Haut
Bas

Partagez

J'crois que j'ai rien à foutre ici...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyDim 8 Juil 2012 - 22:53


Réveillée en fin de matinée, Megan s'était habillée rapidement. Elle avait prit un café et fumée plusieurs cigarettes en restant devant l'ordinateur. La glande: une journée comme toutes les autres. Sauf que là, elle devait sortir pour remplir son frigo et ses placards, histoire de pas mourir de faim. Elle vida un bon paquet de croquettes dans la gamelles du chat et sortit en vérifiant deux fois qu'elle avait bien fermé à clé.

Promenade dans le centre-ville, écouteurs sur les oreilles, musique à fond. Rien de particulier à raconter sauf si ce n'est qu'elle hésita longuement entre acheter un pack de bière ou une bonne bouteille de blanc pour au final prendre les deux: pourquoi choisir après tout? Elle acheta également des cigarettes, des steacks, du riz et quelques boites de conserves, sans oublier du café et des paquets de chips. En rentrant, elle avait prit le bus et colla une gifle à un mec -non non pas pour le plaisir- qui lui avait mit la main au cul, volontairement ou non, elle ni avait pas réfléchit. Même s'il y avait eut un coup de frein sec et inattendu, elle avait prit ça pour une agression.

Rentrée chez elle, Meg' balança les sacs de courses sur le sol et elle s'effondra devant l'ordinateur pour voir si elle avait des nouveaux messages. De nouveau sur un site de rencontre, elle avait une dizaine de nouveaux messages écrit par des mecs plus lourd les uns que les autres. Quelqu'un de normal ne se serait même pas donné la peine de répondre, mais elle, elle prit le temps pour répondre à chacun. Les envoyer chier tout en restant polie, leur faire comprendre qu'ils étaient plus que lamentable et pitoyable et qu'ils resteraient à jamais seul comme tel les vieux chiens qu'ils étaient. Oui, ce site lui servait à se défouler, à passer le temps et parfois: à bien rigoler en voyant les messages de certains ahuris pouvant venir sur ce genre de site. Elle se servit ensuite un café et rangea tranquillement ce qu'elle venait d'acheter: clope aux lèvres. Elle s'installa de nouveau devant le PC pour faire une partie d'un MMORPG puis fit un peu de jeu de rôle sur un site qu'elle appréciait bien. Puis vint le début de soirée: elle partit travailler dans un pub, celui que tenait sa tante. Elle travaillait là bas depuis un ou deux ans et aimait bien cet endroit: bonne musique, ambiance sympathique et jamais de soucis. Au début, elle avait longuement hésité à y travailler: craintive de se prendre un coup par un ivrogne mais cela n'arriva jamais, par chance. Maintenant que sa phobie s'était amoindrit, voir dissipée, elle se sentait plus à même de travailler et même discuter et rigoler avec les clients.

Elle rentra vers deux heures du matin, éméchée et crevée. Discuter et rigoler avec tout le monde lui avait valu quelques verres alors que ce n'était jamais arrivée avant. Elle s'écroula dans son lit, tira comme elle pouvait la couverture sur elle tout en jetant ses chaussures, son jean et son débardeur. Elle se roula dans la couette puis se redressa en soupirant: enlever le soutient gorge... La baleine lui rentrait dans la poitrine quand elle se couchait et c'était, avouons le, désagréable. Puis, elle s'écroula de fatigue pour se rendre à...


Elle rouvrit les yeux pour voir qu'elle était à l'entrée d'une forêt. Les bras croisés, elle avança tranquillement pour voir où elle pouvait être et ce qu'elle pouvait faire dans ce lieu inconnu. Elle vit alors des statuts de deux femmes, elles avaient subit de sérieux graffitis mais à part ce détail, rien ne lui disait où elle pouvait se trouver. Elle soupira et s'adossa à un arbre pour sortir une cigarette de sa poche mais... Surprise et damnation! Il ni avait ni paquet ni briquet: rien!! Elle hurla alors, le visage tourné vers le ciel, les yeux débordants de larmes: ça allait être la pire journée de sa vie! Enfin, la pire nuit. D'un coup, elle était d'humeur maussade et se remit à marcher, histoire de trouver un truc à faire pour s'occuper et oublier ce manque de nicotine. Justement, le manque de nicotine existe ou non dans Dreamland?

Alors qu'elle marchait, elle sentit une odeur de tabac et d'herbe, suivant cette odeur en reniflant, tel un chien enfin une chienne, on parle de Megan après tout. Enfin, évitons ce genre de blague vaseuse... Elle chercha donc d'où provenait cette odeur, espérant trouver un truc à fumer. L'herbe, elle aimait pas spécialement ça, mais du moment qu'elle pouvait assouvir son manque de tabac, elle était prête à tout -ou presque- et même chercher pendant des heures.

Elle finit par tomber sur un mec d'une trentaine d'années: assit sur un rocher entre des arbres. Il fumait une longue cigarette en cône, inutile de dire que là dedans, il ni avait pas que du tabac, mais rien à foutre Megan en voulait. Elle leva la main, salua le mec en affichant un grand sourire et s'avança vers lui tout en demandant s'il avait pas un truc à fumer. Quelque chose jaillit alors de derrière le rocher et percuta la jeune femme avec force. Megan fut projetée au sol sans ménagement, elle n'avait même pas eut le temps d'activer son pouvoir. Elle se redressa pour voir une sorte de pantin se tenir devant elle: il avait des fils accrochés à ses articulations mais ils étaient coupés. Une créature cauchemar? Fallait en plus un truc en bois qui ne sent pas la douleur tout pour arranger la demoiselle. Enfin elle devait se battre si elle voulait fumer mais peut-être que l'homme allait l'aider?

La marionnette lui fonça dessus pour l'attaquer. Megan en fit autant, sa main attrapa la tête du pantin et elle l'écrasa sur le sol avec force. Des lames sortirent alors du mannequin en bois, Meg' eut juste le temps de retirer sa main: c'était quoi ce truc de dingue encore?

"Une voyageuse hein? Je te présente mon fidèle compagnon: Pinokio.
-Pinochio? Comme dans le dessin animé?
-Pas vraiment, lui le nez ne grandit pas!"

L'homme tira une longue bouffée dans sa clope étrange, souffla ensuite la fumée par le nez tout en affichant un large sourire. Il se leva alors de son rocher pour rejoindre le combat entre la brune et le pantin. Donc, c'était lui qui contrôlait la marionnette? Son pouvoir c'était de contrôler les pantins? Megan était perplexe devant ce type et son arme truffée de lames.

"Et donc, ton pouvoir c'est de contrôler Pinochio? Mais... C'est... C'est nul!
-Non. J'invoque des marionnettes pour tuer les voyageurs.
-La peur des marionnettes donc? Tu as du détester le Muppet Show quand tu étais gosse... Tuer les voyageurs? Quel intérêt? Ils reviendront à Dreamland la nuit suivante...
-T'es nouvelle toi! Et tu viens dans la seconde zone? Tu manque pas de courage!!"

La seconde zone? Elle ne comprenait pas tout mais comprit l'important: ce mec comptait la tuer. La marionnette lui sauta dessus, elle lui colla un coup de pied, par chance celle-ci était petite et donc légère, elle vola facilement mais le mec lui arriva rapidement et colla un magistrale coup de poing à la jeune femme. Elle recula sous le coup mais tenta de lui attraper le bras pour transférer la douleur: en vain... La petite marionnette passait de nouveau à l'action, elle s’agrippa à Meg' et fit sortir des lames de son corps. La jeune femme hurla de douleur: le bras transpercé. Elle secoua son bras en espérant que le... Truc, la lâche mais rien à faire, il ne lâchait pas prise. L'invocateur quand à lui la frappa de nouveau avec force et Megan s'écroula au sol: déjà à bout de force. Merde, dire que c'était SA première nuit de liberté... Qu'elle s'était fait chier à combattre deux créatures cauchemars, qu'elle avait torturé deux rêveurs pour faire plaisir au duc obscur et obtenir cinq malheureuses nuits de liberté à Dreamland... Tout ça pour se faire massacrer par le premier voyageur killer qu'elle rencontrerait. Pas glorieux tout ça, elle ferait mieux la prochaine fois pensa-t-elle.

"Tiens, avant de t'ôter la vie jeune voyageuse. Laisse moi te dire un truc: un voyageur qui meurt à Dreamland perds ses pouvoirs ainsi que son titre de voyageur: redevenant ainsi un simple rêveur. Et probablement sans la chance de pouvoir redevenir plus tard voyageur. Tu vas perdre ton identité... Adieu!"

Le cerveau de la jeune femme assimila chaque mots très rapidement, comme ce que ses yeux voyaient: une jambe qui montait dans les airs et qui allait s'abattre sur elle pour lui briser le crâne. Donc, elle allait perdre son pouvoir et oublier que ce monde, apparemment incroyable, existait? Deux nuits... Seulement deux putains de nuits avant de crever! Mais quelle grosse merde elle était en faite!!

Elle frappa du bras le sol pour se débarrasser du pantin, le truc lacha prise, elle le jeta alors sur son propriétaire tout en roulant sur le coté. La marionnette: Pinokio, percuta son invocateur, le blessant au passage avec une de ses lames encore sortit de son corps mais le plus important: le pied du type n'écrasa aucune tête sur le sol. Megan affichait un sourire satisfait: elle pouvait s'en sortir, enfin elle l'espérait, elle s'était couchée tard, avec un peu de chance, ce type se réveillerait bientôt. On peut toujours y croire non?

La petite marionnette disparut alors dans un nuage de fumée alors que l'invocateur avait joint ses mains pour en lancer une autre. Meg' se demandait ce qu'il faisait et ne vit pas l'immense pantin qui venait d'apparaitre derrière elle: une sorte de gros clown armé d'une tronçonneuse. Le moteur de l'engin se mit en route et la chaine prit de la vitesse alors que la lame fonçait déjà dangereusement sur Megan qui venait de se retourner pour voir ce qui se passait. Là, sa sentait vraiment le roussit... C'était l'heure de dire au revoir. Surtout que le mec venait de l'immobiliser et elle ne pouvait que voir ce qui allait lui arriver. Sombre idiot: il la touchait, elle avait mal, pourquoi n'utilisait-elle pas son pouvoir? Elle n'y avait simplement pas pensé...

"Je crois que j'avais rien à foutre ici en faite... Damned..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyVen 13 Juil 2012 - 0:17
C’était le genre d’après-midi où la chaleur était chaude et poisseuse. Le genre de climat qui faisait regretter aux gens de s’être habillé avec une chemise ou même un tee-shirt, mais quand on devait se déplacer dans la capitale pour effectuer un achat qui serait certainement le plus important qu’il aurait à faire dans les cinq années à venir, on ne pouvait pas se désister à cause du temps dehors ; surtout quand on ne le faisait pas tout seul. Clem était accompagné par Romain, son meilleur ami et futur coloc’ puisque que ledit achat avait été conclu sans qu’ils n’aient à tuer personne. Les deux compères avaient réussis à faire l’acquisition d’un minuscule rez-de-chaussée/un étage dont la superficie total devait attendre la cinquantaine de mètre carré. L’idée était que leur magasin tatouage/piercing/goodies pour metalleux prendrait tout le studio qui était relié au plancher des vaches pendant qu’ils vivraient en haut ; même si cela impliquait de faire des sacrifices au niveau du confort de la partie habitable, leur consentit le moins terrible avait été de prévoir de mettre le micro-onde dans la même salle que les latrines. Le problème pour acheter un logement à Paris était bien évidemment le prix, ce n’était pas en coupant tout les samedis du moins de la viande au carrefour municipal et en agitant des drapeaux sur la piste de kart du quartier (ce qu’ils faisant tous les deux depuis des années, Roman portait d’ailleurs d’assez belles cicatrices aux mains à ses débuts dans le métier tandis que Clem avait failli être un jour écrasé par un gosse pourri gâté qui fêtait son anniversaire son soir de service). Leur coup de bol à eux avait été qu’un oncle de l’ex-voyageur (Romain ayant été trahi par sa libido tabagiste quand il avait essayé de voler le bédo d’un troll) partait vire ses vieux jours chez sa fille et qu’il avait mis son studio en vente, permettant aux deux adolescents de faire une affaire en or.

Pour l’heure, ils étaient tous les deux dans le métro parisien en pleine heure de pointe et ils regrettaient tous les deux de n’avoir pas pris le bus et de s’être habillé ce jour là, la chaleur humaine ambiante augmentait la chaleur comme dans un four, brassant un air venu tout droit du Moyen-Âge et piégé dans le sol de la ville avec les excréments de la populace et libéré à l’occasion des travaux municipaux il y a trois ans (je sais, j’exagère un peu mais ça fait du bien). Ecrasés de part et d’autre par leurs semblables humanoïdes masculins (la règle dans ce type de situation sociale étant que les seules filles venant se coller à vous ont cinquante ans et sont généralement obèses), Romain du se résoudre à exécuter sa technique miraculeuse (elle n'était pas vraiment de lui mais lui seul osait s'en servir dans les transports en commun) et à lancer à un homme qui l’avait collé d’un peu trop près d’un sonore :


« je vous prévient, j’ai une gastro ! Et j’hésiterais pas à m’en servir ! »

L’effet fut magique et un petit espace de mépris se forma autour d’eux, C’était toujours ça de pris. Romain se tourna vers Clem en quête d’un échange de regard où se lirait la reconnaissance de l’agoraphobe envers son ami pour avoir sali sa réputation en les sauvant tous les deux mais depuis la nuit où Hélène et lui avait failli mourir dans le métro onirique, emprunter celui de la capitale est devenu une expérience difficile et désagréable pour lui. Il ne souffrait pas pour autant de STPT mais la limite a failli être franchi un jour.

A part les habituelles tracas de la vie d’un vagabond parisien, le trajet du retour se fit sans histoire et les deux compères se séparèrent une fois revenu dans leur commune banlieusarde. La soirée qui s’en est suivi chez Clem étant des plus banals et inintéressante, nous allons la sauter de la narration avec plaisir. Paradoxalement, cela faisait plus d’un an maintenant que c’était ces nuits qui étaient bien plus passionnantes à suivre.


L’agoraphobe apparut à l’orée d’une foret tranquille aux cotés de deux statues qu’il connaissait très bien et il se mit directement à jurer dans sa barbe (plus virtuelle qu’onirique la barbe). Il savait parfaitement où il se trouvait et ça ne le mettait pas de bonne humeur : il était en plein dans le royaume régi par le groupe de son frère et l’amour fraternelle qui les reliait était si forte qu’une fois que celui-ci serait au courant, un escadron de guerrier irait certainement cueillir Clem avant de le pendre sur la place publique. Bon c’était pas grave, suffisait juste de rester dans la foret et ne pas s’approcher des habitations pour limiter les risques de se faire reconnaître ; ou confondre, il avait déjà attiré une meute de chats cauchemars, mercenaires et sanguinaires attirée par les mille E.V. promis pour la tête de son frère. Il aurait largement pu s’en passer.

Clem marchait vers une direction indéterminé pendant un temps qui mériterait le même adjectif qualificatif quand un bruit de lutte se fit entendre. Immédiatement, la prudence le fit grimper à un arbre (et le fun aussi… parce que c’était rigolo de grimper à un arbre et qu’au final, Clem était à Dreamland pour ça d’une certaine façon). Le feuillage de celui-ci était suffisamment touffu et ses branches suffisamment nombreuses et longues (ainsi que celles de des voisins) pour qu’il puisse, aider par ses capacités de voyageurs, se déplacer tel un singe ou un Predator armé jusqu’au dent de chêne en chêne. L’agoraphobe entendit quelques bruits exotiques qui étaient certainement des bruits de combat étouffés par la végétation du bois ainsi que un échange de voix acides et vindicatives dont il ne percevaient pas les mots échangés, juste qu’il était évident qu’ils étaient prononcés par deux ennemis (à moins que Clem n’ait complètement fumé mais même dans le pire des cas sensoriels il était sur qu’il n’allait pas déranger un pique-nique dominical).

Une fois arrivé dans la mini-clairière formé par un petit rocher qui servait de lieu pour le combat (la clairière, pas le rocher… enfin bref) et, tranquillement installé sur sa branche tel une panthère regardant négligemment la vie de la brousse en dessous d’elle (Clem n’en revenait pas de cette comparé à un des prédateurs les plus classes de la terre alors qu’il se sentait en réalité exactement l’inverse mais il mettait ça sur le compte de l’euphorie de l’achat effectué la journée). Une jeune femme qui devait environ entre dix-neuf et trente-cinq ans (comme ça on était sur) se battait comme un homme d’âge mur visiblement invocateur de marionnette. L’agoraphobe n’avait aucunement l’intention d’intercéder en faveur de l’un ou autre, d’abord parce qu’il n’avait aucune idée de qui avait commencé le combat et pour quelle raison et en plus s’était extrêmement impolie de se mêler des affaires des autres surtout quand les « autres » étaient dans une zone de non-droit et essayer de s’homicider mutuellement. Deuxièmement, parce qu’intercéder en faveur du faible, du limitrophié et du bon, c’était de l’altruisme et Clem avait une idée très arrêtée de l’altruisme : c’était pour les cons, les morts et les mecs forts. La chose qui fit changer l’avis de l’agoraphobe fut quand la voyageuse se fit mettre à terre après une attaque, le bras empalé par une lame sortit du corps du polichinelle. Bon ce ne fut pas ce renversement de situation qui influença son jugement mais le discours satisfait de son adversaire sur de gagner lui apprit les règles sur la mort à Dreamland.

Et ça changeait tout… enfin pas tout mais pas mal de chose : ce genre de règle on ne l’apprenait qu’aux nouveaux et ces derniers s’attaquaient rarement aux autres voyageurs comme ça (y’avait bien deux ou trois petits cons de sa connaissance comme ça auquel Clem pensait mais ils restaient quand même dans la minorité). Il y avait donc des chances que l’autre invocateur soit un voyageur killer qui s’en prenait à une nouvelle. Il se pouvait aussi que ce soit des connaissances du monde réel qui s’étaient retrouvé à Dreamland afin de se mettre sur la gueule tellement ils se détestaient donc l’agoraphobe ne pouvait y mettre son grain de sel sans réfléchir.

Mouaif… pas sur… et puis aider une femme dans le besoin, c’était de la galanterie, non de l’altruisme donc quelque part, l’honneur de Clem serait sauf s’il intervenait.

Un vrai saut de l’ange, ça fait du bien d’être un peu badass de temps et temps et il n’y avait rien de plus classieux que de tomber du haut d’un arbre pour arrêter une attaque mortelle porté sur une tierce. L’agoraphobe s’interdit de penser qu’il était en train d’agir comme un crétin parce que seul les crétins sautaient par surprise sur un adversaire qui était équipé d’une tronçonneuse allumée. La chance fut de son coté car lorsqu’il donna un coup de pied au petit bonheur la chance lors de sa chute vers le pantin, son talon frappa le manche de l’arme et enfonça cette dernière dans le sol qui s’y enfonça profondément. Bordel, cette arme était dangereuse au vu de son tranchant, elle devant découper les os comme on découpe une meute de beurre ; arme onirique oblige. Jamais un outillage de bûcheron du monde réel ne se serait incrusté comme cela dans la terre. Une fois atterrit, Clem repris très rapidement son équilibre et enfonça son pied dans le ventre de la marionnette qui recula sous le choc, elle lâcha même son arme mais au vu de sa taille, l’agorpahobe ne pourrait jamais la récupérer pour la manier efficacement. Il se tourna vers la femme et lui lança :

« Ouais t'as raison, je crois que t’as rien à foutre ici. »

Et en voilà une réplique qu’elle était bonne ! Elle portait bien la marque du voyageur expérimenté qui passait ses nuits à sauver des nouveaux (ben oui merde, c'était tout lui ça) ! Putain de merde ! Clem ne savait même pas pourquoi lui était ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyVen 13 Juil 2012 - 18:50


La tronçonneuse hurlait et s'abattait sur la jeune femme qui ne pouvait bouger pour esquiver. Megan était tétanisée: obnubilée par la chaine de la lame qui tournait à toute vitesse et qui fonçait droit sur elle. L'andouille... Dire que si durant ne serait-ce qu'une seconde elle avait pensé à son pouvoir, elle aurait surement pu se défaire de cette situation inconfortable. Et au lieu de ça: elle allait simplement crever. C'est alors que le soleil fut obstrué par quelque chose: une météorite? Oui, c'est la première chose à laquelle Meg' pensa avant de lever les yeux et de voir un homme tomber du ciel. What the fuck? Il sortait d'où celui-ci? Genre déjà du deux contre un c'est pas suffisamment difficile faut qu'un troisième vienne aider? C'était pas encore comme si Megan était surpuissante et que l'invocateur de pantins était en difficulté!

Le nouveau donna un habile coup de pied dans l'arme. Celle-ci fut déviée de sa trajectoire et passa à coté de la tête de Megan, lui arrachant une mèche de cheveux dans la foulée pour enfin terminer sa course dans le sol et de s'y enfoncer avec acharnement. Et ben... C'était passé proche, vraiment trop proche! L'invocateur sembla surprit, il serra l'épaule de la jeune femme tout en fixant le nouveau. C'est suite à cette petite douleur que Megan se souvint d'un truc super mais vraiment ultra important! Elle possédait un pouvoir, elle était à Dreamland et donc, elle pouvait se battre correctement même face à un cinglé qui fait apparaitre de nul part des poupées armées jusqu'aux dents. Le nouveau prit alors la parole pour confirmer ce qu'avait dit Megan un peu plus tôt: elle n'avait rien à foutre ici. Certes, c'était sympa de le préciser et de le confirmer. Mais ça, elle l'avait comprit toute seule. Elle pencha alors la tête en avant pour saluer le nouveau: son sauveur, son justicier, son prince charmant venu secourir la belle princesse. Sauf que dans le cas actuel la princesse était une sorte de petite punk gothique et n'avait aucun sang bleu dans les veines. Ok, elle était anglaise et en Angleterre il y a quoi? Une reine. Mais jusqu'à preuve du contraire mademoiselle Cole n'avait aucun lien de parenté avec la reine, même si la contrôleuse n'aurait pas été contre.

"Je sais... Merci en tout cas."

Elle releva la tête rapidement et colla un coup de boule avec l'arrière de sa tête dans le nez et la mâchoire de l'invocateur encore derrière elle. Amplification de la douleur pour s'assurer que cet enfoiré la lâche et qu'elle puisse s'éloigner de lui. Suffering mode multiplication par deux de la douleur, thermostat à feu doux pour le moment histoire de pas pomper trop d'énergie d'un coup. L'invocateur recula, le nez en sang, il hurla de douleur et se tenait le pif qui avait prit un angle que l'on pourrait jugé d'amusant: ouais avoir le nez de travers, quand c'est pas le sien, c'est fun à regarder non? Meg' se retourna pour attaquer l'invocateur, histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais le pantin de clown était déjà sur elle: lui collant un puissant coup de pied qui la décolla du sol pour la projeter plus loin.

Megan roula sur le sol avant de s'immobiliser. Elle avait mal aux cotes ainsi qu'au ventre: ce truc tapait fort! Elle regarda son ventre et vue que son haut était teinté de sang, jetant un regard à la marionnette, Meg comprit de suite: une autre lame de tronçonneuse était sortit de sa jambe mais celle-ci semblait moins puissante et coupante que la précédente: par chance. Elle se releva lentement, un bras blessé, une ou deux cotes fêlées et une coupure sur le flan, ça commençait mal il faut bien le reconnaitre. Et si cet inconnu n'était pas venu, elle serait morte.

"Enchantée de faire ta connaissance! Moi c'est Megan. Tu peux m'appeler Meg' si tu préfère, enfin toi qui vois je m'en moque. Et ce type... J'ignore son nom tout ce que je sais c'est que son passe-temps c'est de tuer les autres voyageurs."

Elle chercha alors dans ses poches se souvenant seulement après qu'elle n'avait aucune clope sur elle. Megan poussa un soupire un peu triste: désespérée du manque de nicotine, elle se serait fait damner pour une malheureuse sucette à cancer... Dire que c'était justement cette envie de nicotine qui l'avait conduit ici. Fumer nuit vraiment à la santé et ce, même dans les rêves, si c'est pas malheureux!

"A la base, je voulais juste savoir si je pouvais tirer dans sa clope ou son bédo car j'avais trop envie de fumer! Et lui, il a trouvé plus amusant de vouloir me faire la peau... Sont tous comme ça dans ce royaume et dans Dreamland ou c'est un cas isolé?"

Alors qu'elle regardait le nouveau, elle ne vit pas le pantin lui arriver dessus. La chose donna un puissant uppercut pour la frapper mais elle parvint à s'en rendre compte juste à temps pour esquiver. Une lame équipée d'une chaine siffla juste devant ses yeux: le clown pouvait faire sortir de son corps ce genre de lame donc? C'était vraiment la merde... Elle pouvait se faire mettre en pièce par ce truc et son pouvoir n'avait absolument aucun effet. Elle colla un coup de poing dans l'abdomen du pantin. Un corps fait en bois et en plaques de métal, dois-je préciser ce que ça donne de cogner ce genre de turc? Bon pour faire simple: Meg' crut sur le coup se briser les doigts et le poignet suite à son coup. En revanche, le clown recula violemment suite à ce coup, à croire que la jeune femme frappait fort! Enfin, peut-être que dans Dreamland elle a une meilleur condition physique, allez savoir? Elle se tenait la main, espérant ne pas s'être encore brisé un truc.

"J'sais pas ce que tu as comme pouvoir, mais le mien est inefficace sur les pantins... Donc si tu pouvais m'aider ça serait sympa. Après si j'arrive à toucher l'invocateur, je pourrai surement m'arranger pour qu'il soit calmé une bonne fois pour toute!
-Tu rêves petite! Comme si une débutante, une petite nouvelle avait une chance face à moi!"

Apparemment, elle venait de vexer le monsieur en disant qu'elle pouvait le calmer pour de bon. Bah quoi? Si elle parvenait à le frapper suffisamment fort elle pourrait amplifier la douleur de l'invocateur et celui-ci devrait être calmé non? Ou mieux encore: elle le cogne une première fois, échange ses douleurs avec les siennes, vue qu'il va morflé sur le coup -vue comme elle morfle actuellement- elle pourra placer un autre coup et amplifier toute sa douleur pour qu'il connaisse la définition exacte du mot: souffrance. Mais bon, pour le moment elle se contenterait de l'aide de son nouveau "compagnon", en espérant qu'il puisse venir facilement à bout de l'invocateur. Reste que le voyageur killer enchaina en disant que toute manière Megan était une débutante, un boulet que l'on traine et qui laissera la vie rapidement sans avoir rien réussit à accomplir. Le sang ne fit qu'un tour et la jeune femme s'emballait déjà! Comme ça c'était une boulet? Une fille qui clamserait sans rien réussir à faire? Il la prenait vraiment pour la pire merde que l'on puisse imaginer!

Megan chercha rapidement des yeux quelque chose. Elle trouva ce qu'elle voulait, se détourna de son ennemi pour partir à l'opposé tranquillement, laissant l'invocateur sceptique: se demandant surement ce qu'elle foutait. La jeune voyageuse arriva finalement devant la statut des deux femmes, elle avait une idée en tête semble-t-il, pourtant son pouvoir n'aurait aucun effet sur des statut et même, quel intérêt même si ça marchait?

La jeune femme inspecta la statut avant d'afficher un large sourire de satisfaction: elle avait trouvé ce qu'elle désirait! Elle donna un coup de poing dans la tête d'une des statuts: au niveau du cou, il y avait une fissure et la tête se décrocha sans mal du reste de la pierre. Meg' tenait la tête dans ses mains: contente d'elle. Retournant alors vers le champs de bataille, la marionnette lui fonçait de nouveau dessus. Le pantin donna un autre coup pour attaquer, la jeune femme sauta et tenant des deux mains la tête en pierre, elle l'explosa sur ce qui servait de crâne à la marionnette qui s'écroula sous le choc. Le crâne en pierre fissuré en deux, son objectif plus ou moins atteint, Megan lança un regard à l'invocateur puis à l'inconnu.

"Si tu veux passer à l'action, c'est quand tu veux!"

Elle lança alors les deux morceaux de pierre en direction de son ennemi, espérant l'atteindre, le toucher et surtout lui exploser quelque chose histoire de lui faire mal et rendre les coups qu'elle avait prit. Mais le pantin était-il vraiment vaincu? Il remuait encore sur le sol, proche de Megan, surement pourrait-il encore passer à l'action, mais la brune n'y songea même pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyJeu 19 Juil 2012 - 13:20
Il existait plusieurs techniques pour se débarrasser d’un invocateur. Toutes étaient sensées aboutir à la même fin, à savoir que ledit invocateur devait se retrouver la gueule par terre à cracher du sang et à faire des bulles dedans. Toute la question était au fait de savoir si l’on réservait le même sort à ses pantins avant. Clem évitait les coups du pantin clownesque en échafaudant quelques stratégies irréalisables. L’invocation frappait comme tout combattant respectable, c’est à dire que le concept du bluff lui était pour l’instant inconnu et ses mouvements assez prévisibles.
De son coté la fille se débarrassa de la prise du voyageur killer en un inénarrable coup de tête arrière (Clem vénérait ce coup, c’était tellement bon et lâche d’en placer un). Elle se remit en position en commença à taper la discute avec le voyageur. C’est vrai, c’était le bon moment.

"Enchantée de faire ta connaissance! Moi c'est Megan. Tu peux m'appeler Meg' si tu préfère, enfin toi qui vois je m'en moque. Et ce type... J'ignore son nom tout ce que je sais c'est que son passe-temps c'est de tuer les autres voyageurs."


Enchanté Megan, se dit l’agoraphobe. Moi c’est Clem et je suis comme toi : je m’en moque de savoir comment tu t’appelles. Là faut combattre un mec et seul les pros peuvent ignorer leur adversaire à ce point qu’ils discutent chaise avec leur acolyte.

"A la base, je voulais juste savoir si je pouvais tirer dans sa clope ou son bédo car j'avais trop envie de fumer! Et lui, il a trouvé plus amusant de vouloir me faire la peau... Sont tous comme ça dans ce royaume et dans Dreamland ou c'est un cas isolé?"

Mais ça à la rigueur on s’en fiche s’il t’as attaqué alors que tu lui demander ton chemin ou Dieu sait quoi ! Vraiment, Clem n’était pas un samaritain par nature mais il se faisait un plaisir d’aider les nouveaux voyageurs à découvrir Dreamland, ne serait-ce que parce que cela lui faisait plaisir de savoir qu’ils étaient en train de vivre la même expérience enivrante que lui à ses débuts ; cerise sur le gâteau, le nouveau voyageur était une nouvelle voyageuse (en une gothique en plus, Clem n’était pas rebuter par le style gothique bien au contraire). Seulement voilà pourquoi fallait t-il qu’ils posent tout le temps des questions, même au pire moment ? Eux seuls le savaient, seulement si on leur posait la question ils en répondraient par une autre.

Quasiment au moment où la fille termina sa dernière question, le clown embraya brusquement dans sa direction et sortit une lame caché dans son corps pour une bien surprenante, peut-être que ces connards connaissaient bien le principe du bluff en fait… Mais la dénommée Megan réussit à stopper l’attaque de l’une des manières les plus dangereuses que l’on pouvait trouver : réussir à porter son coup avant. Mais vu que le pantin reculait sous le choc et qu’aucune nouvelle plaie n’était apparu sur le corps de la voyageuse, ça avait visiblement bien marcher pour elle même si Clem savait par expérience qu’à moins d’avoir un pouvoir adéquat ou une certaine habitude, ses doigts avaient du prendre une belle partie du choc. La voyageuse le questionna sur son pouvoir en précisant que le sien devrait servir contre le voyageur mais pas contre les pantins. Clem se demanda brièvement quelle sorte de pouvoir répondait à ces caractéristiques mais il détourna ces questionnements de sa pensée en se concentrant sur le détail à vraiment retenir : elle avait besoin de toucher l’invocateur afin de se débarrasser de lui… certainement un toucher physique en plus, la croix contre un invocateur qui ne se mouillait généralement pas trop au combat.

L’agoraphobe contourna la zone de combat entre la voyageuse et le clown pour se concentrer sur le voyageur au bédo. Ledit invocateur ayant prouvé lors des ses premières pases avec la voyageuse qu’il ne pouvait invoquer plus d’un de ses pantins à la fois, le fait que Megan accaparait l’attention de l’un devrait laisser Clem tranquille. Bien conscient que s’il rappelait son clown pour se faire un autre garde du corps en bois, l’agoraphobe aurait le temps de l’attaquer et il serait rapidement rejoint par la voyageuse. Il se mit à porté de l’invocateur afin de commencer l’affrontement mais celui-ci privilégiait les parades et l’esquive afin de conserver au maximum sa force. Il faisait durer le combat et c’était typique des voyageurs de son rang. Il cherchait toujours à éviter Clem et il devait vraisemblablement compter sur le fait que son clown allait remporter le combat contre Megan pour que le combat contre l’agoraphobe s’en retrouve renversé. Vraiment typique de ce genre de combattant.

Il y eu au bout d’un très court moment un sinistre craquement comme si une planche de bois tenu horizontalement en équilibre venait d’être percuté par la chute d’une boule de bowling. Un coup d’œil en arrière lui Clem lui révéla que c’était à peu près le cas. La voyageuse venait de mettre son adversaire à terre d’un grand coup de blasphème et elle lui enjoignait de se bouger. A vos ordres madame, à vot’service. L’agoraphobe activa son pouvoir et rejoignit en un éclair la position de son adversaire, le bras tendu. Sa corde à linge percuta le cou de l’invocateur qui déglutit salement sur le coup. Un mouvement du bras de Clem et il fut à terre. L’agoraphobe s’éloigna d’un petit saut en arrière, sensé faire comprendre à Megan que c’était à son tour d’y allez.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyJeu 19 Juil 2012 - 20:00


Un pantin étendu sur le sol, le crâne fissuré mais la créature bougeait encore. Un peu. Pas beaucoup. Presque pas... Ouais, la marionnette était vaincue, inutile de s'y attarder d'avantage! Megan avait lancé les restes de la tête de la statut vers l'invocateur pour l'attaquer. L'objectif de son intention ne fut pas atteint... Mais! Oui, il y a toujours un mais: l'homme à la pipe avait du esquiver et il ne vit pas le nouveau-compagnon-pas-très-loquace lui foncer dessus pour lui faire le joli coup de la corde à linge et l'éclater contre le sol en l'étranglant surement par la même occasion! Une chose était sure: ce type, qui qu'il soit, était rapide. Son pouvoir? Ou simplement entrainement? Meg' l'ignorait pour l'instant et ne chercha pas trop à savoir. L'important, c'était que l'invocateur casse pied était bel et bien étendu sur le sol. Le voyageur se recula un peu, faisant comprendre sans un mot que si la contrôleuse de douleur voulait passer à l'offensive, ben c'était le meilleur moment.

Alors qu'elle courait vers l'homme au sol pour lui sauter dessus, notre jeune femme recomptait dans sa tête ses blessures. Poignet surement foulé ou en tout cas douloureux, cotes fêlées, coupure sur le flan peu profonde mais qui fait bien mal... Et enfin, une blessure au bras. Elle réalisa un truc durant sa course: chaque nuit, elle finissait dans un état lamentable, encore heureux que la nuit suivante elle était de nouveau en pleine forme sinon elle aurait déjà clamsé suite à une hémorragie ou à force de se briser un truc! Après, son pouvoir n'aidait en rien à éviter qu'elle se blesse et qu'elle souffre. Limite, plus elle souffrait et plus elle était puissante... Les joies du sadomasochisme en somme... Dire que quelques jours plus tôt, elle paniquait rien qu'à l'idée de se blesser ou se faire mal. Rien que d'imaginer qu'elle puisse se couper, même une toute petite coupure ridicule la faisait stresser et angoisser. Enfin, n'allons pas trop vite, elle n'a pas peur de se blesser seulement à Dreamland, car elle sait qu'elle pourra atténuer sa douleur et que toute façon, au réveil elle n'aura plus aucun mal! Mais dans le monde réel c'était pas encore gagné, enfin une légère confiance en soit commençait à naitre: la preuve au boulot.

Elle sauta alors pour retomber de tout son poids sur l'invocateur. Repliant les jambes pour tomber les genoux en avant en plein sur le ventre du mec. Reste à espérer qu'il ne bougera pas sinon elle pouvait dire adieu à ses rotules. En plein vol, elle réalisa encore un truc tout con: elle comptait échanger ses douleurs avec lui puis les amplifier pour qu'il souffre... Si elle lui explosait le bide avec les genoux et qu'elle transférait... Qui serait le plus mal en point? Lui ou elle? Erreur de tactique et trop tard pour se raviser. Elle tomba sur l'homme, lui faisant cracher sa pipe dans les airs, lui arrachant un cris de douleur des plus sonores mais bref -son souffle fut rapidement coupé- elle tomba alors en avant, le poing fermé et lui colla un puissant uppercut en plein visage pour lui tordre encore un peu plus le nez.

La scène se figea. Megan ne bougeait plus, le souffle court. Son sang coulait de son ventre, elle avait un mal de chien pas possible, comme quoi le pantin l'avait pas tant loupé que ça... Sans compter son autre bras, quasiment hors d'usage pour l'instant. Elle se redressa un peu, ses jambes glissèrent de l'homme et elle se retrouva à califourchon sur lui. Posant sa main sur le front de l'homme, elle y prit appuis pour se redresser correctement.

"Plein gaz! Puissance au maximum... Douleur fois trois! Suffering!!"

Toutes les veines de l'avant-bras de Megan gonflèrent et se teintèrent en noir. Puis ce fut le tour de sa main et enfin il se déroula le même procédé sur le visage de l'invocateur alors que les veines du bras de la jeune femme redevenaient normales. L'homme fut comme prit de spasme et hurla à la mort, il semblait vraiment souffrir le martyr, ce qui arracha un sourire de satisfaction à Meg'. Elle s'écroula alors sur le coté, une jambe encore sur le type, normalement vaincu. Le souffle court, le corps endolorit, elle était à bout de force et elle n’espérait plus qu'une chose: que ce soit enfin terminé.

"Et donc... Ton nom? J'ai du mal entendre et je l'ai pas retenu. J'suis un peu tête en l'air."

Elle afficha un sourire amicale à son allié, celui qui avait eut la délicatesse de la sortir de ce pétrin. Cherchant à se relever, elle se tourna face contre terre pour s'appuyer sur son seul bras valide. Bouger était difficile et elle perdait encore un peu de sang. La plaie n'était pas spécialement profonde, mais la chaire ne semblait pas avoir appréciée sa rencontre avec la chaine de tronçonneuse... Dans un murmure, on put l'entendre prononcer un truc ressemblant à endorphine. A peine ses mots prononcés que Megan eut moins de mal à se relever, elle semblait moins souffrir, être en meilleur forme alors que son corps était pourtant dans le même état. Les effets positifs de son pouvoir, même si c'était dangereux de ne pas ressentir ni douleur ni fatigue... Elle vacilla un peu sur ses jambes, ferma les yeux et prit une longue inspiration. L'invocateur gisant au sol se tordait toujours de douleur, il semblait agoniser de ce qu'il venait de subir, pour le sauveur de la brune, l'explication devait être que Megan avait une force de dingue ou alors il avait comprit son charabia quand elle avait amplifié la douleur de l'ennemi. Tout en gémissant et en se plaignant de douleur, l'invocateur parvint à placer quelques mots.

"Les autres... Venger... Z'allez crever.
-Tes pantins? Sans toi ils feront plus rien!"

Megan avait croisé les bras, fière de sa victoire, elle se pavanait presque autour de son ennemi au sol. L'envie de poser un pied sur l'homme, de lever la main en l'air pour montrer sa triomphante victoire, était présente, mais elle n'en fit rien. Elle se contenta de tourner les yeux vers l'homme qui l'avait sauvé, espérant qu'il allait enfin parler. Même quelques mots, ça serait déjà un bon début.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyVen 20 Juil 2012 - 0:35
Et maintenant les fameux coups des genoux lorsqu’on voulait immobiliser l’adversaire en se mettant sur lui. Après le coup de boule arrière sur le nez, c’était la deuxième prise parmis celles que Clem chérissait (essentiellement parce que c’était des coups de pute absolument pas honorable) qu’il voyait cette nuit. Cette fille avait décidément tout pour plaire, ne manquerait plus qu’elle ait pour habitude de tordre les articulations de ses adversaires pour les faire exploser d’un coup de pied après et le constat serait parfait.

Bon après on n’échappait pas à l’hurlement sonore du nom de la technique que l’on était en train de sortir. C’était un réflexe que perdait les nouveaux… une fois qu’ils n’étaient plus nouveaux quoi… ça leur passait sur le tas une fois qu’ils comprenaient que leur adversaire n’avait qu’à tendre l’oreille pour anticiper leur prochaine action. Mais quelque part c’était rassurant d’entendre le nom d’une technique inventé par un voyageur enthousiaste de son pouvoir : ça prouvait que le monde tournait encore comme on s’y attendait.

Quand elle abattit son poing, l’agoraphobe vit les veines de la voyageuse se gonfler tandis que l’invocateur gueula tout de suite après comme un possédé. Le
« Douleur fois trois" qu’elle avait lancé prenait maintenant tout son sens. Elle avait certainement amplifié la douleur déjà présente chez leur adversaire. C’était pour ça qu’elle lu avait collé un break dans les dents, c’était pour gonfler la mise initiale.

Satané pouvoir. Clem comprenait pourquoi il ne marchait pas avec les pantins. C’était une agolphobe ou quelque chose comme ça.
La fille lui demanda encore son nom et s’excusa de le faire en disant qu’elle était tête en l’air. Oh mais ce n’est pas ta faute très cher, c’est juste que j’aime pas parler pendant un combat. L’agoraphobe lâcha un petit «
Clem » pendant qu’elle était en train de se relever. Avec difficulté mais elle se relevait quand même. Putain d’endurance, elle avait pourtant pris de coups. Après une dernière menace de leur killer agonisant et une petite bravade de la jeune femme. Jeune femme qui était maintenant tournée vers Clem, peut-être ouverte à la discussion. Malheureusement Clem ne parlait pas chiffon ni pendant un combat ni à coté d’un adversaire gémissant. Il fit un mouvement de la tête et dit :

« On s’éloigne de lui ? J’pense que ça vaudrait mieux. »

Après avoir mis sa phrase en application, l’agoraphobe lui expliqua tout en marchant :

« Au fait, pour répondre à ta deuxième question c’est pas un cas isolé. Les mecs comme lui on les appelle les voyageurs killers. Quand à leur nombre, vu le nombre de meurtrier qu’on a dans le monde réel et ben on a à peu près les mêmes proportions ici : toujours un peu trop. Au fait j’ai pas bien entendu moi non plus mais c’est quoi ton nom ? »

Clem s’en rappelait mais il se sentait mal à l’aise de parler tout seul trop longtemps à la voyageuse. Il avait l’impression que l’on prêtait attention à ses paroles et il détestait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyVen 20 Juil 2012 - 19:44



Enfin! Après plusieurs minutes de combat endiablé, après les monologue de la brune. Le jeune homme déniait enfin répondre. Bon, il ne donna que son prénom, mais c'était déjà un début! Megan continuait d'utiliser sa technique qui diminuait la sensation de douleur ainsi que la fatigue, elle avait besoin de rester concentrer encore quelques secondes, voir une minute ou deux pour que son pouvoir parvienne à vraiment la soulager. Elle avait quand même bien morflée et finalement ce Clem, il avait pas été d'un grand secours. Certes, il était intervenu au bon moment, mais... Mise à part ça? Le coup de la corde à linge -qui fut quand même d'une grande aide- et c'est tout. Elle était prête à parier que seule, elle s'en serait sortit tout aussi bien. Enfin, se bercer d'illusion est au moins une chose qu'on ne pourra pas lui retirer...

Le blond -tirant un peu sur le roux- expliqua qu'il était préférable de s'éloigner un peu pour discuter et de laisser monsieur l'invocateur agoniser seul dans son coin. Megan ne refusa pas l'idée et elle le suivit, il continua de parler. En y regardant de plus près, il était pas si mal comme type, pas spécialement musclé, mais classe, il avait une belle gueule. Elle pensa un instant qu'elle aurait pu faire de lui son quatre heure puis se ravisa pour écouter ce qu'il avait à dire. Donc, il existait pas mal de type comme celui-ci... Des voyageurs killers, des mecs ou des nanas qui vivent dans Dreamland avec comme objectif de massacrer les autres voyageurs. Sympa... Et il y en avait autant qu'il y avait de tueur et psychopathe dans le vrais monde. Et Megan, quel camp allait-elle choisir? Tuer ou se faire tuer? Si c'était aussi simple que ça, elle deviendrait directement une voyageuse killer mais bon... Elle était déjà sans le vouloir une personne qui terrorisait les rêveurs en les faisant souffrir. Merci cher Duc sadomasochiste. Tiens, il faudrait qu'elle lui demande son nom à ce pseudo-seigneur obscur. Clem feinta ne pas se souvenir du nom de la brune, surement se sentait-il gêné de monopoliser la conversation et d'être le centre d'attention. Meg' fit un sourire. Elle s'adossa à un arbre, relâchant un peu son pouvoir ce qui laissa la douleur réapparaitre, juste un peu, juste assez pour se rappeler qu'elle vit, qu'elle souffre et qu'elle est exténuée. Pourquoi? Pour se souvenir de ne pas forcer... Un peu maso? Une algophobe qui vire SM, on aurait tout vue...

"T'as oublié donc? Et ben... j'dois vraiment pas t'intéresser...
En même temps, avec la gueule en sang, quel mec s'intéresserait à moi?
Megan Cole.Enchantée de faire ta connaissance Clem!"


Elle fouilla dans sa poche à la recherche de son paquet de cigarettes, se souvenant qu'elle ne l'avait pas sur elle. Et que c'était justement pour ça qu'elle s'était retrouvée en face d'un cinglé psychopathe. Elle chercha rapidement où pouvait être la pipe du vilain monsieur et la trouva sans mal sur le sol, dans l'herbe. Elle s'y dirigea et la ramassa pour la mettre à ses lèvres et tirer une longue bouffée. Le gout était... A part. C'était pas du tabac et malgré qu'elle puisse avoir déjà fumée des drogues, celle-ci était vraiment à part. Elle se sentit vaciller sur ses jambes. Sa tête venait de s'embrumer d'un coup et elle en avait presque oubliée où elle était. Sa... C'est ce qu'on appel de la bonne! Elle fixa Clem et faillit hurler de peur: elle avait en face d'elle, un squelette habillé comme le voyageur. Elle ferma les yeux, prit une longue inspiration et quand elle les rouvrit, Clem était de nouveau couvert de muscles et de chaire. Sacré weed qu'il fumait ce type! Normal qu'il veuille tuer des gens en fumant un truc pareil! Elle tira cependant une autre bouffée dans la pipe, le manque de tabac et le stress d'un combat, elle avait besoin de se détendre un peu.

"Je vois des morts partout..."

Adossée de nouveau contre l'arbre, soufflant lentement la fumée par le nez en affichant un sourire satisfait. La fumée s'élevait dans les airs en formant une tête de mort, mais Megan ignorait si c'était son imagination à cause de la drogue ou quelque chose de réelle. Enfin... Quelle importance?

"Sa fait quand même du bien une bonne pire... Enfin sa vilain jeu de mots hein?"

Elle tendit alors la pipe à son compagnon, lui en proposant par politesse et après tout, il avait participé au combat et méritait un dédommagement et une récompense. Quoi de mieux qu'une pipe dans ce cas? Oui, on avait dit sans vilain jeu de mots...

"Sinon... Tu penses qu'il était seul? Ou ses menaces tiennent vraiment?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptySam 21 Juil 2012 - 1:43
"T'as oublié donc? Et ben... j'dois vraiment pas t'intéresser...
En même temps, avec la gueule en sang, quel mec s'intéresserait à moi?
Megan Cole.Enchantée de faire ta connaissance Clem!"


Okay… il existait des façons moins subtiles de signifier à l’agoraphobe qu’il s’était fait démasquer et il montra à la voyageuse qu’il avait compris le message en lui lançant un petit sourire gêné. Elle venait de s’adossée à un arbre et c’est là que Clem remarqua plus en détail ses blessures. Sur elle s’était relevée mais elle avait pas mal de petites blessures dont une qui saignait vraiment pas mal et elle gardait une posture étrange. L’agoraphobe pour des blessures internes. C’était certainement les côtes, c’était toujours ça qui pétait en premier. Le visage était bien amoché. Surtout salie en fait comme Megan l’avait fait remarquer. Clem lui lança un gentil :

« Si ça peut te rassurer, ce sera entièrement de la faute du sang. »

Pour se remettre de ses émotions, la voyageuse se rapprocha finalement de l’invocateur afin de lui taxer sa pipe. Paranoïaque jusqu’à une certaine extrémité, Clem désapprouvait fortement le fait de se rapprocher d’un ennemi qui bougeait encore. Surtout pour une raison aussi peu importante que se remplir les poumons de fumée mais elle avait peut-être encore plus besoin de remontant que ne l’avait pressentie le jeune homme. Il était vrai que pour une nouvelle, c’était peut-être son tout premier combat à mort face à un de ses semblables. Pour des citoyens respectables du monde réel qui n’avait jamais vraiment eu de problème dans leur vie ça fichait toujours un certain choc. C’était un peu comme un petit enfant un peu mûr qui redécouvrait le meurtre et la criminalité. Le fait que l’on savait à chaque instant que l’on était dans le monde des rêves atténuait un peu la scène mais vraiment de peu au vu des sensations extrêmement réalistes passant par la peau et l’esprit qui n’était plus du tout brumeux.

D’ailleurs en parlant de brume, la tronche que tirait Megan une fois son remugle de tabac inhalé démontrait que ce n’était sans doute pas du tabac qu’il y avait dans le calumet (ou alors du très fort). Encore une leçon à apprendre pour les nouveaux : on avait dans le monde réel des herbes capable de nous offrir un aperçu fugitif mais intense du monde des rêves alors il était logique que l’on trouvait une fois arrivé dans celui-ci des herbes capable de nous emmener… ailleurs. Toujours dans des visions fugitives mais intenses. D’autres sphères souvent hors de notre compréhension.

«Je vois des morts partout... »

Pas toujours accueillantes les sphères disons le au passage. Enfin passé son expression de terreur, les autres taffs eurent le mérite de l’apaiser. Au moins en apparence. Enfin quand on sourit comme ça et que l’on souffle tranquillement sa fumée vers le ciel c’est qu’on ne doit pas être fondamentalement traumatisé.

"Sa fait quand même du bien une bonne pire... Enfin sa vilain jeu de mots hein?"

La grimace composée que Clem afficha alors du l’avertir de l’intérêt qu’il portait au ledit jeu de mot. Non pas que les blagues en dessous de la ceinture le rebutait mais plutôt que celle-ci était franchement en dessous du lot. Megan lui tendit le brûle-gueule afin qu’il en profite également. Clem était touché par le geste mais ne fumant point, il refusa l’attention par un sourire et un geste négatif de la main.

"Sinon... Tu penses qu'il était seul? Ou ses menaces tiennent vraiment?"

Le cerveau du jeune homme s’embraya à ces mots sur sa mémoire récente et il se souvint de la menace. Il se remit alors en route avec un pas plus pressé qui signifiait sans ambiguïté que Megan devait le suivre, et vite.

« je pense que ses menaces tiennent vraiment. Les killers se baladent souvent en groupe –comme la plupart des voyageurs en fait- donc on a de bonne chance que ses copains cherchent à le venger. Ça pourrait être aujourd’hui ou une autre nuit, on a aucun moyen de le savoir mais ces menaces se tiennent. je te conseille de faire gaffe lors de tes prochains songes car un voyageur qui s’endort en pensant à une personne en particulier arrivera à Dreamland à ses cotés donc tient toi sur tes gardes pendant un moment. Il finira par oublier ton visage s’il ne t’a pas vu très longtemps mais ça devrait allez si tu ne restes pas seule. D’ailleurs, si tu es une nouvelle, qu’est-ce que tu faisais dans la zone 2, tu peux me le dire ? Oh en fait on tourne à droite dans cinquante mètres."

Si les amis de l’invocateur étaient déjà arriver et qu’il leur avait indiquer une direction approximative, ça devrait suffire à les distancer sans peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyDim 22 Juil 2012 - 0:56


Le jeune homme fit comprendre d'un signe et d'un sourire qu'il ne fumait pas ce genre de truc. Ou qu'il ne fumait pas tout court. Bah, ça en ferait d'avantage pour Megan même si fumer tout ce truc ne la tentait pas trop: ça attaquait quand même bien le cerveau. Enfin sa la détendait quand même un peu. Alors que Clem commençait un long discours explicatif pour répondre à la dernière question de la brune, celle-ci tira encore un peu dans la pipe pour prendre encore une grosse bouffée de tabac hallucinogène à tendance macabre. C'est donc un squelette portant des lunettes et des vêtements qui s'adressait à elle.

Ils marchaient pour s'éloigner un peu de l'invocateur. Il disait que ses menaces tenaient surement, c'était rare de rencontrer un voyageur killer qui travaillait seul, ils agissaient le plus souvent en équipe et celui-ci ne devait pas être différent. Le squelette, enfin Clem, expliqua également qu'un voyageur peu se retrouver à Dreamland vers la personne de son choix s'il s'endort en pensant à cette personne. Donc, l'invocateur pourrait choisir par exemple de la retrouver la nuit suivante ou encore la nuit d'après... Méfiance. Il pensait qu'avec le temps, il finirait par oublier son visage et comme ça, elle serait tranquille. Ouais, l'homme venait de se faire rosser par une newbie qui en était à sa troisième nuit dans ce monde, difficile d'oublier un tel affront...

Megan imaginait déjà que les prochaines nuits allaient être également chiantes et difficiles. Elle espérait un truc: quand son sceau l'obligerait à retourner au royaume obscur, il faudrait que ce soit cette nuit là que l'invocateur décide de l'attaquer. Le duc se ferait une joie de le faire souffrir et peut-être qu'il lui posera également le sceau, laissant sa liberté à Megan. On peut rêver non? Le jeune homme lui posa alors une question, mais Megan avait envie de lui répondre par une autre... La question? Que foutait-elle dans la seconde zone? Car en plus, il y avait des zones numérotés dans Dreamland? Et les nouveaux ne devaient pas se trouver dans la deuxième?

"La zone 2 donc... Ben... Je me suis couchée, je me suis endormie et j'suis arrivée ici sans trop savoir comment! Les deux nuits précédentes, c'était le royaume obscur... La première fois c'était quand j'ai vaincu ma peur de me faire mal et de souffrir, la seconde c'était pour me faire... Embaucher, ouais on va dire ça, par le duc du temple où j'ai obtenu mes pouvoirs..."

Suivant les indications du jeune homme, Megan tourna à droite pour continuer de marcher. Il voulait mettre un maximum de distance avec le voyageur killer et surement semer ses éventuels compagnons pour éviter un autre affrontement pour cette nuit. Elle hésita à lui poser d'autres questions, il l'avait sauvé et déjà pas mal renseigné, lui en demander d'avantage serait peut-être abusé. Elle lui fit alors signe de s'arrête un instant. Elle s'adossa à un arbre et arracha une partie de son haut, laissant son ventre et le bas de son dos à l'air libre. On pouvait également voir la plaie que lui avait fait le clown-tronçonneuse durant la bataille. La voyageuse déchira encore le bout de tissus pour se l'enrouler autour du ventre et faire un noeud afin de serrer et comprimer sa plaie pour arrêter l'écoulement du sang. Elle grimaça un peu en serran le tissus mais la douleur était quand même bien estompée grâce à l'utilisation de son pouvoir.

Jetant un regard à Clem, elle lui fit un sourire. Elle aurait bien aimé lui demander quel était son pouvoir et des détails sur les différentes zones de Dreamland, mais elle n'osait pas trop. Timide? Du tout! Juste qu'elle ne voulait pas le harceler et elle avait surement encore le temps avant de se réveiller. Déjà, il était important de s'éloigner pour éviter un autre affrontement. Elle tira encore une taf dans la pipe et souffla lentement la fumée qui forma encore une fois une tête de mort. Cette fois-ci, elle était sure que ce n'était pas que son imagination. Quoique... Les arbres autour d'elle semblaient être fait en os, les branches étaient des mains humaines bleutées et blessées. On aurait dit que tout ce qui l'entourait était des monticules de chaires humaines, des restes de personnes... Glauque comme fumette, c'était vraiment pas son truc. Quoique, c'était mieux qu'un effet bisounours. Elle préféra jeter la pipe, elle avait suffisamment fumé pour ce soir et ça l'a saoulait un peu ses visions d'horreurs. Elle l'invita à continuer d'avancer.

"Et donc... Désolé pour les questions. Il y a différentes zones ici? Tu peux m'expliquer brièvement?"

Elle lui fit un sourire, espérant ne pas trop le gonfler avec ses questions de débutante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyLun 23 Juil 2012 - 0:56
"La zone 2 donc... Ben... Je me suis couchée, je me suis endormie et j'suis arrivée ici sans trop savoir comment! Les deux nuits précédentes, c'était le royaume obscur... La première fois c'était quand j'ai vaincu ma peur de me faire mal et de souffrir, la seconde c'était pour me faire... Embaucher, ouais on va dire ça, par le duc du temple où j'ai obtenu mes pouvoirs..."

Le royaume obscur… Ah ben oui quand même… Clem n’y avait naturellement jamais mis les pieds mais il le connaissait naturellement de réputation. Aucun voyageur sensé ne se devait d’y mettre les pieds et c’était sans aucun doute le royaume le plus puissant de tous Dreamland. Les voyageurs associés à celui-ci était extrêmement rare et à demi-caché par leur seigneur. Même s’il avait noté l’algohobie de la voyageuse il n’avait pas autant fait la connexion avec son royaume associé. Quelque part Clem pouvait s’estimer être chanceux : un voyageur obscur à Dreamland n’était guère moins difficile à dénicher qu’un coffre rempli d’or (ou une jolie fille qui lui souriait régulièrement mais vu que c’était la même personne c’était au final les même chances). Il n’empêche, si le voyageur killer avait réussis à liquider la fille et que cette nouvelle était parvenu aux oreilles du… Duc qu l’avait embauché, ça aurait fait du vilain.

« Si je puis me permettre, évite de dire à ton Duc que tu as failli te faire tuer dès ta première nuit de liberté à Dreamland. Ça le refroidira certainement quand il réfléchira à la possibilité de te donner d’autres jours de congés. » Enfin ça, c’était au cas où ledit duc était un tantinet protecteur mais vu la rareté des voyageurs obscurs indiqué plus haut, ça l’aurait foutu mal s’ils en avaient perdu un."

Ils avaient continué depuis ce temps à avancer mais Megan s’arrêta de nouveau afin de se confectionner un bandage pour une de ses blessures. Au moment ou Clem comprit avec quoi il détourna le regard en rougissant stupidement avec une pensée égrillarde vite chassée. La voyageuse tira une dernière fois sa fumette avant de lancer son brûle-gueule par terre. Pas un mauvais réflexe si on voulait garder la santé mais quand il y avait un risque que l’on était poursuivi ce n’était pas malin. Clem ramassa l’engin et le mit dans sa poche avec un sourire gêné qui souhaitait dire « désolé, je suis chiant mais je n’aime pas laisser de trace ». La dénommée Megan mordit finalement à la perche lancé par l’agoraphobe (heu… drôle d’image…) et lui demanda plus d’explications sur les zones.

« Ben grosso modo, répondit-il. Dreamland est découpé en 5 zones toutes plus dangereuses au fur et à mesure que l’on s’approche de la cinquième. Tout est relatif bien sur mais tu peux être quasi certaine de passer une bonne nuit si tu es dans la première zone. À la seconde ça peut allez si tu as du bol mais normalement tout est sensé bien se passer si tu es un tant soi peu un voyageur confirmé qui ne prend pas de risque. En plus t’as pas de bol mais là on est sensé être dans un royaume où les killers sont interdits. Notre gars à nous était donc en totale illégalité mais aussi en totale rareté –ce qui ne se dit pas enfin bref- les dirigeants de ce royaume n’ont pas bien fait leur boulot. Je connais personnellement le grand chef et je sais que c’est un sale con mais à sa décharge, je savais pas qu’il était incompétent.

« Oui donc voilà je parle et… merde où j’en étais ? Ah oui donc bref plus tu vas vers la zone 5 et plus c’est la merde. A titre de comparaison le royaume obscur est… ah merde : dans la zone 5 donc c’est pas une bonne comparaison… enfin si pour toi c’est spécial. L’appartenance à ton duc te protège mais si j’y allais une seule nuit j’en ressortirais pas. »

Clem regarda la voyageuse de la tête aux pieds et son regard s’arrêta sur sa blessure au ventre encore suintante et rouge.

« Ça va toi sinon ? T’arriveras à marcher encore un peu ou tu veux qu’on s’arrête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyMar 24 Juil 2012 - 21:22


Apparemment, Clem fut quelque peu surprit d'apprendre que Megan s'était rendue par deux fois au royaume obscur. Le pire, c'est qu'elle risquait encore d'y aller et pas qu'une fois... Tout ça grâce à ce satané tatouage de tête de mort sur son épaule, un sceau. Le duc lui avait posé pour qu'il puisse avoir la main mise sur sa liberté, l'obligeant ainsi à faire ce qu'il désirait. Il lui conseilla également de ne pas dire au Duc qu'elle avait risqué sa vie car s'il était un tant soit peu protecteur, il ne la laisserait plus sortir. Sa, Megan n'en était pas si sure, de ce qu'elle en avait comprit, la créature cauchemar voulait faire d'elle un soldat. Quoi de mieux donc que de la mettre en situation dangereuse? Si jamais elle venait à clamser, c'est qu'elle n'était pas digne d'intérêt. Elle était persuadé que le frustré sadomasochiste pensait ainsi, mais bon, elle n'était pas dans sa tête.

Elle lui fit un sourire et préféra ne pas prendre la parole pour l'instant, il semblait prêt à poursuivre la conversation et Clem n'avait pas encore répondu à toutes ses questions. Meg' était prise de vertige par moment, mais cela ne semblait pas être à cause de ses diverses blessures, surement encore sous l'effet de l'herbe qu'elle avait fumé. Sacré fumette pensa-t-elle, voir des morts partout, voir des cadavres ambulants à la place des vivants... Dans le vrais monde, ça aurait fait fureur, dommage qu'elle ne puisse en ramener à son réveil. Cela aurait pu être un filon intéressant et une bonne rentrée d'argent. Enfin, le voyageur expliqua donc cette histoire des zones dans Dreamland. Megan écoutait attentivement: cinq zones, la première pour les débutants, les boulets ou les glandeurs car on y risque quasiment rien, c'était noté! Prochaine nuit viser la première zone pour être tranquille! La seconde zone, c'était ici, accompagné on ne risquait trop rien, la zone infesté de voyageur comprit-elle. Et normalement, ce royaume était paisible et sans voyageurs killers, elle en tira comme conclusion que la poisse lui collait aux basques et qu'elle allait galérer dans ce monde toutes les nuits...

Clem expliquait connaitre le "chef" de ce royaume, apparemment c'était un sale con mais pas pour autant quelqu'un de méchant, il semblait avoir un drôle d'avis sur cette personne. Surement qu'ils se connaissaient, allez savoir. La pire zone, c'était la cinquième forcément et comble du comble cette zone était exclusivement le royaume obscur. Megan comprit alors que oui: la poisse était son fardeau, on ne l'avait pas seulement affublé d'un sceau qui lui retirait toute liberté, on lui avait aussi accroché une pancarte qui disait "porte malheur de Dreamland: ne pas approcher!"

Mais d'après les dires du voyageur, elle qui ne risquait -normalement- rien dans cette cinquième zone n'était pas si "paisible" pour tout le monde. Lui par exemple, s'il y allait, il avait peu de chance de passer la nuit sans clamser. Ce qui leur faisaient en faite un point commun vue les deux nuits qu'elle avait passé là bas... Elle passa machinalement sa main sur sa plaie, une légère douleur, mais rien de méchant mais Clem y fit attention et en parfait gentleman il lui proposa de s'arrêter un peu si elle voulait souffler. Elle lui fit un large sourire et se décida enfin à prendre la parole, il avait après tout expliqué pas mal de choses.

"Merci des informations! Pour en revenir à mon Duc, je pense que lui dire ne changerait rien. Il veut faire de moi une arme, ou monter une armée je ne sais pas encore. Je sais que j'suis sa première voyageuse officielle et il en a profité pour me coller ce tatouage. Mais... J'imagine que si j'y passe, il ne me pleurera pas une seconde."

Elle lui fit signe qu'elle pouvait continuer de marcher, elle n'avait pas si mal que ça et son pouvoir était toujours en action: diminuant de moitié ses douleurs pour que cela reste supportable. Elle aurait très bien pu réduire totalement, mais inutile de se surmener, elle aurait peut-être encore besoin de se battre...

"Donc ici c'est la seconde zone et y venir seul ça crains... Mais toi? Tu es pourtant tout seul! Enfin ouais je sais: j'suis une noob donc moi seule c'est un acte suicidaire j'imagine. Je te proposerai bien une visite du temple obscur mais... J'imagine que mon Duc -c'est bizarre de dire MON duc je trouve- accepte et il risquerait surtout de vouloir te mettre ce foutu sceau de merde!"

Elle frappa son poing dans son autre main, affichant un air un peu renfrogné. Elle se ravisa rapidement en se disant qu'elle montrait son mauvais caractère à Clem et qu'il n'était pas dans son plan de lui faire peur. Ce qui était dans son plan? Pleins de choses, mais cela ne serait plus de la lecture classique et un joli logo moins de dix-huit devrait y être rajoute.

"Et ne t'en fais pas, je peux marcher. Comme tu as du le comprendre, mon pouvoir agit sur la douleur. Je peux donc diminuer celle que je ressens donc là ça va. Et tiens, c'est quoi ton pouvoir? Enfin tu n'es pas obligé de me le dire, je comprend qu'on puisse avoir son jardin secret!"

Elle affichait encore un grand sourire. Serait-elle en train de le draguer? Megan était ce genre de fille? Dans le monde réel c'était pas vraiment le cas, mais ici à Dreamland, pensait-elle pouvoir se lâcher comme ça sans trop se préoccuper? Sa, seule elle et dieu -s'il existe- pouvaient le savoir. Elle cessa alors ses regards langoureux et ses sourires aguicheurs suite à un bruit provenant des arbres. Elle se retourna rapidement pour regarder dans la direction du bruit suspect. Quelqu'un? Quelque chose? Le sale con dont parlait Clem ou les potes du mec à la pipe hallucinogène??

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyMer 25 Juil 2012 - 1:34
"Merci des informations! Pour en revenir à mon Duc, je pense que lui dire ne changerait rien. Il veut faire de moi une arme, ou monter une armée je ne sais pas encore. Je sais que j'suis sa première voyageuse officielle et il en a profité pour me coller ce tatouage. Mais... J'imagine que si j'y passe, il ne me pleurera pas une seconde."

Ah ça c’était encore une leçon que les nouveaux apprenaient sur le tas : tous les voyageurs étaient considérés comme appartenant à leur seigneur d’origine. La seule utilisation qu’ils en faisaient était, dans la plus grande part des cas, une utilisation guerrière. Après si ledit seigneur n’était pas de nature conquérant il n’enrôlait pas forcément tous ses voyageurs et les laissaient vaquer à leurs occupations. Pour la petite histoire, celui de Clem brillait par son absence même s’il savait qu’étant en guerre, Héliée allait forcément le faire claquer des doigts pour le faire venir dans ses rangs… un jour. pendant ce temps il était libre de risquer sa peau ailleurs.

« À ta place je n’en serais pas si sûre. Je n’y connaît rien à la politique interne du royaume obscur mais si tu es sa première voyageuse officielle, il doit peut-être s’en vanter auprès de ses collègues. Si tu clamses dehors il aura certainement l’air un peu couillon enfin tu as certainement raison quand tu dis qu’il veut que tu te frottes un peu à Dreamland en te faisant sortir. Mais bon au final, sans vouloir être méchant c’est son problème et le tien ça. »

Ils continuèrent de marcher, elle avait refusé de s’arrêter mais continuait néanmoins de sourire. Une partie obscure du cerveau de Clem avait du mal à ce décider pour savoir si c’était un mal pour un bien ou juste un bien tout court.

"Donc ici c'est la seconde zone et y venir seul ça crains... Mais toi? Tu es pourtant tout seul! Enfin ouais je sais: j'suis une noob donc moi seule c'est un acte suicidaire j'imagine. Je te proposerai bien une visite du temple obscur mais... J'imagine que mon Duc -c'est bizarre de dire MON duc je trouve- accepte et il risquerait surtout de vouloir te mettre ce foutu sceau de merde!"

Elle frappa du poing son autre main, affichant un air un peu renfrogné. Une ensemble qui ne pouvait se décrire que d’une seule manière. Elle avait du caractère et, apparemment, du retentissement envers son patron. Son duc n’allait pas rigoler tous les jours avec elle. Par rapport à sa proposition touristique, il répondit avec un sourire montrant qu’il la prenait comme il pensait qu'il devait le faire, par l’humour.

« Et bien merci pour ton invitation mais je crois que je vais rester dans cette zone okay ? Et puis déjà j’ai moi aussi j’ai un tatouage de « rappel », je sais ce que tu ressens. Moi c’est cool, une fois que le mec qui a sa télécommande aura une saleté de travail à refiler ou un moyen original de me tuer, je sais qu’il m’appellera aussitôt. »

« Sinon… heu merde ta question… ah oui. En effet je me balade tout seul mais si je n’ai pas un don pour éviter les emmerdes, j’en ai un en revanche pour les fuir une fois qu’ils sont apparues. Neuf fois sur dix en courant très vite et très loin d’ailleurs. » Il lui fit un petit sourire gêné sensé vouloir dire que la lâcheté avait néanmoins du bon. Surtout du point de vue de la longévité de ses pratiquants.

"Et ne t'en fais pas, je peux marcher. Comme tu as du le comprendre, mon pouvoir agit sur la douleur. Je peux donc diminuer celle que je ressens donc là ça va. Et tiens, c'est quoi ton pouvoir? Enfin tu n'es pas obligé de me le dire, je comprend qu'on puisse avoir son jardin secret!"

L’utilisation du terme plus très usuel tel que « jardin secret » le fit sourire spontanément. Cette fille lui plaisait de plus en plus. Elle réussissait facilement à le faire sourire et il se sentait bien en sa présence. Il se demandait si elle pensait à la même chose que lui. Il n’y avait rien d’inhabituel à Dreamland à ce que deux voyageurs prennent du bon temps ensemble. Le monde onirique étant plus libertin et éphémère qu’une boite de nuit. Seulement c’était là encore des indications qui n’étaient pas données spontanément avec le statut de voyageur. Si Clem tentait de se lancer, comment saurait t-il que la voyageuse ait bien compris que ce n’était qu’une rencontre d’un soir ? L’expérience ; que l’agoraphobe n’avait pas. Il pouvait aussi lui demander franchement mais ça casserait toute la magie. Tentant une approche plus subtile mais au final potentiellement plus foireuse, il se rapprocha un peu plus d’elle d’un seul pas pendant leur marche. l’œil entraîné et exercé reconnaîtra peut-être le message.

Sauf qu’un bruit derrière eux la fit se retourner. Comme Clem d’ailleurs. Soucieux de re-démarrer la conversation, il se reprit vite.


« Ça ne devait pas être grand chose, on est trop loin pour d’éventuels alliés à l’autre là… à supposer qu’ils soient dans le royaume. Sinon c’est peut-être des soldats du royaume, dans ce cas là tu ne risques pas grand chose mais moi j’aurais des emmerdes.

« Sinon pour mon pouvoir… Ben je suis agoraphobe. Ça veut dire que j’avais autrefois peur des grands espaces,les parcs, le ciel, les grands halls d’immeubles, tout ça… maintenant je contrôle les distances et c’est assez fun et très pratique pour… ben… éviter les emmerdes si tu as bien suivi ma technique, même sourire gêné sensé excuser ses talents de faux fuyant. « D’habitude je ne révèle pas mon pouvoir spontanément en effet. Enfin… j’attend juste de avoir si la personne devant moi veut me tuer ou non. Mais je pense que là je ne devrais pas courir grand risque.


"Sinon bon, avec trois nuits de voyageur à ton actif, je crois qu'on en a fait le tour mais dans le monde réel ? Tu es où ? Dans quel pays ? Tu fais quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyDim 29 Juil 2012 - 16:54


Clem expliqua que à son avis, le Duc de Megan n'en avait pas surement rien à foutre d'elle. Si elle était belle et bien sa première voyageuse, il devait surement se vanter vers ses confrères et il n'en serait que plus ridicule si elle venait à mourir. Certes, mais si elle meurt, elle ne risquerait rien de lui. Normalement... Megan venait de comprendre une chose: ici à Dreamland, chaque voyageur choisissait son chemin et ce qu'il voulait faire dans ce monde. Elle, elle venait de découvrir sans le vouloir son objectif: détruire le sceau qu'elle porte, vaincre le duc pour obtenir la liberté... Détruire le royaume obscur. Une folie? Surement... L'idée d'aider les voyageurs à être libre sans qu'aucun seigneur ne leur fassent faire ce qu'ils désirent. Utopie ou folie, à vous de décider. Enfin, Meg' hésitait pour son objectif, elle ne savait pas quoi faire de sa vie à Dreamland. Voyager et voir ce monde de fond en comble était déjà une chose intéressante.

Le jeune homme la remercia en souriant pour son invitation au temple de la douleur, il avait pas tort, mieux vaut ne pas y aller. Quand à elle, elle se disait que sa prochaine visite là bas ne lui serait pas négative, elle voulait parler à son duc, apprendre des choses sur ce monde et surtout: qu'il l'entraine pour qu'elle devienne plus forte. Tout ça pour pouvoir le vaincre... Clem avait également un tatouage de rappel, son seigneur lui en avait posé un aussi? Ou était-ce quelqu'un d'autre? Il expliqua également être relativement doué pour fuir les emmerdes et rester en vie. Différence flagrante entre eux: elle préférait y faire face et se débarrasser des emmerdes plutôt que de les fuir. Elle avait apprit dans le monde réel que tôt ou tard, les emmerdes revenaient à la charge si on ne s'en débarrassait pas.

Alors qu'ils marchaient tranquillement, il s'était un peu rapproché d'elle. Tentait-il une approche furtive pour la draguer? Elle semblait avoir vue juste, mais préféra jouer le jeu de la fille naïve pour le moment. Puis ce bruit vint les déranger mais Clem estima qu'il ni avait rien à craindre. Au pire, seul lui aurait des ennuis. Elle haussa les épaules et fit un sourire amusé en l'écoutant. C'était un agoraphobe, peur des grands espaces... Pouvoir très utile pour fuir apparemment, il semblait un peu gêné en disant ça, il était un peu lâche et alors? Au moins, il était en vie, alors que la brune à ce rythme, elle ne tiendrait surement pas une semaine dans ce monde vue à la vitesse où elle enchaine les combats et les emmerdes. Et vint enfin les questions indiscrète, confirmant les idées de Megan sur le faite qu'il s'intéressait à elle.

"Je vis en France. A Belfort pour être exact. Je travaille dans un Pub style irlandais, on y passe que de la musique rock et on sert une variété incroyable de bières. J'ai un BAC Scientifique et un BTS, mais... Suite à ma peur de me faire mal, j'ai pas trop osé jusqu'à présent chercher un travail convenable.Car ça voulait dire que je devais chercher plus loin que proche de chez moi, donc le risque de me faire agresser était amplifié. Débile n'est-ce pas? Enfin, serveuse c'est pas si mal, je reste derrière le comptoir, les boulets me draguent et je les insulte. Et bon, c'est ma tante qui tient le Pub. Ah oui, je suis d'origine anglaise. Et j'ai pas de mec. Juste un chat qui vit dans mon appartement, un studio miteux."

Petit clin d’œil à l'intéressé, disant qu'elle était open à toutes éventualités. Elle allait voir ce qu'il allait faire à présent. Elle n'était pas insensible à son charme après tout. Enfin elle aurait pu lui donner plus de détail sur sa sexualité, c'est-à-dire? Qu'elle était ouverte à tout, homme ou femme ça ne lui posait aucun problème, pour elle ça voulait surtout dire deux fois plus de possibilités!

Elle ralentit alors un peu le pas. Ses douleurs se réveillaient un peu et elle se sentait fatiguer. Elle lui fit signe de s'arrêter le temps qu'elle souffle un peu. Son bandage fait à la va-vite était couvert de sang, sa plaie semblait s'être rouverte et ça lui faisait un mal de chien. Elle aurait pu diminuer la douleur, mais sa ne stopperait pas l'hémorragie... Elle tira sur le tissus afin de le serrer d'avantage. Un pic de douleur la fit vaciller et elle tomba sur Clem sans le vouloir. Sa tête se retrouvant contre l'épaule du jeune homme. Sa... C'était une technique d'approche infaillible mais surtout non voulu, avec ça, il allait pouvoir passer à l'offensive s'il oubliait qu'elle était bien blessée quand même. Elle ne chercha pas à se redresser, mais se cramponna à lui, le temps que la douleur se calme un peu, elle ne tenait pas debout toute seule de toute façon. Bon, c'était un peu voulu tout ça, si elle usait de son endorphine, elle tiendrait debout. Elle poussa un soupire.

"Et toi? Tu vis où? Tu fais quoi dans la vie? Désolé, mais j'ai besoin de souffler un peu en faite... Si je force trop sur mon pouvoir, je ne sentirai aucune douleur et vue le sang que je perds... Vaux mieux que je sache où mon corps en est pour ne pas m'écrouler..."

Elle releva un peu la tête, son visage proche du sien. Ses yeux plongés dans les siens. Elle lui fit un petit sourire gêné. Elle n'aimait pas se sentir si faible et aurait préféré le repousser pour prouver qu'elle tenait debout toute seule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Clem Free
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1506
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 220
Renommée: 1697
Honneur: 235
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptySam 4 Aoû 2012 - 18:39
"Je vis en France. A Belfort pour être exact. Je travaille dans un Pub style irlandais, on y passe que de la musique rock et on sert une variété incroyable de bières. »

Le cerveau de Clem se déconnecta un moment. L’univers des pubs lui étaient complètement inconnu. La dernière fois que sa route avait croisé celle d’un pub, c’était il y a de nombreuses années et à ce moment là, il s’était perdu. Le fait d’avoir trouvé du travail rapidement à un karting local lui avait évité de faire la tournée des bars de son quartier et il ne s’était jamais essayé à un « barathon » avec ses amis mais il n’y aurait pas eu de quoi faire grand chose. Quand à Belfort, il n’avait aucune sorte d’idée quand à l’endroit où cette ville pourrait se trouver. Clem était un parisien pure souche. Dans son monde, il y avait la capitale, ses arrondissements éparpillés tout autours (lesdits arrondissements étaient somme toute assez jolies et mignons entre deux plaine de la cambrousse mais à y bien réfléchir ils n’étaient pas vraiment nécessaire à la civilisation) et puis tout le reste c’était… d’obscures bourgades où on y trouvait des serfs travaillant dans les champs et se réfugiant quotidiennement dans le château de leur comte afin de se protéger des pillards (à peu de chose près quoi…).

« J'ai un BAC Scientifique et un BTS, mais... »
Voilà déjà quelques menues différences avec Clem qui n’avait ni l’un et encore moins l’autre.

« Suite à ma peur de me faire mal, j'ai pas trop osé jusqu'à présent chercher un travail convenable.Car ça voulait dire que je devais chercher plus loin que proche de chez moi, donc le risque de me faire agresser était amplifié. Débile n'est-ce pas? »

Non : rigolo. dans le sens où c’était curieusement rigolo, enfin. Clem avait vaincu sa phobie il y a de cela plus d’un an. Megan était visiblement un peu plus âgée que lui mais venant tout juste d’être voyageuses elle avait donc… gardé… sa phobie plus longtemps que Clem... bon c’était plus curieux que rigolo en faîte.

« Enfin, serveuse c'est pas si mal, je reste derrière le comptoir, les boulets me draguent et je les insulte. Et bon, c'est ma tante qui tient le Pub. Ah oui, je suis d'origine anglaise. Et j'ai pas de mec (clin d'oeil de la voyageuse ; sourire involontaire mais fugitif de Clem). Juste un chat qui vit dans mon appartement, un studio miteux."

Le petit clin d’œil qui suivit ne laissa dans l’esprit de Clem plus beaucoup d’ambiguïté quand à ses interrogations précédentes. Enfin il y avait toujours celle qui empêchait Clem de savoir si la jeune femme voyait en lui un futur petit ami ou un compagnon d’un soir même si finalement, toutes les cartes laissaient penser à la deuxième proposition.
Elle lui fit comprendre qu’ils devaient s’arrêter. Les micros-expressions grimaçantes qui parcoururent alors son faciès laissèrent deviner à Clem que la blessure de Megan recommençait à faire valoir ses droits. Il laissa échapper une rapide exclamation de surprise intérieure quand elle s’écroula sur lui. Extérieurement, cela se traduit surtout par un haussement aussi rapide qu’indétectable des épaules et des talons. Elle était dans ses bras avec la tête sur son épaule et il n’en profita même pas vu qu’il était trop préoccupé par l’état de la voyageuse. C’était tout lui ça. Suffisamment con pour faire de l’altruisme dangereux et trop gentil sur les bords pour ne pas remarquer qu’une jolie fille tombait dans ses bras. Au lieu de ça, il était plutôt en train de paniquer en se demandant comment il ferait si le pouvoir de la voyageuse s’arrêtait soudainement et qu’elle se mettrait à lui planter encore plus les ongles dans sa peau qu’elle n’était en train de le faire en ce moment.


"Et toi? Tu vis où? Tu fais quoi dans la vie? Désolé, mais j'ai besoin de souffler un peu en faite... Si je force trop sur mon pouvoir, je ne sentirai aucune douleur et vue le sang que je perds... Vaux mieux que je sache où mon corps en est pour ne pas m'écrouler..."

Bonne philosophie, mais Clem ne pu hocher de la tête. Ils pouvaient se poser là. Il n’y avait plus de problème lié à une hypothétique course poursuite. Ils devaient être suffisamment loin maintenant.

« Une seconde, une seconde… pose toi là, comme ça. Ça devrait allez. On est plus obliger de bouger maintenant. » Clem avait voulu rendre son ton rassurant mais même lui trouvait que le timbre de sa voix faisait qu’il était plus anxieux qu’il n’aurait bien voulu se l’admettre. Voir le bandage rougi de la voyageuse le troublait plus que de raison. Il avait pourtant vu son lot de blessure bien saignante depuis qu’il était à Dreamland mais en faite, c’était le pouvoir de l’algophobe qui faussait tout. Avec elle, on était jamais sur de la gravité de son état mais c’était forcément pire que ce qu’elle laissait paraître. Et là ce qu’elle laissait paraître, c’est qu’elle ne pouvait plus bouger. C’était pas très rassurant tout ça. Megan leva un moment la tête et son regard et souris mais c’était plus un sourire d’excuse. Alors que quarante-cinq secondes auparavant, l’agoraphobe aurait du se faire violence pour ne pas l’embrasser dans cette position là (et il n’aurait pas cherché à se retenir). Les tous récents évènements lui avaient rappelé que la voyageuse souffrait d’une belle plaie dans le ventre. Disons que l’heure était peut-être au batifolage mais pas au chahutage. Clem l’avait oublié mais le vertige de la voyageuse l’avait rappelé à l’ordre. C’était son pouvoir qui faussait tout. Megan avait bien raison de le limiter dans ce genre d’occasion. Il aida la voyageuse à s’asseoir, le dos adossé contre un arbre et s’installa à coté d’elle dans la même position. C’est seulement une fois qu’il fut bien contre l’arbre qu’il se mit à répondre à la dernière question de la voyageuse.

« Moi ? Je suis en cours de déménagement à Paris. J’habitais auparavant juste à coté et je vais vivre avec un ami et on tâchera de survivre en tenant à deux notre magasin. Enfin quand je dis « magasin » c’est rien de trop sérieux, on vendra juste des goodies pour mettaleux et on posera des tatouages et des piercings ; enfin mon colloc les fera. Moi j’essaierais juste de tenir les comptes et de l’aider à à peu près tout faire sauf les trucs artistiques. Au pire si ça marche pas et que notre pécule fond, on aura qu’à faire brûler l’étage un soir d’orage et dire que c’est la foudre qui l'a fait flamber pour toucher l’assurance. »

Clem s’arrêta un instant pour bâiller, il n’était ni fatigué, ni ennuyer ; il en avait juste envie et était suffisamment détendu pour écouter son corps. Il se demandait comment sa relation avec Megan allait évoluer à partir de maintenant. Dans l’état de cette dernière, les seules actions tactiles disponible pour eux étaient le baiser chaste et la tête sur l’épaule de l’autre. Et ça c’était plus des promesses d’amour sérieux (à défaut d’éternel) que d’amant occasionnel. Et Clem ne tombait pas amoureux de quelqu’un des le premier soir, il ne connaissait pas assez bien la voyageuse à son goût pour envisager une relation sérieuse avec elle. Même si pour l’instant elle lui plaisait beaucoup voir plus.

Mais il restait quand même des zones d’ombres à son propos.
« Sinon comment est véritablement le royaume obscur ? J’en ai entendu que des histoires. Et qu’est-ce que ton duc te fait faire ?

Certainement pas de l’animation dans un jardin d’enfants mais bon s’il voulait le savoir, il n’y avait qu’un seul moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Megan Cole
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 715
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 31

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... EmptyMer 8 Aoû 2012 - 23:11


Clem aida la jeune voyageuse à s'assoir vue qu'elle avait de plus en plus de mal à tenir debout. Il avait tenté d'être rassurant en lui parlant, mais on sentait bien qu'il était inquiet et il avait surement raison de s'en faire. Durant un instant, Megan hésita à dissiper totalement son pouvoir pour voir l'étendu des dégâts de son corps, voir à quel point elle souffrait vraiment mais... C'était trop risqué, elle pourrait s'évanouir ou en mourir. Chose étrange, le cerveau flanche quand on souffre trop et donc, grâce à son pouvoir elle peut éviter qu'une telle chose arrive, mais ce n'était pas pour autant rassurant. Assise tranquillement, elle posa sa main sur sa plaie et appuya dessus pour tenter d'arrêter le sang de couler, la douleur était supportable grâce à son pouvoir mais la perte de sang était bien réelle et posait problème. Enfin elle devrait réussir à tenir jusqu'à son réveil... Normalement.

Le jeune homme expliqua qu'il était en plein déménagement et qu'avec un ami à lui, il comptait ouvrir leur propre magasin pour tatouage et piercings ainsi que la vente de goodies. Intéressant, voir même sympa comme idée, mais il précisa que ce n'était pas dit que ça marche, ce qui est normal enfin, la brune pensait que l'important c'était de se lancer et d'essayer. On a rien sans rien comme on dit. Il l'a fit rire en disant que si ça se passait mal, il pourrait bruler le magasin pour toucher l'assurance. Oui, si c'était aussi simple que ça et qu'on oublis les experts qui vont venir voir comment et pourquoi il y a eut un incendie. Il bailla ensuite, surement pour marquer une pause. Elle se demandait bien à quoi il pouvait penser. Comptait-il la draguer? Le monde onirique n'avait surement pas les mêmes règles que le monde réel. Et les coups d'un soir devaient être fréquent ici, surement que Clem vivait d'un libertinage dans ce monde ou alors qu'il cherchait l'âme soeur, même si la seconde option ne semblait pas coller du tout au personnage. Quand à Megan? Elle n'était pas spécialement romantique... Mais suite à différentes expériences, elle détestait les mecs qui ne voulaient d'elle que pour se soulager un coup, histoire de dire: "t'as vue la jolie brune là? Ben je me la suis faite!" Elle n'aimait pas l'idée d'être un tableau de chasse quoi et malgré son manque de romantisme, elle préférait une relation posée... Enfin dans le monde réel, ici, elle ne savait pas du tout quoi faire, mais elle préférait l'idée d'explorer ce monde plutôt que de batifoler à droite à gauche.

Puis vint enfin les questions qui devaient surement le plus tenir à cœur à Clem. A quoi ressemblait le royaume obscur et ce que pouvait bien lui demander de faire son duc. Elle afficha un sourire et le regarda un instant, prenant ainsi son temps pour répondre.

"Et bien... De ce que j'ai compris, le royaume obscur est composé de plusieurs petits royaumes, enfin ils appellent ça des temples. Chaque temple est lié à une heure de la nuit et plus on est proche de minuit et plus le duc est puissant. Moi, je n'ai vue que le temple de mon duc, le temple de vingt-deux heure..."

Elle tenta doucement de se relever mais afficha une douleur, c'était encore trop tôt pour espérer bouger. Foutue marionnette, elle l'avait bien amochée! Elle se laissa retomber sur ses fesses et poussa un long soupire en se disant qu'une bière ou une cigarette ne lui ferait pas de mal. Mais bon, il ne fallait pas trop rêver, même si c'était un monde onirique, les choses n'apparaissaient pas selon notre bon vouloir.

"Il m'a demandé de terroriser et de torturer les rêveurs qui se promenaient dans son temple... C'était ça en échange de cinq malheureuses nuits dans le reste de Dreamland. Enfin, le temple ressemble à un donjon ou un vieux châteaux. C'est tout fait en pierre, en dalles, des vieilles lanternes à pétrole sur les murs, de la poussière partout. Et comme si ça suffisait pas, ce temple et truffé d'engin de torture un peu partout. Pas très glamour comme endroit, je te l'accorde. Et toi, tu as déjà visité le royaume de ta phobie?"

Elle lui afficha encore un sourire, elle aussi était curieuse après tout. Elle se demanda aussi quelle heure il pouvait être, savoir si elle allait bientôt se réveiller ou non car vue son état, il fallait espérer qu'elle ne tarde pas trop à se réveiller sinon elle allait vraiment mourir.

"Je sais pas trop si on va se réveiller bientôt ou non... Je te propose qu'on se revoit d'ici quelques jours. Surtout, ne pense pas à moi quand tu t'endors dans trois nuits... Je serai chez mon duc et sa risquerait d'être galère pour toi et je préférai que..."

Elle ne put terminer sa phrase. Elle explosa dans un nuage de fumée avant de pouvoir terminer ce qu'elle voulait dire. La raison? Elle s'était belle et bien réveillée, comme quoi elle avait surement du flaire et avait du le sentir à l'avance.

Elle émergea lentement dans son lit, posa la main sur son ventre pour remarquer l'absence de blessure. Megan était en pleine forme. Bon encore dans le cirage et bien endormit, mais elle était vivante et se souvenait parfaitement de sa nuit. Donc, elle s'était bien réveillée et n'était pas morte. Dommage... Elle aurait bien voulu lui dire qu'elle aurait voulu le revoir et pas qu'une fois. Il était mignon ce mec après tout. Si on moins elle avait son nom, elle pourrait peut-être le retrouver sur internet et reprendre de ses nouvelles ou alors: penser simplement à lui avant de s'endormir. Elle verrait bien mais pour le moment, elle pensait faire les prochaines nuits paisiblement dans la première zone de Dreamland. Clem... Une bien sympathique rencontre en tout cas.


Désolé je voyais pas trop quoi dire de plus... Et me suis dit que ça serait sympa d'en garder un peu pour une éventuelle prochaine rencontre ^^ (si ça conviens pas, je peux modifier, MP moi!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: J'crois que j'ai rien à foutre ici... J'crois que j'ai rien à foutre ici... Empty
Revenir en haut Aller en bas

J'crois que j'ai rien à foutre ici...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des deux déesses-