamlandiens (et aussi à ses yeux vu qu’il voyait des bulles remonter vers la patie haute à travers le verre de la bouteille). Clem déduisit que la boisson qu’on lui avait apporté état gazeuse de son état. Il la prit de la main droite et au goulôt, la paume précisément à l‘emplacement de la poche d’air juste avant le bouchon. Il utilisa son pouvoir et réduisit drastiquement la place auquel l’air combiné au gaz avait droit. La pression sous la capsule se fit trop forte et cette dernière sauta en l’air. Du point de vue d’une observatrice algophobe extèrieure, Clem avait juste prit la bouteille d’une main avant de la regarder. C’était pour ça qu’il adorait son pouvoir : le nombre de la cachotterie qu’il pouvait faire dans la mise en scène, pendant un combat ou non. Après que Clem en ai but une bonne rasade (un fort goût d’annanas combiné à la pétillance d’une boisson sucrée. Ce qui pouvait se révéler dégueulasse dans le monde réel pouvait bien être un nectar dans le monde des rêves. Et puis Clem avait aussi des goûts de chiotte, il fallait le dire), l’agoraphobe jeta un petit regard peiné vers “son” plat de viande avant de regarder Megan tout en consrvant le même air, il lui expliqua :

“Manque de bol, t’as trop tapé dans le vague. Résultat, le cuisinier a tapé dans l’inconsient collectif des agoraphobes : leur plat national si tu veux. Etant donné que la majorité des agoraphobes ont le pouvoir de créer des clones d’eux mêmes, ils priviligient les plats pour une douzaine de personne quand ils sont seuls. Ils ont vingt fois plus de sensation au niveau de la bouche en même temps sans se remplir le bide : un rêve que, même malgré tous tes efforts, tu es loin d’approcher.” Clem lui lança un sourire voulant lui indiquer qu’elle devait prendre cette dernière remarque avec humour, il faisait juste référence à la voracité assumée de sa compagne de table.

“Bon maintenant parlons coeur. Jolie comme tu es, tu dois avoir une foule de prétendant plus ou moins relou ; d’ailleurs si j’ai bonne mémoire, tu m’as dit qu’il n’y avait que des abrutis qui t’accostaient dans ton bar. Tu simplifiais la situation et tu as rencontré d’autre genre de garçon où tu es vraiment marqué par la malchance ?”

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Dim 25 Nov 2012 - 16:05



La phrase de Clem sonna creuse pour Megan: Faire confiance aux gens n'étaient pas trop dans ses habitudes. Et à Dreamland ou tout était encore différent du monde réel, elle estimait donc qu'il était important d'avoir une réserve envers les gens et donc: de ne jamais accorder totalement sa confiance à quelqu'un. Ainsi, Megan pouvait croire que Clem lui promettait bien de ne pas en parler, mais en même temps, le "fais moi confiance" faisant genre: comme ça tu es rassurée et je me couvre. Et bon, travailler dans un pub avait ses avantages: elle avait vue combien de mecs dirent à leurs copines ça et une fois la fille partie, le mec draguait. Enfin le mec, c'était aussi valable dans l'autre sens, les filles n'étaient pas mieux. Jouer avec la confiance des autres, c'était surement le passe-temps favoris de l'être humain. Megan jugea qu'une mise en garde serait mieux pour conclure cette promesse, mais elle verrait ça plus tard. Enfin, pour l'instant, elle n'avait que peu d'amis à Dreamland, donc si elle commençait à se méfier des gens avec qui elle s'entendait, elle était dans la merde. Elle poussa un soupire en se disant qu'elle s’inquiétait trop. Elle avala un autre morceau de glace et fut ravie du gout.

Là, il reprit la discussion sur la haine des claustrophobes et des agoraphobes. Il disait qu'il fallait prendre ça au second degré et qu'il pensait ainsi vue que ses rencontres avec les claustros c'était toujours déroulé de la même manière: l'un voulant tuer l'autre. Megan se posa une question: si un agora rencontre un claustro, mais que l'un comme l'autre ignore le pouvoir de l'autre, peuvent-ils s'entendre ou instinctivement, ils voudront s'entretuer? Comprendre les rouages et la logique de ce monde onirique était surement plus difficile que de comprendre comment fonctionnait le monde réel. Elle soupira, un peu amusée, un peu déçu. Ensuite, il enchaina sur les ennemis naturels de Megan: il n'en savait trop rien. Mais il résuma simplement en se basant sur la politique du royaume obscur: soit le Royaume Obscur est l’ennnemi de tout le monde, soit il n’est l’ami de personne. Sur ce point, il avait forcément raison, du peu qu'elle avait vue, elle avait comprit que peu de monde appréciait le royaume obscur et Pijn, comme les autres surement, n'était pas très enclin à voir du monde. En gros, elle était tombé dans le royaume qui n'aimait personne et que personne n'aimait. Clem lui conseilla toute fois d'éviter les rois des rêves qui étaient surement les pires ennemis du royaume obscur. Mais si ce royaume était si puissant, personne n'oserait vraiment s'en prendre à elle ou justement: c'était le moyen de se glorifier si on la butait? Enfin, le voyageur demanda à ce qu'on éviter le sujet des claustrophobes vue que c'était ses ennemis et il voulait parler d'autre chose. Elle lui fit un sourire, pour dire qu'elle acceptait.

"D'accord, changeons de sujet alors. Désolé, je me renseigne sur eux vue que d'un certain point de vue... Ce sont peut-être mes seuls alliés autre que Pijn et ses sbires. Donc c'est toujours intéressant de savoir si je peux ou non avoir confiance en eux ou si ce sont des tarés, comme tu dis. Et... Vue vos conflits, j'imagine que je dois te considérer comme un ennemi potentiel."

Le serveur apporta alors le repas de Clem. Heureusement qu'elle avait demandé un dessert! Le cuistot avait fait un super gros plat de viande! Enfin, ça avait l'air délicieux et elle estimait que si elle avait encore de la place, elle aurait bien goutté ça mais elle en était au dessert. Même si elle ne rechignait pas à passer de sucré à salé, elle ne pensait plus avoir la place pour remettre le couvert et surtout: Clem aurait fait une de ses têtes si elle faisait ça. Elle estima donc qu'elle n'y toucherait pas. Le voyageur ne sembla pas emballé par ce repas, il attrapa juste la bouteille et repoussa le plat principal. Donc, la boisson serait son dessert, comme il le précisait. Plutôt que de l'ouvrir normalement, il se contenta de la tenir et le bouchon vola en l'air. Intéressant et amusant. Comment avait-il fait? Megan l'ignorait et elle se doutait que son pouvoir avait surement à voir là dedans. Elle décida d'engloutir sa glace. Martelant la coupe de coup de cuillère, elle mélangeait les boules de glace entre elles pour obtenir une pâte de couleur étrange et d'aspect pas terrible. Un mélange noix de coco, pistache et vanille mais au moins, ça se mangerait plus facilement. Elle en avalant une bonne partie mais le froid lui donna mal à la mâchoire et au crâne. Elle repoussa la coupe et décida de s'en prendre cette fois à son tiramisu.

Clem contempla son repas et expliqua qu'elle avait surement tapé dans le trop vague lors de sa commande et donc, le cuistot avait fait le plat typique pour les agoraphobes. Il expliqua que la plupart de ce genre de voyageurs pouvaient se cloner et donc, manger pour dix facilement et que ainsi, ils n'avaient pas le ventre plein mais avait une multitude de saveur dans la bouche. Chose que Megan malgré tous ses efforts étaient loin d'arriver à faire. La petite blague la fit rire. Elle souleva sa cuillère et réfléchit: elle était sure qu'elle n'aurait pas besoin de clone pour tout dévorer. Prête à parier que à Dreamland si elle mangeait comme quatre, elle allait juste grossir mais n'éclaterait pas et au réveil: retour à la normal! Elle allait répliquer mais le jeune homme reprit la parole. Il disait que jolie comme elle était, elle devait avoir une foule de prétendants. Elle afficha un sourire amusé et le laissa continuer. Il rappelait qu'elle lui avait parlé des boulets qui l'accostaient quand elle travaillait et il demandait si elle avait quand même vue d'autre mecs ou si elle était frappé de malchance. Elle trouvait la conversation amusante et surtout: Clem semblait vraiment curieux sur les relations de la jeune femme. Elle avala un morceau de tiramisu et réfléchit sur ses histoires amoureuses... Jeune, elle avait eut une belle histoire: courte mais sympathique ensuite, elle était sortit avec un connard qui l'avait trompé régulièrement... Depuis, elle ne gardait jamais les mecs bien longtemps: plutôt que de ce faire avoir, autant s'en débarrasser avant qu'ils aient envie d'aller voir ailleurs. S'attacher et faire confiance, on en revenait encore à ça... Elle rechignait à s'attacher: simplement par peur de souffrir et ce, même en ayant vaincu sa phobie de la douleur, elle craignait quand même de souffrir émotionnellement. Et faire confiance était la première étape pour se faire trahir et souffrir.

"Jeune, j'avais trouvé un mec bien. Enfin jeune, quand j'avais seize, dix-sept ans. Mais ça n'a duré que quelques mois; il a déménagé... Ensuite je suis sortis avec un mec plus longtemps, sauf que ce connard m'a trompé avec ma cousine et une amie et surement avec pleins d'autres nanas. L'amour rend aveugle et j'ai donc rien vue alors que c'était aussi visible qu'un nez au milieu d'la figure. Si jamais je dois bosser pour Pijn et faire souffrir un rêveur, je pense que j'vais voir pour retrouver ce mec et l’émasculé pour une nuit. Elle afficha un grand sourire, espérant que Clem prendrait ça pour une plaisanterie innocente. Ensuite, j'ai eu des petites histoires sans grand intérêt, j'ai du mal à m'attacher et à faire confiance... Et... Ouais, je dois surement être frappée de malchance car hormis des boulets, je rencontre pas beaucoup de mecs que je qualifierai: d'intéressant. Comme quoi, le célibat c'est peut-être pas si mal... Megan ne parla pas de ses passages sur les sites de rencontres où elle y cherchait soit un coup d'un soir, soit un mec sérieux, mais en même temps, elle n'avait jamais trop trouvé ni l'un ni l'autre car elle se lassait avant. Et toi alors? Une chérie?"

Elle vida ce qui restait dans son pichet de bière et faillit lâcher un rot majestueux mais parvint à le dissimuler en passant une main innocente sur ses lèvres pour s'essuyer. Elle se laissa aller dans sa chaise, elle avait mal au ventre et elle commençait à croire qu'elle allait caler avant de terminer son dessert. Finalement, elle pouvait être repue à Dreamland, pourtant le coup de la piquette, elle avait limite bu la moitié voir les trois-quart d'un tonneau et c'était dégueulasse. Elle défit alors le bouton de son pantalon pour libérer un peu son ventre qui avait un peu enflé suite à toute cette victuailles, pas très sexy et charmant voir même un peu allumeuse, elle s'en voulait un peu de faire ça mais elle se sentait un peu plus à l'aise.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Lun 26 Nov 2012 - 21:35
"Ennemi potentiel"
Clem s'amusa intérieurement de la phraséologie de Megan. Pour lui, elle avait utiliser un synonyme de sa bibliothèque mental (celui qui s'associait avec les termes "inconnu" et "connaissance" ce qui était globalement explicite). Il préférerait ne pas avoir à combattre l'algophobe ; autant pour des raisons personnelles répugnant à affronter une amie que pragmatique : d'affronter une algophobe. Elle disait s'interroger sur les claustrophobes car ils risquaient bien d'être ses seuls alliés en cas de conflit. Clem se disait plutôt que, si le Royaume Obscur entrait en guerre, pas mal de royaume chercherait à l'avoir à coté de lui, ne serait-ce que pour éviter de l'avoir devant.

La voyageuse continua son repas dans le respect des bonnes règles de savoir-vivre qui lui était coutumière avec un tel entrain qu'une certaine fausse baronne se serait retourné dans sa tombe si elle en avait eu une. Comprenez par là que la glace de Megan devint une cousine proche avec la purée de groseille et que la Baronne Staffe n'avait de baronne que de nom. L'un comme l'autre, Clem était bien content d'avoir arrêter sa décision à la boisson. Elle continua ensuite son massacre en dévorant sa sorte de gâteau italien (la glace mourait, mais ne se rendait pas). Elle passa ensuite au récital de ses histoires amoureuses. Il semblait à Clem qu'elle était passé par à peu près tout et n'importe quoi. L'éventail assez large de ce qu'on pouvait s'attendre à retrouver chez une fille de son âge ; le tout premier (ou pas d'ailleurs mais il donnait l'impression), idéalisé ou non. Le connard de service suivait après, dont la cicatrice laissait apparaître une série de mec sans intérêt ou délaisser par une fille désintéressé d'avance (le connard de service en question n'avait pas intérêt à cauchemarder les nuits où Megan était de garde. Plaisanterie ou non, sa promesse d'énucléation testiculaire avait rappelé à l'agoraphobe que, forcé ou non, son passe temps restait la torture de rêveur). Si l'ensemble ne prêtait gère à sourire : Megan lui retourna tout simplement la question. Il aurait du le voir venir et s'il l'avait fait, il n'aurait peut-être pas posé cette question. Ou peut-être que si parce qu'il était réellement curieux de connaître le parcours de la voyageuse. Il inspira à fond et parla sans penser à la phrase suivante sinon il allait comprendre à l'avance qu'il se mettrait en ridicule, il n'avait jamais raconté cette histoire mais il l'avait bien cherché quelque part.


"Non, pas de chérie ; ça va faire longtemps déjà. En fait aux alentours de mes dix-sept ans, avec un pote on en avait assez de notre célibat forcé. Vu qu'on était dans un lycée technique rempli à ras-bord de mâle dominant, ça ressemblait un peu à un voyage pour Mars dans une minuscule capsule rempli de gay par la force des choses. Bref c'était le week-end on était allé dans sa voiture pour, selon son expression "lever des filles" ce qui est l'appellation paysanne pour "draguer" je suppose vu que j’habitai dans la cambrousse à ce moment là. On a eu de la chance parce qu'on a pas mis longtemps à tourner dans le centre-ville ; un couple de fille qui attendait juste deux péquenauds (rien à voir avec la cambrousse) comme nous pour faire passer le temps cette après-midi. Bon je ne rentre pas dans les détails mais la différence qu'on pourrait leur trouver avec des prostitués serait le moyen de paiement. Avec le premier groupe, c'est du cash direct et avec ces filles là c'était glace et cinéma. En gros ça revenait plus cher, il y avait beaucoup plus de temps à dépenser pour les transactions mais au final tu n'avais pas droit à plus d'amour. Être considéré comme un plan cul d'un soir pour ta première fois, c’est blessant et ça m’a secoué. Il n’y a jamais eu de suite avec cette fille là ni avec aucune autre. Je suis rentré dans ma capsule spatiale en somme. Si je devais m’auto-psychanaliser, je dirais que attend la fille parfaite ; ou alors une suffisamment cool pour ne pas prendre compte de ma quasi-inexperience. Clem partit d’un petit rire montrant qu’il ne prenait pas vraiment au sérieux sa dernière affirmation. En réalité il s’était remis depuis assez longtemps de cette histoire mais c’était juste les occasions qui lui avaient manqué. Là, il ressentait de plus en plus fortement avec le temps l’envie de se pelotonner dans les bras d’une fille qui l’aimerait, et pas une qui voudrait disposer du contenu de son caleçon. L’attirance qu’il éprouvait pour Megan le poussait à continuer ses batteries de questions pour voir s’il avait en face de lui une fille véritable et non pas une foutue stéréotype sur place avec un sac à main rose Chanel. A ses yeux, plus elle lui prouverait ses différences avec le collectif féminin, plus il éprouverait du respect pour elle. Il avait toujours préféré les filles en décalage avec leurs congénères et dotées d’un fort caractère.


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Mar 27 Nov 2012 - 1:30


Le haut saupoudré de cacao sur des œufs montés en neige faisant de la crème et en dessous, un biscuit baigné dans du rhum... Chaque bouchée était un régale pour les papilles! Elle dévora ainsi le tiramisu pendant que Clem prit la parole pour raconter ses histoires d'amour. Peut-être que, si elle s'y était attendu, elle aurait évité de s'en foutre plein la gueule pendant qu'il racontait car le dénouement risquait d'être... Explosif. Elle engouffra un gros morceau alors que Clem expliquait qu'il avait été dans un lycée technique et donc, il y avait surtout un paquet de mecs qu'il qualifiait de: mâles dominants. Premier rictus alors qu'elle mangeait, elle trouvait l'expression amusante. Il comparait tout ça à une navette spéciale où on avait entassé un groupe important de mec qui pour se passer le temps, n'avaient rien de mieux à faire que devenir gay, en gros. Là, elle avala de travers car elle faillit éclater de rire. Se disant que la suite ne pouvait être pire, elle reprit une cuillère de son dessert qu'elle avala comme les précédentes. Donc, Clem et un pote à lui avaient décidé un week end de se lever une fille ,expression typique et bien connu pour la jeune femme, combien de fois avait-elle entendu des mecs fin pleins dire ça au pub -et souvent pour parler d'elle- et qu'ils étaient allé au centre-ville donc. Ils débusquèrent donc rapidement deux proies qu'il compara aux prostitués en expliquant que la seule différence, c'était le moyen de paiement. Là, il fallait payer cinéma et glace avant de justement pouvoir lever la demoiselle en question. La technique classique de drague qui consiste pour la fille à se faire entretenir avant d'accéder à la requête du jeune homme ou simplement de profiter de son porte feuille et de reporter l'échéance à "une prochaine" qui se résumait en réalité par un "adieu". Megan connaissait bien le principe, elle s'en était servit une ou deux fois... Voir plus, peut-être. Enfin sauf qu'elle s'était pas cinéma et glace mais plutôt: salle d'arcades, paintball, concert et boire quelques verres et en plus, elle laissait rarement le mec tout payer pour au final, ne même pas coucher avec. Ben ouais, se faire un paintball ou un concert seule c'est nul donc: trouver un crétin pour venir avec vous, c'est mieux.

Clem expliqua qu'être considéré tel un plan cul pour sa première fois fut comme un traumatisme. Finalement, l'agoraphobe aurait pu devenir un... Un mec qui a peur des filles ou du sexe. Rien que d'imaginer Clem se transformer en fille ou qu'il puisse donner des orgasmes d'un simple contact physique la fit éclater de rire. C'était tout de suite moins classe que... Faire sauter la capsule d'une bouteille? En fait, elle connaissait rien de son pouvoir. Enfin par chance son fou rire ne fut pas un massacre, elle avait avalé juste avant et du attraper le serveur au vol pour lui arracher un pichet de bière des mains afin de ne pas s'étouffer et faire descendre le gâteau. Rien qu'au gout, elle savait ce qu'elle buvait, il y avait quelqu'un ici qui aimait la Guiness: bière typiquement servit dans un pub, un mix entre bière et café avec une mousse épaisse et compact. Bière que Megan aimait bien, mais n'en buvait jamais beaucoup: c'était facilement écœurant.

Enfin, revenons-en à l'histoire de Clem. Il ni avait donc jamais eu de suite avec celle qui lui avait prit sa virginité, ni avec aucune autre d'ailleurs. Aïe... Un mec en manque d'affection et de présence féminine donc. Voyait-il en Megan la fille qui pourrait améliorer ses relations avec le sexe opposé? C'est là, qu'il termina sur LA chose la plus fun de toute sa conversation. Qu'il était retourné dans sa capsule spatiale et qu'il attendait la fille parfaite ou suffisamment cool pour ne pas se moquer de son manque d'expérience. C'est là que l'horreur se produisit -l'horreur si on peut dire- Meg' éclata d'un tel fou rire que le tiramisu dans sa bouche vola dans la salle du restaurant et s'écrasa sur le visage du serveur à qui elle avait piqué la bière. Elle éclaboussa également Clem sans le vouloir mais ne s'en soucia pas trop sur le moment, elle riait tellement que rien sur le moment n'avait d'importance. Un tel fou rire qu'elle faillit s'écraser toute seule le visage dans son dessert. Elle riait tellement que ses cotes lui faisaient mal et qu'elle en avait même du mal à respirer. Cause du décès: fou rire incontrôlé.

Elle tentait de se calmer, mais dés qu'elle relevait les yeux et croisait le regard de Clem, elle repartait de plus belle. Le voir dépité avec de la crème sur le visage était une image hilarante en elle même et c'était nerveux donc difficile de contrôler. Elle parvint enfin à respirer et à se détendre. Elle prit une longue inspiration, essuya ses yeux car elle en avait pleuré. Elle lança alors un regard désolé à Clem puis elle but une longue gorgée de bière. Maintenant, trouver comment s'expliquer correctement car il a surement du mal le prendre alors qu'il risque d'y avoir malentendu. Sa choppe se posa bruyamment sur la table en verre avec ses engrenages en dessous.

"Désolé... C'est juste ta psychanalyse de la recherche de la femme parfaite. Sa et ton retour dans la capsule remplit de gays, j'ai pas pu me retenir et... Désolé pour le gâteau... T'en as partout..."

Elle se leva alors d'un bon, arracha la serviette du serveur qui depuis l'attaque du tiramisu sauvage, était resté figé sur place: surement mortifié par la honte qu'il venait de se taper. Elle s'empressa alors d'essuyer le visage de Clem avec la serviette en lui souriant. Elle lui passa la main dans les cheveux, comme on le ferait à un gosse. Elle lécha la serviette pour l'humidifier et lui nettoya le menton et les lèvres pour enlever la crème et le chocolat. Avait-elle pensé un instant que: elle portait un débardeur faisant déjà décolleté et que, dans cette position, elle offrait au voyageur une vue plongeante sur ses"arguments"? Surement que non, ou alors elle ne s'en souciait pas, trop occupée à vouloir s'excuser d'avoir rigolé et de lui avoir cracher son dessert au visage. Elle tendit le torchons au serveur et lui dit, sur un ton très sérieux qu'il devrait retourner en cuisine et se débarbouiller car là, ça faisait pas très professionnel même devant des rêveurs. Megan se laissa retomber sur son siège.

"Donc, une fille suffisamment cool pour accepter ton manque d'expérience? Et tu crois quoi? Que c'est rare? Les filles adorent ça justement, elles s'imaginent pouvoir dresser le mec comme elles veulent comme ça. Vue que dans ce cas là, le mec n'a aucune habitude particulière, c'est parfait pour que la fille lui file les habitudes qui à elle lui plairont. Elle fit alors un sourire amusé. Enfin, te formalise pas pour ça, c'est loin d'être un handicape si tu cherche autre chose qu'un plan cul. Avec un coup d'un soir, tu dois limite assuré si tu veux la revoir et qu'elle passe de: coup d'un soir à plan cul régulier. Si t'es nase, elle revient pas. MAIS! Elle pointa son index en l'air. Si tu cherche la relation sérieuse ben la fille sera amoureuse donc ça passe et là, elle imagine pouvoir t'apprendre à sa manière ce que tu dois savoir ce qui est en soit gratifiant et excitant... If you see what I want to say."

Elle fit tourner sa cuillère, elle n'osait plus trop manger, de peur qu'il sorte une autre connerie et qu'elle recrache tout, une fois de plus... Finalement, elle engloutit ce qu'il restait du tiramisu et ramena vers elle la coupe de glace bien fondue à présent. On pouvait entendre des cris en cuisine, surement le serveur mécontent pour ce qu'il venait de subir, bah au pire, Megan accepterait de s'excuser ou de lui exploser la tête. C'était à lui de voir quoi. Elle fixa de nouveau Clem.

"Après... Si ton terrain de chasse c'est la... Disons la pouffe standard. Joue le candide un peu niais et mignon et ça ira tout seul j'imagine. Enfin j'ai pas trop d'expérience en tant que pouffe donc je sais pas... Enfin je crois et j'espère pas. Elle se passa l'index sur les lèvres en s'efforçant de faire un air idiot. J'suis une pouffe tu crois? Puis elle retira son doigt et fit un grand sourire. Dans ce genre là, parait c'est craquant, enfin un mec faire ça... Je sais pas trop, et si un mec fait ça, je crois que je me fouterai de ça gueule. Donc... Elle soupira. Le mieux c'est de pas suivre mes conseils. Si tu veux me draguer c'est simple en revanche: paye une bière, passe une bonne musique et prouve moi que tu pense autrement que avec ton caleçon et l'appendice qu'il y a dedans. Ensuite... Je sais pas trop... Les atomes crochus j'imagine qu'ils rentrent en compte. Sinon, l'alcool est un bon moyen d'arriver à ses fins, mais le lendemain matin, attends toi à un réveil en fanfare car la nana a tendance à moins assumer son coté volage quand elle a dessaoulé. Moi, de ce coté là, j'assume: généralement je propose un café au mec puis j'lui dis de tailler prendre une douche et de foutre le camps car d'ici une heure, je veux pouvoir glander sur mon canapé sans avoir à jouer l'hypocrite qui discute avec un inconnu. Enfin, si j'étais ce genre de fille à coucher une fois saoule. Sauf que je suis algophobe, donc j'avais plutôt tendance à me méfier des mecs bourrés sachant que mon beau-père me tapait dessus facilement et une fois ivre, il prenait pas la peine de chercher une raison."

Elle engouffra ce qu'il restait de sa glace qui même fondue, était toujours aussi bonne. La bière fut rapidement vidée, étrangement, Megan se doutait que le serveur allait revenir et hurler sur elle. Donc, autant finir rapidement le repas et foutre le camps. Quitte à devoir fracasser une mâchoire et ne pas payer, elle comptait bien s'amuser encore ici et pas se laisser emmerder pour un vulgaire accident suite à un fou rire. Ce qui était amusant, c'était ses explications à Clem, une part de vrais et une part de faux, à lui de broder pour juger ce qui était vrais ou non. Mais elle ne comptait pas trop l'indiquer, après tout, raconter toutes ses histoires seraient trop long et il y avait un paquet de trucs qu'elle regrettait... A une époque, elle choisissait bien un mec rond dans le pub où elle travaillait et le ramenait chez elle. Généralement, elle choisissait celui qui était le plus docile une fois ivre: par méfiance mais aussi le plus triste qui souvent ses potes se moquaient de lui. Une fois chez elle avec, elle le faisait dormir dans son lit sans rien faire et au réveil, elle le laissait imaginer ce qu'il voulait afin qu'il puisse un peu sourire et s'y croire devant ses potes. Avoir fait ça cinq ou six fois... Maintenant, elle comprenait mieux pourquoi elle avait plein de boulets aux comptoirs qui espéraient la lever. Les rumeurs vont vites, elle se jura de ne plus faire de pareils idioties.

"Enfin... J'espère je t'ai pas vexé avec mon fou rire. Je te jure que je me moquais pas de toi mais rigolais bien des conneries et comparaisons que tu as fais. D'accord?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Mar 27 Nov 2012 - 8:52
Faire des blagues et autres métaphores, c'était bien. En utiliser pour alléger une histoire à caractère geignard, c'était bien. Le faire devant une fille qui dévorait le dessert d'un plat faisant deux fois son poids, c'était mal... d'un point de vue de l'hygiène. D'un autre coté, faire rire une fille était bien plus satisfaisant que de la faire pleurer. Au moins, tout pensait à croire vu sa réaction qu'elle ne le prenait pas en pitié. Même s'il se sentait touché, dans le mauvais sens. Sa vexation ne dura qu'un temps, celui précédent les excuses de Megan. Elle allait même jusqu'à lui essuyer elle-même le visage. Normal ? Pas du point de vue de Clem qui n'avait pas été doté à la naissance d'une présomption naturelle. Pendant toute le temps de la "toilette", et ce, du début jusqu'à la fin, il avait conservé les yeux fermés. Principalement à cause de vieux réflexes pavloviens de son enfance, nées de l'insistance de sa grand-mère à vouloir lui laver sans cesse le visage avec son gant de toilette fripé et irritant. N'importe quelle gosse un tant soi peu débrouillard aurait acquis les mêmes réflexes de survie que les siens. Le deuxième temps, pendant que c'était au tour de ses cheveux de passer sous la coupe impitoyable de la serviette (loin de toute forme de proto-défense de la part de Clem, qui adorait quand on lui caressait les cheveux), les yeux de l'agoraphobe restèrent clos. Parce qu'il disposait d'une mémoire, mémoire qui lui indiquait de quelle manière le corps humain devait être agencé. Et tout ses quatre autres sens lui disait comment celui de Megan l'était. On pourrait penser que ça ressemblait fortement à une occasion manquée de ne pas jeter un regard à son décolleté. Surtout que, quelque part dans le cerveau de la jeune femme, elle devait bien savoir dans quelle position elle se trouvait et ce que Clem avait en face des yeux. N'importe comment, ce n'était pas la partie du corps qu'il regardait chez les filles. Il leur préférait infiniment les yeux parce qu'à son point de vue, quand ceux-ci étaient jolies à regarder, le reste l'était aussi. Et c'était l'élément le plus parlant, corporellement, chez quelqu'un pour se renseigner sur son état d'esprit donc l'agoraphobe les avait souvent à l’œil. Et cela dit en passant, Megan avait des yeux magnifiques ; bleus, avec un soupçon métallique qui rendait son regard non pas froid mais frais.

Une fois qu'elle en eut fini avec lui, elle tendit la serviette usagée au serveur et lui dit avec tout le sérieux du monde qu'il n'était pas très professionnel à rester dans cet état. L'anachronisme social fit rire Clem sous sa cape. Un brin moqueur ? Oui, complètement ; mais Megan pouvait ainsi se rendre compte qu'il était détendu, et non pas sous ses gardes après la pulvérisation de gâteau italien qu'il avait reçu comme on aurait pu s'y attendre lors d'une conversation entre deux jeunes gens de leur âge (majeur et vacciné dans les deux cas m'enfin tout de même, on ne crachait pas ainsi sur quelqu'un les résultats dune percolation d'un gâteau aussi volatile que le tiramisu). S'ensuivit après une série d'explication et de conseil made in megan, qui pris un certain temps. Ce qui était parfait vu que Clem avait manifestement la gorge sèche après avoir tant parlé depuis le début du repas et il termina sa bouteille à grand coup de petite gorgée. S'il était en grande partie rassuré par les conseils de l'algophobe (notamment à propos de son "handicap" qui n'avait finalement pas trop lieu d'être), elle n'avait peut-être pas le sentiment de faire grand chose mais ça restait beaucoup pour lui. Il prit note de la remercier de sa sollicitude et de ses conseils à un moment ou à un autre de la soirée. Là, il préférait l'écouter. Et tant pis si une certaine partie de son discours lui passa volontairement au dessus de la tête. Ce n'était pas à l'habitude qui était la principale cause, loin de là, mais il en avait soupé des plans culs, des coups d'un soir et toutes ces appellations misogynes. Même si ça pourrait passer affreusement gnangnan, il voulait de l'amour. Pas une fille avec qui il aurait seulement des relations physiques et puis merde. Une personne avec qui il pourrait partager, ressentir, écouter, bref ; avoir une relation au delà du physique. Deux petits esprits trouvant le réconfort chez l'autre (Totoro power, mais c'était ça le but, non ?). Passer une bonne journée avec l'autre, une agréable soirée et une encore plus agréable nuit (no Totoro power, mais là encore il y avait un temps pour tout).

Une fois son discours terminé, Megan en fit autant avec son dessert. Elle lui re-présenta ses excuses qu'il se dépêcha d'accepter :


"Ah non, je t'en prie ça va, c'était à ses que servait les petites conneries glissées justement, il lui fit un petit sourire avant de continuer, merci pour la serviette au fait, et surtout pour tes conseils." Petit sourire devint franc. Au même moment un autre grande exclamation énervée sortit de la cuisine. Clem n'était ni aveugle, ni sourd et il se doutait bien qu'ils allaient devoir répondre des exactions sociales de l'algophobe. Avec un sourire de conspirateur, il se pencha vers la jeune femme et lui dit (avec des airs de conspirateurs... aussi) :

"Tu la sens toi aussi, cette petite tension électrique qui sort de la cuisine ? Je crains qu'ils vont envoyer des gros bras pour te demander de répondre devant tes actes. Te connaissant, il vaudrait mieux que l'on parte maintenant ; ça ne se fait pas de traumatiser des employés dans un restaurant." Puis d'un air normal, alors qu'il était en train de se lever, il lui lança avec un infime soupçon d'espoir :

"Je sais qu'on va partir sans payer, que c'étaient tes jetons et que tu l'as volé ; mais est-ce que l'on peut considérer que je t'ai payé la bière ? Je n'ai pas vraiment le temps de t'en trouver une seconde, là, maintenant, tout de suite."

Faire référence aux conseils de Megan destinés à accomplir pour lui plaire (dixit Megan), c'était la façon plutôt indirecte de Clem de lui demander s'il pouvait la séduire "officiellement". Au moins il lui donnait l'occasion de le calmer à son sujet de façon diplomatique. Et contrairement à ce qu'il prétendait, il se sentait parfaitement capable de lui trouver ne seconde bière, là, maintenant, tout de suite : son pouvoir avait fait de lui un expert du vol à la tire et à la volée. Restait à voir si elle était tenté de le mettre au défi.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Mar 27 Nov 2012 - 14:09


Clem insista pour dire qu'il n'était pas vexé ce qui fit sourire la jeune femme. Il la remercia pour la serviette et les conseils, elle hésita à lui dire que pour les conseils, fallait peut-être pas la remercier ni les mettre en applications. Sa hurlait de plus belle dans la cuisine et il était évident que le petit repas entre deux voyageurs allait tourner à baston générale. Le jeune homme se pencha vers elle en affichant un drôle de sourire. Il parlait du remue ménage dans la cuisine et qu'il pensait que des gros bras ne tarderaient pas à venir pour qu'elle présente des excuses et la connaissant, il préférait qu'ils partent avant qu'elle traumatise un ou plusieurs employés du restaurant. Elle haussa les épaules, comme pour dire que si ça se faisait ou pas, c'est pas ça qui la dérangeait. Et bon, après un tel repas, un peu d'exercice lui ferait pas de mal pour se sentir mieux dans son jean.

Le jeune homme se leva alors tranquillement. Il expliqua qu'il savait qu'ils allaient partir sans payer, qu'il avait ses jetons et qu'elle avait "volé" le serveur. Mais il voulait qu'elle considère qu'il avait bien payé la bière. Car il n'avait pas vraiment le temps d'en voler une autre. Elle afficha un sourire amusé: donc, il comptait appliquer ses conseils et pas plus tard que maintenant et sur elle en plus. Elle se leva alors tranquillement. Elle sentit un peu les effets de l'alcool, après tout, après deux choppes de trolls, une de guiness, c'était normal qu'elle soit plus trop fraiche mais elle gérait. Sa hurlait de plus belle dans les cuisines. Elle attrapa sa canne en sucre d'orge et se tourna vers les cuisines en souriant.

"La bière c'est bon. Après, j'avais parlé de musique si tu as bien suivis. Trouve la musique, moi je me charge de la danse, d'accord? Elle tourna la tête vers lui et lui fit un clin d’œil. Quoi? J'avais pas parler de danse? Bah... Les paramètres inconnus et imprévisibles sont à prendre en compte, surtout avec moi après plusieurs bières."

Une irrésistible envie de foutre la merde et de se défouler un peu, voilà ce dont là tout de suite elle avait envie. Et faire ça sur une bonne musique ne serait que meilleur. Mais elle hésita quand même: foutre le bordel ici allait surement ruiner les chances de passer une bonne nuit ici. C'est alors que le serveur revint des cuisines, accompagné par deux cuistots armés de gros couteaux à viande. L'homme, enfin l'habitant du monde des rêves, semblait dans une colère noir. Si ses yeux lançaient vraiment des éclairs, Megan aurait été foudroyé sur place. Enfin, la voyageuse ne se débina pas et elle fit un sourire au trio qui se dirigeait vers elle. Un autre cuisinier, plus vieux,sortit alors des cuisines, lui, il semblait plutôt inquiet.

"Mais arrêtez! S'en prendre à un voyageur c'est risqué!
-J'te rappel qu'une nouvel loi est passée! Maintenant, on peut tuer des voyageurs sans la moindre conséquence. Donc, il est grand temps de montrer à cette vermine qu'on va pas se laisser faire!"

Nouvelle loi? Parce que avant, c'était réprimandé de tuer des voyageurs? Et maintenant, c'était plus le cas? Megan ni connaissait absolument rien sur les lois de ce monde mais elle était persuadée que s'en prendre à un voyageur n'était pas interdit mais que beaucoup préféraient éviter juste pour ne pas avoir d'embrouilles avec le royaume d'origine du voyageur ou simplement avec le voyageur en question qui pouvait se défendre.

Sa réflexion fut interrompue par l'un des sbires qui se jetait sur elle armé de son gros couteau de boucher. La jeune femme esquiva le coup et comptait répliquer mais l'autre cuistot attaquait à son tour avec sa lame. Elle bloqua le coup avec sa canne et dut rapidement reculer car le serveur lui jetait son plateau à la figure. Elle recula donc, tourna sur elle même et vit le plateau passer à quelques centimètres de son visage. Le projectile fila à toute vitesse et comme un boomerang, il revint aussi vite, percuta l'arrière du crâne de la brune et avec le rebond, il retomba dans les mains du serveur. Le coup l'avait sonné plus que ce à quoi elle s'était attendue, elle vit le couteau de boucher s'abattre sur elle et par pure réflexe, elle avança sur l'arme. Ne pensez pas qu'elle est maso ou veut arbitrairement se blesser pour utiliser son pouvoir, loin de là, car sa stratégie était tout autre: elle n'avait ni le temps de bloquer ou esquiver, donc il fallait stopper la course de l'arme et quoi de mieux de se coller à l'ennemi pour perturber son mouvement?

Megan saisit le bras du cuisinier et bloqua la lame au niveau de son épaule: elle n'avait pas envie d'être découpée, pas ce soir en tout cas. Sa canne remonta rapidement et elle percuta la mâchoire de l'homme, lui brisant plusieurs dents d'un coup. Elle plia le bras pour changer la trajectoire de son arme et bloquer le plateau qui lui fonçait de nouveau dessus. Elle recula de plusieurs pas et poussa un soupire. Finalement, ils étaient plus fort que ce qu'elle pensait...

"Oublis la musique... On verra ça plus tard. Finalement, on devrait foutre le camps non?"

Le serveur jeta alors plusieurs couteaux. Megan leva sa canne, lécha l'extrémité puis fit tourner son arme en sucre. Elle bloqua plusieurs lames alors que d'autres fusèrent à coté d'elle pour s'enfoncer dans le mur. Plusieurs lames étaient à présent collés sur la canne. Au moins, les coups seraient plus puissant à présent! Sauf que là... Si elle se battait, ça passerait de petite bagarre dans un bar à massacre dans un restaurant. Sinon utiliser son pouvoir! Mais pour faire quoi? Elle avait un peu mal au crâne et le seul ennemi à souffrir est étalé au sol. Elle tourna alors les talons, après avoir tiré la langue au serveur. Puis fixa Clem et lui fit un autre clin d’œil.

"On y va ou tu as encore un truc à faire ici?"

Concluant sur sa petite blague de mauvais gout, elle lui attrapa le poignet pour l'entrainer hors du restaurant. Maintenant, restait à prier pour ne passe prendre une lame dans le dos. Finalement, cette nuit était comme les autres et elle éclata de rire: ne pas tomber sur quelqu'un qui veut la tuer aurait été bizarre et ça aurait surtout été la première fois depuis qu'elle était voyageuse! Les rêveurs assit en train de manger, regardaient la scène comme s'il s'agissait d'un spectacle préparé pour les distraire durant le repas et certains se mirent à applaudir. Megan ne put s'en empêcher, elle ralentit le pas et saluer ces derniers comme pour remercier d'avoir un si agréable public, elle sentit qu'on la tirait par le bras et se douta que Clem lui trouvait surement le moment mal choisit pour saluer une bande de rêveurs débiles. Ils arrivèrent enfin dehors, mais le cuistot survivant et le serveur excité n'étaient pas loin derrière. Et donc, on fait quoi maintenant?



HRP: Scuze j'fous un petit coup la merde pour le fun et parce que ça colle à mon perso mais tu peux faire que le calme revient très vite si tu veux^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Mer 28 Nov 2012 - 19:29
Clem sentit comme une petite flamme s'allumer dans son ventre et y rester quand Megan sourit à sa proposition et lui demanda de terminer la liste. C'était la première fois depuis longtemps qu'il n'avait pas eu le sentiment de plaire à une fille qui lui plaisait. Bon il évitait de trop se lancer dans l'avenir mais que cette histoire ait une issue heureuse ou non, il serait toujours reconnaissant à la voyageuse pour lui avoir offert cette chance. A coté de ça, le fait d'avoir vu la danse se rajouter à la liste de Megan passait pour négligeable. A vrai dire, par une absence quasi total de pratique et une absence tout aussi géante d'envie d'apprentissage avait fait de Clem un parasite purulent de n'importe quelle chorégraphie. N'importe comment, l'algophobe a décidé que c'était son boulot à elle ; et avec un peu de chance elle faisait juste référence à une bonne et saine bastonnade. D'ailleurs en parlant de violence, trois personnes s'avançaient vers eux avec visiblement l'envie d'en découdre (ou alors c'étaient les couteaux accrochés à leur ceinture qui lui faisait penser ça). Il nota que le serveur -qui était la troisième personne s'avançant vers eux, s'était lavé. Un autre cuistot s'était approché, l'air bien plus paniqué que ses collègues et tenta de calmer le jeu. Mal lui en prit vu que son détracteur se protégea derrière une loi afin de justifier ses actes. Ce qui était... con, vu que ladite loi ne changeait en rien la dangerosité d'un voyageur. Même si le guet vous laissera tranquille après coup, le risque de se faire homicider par le voyageur restait le même. Pour autant la nouvelle loi était une nouvelle inquiétante. Elle servirait seulement d'excuse à certains royaumes pour justifier des actions qu'ils menaient déjà mais en plus d'être révélateur de l'état d'esprit de Dreamland envers les voyageurs (une façon assez directe de dire "Vous nous faîtes chier !"), elle allait faire changer de camps nombre de royaume qui étaient restés plus ou moins neutre aujourd'hui. Déjà que Clem trouvait l'atmosphère assez lourde à avaler dans certains royaumes, maintenant elle serait carrément irrespirable.

Et ici, ça commençait maintenant : un cuisinier se jeta sur Megan qui para son attaque contondante avec sa canne à sucre. L’agoraphobe ne savait pas si, en terme de ridicule, elle battait son frère et son panneau de signalisation. Très vite, le duel devint une petite mêlée et Clem perdit de vue l’algophobe, celle-ci arriverait certainement bien à se débrouiller toute seule ; de même que Clem qui commençait à éviter les coups d’un cuistot excité et d’un cinquième qui s’était élancé vers le groupe. Il ne disposait pas d’une arme qui lui permettrait de se défendre contre des couteaux comme Megan mais il comptait sur un petit d’expédient d’expérience et d’agilité qui lui permettait de faire face sans trop de problème à deux commis de cuisine. Il esquiva un ou deux coups portés par chaque avant de se glisser dans le mince intervalle entre ses deux adversaires, attrapa sa bouteille et en enfonça le cul de celle-ci dans la gorge du premier avant de la changer de main et de la fracasser contre le front du second. Il vit du coin de l’œil un couteau voler vers son visage et, sans savoir si un troisième adversaire s’était invité, bloqua la lame par pure miracle avec le morceau de bouteille qui lui restait et un angle de contact complètement improbable. Le rapport de force dura un court instant avant que la bouteille ne perde : elle éclata en morceau et un éclat de verre gros comme la moitié d’un doigt vint se ficher dans sa paume. Ignorant la douleur ou alors peut-être à cause d’elle, il attrapa le premier poignet qui passa à sa porté et le brisa sans perdre de temps. Une lame lui infligea une blessure superficielle au niveau de sa tempe droite. Etourdi par la sensation et par sa chance, il recula de plusieurs pas et se retrouva au coté de Megan. Cette dernière lui fit un clin d’œil et lui proposa de façon indirecte de s’en allez. Elle attrapa son poignet avant de l’entrainer au dehors, non sans avoir au préalable salué les clients de la salle et éclater d’un grand rire ; elle s’amusait comme une folle de toute évidence.

Ils arrivèrent ensuite dehors, le ciel était au-dessus de leur tête, la foule et les grandes artères cadastrales leur faisaient face ; en clair ils étaient dans le terrain de prédilection de Clem. Dans ce genre d’environnement, il était irrattrapable. Il agrippa à son tour le poignet de Megan (avec sa main qui ne présentait pas de tesson bien sûr) avant d’activer son pouvoir. Celui-ci réduisit brutalement les distances autours d’eux, transformant la foule compacte en un kaléidoscope d’images subliminales et le contrôleur fonça droit devant. De par la nature de son pouvoir, ils n’évitèrent aucune personne trop près d’eux une fois dans la foule mais leur vitesse et l’effet de surprise leur permit de fendre la populace sans trop de problème. Il ne se souciait pas de savoir si Megan arrivait à le suivre malgré son pouvoir : il avait déjà "trainer" une voyageuse ainsi et elle s'en était très bien tiré malgré les blessures et le grand état de fatigue que cette dernière avait du subir. Il sentit son ventre se nouer comme toujours quand il repensait à la toxicophobe et il se reconcentra sur lui et Megan. Ils laissèrent peut-être comme un couloir derrière eux que leur poursuivants seraient capable d’emprunter s’ils étaient très rapides mais, juste au cas où, l’agoraphobe se fendit et changea instantanément sa direction vers la droite. Rendant toute recherche de leur personne complètement impossible, à moins que les créatures des rêves disposent de moyens oniriques et imprévisibles que Clem ne pouvait prévoir pour les rattraper.

Il se faufila finalement dans une ruelle latérale plus ou moins déserte et il lâcha Megan. Il retira son tesson implanté dans sa main en grimaçant terriblement, un soupir de soulagement et de douleur accompagna l’extraction réussie du morceau de verre qu’il lança négligemment contre un mur. Il porta ensuite la main à son oreille et sentit un liquide chaud lui couler d’un peu en haut de la racine des cheveux au bas de sa joue. Il en retira une main recouverte de sang (ou disons, encore plus recouverte de sang) mais pas assez pour qu’il prenne une teinte noire.

« C’est toujours comme ça que se termine tes nuits, c’est bien ça ? »
Il ne fallait pas voir là une critique de l’agoraphobe envers la voleuse, par quelques égards, on pouvait accuser Megan d’avoir déclenché la bagarre, et par là les blessures de Clem ; mais une telle relation de cause à effet ne parvint pas aux oreilles de Clem. Il tentait juste de plaisanter.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Mer 28 Nov 2012 - 20:42


A peine eut-elle mit le nez dehors qu'elle sentit Clem resserrer sa prise sur son poignet. Elle tourna la tête vers lui, voulant lui dire qu'elle pouvait courir toute seule pour échapper à ses assaillants mais d'un coup: elle eut comme un vertige. L'environnement autour d'elle se déformait: les trucs loin paraissaient plus proche et d'autre trucs paraissaient plus loin. C'était quoi encore ça? Elle avait pas tant bu que ça pourtant... D'un coup, elle fut attirée en avant et elle crut qu'elle allait rester sur place ou coupée en deux: une partie restant là et l'autre suivant Clem. Il usait de son pouvoir et pouvait donc jouer sur les distances après tout, il avait peur des grands espaces. Elle sentit une vive douleur à son épaule mais elle fut happée en avant puis tourna brusquement sur la droite. Son estomac était resté à l'entrée du restaurant, elle en était sure. Tout reprit alors son aspect normal et la brune s'immobilisa. Elle bascula en avant, un haut le cœur qui faillit la faire vomir. Le souffle court, elle se demandait si elle allait s'en remettre, c'était comme si elle avait courut sur plusieurs kilomètres.

L'algophobe s'adossa au mur et reprit tranquillement son souffle. De son coté, l'agoraphobe retirait un bout de verre coincé dans sa main, il saignait aussi au visage mais rien de bien méchant apparemment. Elle lui fit un sourire puis sentit la douleur à son épaule: elle l'avait presque oubliée! Elle passa sa main sur son épaule et extirpa la cause de sa douleur: un couteau. Elle jeta l'arme blanche au sol en poussant un jurons: foutu cuistot ou serveur. En tout cas, c'était vraiment partie en couille cette fois et ils auraient peut-être pu se faire tuer. Quoique Meg' n'avait pas trop cherché à utiliser son pouvoir mais en même temps, c'était pas comme si elle avait eu le temps et la possibilité. Clem fit un brin d'humour en disant que c'était toujours comme ça que finissait les nuits de la brune. Elle rigola mais se ravisa rapidement à cause de son épaule meurtrie.

"Pas vraiment... D'habitude, la nuit commence comme ça avec pleins d'emmerdes puis ça se calme un peu... Et le finale est généralement pire que le début. On va dire que ce soir c'est plutôt calme donc."

Elle lui fit un sourire et libéra son pouvoir pour dissiper la douleur de son épaule. Elle saignait encore mais au moins, elle ne souffrait plus. Elle regarda autour d'elle: la ruelle était vide, au moins ici ils étaient tranquilles pour le moment. Elle retira son débardeur qu'elle déchira alors pour se faire un bandage à son épaule. Elle portait un haut en résille noir sous son débardeur mais bon, on voyait bien à travers, elle se félicita d'avoir un soutient-gorge sinon... Son compagnon aurait surement eu du mal à la fixer car il aurait été on ne peut plus gêné. Elle jeta le reste de son débardeur déchiré dans un coin de la ruelle puis elle poussa un soupire.

"Et toi... Pas trop mal? Tes blessures à la main et au visage te font mal? J'sais pas si je peux mais je peux essayer de réduire la douleur si besoin."

Son endorphine ne fonctionnait que sur elle mais en même temps, elle ne l'avait jamais utilisé sur quelqu'un. Elle ignorait si c'était possible mais voulait bien essayer si ça pouvait soulager Clem. On verra sa prostate plus tard donc et on s'occuperait des blessures pour commencer. Elle éclata de rire en pensant à ça et se promit de ne rien dire, elle trouverait une autre excuse pour prétexter ce fou rire, sinon il risquait peut-être de mal le prendre. Elle se calma rapidement puis reprit son souffle. Maintenant, ils pouvaient faire quoi? Les cuistots et les serveurs allaient-ils les pourchasser ou abandonner? Et cette histoire de loi sur l'éxécution des voyageurs, c'était apparemment nouveau... Clem savait quelque chose sur ça?

"Tu as entendu cette histoire de loi? Je pensais pas que c'était interdit avant de nous exécuter... Sinon, on fait quoi à présent? Un magasin de fringues pour se rhabiller et retirer nos vêtements souillés de sang? J'te rassure, je suis pas shopping, mais... Rester habillée comme ça, je crains que tu finisses par exploser à force d'être rouge pivoine."

Elle lui fit un clin d’œil amusé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Jeu 29 Nov 2012 - 18:09
Comme il en convenait à Kazinopolis, le ciel était éclairé par des milliers de petites étoiles dans le ciel parce que dans le royaume des casinos, absolument tout devait au minimum scintiller. Clem le voyait bien maintenant parce qu'il avait le nez en l'air et qu'il calculait mentalement la hauteur entre lui et le toit le plus proche, repérait les prises possibles et imaginait à l'avance le trajet qu'il emprunterait avec son pouvoir si un quelconque élément hostile les surprendrait dans la ruelle. Une habitude qu'il avait prit afin de ne pas être pris au dépourvu ; à défaut de ne pas pouvoir empêcher d'être pris par surprise. Il entendit Megan répondre à sa question, puis un bruit de déchirure caractéristique. Caractéristique parce que l’algophobe avait déjà utilisé la technique d’arracher ses vêtements afin de se confectionner des bandages rudimentaires. Clem arrêta sa contemplation du ciel et regarda la voyageuse. Il se fit plus ou moins violence pour ne pas s’empourprer les joues (mais il est à noter que ce fut là la seule partie de son corps susceptible de s’irriguer en sang qui ne le fit pas). Megan lui proposa de lui soulager sa douleur avec son pouvoir mais il refusa en un court monosyllabe négatif ainsi qu’un geste signifiant qu’il préférait ne pas se droguer et recevoir de vraies informations de son cerveau.

C’était un geste très difficile à exécuter.

Elle éclata ensuite d’un rire tellement franc et spontanée que même lui arrivait à voir que sa personne physique n’en était pas l’objet mais plutôt une réflexion qu’elle venait de se faire… enfin il le pensait. Il se mit la main devant les yeux avec un sourire gêné mais sans plus. Il pensait qu’on ne pouvait pas être blessé d’une moquerie si on en ignorait la raison. Une Megan calmée et finalement peut-être un peu inquiète pris la parole :


"Tu as entendu cette histoire de loi? Je pensais pas que c'était interdit avant de nous exécuter... Sinon, on fait quoi à présent? Un magasin de fringues pour se rhabiller et retirer nos vêtements souillés de sang? J'te rassure, je suis pas shopping, mais... Rester habillée comme ça, je crains que tu finisses par exploser à force d'être rouge pivoine."

La magie de l’auto-suggestion, c’est que ses joues prirent instantanément de la couleur à la seconde où elle finit de prononcer le mot « pivoine ». Elle lui refit un de ces clins d’œil qu’il adorait tandis que lui lui sortit le sourire mi-amusé, mi-gêné de celui qui s’était fait attraper. Même si Clem pensait plus au mot « piégé »

« Moi non plus je ne suis pas vraiment shopping mais il n'y a aucun risque qu'on en fasse un peu. On ne vent pas des vêtements à des voyageurs tâchés de sang. Surtout après la promulgation de cette nouvelle loi. Pour répondre à ta question, tu te rappelle de la petite mission quasi-suicide dont je t'avais parlé ? Deux immenses armées qui devaient leur puissance aux voyageurs les composants ont pulvérisés un royaume. C'est de genre de chose qui s'accompagne de petites lois restrictives j'imagine. Déjà que voir des voyageurs détruire des trucs sans trop se soucier des civiles, ça n'améliore pas l'idée qu'on se fait de notre collectif, mais on est plus ou moins pardonné parce que généralement, on obéit à un seigneur cauchemar. Le problème c'était que là, c'était un voyageur qui commandait l'armée d'envahisseur. L'opinion publique n'en a rien à foutre de savoir si des voyageurs ont défendu le royaume. Au final c'est toujours la même chose : mille voyageurs peuvent aider mille fois mille personnes, ça ferait toujours couler moins d'encre qu'un seul meurtre causé par l'un d'entre nous. On est des menaces à leurs yeux, c'est tout. Si on n’a pas été tous massacré depuis le temps, c'est que l'on est des menaces utiles. Quand on cesse de l'être mais pas de se battre, on peut voir ce genre de lois sortirent. »

Il s’arrêta un coup quand il remarqua qu’il était plutôt en verve sur ce sujet là mais à dire vrai, cet état des lieux l’horripilait : il n’avait pas demandé à avoir cette phobie, être séparé de son frère par une rivalité cosmique et servir de défouloir à dreamlandiens stressés dans un monde qui n’était pas le sien.

« Bon je te laisse le choix : soit on va faire effectivement du shopping mais selon mes règles ; on entre vite et on en ressort tout autant avec ce qui nous plait avant que les vigiles nous choppent. Elle a l’avantage de ne pas coûter grand-chose. Sinon on attend la fin de la nuit mais quitte à faire ça, je nous ferais grimper sur un toit, histoire qu’on soit sûr de ne pas se faire rattraper par les autres tarés. Tient tu vois j’utilise beaucoup ce mot contre ceux qui veulent me tuer. »

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Jeu 29 Nov 2012 - 21:14


Alors qu'elle lui proposait de soulager ses douleurs, le jeune homme préféra refuser la proposition. Quoi? N'avait-il aucune confiance en elle sur ses "qualités d'infirmière"? En même temps, il aurait surement servit de cobaye car elle n'avait jamais essayé son pouvoir pour dissiper les douleurs de quelqu'un. Elle ne lui en voulu pas de refuser, c'était son droit. Et elle ne soignait pas vraiment les blessures, elle utilisait juste l'endorphine présent dans le corps pour dissiper la douleur en gros: elle utilisait un truc produit par le cerveau pour tromper le cerveau. Après, elle avait nommé sa technique endorphine, mais... Son pouvoir utilisait-il vraiment l'endorphine? Jouait-elle seulement sur le cerveau ou son pouvoir modifiait la sensation de douleur directement? Sur quoi agissait-elle réellement? Enfin, c'est pas comme si le savoir allait changer sa vie.

Clem expliqua que lui non plus n'était pas très shopping et que deux voyageurs pleins de sang risquaient d'avoir du mal pour acheter des vêtements. Surtout avec cette loi. Apparemment, il en savait long sur cette loi ou du moins sur la raison de la création de cette loi. Il ramena ça à son travail risqué entre les deux groupes qui se faisaient la guerre. D'un coup, elle se demanda si cette guerre n'était pas simplement: Claustro contre agora. Était-ce bêtement ça? Enfin le voyageur résuma ça simplement: quand un voyageur sauvait une vie, on en parlait un peu, que cent voyageurs sauvent cent ou milles vie, c'était pareil. En revanche, si un malheureux voyageur tuait une personne, c'était directement le bordel. Oui... On se souvient souvent des atrocités, mais quand on fait un truc bien, l'opinion général voit ça comme: "il a fait son devoir" comme si c'était normal de risquer sa vie pour sauver quelqu'un. Et donc le bordel de cette guerre c'était à cause d'un groupe de voyageurs voulant détruire un royaume. Forcément, ça la fout mal... Même si le groupe voulant sauver le royaume est aussi composé de voyageurs. Elle soupira. Limite, c'était pas si mal d'être affiliée au royaume obscur, comme ça, elle avait pas trop de questions à se poser: personne n'était vraiment son allié et se méfier de tout le monde devait être sa règle d'or. Et maintenant que cette lois était passée, c'était le truc à faire. Quoique, elle pouvait encore faire confiance aux voyageurs. Pas tous... Si les voyageurs s'entendent bien avec leurs seigneurs qui ceux-ci sont en brouillent avec son duc ou son royaume, ça en faisait automatiquement des ennemis. En gros: la politique de Dreamland est un bordel sans queue ni tête juste bon à faire bien chier le monde!

Elle nota deux choses: sa petite blague l'avait fait rougir et rigoler ce qui l'amusait aussi. C'était toujours un plaisir de remarquer qu'on laisse pas indifférent. Ensuite l'autre truc: Clem passait pas mal de temps à regarder en l'air comme s'il cherchait ou vérifiait quelque chose. Il lui proposa alors deux choix, le premier: entrer dans un magasin et voler rapidement des vêtements pour éviter les emmerdes. Ou alors seconde solution: il les emmenait sur un toit pour être tranquille et passer le reste de la nuit en hauteur et normalement en sécurité. Elle fit un sourire en comprenant pourquoi il inspectait les hauteurs.

"Ou troisième solution! Tu me laisse faire et dans cinq minutes on a tout ce qu'on veut: vêtements, nourriture, alcool et surement d'autres trucs. Le tout je pense sans avoir des soucis!"

Là, le gros souci c'était d'évaluer ce que Meg' évaluait comme: sans avoir des soucis. Et surtout, d'évaluer son idée car là, elle était plutôt vague. Mais elle semblait pas motivée à expliquer les détails. Elle fit un sourire à l'agoraphobe puis lui fit signe d'attendre deux minutes. Elle passa sa main dans ses cheveux, remonta un peu son pantalon puis le rebaissa afin que son sous-vêtement reste plus haut et donc visible. Elle passa la main sur sa poitrine et chercha à "remettre tout ça" en place. Elle fit un sourire: satisfaite, elle se dirigea alors hors de la ruelle. Se tournant vers Clem en lui souriant.

"Deux minutes et je reviens!"

Laissant son compagnon en plan, elle avança dans la rue et attendu que sa tenue et ses attributs naturelles fassent effet. Il ne fallut pas longtemps: déjà des voyageurs l'avaient remarqué et se dirigeaient vers elle. Ils étaient limite en train de baver en la regardant et ils l'accostèrent tous en même temps. Elle eut droit à des "maitresse que vous êtes belle!" ou encore "sublime créature, dites nous ce que vous désirez!" Ouais, appâter des rêveurs pervers et en manque dans une ville remplie de casino, c'était pas spécialement un exploit. Surtout qu'elle avait remarqué en arrivant ici que pas mal de mecs suivaient les filles en bavant et en lui promettant argent, vêtement ou autre pour passer la nuit avec elles. Ravie pour une fois de voir que son charme spécial: aimant à boulet, fonctionnait toujours aussi bien, elle leur demanda s'ils avaient de l'argent. Et là: jackpot! Ils répondirent tous en cœur que oui.

Clem seul et isolé dans sa ruelle devait toujours attendre la brune, se demandant surement ce que pouvait être l'idée de l'algophobe. Elle revint alors, accompagnée d'une dizaine de mecs. Ils étaient tous en train de répéter qu'elle était belle, qu'elle était sexy, qu'elle faisait chavirer leurs cœurs et qu'ils se feraient damner pour seulement cinq minutes avec elle dans un lit. Elle soupira un peu: c'était quand même lourd... Utile certes mais lourd. Elle fixa Clem et lui fit un sourire triomphale.

"Sa te dit de jouer les rêveurs débiles pour plusieurs minutes? Le temps qu'on se trouve des vêtements et qu'on voit si on nous court après? Elle montra les débiles autour d'elle. Suffit je joue la rêveuse qui s'y croit avec son armée de prétendants. Que je joue la pouffe quoi et ça passera crème. Toi... Ben tu as une dizaine de spécimens pour voir ce que tu as à faire et apprendre facilement à les imiter. Elle sourit de plus belle. On fait un magasin, on prend ce qu'on veut. Ils payent, on ressort, on glane quelques informations sur le serveur fou et les cuistots énervés puis on se casse prendre du bon temps sur un toit. L'idée te conviens?"

L'un des rêveurs s'approcha d'elle, lui renifla la joue en disant qu'elle sentait bon. Un autre approchait ses mains de sa poitrine, disant qu'il acceptait de mourir pour les toucher. Elle lui répliqua que s'il touchait, il mourrait pas mais finirait manchot. Malgré le fait qu'ils étaient des boulets, rustres en puissance, d'un seul mot elle les tenait à distance. C'était un royaume des rêves, donc ça irait. Elle était persuadée que son idée était géniale! Restait donc à avoir l'avis de l'agoraphobe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Ven 30 Nov 2012 - 19:00
N’importe qui s’étant essayé à la chose vous le dira : pour faire un plan efficace, il faut avoir tous les éléments à sa disposition. Plus vous avez de facteur en tête et plus grandes sont les chances que votre plan en tienne compte. C’était la base de tout ; n’importe qui avec suffisamment de temps pour le faire pouvait, en cas de situation délicate, faire un inventaire de ses actions disponible et rayer les plus dangereux et les plus idiots ? C’était grosso modo ce que Clem avait fait en proposant son choix à Megan. Le truc, c’était qu’il avait oublié qu’il parlait à une fille : celle ci trouvait toujours une troisième solution auquel les hommes n’y auraient jamais pensé ; c’était un fait bien connu. Il avait été gagné par l’enthousiasme de la voyageuse quand celle-ci lui avait exposé ce qu’elle comptait récupérer. C’était juste le « je pense » qui (contrairement à Meg) lui causait des soucis. Il n’aimait pas entendre la « partie risque » d’une idée traiter comme si elle était négligeable. Ce qui n’était peut-être pas le cas dans la tête de Megan, c’était juste la façon dont le coté paranoïaque de Clem le percevait. Sans donner aucun autre détail, elle lui fit signe d’attendre deux minutes (Clem était fichtrement doué pour le langage des signes improvisés) puis elle se, hum… dévergonda, mais au sens propre. Lors qu’elle sortit dans l’avenue attifée de cette façon, le cerveau de l’agoraphobe mis la clé sous la porte ; il n’avait même pas envie d’essayer de deviner ce qu’elle avait en tête. Il faudrait pour ça qu’il tente de se mettre à sa place et il n’avait pas envie de tenter le coup avec une fille.

Il attendit quelques longs instant avant qu’elle ne revienne. Il fallut plusieurs secondes à son organe cérébral pour deviner qu’elle était escorté par une foule de prétendants rêveurs qui bavaient littéralement des yeux et qui présentaient à la voyageuse des propositions toutes plus osées les unes que les autres. Clem les détestaient déjà tous, sans exception. L’algophobe lui expliqua son plan et il devait admettre qu’il n’était pas con du tout. Se faire passer pour des rêveurs et se faire entretenir par de vrais spécimens étaient un excellent moyen de faire les boutiques tout en passant inaperçu. Il y avait juste un seul point sur lequel Clem allait se montrer intraitable.

« Super plan, vraiment. Il n’y a rien de plus inaperçu qu’une bande de rêveur, là chapeau. Seulement il est absolument, absolument hors de question que je me joigne à eux. Ce n’est même pas la peine d’insister. Je te surveillerais d’un point élevé, bonne chance à toi. »

Là-dessus –et avant que Megan ne puisse en placer une – il utilisa son pouvoir et commença rapidement à grimper sur la façade du bâtiment selon un parcours déjà repéré. Les athlètes féru d’escalades qui criaient à l’illogisme jeu vidéoludique quand il voyait le héros de la série Assassin’s Creed monter sur un immeuble devrait voir comment se débrouillait Clem, des fois qu’on aurait envie qu’ils s’arrachent les yeux. Grâce à son pouvoir, le moindre mouvement de l’agoraphobe équivalait à un jeté mémorable et des prises (haha) de risques démentielles. Il pensait bien que Megan serait vexé de son refus de participer à son plan mais il y avait des choses pour lequel on ne pouvait s’engager. Clem avait sa fierté, mais à dire vrai, sans doute un peu jaloux de ces débiles.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Ven 30 Nov 2012 - 20:36


Le jeune homme trouvait l'idée bonne, apparemment très bonne même car se faire passer pour des rêveurs et entretenir par des vrais, était vraiment bien! Mais, car oui, il y avait toujours un mais... Clem refusait de jouer le rêveur et de devoir lui faire la cours comme les boulets autour d'elle. Et donc, sans attendre que la brune puisse répliquer, il usa de son pouvoir pour "grimper" au mur et arriver sur le toit à une vitesse impressionnante. La jeune femme fit une moue boudeuse. Elle avait espéré que son idée lui plairait et que ça soit justement le moyen de s'amuser un peu. Surtout que monsieur le timide avait dit poursuivre sa liste de trucs à faire pour la draguer... Là, il avait l'occasion de lui demander ou dire des choses et pourquoi pas la séduire. C'était une occasion qu'il aurait pu exploiter mais au lieu de ça, il s'était braqué car il avait surement des principes... Elle croisa les bras en écoutant les rêveurs qui l'entourait. Les compliments fusaient dans tous les sens et elle pouvait se faire mousser -comme on dit- mais ça ne lui disait plus... Elle poussa encore un soupire, repoussa une avance puis observa ses prétendants.

"Toi: file moi ton sweet. Toi là: ton chapeau. Putain toi ton manteau en cuir! Je veux."

Sans attendre, les rêveurs obéirent et lui donnèrent chapeau, sweet et manteau. Ils soufflaient que ses désirs étaient des ordres et qu'ils feraient tout ce qu'elle voulait. Elle leur fit un sourire puis leur dit que ce qui lui plairait, c'était d'aller l'attendre dans le restaurant là bas. Elle indiqua celui d'où elle avait fuit. Les rêveurs, tout sourire, lui promirent alors qu'ils l'attendraient toutes leurs vies s'il le fallait. Ils partirent alors à toute vitesse vers le restaurant.

De nouveau seule, elle s'adossa au mur, profitant de ce petit répit pour profiter du calme. Elle avait prit le sweet et le chapeau pour Clem: avec ça, il pourrait cacher sa blessure au visage et le sang sur ses vêtements. Elle, le manteau lui suffirait et en plus il était trop classe! Meg' fouilla dans son jean pour sortir son paquet de cigarettes mais... Manque de chance, elle avait du s'endormir après avoir posé le paquet sur la table de chevet ou oublié sur le canapé... Elle poussa un juron et se dit qu'il lui restait pu qu'à aller dans la foule de nouveau pour trouver de quoi fumer. Peut-être trouvera-t-elle une weed intéressante, elle ignorait si on pouvait trouver du simple tabac à Dreamland, mais elle avait un doute. Elle posa le sweet et le chapeau sur une poubelle et leva les yeux.

"Hey!! Monsieur j'me barre sans attendre!? Tu as des fringues là! C'est pas le top mais au moins tu passeras inaperçu que avec ta petite gueule d'ange en sang. Moi je reviens, faut que je fume!"

Elle voulait le laisser un peu poireauter, après tout il était partit sans lui laisser une chance de le convaincre. Si elle pouvait même pas s'amuser un peu... Meg' aurait trouvé amusant voir même hilarant de voir Clem jouer le rêveur crédule lui susurrant des "maitresses, je ferai tout pour vous". Faut croire que l'égo surdimensionné de son duc commençait à déteindre sur elle! Voilà qu'elle voulait qu'on l'appelle maitresse et elle voulait avoir des larbins. Enfin, c'était surtout pour le fun pas pour dominer le monde ou encore: devenir seigneur à la place du seigneur. Son duc avait un petit Iznogoud pensa-t-elle.

C'est donc: mi-énervée mi-amusée qu'elle retourna dans la rue principale infestée de rêveurs. Bousculée par certains, reluquée par d'autre, c'était pas forcément évident d'avancer dans ce merdier. Elle poussa un soupire, souffla quelques jurons et hésita un instant à frapper une ou deux personnes pour savoir où trouver une sucette à cancer ou un conne à délires. C'est alors qu'une cloche résonna et que tout le monde se figea. Trouvant cette absence de mouvement propice pour se déplacer, Megan avança dans la foule pour se diriger vers un rêveur d'un certain âge qui fumait une grosse pipe. L'objet convoitée devait peser au moins cinq kilos vue sa taille. La cloche sonnait encore, elle finit par s'arrêter pour regarder autour d'elle.

"Mais c'est quoi cette sonnerie de merde à la fin?!"

Tous les rêveurs étaient immobilisés et semblaient attendre quelque chose. Elle remarqua que même les habitants de Kazinopolis s'étaient figés et attendaient aussi. C'était quoi ce bordel? Une voix résonna alors: amplifiée par un haut-parleur.

"Un cuisinier à été assassiné par une voyageuse. Une enquête va être faite pour régler ce problème. Nous rappelons que cette cloche a pour propriété de réveiller les rêveurs afin que nous, habitants de Kazinopolis, puissions régler nos problèmes. Tout suspect devra être arrêté et conduit au pied de la statut d'or pour que le seigneur puisse l'interroger. J'entends par suspects: tous les voyageurs actuellement présent dans le royaume."

La voix amplifiée disparut comme elle était apparut. Megan crut qu'elle se décomposait: on l'accusait d'un meurtre qu'elle n'avait pas commit et on allait la mettre devant le seigneur des lieux... Clem n'avait-il pas dit un peu plus tôt qu'elle devait ABSOLUMENT éviter tous les seigneurs des royaumes des rêves? Là, elle allait devoir rencontrer de force le seigneur du monde des richesses et donc: elle était dans une merde comme jamais elle ne l'avait été. Elle avala sa salive et faillit s'étouffer. La cloche sonnait encore, elle avait combien de temps avant de se retrouver toute seule au milieu de la rue entourée par des petits nuages de fumée? Elle fila alors à toute vitesse vers la ruelle: se jurant de se foutre dans une poubelle et de jouer la morte jusqu'à ce qu'elle se réveille. Se jurant aussi de ne plus jamais mettre les pieds dans ce royaume!

Elle arriva donc dans la ruelle, se colla au mur et jeta un bref regard en arrière: les rêveurs explosèrent un à un en fumée. Son rythme cardiaque venait de tripler en intensité et elle pensait que son cœur exploserait bien avant que quelqu'un la trouve, au moins si ça arrivait, elle éviterait l'interrogatoire et une mort suite à un coup de stress. Cette fois-ci, que pouvait-elle faire? Clem allait-il pouvoir l'idée? Quelles étaient leurs options?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Sam 1 Déc 2012 - 0:31
Clem était assis, le dos adossé contre le rebord du toit. La position typique de celui qui maugréait tout seul. Il avait conscience qu’il avait sans doute louper de bonnes occasions de séduire Megan en lui donnant quelques phrases bien choisis dans son rôle de rêveur mais il savait parfaitement que jamais il n’aurait pu souscrire à cette comédie. Il entendit venant du contrebas la voix de la voyageuse lui dire qu’elle partit fumer et qu’elle lui laissait des vêtements dans la ruelle. Il se dit brièvement que ça a été les courses les plus rapides qu’il n’avait jamais connu. Il savait qu’il allait devoir s’excuser plus tard auprès de l’algophobe quand elle reviendra bien qu’il ignorait totalement dans combien de temps elle allait le faire. En attendant il se consolait comme il le pouvait ; elle avait dit qu’il avait une gueule d’ange après tout. Le venin avec lequel elle avait prononcé ne comptait presque pas. Il ne prêta aucune attention à la cloche quand elle sonna une première fois ; ni la seconde. Mais d’attention, le message lancé à travers la population avait le malheureux mérite d’en accaparer beaucoup trop.

Il reprit la position debout comme s’il avait été monté sur ressort et se dépêcha de regarder en contrebas. La myriade de panaché de fumée qui emplissait la rue donnait raison au message : dans quelques instants, seuls les voyageurs seront sur place. Si Infinity Midas se chargeait d’interroger ceux qui se feront attraper, ça ne pouvait être qu’une mauvaise nouvelle. C’est un Clem paniqué qui fouilla du regard toute la longueur de l’avenue afin de repérer la silhouette de Megan. Le problème était qu’il était trop haut perché pour ça, il parvenait juste à voir quelques formes noires qui se rapprochaient d’autres formes un peu moins noire : les gardes de la cité commençaient déjà à alpaguer les voyageurs. Certains résistaient, Clem entendait l’écho de combat plus loin dans le quartier. C’était dingue de constater à quelle vitesse la ville festive de Kazinopolis fut transformé en zone de combat désertée. En même temps c'était ce qui devait arriver quand on s'attaquait en même temps à tous les voyageurs d'une grande ville (ces derniers avaient généralement une si haute opinion d'eux même que seule l'idée de les arrêter pour interrogatoire équivalait à une atteinte à leur vie privée et devait se solder par un combat). Cette situation rappelait brièvement à Clem une bande dessinée où le gouvernement décide du jour au lendemain d'arrêter tous les super-héros sur son sol ; ça avait abouti à un énorme carnage dans les deux camps. La situation allait t-elle autant se dégénérer ici ? Constatant qu’il n’arriverait pas plus à évaluer la situation de son point de vue, l’agoraphobe utilisa son pouvoir afin de réduire la distance le reliant au sol et sauta. Son corps de voyageur absorba facilement le faible choc que n’était pas sensé supporter un gars tombant d’une pareille hauteur. Une fois sur le plancher des vaches, il fut surpris et ravi de voir que Megan était directement retourné dans la ruelle. Il sentit que son soulagement devait largement se lire sur son visage tandis qu’il conserva son wormhole afin de faire baisser l’échelle de secours d’un escalier coller contre la paroi de l’immeuble.


« Monte d’abord, on avisera après. » Lui dit-il en se jurant de la précéder ne serait-ce que d’un poil de millimètre.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 687
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 28

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Sam 1 Déc 2012 - 15:03

Kazinopolis
Stress, chasse à l'homme et envie de nicotine

Immobile dans la ruelle, toujours adossée au mur. La jeune femme semblait prise de panique: elle n'arrivait pas à réfléchir correctement ni a élaborer un plan pour s'en sortir. Mais bordel elle n'avait tué personne!! C'était quoi cette embrouille avec un cuisinier assassiné? Son coeur battait si fort que sa poitrine devait être secouée de tremblement. Elle ferma les yeux, prit une longue inspiration et regretta que son pouvoir ne possède aucun effet contre le stress: pouvoir diminuer la fatigue et la douleur c'était bien, mais là, elle aurait besoin de se calmer. Une cigarette... Une bonne sucette à cancer, un bon coup de nicotine ou même de la fumette, voilà ce qui lui ferait du bien! Sauf que là, c'était pas le moment de retourner chercher quelque chose à fumer. Elle soupira et se sentit un peu plus calme -à peine- et parvint même à afficher un sourire.

Sourire qui devait surtout être la cause de sa vision: Clem était redescendu du toit d'un simple bond et surement avait-il encore utilisé son pouvoir. Le jeune homme la regarde, visiblement rassuré de voir qu'elle était revenue dans la ruelle. Il utilisa de nouveau son pouvoir et fit descendre l'escalier de secours accroché au mur. Il expliqua à Megan de monter et ils aviseraient quoi faire ensuite. La brune acquiesça et ne se fit pas prier pour grimper après l'échelle, savoir qu'il comptait bien l'aider malgré la situation, était pour elle un soulagement. Certes, il avait déjà montré qu'il l'aiderait pour diverses choses, mais elle avait aussi comprit qu'il était aussi du genre à fuir les soucis. Et là, les soucis se nommaient: Megan Cole. Il lui emboitait le pas et grimpa à son tour l'échelle pour rester derrière elle, visiblement: il ne comptait pas lui lâcher les basques pour le moment.

Une fois sur le toit, la jeune femme regarda autour d'elle. Se déplacer de toit en toit ne serait pas compliqué: les bâtiments étaient relativement proches les uns des autres. Meg' vit qu'un autre voyageur était monté sur les toits, l'homme se tenait loin d'eux et leur tournait le dos. C'était prévisible que les voyageurs allaient se cacher et que beaucoup penseraient également à monter sur les toits ce qui rendait la cachette de l'algophobe et de l'agoraphobe peu crédible et d'ici peu, eux aussi devraient surement se battre avec les gardes comme les voyageurs dans la rue le faisaient. Elle pria alors qu'elle se réveille: ce qui règlerait le problème même si en faisant ça, elle abandonnerait Clem. Lui ne risquait rien, la voix du haut parleur avait accusé une voyageuse donc surement elle et pas lui. Elle décrocha son manteau de son épaule pour regarder son tatouage: le sceau apposé par Pijn, mais le chiffre n'avait pas bougé... Et qu'espérait-elle? Que le chiffre passe d'un coup à zéros et qu'elle soit téléporté au temple de la douleur? Sa ne marchait surement pas comme ça... Elle poussa un soupire puis se tourna vers Clem.

"On es... J'suis dans la merde on dirait... Mais... Je... J'ai tué personne non? C'est un malentendu!"

Accusé à tort d'avoir tué un cuisinier. Certes, si elle s'était vraiment battu dans le restaurant, elle en aurait surement tué un ou au moins lui aurait infligé une bonne torture mais là, elle n'avait rien fait à part briser la mâchoire d'un mec avec sa canne! Elle pensa alors au serveur... C'était surement un coup de cette pourriture! Elle fronça les sourcils et serra le poing. Pouvait-elle retrouver le serveur dans ce foutoir et lui faire avouer qu'elle était innocente? Au pire, ce serait là le dernier acte dément de l'algophobe mais au moins, elle pourrait se défouler une dernière fois avec son pouvoir avant de perdre son statut de voyageuse.

"On trouve le serveur, il est surement dans le coup et j'lui fais cracher la vérité. Sa marche?"

Désespérée ou folle de rage, allez savoir. Mais là, elle voulait vraiment torturer et tuer quelqu'un, au moins comme ça, elle sera accusée pour un truc qu'elle aurait vraiment fait. Le mieux était encore de faire profil bas et d'attendre que le calme revienne sauf qu'il fallait déjà pour ça qu'elle même se calme. Elle tourna sur elle même en jurant. Une cigarette! Si seulement elle pouvait fumer un peu elle était persuadée qu'elle parviendrait à se calmer!

"Baissez vous et fermez là"

La voix était bourrue mais surtout: une odeur de tabac l'accompagnait. La brune se tourna et réalisa que le voyageur qu'elle avait vue sur le toit un peu plus loin, les avait rejoint. L'homme semblait avoir plus de trente ans, voir peut-être quarante. Il avait des cheveux en brosse poivre et sel, il avait une barbe de plusieurs jours mais relativement bien entretenu. Une longue cigarette aux lèvres, chose qui ne quittait plus des yeux la brune. L'homme lui fit signe de se baisser et elle obéit, prête à obéir à ce qu'il demandait du moment qu'elle pouvait avoir une ou plusieurs lattes.

"Vous savez ce qui se passe?
-Vous pouvez me laisser fumer?
-Hein? T'es conne ou quoi? On est dans la merde et tu veux fumer?
-Z'êtes bien en train de fumer et de vous cacher... Alors soyez pas vache et partagez quoi!"

L'homme la fixa un petit moment, il devait surement jauger la demoiselle, se demandant surement si elle réalisait le bordel qui se tramait ici. Sauf que oui, elle savait et lui ignorait que la personne recherchée n'était autre qu'elle justement. Et tout ce qu'elle voulait, c'était un peu de nicotine pour faire redescendre son manque et son stress. Elle lança un regard à Clem, lui fit un sourire forcé puis tendit la main vers l'inconnu. L'homme hésita puis lui tendu sa clope. La brune s'en saisit et la porta à ses lèvres comme une grosse camée en manque de sa dose. Elle tira une longue bouffée, puis une autre avant de souffler tranquillement la fumée par le nez. Un sourire se forma et elle se laissa tomber sur ses fesses: détendue, voir même un peu trop. C'était pas du tabac mais de la weed et elle ignorait ses effets, mais ça, c'était pas important. Elle redonna le pet au quarantenaire et le remercia.

"Clem... Tu lui résume la situation? Elle se tourna vers l'inconnu. C'est quoi comme weed exactement?"

H.S: désolé j'trouve se passage fait très... Sabba xD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1360
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Sam 1 Déc 2012 - 17:18
« On est… J’suis dans la merde on dirait… Mais… Je… J’ai tué personne non ? C’est un malentendu ! »

C’était une forme particulièrement particulière d’euphémisme. Une mini-guerre avait juste démarrer dans la ville parce que Megan n’avait aucune manière à table et qu’elle avait volé de la bière et énervé un serveur. C’en était ridicule de résumer la situation ainsi mais tout venait de là… techniquement. Indirectement, il fallait aussi prendre en compte la haine ancestrale que vouait les dreamlandiens aux voyageurs. Dans le monde réel, si Clem et Megan avaient été gaulé pour manières grossières dans un restaurant, ils auraient eu droit à un sermon et ils auraient été viré de l’établissement ; dans tous les cas il y aurait eu discussion. Sauf que là ils s’étaient battu comme des chiffonniers contre les employés. Cela pouvait paraître irresponsable et bien digne de la grande opinion que les voyageurs se faisaient d’eux mais en même temps ce n’était pas eux qui avaient attaqué les premiers. Mais s’ils l’avaient été, c’était bien parce que la croyance populaire associait les voyageurs aux trous du cul.

« On trouve le serveur, il est sûrement dans le coup et j’lui fais cracher la vérité. Ça marche ? »

La proposition paraissait un peu excessive compte tenu de leur situation mais pas dénué de bon sens. Contrairement à Megan, dont l’expression « être sur les nerfs » ne pouvait plus vraiment lui être attribué à moins de désigner une nouvelle façon de présenter un état de stress et de tension assez grand pour fibriller un cœur. Clem acquiesça : si le serveur était la clé de tout ce bordel et si son témoignage pouvait remettre les pendules de la situation à l’heure, alors il fallait le récupérer avant qu’il ne soit mis sous une escorte policière efficace. La battue venait tout juste de commencer et il était raisonnable de penser que peu de garde avait été affecté à cette affaire : il fallait du temps pour mobiliser une cité grande comme Kazinopolis. Avec un peu de chance, les soldats d’élites n’interviendraient pas tout de suite et pas forcément aux alentours du restaurant. Clem ne savait pas quel était le crétin qui avait donné l’ordre de virer tous les rêveurs du royaume parce que sa conséquence directe (mais néanmoins voulu) avait été de dévoiler les voyageurs présents. Ceux ci pouvaient être comparé à des prédateurs sauvages privés de leur camouflage naturel : il en résultait des êtres effrayés, craintif et inquiet à l’idée qu’on voulait les approcher rudoiement afin de leur poser des questions dont les réponses étaient susceptible de les envoyer à la potence. De tels individus seraient déjà considéré comme dangereux sans que l’on ai encore coché la case « détient des pouvoirs homicidaires ». Si troupes d’élites il y aurait, elles seraient déployé en priorité là où il y aurait du vilain.

Avant qu’il n’ai pu livrer ses pensées à Megan, ils furent sommer de fermer leur gueule (ce qui était injuste vu que Clem n’avait pas ouvert son bec) par un voyageur d’âge mur qui avait eu la même idée que l’agoraphobe et qui s’était réfugié sur les toits. En même temps ce n’était pas une idée de génie et les gardes de la ville ne tarderait pas à fouiller les hauteurs une fois qu’ils auraient sécurisé les rues. Après une rapide discussion, l’algophobe eut la permission d’emprunter sa clope et elle demanda à Clem de résumer la situation à son assassin passif. Le rouquin dévisagea une à deux secondes de trop le voyageur avant de prononcer un « non » ennuyé : il n’avait pas que ça à foutre. Il se redressa et –tout en ignorant superbement celui qui avait offert son joint à Megan, regarda cette dernière droit dans les yeux et lui dit avec un débit si rapide que jamais il ne lui laissa l’occasion d’en placer une.


« Bon je vais allez te le chercher ton serveur. Et non, tu ne m’accompagne pas. C’est pas pour te protéger, tu vas m’être utile. J’ai pas le temps de t’expliquer en détail mais je ne pourrais jamais faire monter contre son gré un mec de sa taille sur le toit si je n’ai pas quelque chose de visible à porté de regard afin de m’en servir comme d’une balise pour revenir en vitesse. Alors reste sur le bord du toit, devant le restaurant pour que je puisse revenir sans encombre, okay ? Garde moi ça, j’en aurais pas besoin. » Il retira en deux en trois mouvement ses vêtements situés au dessus de sa ceinture (lunettes de protection comprise) et le jeta à ses pieds ; ce fut un agoraphobe torse nu qui quitta la conversation à sens unique.

Il aurait bien aimé rester plus de temps pour discuter avec la voyageuse et peaufiner les détails de son approche (et aussi lui expliquer pourquoi il estimait nécessaire de se balader à moitié à poil) mais comme dit plus haut, il valait mieux choper le serveur le plus rapidement possible avant qu’il ne soit hors d’atteinte. Clem utilisa son pouvoir et sauta comme quelques minutes auparavant dans la ruelle déserte et s’empara des vêtements que lui avait trouvé Megan. Il enfonça un maximum son nouveau chapeau sur sa tête afin de masquer sa tignasse et toute la prtie supérieure de son visage tout en s’avançant dans l’avenue. Seul son pantalon et ses chaussures étaient resté les mêmes mais il pariait que personne parmi les employés du restaurant ne reconnaîtrait le voyageur roux qui s’était battu dans le restaurant ; pour la bonne raison que ce n’était plus le voyageur roux qui s’était battu dans le restaurant qui se baladait dans la peau de Clem mais un sale petit gars effronté qui gardait en permanence un demi sourire satisfait sur le coin des lèvres qu’aucune bonne nouvelle ne pouvait enlever et qui se baladait torse poil. Il n’était pas le meilleur acteur de théatre du monde ni un acteur tout court mais puisque sa vie dépendrait très bientôt du degré de subterfuge qu’il mettrait dans son nouveau rôle, il devait (non : il allait) ressembler à un putin de connard près à vendre une meurtrière de voyageuse contre des E.V. ; il avait pensé un instant jouer le délationneur animé par des sentiments moraux et honorables nul autre que le fait de vouloir aider la cité mais il pensait à juste titre que ce genre de personne ne serait pas crédible auprès du garde moyen qui voyait dans les voyageurs la personnalisation du connard en puissance. Il aurait bien pris le sweet que Megan lui avait laissé mais il pensait qu’il valait mieux montrer aux gardes du premier coup d’œil qu’il était du sexe fort et que plus la différence avec son haut marron qu’il avait porté dans le restaurant était forte avec sa stature de grain de mais, et mieux ce serait.

Il marcha d’un pas rapide vers le restaurant, le regard baissé mais heureusement pour lui, aucun garde ne chercha à l’arrêter ; il ne savait même pas si certains l’avaient vu mais il s’en moquait.
Deux gardes tenaient l’entrée du restaurant comme s’il s’agissait d’une scène de crime (et, de facto, c’en était une). Clem reconnaissait leur allure parce qu’il l’avait vu suffisamment tandis qu’il enquêtait sur un tueur en série dans le Royaume des chevaliers. Les gardes donnaient le sentiment qu’ils ne laisseraient passer personne mais l réalité faisait qu’un tas de personnel qualifié avait besoin d’entrer sur une scène de crime et qu’ils avaient pris l’habitude de laisser passer les personnes qui marchaient comme si elles avaient le droit d’être là. Elle ne firent aucun commentaire quand Clem passa entre les deux d’une démarche assurée. Il pensa fugitivement que ça avait peut-être été trop facile ; mais en même temps on chapeau lui cachait le bout de ses oreilles. Mais son torse nu le désignait clairement comme un voyageur alors, pourquoi avait t-il pu passer ?

Il n’examina pas longuement la grande salle pleine de table et de chaise dans laquelle il avait mangé (ou regarder manger) avec Megan et continua sa route sans s’arrêter vu qu’un arrêt ou une hésitation de sa part confirmerait à ceux qui devaient l’examiner du coin de l’œil qu’il n’était pas sensé être ici et qu’il le savait. Il y avait un véritable petit contingent d’homme dans cette salle. Si une pancarte « ennemi » s’affichait au dessus de sa tête avec une flèche le désigant, il serait réduit en bouilli en trois secondes. Il repéra, heureusement pour lui, très rapidement le serveur qui était affalé contre un siège, le regard vague tandis qu’il parlait d’une voix timorée à un garde qui notait visiblement tout ce qu’il prononçait dans un petit carnet. Il sourit quand il pensa à une vieille réplique d’un film de Nielsen : « maintenant calmez-vous et dites moi combien il y avait de cadavre dans votre piscine. ». Vraiment hilarant dans le contexte. Il garda son sourire quand il se fut suffisamment approché du serveur et qu’un garde armé d’une arbalète (comme pour la grande majorité d’entre eux) l’arrêta et lui demanda ce qu’il faisait ici. Clem le regarda dans les yeux et nota, sans tressaillir, qu’un voyageur portant la même tenue que les gardes de Kazinopolis et qu’il se tenait debout, à coté du serveur et qu’il jugeait l’agoraphobe du regard. Clem se rappela que certains voyageurs s’étaient sédentarisés et qu’ils avaient trouvé des métiers dans la collectivité locale. Rien de très étonnant donc à en trouver dans le guet des grandes cités, d’où la facilité de Clem à passer les portes du restaurant.

« Il y a une récompense si je vous livre la voyageuse recherchée ? aucune réaction : et c’est partit pour le coup de poker : et que je vous montrait l’endroit où elle a planqué le cadavre ? » Là, il reconnut à la lueur dans les yeux du garde qu’il avait touché juste. Afin d’inventer un crime, le serveur aurait eut besoin d’un cadavre afin de tromper les gardes. Faute d’en disposer d’un, il avait du dire aux inspecteurs que Megan avait emporté le cadavre du cuisinier. Après tout, la grande majorité des voyageurs gothiques qui tuaient les dreamlandiens et gardaient leur corps étaient des nécromanciens.

« C’est pour une délation ? » demanda le garde avec l’espoir que cette affaire se termina rapidement ; espoir qui tourna très vite court quand Clem tandis les bras et s’empara de son arbalète et d’un couteau accroché à sa ceinture avec autorité. Quand on retirait avec autorité des objets à des gens, on ne gagnait pas forcément un terrible gain de temps mais on n’en perdait pas à cause des mains qui tremblait et, généralement, les gens se laissaient plus ou moins faire quand c’était correctement exécuté.

« Nan : c'est une prise d’otage. »

Il écarta le garde désarmé d’un coup de coude et s’avança vers le serveur estomaqué. En premier lieu, il tira un carreau vers les jambes du voyageur afin d’immobiliser ce dernier. Dans l’esprit de Clem, c’était lui le plus dangereux de cette pièce vu que son pouvoir demeurait une inconnue. Sans recharger l’arme et sans s’arrêter de marcher (et sans même vérifier si son coup avait porté, c’est dire s’il agissait rapidement), il jeta l’arbalète au visage d’un autre garde et retira son chapeau afin de le lancer en direction d’es yeux d’un autre tel un frisbee. Rien de bien méchant mais il voulait juste se rayer un chemin. Arriver au niveau du serveur, il l’attrapa sans ménagement, lui fit une clé de bras et porta son tout nouveau couteau sur sa gorge afin de palier toute tentative d’agressivité de la part de quiconque dans la salle. Il se concentra énormément sur lui-même et sur la porte par laquelle il venait d’entrer. Il avait réussis à rester relativement calme tout le long de l’incident et il pu activer le mass effect sans problème autre que la petite foule qu’il bouscula et la porte qu’il arracha de ses gonds quand il fut quasi instantanément transporté sur le seuil du restaurant avec le serveur toujours collé à lui. Il souffrait de mille petites blessures internes ; il n’avait jamais utilisé ce pouvoir assez risqué en coûteur en énergie à travers une salle remplie de monde.

Maintenant, il était en mesure de voir, s’il se tourna vers elle, Megan en haut du toit de l’immeuble, si elle était là, il pourrait ré-utiliser son pouvoir malgré le tribut que ça allait demander à son corps et il jetterait le serveur à ses pieds et elle prendrait la suite des opérations. Si elle n’était pas là pour x raison alors il l’avait dans l’os, la moitié de la ville voudrait sa peau et il ne savait même pas si le voyageur ennemi était encore en état de combattre. Il se débrouillerais, comme d’habitude, mais il préférait se battre habituellement. Clem tourna la tête et regarda en direction des toits.


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem] Aujourd'hui à 12:33
Revenir en haut Aller en bas

Cette nuit on se détend et on joue à la roulette!! Ou pas... [PV Clem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Kazinopolis-