Haut
Bas

Partagez|

[Quête]L'appel du Far West [Vlad et Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: [Quête]L'appel du Far West [Vlad et Lithium] Jeu 8 Déc 2011 - 0:44
Cette nuit encore, les étoiles brillent sous un rideau de nuit à la teinte bleu marine et les cris de ralliement des vaches laitières se font de plus en plus nombreux dans les vastes prairies alors que les Cow-boys du coin s'apprêtent à envoyer le bétail à l'étable pour la nuit. C'est en considération de ces évènements que nous retrouvons notre vaillant paladin qui semblait prospecter aux portes des fermiers et éleveurs du coin à la recherche d'une justice quelconque probablement. L'homme ne semblait pourtant pas plein d'animosité et désireux de vengeance mais cela n'empêchait pas que les gens ne lui ouvrait même pas la porte pour répondre aux questions qu'il avais à poser, alors que le problème était pourtant bel et bien important pour que ce dernier soit venu jusqu'ici.

___________________________________________

Ma parole, ils étaient vraiment décidés à m'ennuyer ce soir ! Je n'avais pas que cela à faire moi de toquer aux portes pour qu'enfin on puisse répondre aux questions que je me posait quand à ces brigands que l'ont m'avais signaler dans la région. S'il y avais des brigands dans les parages, ils s'en prenaient probablement à ce qui avait de la valeur pour les habitants de ce royaume et autant dire que ce qui faisait la popularité des lieux était surtout le nombre de bêtes qu'il possédait, tout cela pour l'élevage et le commerce de produits tel que le lait ou encore le fromage qu'il était possible de faire en récoltant le lait au lever du jour. Je retournais sur mes pas étant donné que les gens étaient malpolis et ne daignait pas m'avoir à leur table et ne me laissait alors pas d'autre choix que de me débrouiller par moi même jusqu'à ce que je décide de me pendre si jamais il ne m'étais pas possible d'avoir ne serait-ce qu'un indice de la cachette de ces bandits. J'éspère simplement qu'ils étaient pas du genre à être des bandits de Western car dans ces cas la ce serait bien trop simple d'aller les chercher en pleine montagne pour débusquer leur repaire qui serait bien évidemment proche d'un lieu ou un guet-apens serait d'une facilité déconcertante. Notre commanditaire pour cette mission n'était autre que le Leader de ce Royaume, à savoir "Walker Dreamland Rancher" le célèbre Cow-boy réputé pour être la coqueluche de toute une génération de futurs karatéka en ayant été le premier à déposer sa marque de fabrique sur son fameux Eperon Kick, le Coup de pied sauté avec les éperons dans la figure des gens qui aura ravit les yeux de millions de bébés qui dans ce royaume ne s'abrutissent pas devant des séries pour dégénérés tel que les Télétubbies. Cet homme n'avais pas que des brigands à fouetter et vu qu'il était bien plus souvent en "tournage" il n'avais qu'a laisser la basse besogne à des voyageurs comme moi, bien que je ne serais pas seul sur cette mission pour le plus grand bonheur, je serais accompagner cette fois ci encore de ma chère et tendre Lithium que je suis d'ailleurs prêt à rejoindre au rendez vous de tout les amoureux de viande...

"Le voila enfin...Buffalo Grill"

Juste en face de moi, une porte de Saloon qui laisse apparaitre mon ombre à l'intérieur du bâtiment et une fois que je vint à pousser cette dernière, il semblait qu'elle active une sorte de sonnette qui jouais un morceau d'Enio Morricone à savoir le bon, la brute et le truand, ce qui m'étonna fortement d'ailleurs mais l'ambiance était là et c'était désormais le principal, bien qu'un chat cauchemar avec une tête de dépressif me regardait d'un air de se demander d'ou je sortait avec mes fringues d'anglo-saxon. La décoration du restaurant n'était pas négligeable et en plein milieu d'une grande salle ou il y'avais plein de table se trouvait un petit enclos dans lequel broutait un gros bison qui semblait assez vieux et mal en point. Je regardait la bête et c'est à ce moment la que le chat cauchemar s'approcha de moi pour me demander ce que je désirait. Je repensais sur le coup à la réplique d'un humoriste qui n'étais pas au gout de tout le monde mais je riait sur le coup et le chat devait me prendre davantage pour un imbécile et me reposa une nouvelle fois la question tant attendue...

-C'est pour dîner ?

-Non c'est pour faire un Badminton ! Vous avez des raquettes et des volants ? Non ben à ce moment la, va pour diner alors !

-Monsieur est très caustique ! Il veut quoi le pied tendre ?

-Euh ! deux couverts vu que j'ai pas forcément envie de manger avec les doigts.

-Ha...ha...ha...ha...ha, je suis plié en deux de rire...ha...ha...ha...ha...ha

-Whoa quelle ambiance, ou est-ce que je suis tombé moi décidément. Je sais pas si c'est la nuit qui vous fait sa mais l'amabilité sa se travail hein ? c'est comme le sourire !

-Je vous emmène à la table 8.

Ce chat n'allais pas me la jouer car je savais parfaitement quel était son travail étant donné que dans le monde réel j'exerçais le même travail et quelque part, rien que pour examiner si son service était irréprochable ou non, je m'amusais à l'embêter un peu histoire de faire passer le temps jusqu'à l'arrivée de ma muse aux milles couleurs. J'aurais préféré bien évidemment pouvoir l'amenée avec moi mais vu l'endroit duquel je reviens, je doute fort qu'elle puisse apprécier à sa juste valeur mon activité précédente, ce qui allais donc désormais me faire attendre cette dernière alors que j'examinais un peu toute la salle dans laquelle quelques autres voyageurs semblaient attablés au même titre que certains éleveurs qui s'abreuvaient d'alcool tout en regardant quelque peu l'extérieur du restaurant histoire d'avoir l'air romantique à souhait en regardant les étoiles, ce qui me fit esquisser un nouveau sourire de satisfaction quand à l'ambiance qui semblait régner ici en dehors de la qualité du serveur qui avais bien de la chance de travailler encore ici , car si j'avais été le gérant, je l'aurais probablement virer mais l'heure n'étais pas au jugement de valeur mais au jugement de la décoration dont certains cadres laissaient apparaitre des visages qui semblaient tourner vers les différents Ranch du royaume. L'enquête allais pouvoir devenir intéressante si j'observais bien le nom des familles sur les cadres mais au même moment, l'apéritif semblait arriver.

-Voila un bol de cacahuète de bienvenue !

Il croyais vraiment remonter dans mon estime avec un simple bol de Twinuts ? Quel amateur pour un chat cauchemar car outre son bol de cacahuète dont je n'avais pas vraiment trop fait attention, il me fallais avant toute chose connaitre les noms afin de les listés chacun et voir s'il y a des survivants ou bien encore des héritiers, ce qui n'allais pas être facile à trouver mais il y'avais déjà quelques noms qui revenaient assez souvent...

"Dalton, Wayne, Spencer, Hill, Eastwood...Je crois que voila mes prochaines cibles ! Visiblement ils seraient affiliés à ce restaurant d'une manière ou d'une autre et peut être que dans leur vies ils ont connus ou même encore vu à l’œuvre ces scélérats afin de pouvoir m'aider !"

C'est à ce moment précis que je me retournais pour voir ma chère et tendre arriver dans le restaurant, la regardant d'un air toujours aussi épris de sa beauté et de tout son être, irrémédiablement empoisonné par son charme fou, je me dirigeais vers elle pour l'inviter à ce que l'ont puisse prendre notre repas tout en réfléchissant à ces affaires de vols.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2649
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: [Quête]L'appel du Far West [Vlad et Lithium] Lun 6 Fév 2012 - 9:33
Wild, wild west.





John Wayne est un con.
Il croit pouvoir sauver son Amérique à chacune de ses interventions.
Patriote hérétique oui. Incapable de se tourner vers un style cinématographique autre que le Western.
C'est le genre d'acteur qui, voyant qu'il perçait avec habilité dans un domaine, ne se risquait plus à aller tenter sa chance ailleurs, histoire d'affirmer son talent. Libre à lui de patauger dans le foin et la bouse.

Lithium s'ennuyait. Ferme.
Depuis qu'elle avait su qu'une quête de charité se passait au Far West, elle avait décidé de se renseigner.
Certes, elle avait déjà eu l'occasion de faire un saut au Royaume des Cow-boys, l'ennui était que cet endroit était exactement le même où elle avait mis fin à l'existence de Dimitri Vladof avec l'aide de Vlad. Elle se souvenait encore de son prénom. Elle n'oubliait jamais le nom des personnes qu'elle tuait. Non pas pour rendre hommage à leur mémoire, mais en guise de châtiment à sa propre personne. Jamais, au grand jamais, elle ne devait effacer de son esprit ces gens-là. Tous avaient commis des actes atroces, ou suffisamment pour avoir nuit à des innocents, ce à quoi elle avait remédier. Mais toute chose monstrueuse réglé de la même manière ne devait pas rester impuni. La jeune fille savait pertinemment qu'un jour, elle devrait répondre de ses actes ignobles, bien que commis dans l'ombre de la justice.

C'était pour cette raison qu'elle s'était infligée la peine de regarder des films.
Avec John Wayne exclusivement, bien entendu. Il n'y avait pas pire torture que cela.
Sérieusement, qui pouvait s'intéresser à des horreurs pareilles, hormis des américains ?
Les scénarios se ressemblaient tous, aucune originalité dans l'écriture, ni même dans la suite de chaque évènement qui construisait le film. Exaspérée par tant de banalité dans ce qu'elle voyait, elle préféra couper court à ce supplice, et s'installa vivement devant l'ordinateur.

Ce qu'elle y découvrit fut nettement plus intéressant.
Jesse James et son frère, les Younger avec qui ils formaient une équipe, les Quantrill, les Ford dont l'un des deux assassina fort lâchement le cadet des James, Calamity Jane et son ami Bill Hickok, le bon vieux pilleur Butch Cassidy, mais également Billy the Kid. La demoiselle passa l'intégralité de son après-midi à s'instruire sur ces cow-boys, hors-la-loi et autres voleurs de grands chemins. Jamais elle ne s'était autant pris d'intérêt pour une mission à Dreamland. Il faut dire que, généralement, elle y allait à l'aveuglette, faisait couler un peu le sang, se changeait, puis s'en allait. Là, elle découvrait un monde qu'elle n'avait admiré qu'au travers de vieux nanars ou dessins-animés.
Parmi eux, Fievel Souriskewitz, une petite souris du Far West qui avait fui les pogroms avec sa famille. Bref, une série de films pour les enfants qu'elle continuait néanmoins d'apprécier. Autrement, elle classait parmi ses longs-métrages préférés, la comédie musicale Calamity Jane, interprété par la fantastique Doris Day. Si l'histoire ne suit pas du tout la légende fermentée autour du personnage éponyme, il n'empêche que cela restait fort attractif.

Elle continua ses recherches jusqu'à l'épuisement.
La jeune femme s'endormit paisiblement sur son clavier, devant un extrait "Il était une fois dans l'Ouest."
Son court sommeil précédant son arrivée à Dreamland fut agrémenté de trains, de chemins de fer, et de coups de feu dans le vide.



_______________________________________________________________________________________



Le soleil cuisant tapait sur les nuques.
Les gouttes de sueur perlaient des fronts.
Et pourtant, Lithium n'avait pas du tout chaud. Bien au contraire.
Tout avait été fait pour qu'elle puisse respirer, et que son corps puisse librement s'exprimer par la même occasion. L'ennui était que la clarté, pauvre en luminosité, l'empêchait de s'admirer correctement.

Si la venue du sommeil s'était faite pleinement en douceur, son réveil à Dreamland avait été d'une dureté monstrueuse. En l'espace de quelques secondes, elle se réveilla en un sursaut paniqué, une puissante douleur au postérieur. La jeune fille grogna et marmonna quelques mots, et observa son alentour. Il faisait en partie sombre, des halos de lumières s'infiltrant par-ci par-là des planches délabrées de la construction, quelques chevaux bien charnus, du foin, une fourche et.. UNE FOURCHE ! Garce !
La voyageuse hurla comme un veau asphyxié et se fourra promptement son poing serré dans la bouche, laissant ainsi s'échapper un simple, mais important, gargouillis étouffé. Voilà l'origine de cette souffrance piquante. Une fois le mal abaissé d'un faible cran, elle se dirigea vers la porte de la pseudo-grange. Elle l'ouvrit d'un coup de pied, manquant de faire voler en éclats la base inférieure de cette dernière, et se laissa à la joie des rayons de soleil sur sa peau fraîchement réveillée.

Elle inhala l'air qui s'offrait à elle avec avidité.
.. Jusqu'à que les fumées du crottin et de la poussière parviennent à ses narines.
Horrifiée par cette odeur absolument répugnante, elle se boucha le nez et s'éventa d'une main.



"Si ils avaient pu joindre aux dvds l'odeur des lieux..
Pas sûr que j'aurais accepté."
, murmura t-elle d'une voix nasale.


Un sifflement suivi d'une injonction fort indécente lui parvint aux oreilles.
Elle se retourna en direction du malotru qui avait osé prononcé ces paroles à son égard, et s'enflamma de colère. On ne la traitait pas de catin, ni même de jeune fille de petite vertu sans raison ! Ses dents se serrèrent, et ses poings se contractèrent, prêts à faire pleuvoir une flopée de coups justiciers.



"Non mais oh ça va ou quoi là ?!!
Je ne te permets pas de t'adresser à moi de la sorte !
Tu t'es regardé au moins ? Ta crasse sur le visage se voit à peine moins que ton odeur de chiure !
J'ose à peine imaginer ce que tu offres aux prostituées. Si encore, elles acceptaient de détenir un client comme toi."
, siffla t-elle.

"Tu te crois où, poulette ?
C'est pas un endroit pour les femmes ici.
Retourne à ta popotte, laisse toi baiser gentiment par ton mari avant que je ne m'en occupe avant lui !"



Cela en était trop.
A peine arrivée, elle se faisait insulter.
D'accord, elle devait apprendre à se contrôler, mais là, il y avait des limites à la stupidité.
Ce goujat répugnant empestait la bouse des bœufs à plein nez, impossible de rester de marbre face à une telle odeur nauséabonde. La jeune fille ne put conserver son calme à l'entente de cette réplique purement et pleinement machiste à son intention. Son visage s'empourpra de rage et de colère, et elle se jeta à griffes déployées sur son adversaire. Son acte irréfléchi surprit ce dernier qui n'eut point le temps de sortir son revolver. Telle une tigresse, elle lui lacéra le visage à coups de poings puissants et furieux. Une expression d'une vive violence transcendait son visage.
Tous les mêmes. Dès qu'une femme avait le malheur de se promener dans un univers principalement masculin, elle était traité comme une vulgaire catin de basse-cour. S'en était trop.

Quant elle se rendit compte qu'elle riait, elle reprit immédiatement ses esprits.
Non, elle devait se contrôler. Elle ne devait tuer personne. On lui avait dit, conseillé.
Qui donc déjà ? Sa tête lui faisait mal. Que lui arrivait-il ? Ces derniers temps, sa mémoire lui faisait défaut, et des migraines venaient lui marteler le crâne. Chaque nuit, après une épopée à Dreamland, elle se réveillant en sursaut et en sueur, comme si on la tirait violemment de son sommeil. A chaque réveil, elle était empli d'une peur qu'elle n'avait jusque là, plus connu. Quelque chose d'important allait se produire. Et elle n'en sortirait pas indemne.

Perdue dans ses pensées, elle se leva et laissa pour mort, sur le sol, l'insultant cow-boy.
Plus rien n'existait à ses yeux autour d'elle. Un sentiment de malaise et de mélancolie l'occupait.
Ses pieds la menèrent d'eux même au lieu de rendez-vous décidé avec Vlad, non sans bousculer quelques civils au passage. Elle ne s'excusait pas, son regard était perdue dans le vide, comme vidé de toute lueur de vie. Ce ne fut qu'à l'instant où une main frôla son ventre nu, qu'elle sortit de sa torpeur. La sensation qu'elle venait de ressentir à l'instant la fit frissonner d'appréhension.. Comment était-elle encore habillée ? A quel jeu pervers Dreamland avait-il encore décidé de jouer ? Lentement, elle abaissa ses yeux troublés sur son corps, et eut un sursaut horrifié, accompagné d'un hoquet désespéré. Et voilà. Encore un sale coup du monde onirique.

Si ses jambes étaient fort heureusement couvertes, il n'en était rien de son torse.
Un simple morceau de tissu, ou aussi appelé boléro, maintenait en équilibre sa poitrine, le tout décoré de franges de cuir typiquement Far-Westesque. Son pantalon en était également pourvu, et de splendides bottes à talonnettes, ornées de motifs dorées, lui recouvrait les pieds. Des bandelettes de cuir tout aussi frangées se plaisaient sur ses poignets, et un magnifique Stetson, un couvre-chef mythique de l'époque, posait sur son crâne. Le cuir était la matière apparemment préconisé par le rêve aujourd'hui, car elle en était principalement, et donc intégralement vêtue, et ce de la tête aux pieds. En détail; Un petit foulard rouge protégeait succinctement son cou.


Spoiler:
 

Son visage devint rouge de honte.
Elle comprenait à présent pourquoi elle avait attiré l'autre imbécile par terre là-bas.
Incitée par ses vêtements, elle se hâta de courir vers le bar. Mais.. Comment allaient t-ils tous réagir ?
Une fois devant les battants du Buffalo Grill (..Hein ?), elle déglutit et respira un grand coup.


"Quand faut y aller..
Bah faut y aller."
, se dit-elle, tremblante.


Elle ouvrit doucement les volets, ne prit même pas la peine de jeter un œil à la foule présente, et pressa le pas jusqu'au Chat cauchemar qui se dirigeait de lui-même vers la jeune fille. Un vif et rapide regard de ce dernier lui fit comprendre que les femmes n'étaient pas habituellement autorisées à venir ici seule, mais celui de Lithium lui instaura une telle conviction que ce qu'il pensait n'était que foutaise, qu'il s'autorisa à lui adresser la parole.


"C'est pour quoi ?", fit-il, mal à l'aise.

"Pour dîner, quoi d'autre."

"Vous êtes venue seule ..?", murmura t-il en jetant des regards rapides aux alentours.

"Oui, et non.
J'ai rendez-vous avec Vlad Siegfrey."


"Connait pas.", imposa le chat d'une voix déprimée.

"Un jeune homme aux cheveux verts.", soupira t-elle, exaspérée.

"L'imbécile qui joue au Badminton ?"

".. Euh, peut-être.", s'étonna t-elle.

"Veuillez me suivre."


Il lui fit un signe abstrait à son intention.
Lithium le suivit sans rechigner, mais prit soin d'observer l'endroit.
.. Un bison ? Qu'est-ce qu'un bison à moitié mort foutait dans un enclos en plein milieu du restau ?
Au niveau de la décoration, elle n'avait rien à redire en particulier. C'était plutôt rustique et collait à l'ambiance dans un sens. Mais qu'importe, elle n'était pas là pour admirer les lieux. Elle avait des bandits sur les bras.
Le chat, toujours aussi enthousiaste, se stoppa net. Vlad venait à leur rencontre, à la plus grande joie de la jeune voyageuse. Elle poussa de l'épaule son guide, qui grogna son indignation d'un miaulement rauque, et se jeta dans les bras de son compagnon.



"Me voilà !", ronronna t-elle.


Elle se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur ses lèvres.
Le chat n'attendit pas plus longtemps pour laisser le couple ensemble.
Lithium glissa ses doigts dans ceux du jeune homme et le tira vers la table.



"On va s'asseoir ?", sourit-elle.
"On doit discuter de comment l'on va procéder."


Une fois tous les deux assis, un serveur vint les questionner quant à leur choix.
La mention d'une simple salade accompagné de frites fit hausser les oreilles du chat, mais la demoiselle n'y prêta aucune attention. L'heure était au travail, bien que là, elle se laisserait volontiers aller au romantisme. D'un air faussement sérieux, elle l'interrogea;



"Tu as eu des informations sur leur position apparente ? Des sources fiables ?
Car, à part ma rencontre avec une fourche pas très bavarde et un petit impertinent, je me suis retrouvée un peu prise de court.. D'ailleurs, ne prends pas garde à mes vêtements, je ne les ai pas choisis."
, rajouta t-elle, gênée.

EDIT
Tout allait bien entre eux.
Enfin, c'était l'impression qu'essayait de donner Lithium.
Ces derniers temps, quelque chose la tourmentait tout particulièrement.
Si Vlad se montrait fort aimant et attentionné, les sentiments de la jeune fille ne suivaient plus la cadence.
Du moins, pas autant qu'avant. Ils s'étaient largement atténués. Elle ressentait de l'affection pour lui, certes, mais davantage dans la lignée de la reconnaissance, que dans celle d'un amour véritable. D'anciens souvenirs remontaient à la surface, et troublaient la raison de la demoiselle. Elle était très bonne comédienne quand elle le voulait, et pour l'instant, son camarade ne s'était rendu compte de rien. Certes, elle n'appréciait pas de jouer à ce petit jeu-là en attendant qu'elle fasse le tri dans ce qu'elle ressentait, c'était assez déplorable. Mais avait-elle le choix ? Elle ne voulait pas le faire souffrir en l'inquiétant pour rien. Ce n'était peut-être qu'une simple passade après tout.

Malheureusement, Vlad était occupé.
Après le repas, il lui avoua qu'il ne pouvait l'aider à accomplir sa mission.
Son devoir de justicier l'appelait plus loin. Lithium soupira de déception à ces mots.
Elle croyait être accompagnée pour cette nuit, et non seule à ruminer sa solitude, mais non.
Non, elle serait de nouveau seule. Il voulut se faire pardonner en lui donnant un baiser, mais elle refusa en faisant la moue. Il lui en donna un sur le front et, d'un bref coup de main, il la quitta là, dans le Buffalo Grill. Ah mais ça ! Tous les mêmes ! Ils vous font une promesse, et puis ensuite, ils la balaient d'un simple revers de la main, comme une vulgaire poussière. N'importe quoi. La voyageuse quitta les lieux en hâte, grommelant sa rage.
D'un côté, cela lui permettrait de réfléchir où cette histoire la menait.

__________________________________________

Plusieurs nuits s'étaient passées depuis que Vlad était parti faire ses "affaires".
Lithium avait vécu pas mal de choses entre temps.. Et la plus importante de ces choses, était le tatouage qui ornait à présent son dos. Elle n'avait pas pu enlever son pansement depuis. Elle ne savait même pas à quoi il ressemblait. Normalement, si tout se passait bien, elle pourrait peut-être l'enlever ce soir. Cela était à voir. Malgré le fait qu'elle possédait exactement la même tenue que sa dernière venue en ces lieux, heureusement pour elle, cette fois son boléro cachait son dos, rendant ainsi invisible le pansement qu'elle avait. Son ventre était toujours à l'air, mais au moins, son nouveau bijou n'était pas visible aux yeux de tous. Et puis, elle ne savait même pas à quoi cela servait.
Elle marcha tranquillement dans la rue, grappillant des informations par-ci, par-là, sur les clans qu'elle devait démanteler. Toutefois, une légère appréhension la possédait. Elle avait confiance en elle et ses capacités, mais des hommes de ce niveau, pour elle toute seule.. C'était peut-être un peu beaucoup. S'en sortirait-elle ?
Elle continua de marcher. Que pouvait-elle faire d'autre tant qu'elle ne connaissait pas leur position ? De plus, si ils s'en prenaient à des innocents, ils ne devaient pas être très loin. Une cachette, une planque.. Il fallait qu'elle en apprenne davantage !






__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/

[Quête]L'appel du Far West [Vlad et Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Royaume des Cow Boys-