Haut
Bas

Partagez|

Quête : Le palais du rire malveillant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Quête : Le palais du rire malveillant Sam 9 Juin 2012 - 3:40
Quelle belle soirée qui commençait... Ironiquement parlant bien sûr. Tout retard dans son entrée dans DreamLand était souvent le mal-venu. Mais alors là, jouer les baby-sitters elle ? On l'avait bien regardé ? Elle venait à peine de revenir de sa tournée de dépôt de CV chez différents couturiers qu'on lui imposait la garde d'une gamine âgée d'à peine 6-7 ans. Une petite cousine qu'ils avaient dit ? Mais quel intérêt ? Même la pauvre gosse semblait se demander ce qu'elle avait fait comme bêtise pour mériter une telle punition avec les grands yeux de chien battu qu'elle posait timidement sur la jeune femme aux allures gothiques. Ses parents l'avaient soit disant recommandé le temps d'un dépannage express. Ils lui avaient même refourgué une enveloppe bien remplie de billets en guise de récompense et d'une carte montrant l'endroit ou elle devait aller. N'importe qui aurait prié pour qu'une telle offre financière tombe du ciel en échange d'une tâche aussi simple à accomplir, pourtant pour Kamylie c'était une réelle corvée. De toutes manières, elle n'avait pas trop le choix et c'est dans cette optique déplaisante qu'elle saisit le bras de la gamine sans attention particulière pour la traîner avec elle hors de l'appartement. Bon je reprends, après quelques brimades des parents désappointés, elle prit avec beaucoup de délicatesse la petite fille au creux de ses bras avant de s'éloigner du pas de la porte.

Comme elle s'y attendait, tous les regard se tournaient vers elle. Certains semblaient craindre la présence de la jeune femme, alors vêtue d'une robe cousue main noire avec quelques pans en dentelle par-ci par là, près d'une enfant si jeune et fragile. Tandis que d'autres critiquaient le fait qu'elle était trop jeune pour être mère... Déjà qu'elle n'appréciait pas la compagnie d'autrui, cela l'insupportait d'autant plus de voir qu'on la jugeait aussi facilement sur les apparences. N'ont-ils jamais entendu le proverbe «  Ne jamais se fier aux apparences » ? Elle aurait été Arachnée, elle aurait piégé avec délice et supplice tous ces petits insectes insignifiants, mais elle n'était que Kamylie ici et même plus «  Tatie Kamylie ». Elle arrivait tout juste à destination quand elle aperçut une gigantesque attraction devant elle, un stand de gourmandises en tout genre et une pêche au canard : un fête d'attraction ! Existait-il pire endroit pour quelqu'un qui apprécie autant la solitude que notre araignée qu'un méli-mélo de brouhaha, de bruits métalliques, de cris, de rires, de musiques en tous genres... Simplement pour dire que s'il y avait eu un précipice derrière elle, elle s'y jetterait volontiers la tête la première sans même hésiter une seconde. Cruelle destinée qu'on lui infligeait là tandis qu'elle sentait la petite main innocente faire pression sur la robe pour l'attirer dans une direction précise. Et voilà comment se déroula la soirée, d'attractions en attractions, de niaiseries en escroqueries et de rires en caprices. À l'approche de l'heure de départ, l'apprentie maman sentait ses muscles crispés se détendre peu à peu : bientôt l'heure de la libération !

La petite fille qui avait bien profité de la soirée semblait commencer à ressentir la fatigue, et elle n'était pas la seule. Kamylie vint s’asseoir quelques minutes sur le lit de sa cousine, l'enfant souriante sur ces genoux. Petit à petit, elle avait réussi à l'apprivoiser ce petit être turbulent, à moins que ce fut l'inverse. Qu'importe. Voilà maintenant que la solitaire souriait sincèrement tout en faisant sautiller sa cousine sur ses jambes, riant en cœur avec elle. Puis, comme la normalité le veut à cette heure là pour une enfant de son âge, celle-ci s’endormit non sans câliner sa nouvelle grande amie. Durant ce répit, la nounou temporaire réfléchissait au cours de la soirée, comment en était-elle arrivée là ? Plutôt maussade et grognonne de caractère, elle avait passé un bon moment avec cette petite. Elle était même parvenue à lui soutirer plusieurs sourires niais mais sincères. Elle prenait un plaisir incompréhensible à sentir le petit cœur battre contre sa poitrine, une sensation de déjà vu avec sa sœur ou juste l'instinct maternel ? Les deux hypothèses lui firent secouer la tête, renversant accidentellement ses mèches de cheveux sur le visage de la petite qui émit un petit gémissement avant de venir se blottir un peu plus au creux de ses bras. Un nouveau sourire se dessinait sur son visage tandis qu'elle sentit ses paupières devenir un peu plus lourdes et qu'elle s'allongeait doucement prenant soin de serrer sa protégée ses bras.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Elle sentit alors la chaleur qui l'accompagnait disparaitre. Inquiète, elle rouvrit les yeux tout en se redressant d'un bond. Un sentiment de retour en arrière la faisait se sentir embarrassée. Ou était passée la petite fille ? Comment pouvait-elle prendre le risque de s'endormir dans un pareil endroit ? Un banc en plein fête foraine ? Elle zieuta les alentours avant de prendre conscience du silence paradoxal ambiant. Elle comprit alors qu'elle venait de rejoindre le monde de Dream Land sans s'y être préparée. Elle prit quelques minutes de son temps pour se coudre une nouvelle tenue avec sa propre soie comme à l'accoutumée avant de rependre la découverte de l'endroit. Elle était toujours dans un parc d'attraction mais, un parc d'attraction vide. De nombreuses enseignes semblaient dysfonctionner et elle ne put s’empêcher un petit soupir de surprise quand une voix vint la tirer de ce demi-sommeil. Un être caché dans sa petite case l'invitait à pénétrer dans une attraction particulière : le palais du rire. Arachnée n'est pas le genre de femme à perdre son temps dans de telles futilités mais elle était étrangement attirée vers cette attraction colorée. Elle ne comprenait pas trop les sentiments qui l'habitaient mais elle semblait momentanément détournée de ses motivations, oubliant sa propre personnalité. Elle en devenait inoffensive même pour un hyménoptère venu se prendre les ailes dans sa toile. L'arachnide se dirigeait irrémédiablement vers la bâtisse diaboliquement attirante. Sans même en avoir prit la décision, elle venait de passer une sorte de petit arc qui la fit arriver directement dans une grande salle ornée d'énormes boudins plastifiés de couleurs clairs pendant au plafond. Alors qu'elle se faufilait doucement parmi les obstacles la jeune femme entendit des rires d'enfants, un rire en particulier attirant son attention, rire qu'elle reconnut dans la seconde : celui de sa petite cousine. Que faisait-elle ici ? Elle était bien trop jeune pour se risquer dans une telle attraction pensait-elle.

Elle traversa un couloir afin de se rapprocher de la source de la voix, empressée de retrouver l'enfant dont elle avait la garde, maladroite dans les marches de l'escalier mouvant, manquant de s'écrouler sans retenue sur un tapis roulant taquin et d'autres farces et attrapes aussi sournoises les unes que les autres. C'est légèrement essoufflée qu'elle parvint enfin dans une salle sombre d'où seul le dos de sa petite cousine lui faisait face. Kamylie satisfaite vint poser la main sur l'épaule de la petite coquine quand elle fut prit d'un frisson d'horreur. La tête qui venait de se retourner dans sa direction n'avait pas de visage ! Les rires ambiants se transformaient peu à peu en rires moqueurs et pleins de mauvaises intentions. L'hologramme de son cauchemar disparaissait peu à peu dans l'atmosphère angoissante dans laquelle elle venait de s’empêtrer jusqu'au cou. Toutes sensations affriolantes qui mettaient ses sens en effervescence avaient eux aussi laissé place à une incompréhension totale.

La femme-araignée comprit alors qu'elle était elle même tombée dans un piège dont elle ne tirait cette fois pas les ficelles. Elle reprit entièrement ses esprits tandis que la salle voyait ses murs se rapprocher les uns des autres. Kamylie savait que si elle prenait le temps de se maudire d'un tel faux pas ou d'essayer de comprendre ce qui était parvenu à autant la déstabiliser, ce serait certainement la dernière chose qu'elle ferait dans ce monde. Elle avait déjà pu découvrir ce monde remplit d'aussi bonnes surprises que de vraies tueries et savait qu'il ne fallait pas qu'elle tarde à s'échapper de ce guet-apens. Elle parvint de justesse à se faufiler dans l'étroit espace qui s'était dessiné avant que la salle n'existe plus, une fois ses murs fusionnés. Elle se pensait tirée d'affaire avant de se rendre compte qu'elle était bien loin de la sortie et que tous les objets qui l'entouraient ne semblaient pas du même avis qu'elle en ce qui concernait sa fuite. La solitaire soupira de flemmardise aiguë quand à l'idée de se battre contre des jouets animés. Elle pensait seulement les esquiver de façon mesquine et rejoindre la sortie sans grand mal avant de sentir chacune de ses mains se faire ligoter par une épaisse corde et la surélever du sol, lui extirpant un nouveau soupir d'exaspération.


-Il n'y a qu'à moi que peu arriver une telle mascarade. Cela ne m'amuse absolument pas donc si quelqu'un dirige ce jeu, qu'il cesse immédiatement sous peine de voir ce piètre bâtiment partir en ruine.

Un discourt inutile à premières vues étant donné les autres cordes venues s'enrouler autour des jambes et de la fine taille de l'arachnide. Elle était totalement immobilisée et cet état des faits fit naître un sourire sur ces lèvres. Oui, à croire qu'elle ne se rendait pas vraiment compte de la situation désastreuse dans laquelle elle était. Alors c'était ça la sensation de ses victimes lorsqu'elles se faisaient prendre dans la toile de la prédatrice ? Elle devait avouer qu'il n'y avait rien d'amusant ou d'agréable là-dedans et qu'elle devait se tirer, d'une façon ou d'une autre, de cette situation avant que les cordes venues l'enserrer ne finissent par la faire étouffer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 69
Date d'inscription : 05/11/2011
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Gray Azoth
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 310
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant Mer 13 Juin 2012 - 16:36
Nouvelle Nuit, nouveau bordel... A croire que Dreamland n'est qu'animation sans aucun calme. Deux nuits passées a Dreamland et à chaque fois un royaume rempli de gens. Bon au moins cette fois ce n'était pas une guerre avec des combats par centaines mais un parc d'attraction rempli de manèges et de cirques. Ce qui n'était pas déplaisant. Gray fouilla sa poche droite et en sorti son paquet de cigarettes, en porta une à sa bouche avant de l'allumer. Il inspira un bon coup et recracha la fumée emplie de nicotine.
Arborant sa chemise blanche et son pantalon rouge, Gray commenca à avancer dans le parc, regardant ce qu'il se passait, cherchant à se décider pour une attraction.


*Ca va me changer de la guerre de la nuit dernière tiens ... Bon que choisir....*

Avançant à son rythme a travers les allées du parc, regardant à droite et à gauche, aucune attraction ne l'interessait. C'était assez mauvais, parce qu'un Gray qui s'ennuie, c'est un Gray pas content. Et un Gray pas content, bah c'est un Gray pas content.
Ce Gray qui commencait a s'ennuyer ferme jeta sa cigarette au sol avant de l'ecraser du pied, ne cessant pas sa recherche pour autant
Au detour d'un croisement une voix interpella notre zéro d'une voix assez enfantine :


-Hey, M'sieur, vous connaissez le Palais du Rire ?

-Non c'est quoi ?

-Une attraction un peu plus loin, allez voir c'est à en mourir !

La voix provenait d'un petit être ressemblant plus ou moins a un point d'exclamation, il etait de couleur violette et ne devait mesurer pas plus d'un mètre cinquante.
Le palais du rire était en effet une attraction mortelle, mais pas de la manière habituelle. Cependant cette information, notre boulet de Gray ne la connaissait pas, manque de bol faut avouer.
Le petit homme violet se mit alors a attrapper le bras de Gray et le tira avec lui.


-Venez ! Venez ! c'est par la M'sieur ! Vous allez pas le regretter !

L'Immortel se fit trainer sur quelques dizaines de mètres avant d'arriver devant une immense bâtisse, devant cette bâtisse se trouvait un point d'acceuil avec à l'interieur le fameux vendeur de tickets cher a toute attraction. Gray s'avanca vers la cabine et le petit être lui tandis un ticket avant de lui souhaiter de passer un bon moment a l'interieur.
Gray entra et alors qu'il s'avancait marchant sur le tapis du hall principal le sol se déroba sous ses pieds, l'entrainant dans un toboggan digne d'un manège a sensation. Le Phoenix se mis a glisser de plus en plus vite, faisant des loopings, se retrouvant tantôt la tête en haut tantôt la tête en bas, se cognant de temps a autres au parois dans une descente qui semblait durer longtemps, très longtemps.
A la fin de ce toboggan se trouvait ... Un mur ! L'adolescent plaça ses bras devant lui, espérant ne pas trop souffrir de l'impact, mais le mur se leva et il atterit sur violemment sur le dos dans une nouvelle salle. Gardée par plusieurs jouets animés d'intentions malsaines la salle possédait une autre chose étrange :
Au plafond, suspendue par des cordes se trouvait une demoiselle en detresse. Apparemment Gray n'était pas le seul à s'être fait avoir.
D'autres cordes surgirent alors, pendant Gray par les pieds au plafond, coup de chances, les cordes n'avaient pas ligotées les mains du jeune homme. Cependant, la tête en bas, notre zéro sentit son briquet tomber de sa poche. L'attrappant lors de sa chute, il se mit à entreprendre de bruler les liens de la demoiselle libérant ses bras avant de bruler ses propres liens.
Gray retomba alors lourdement sur le dos, dos qui n'apprécia pas la chute et le fit sentir a son possesseur par une légère douleur qui s'estompa peu a peu.
Gray entreprit alors d'entamer la conversation avec sa compagne d'infortune


-Apparemment j'suis pas le seul a m'être fait avoir... Je me présente Gray Azoth, aussi piégé que vous dans cet endroit très bizarre.

*En tout cas si je choppe ce petit bonhomme de tout a l'heure... Il risque de pas apprécier*


En tout cas le petit être ne lui avait pas menti, cette attraction était vraiment "Mortelle"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant Ven 15 Juin 2012 - 16:13
Alors qu'elle sentait les liens se resserrer, elle entendit un bruit sourd se faire entendre avant d'apercevoir une scène encore plus étrange qu'elle n'était à l'envers. Un jeune homme venait de la rejoindre, ou plutôt de se faire piéger dans la même toile que l'araignée. Le peu de temps ou il était restait debout permit à l'araignée de faire une brève observation.. plutôt grand, cheveux blanc et yeux rouges. Pas le temps de plus avant que lui aussi ne finisse au plafond... d'une fort grande utilité ne pouvait s’empercher de penser l'arachnide. Par chance, celui-ci était un adepte de la fumette et en deux-trois mouvements quelques peu inconscients, il parvint à saisir son briquet pour venir mettre feu aux liens qui entouraient ses jambes, et ce bien évidemment après avoir mit fins aux corde de la jeune femme qui atterrit sur le sol d'un bond leger.. Un gros boum se fit entendre et Kamylie en se retournant vit l'homme en question se relever douloureusement laissant échapper un soupire à celle-ci.

"-Apparemment j'suis pas le seul a m'être fait avoir... Je me présente Gray Azoth, aussi piégé que vous dans cet endroit très bizarre.
-Malheureusement...
*soupire* Arachnée et je ne suis pas du genre à me faire des amis."

Elle avait répondu cette simple et glaciale phrase d'un trait. A croire que de se faire piéger dans ce genre de farce ne la mettait pas de bonne humeur, d'autant plus en compagnie de quelqu'un d'autre. Elle aurait très bien pu attenter à sa vie dans les secondes qui suivirent sa chute,vigilant comme il semblait l'être mais un allié dans cette attraction détraquée n'était pas de refus. Par ailleurs, elle avait d'autres chats à fouetter tandis que d'autres cordes s'aventuraient dangereusement dans leur direction. Elle s'était faite avoir une fois, hors de question que cela recommence. Elle prit les devants en attrapant par réflexe Gray par le col arrière de sa chemise, que cela ne lui plaise ou non elle ne lui laissait momentanément pas trop le choix, et l'attira au dehors de cette salle avec elle. Parvenu dans un nouvel espace bien plus étroit, l'arachnide se plaquait dos au mur, révulsée de par la proximité imposée de ce nouveau lieu avec l'inconnu. Elle put plonger quelques secondes son regard améthyste dans ces yeux rubis pour y lancer un regard d'avertissement voulant dire «  Profite de la situation et tu le regretteras à vie ». Elle resta immobile le temps de laisser le jeune homme prendre les devants sur le chemin sinueux aux dalles mouvantes puis le suivit en rageant intérieurement d'agacement et d'exaspération. Avantage de la situation, aucun piège ne semblait être dissimulé dans cet pièce et après une courte avancée de quelques mètres ils purent pénétrer une nouvelle pièce très colorée. Entre les peluches sur les étagères et les jouets grandeurs natures, elle se demandait ce qui allait se jeter sur elle sans crier gare.

" - Qu'est ce qui nous attends encore... "

Elle soupirait d'impatience. La soirée se promettait d'être longue.. mais longue.. et encore elle n'était pas au bout de ses peines.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 69
Date d'inscription : 05/11/2011
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Gray Azoth
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 310
Honneur: 40
MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant Sam 23 Juin 2012 - 4:28
Après avoir suivi durant quelques minutes la demoiselle, Gray et elle arrivèrent dans une nouvelle pièce ressemblant a une chambre d'enfant, a quelques détails près.
En effet si c'était la chambre d'un enfant, l'enfant en question devait être immense, un enfant de géant en somme, voire même plus grand encore.
Enfin, la belle et le boulet s'arrêtèrent et commencèrent a repérer les lieux. Ils voyaient des peluches posées sur une commode de la taille d'une armoire et des jouets posés sur un bureau bien plus grand qu'un bureau ordinaire. Sur le bureau se trouvaient aussi des crayons aussi longs que des lances et une feuille de papier d'un format démesuré. A l'autre bout de la pièce se trouvait une porte suffisamment grande pour y faire entrer deux personnes de manière simultanée.
Profitant de la pause qui s'offrait, Gray put regarder plus en détail sa compagnonne d'infortune. Son "rendez-vous" de la nuit, si on peut s'exprimer ainsi.

Elle était habillée de manière légère, peut-être même un peu trop, portant une robe noire relativement courte qui semblait tissée de toiles d'araignées, cette robe s'arrêtait au niveau des genoux, elle semblait soyeuse et tissée de manière très habile.
Au dessus de la robe trônait la tête de la demoisellle. Surplombée de longs cheveux d'ébènes coiffés en chignon, la tête de la demoiselle donnait une impression d'impératrice ou plutôt de femme sûre d'elle, peut-être même trop, comme pour cacher une faiblesse à ne pas connaître.
Les yeux de Kamylies étaient mauve, mais ce mauve était particulier, il était tellement profond que l'on pouvait croire qu'il venait de pierres précieuses. Si ceux de Gray ressemblaient a des rubis, ceux de l'Arachnée étaient dignes des Améthystes.


*Mais c'est qu'en fait elle est jolie la miss, même si elle donne plus l'impression d'être une veuve noire qu'une femme normale*

La belle et le bête avancèrent ensuite vers l'interieur de la pièce, relativement bien éclairée comparé aux pièces précédentes. Plusieures lampes accrochées au plafond venaient corroborer ce point de vue.
Les deux compères avancèrent jusqu'a être très proches du bureau.
Ce fut alors que Gray entendit un bruit provenant d'un point supérieur, comme si quelqu'un lancait quelque chose vers eux. Il leva la tête et compris alors que cette pièce était aussi tordue que les autres.
En effet un crayon géant, tel un javelot, fusait vers la jeune fille qui n'avait pas vu la menace.
Par pur reflexe l'Immortel se jeta en avant de tout son poids. Plaquant la jeune fille sous son corps, a l'abri de futurs jets de crayons.
Il la recouvrait alors de tout son corps, mais il s'en fichait, au moins ils étaient indemnes...
Indemnes ? Pas tout a fait, le projectile avait tout de même éffleuré l'une des jambes du jeune homme.
Provoquant un assombrissement du rouge de son pantalon tout en ajoutant une bonne dose de douleur au jeune homme qui retint un cri. Oui parce qu'il l'avait peut-être oublié mais ici c'est Dreamland et a Dreamland la douleur existe, c'est pas le monde des Bisounours ici, c'est un monde qui a ses propres règles et qui ne pardonne pas les erreurs.


*Ca fait mal ! Sérieux, si je te retrouve petit bonhomme de mes deux je te le ferais payer bien cher ... Tu parles d'une nuit*

Puis reprenant quelque peu ses esprits, toujours couché sur la demoiselle, il prit des nouvelles

-Pas de blesssures pour vous ?

Ensuite, comprenant que la demoiselle n'était pas dans la meilleure des positions il entreprit de se relever, ce qu'il ne reussit pas a faire tout de suite, puis la douleur s'estompa quelque peu et il put alors se relever, non sans une grimace de douleur.
Il se mit alors à regarder un peu partout dans la pièce afin de dénicher le responsable de ce jet de crayon et ce qu'il vit ne lui plaisait pas des masses : Les jouets et peluches de la pièces étaient en train de bouger et ils semblaient vouloir jouer avec nos deux héros, en leur arrachant les tripes bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant Dim 24 Juin 2012 - 1:46
Nedru s’assit à son bureau en posant une canette de soda contre sa tempe. Il était tard, il était épuisé, ses recherches dans le monde réel ne donnaient rien et il avait d‘autres soucis concernant sa subsistance. La vue de sa fenêtre ne lui offrait comme vue que son propre reflet du fait de l’épaisseur des ténèbres à l’extérieur. Il avait mine, ce qui n’ était pas pour le combler de joie. Mais s’endormir n’était plus un moyen de récupérer comme un autre désormais, c’était devenu une activité à part entière à laquelle il devait consacrer son temps et son attention. Se sentir fatigué était pour lui comme se sentir obligé de devoir effectuer un travail qu’il n’avait pas encore l’intention de faire.

-Je n’ai pas encore besoin de rejoindre votre monde farfelu et agaçant ! Je n’ai rien de correctement planifié !

Malgré tout, il s’assit dans son épais fauteuil et éteignit ses écrans d’ordinateur. Il programma un réveil pour tôt dans la matinée.

Il s’endormit en s’efforçant de penser à une montagne de papiers et de mots, pour se trouver dans son royaume familier, le paisible relouland. Ses pensées se focalisèrent sur les derniers qu’il avait vu, sur son bureau. Un détail attira son attention en pensée. Une tâche sombre formait une virgule dans le titre de l’ouvrage, là où il n’aurait pas dû y en avoir. N’était-ce vraiment qu’une tâche ? Il lui semblait qu’elle avait bougé. Oui, elle bougeait, légèrement mais distinctement. En fait, elle mettait en action tour à tour chacune de ses huit petites pattes. Il sombra.

~~~
Et apparut dans un lieux bien éclairé et totalement dépourvu de la moindre trace d’araignée. Il poussa un bref soupir soulagé -après avoir constaté que personne ne pourrait remarquer cette faiblesse. Nedru n’aurait guère apprécié se trouver au beau milieu de l’un des royaumes les plus influents et dangereux du monde onirique. A la place, il se donnait plutôt l’impression d’être l’insecte au milieu d’une pièce démesurée. Telle était l’explication de sa dernière réflexion avant de trouver le sommeil; il était devenu l’insecte, la virgule d’un titre ? C’était absurde. Sous ses yeux s’étalait une rangée de peluches de toutes taille qu’il avait d’abord pris une sorte de butte poilue multicolore lui bouchant la vue. Derrière lui, une grande étagère sur laquelle étaient entreposés de nombreuses babioles. Du moins, c’est ce qu’il supposait, sans champ de vision se limitant au revers des supports de l’étagères; de larges planches d’un bois exotiques peinturlurées d’un rose criard et vulgaire. Un sifflement suivit d’un bruit sourd et peu engageant coupa soudain le flux de ses réflexion.

Quelque chose avait jailli de la pièce pour se ficher dans le sol à quelques mètres de lui, trop loin cependant pour qu‘il en détermine la nature exacte… Les nounours gênaient pour apercevoir l’endroit où il avait atterrit. A en juger par les sons qu’ils entendant de l’autre côté de la barrière de peluche, des gens se trouvaient là, et venaient de chuter. Les oreilles exercées du renard avaient identifié au moins deux bruits de chutes distincts. Une voix s’éleva; quelqu’un jurait contre un « petit bonhomme de mes deux ». Apparemment, ils venaient de se faire attaquer par ce qui avait provoqué le sifflement et le bruit mat. Enfin, c’est ce qu’il déduisit, trop rapidement pour que son seul cerveau soit en cause; son pouvoir se mettait en action, à son rythme. Nedru ignorait si le moment était bien choisi pour se faire remarquer… Il jugea que non. Aussi garda-t-il profil bas et recula prudemment en rabattant sa capuche sur ses sourcils avant d’attendre la suite des évènements.

Mais il fut rattrapé par le cours de ces derniers. Le gentil alignement de teddy-bears s’anima soudain, sans pousser de gentils petits cris gentils mignons ou réclamant des câlins à renfort de sourires. Non. Ils bougeaient comme des automates et… ils étaient MALSAINS, c’était aussi manifeste qu’était manifeste le fait que descendre seul à la cave changer les plombs quand on est un personnage évoluant au beau milieu d‘un film d‘horreur est une grave erreur de calcul. Un petit peloton de trois se tourna dans sa direction. Et voilà le film d’horreur...

Ils avançaient lentement. Composés extérieurement de coton, tissus, et poils artificiels. Inflammables. Leur façon de se déplacer trahissait une certaine maladresse. Probables pantins, à l’intellect limité.

Mais dans quoi s’était il fourré ? Le royaume des bisounours maléfiques ? Il n’avait malheureusement pas le temps de se poser ce genre de questions existentielles dans l’immédiat, aussi chercha-t-il des yeux un quelconque moyen de se défendre du côté de l’étagère. Il n’était pas sûr que les pourfendre suffirait… Il fallait les immobiliser. Et le premier étage de l’étage ne lui en donnait pas les moyen. Aussi prit-il son élan et sauta aussi haut que possible en visant l‘autre étage, prenant appui sur la verticalité du meuble pour agrandir de quelques centimètres l’allonge de son bras tendu. Il agrippa du bout des doigts la planche et se hissa non sans difficultés tandis que ses agresseurs dressaient les pitoyables bras velus vers lui. Hors de danger, pour l’instant. Des yeux, il chercha quelque chose de lourd à balancer sur les monstres en dessous de lui. Bonne pioche. Tout ici était douze taille trop grand, les grands livres d’images entreposés là seraient sans doute aussi difficiles à déplacer qu’une étagère vide, mais le choc reçu sur le crâne mou des peluches maléfiques serait d’autant plus efficace. Il se mit donc au travail en tirant à lui une version extra large de Martine à la ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant Jeu 28 Juin 2012 - 20:57
Elle avançait en ne lâchant pas du regard ces ignobles êtres en mousse, de sorte à guetter le moindres signe de vie de ceux-ci, à tel point qu'elle fut sortie de cette concentration par un léger sifflement venu interrompre sa découverte. Elle n'eut pas le temps de réagir qu'elle sentit un poids venir s'abattre sur elle. Elle n'était pas très épaisse face à la corpulence de l'homme qui venait littéralement de s'être jetée sur elle, sûrement pour la protéger. Elle ne s'était jamais retrouvée involontairement aussi proche du souffle d'un homme sans l'intention de jouer avec celui-ci. Elle s’apprêtait à l’envoyer paître vulgairement en se retenant de lui planter les ongles dans ses yeux rubis quand elle sentit un fluide chaud s'écouler sur sa jambe découverte du tissu. Elle comprit alors que celui qu'elle s’apprêtait à mordre histoire de le paralyser le temps qu'elle fuit tranquillement, venait d'être blesser. Mais quel idiot aussi, qu'elle était son intention à ainsi jouer le chevalier qui sauve la demoiselle en détresse ? Kamylie aurait très bien pu éviter cette lance, ou pas, mais en aucun cas elle ne voulait avoir une dette envers quiconque. Et elle ne comptait pas s’embarrasser d'une telle contrainte, le laisser en vie étant pour son esprit mauvais, une façon de lui rendre la pareil.

"-Pas de blessures pour vous ? "
"-Non mais bientôt vous en aurez d'autre si vous ne déguerpissez pas au plus vite !"


Elle sentait son souffle se saccader, et par la rapidité des événements, et par le poids qui recouvrait la frêle créature, un ton partagé entre le profond agacement et la rétention d'exploiter ses talents pour se défaire elle-même de cette étreinte plus que désobligeante. Elle n'attendit pas quelques secondes de plus avant de s'extirper de cette position inconfortable lorsque Gray lui en offrit l'occasion. Elle se releva en deux-trois mouvements dépoussiérant de l'air le plus naturel au monde sa robe comme si la situation était parfaitement sous contrôle tandis que les peluches se rapprocher d'une démarche aussi pitoyable que les pauvres coutures avec lesquelles elles avaient été crée. Elle avait bien envie de finir de les découdre avec un fil et une aiguille comme elle savait si bien le faire, mais ce n'était pas là le moment de jouer. D'autant plus qu'alors que l'arachnide analysait plus ou moins la situation tout en se recoiffant minutieusement, elle aperçut l'homme tituber sous l'effet de sa blessure à la jambe tandis qu'un énorme nounourse semblait vouloir s'en prendre à lui. Elle se contentait de regarder la scène, satisfaite de n'être que le plat de résistance, le jeune homme assez appétissant à premières vues. Elle croisa les bras sans nul bouger d'un millimètre pour tester un peu ce nouvel allié tandis qu'un des jouets venaient de le frapper pile à l'endroit de sa blessure lui soutirant cette fois-ci un cri de douleur. En plus d'être moches ils étaient vraiment machiavéliques ces emmerdeurs. Elle finit par se décider à agir en sécrétant un fil de la base de sa main, celui-ci venu s'enrouler autour du jouet qui semblait se figer de surprise et d’incompréhension. La femme araignée sourit de nouveau d'un air plus malsain que les autres en disant long sur le plaisir qu'elle avait rien que de penser à toutes les manières dont elle pouvait à son tour torturer les petits monstres. Apparemment leur cerveau ne pouvait pas gérer deux actions en même temps malheureusement pour eux. Elle accentua son emprise de sorte à resserrer fortement le lien autour des pauvres membres décousus afin de les lui arracher mais se décida finalement à donner un coup sec vers la gauche avec son poignet. La création de consistance assez solide résista à la tension contrôlée par sa maîtresse et entraîna dans son mouvement parallèle au sol, sa victime qui vint renverser ses camarades au passage. Et hop un tas de jouets pour le vide grenier. Sans accorder la moindre attention à son co-équipiers elle encercla le tas d'immondice d'une légère toile dont les différents fils se rattachaient les uns aux autres pigeant ainsi les pauvres idioties qui s'étaient fait prendre dans un piège aussi facile. Lorsqu'elle eut fini elle adressa afin quelques mots à l'homme qui l'avait protégé précédemment.

"-Libre à toi d'y mettre le feu."

Toujours un ton à glacer le sang, elle était comme ça. Elle enjamba adroitement les quelques membres éparpillés des jouets et peluches qui jonchaient le sol pour continuer sa route vers ce nouvel allié dont le sang ne cessait de recouvrir sa jambe endolorie. Elle soupira mais finit par s'accroupir sans dire mot pour enrouler la blessure d'une des mêmes créations que pour réaliser sa robe devant yeux grands ouverts, voir effarés, devant cette attention. C'est vrai qu'il y avait de quoi penser que la nature de cette femme-araignée était quelque peu bipolaire. Une fois aussi froide qu'un iceberg, parfois à soigner autrui. ? Que néni. Et comme pour le rassurer dans sa pensée elle se redressa fièrement et s'adressa de nouveau à lui d'un air se voulant hautain :

"- Tu ne serais qu'un poids à ainsi traîner de la patte, donc soit je t'achevais soit je réglais comme je le pouvais le problème. Estime toi heureux et n'ai pas la prétention de me remercier car tu le regretterais. "

Sur ce elle entendit un bruit bien plus sourd que tous les précédents crissements qui envahissaient la pièce. Elle détourna son attention vers la source du bruit, encore trop éloignée pour qu'elle en détermine la cause. Elle devinait qu'il s'agissait encore d'un des nombreux pièges de cette maison machiavélique quand elle aperçut une ombre bien plus fine en hauteur. Elle s’avança suivit de son compagnon de mésavenures. Elle parvint assez rapidement à comprendre qu'il s'agissait là d'une autre victime de l'attraction. Elle se retourna de la scène qui se déroulait dans un fracas assourdissant en détournant les yeux vers Gray qui s'était figé ne s'attendant sûrement pas à une telle réaction de sa partenaire. Le soucis étant qu'elle avait nullement envie de se mêler d'une chose qui ne la regardait pas pour encore se coltiner un être pénible à supporter. Mais le regard sévère que le regard rubis lui rétorquait semblait vouloir dire le contraire. Elle se doutait qu'il comptait évidemment intervenir pour venir en aide à une nouvelle demoiselle en détresse... Quel altruisme c'en était merveilleusement répugnant pour Kamylie qui prit appui sur sa position laissant son compagnon s'enfoncer dans le nouvel acte de cette scène de théâtre.. ou de cette comédie.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quête : Le palais du rire malveillant
Revenir en haut Aller en bas

Quête : Le palais du rire malveillant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Circus attractions-