Haut
Bas

Partagez|

Espace paradisiaque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Espace paradisiaque Ven 4 Mai 2012 - 13:04
Marco se leva pour une nouvelle journée sur cette terre. N'empêche, qu'elle joie il avait pu ressentir dans cette nouvelle découverte. Un royaume onirique sans limites où sa musique pourrait changer les choses. Une perspective bien loin de la vie réelle où il jouait dans des bars en bon petit musicien qu'il était. L'idée de devoir retourner vivre sa vie telle qu'elle était avant cette fameuse nuit lui mit un gros coup de blouse. Il finit néanmoins par se lever et se préparer comme chaque jour. Il parti après un petit déjeuner bref, mais consistant et se dirigea vers la maison de l'un de ses amis chez qui il était sensé se rendre aujourd'hui. Durant toute la matinée, il n'avait pour seule envie que de tout raconter à son ami. Comment il était devenu voyageur dans les royaumes des rêves, comment il avait trouver sa guitare dans la grotte. Lui parler de ce mec très bavards, assez chiant mais parfois aussi plutôt marrant qui l'avait accompagner lors de sa première nuit dans ces contrés des songes.

Mais il se retint, après tout comment pourrait réagir quelqu'un face à de telles déclarations? Il le prendrait très certainement pour un fou, et Marco perdrait de ce fait toute crédibilité envers cet ami et tous ceux à qui il raconteraient ces « délires insensés ». Ils firent donc une partie de jeux vidéos, en fait, Patrick, car s'est ainsi que se prénommait son ami, avait l'air songeur lui aussi. Marco faillit lui parler de son aventure de la nuit pensant que son interlocuteur avait lui aussi vécu une aventure semblable, mais heureusement, ce dernier parla en premier, avant que Marco ne de ridiculise avec ses histoires incroyables.

« Avec ma copine on va bientôt partir en vacances, elle commence vraiment à me souler en ce moment, un peu de calme de temps en temps ca fait pas de mal. »

« Plaint toi! Au moins toi tu as des vacances, pas comme d'autres! »

« C'est vrai. Mais quand même, faut pas non plus en faire tout un plat à ce point là...... »

« C'est si horrible que ca? Et puis au fait, tu pars où? »

« Et comment que c'est horrible!!! Elle est plus maniaque que ma mère je te jure, et même pire que la tienne, c'est dire!! Et puis, on pars dans les tropiques, je sent qu'on vas s'éclater, quand on y sera en tout cas! »

« Pire que ma mère? J'en doute, mais bon, en tout cas je te souhaite de bonne vacances dans ces cas là. T'inquiète, une fois que vous y serez elle devrait être trop occupée dans les jacuzzis, les massages, et autre choses du même genre pour te souler. »

« J'espère bien! »

Voilà comment se termina leur discutions sur ce sujet. Après encore une ou deux heures d'activités diverses avec Patrick, il finit par le quitter et partit rendre une visite à sa fameuse mère. Comme d'habitude sa maison était parfaitement rangée, pas une trace de saleté à quelque endroit que ce soit, comme quoi, il ne disait pas que des conneries avec ses amis. Il discuta avec elle de divers sujet comme il le faisait souvent quand il avait des jours sans vraiment d'occupation. Car en ce moment c'était une période plutôt serrer où les représentations se succédaient, mais il s'était quand même prévu une petite journée tranquille de temps à autres pour voir des amis, sa mère, et surtout se reposer. Ce qu'il parti d'ailleurs faire chez lui après avoir quitter sa mère.

Il rentra chez lui et parti directement se caler dans son lit dans le but de se reposer pour la nuit en vue de la prochaine représentation. Avant de s'endormir, il jeta un coup d'œil vers sa guitare, se disant qu'il n'avait pas pu y jouer aujourd'hui. Mais bon, il sourit en pensant que de toute manière il pourrait s'entrainer dans ses rêves, ce qui sera toujours ca. Une dernière pensée traversa son esprit avant que celui-ci ne se déconnecte de la réalité. Une vue pleine de sable, de jolies arbres et une plage magnifique. Des vacances de rêves quoi.

Il se réveilla ensuite dans dreamland évidemment. Jetant un coup d'œil aux alentours il découvrit plusieurs arbres, dont la plupart étaient des palmiers. En regardant un peu plus loin, il devenait évident que le petit coin d'herbe à l'ombre où il se trouvait ne continuai pas très loin dans cette direction, tandis que de l'autre côté, les arbres lui bouchaient complétement la vue après une vingtaine de mètres.

Il se leva et se dirigea vers la zone de sable. Derrière s'étendait une immense quantité d'eau, serait-ce la mer? Serait-il tomber dans le monde réel? Car d'après ses souvenirs de la nuit passée, peu de choses dans le monde onirique ressemblaient au monde réel, et il se rait plutôt imaginer une eau d'une autre couleur ou des trucs du genre, mais à première vue ce n'était pas le cas. Mais il fut assez vite certain de n'être vraiment pas dans le monde qu'il avait toujours connu en voyant les « vacanciers » qui peuplaient la plages un peu plus loin. Que dire de ce nombre anormale de pattes, que ce soit en surnombre ou qu'elles soient tout simplement inexistantes. Ou même, de ce rassemblement de couleurs, ou aurait dit qu'un peintre avait balancer des sceaux de peintures au hasard sur les gens.

Il se balada ainsi pendant un bon moment le long de la plage, gardant une certaine distance avec les créatures des rêves, se disant que dans un endroit pareil chacune d'elle pouvait être un danger potentiel. Et tandis qu'il marchait en imprégnant le sol de ses traces de pas, il aperçu une silhouette solitaire au loin. S'en approchant un peu, il vit que cet individu là était humain lui, ses doigt commencèrent à tapoter le bas de la guitare accrocher derrière son dos. Pendant ce temps il fit un léger mouvement pour basculer un tout petit peu sa guitare, juste au cas où l'individu en question n'aurait pas de bonnes intentions à son égard.

S'était un individu plutôt grand, à la chevelure blonde, apparemment un peu plus jeune que lui. D'après son regard, il était clair que cet individu n'était pas aussi perdu qu'un rêveur, Marco en déduisit donc qu'il avait devant lui un autre voyageur.

« Salut toi! Tu vient aussi profiter de la plage? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Dim 6 Mai 2012 - 15:49
Ma vie n'avait pas était aussi apaisante depuis ce soir. Après trois heures de représentation dans un hôtel plutôt bien côté, je faisais la joie des amateurs de Beethoven Mozart et bien d'autres tout en sirotant de multiples cocktails dont la bouteille coûtait un mois de salaire pour un ouvrier d'usine. Malgrès ma prestance je ne pouvais prétendre acquérir un telle pourboire, le fait d'avoir quitté mes parents prématurément m'obligeait à devoir repartir de zéro me faire connaître par mes propres moyens et surtout pour mon doigté.
Mais ma véritable satisfaction fut le moment de fermer la porte de mon appartement de jeter ma cravate et de m'allonger de tout mon long sur un hamac prévu à cette effet. Le hamac avait une fonction de cocon, coupait de tout je pouvais totalement oublier tout les ennuis, préoccupations et autres malaises qui pouvaient me faire rappeler que parfois .... la vie c'est dure.

Je me fis balancer puis je fermais les yeux pour faire jouer le peu d'imagination qu'il me restait, le sable, l'eau, les palmiers, les odeurs de sel le stéréotype même des vacances paradisiaque. Mais ce qui me manquait le plus c'est d'un souffle, du vent pas celui imprégné de pollution et autre odeurs de pisse plutôt le pure, le doux et agréable sensations de brise légère caressant le visage aspirant dans son passage tout ce qui ce trouve en tête. Malheureusement les bruits de dérapages, de klaxons et autres insultes en tout genre étaient les principaux acteurs de vie qui m'entourait, pourtant la seul venu d'un oiseau piaillant à ma fenêtre me fit partir, me retrouvant ainsi à Dreamland.

La stupeur fut d'autant plus bizarre quand je vis en ouvrant les yeux que j'étais encore dans un hamac toujours en mouvement de balancier, mais l'environnement ressemblait fortement à mes dernière pensées le reste un peu moins .... Je relevais la tête et vis plusieurs personnes de sexes et morphologies différentes, en voyant un homme avec des tentacules à la place d'une moustache, d'une femme avec des anémones pleins le dos et un gamin jouant avec ses six bras, je compris rapidement que j'étais bien arrivé dans le monde des rêves. Avec un léger rictus je soupirais de mon étourderie, je me leva et vit mes vêtements pour cette nuit, un tee-shirt tunisien bleue nuit avec un pantalon léger beige des chaussures blanches en toile voilà tout ce que j'avais. A par mon bandage à mon bras droit, tout sortait de mon ordinaire, habituellement c'est avec des habits de ville ou style " habillé " que je traînais dans ce monde, mais ici le costard noir risquerais de me déranger de par ce soleil quelque peu étouffant.

Je me promenais sur cette plage, ma venue ne gêner apparemment personne ayant l'habitude des divers rêveurs qui profiter sois de mâter ou de se profiter des sports nautiques. Même ce chinois d'un âge avancé prenait la peine de faire jouer son esprit quand les filles passaient devant lui, assis sur sa chaise dépliante sa canne plantait dans le sable et béret au somment de son crâne dégarnis il ne semblait se préoccuper de rien d'autres que de sa liberté visuelle jusqu'au moment où un gosse des plus maladroit cassa la canne en deux d'un tir raté de son coéquipier. Le vieux ne s'aperçu pas de l'erreur et je le vis pencher de plus en plus vite sans qu'il ne se rattrape, la scène fut assez drôle puisqu'il ne craignait rien dans le sable qui amortissait bien sa chute, Il se leva et partit bien loin avant même que j'ai eu le temps de l'aider, sans aucun remord je pris la peine de lui voler son béret qui lui aussi avait fait un vole plané, le soleil tapait il fallait bien que je me protège.

Je fis demi-tour pour trouver un endroit plus tranquille pour fumer, ma cigarette aurait surement gênait pas mal de personnes, après avoir trouvé l'endroit idéal je pus m'asseoir et profiter des vagues qui dansaient devant moi. Cigarette en main je m'apprêtais à l'allumer avec mon zippo pourtant la venu de cette homme m'arrêta dans mon élan rien de bien grave, il s'adressa à moi en prenant des nouvelles de ma situation actuel et son intention à vouloir faire connaissance n'était pas désagréable ça me changeait des divers combats que je faisais depuis que ma phobie avait été vaincue :

Daan : Salut, et bien écoute l'endroit est paradisiaque, mais le vent l'est encore plus c'est ce que je préfère le plus dans ce genre de lieu, mais c'est loin d'être simple pour allumer une clope. C'est plaisant de voir des gens autant ouvert que toi à s'approcher et dialoguer aussi directement * je penchais un peu la tête et aperçu l'objet * Tu joues à ce que je vois, tu as l'air d'être un voyageur ça tombe bien je pense qu'on va avoir beaucoup de choses à se dire.

Pourquoi je pensais que voyageur était bien marqué sur son front ? Peu de rêveur ce traîner avec de tel objets et le peu qu'il s'en servait n'avait qu'une utilisation éphémère, alors que lui avait une certaine aisance à ce promener avec d'où l'habitude de venir au sein de Dreamland. Soirée tranquille sous un soleil de plomb couvert d'une brise fraîche qui faisant mon plus grand bonheur, qu'importe je risquais de ne pas me méfier de lui même en prenant en compte qu'il pouvait m'exécuter sur le champ, le moment était vraiment trop agréable pour se permettre de combattre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Jeu 10 Mai 2012 - 10:08
L'impression qu'eut Marco lorsqu'il aborda l'individu en question fut premièrement que son interlocuteur était surpris, puis qu'il était plutôt content. Ce qui était déjà un bon début pour entretenir un rapport plutôt aimable. Cette impression fut d'ailleurs validée quand voyageur lui répondit:

« Salut, et bien écoute l'endroit est paradisiaque, mais le vent l'est encore plus c'est ce que je préfère le plus dans ce genre de lieu, mais c'est loin d'être simple pour allumer une clope. C'est plaisant de voir des gens autant ouvert que toi à s'approcher et dialoguer aussi directement * il pencha un peu la tête et aperçu la guitare de Marco* Tu joues à ce que je vois, tu as l'air d'être un voyageur ça tombe bien je pense qu'on va avoir beaucoup de choses à se dire. »

« Effectivement, comme tu le dit l'air ambiant fait vraiment du bien, personnellement je ne saurait dire ce que je préfère entre ce fameux vent, le soleil sans nuage qui fait un bien fous, cette absence des bruits ambiants de la ville ou encore la vue et le fait de pouvoir profiter d'une bonne baignade si j'en ai envie. En gros c'est un endroit plutôt parfait pour passer un bon moment selon moi. Par contre, il me manque peu être un petit détail dans tous ca pour profiter encore plus pleinement de moment. *Marco désigna sa guitare* Un peu de musique, car effectivement j'en joue alors autant mettre une petite ambiance sympathique pour ponctuer cet endroit si paradisiaque. »

Aussitôt dit, Aussitôt fait. Marco fit encore glisser sa guitare sur son épaule pour la placer devant lui. Il s'assit confortablement dans un petit coin de sable un peu à l'ombre et plaça ses doigts sur les cordes.


Comme toujours il ressentit le léger picotement due à la recharge de sa guitare qui s'effectuait chaque fois qu'il se mettait à jouer. Mais il ne s'en intéressa pas outre mesure, car il ne contait pas s'en servir étant donner que ni lui ni son compagnon n'étaient en danger dans immédiat. Tandis Qu'il laissait ses doigts glissés sur les cordes de l'instrument, ses pensés se détachèrent petit à petit du moment présent et divaguèrent au grès de leurs envies. Son regard fixa intensément le ciel bleu. Il s'attarda un moment sur un oiseau de passage. D'un rose vif sur lequel se reflétait le soleil, des longues plumes bleu turquoises trainaient à l'arrière de celui-ci. Le bout de ses ailes étaient verts. Le corps entier de l'oiseau avait étrangement l'air humide, favorisant le reflet des éclats solaire sur tout son corps ce qui provoquait un défiler de couleurs vraiment très impressionnant.

Tout d'un coup, il sentit un petit mouvement à coté de lui, en rebaissant les yeux il vit un peu moins d'une dizaines de créatures assises à quelques mètres de lui pour profité de sa musique. Il n'en eu que plus d'ardeur à la jouer non seulement pour son propre plaisir à présent, mais aussi pour celui de ses auditeurs. Cette joie était présente à chaque fois que Marco procurait du plaisir à d'autres personnes grâce à sa musique. C'était toujours une marque qui signifiait que tout son travail pour perfectionner son art avait servi à quelque chose. Il avait alors le sentiment d'être utile pour les autres, et cela était plaisant.

Les divers individus assis à même le sable balançaient leurs corps de droite à gauche au rythme de la musique en un mouvement de groupe parfaitement synchroniser. Ce genre de chose avait toujours étonner Marco, qu'un mouvement, fut-il aussi rependu que celui-ci, soit repris par plusieurs personne en même temps sans même s'être concertés à l'avance, et tout cela rien qu'en écoutant une musique pas véritablement particulière était quelque chose de plutôt marrant aux yeux du jeune voyageur.

Un bruit sec attira alors son attention sur sa droite. Une créature mauve dotée de trois bras, un à gauche, deux à droite, et de quatre jambes fonçait vers lui à toute allure. Sa chevelure rouge vif flottait dans le vent, et Marco tout sourire s'apprêtait à lui lancer une remarque sympathique pour qu'il les rejoignent quand il remarqua un éclat d'argent dans la main de la créature. Alors que l'individu n'était plus qu'à une quinzaine de mètres, Marco réagit vivement pris par un coup de panique. Il puisa inconsciemment dans les réserves de sa guitare qui avaient eu le temps de bien se rechargés pendant qu'il jouait et envoya par conséquent une puissante attaque sonore qui projeta son adversaire dans les airs. Marco qui n'avait toujours pas arrêter de jouer s'avança alors dans un geste vif et sortit les lames du manche de sa guitare. La créature tomba sur le dos, le choc lui coupa le souffle et tandis qu'il tentait de le reprendre, Marco approcha les lames de la gorge de celui qui avait tenter de l'assassiner. Une fois qu'il eu repris son souffle, il commença à insulter Marco.

« Maudit soit-tu voyageur!!! Vous vous croyez tout permis avec vos pouvoirs, mais ce monde reste le notre et je veillerait à ce qu'il en reste ainsi pour le restant de mon existence dans celui-ci. »

« Je te te veut pas de mal moi en revanche. Et je n'ai aucune envie de te tuer. Qu'ais-je fait de mal pour que tu m'en veuille ainsi? Je ne suis pas responsables des actes de tous les voyageurs de ce royaume, surtout que je ne le suis moi-même que depuis deux-trois nuits à peine! »

« Justement, c'est maintenant que je doit me débarrasser de toi!!!! Si on ne le fait pas tout de suite, tu deviendras aussi avide de pouvoir que les autres, et c'est aussi valable pour ton compagnon * Il désigna le blond installer un peu plus loin * »

« Comment peut-tu en être aussi sur? Enfin bref... le fait est que tu as rater ta tentative de nous tuez, et que je n'ai pas du tout envie de me battre ou de te tuer en retour. Alors veut-tu bien me promettre que tu ne feras plus d'actes inconsidérés de ce genre, surtout qu'ils te mettent plus en danger toi que tes cibles, regarde comment un voyageur inexpérimenté tel que moi as pu te maitriser. De mon coter, je te promet de ne pas sombrer dans l'ivresse du pouvoir et de violence qui te fait si peur. »

Pour ponctuer sa demande, Marco rangea ses lames dans le manche, mais ne s'écarta que quand la créature effectua un hochement de tête pour marquer son approbation. Ce qu'il ne fit qu'après un bon moment d'hésitation et un regard intense adresser aux deux voyageurs. Il se leva ensuite et courut sous le couvert des arbres. Marco se retourna ensuite vers la petite troupe qui avait doublée de volume depuis tout à l'heure et s'assit pour continuer sa musique comme si de rien était. Quand vint la fin de la première chanson il décida de changer un peu de style et d'entamer autre chose d'un peu plus énergique tout en restant dans une optique plutôt tranquille pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Sam 12 Mai 2012 - 17:12
Mon interlocuteur avait bien raison, bien que le vent était ma principal ressource il fallait bien se dire que tout ce panache de plaisir tel que le soleil, le lieu ou encore l'absence de bruit permettait à l'esprit de se reposer de tout ce qui était ou allait arriver. Le voyageur prit alors sa guitare pour " décorer " un peu plus ce moment de détente, cela ne me gênait guère ayant aussi la passion de la musique il était plutôt réconfortant d'entendre un guitariste jouer autre chose que du hard ou du metal, d'ailleurs son style hawaïen collait bien au lieu il manquait la papaye, le chapeau de paille et quelques danseuses ... malgrés tout ce qu'on avait déjà, le paradis était bien assez loin.

La musique était assez entraînante pour preuve quelque individus prit place prés de lui pour s'amuser au joie du tempo et se balançant tout en fermant les yeux et en s'imageant surement un lieu encore plus paradisiaque que celui-ci. Je m'amusais à faire de même, le vent m'aidait à cela et j'avais en tête un monde fait que de nuages où ciel et mer se confondaient et où tout était infini, le nuage sur lequel j'étais été des plus confortable et il suivait le vent tel une feuille sur un fleuve de pureté. A peine j'eu rattrapé mon béret que je vis le musicien s'attaquer à une créature des plus imposante, la symétrie laissait à désirer mais sa force quand à elle valait à y prendre garde. Celui-ci était assez énervé et ses divers paroles était de loin à complimenter la qualité musical du voyageur :

Créature : Justement, c'est maintenant que je doit me débarrasser de toi!!!! Si on ne le fait pas tout de suite, tu deviendras aussi avide de pouvoir que les autres, et c'est aussi valable pour ton compagnon * Il désigna le blond installé un peu plus loin *

Je connaissais beaucoup de gens qui ne savez pas voir plus loin que le bout de leur nez, mais lui il était fort, trés fort au point de juger sans même prendre le temps de connaître la personne et savoir que je n'avais nulle l'intention de nuire au monde des rêves. Bien au contraire je voulais justement en découvrir tout les secrets pour m'y intéresser et de plus les préserver au cas ou quelqu'un ou quelque chose voudrait détruire ces vestiges du passé. Voyant que le dialogue n'était en rien possible, je commençais à me lever à bien enfoncer mon béret et à tendre une main pour créer un cercle, mais le musicien voyageur avait déjà fait ce qu'il faut pour calmer cette brute et la faire partir sans finalement qu'il n'y est aucun dégât collatéraux. Mais la créature en avait les grosses glandes et au vue de son visage il ne comptait pas s'arrêter la, heureusement une autre troupe prit place pour entendre de nouveau cette fameuse prestation qui continuait de plus belle sous un air des année 80. Bien qu'ayant aussi un goût pour la musique, ce genre ne me convenait pas vraiment et il était bien normal j'avais l'habitude de taper sur mes touche de piano et non gratter des cordes, mais je devais avouer que son style et la façon dont il jouait présenté un réel niveau, mais encore une fois le plaisir fut de courte durée ....

Le léger vacarme avait donné à certaine personnes la mauvaise idée d'aller voir les sauveteurs qui se ramenaient le torse bombé tout fière de vouloir montrer au autres qu'ils étaient les plus beaux, les plus fort malheureusement l'ennemi précédent ayant déguerpi il ne restait plus que le guitariste et moi comme cible de punition. Moi qui voulait profiter de cette rêverie paradisiaque je crois que je pouvais me le mettre derrière l'oreille, les cinq gaillards prirent les devants en rassurant la populace qui ne pouvait placer un mot en leur précisant bien que ce n'était pas nous les coupables, mais apparemment ils voulaient se dégourdir les bras et faire marcher le peu de cervelle qu'ils avaient. Approximant les deux mètres ils avaient comme simple habits un short hawaïen des plus ridicule, couplé à leur peau rouge et leur carrure de routier il avaient bien le charisme de ce bodybuilder qui poussent et soulève de la fonte à longueur de journée encore un bon moyen pour s'éclater les veines du cul. Leur cheveux brun coiffaient en arrière leur donné un air de pseudo charmeur et je me demandais même comment les jeunes créatures des rêves pouvaient pour succomber à cinq blaireaux dans leur genre.

Une certaine flemme me prit, j'avais pas vraiment l'intention de faire durer les hostilités qu'importe la renommé que j'allais avoir, j'étais ici pour profiter du vent et non de quelques gros cafards rouges aux allures d'Hellboy. Alors qu'ils craquaient leur phalanges je me levais d'un air flegmatique en fumant le peu de clope qu'il me restait, je regardais mon bras bandé en soupirant j'allais pas me démener physiquement alors que j'avais la gueule à moitié dans le cul. Je créais donc un premier cercle en face de moi avoisinant les 1m50 et pris une poignée de coquillages, après les avoir lancés le cercle les accéléraient pour former de véritables projectiles qui mirent en position de défense les cinq colosses :

Daan : Si quelques coquillages vous font peur alors autant retourner à vos jumelles à mater les quelques rêveuses passant devant vous. Car si vous voulez nous foutre sur la gueule je vous conseille de vous bougez un peu plus, sinon je retourne à mon hamac.

A première vue mes paroles n'ont pas vraiment plu à l'auditoire et les veines qui ressortaient de leur front prouvait leur honte et leur envies de me briser chaque os qui parcouraient mon corps. Qu'importe cette nuit c'était foutu encore un combat en vue et des rumeurs en plus qui allait traîner à mon sujet. Je regardais le guitariste en lui proposant de faire équipe, ce n'est pas que je pouvais pas les battre bien au contraire mais comme on dit ; plus il y a de fous et moins il y a de riz !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Mer 23 Mai 2012 - 22:32
Assit bien confortablement sur la plage la guitare à la main, quoi de mieux? Avoir un gars sympa avec qui passer cet excellent moment? Il l'avait aussi, qu'elle chance!! En revanche, peut-être que l'agitation un peu plus loin était de trop pour bien s'éclater.... mais bon, ce n'était qu'un détail et Marco s'en moqua jusqu'au moment où cette fameuse agitation se rapprocha du duo de vacanciers des rêves et des quelques spectateurs (et spectatrices!!! Dont certaines plutôt canons si on passait outre leurs couleurs mauves ou verts turquoises et des appendice comme des petites cornes ou des queue......); Ce fut alors qu'il remarqua les cinq têtes écarlates qui dépassaient de la petite foule qui s'étaient attroupés autour d'eux. Encore un mec qui fait du divertissement? A vrai dire, le petit peuple les entourant avaient l'air plutôt mécontents....

Il entendit deux ou trois protestations que les créatures leurs lançaient sans qu'il n'y prennent attention et compris que les gros baraqués ne voulaient pas que du bien à Marco et son compagnon. Il les entendit prétendre que la foule était désormais protégée et qu'ils n'avaient plus rien à craindre des mécréants qui les persécutaient et semaient la zizanie sur cette plage. Quelle blague...... primo, en quoi deux personnes ne souhaitant qu'une chose, restés bien pépères dans leurs coin à profiter du beau temps des courants d'air et de la musique étaient un danger pour les personnes à proximité? Deuxio, si Marco voulait vraiment faire du mal aux personnes ici présentes, ce n'est absolument pas les cinq rugbyman ici présents qui pourrait les protégés de ses vagues de son. Malgré tout, tout le monde aurait put en rester là si les faces d'écrevisses ne s'approchèrent pas du camarade voyageur en train de fumer sa clope. Mais comme d'habitude dans ce monde, la tranquillité de ses occupants fut troublée par l'action de quelques irresponsables qui n'avait envies que d'une chose.... se défoulés sur le premier venu. Et comme dans leur rôle de sauveteurs de plages, il était plutôt malvenu de se défouler sans raisons sur les quelques individus profitant de la plage et de la baignade, il leur fallait bien sauter sur l'occasion du premier trouble venu pour passer leurs nerfs.

Marco était à deux doigts de se lever avec peines au moment où son compagnon de sieste se redressa juste avant lui. Se disant qu'un voyageur serait théoriquement largement suffisant pour mettre en pièce les cinq baraqués, il retomba lourdement dans sa position initiale en décalant la tête de sorte de garder un œil sur l'affrontement qui allait se dérouler. Et le spectacle n'allait pas décevoir le jeune voyageur, car le fumeur fit apparaître un cercle à l'utilité inconnue et pris une poignée de coquillages au sol et les lança sur les créatures à faces cramoisis. Sauf que petit détail, les coquillages prirent la vitesse une fusée à réaction dés leur entrée dans le cercle. Leur vitesse ainsi augmentée, de simples coquillages peuvent devenirs dangereux et les sauveteurs du dimanche en firent les frais avec un certain nombre d'écorchures. Au moins ils avaient eu le réflexe de se protégés le visage, c'est déjà ca...

« Si quelques coquillages vous font peur alors autant retourner à vos jumelles à mater les quelques rêveuses passant devant vous. Car si vous voulez nous foutre sur la gueule je vous conseille de vous bougez un peu plus, sinon je retourne à mon hamac. »


Après de telles paroles, Marco eu la surprise de voir les visages des cinq gaillards devenirs encore plus rouges qu'à l'origine. Ils atteignait à présent la couleur des tomates les plus mures. Le mec à la clope au bec se retourna ensuite vers Marco en lui désignant les adversaires pour que ce dernier rejoigne l'affrontement. Pendant un instant, il fut bien tenter de lui répondre quelque chose du style « la flemme, c'est moi qui ait dut me lever pour l'autre psychopathe alors chacun son tour.... », mais malgré ces pensées plutôt négatives, sont sens du devoir et de la justice eurent raisons de ses arguments en il se redressa d'un geste lent pour se mettre sur ses jambes.

« Ok, ok..... j'arrive, juste trente secondes..... »


Les gaillards n'ayant pas non plus l'air de vouloir en profiter pour attaquer tout de suite, Marco mis ce petit temps de pause à profit pour faire quelques étirements. Car il était encore un peu dans une sorte d'état second après un si bon moment de détente. Une fois que ses membres furent bien chauds, il se mis une ou deux claques pour finir de se réveiller comme il faut et redressa la tête vers les boules de muscles. Il remis sa guitare en place et entama une musique avec un rythme plus entraînant et motivant, quelque chose avec quoi il pourrait se battre. Marco souri en imaginant la réputation qu'il allait avoir après « le seul voyageur qui combat tous ses adversaires en musique », quoique... il n'avait aucune preuve qu'il était seule à la faire.... Mais bon, assez tergiverser!! Il était grand temps de mettre une nouvelle fois en action les capacités de sa chère guitare.



« je prend ceux de gauche !!!! »

Deux voyageurs qui se battent ensembles sans vraiment se connaître ça peut se marcher un peu sur les pieds, alors mieux vaut au moins pour le début mettre les choses un peu au clair. Il sortit de nouveau les lames de sa guitare et pris donc son élan et sauta droit sur ses adversaires surpris par la charge du voyageur. Tandis qu'il se préparaient à le recevoir de front en lui donnant un grand coup de leurs bras musclés, Marco envoya une onde sonore dans l'abdomen d'un premier adversaire. Celui-ci se plia en deux en avant en tenant de ses deux bras la zone endolorie. Ne se préoccupant plus de cet adversaire qui mettrait sûrement une ou deux minutes à récupérer, il fit face à un nouvel opposant. Il para un coup de poing avec le manche de sa guitare et fit glisser ce dernier sur le bras écarlate du bonhomme en question. Les quatre lames écorchèrent le bras de l'écrevisse et Marco y fit passer une onde d’énergie brouillant les sens de son adversaire qui s’effondra sur les genoux en poussant un hurlement.

Dans une bataille à plusieurs adversaires de ce genre, il valait mieux toujours surveiller ses arrières, et moins l'adversaire en était conscient mieux c'était. Il profita donc d'un moment plus rapide dans sa musique pour vérifier la zone autour de lui grâce à son sonar. En effet, il avait bien fait car déjà un troisième gros muscler lui foncer dessus en espérant le prendre par surprise. Pff... pathétique.... Marco posa son pied sur le dos du précédant adversaire toujours à terre et s'en servit comme marche pied pour effectuer un superbe saut en arrière et se retrouver dans le dos de l'adversaire qui allait lui-même l'attaquer par derrière. Il remarqua avec délice le regard d'incrédulité afficher par son adversaire et envoya une onde sonore derrière ses genoux le forçant ainsi à se rabaisser juste à la bonne hauteur pour que Marco passe ses lames sur son cou. C'est avec un grand sourire aux lèvres que Marco les narguas :

« Ba alors les gars !!! Va falloir se motiver un peu plus que ca pour qu'on puissent au moins s'échauffer convenablement, vous êtes toujours partants pour un deuxième round ? »

Marco espérait vraiment que cette humiliation les poussent à se barrer, sous les hués de la foule qui après s'être fait rabroués et les avoir vu agresser deux vacanciers peinards les avaient vus se prendre la raclé que selon eux ils méritaient. Mais de toute manière, il y as de grande chance même si les face écarlate reviennent à la charge que ce soit dans une telle colère qu'il serait plus facile encore de les mettre à terre une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Jeu 28 Juin 2012 - 11:34
Cette fois-ci les jeux étaient fait j'étais bon pour ENCORE une fois me foutre sur la gueule avec des gens dont je n'avais absolument rien demandé .... franchement Dreamland était un vrai nid à merde. Heureusement mon adversaire accepta de m'aider et d'ajouter un peu de piment dans cette confrontation contre ces cinq homards, d'un air de dire " laissé nous faire " ils écartèrent les divers personnes se trouvant près d'eux. Il fallait dire que mon attaque était limite suicidaire puisque j'aurais pu blesser des gens lors de ma tentative d'intimidation, j'avais eu chaud. Mon équipier temporaire se leva et prit le temps de s'échauffer curieuse action quand on pense que les cinq bouboules pouvaient attaquer à tout moment, je pris juste le temps de m'allumer une autre cigarette avant de me masser le cou. Je regardais la troupe d'écrevisses :

Daan : - On est repartit ?

Mon coéquipier d'un entrain des plus spectaculaire prit les devants en attaquant de front avec cette même guitare qui donnait ce petit plus d'instant paisible dont j'avais pus profiter que d'un petit moment, il était donc évident de rendre l'appareil. Mélangeant agilité et puissance de part son arme-instrument, il n'aurait aucun mal à se débarrasser des trois compères qui lui faisait face, ce qui me laissais donc un couple de joyeux loubards rouge des plus heureux de vouloir m'écraser la tête contre un cocotier.

Je les laissaient s'approcher de moi maintenant que j'étais chaud un bon combat au corps à corps n'était pas du luxe. Leur carrure et leur taille ne me permettait plus de profiter du soleil puisque ces deux idiots me faisaient de l'ombre, j'eu le temps de défaire mon bandage avant que l'un d'eux veuille me saisir, un sur chaque côté je fis accrocher mon accessoire à la jambe de l'autre qui ricanait bêtement, puis je passais entre les jambes du premier attaquant, j'avais peu de mal au vue de leur taille, de plus après cette assaut je pus m'être à profit l'avantage de ma petite taille par rapport à eux pour tourner autour du duo de crabes ce qui créa une étreinte qui les faisait tanguer. Entre les coups d'épaules, de mains et de têtes ils avaient peu de chance d'avoir la présence d'esprit de se débarrasser du lien qui unissait leur jambes, je regardais mon coéquipier un instant pour m'apercevoir que la-bas non plus les malabars ne faisait pas le poids, beaucoup étaient à terre et d'autres souffraient en silence rien de bien dramatique et j'avais encore tout le temps pour m'occuper des deux idiots écarlates.

Mais bon le plaisir avait un temps et j'en avais marre de cette fanfare de clown surgonflaient à l'hélium avec comme cerveau celui d'une poule naine, je tirais sur mon bandage pour les faire tomber définitivement après qu'ils se soient donné un dernier coup de tête magistrale qui les assommaient pour de bon. La gueule en compote l'air totalement perdu avec une attitude de moule je créais un cercle au sol pour travailler le sable mouillé et mettre en place deux pseudo-tombeaux qui ne laissait dépasser que la tête des deux faces de coquelicots. la chose était réglé et de même pour mon compagnon qui avait terminé en beauté en menaçant l'un des nageurs restant avec son arme plaçait préalablement sous la gorge de celui-ci :

Marco : Ba alors les gars !!! Va falloir se motiver un peu plus que ca pour qu'on puissent au moins s'échauffer convenablement, vous êtes toujours partants pour un deuxième round ?

Fallait le dire le musicien était motivé ! Les miens mangeaient du sable par les narines alors que les siens agonisaient se roulant dans la sable. Les gens nous regardaient d'un air limite terrifié, je ne connaissais pas le but du guitariste mais si c'était d'être vue en temps que super star aimé de son public et ayant une renommé des plus explosif ... je crois que pour cette fois-ci c'était rappé. je m'approchais des gens qui eux même reculaient légèrement, ça allait être dur de les convaincre de notre innocence, mais qui ne tente rien n'a rien :

Daan : Ecoutez ceci est un grand malentendu, nous ne recherchons rien d'autre que la paix. Les rumeurs que vous avez pu entendre sur la précédente interaction sont fausses quelque soit qu'on vous est dites ne les prenaient pas en compte. veuillez simplement nous laissez nous aussi profiter du so.... * Il reçu un projectile en pleine poire * ... Bordel mais qui m'a balancé ça !

Je regardais alors à terre après mettre essuyais le nez qui pissait légèrement et je vis une canne des plus banale traîner au sol, je levais alors la tête pour scruter la populace pour trouver le coupable, mais la chose fut assez simple quand je vis le petit vieux à qui j'avais pris le béret. Les veines lui sortant de la tête il accourait vers moi avec comme seul objectif de me faire la peau, me traitant de tout les noms d'oiseaux. J'allais pas cette fois-ci chercher les ennuis à un petit vieux, je tendis alors le béret avec un rictus des plus innocent avec pour but tout simple de lui rendre son dut et enfin d'apaiser cette tension qui devenait franchement insupportable. Sauf que plus il s'approchait plus sa taille augmentait d'une façon assez exponentielle, c'est alors qu'il sortit sa montre gousset en bronze qui avait une taille proportionnelle à lui pour s'en servir comme fléau pour l'abattre en ma direction, je pus l'esquiver mais ce choc avait engloutit totalement mes anciens adversaires .... Avoisinant les cinq mètres il remit ses lunettes en place et se pencha vers moi formant un angle de 90° :

Spoiler:
 

Petit ( grand ) vieux : Dite moi jeune homme en plus de voler, vous vous attaquez au peuple du monde des rêves ? Je me présente, Basile Diebold juge de Dreamland et exécuteur de jeune forban comme toi, je te demande donc de ne pas bouger la peine étant capital, la sentence est irrévocable; la mort.

C'était bien ma veine de tomber sur un représentant de la justice de Dreamland, au vue de sa première action il serait cette fois-ci difficile de mener ce combat avec autant d'aisance que le précédent. Mon pouvoir ayant quelque peu diminué tout les élèments semblaient être contre moi, j'espérais trouver une solution avec que ce juge ne fasse son taff.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Espace paradisiaque Aujourd'hui à 2:38
Revenir en haut Aller en bas

Espace paradisiaque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-