Haut
Bas

Partagez|

Lylio's Story.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Lylio's Story. Mar 7 Juin 2011 - 21:47

- Lylio's Story -

. Premières Nuits

Les jambes ouvertes, mais les genoux côte à côte, les mains liées dans le dos, la tête basse, les sourcils froncés et la sueur grimpant le long de son front pour descendre jusqu'à sa poitrine recouverte d'un tissu de satin beige. Un pantalon déchiré de toutes parts, le tout recroquevillé dans un coin, le coin d'une pièce. Pièce sombre qu'aucun meuble ne décorait, pièce inquiétante qu'aucune fenêtre n'éclaircissais, pièce résonnante avec pourtant un seul être à l'intérieur. Une jeune fille semblant avoir passé maintes épreuves pour passer du tabouret où on l'avait posé jusqu'à ce coin, une bonne dizaine de mètre plus loin. Pourtant, seule la sueur recouvrait ses vêtements et non du sang. Son expression trahissais la culpabilité et la peur. Dans la salle rempli uniquement d'un vieux tabouret et d'une jolie fille aux cheveux verts, l'on n'entendait qu'une respiration haletante, incontrôlable. C'était, sans aucun doute, Lylio qui se trouvait ici. Son visage se releva, ses yeux ne semblaient plus pouvoir cligner. Elle resta ainsi une bonne dizaine de minute sans bouger, sans même respirer. Quand elle revint à elle, un cri de torture résonna dans la pièce et une sorte de convulsion la mena à s'allonger au sol, se tordant de tous côtés comme un pauvre asticot s'imaginant avoir des bras. Elle se calma soudainement, resta au sol, ferma les yeux et repris une respiration normale. Elle semblait vouloir dire quelque chose quand sa bouche frémit, mais sa voix était extenuée, elle avait trop crié. Une voix résonna dans la pièce, mais ce n'était pas la sienne, non, celle-ci semblait venir de l'extérieur, alors qu'il n'y avait pas d'extérieur ici. Cette voix laissait imaginer que celui qui l'utilisait était assez âgé et sombre vicieux. L'on s'imaginais très bien alors l'homme aux cheveux aussi noirs que l'ébène, dont le regard ne trahissais même pas une once de gentillesse ou de pitié.

"Tu en a marre ?"

Question à laquelle elle ne répondit pas. De un, parce qu'elle ne pouvait pas, et de deux parce qu'elle savait qu'il connaissait la réponse. Personne n'aime se faire torturer ainsi. Les convulsions reprirent de plus belle, elle cria encore et encore. Mais qu'est-ce qui pouvait créer un tel mal ? Qu'est-ce qui pouvait lui faire tant de mal sans la toucher ? Et surtout… Où était-elle ? Ce n'était pas difficile à deviner quand on était un connaisseur, à part dans les films, une pièce comme ça ne se voit pas très souvent dans la vie de tous les jours. Et, si jamais on finissait pour de vrai dans une pièce comme ça, il fallait avoir commis un délit plus lourd qu'un meurtre ou qu'un viol. Or, Lylio était loin d'être comme ça. Elle se trouvait tout simplement en train de rêver et, pour ceux qui connaisse, le monde des rêves est plus habituellement appelé Dreamland. Comme elle ne pouvait le savoir ou elle ne serais pas torturée le jour par une peur, elle n'était que rêveuse. Et une rêveuse faisant un cauchemar, rêve, si l'on puis dire, de ses plus grandes angoisses de sa plus grande peur. Sa peur ? L'avenir, son avenir. Le futur produit-il des crises ainsi ? Non, pas à ce qu'on sache. Cependant, nous sommes dans Dreamland et tous genre de magie y est autorisé. Ici, la voix ne cessait d'envoyer à Lylio, depuis plusieurs nuits, une petite vue de son avenir. Avenir qui s'annonçait bien, mais il n'en tirait que les mauvaises parties, en plus de ça, il lui lançait comme une centaine de flèches dans le corps à tout moment, sans qu'elle soit prévenue.

Depuis tant de nuit l'on pourrait deviner son petit jeu. Et c'est ce que, peu à peu, Lylio faisait. Quand il lui montrait, contre son gré, de mauvais futurs souvenirs, elle commençait à en voir du bien. Et, elle comprenait qu'il ne pouvait lui faire mal quand il voulait, il fallait qu'il attende un certains moments avant de relancer ses flèches. Aussi ce soir, elle s'était décidée à vaincre cet homme qui lui faisait tant de mal. Après avoir vu son futur une fois, elle reçus encore la douleur puis, sachant qui ne lui restait que dix secondes, elle se releva titubante et sortit sa première phrase compréhensible depuis le temps.

"C'est faux ! Je n'ai qu'un bel avenir ! Tu ne me montre que les mauvais côtés ! Je n'ai pas peur de mon avenir !"

Elle avait balancé ça l'ayant préparée avant de s'endormir, mais jamais elle n'aurait su qu'elle le pensait réellement. Elle se tut, réfléchis à sa phrase. Non, elle n'avait plus peur de son avenir, non c'était fini… Fini. La magie noire qui s'était emparée d'elle depuis une longue semaine laissa place à une magie blanche qui lui délia ses liens puis fit disparaître la pièce. Elle se retrouva, par terre dans sa chambre, ici aussi elle avait roulé à en tomber de son lit. Ce fut certes un énorme poids en moins, mais une peur vaincue ne donne que plus d'assurance, elle ne remplit pas les trous que l'on a créés plus tôt. Aussi, Lylio ne changea pas sa situation parentale, mais elle reçus le lendemain une confiance en elle soudaine qui frappa tout le monde avec bonheur, sauf sa mère et son père qui le prirent comme une attitude se montant contre eux.

. Le Lendemain.
Boutique surchargée. Pv: Kamui

. Découverte De Ses Pouvoirs.
Trop de questions, tuent les questions. Pv: Hope

. Premier Acte D'héroïsme, Premier Ennemi.
No mercy...

. Nuit Anodine, Ou Presque ( En Cours ).
Enquête à 2oo à l'heure. Pv: Felen

. Compagnon Retrouvé, Paternel Perdu ( En Cours ).
Retrouvailles Maladives. Pv: Hope

. Création D'un Groupe ( En Cours ).
La vie n'est qu'un jeu. Pv: Carpe Diem
Revenir en haut Aller en bas

Lylio's Story.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages :: Notes des voyageurs-