Haut
Bas

Partagez

(Quête) Je viens pour l'annonce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyLun 30 Mai 2011 - 20:46
La scène ne se passe pas dans un lieu précis, elle peut avoir lieu n'importe où, aussi ne nous attarderons pas sur ce détail insignifiant. Pourtant, sa chronologie étant importante, nous y attacherons l'importance qui lui est due. Ainsi donc, dans une salle dont nous ignorons tout s'est passé cette scène précise et fort intéressante que nous tentons de retranscrire à présent. Clane, après son échec cuisant contre le duo infernal des Private Jokes, était devenu leur esclave en punition de ses crimes. Il avait tenté de manipuler son monde et de prendre le contrôle des rêves afin d'assurer son pouvoir sur l'autre monde et pour cela, devait payer. Lui-même se rongeait les sang à chaque fois qu'il pensait à son abominable situation. Il était à la merci de deux personnages ridicules et pathétiques qui lui avaient volé son précieux repère secret pour en faire un royaume de bonté et de justice, de paix et de tranquillité insolent. Ces voyageurs n'avaient aucune classe, ils faisaient ce qui leur passaient par la tête sans comploter à long terme, c'était exaspérant. De plus, il l'avaient placé sous l'autorité directe d'une peluche machiavélique qui était sûrement la chose la plus effrayante qu'il ait jamais vu. Sans le parchemin qui le contraignait à obéir aux ordres, il aurait immédiatement détruit telle créature des rêves, pour le bien commun. Hélas, la chose ne lui était pas permise et il était sans conteste forcé d'exécuter les quatre volonté de l'immonde petit phoque. Même lui, qui s'était considéré comme un méchant parmi les méchant devait s'incliner face à cet être et courbait l'échine devant lui en attendant de pouvoir prendre la diagonale. Il n'en pouvait plus de ces idiots de maîtres et de ce royaume de gentil, toujours il rêvait de retrouver son existence précédente où ses ordres étaient appliqués et où il complotait tranquillement, sans la moindre retenue. Peu lui importait en fait qu'il réussisse ou non à manipuler son petit univers, qu'il échoue systématiquement dans ses plans diaboliques. Lorsqu'il le faisait, au moins se sentait-il lui-même. Qu'importait après tout que les gentils l'emportent toujours au final ? Il n'était pas réellement de ceux qui voulaient l'emporter. Il voulait seulement s'amuser un peu. Il se rendait compte de la chose à présent, tout ce qui l'intéressait réellement, c'était de comploter contre les autres et de fomenter des plans géniaux. Et s'il l'emportait, ce n'était qu'un bonus dans l'affaire. Ah, hélas, il était contraint et forcé par ce parchemin qu'il était bien incapable de retirer. Il ne pouvait même plus s'entraîner à sa guise pour augmenter ses capacités ! Il détestait cela.

En face de lui, dans cette même salle dont nous ignorons tout, se trouvait l'un de ses deux maîtres, le plus silencieux des deux. C'était peut-être pour cette raison qu'il l'appréciait un peu plus que l'autre grande gueule. Pourtant, son silence était agaçant aussi lorsqu'il le souhaitait. Son nom, Jacob Hume. Son surnom, l'intouchable. Ce type était invincible, il était en permanence recouvert d'un bouclier impénétrable. Increvable au plus au point, il était aussi capable de tout un tas d'autres techniques avec son bouclier invisible qui étaient sensiblement agaçantes pour ceux qui étaient amenés à le combattre. Sa puissance n'était pas si grande en réalité, mais sa résistance sans faille. Un jour pourtant, Clane en était sûr, il trouverait le moyen de le détruire, de passer son fichu bouclier et de lui mettre enfin un couteau entre les côtes. Voilà sa vengeance ! Hélas, trois fois hélas, pour le moment, la chose n'était pas possible. Nous étions deux nuits avant l'événement qui occupe principalement notre sujet et deux nuits après la visite étrange l'homme masqué et du dépôt de sa lettre. Le jeune Hume n'avait pas apprécié que l'on menace ainsi son acolyte et avait décidé de réunir un conseil de guerre avec son esclave, deux voyageurs amis du royaume et l'abominable immondice : Fino. Ensemble ils décideraient de la marche à suivre, ils n'avaient qu'une adresse, mais déjà voulaient se lancer dans l'aventure pour aller combattre des monstres pire encore que tout ce qu'ils avaient vu. Clane, lorsqu'il avait été immobilisé sans la moindre difficulté avait su que les gamins étaient allés trop loin, ils avaient provoqué un trop gros morceau. Mais peu importait pour l'intouchable, il était fou et souhaitait impérativement savoir à quoi il avait à faire pour organiser une réplique immédiate ou pour renforcer leurs défenses. Fou, mais déterminé, peut-être surprendrait-il assez ses ennemis pour s'en sortir. Il était assez ingénieux pour cela, mais l'ingéniosité ne suffirait plus lorsque ses ennemis l'attraperaient. Il était loin de valoir les mastodonte hyper puissant contre lesquels il s'élançait bravement. Un inconscient ! Mais son inconscience servait les plans de Clane, s'il mourrait et que Ed était tué par les chasseur de prime, lui serait enfin libre de leur emprise et pourrait de nouveau parcourir le monde.

Il remua dans son fauteuil en faisant le moins de bruit possible. Le silence de la réunion, où tout était fait par écris pour que Jacob puisse ordonner et suivre l'agaçait, pourtant, il avait le sentiment qu'il n'était pas permis de le briser. Même l'infâme et monstreux phoque s'abstenait de ses usuels commentaires, quoi qu'il les fit par écrit en réalité. Leur plan était assez simple et reposait surtout sur la condition de passer inaperçu et de pouvoir sortir sans trop de mal. Bref arriver en douce, repartir en douce. Et tout avait été prévu pour le faire sans éclat, sans attirer l'attention. Ils ne connaissaient en fait rien des lieux, mais se sentaient absolument certains d'eux-mêmes. Peu lui importait. Plus il y avait de fous à périr dans l'affaire, mieux il se sentirait. Soudain, l'intouchable se tourna vers lui et lui adressa un regard pour qu'il lise ce qu'on lui ordonnait. Clane baissa les yeux sur ce qui était noté et n'en crut pas ses yeux. Il haussa un sourcil à l'attention du voyageur et montra son incompréhension, cela n'avait pas de sens, c'était fou, inconsidéré ! Peut-être cela avait-il un rapport avec le reste. Il ouvrit la bouche pour tenter de ne pas avoir à s'acquitter de la mission qui lui incombait, néanmoins il fut immédiatement coupé par une voix qu'il ne connaissait que trop.


"On ne discute pas macabé ! Tu as tes ordres et tu les exécutes, et au passage tu me copieras cent fois : 'je n'ouvre pas ma sale gueule de chien et je la ferme pour profiter seul de mon haleine de pingouin.' "

Et Clane se tait, il sait ce qu'il doit faire et comment le faire. Mais la chose ne lui plaît pas une seule seconde. Ce n'est pas du tout comme il l'imaginait. Jacob veut couler et le faire couler dans sa suite !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyMar 31 Mai 2011 - 14:43
Je n'étais pas exactement sûr que nous soyons très exactement préparé pour ce qui allait suivre. Bien entendu, nous avions un plan précis cette fois et nous étions loin de l'improvisation usuelle qui caractérisait mes missions. D'ordinaire, je me lançais gaiement dans l'aventure et avisait au fur et à mesure, réagissant toujours tel que je le jugeais le plus opportun. Je ne partais jamais avec un "plan" prédéfini et comptait toujours sur mon sens inée de l'improvisation pour me tirer de toutes les situations les plus dangereuses et avec le minimum de matériel qui plus est. Je n'étais pas une mauviette et je savais me battre si le besoin se faisait sentir, je n'étais pas non plus une brute épaisse. La ruse Indy ! Toujours utiliser la ruse plutôt que tes muscles. Nous étions préparé à user d'une ruse cette fois-ci et pourtant, je n'étais toujours pas confiant quand à l'issue de notre petite entreprise. Autant dire que j'appréhendais beaucoup ce qui allait se passer. D'abord, sûrement, parce que nous allions bientôt pénétrer dans un manoir où l'on savait qu'il existait quelques ennemis monstrueusement puissant et que cela ne me rappelait que trop cette fameuse fois où j'avais dû pénétrer dans un château bavarois en compagnie d'une demoiselle fort charmante, mais particulièrement folle. Le tout avait fini plutôt de façon hasardeuse et si nous avions mis le feu à la moitié de la forteresse, nous avions bien failli y passer mon père et moi. Alors l'ambiance manoir germanique, j'avoue que ça me plaisait moyen comme idée. J'étais un archéologue, pas un voleur de grand chemin, mon trip c'était les ruines, les temples maudits et les pièges qui empêchent d'accéder au trésor, pas toujours la discrétion en somme. D'ailleurs toutes mes aventures se finissaient en queue de poisson et en courant vers la sortie la plus proche avec la moitié de l'armée allemande ou soviétique à mes trousses. Alors comment pourrais-je ne pas m'inquiéter quant à l'issue de cette mission particulière ? Mais qu'importait, si ces personnes avaient bien l'intention de faire ce qu'elles nous avaient si gentiment promis, nous n'avions pas le choix, moi et les autres étions visés par la menace et il nous fallait réagir d'une manière ou d'une autre.

Nous étions donc fin prêt à entrer dans la gueule du loup. Luxuria était un lieu de débauche totale, qui puait l'alcool et les bordels. Voilà sûrement ce qu'il manquait à cette aventure pour qu'elle soit digne d'être comptée : une jolie jeune demoiselle à l'esprit farouche. Blonde ou brune, peu importait, mais nous n'étions que quatre hommes robustes avec assez de couilles pour aller provoquer nos ennemis sur leur territoire. Bref, point de jeune femme en pleine santé à l'horizon, notre aventure manquerait sûrement de délicatesse donc, nous étions seulement quatre pauvres hommes contre une armée de méchants, et je n'avais qu'une corde un fouet avec moi. Luxuria puait de son éternelle fête de dépravés où les coup de feu et les cris étaient assez fréquent pour que nous puissions couvrir notre arrivée, au moins en partie. Bien entendu, il était hors de question d'entrer par la porte, peu importait pour qui nous nous faisions passer, plus question de se transformer en couple de lords écossais - d'ailleurs Jacob n'avait pas la poitrine nécessaire pour aguicher le majordome. Nous devions donc entrer par l'une des fenêtres et la première partie de notre aventure consistant à l'atteindre. Étant totalement sourd, notre stratège avait besoin de nous pour être ses yeux et ses oreilles, le prévenir en cas de bruit suspects et effectuer le travail qui nécessitait de faire le moins de bruit possible. Lui, avait son propre rôle de protection et d'investigation. Hélas, nous n'avions pas tous la chance d'avoir son bouclier. Je me souvenais parfaitement de la première dont j'avais fait d'expérience de celui-ci, ou plutôt, de la première fois où je l'avais vu à l'oeuvre. Une sacrée performance que de voir ces loups s'y percuter si maladroitement ! Impénétrable, telle était la particularité de sa protection. J'avais cependant la sensation qu'il n'en était pas fier, alors que d'autres, avec un pouvoir pareil, se seraient pavanés sans la moindre prudence. Néanmoins, tous les préparatifs terminés, nous savions que nous ne disposions pas d'un temps illimité pour accomplir notre forfait, aussi je regardai mon commandant et son esclave et nous échangeâmes tous les trois des signes de tête entendus. Le signal était donné, nous pouvions y aller.

Le jardin, heureusement pour nous, était fleuri et pouvait couvrir notre avancée, ce fut donc baissés et avec toute la prudence qui s'imposait que nous courûmes droit vers l'aile ouest du manoir, essayant bien entendu de ne point trop s'approcher de l'entrée principale, que nous redoutions d'être gardée. Nous nous précipitions en silence vers l'édifice lorsque Clane, conformément au rôle qui était le sien, se sépara de nous et doubla son allure pour aller immédiatement là où on l'attendait. De mon côté, je ne courrais pas sans dérouler ma longue corde sur le gazon, en m'assurant qu'elle demeurait bien cachée par les fleurs et autres membres du mobilier végétal. Tout avait été chronométré à la seconde prêt et nous savions exactement comment entrer, quel subterfuge utiliser. L'édifice n'était plus qu'à quelques mètres devant nous et le moment que nous redoutions tous commençait maintenant. Nous étions enfin là où l'ennemi pouvait surgir à tout instant. Saurions-nous à la hauteur de nos propres espérances ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
PNJ du Staff
Messages : 321
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyVen 3 Juin 2011 - 15:30
Aion poussa délicatement la porte menant aux quartiers des ses maîtres, voila plusieurs nuits qu’il n’était pas retourné à "Nostramo", le manoir des Von Jackson, et sa présence avait ravi Dame Séléna qui s’était aussitôt empressée de lui administrait toutes sortes de tâches à accomplir, celle-ci étant bien sûr en dessous de ses compétences. Faire les comptes des revenues de la ville pitoyable qui s’étalait sous les murs de "Nostramo" passait encore mais menacer des commerçants, rapporter les esclaves servant à l’entraînement des deux chipies et réprimander des réfractaires, voila qui était tout à fait ennuyeux et d’une difficulté enfantine. Malgré cela, le majordome était satisfait de la tournure des évènements des dernières nuits, bien que la mort d’Héléna ai plongé la famille dans un état de tristesse avancé, et que cette même mort soit un message de ces pleutres de Génésis pour la grande Confrérie de l’ombre. Il n’aurait pas imaginé une seconde que ce Ed Free faisait parti intégrante de Génésis, généralement les membres qui était dans ce groupe opéraient toujours masqué et ne prenaient pas le risque d’être découvert ou de faire découvrir les lieux d’où il lançait leurs opérations… Aion se demanda pourquoi ce jeune homme avait agit de la sorte, il ne voulait peut être plus de sa vie de voyageur et il avait préparé sa chute dans l’espoir d’écrire son nom dans les pages de Dreamland. L’homme qui défia la famille Von Jackson en tuant l’enfant la plus douce et gentille de celle-ci, pas de quoi en faire une légende et même pas un poème… Une blague posthume à la limite et encore… Le majordome poussa une nouvelle porte pour entrer dans la pièce réservée au personnel de service, celui-ci étant composé de quatre voyageurs qui avaient tous des aptitudes fait pour leurs taches quotidiennes. Aion remarqua qu’il était tout les trois là et leurs adressa un signe de tête en guise de salut. C’est alors qu’une voix traînante s’éleva dans la pièce, elle portait un soupçon d’ironie entremêlé à l’amusement.

-« Dis moi Aion, où vas-tu de ce pas si rapide ? »

-« Dans les appartements de Dame Séléna, pourquoi cette question Kilik ? »

-« Elle ne te porte plus dans son cœur depuis que tu as… comment dire… Précipité la mort d’Héléna… »

-« Je ne pense pas que les Bloody Rabbits ai fait quoi que ce soit pour s’attirer ses bonnes grâce non plus… »

-« Ouais peut être bien, mais moi, j’ai pas tuer la personne que je devais protéger… »

-« On en reparleras après Kilik, tu vas me mettre en retard. »

Aion enclencha le mécanisme de la poignée et passa la porte pour se retrouver dans un long couloir ornée de chaque côté par une rangée de statue à l’effigie des plus grands membres de la famille Von Jackson ayant foulé le sol de Dreamland. Aion s’arrêta devant celle d’Héléna, Dame Séléna l’avait mise ici à titre posthume, et le majordome caressa le visage de pierre de la jeune femme, elle n’avait que cinq ans lorsqu’il fit sa connaissance, et depuis elle avait grandi à ses côtés toutes les nuits en tant que voyageuse. Sa perte jetait Aion dans un profond chagrin qui ne pourrait prendre fin qu’avec la mort du responsable. Le majordome poussa une nouvelle porte et resta devant les lourds battants qui se refermaient, Dame Séléna était face à lui, de dos, elle semblait ranger plusieurs des affaires de sa petite fille, sa longue robe noire était comme berçé par une volonté propre et répondait à chacun de ses mouvements, c’est d’une voix triste qu’elle s’adressa à son domestique.

-« Des nouvelles Aion ? »

-« Aucune madame, les Bloody Rabbits cherchent toujours en zone 2, tandis que Némésis Intentions s’occupent de la Zone 1, si ce Ed Free avait, comme il parait, un royaume alors nous ne tarderons pas à le trouver. »

-« Mickael et Raphael sont bloqués au royaume obscur pour parler d’une affaire dont je n’ai aucune connaissance avec l’Ordo Mortalis. Ces gens sont des sauvages et je déteste avoir affaire avec eux, ils ne pensent qu’a leurs profits personnels. »

-« C’est exact Madame, voulez vous transmettre un message au Maître ? »

-« Non, parle moi plutôt de l’état de nos revenus… »

-« Hélas Madame, ils ne plus aussi florissant que ces dernières années, certains voyageurs auraient interférer dans nos affaires, et les commerçants qui n’avaient plus de quoi payer ont été exécutés, il faut attendre que quelqu’un d’autre prenne leurs places. »

-« Je n’ai jamais aimé les affaires, c’est ennuyeux au possible, quoi d’autre ? »

-« Dame Amélia et Dame Emilia sont de nouveau partis hors du manoir cette nuit, elles ont probablement hâte de découvrir Dreamland. »

-« Ah, je me doutais bien que c’était calme aujourd’hui, je les punirai la nuit prochaine, elles doivent apprendre qu’il y a bien plus dangereux et cruel en dehors ce murs qu’a l’intérieur, même si c’est dure à croire… »

-« Le seigneur Uriel n’a pas répondu à vos messages, il évite Nué dès qu’il peut. »

-« Je comprends qu’avec le rôle qu’on lui ai donner, il ne veule pas voir sa mère de temps en temps mais tout de même, un assassin devrait trouver de la place dans son emploi du temps pour passer voir sa vieille maman. »

-« Le seigneur Gabriel voudrait aussi aller plus loin dans ses recherches, on sait qu’Héléna est morte en Zone 3 et qu’il est cloisonné à la Zone 1, il pense que les Némésis Intentions seront plus utiles en Zone 3. »

-« Les Dark Lies occupent cette position déjà, on ne va pas regrouper nos forces maintenant, dès qu’on aura trouver le coupable on pourra peut être envisagé qu’il change de Zone. Sinon, où en est Alicia de son projet "Renaissance" ? »

-« Dame Alicia semble travailler sur quelques améliorations qui rendront ce projet magnifique pour la famille Von Jackson… »

-« Bien, j’ai vraiment hâte que celui-ci soit finis, je pourrais enfin avoir la paix dans mon cœur, que cet immonde personnage qu’est Ed Free m’a arraché. »

-« Nous ferons tout Madame pour le retrouver… »

-« J’espère bien Aion, sinon je serai obligé de te punir toi et le reste de ta bande d’incapables. »

Sur cette dernière phrase, Dame Séléna pénétra dans sa chambre, laissant Aion seul dans le petit salon des quartiers de la famille Von Jackson, le domestique se tourna vers la fenêtre qui emplissait l’air de la pièce de l’odeur nauséabonde venant des bas fond de Luxuria, puis il la ferma d’un geste rapide et précis mais non sans jeté un regard vers le jardin puis retourna vers ses compagnons de service.

-« Quelqu’un est allé dans le jardin ce matin, si oui, je prierai cette personne d’aller remettre un peu d’ordre, on dirait qu’il y a eu une course poursuite là dehors et plusieurs parterre de fleurs sont abîmés »

-« Je pense que c’est ma faute, je suis arrivé un peu vite ce matin… »

-« Om, je m’en doutais, vas donc réparer tes frasques avant que Dame Séléna s’en aperçoive. »

Aion regarda ensuite sa montre puis s’en alla vers la cuisine d’un pas rapide, lançant ses dernières instructions à ses collègues.

-« Le dîner devra être servi dans trente minutes, dépêchez vous d’aller préparer le service. »

__________

https://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptySam 4 Juin 2011 - 23:46
*Je ne suis pas dans le trip vengeur de la nuit, mais j'avoue que cette fois, je n'ai pas le choix. Ces types sont réellement dangereux. La façon dont un seul d'entre eux a immobilisé Clane et fait taire Fino. C'était quelque chose. Alors voilà, pas de quartier. On ne touche pas à mon royaume sous prétexte qu'une petite idiote qui passait son temps à pourrir les rêves de tout le monde ait fait des misères et se soit fait prendre. D'après ce que j'ai compris, ces gars de Génésis ne rigolent pas et ceux qu'ils ont attaqués non plus. Mais moi, je n'ai pas envie que mon royaume, le seul royaume en paix de Dreamland, le seul royaume tranquille, qui n'accepte aucune pertubation. Je n'accepterai pas qu'on vienne y foutre le bordel sous prétexte qu'une gamine a perdue sa petite peau de voyageuse et qu'elle appartenait à la mauvaise famille de mafieux. Non seulement ces types profitent de leurs pouvoirs à Dreamland pour emmerder tout le monde, mais en plus, il viennent m'emmerder moi. Naturellement, cette provocation grotesque et ridicule - Ed ne tue personne sans le prétexte de la légitime défense, au minimum... - ne peux pas me laisser de marbre. Je suis l'intouchable et ils s'attaquent à un trop gros morceau. Oh, bien sûr je ne me fais pas d'illusions. Ils sont plus forts que moi, néanmoins, j'ai plus de ressources que les autres. Et même qu'eux-tous réunis. Ils ne savent rien de moi, rien de moi et de Ed. Ils ignorent encore nos possibilités jointes et la puissance que nous avons l'un à côté de l'autre. Nous sommes pleins de surprises et ils ne pourront jamais rien contre nous. Enfin, pour le moment, la chose importe peu. Ce qui m'importe, c'est de savoir de quoi sont capables de nos ennemis, combien ils sont, qui il sont, que font-ils, comment et pourquoi ? Et si possible aussi, combien sont-ils ? Parce qu'évidement, nous n'avons qu'un petit royaume à un endroit, mais eux... Eux ils peuvent être beaucoup, beaucoup plus que tous ceux qui sont avec nous... Et ça, ça peut être problématique... Enfin, pas trop, car la vérité, ce que, comme je l'ai déjà dit, je suis pleins de ressources et ils ne s'imaginent même pas à qui ils ont à faire. Par courtoisie, ils nous ont prévenus. C'est fort gentil à eux. Mais, en pratique, c'était la plus mauvaise idée qu'ils n'ont jamais eu. En fait, je crois même qu'ils n'auraient jamais du le faire et qu'il aurait été mieux pour nous tous qu'ils débarquent à l'improviste pour faire le mal. Comme ça, ils m'auraient peut-être tués sans même que je m'aperçoive qu'ils sont une bande de méchants pas beau. Alors que là... Le problème... C'est que moi, je sais. Et que eux, ils ignorent encore...

Alors voilà, je suis là pour savoir à qui j'ai à faire et pour m'y préparer correctement. Car, contrairement à mon ennemi, je veux être prêt comme il le faut et faire ce qui doit être fait pour protéger mon royaume. Nous aussi nous avons des alliés aussi. Mais nous ne nous faisons pas de préjugés sur notre puissance ou sur celle de nos ennemis. Il nous faut savoir avant d'aviser. Et il me semble que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Ils nous provoquent, mettre un prix sur la tête de mon coéquipier sans même se demander réellement à qui ils ont à faire. Ils ne savent pas réellement qui je suis, ni comment s'y prendre avec moi et je crois qu'ils se sont réellement mis dans un pétrin qu'ils ne connaissent pas. Nous ? Nous n'y avons pas mis les pieds, on nous y a poussé par la force des choses. Nous n'avons rien demandé à personne et voilà qu'une bande de mafieux bien mauvais comme dans les films nous agresse parce qu'ils sont chagrinés d'avoir perdu une fille dans un monde onirique qu'ils tentent de contrôler. Je ne vois que deux hypothèses possible pour expliquer une telle réaction : ou cette famille est complètement dégénérée et enfermée toute entière dans les rêves par un être ultimement maléfique dont ils sont esclaves, ou dans dans la vie réelle ils ne sont qu'une famille pauvre et insipide qui ne trouve pas le moyen d'être heureuse, sauf en tyrannisant les rêves de ceux qu'ils ne peuvent pas éblouir dans la journée. A mon avis, la seconde solution est beaucoup plus plausible et je rajouterai même qu'ils ont toute la trilogie du Parain en DVD, ainsi que "Le clan des sicilien", "Les tontons flingueurs" et même "Scarface". Bref, des barjos en somme. Ils nous parlent de leur famille - apparemment tous des voyageurs et ça, ça fait sacrément peur quant à leur santé mentale en général - et nous menacent comme s'ils étaient à la tête d'une organisation de contrebande internationale. C'est comme ils veulent, moi je m'en fous. Tout ce qui m'importe, c'est qu'ils ne s'en prennent pas à mon gang de barges à moi, parce qu'ils se frotteront alors à un soucis majeur. Alors me voilà et cette fois-ci, c'est moi qui vais vous laisser un arrière goût d'inquiétude amère... Je suis l'intouchable et vous, vous n'êtes que des sots !*


Jacob suit Indy entre les fleurs, courbé pour ne point attirer l'attention, la corde se déroule tranquillement dans leur sillage et Clane disparaît de son côté. Jacob cependant est vêtu étrangement. Il porte un long manteau de cuir sombre et a des lunettes de soleil sur le nez. Néanmoins, sa chevelure violette le laissait implacablement reconnaissable... pour qui le connaissait déjà. Ils s'avancent tous les deux dans le jardin et finissent par s'adosser à la paroi du manoir, sous une fenêtre, là Indy laisse la corde libre et la lâche, elle est presque au bout de toute manière. *Bien à présent, il nous faut entrer dans le manoir, et c'est sûrement ce qu'il y a de plus dur à faire, car nous n'avons pas toute notre journée pour attendre le moment opportun ou pour concevoir un dispositif génialissime, nous allons faire les choses à l'ancienne et nous allons les faire bien. Indy et moi sommes des pros en la matière, du moins, le pensons-nous, car il est évident que nous ne sommes pas des idiots venus de la dernière pluie. Nous savons ce que nous faisons et nous sommes concentrer sur la mission et... voilà un type qui entre... Je l'ai déjà vu. Oui, il ressemble à ce type qui était au royaume des cow-boy cette fameuse nuit... Même que, même que je dirais que c'est le type qui nous a téléporté à travers toute Dreamland. Si ce n'est pas lui, en tout cas, il était là. Moi, je n'avais rien demandé à personne et je me suis retrouvé dans un cauchemar. Vraiment, je le retiens ce type. Au moins, il prouve que nous sommes à la bonne adresse. C'est déjà un bon point pour nous. Mais à présent, nous devons trouver comment entrer dans cette aile. Et la première étape est donc de jeter discètement des coups d'oeils par les fenêtres pour voir lesquelles nous pouvons briser sans attirer l'attention des habitants, dont nous ignorons encore tout. Voyons-voir dans celle-ci, oups ! Mouvement ! C'est bon, je me suis immédiatement baissé et c'était de dos. Une femme je dirais, dans une sombre robe noire à la sicilienne... Très sympa l'ambiance, manque plus que Al et le tableau sera génial. Bref, essayons celle d'être côté. Même pièce. Prends garde Jacob, cette femme finira par se retourner. Bref et la suivante ? Merde ! Du monde ! Vite baissons-nous... Euh... Attendez une seconde... Du monde ? Vraiment ?* Jacob relève encore la tête vers le couloir qu'il a entrevu et remarque alors l'immobilité des personnages qui y résident. *Oh, voilà qui est intéressant... Une grande allée avec pleins de statue. Ça ne me rappelle pas une scène du Parain pourtant... Mmh, ces gens ont l'air d'être des collectionneurs, est-ce que cette info est utile ? Est-ce que je peux en voler une et demander une rançon ? Non ? Bon, mauvaise idée, elle rentre pas dans le chapeau d'Indy. Alors allons nous faire voir et entrons. Indy, à toi de jouer.*
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyDim 5 Juin 2011 - 0:47
Ces fenêtres étaient toujours fermées. Il fallait bien dire que personne n'irai ouvrir ses fenêtres sur l'odeur d'alcool si forte de Luxuria, ni même sur sa débauche perpétuelle et sa décadence touristique dont les bruits remontaient jusqu'ici. Moi même, qui avait pourtant visité des lieux bien pire n'aurait point aimé ouvrir la fenêtre de ma chambre sur un tel décor, j'étais peut-être un aventurier, j'aimais néanmoins me retrouver dans un lieu agréable quand je le pouvais, et cela impliquait un doux parfum combiné avec un silence relatif. Aussi cette fenêtre était fermée et demeurerait fermée. Nous avions étudié un plan d'action où nous envoyions quelques boules puantes ou gaz dans la place afin de les forcer à en ouvrir une. Néanmoins, l'idée avait été écartée lorsque nous avions réalisé que le signalement de notre présence à l'intérieur serait presque trop évident ou qu'il n'était peut-être pas aussi efficace contre nos ennemis dont nous ne savions au final que peu de choses. Le visage - masqué - de l'homme qui venait d'entrer dans le manoir sembla rappeler quelque chose à Jacob, moi, il me rappela surtout la description faite par Clane de l'homme venu déposer notre lettre d'ultimatum sans conditions à notre peluche favorite. Peu m'importait la présence d'un tel individu ou d'une centaine dans son genre, l'improvisation était notre créneau et nous ne comptions pas arriver par la porte d'entrée en saluant tout le monde pour attirer leurs foudres immédiates. Nous étions plus prudents que cela et notre plan prévoyais une porte sortie spectaculaire ainsi qu'une entrée peu remarquée. Notre passage, si nous pouvions le dire, devait rester invisible et nos identités parfaitement secrètes. Cela nous permettait aussi très accessoirement de conserver nos vie en cas de pépin. Quoi qu'il en soit, nous devions attendre une occasion pour entrer dans le manoir - j'avais toujours un sacré pressentiment à propos de ces lieux. Un occasion, cela voulait dire en somme que nous attendrions que le tapage de la ville nous procure une occasion pour pénétrer dans la maison par effractions sans pour autant réveiller le voisinage. Nous nous servirions très probablement d'une explosion ou d'une clameur de joie pour donner un grand coup là où il fallait et s'introduire ensuite dans le bâtiment. Rien de plus simple au premier abord, pourtant, rien ne l'étais réellement.

Tout d'abord ce manoir - décidément je ne le sentais pas celui-là - avait été placé un peu en retrait de la ville. Assez pour l'entendre et la sentir, mais pas assez pour en être perpétuellement assourdit. Aussi, il serait simple de reconnaître un bruit venant de la plus grande proximité que de la fureur lointaine d'un bagarre un peu trop importante. Il nous faudrait attendre que la ville nous serve donc un grand fracas soudain pour agir, aussi la chose ne paraîtrait-elle pas étonnante nous pourrions nous introduire rapidement sur dans les lieux. Pourtant, notre temps était limité et nous ne pouvions pas attendre éternellement que notre heure vienne. L'heure, au contraire, tournait et nous devions agir plus vite si nous voulions réellement pénétrer dans le bâtiment avant que tout soit trop tard et que nous puissions récupérer les informations que nous souhaitions. Et la première chose que nous devions faire, c'était donc de créer nous-même la situation que nous attendions. Aussi, tout avait été soigneusement préparé et chronométré. Ainsi, nous avions donc une idée précise de quand allait se produire notre première intrusion, puisqu'elle avait soigneusement été préparée. Une fois que Jacob m'eut indiqué la fenêtre par laquelle nous pénétrerions, je pris mes dispositions et l'observait soigneusement. Deux battants, à ouvrir par le centre. Rien n'était plus simple que cette fenêtre à passer. Beaucoup songeaient avec intelligence qu'il était plus simple d'en casser l'un des carreaux. Malheureusement, rien ne se remarquerait plus que des carreaux cassés et nous ne voulions pas spécialement être remarqués. Il était en réalité plus simple de faire sauter le loquet de celle-ci afin qu'elle s'ouvre, nous pourrions ensuite la refermer comme si de rien n'était. Le temps que l'on remarque que la fenêtre avait été endommagée, nous serions loin. Et la tâche m'incombait donc, puisque j'étais le seul de nous deux à pouvoir entendre la diversion que nous avions planifiée.

Je me mis en position, m'assurant d'abord que personne ne pouvait me voir et attendait mon heure. À l'instant précis que nous avions prévu, on entendit le bruit du verre qui se brise non loin de là. Je réagis dans l'instant et tapait dans la fenêtre à l'endroit que j'avais imaginé, elle s'ouvrit immédiatement, couverte par l'autre bruit. Jacob et moi pénétrâmes immédiatement dans les lieux sans attendre davantage et nous nous introduisîmes à l'intérieur le coeur battant la chamade. Je retenais mon souffle pour profiter de l'instant et pour ne point céder à la panique. Nous étions enfin à l'intérieur et j'avais un peu peur de ce qui allait se passer. Jacob referma la fenêtre dernière nous et nous entrâmes dans le couloir aux statues sans faire le moindre bruit. Hélas, nous ne demeurâmes pas seuls longtemps, aussitôt après que nous soyions entrés, ou presque, une porte s'ouvrit. Je restais paralyser de stuper, prêt à invoquer un cobra géant et à me battre pour ma vie en maudissant ma malchance et mon imprudence d'avoir suivi le jeune homme dans l'aventure rocambolesque qui était la sienne. Pourtant, ce fut lui qui réagit le mieux, il m'attrapa par la taille et s'envola jusqu'au haut plafond, m'attirant avec lui vers cette cachette improbable. Je me retrouvai donc silencieux, mais collé au plafond et l'homme que nous avions vu entrer tout à l'heure entra encore une fois dans notre champs de vision, pénétrant le couloir familier sans trop se préoccuper dans vérifier l'aspect. Pour lui, la fenêtre était toujours bien fermée, il n'avait aucune raison de regarder en l'air. Lorsqu'il passa devant les statues, il se laissa même distraire par l'une d'entre elles, dont il caressa la joue un instant, sûrement songeur, puis, il poursuivit son chemin vers une autre porte. Jacob me fit immédiatement descendre de notre cachette et nous nous y posâmes bien discrètement. Les voix m'attirèrent alors vers la pièce dans laquelle l'homme était entré et je m'approchait en découvrant que la porte était peut épaisse, mal fermée et donc la conversation très audible pour moi. En revanche, mon ami n'avait sûrement aucune idée de ce qu'il s'y passait, il me faisait seulement confiance pour ces affaires d'ouïes, pour lesquelles il n'était pas le plus indiqué.

Je compris immédiatement de quoi ils parlaient, c'était un compte rendu des affaires de la noble famille que nous visitions actuellement sans permission préalable. C'était exactement le genre de renseignement dont nous avions besoin et je m'empressais donc de me munir du carnet de notes de mon père - qui, quoique rempli de ses recherches bibliques, disposait encore de nombreuses pages vierges et commençais à y noter tout ce que j'entendais. Je me concentrait davantage sur la forme et les mots en griffonnant les plus importants, sans trop me préoccuper de leur sens pour l'instant, quoi que j'en saisissait encore le principal et, à vrai dire, il faisait assez peur. Le nombre de personnes mentionnées, les diverses activités entretenues par cette familles dont le nombre des membres était grand, tout cela avait de quoi donner la chair de poule, même à un aventurier aguerri comme je l'étais. Pendant ce temps, dans mon dos, Jacob étudiais les statues d'un air entendu et intrigué, je le laissais faire, poursuivant ma prise de note. Lorsque je compris enfin que la conversation arrivait à sa fin, je fus pris de panique, l'homme allait sortir et je n'avais plus vraiment de moyen de me cacher rapidement. Si ce n'était en me collant contre un mur, de n'autre côté du battant de la porte, là où il ne vérifierait peut-être pas. Ce fus ce que j'entrepris de faire lorsqu'une main me saisit soudain...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyDim 5 Juin 2011 - 1:30
Clane s'était séparé, comme prévu, du groupe qui pénétrerais dans la bâtisse. Il n'était pas temps pour lui d'en faire autant et il était particulièrement reconnaissant qu'on ne le lui ait point demandé. Néanmoins, il gardait à l'esprit que sa situation n'était guère plus enviable de ce côté-ci. Tout d'abord, il demeurait toujours aussi visible depuis l'intérieur et cela ne changerait pas avant un certain temps. Bien entendu, il était sous le couvert de la végétation et si tout se passait bien, ne risquait au final que peu. Pourtant, l'idée ne le rassurait pas autant qu'il ne l'aurait souhaité. Dans un second temps, il était seul et isolé, par conséquent dans l'incapacité totale d'être secouru par qui que ce soit en cas de besoin. Quoi qu'il doutait que le secours qu'on aurait pu lui apportait soit assez conséquent pour faire face mieux que lui aux dangers des lieux et des locaux. Enfin, le plan si soigneusement préparé par son maître muet prévoyait davantage que lui serve de diversion plutôt qu'eux. Ainsi, il était plus ou moins censé attirer l'attention sur lui tandis que ses camarades passaient discrètement leur temps bien au chaud à l'intérieur. Certes, les risques qu'ils prenaient était beaucoup plus grand, pourtant, ils étaient amoindris en supposant qu'il prendrait des risques pour eux. Il était évident que Clane ne comptait pas se tenir au rôle qu'on lui avait confié, il n'aimait guère les dangers qu'il prenait dans l'affaire, il n'aimait guère ceux pour qui il était censé travailler, il n'aimait guère la mission dans son ensemble et le mauvais pressentiment qui l'habitait. Aussi songeait-il clairement, maintenant que l'intouchable était loin, que l'abominable n'était pas présent et qu'aucun autre maître potentiel ne se trouvait sur les lieux, à foutre le camp sans demander son reste. Il regarda la distance qui le séparait de l'enceinte du périmètre du manoir. Il n'y avait finalement pas si long entre lui et la sortie et s'il souhaitait s'éclipser en douce. Il serait alors loin en quelques minutes, les deux autres seraient laissés à eux-même en territoire hostile et perdraient sûrement la vie. Alors, il se sentirait lui-même de nouveau et pourrait enfin ressentir les joies d'être un véritable méchant comploteur. Lui sauverait sa peau et retrouverait sa liberté, eux mourraient sûrement dans d'atroces souffrance et il serait le seul véritable vainqueur. Mr Pink dans Reservoir Dogs, mais sans les diamants.

Hélas, si hardiment qu'il le souhaitât, il n'en fis rien et demeura au poste qui étais le sien, pour deux raisons bien particulières. D'abord parce que Hume avait pris son manteau et ses lunettes de soleil et qu'il était hors de question de les lui laisser. Il allait sûrement les salir si lui-même n'étais pas là pour veiller. Ils allaient forcément être abîmés dans la capture, ce qu'il ne permettrait pas. Ensuite, tout simplement parce que le parchemin qu'il avait dans le dos le lui en empêcher fermement et il ne pouvait faire autrement que d'obéir aux ordres qui avaient été, on ne peut plus clairs. Il avait beau le vouloir de toutes ses forces, il ne pouvait rien faire d'autre que ce qu'on lui avait demandé et la chaose l'aurait enragé dans une colère noire si on ne lui avait pas ordonner de se taire une fois ici. Il pesta intérieurement contre son sort atroce et contre sa malédiction, il voulait presque pleurer tant la chose était injuste. L'occasion était si belle, si accessible ! Et pourtant, si impossible à saisir ! Tout cela lui donna immédiatement un certain relan... d'affection pour ses braves et honorables maîtres. Il réalisa donc qu'il était presque temps pour lui d'entrer en scène et s'y résolu à contre coeur. Si seulement il avait pu les abandonner à leur funeste sort ! Un jour, un jour viendrait où il le pourrait et alors, oui, alors, ils verraient tous... Il saisit la bouteille vide qu'on lui avait confiée - avec le reste du matériel qui serait le sien pour cette mission - et, comme convenu passa à l'acte. Il la lança devant lui aussi fort qu'il le put, pour qu'elle arrive du côté du manoir opposé à celui par lequel entrait ses deux acolytes. Elle se brisa immédiatement et il changea de position dans l'instant pour redevenir la créature invisible du jardin. Sûrement, au même instant, le duo d'aventurier pénétrait-il déjà dans le manoir des Von Jackson. Il haussa les épaules en pensant à cela, ce qui leur arrivait, peu lui importait en fait, tout ce lui importait était de savoir comment il allait pouvoir accomplir le reste des ordres qui étaient les siens. Bien cachés, il ne risquait rien et pu admiré la bouteille brisée qui contenait un petit papier, comme un message à la mer, sur lequel il avait été écris par les soins du vénéré terrible : "Je peux vous livrer Ed Free, rendez-vous demain à l'entrée du royaume cristal." Cette brillante petite invitation donnerait ainsi l'impression que la bouteille avait été lancée depuis la rue.

Il patienta ensuite encore un peu avant qu'il ne remarque la suite des événements. Une personne sortait du bâtiment et inspectait les parterres de fleurs avec un air plus qu'intrigué. En effet, le majordome, très consciencieux de réparer son erreur s'était demandé s'il n'était pas judicieux, par hasard de vérifier s'il était bien l'auteur du tumulte jardinier qui occuperait sûrement l'esprit de madame. Or, il lui sembla évident, dans l'instant même ou il repéra le trouble pour lequel on l'avait envoyé à l'extérieur, qu'il n'en était pas l'auteur. Hélas, il ne comprenait pas exactement à quoi correspondait le chahut et avait donc décider de fouiller un peu les environs en se demandant s'il ne découvrirait pas quelque mauvaise surprise. Résultat, il était déjà là à chercher des indices qui pourraient l'aider dans les environs. Avait-il entendu le verre se briser ? Ou était-il là pour autre chose ? Clane ne pouvait pas savoir et il se demandait réellement si les événements avaient un rapport entre eux. Ce qu'il ignorait était que le bruit qu'il avait produit avait été couvert par la conversation des majordomes qu'ils n'avait pas exactement songé, sur l'instant, à se préoccuper d'une intrusion, qui serait assez fou pour venir ici ? Néanmoins, l'homme trouverai la bouteille, sans aucun doute, en revanche, trouverait-il la corde ? Il ne pouvait se permettre une telle chose, elle devait rester en place aussi longtemps que possible et son rôle consistait en partie à la laisser en place. Alors, il était temps qu'il agisse. Il fouilla dans le matériel qu'on lui avait confié et soupira.


"Mon ami, c'est à toi de jouer maintenant."

Et l'on sentait clairement dans sa voix murmurée qu'il n'avait qu'une envie : être ailleurs. Un instant plus tard, le majordome fut interpelé par un mouvement à sa droite, un peu plus loin dans le jardin. Quelque chose bougeait entre les fleurs et faisait un bruit étrange. Immédiatement attiré par cette étrangeté, il abandonna son enquête pour aller voir quoi il retournait exactement, laissant la corde sauve...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyDim 5 Juin 2011 - 15:31
*Je me demande si je pourrais prendre ce type par surprise. Il n'a pas l'air très attentif à ce qui l'entoure et reste concentré sur sa fichue statut. Il ne sait pas que je suis là. Il ne sait pas que nous sommes là. Je pourrais descendre juste derrière lui, en silence et... Et quoi ? Je l'étrangle ? Je l'assomme ? Je lui pète le cou ? Je l'attache avec le fouet d'Indy ? Ce type est fort et on le sait, ce sera certainement un ennemi redoutable, et l'éliminer tout de suite serait peut-être une bonne idée. On a vu de quoi il était capable une fois et je propose de ne pas réitérer l'expérience. On ne sait jamais, il serait peut-être bien utile de l'éliminer tout de suite. Un adversaire en moins, ce serait plutôt sympathique. Mais tuer, ce n'est pas mon truc. Et le problème avec les voyageurs c'est que, si on ne les tue pas, ils reviennent le lendemain, en pleine forme. Il existe bien des méthodes pour les enfermer définitivement, mais pas à notre niveau. Nous, on ne peut pas vraiment faire ça. Alors soit on tue, soit on frappe ces idiots là où ça fait mal, au moral et au porte feuille. Et ça on sait très bien faire. Parce que, voyez-vous, si l'on songe à ce que nous pouvons faire, nous avons du choix. Nos ennemis sont peut-être puissant, mais nous pouvons glisser entre leurs doigts facilement. Ils ne sont que des gros éléphants tout puissants qui écrasent tout sur leur passage, nous sommes des souris venues les dévorer de l'intérieur. Nous savons très bien comment faire notre jeu et comment l'emporter sur eux. Car, nous aussi, nous avons l'avantage d'être des voyageurs et nous pouvons réapparaître sans cesse, peu nous importe que nous soyons en mauvais état ou non. Et nous, nous avons beaucoup, beaucoup, beaucoup moins à perdre qu'eux. Il est fort joli se manoir, pourtant, un manoir, sa brûle facilement... Par exemple. Et comme je l'ai déjà dit, nous avons des contacts et des alliés aussi, nous pouvons nous arranger. Ainsi donc, je ne vais pas le tuer maintenant, même si, en théorie, je pourrais, sa distraction est intense. Mais soyons honnête, je n'ai pas le coeur à lui ôter la vie. Ce ne sont pas nos méthodes. Et l'humiliation serait bien plus sympa comme coup bas. En plus, je n'ai même pas de couteau sur moi. Enfin, il n'est pas bon de risquer de se faire remarquer, on ne sait pas encore combien d'autres sont dans les parages et quelle est leur puissance. Nous sommes censés passer inaperçus ici et c'est ce que nous allons faire. Nous avons déjà prévu ce que nous voulons faire pour marquer le coup et laisser une... signature...

Tient, d'ailleurs, le voilà qui repart et se remet en route, il entre dans la pièce où il y avait la femme de dos. Intéressant. Qui est-il pour elle ? Qui est-elle pour lui ? Tant de réponses auxquelles je répondrais plus tard. Allez Indy, on redescend sur terre.*
Jacob revient délicatement sur le sol, pose Indy qui se dirige immédiatement vers la porte d'où proviennent les voix d'une conversation fort intéressante, il prend de quoi noter et écris rapidement tout ce qu'il entend. Pendant ce temps Jacob s'approche des statues pour les observer de plus près. *C'est sûr celle-là qu'il s'est arrêté. Mmh, ouais, sympa comme visage, mais un peu trop dur pour moi, désolé, vous repasserez. C'est qui ? "Héléna Von Jackson" ? Oh... C'est celle qui est morte à Dreamland, celle qui n'est plus un voyageur. Intéressant... Et les autres ? Van Jackson, Von Jackson, Von Jackson... Ok, je comprends de quoi il s'agit. Bonjour l'arbre généalogique. Ils ont tous des sale têtes et doivent être sacrément imbu d'eux-même pour avoir tout cela pour s'auto admirer. Personnellement, je me débrouille très bien avec un miroir. Mais bon, ces gens veulent sûrement s'immortaliser un peu quelque part. D'ailleurs, Héléna est morte si j'ai bien compris... Hey ! Mais elle ressemble à la fille qui était au royaume cow-boy avec l'autre qui vient de passer ! Oui, oui, je m'en souviens maintenant ! C'est celle que Ed a battu ! La folle. Ben, si toute la famille est comme-ça, on n'est pas sortis de l'auberge. Croyez-moi. Mais au moins, on sait ce que ça veux dire. On a du soucis à se faire. Mais pas tant que ça. S'ils sont tous aussi timbrés qu'elle, c'est que nous avons une chance de tous les avoir... tranquillement même. Leur mouvements ne seront que plus prévisibles je pense. Une bonne idée. Tu as fini Indy ? Indy ?* Indy commence à paniquer et cherche à se cacher le plus vite possible dans ce couloir sans cachette. Jacob réagit au quart de tour et vole vers lui, l'attrape et le soulève une nouvelle-fois, hors de vue. Le silence le plus total s'installe lorsque l'homme de tout à l'heure fait la route dans l'autre sens et retourne dans la salle d'où il est venu à la base. Le couloir se retrouve de nouveau vide et Jacob redescend encore une fois en douceur.

*Bon, inutile de s'attarder ici. Indy a l'air d'avoir noté tout un tas de truc importants et il me remet le carnet dans lequel il a tout écris. Hop, dans la poche du manteau de Clane et on file, on va à une autre porte et vite. Si possible, l'une de celle où il n'y a personne derrière. Si l'on reste dans le couloir, on risque d'avoir à faire à un max de passage et donc à avoir du mal à se cacher tout le temps. C'est crevant de voler et je n'ai pas envie de me prendre un lustre la prochaine fois. Déplacement Indy, montre-moi le chemin et rappelle-toi, tout ce qui ressemble à un bureau est intéressant à fouiller. J'ai bien envie de voir s'ils n'ont pas des documents étranges qui pourraient nous en apprendre plein. Tu as l'air d'avoir chopé pleins de trucs avec ta conversation, mais tu sais très bien que ce n'est pas encore l'heure de partir. Bientôt, bientôt. Mais tout cela a été prévu et minuté. Nous avons encore un peu de temps devant nous et il faudrait en profiter. Tout va bien, ils ne nous ont pas repéré, nous pouvons continuer. De toute manière, Clane les occupera sûrement le temps que tout arrive à point nommé et que nous partions dans tous les sens. Allez, go, go, go !* Jacob et Indy se dirigent vers une porte et entrent, personne ne se trouve à l'intérieur de ce qui semble être une salle à manger. *On ne s'attarde pas ici ! Salle de passage et en plus je les vois mal cacher toutes leurs affaires dedans.* Et ils repartent immédiatement vers une autre porte. Les choses se déroulent alors ainsi : Indiana écoute pour voir si personne ne se trouve à l'intérieur de la pièce et ils entrent une fois qu'ils s'en sont assurés. Ils ne touchent à rien et repartent tant qu'ils ne voient rien de réellement intéressant. Ils veillent cependant à ne rien laisser passer et font un examen minutieux des pièces qu'ils visitent et qui ne risquent pas de recevoir du monde. Ils passent devant des chambres, ils passent devant des salles aux fonctions diverses. Aucune ne présente un grand intérêt à leur goût, mais ils ne les ont pas toutes visitées. Par deux fois, ils doivent se cacher en vitesse pour faire place à un passage. *Ils ont l'air de préparer le repas. On verra si celui-ci se passe bien. Pour le moment, nous sommes invisibles, profitons-en.* Puis, enfin, ils tombent sur le bureau, vide, la pièce donne sur le jardin, du côté où devrait se situer Clane, mais celui-ci est invisible, en revanche, un homme masqué se trouve dans les parages. Jacob ne cherche pas plus longtemps de se côté là et attache son attention au bureau, qu'il doit fouiller. Indy, pendant ce temps, surveille que personne n'arrive pendant la fouille. Jacob ouvre un premier tiroir et tombe directement sur un stock d'affiche.

*La mise à prix de Ed. Ils en ont un sacré paquet. Mmh, intéressant. J'emporte tout ! Mais pas tout de suite, d'abord, repérons simplement s'il n'y a rien d'autre...*
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyLun 6 Juin 2011 - 21:00
L'homme masqué avançait toujours dans le jardin à la recherche de l'origine du mouvement qu'il avait perçu. Il savait qu'il y avait quelque chose dans les hautes herbes. Ce n'était rien que l'on ait lancé car il n'avait rien vu d'autre que des fleurs se mouvoir, rien n'était subitement tombé du ciel. Il y avait quelque chose dans la végétation, d'assez petit pour s'y cacher. Il songea un instant à un animal qui aurait causé les dégâts dans ce luxuriant jardin de Luxuria. Alors son rôle, avant de remettre le reste en place, serait sûrement de l'attraper et de le tuer. Cela ne prendrait pas beaucoup de temps et il pourrait enfin retourner aider pour le repas. Pourtant, en se rendant précautionneusement à l'endroit où il avait perçu le mouvement, il ne trouva rien. Il y avait bien eu quelques chose, cela, il pouvait l'affirmer, mais cette chose avait filé sans qu'il ne s'en aperçoive. Cela ne devait pas être bien grand songea-t-il alors en remarquant que pour se cacher dans ces fleurs, il fallait être bien petit et insignifiant. De nouveau un mouvement bref, succinct et rapide à sa droite. Il sourit derrière son masque. La chose ne lui échapperait pas. En un instant, il fondit sur sa proie et découvrit cette fois non plus le vide, mais bien un animal. Un serpent à sonnette qui le menaça immédiatement de ses dents et en agitant sa queue. L'animal paraissait bien ridicule ainsi à le provoquer de ses misérables crocs et à s'agiter de cette manière devant un être contre lequel il n'avait aucune chance. Ces animaux étaient rares dans cette régions de Dreamland, pourtant, rien n'était réellement improbable au pays des rêves. Au moins l'auteur du saccage avait été retrouvé. Il ne restait plus qu'à le détruire et à tout remettre en ordre. Soudain, l'animal attaque et sauta droit vers son cou pour y planter ses crocs, d'un geste, il l'attrapa en vol, le broya son cou et le lança au loin. Voilà qui était fait, il ne restait plus qu'à redonner au reste son apparence normale et à retourner à l'intérieur. Cependant, il remarqua alors la bouteille brisée à quelques pas de lui et s'intrigua de la chose. Il se baissa et ramassa le papier qui traînait entre les bouts de verre. En deux seconde, il sut de quoi il s'agissait et le glissa dans sa poche afin de pouvoir le remettre à ses maîtres et entrepris ensuite de remettre le jardin en place. La chose ne pressait pas, un certain temps avait passé depuis que la bouteille avait été brisée, inutile de tenter d'aller chercher celui qui l'avait lancée.

Pendant ce temps Clane, toujours caché et toujours immobile regardait le plan de son maître se dérouler sous ses yeux. Il n'éprouva pas la moindre émotion lorsque l'invocation d'Indiana trouva le sort funeste qui fut le sien. Peu lui importait que ses coéquipiers meurent sous le joug de l'ennemi. Tant mieux, cela le libèrerait de son esclavage infernal et il pourrait enfin retourner à ses complots et machinations. Cependant, il fallait bien se rendre à l'évidence, le sacrifice de l'invocation avait été planifié en cas de besoin car les invocations n'avaient pas réellement à craindre la mort. Sitôt que leur voyageur revenait la nuit suivante, il pouvait en faire de nouveau usage sans trop de difficulté. Alors peu importait qu'elle soit broyée et éjectée sans autre forme de procès. D'ailleurs, cela lui avait donné une bonne appréciation de la puissance de cet homme masqué, ce qui le réjouit en songeant ce à quoi allait se frotter l'intouchable. Il n'était pas invincible et ceux-là sauraient le lui rappeler. Il n'y avait donc plus qu'à attendre que les choses se fassent et l'un de ses maîtres serait enfin perdu pour son plus grand bonheur. Hélas trois fois hélas, cela n'était pas encore fait et si les choses se compliquaient, il savait pertinemment qu'il était le prochain sur la liste des "êtres vivants voués à la diversion". Aussi, s'inquiéta-t-il un peu lorsque l'homme s'attaqua à la remise en forme du jardin. S'approcherait-il trop de la corde qu'il fallait absolument laisser en place ? La tension était à son comble et sans en avoir la moindre envie, il s'apprêtait à sortir de sa cachette pour attirer l'autre ailleurs. Il avait lui-même un moyen d'échapper rapidement à un sort funeste, mais préférait ne pas risquer la chose. L'autre s'approchait encore et encore de la corde, inexorablement, il aurait sûrement à sortir. Soudain, une main se posa sur son épaule et il sursauta de surprise.


"Bonjour Clane." dit la voix de celui qu'il attendait tapis dans l'ombre, cet autre maître, ou plutôt, cet associé de longue date revenu lui prêter main forte dans la lutte contre les private joke. "Ça faisait un bail..."

Clane se retourna vers l'homme avec sourire, le fait était, lorsque l'on avait plusieurs maîtres, qu'il fallait pouvoir obéir aux deux en même temps et la chose n'était pas facile. Il devait surveiller la corde tout en répondant à l'autre. "Il est à l'intérieur ?" Clane hocha la tête. "Seul ? L'autre n'est pas avec lui ?" De nouveau, Clane confirma. "Et en mauvaise posture."

"Très mauvaise maintenant que tu es là..." Et tout deux éclatèrent d'un sombre ricanement étouffé qui attira immédiatement l'attention du garde. Il savait à présent qu'il y avait quelqu'un dans le jardin.

"Alors c'est à mon tour d'entrer en scène..."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
PNJ du Staff
Messages : 321
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyLun 6 Juin 2011 - 23:14
Aion posa l’unique assiette pour le repas à venir, et fit signe à Nué de venir mettre le reste, son entrevue avec Dame Séléna l’avait mis de très mauvaise humeur. Elle le considérait à présent comme un allié dépourvu d’importance, certes, son équipe n’avait pas fait de miracle et avait perdu leur leader en la personne d’Héléna Von Jackson mais il n’avait pas imaginé que le ressentiment de la mère irait jusqu’à des menaces de mort. Après tout, elle avait toujours été d’une gentillesse désarmante lorsqu’il s’agissait de ses enfants, il était donc à prévoir qu’elle chercherait les coupables, y compris ceux qui n’avait pas fait exprès. La préparation de la salle à manger était finie et le repas ne tarderait pas à commencer, à part Kilik qui devait rester avec Dame Séléna pendant le temps où il résidait ici, les trois autres majordomes vaquait à leurs occupations habituelles lors d’un repas…

Spoiler:
 

Tous, non, Om était dehors, vêtu de son masque à gaz et de son imper noir, cherchant la cause du foutoir qu’étaient devenu les fleurs de Nostramo. Il passait en revu les toutes les variétés que contenaient ce magnifique jardin, et en arriva à la conclusion que son arrivée précipité de ce matin n’avait rien à voir avec les traces de pas qui se présentait innocemment sous ses yeux. Il ne restait que deux solutions à ces empreintes, soit quelqu’un était venu durant que le personnel se trouvait à l’intérieur et tentaient par tout les moyens de pénétrer cette maison soit un animal doué d’une connerie rare avait enfreint le panneau indiquant que les animaux serait tué à vue. Le majordome, ne sachant que choisir, opta pour une enquête rapide du jardin, heureusement pour lui, cette partie de cache cache ne dura que quelques secondes lorsqu’il repéra un mouvement dans les tulipes non loin de lui. Ses pas le menèrent aussi rapidement qu’il l’aurait pu et ses mains gantées écartèrent les délicates fleurs pour apercevoir… Rien… Om se demanda un instant si son surmenage du moment lui faisait des hallucinations mais le bruit suspect d’une tentative de fuite entre des feuillages parvint à ses oreilles. Il n’attendit pas une seconde de plus et son bras se précipita pour écarter à nouveau quelques fleurs qui gênaient sa vue. Là il découvrit un serpent dans un état d’agressivité assez anormal, le majordome des Von Jackson tenta de reculer légèrement sa tête, mais le reptile attaqua sans prévenir et visa le cou tel un prédateur aguerri.

Malheureusement pour ce serpent là, Om n’avait pas l’intention de mourir d’une morsure à la gorge, et celui-ci lui prouva en l’attrapant fermement puis en serrant ses doigts presque immédiatement, le léger craquement qui s’en suivi, signa la mort de l’animal que le majordome jeta en dehors de l’enceinte d’un geste désinvolte. Ne voulant pas recevoir de réprimandes de sa maîtresse, Om s’entreprit à remettre en place les fleurs et plantes qui avaient été dérangés, découvrant du même coup, une bouteille brisée contenant un mot à l’attention de sa maîtresse, il le lut rapidement puis le fourra dans l’une des poches de son imper noir et à ce moment, il pensa à son groupe qui parcourait en ce moment même la Zone 1 à la recherche de ce Ed Free, les seuls indices que les Von Jackson avaient, c’était le nom de ce malheureux et le fait qu’il possédait un royaume, ce détail signifiait qu’il devait sûrement s’agir d’un puissant voyageur pourtant son prénom n’évoquait rien à la mémoire du majordome. Il savait que l’Ordo Mortalis était un conseil unifiant les voyageurs puissants possédant l’économie d’un royaume et tenant parfois tête aux seigneurs des rêves, Om se souvenu alors de l’incident de Kazinopolis où on avait dit que plusieurs dizaines de gardes du seigneur Midas avaient trouvés la mort dans un affrontement avec l’un de ces voyageurs, on n’entendit plus jamais parlé de Midas et le voyageur prie la place de régent de la ville. Certains disent que c’est un comte pour effrayer les directeurs de casino, d’autres pensent que c’est une légende remontant à bien longtemps et que le voyageur est sûrement mort à leurs qu’il est. Ses réflexions furent interrompues par un concert de ricanements sur sa droite, et presque immédiatement, le majordome se releva, laissant les fleurs et la légende de Kazinopolis de côté. Il fit un mouvement de main et un skate apparu entre ses doigts, il le lança devant lui et sauta dessus. Son skate était particulier, il pouvait rouler sur n’importe qu’elle matière, et semblait attirer les pieds de son invocateur comme un aimant. Om roula dans le jardin, surveillant un peu partout lorsqu’il remarqua deux masses sombres dans les buissons de Dame Séléna. Il en déduisit rapidement que c’était des hommes d’une taille plutôt imposante et le majordome n’hésita pas une seconde sur le plan à aborder. D’un claquement de doigt, il fit apparaître un hélicoptère Huey, symbole de la bataille du Vietnam dans la vie réelle, mesure d’urgence au manoir Von Jackson, ainsi, une musique vint couvrir les bruits de l’engin.



-« Dites moi ce que vous faites dans le manoir de l’une des plus puissante familles des voyageurs de Dreamland et nous pourrons peut être éviter la torture… »

A ce moment précis, les missiles dans les tubes de l'héloptère et les mitrailleuses se pointèrent droit vers les deux intrus.

-« Comment pouviez vous espérer entrer dans cette demeure et en sortir vivant, sachez que mes confrères sont dorénavant prévenu de l’urgence de la situation, et soyez sans crainte, si vous avez des complices à l’intérieur, ils vous rejoindront bientôt. »

Aucun des deux affreux personnages ne répondit, ils se relevèrent tout de même, fixant leur adversaire essayant de trouver son point faible avant que celui-ci les réduise à l’état de chair sanguinolente. Mais ils durent se rendre à l’évidence, Om ne les laisserait pas ressortir de là vivant, ni eux, ni les autres.

__________

https://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyLun 6 Juin 2011 - 23:29
En fait, je ne savais plus vraiment ce qui était le pire. Était-ce de caracoler dans tous les sens dans ce manoir en faisant le moins de bruit possible ou d'avoir la place de Clane à l'extérieur. Mon jeune compagnon et moi-même étions allé dans tous les sens, avions couru partout, avions volé de pièce en pièce pour passer aussi inaperçu que possible et pour se cacher lorsque la situation l'imposait. C'était une situation à laquelle je n'étais trop habitué en réalité. Le fait était que dans la plupart de mes aventures, je n'avais jamais réellement eu l'occasion de me cacher très longtemps. J'avais toujours une raison ou deux de me faire remarquer et je devais toujours ensuite improviser un lutte acharnée pour sauver les meubles. Ça ne fonctionnait pas toujours et il était des fois où je me trouvais en mauvaise posture. Là, j'étais clairement persuadé que si j'agissais à ma façon habituelle, le résultat ne serait guère aussi probant que les fois précédentes. Nous n'avions pas exactement le même type d'ennemis, ni même les possibilités du terrain qui me convenaient le mieux. C'était peut-être davantage pour cela que j'avais un mauvais pressentiment au sujet de ce manoir. Quoi qu'il soit, il nous fallu de longue minute pour explorer les lieux et nous savions que le temps nous était terriblement compté. La conversation entendue avait durée un certain temps et nous avait pris de court. J'avais tout noté et les informations dont nous disposions à présent étaient colossales, néanmoins, le plan avait d'abord été d'aller fouiller les lieux, alors c'était ce que nous faisions à présent. De façon plus précipitée que nous l'avions imaginé au départ. Aussi, lorsque nous arrivâmes à la destination prévue initialement, après que je me sois assuré qu'il n'y ait personne à l'intérieur, nous entrâmes à l'intérieur du bureau et pûmes commencer la fouille. Le bureau était assez grand et il y avait beaucoup à fouiller tout en essayant de ne point déranger ce à quoi l'on touchait. De plus, il fallait analyser rapidement toute ce que nous trouvions afin d'être certain que cela pouvait ou non nous intéresser. La chose allait prendre un temps que nous n'avions pas forcément. Mais le rôle incombait à Jacob, c'était lui qui devait faire ce travail en vitesse tandis que je me chargeais de surveiller les environs.

Nous étions à l'étage alors que l'activité de nos hôtes se situait clairement au rez de chaussé, là où l'on préparait sûrement un très bon repas. Nous n'avions donc que peu à nous préoccuper de leur présence. Le seul souci réel semblait être cet homme dans le jardin. Il ne fallait pas qu'il s'approche trop de la corde et il fallait donc compter sur Clane pour le distraire. Nous avions prévu quelques distractions dans le cas où les habitants du manoir repèreraient nos traces dans le jardin et avions clairement espéré qu’à l’intérieur les choses se passeraient plutôt bien et que nous pourrions passer inaperçus sans trop laisser de traces. Nous n’étions pas des brutes non plus et quoique mâles – il manque toujours la demoiselle dans l’aventure, vous avez remarqué – nous savions nous tenir. Hélas dans un jardin, surtout lorsque l’on voulait y briser des bouteilles, nous étions condamnés à laisser des traces de plus, s’il était un lieu ou faire des distractions, c’était bien à l’extérieur, là où nous n’étions pas, qu’il était nécessaire d’attirer l’ennemi. Néanmoins, en aurions-nous besoin ? Pour l’instant tout se passait bien et l’activité était à l’étage inférieur. De plus, j’avais avec moi quelques outils particuliers, qui pouvaient nous aider énormément dans le cas précis de notre aventure. En tant que voyageur, j’étais invocateur, et plus précisément invocateur de serpents. Or, les serpents étaient des créatures particulières, la plupart du temps, ils se repéraient avec les vibrations du sol et de l’air. Leur langue était l’organe d’un sens qu’aucun humain n’avait. Mes serpents ressentaient toutes les vibrations du bâtiment et savaient les interpréter mieux que tous les humains et tous les voyageurs. Aussi, l’un de mes serpents, le plus robuste et le plus gros attendait avec nous dans la pièce et patientait en notre compagnie. Mon cobra, surtout à l’étage, pourrait nous prévenir dès l’instant où nos hôtes commenceraient à s’intéresser un peu trop à notre position. Et jusqu’à présent, nous n’avions pas eut d’ennui de ce côté, aucun mouvement inquiétant à signaler.

Mais j’avais toujours un mauvais précisément à propos des lieux. Quelque chose n’allait pas. Et nous étions encore dans la gueule du loup. L’horloge tournait et le temps filait entre nos doigts. Nous n’avions plus beaucoup de temps. Plus beaucoup de temps avant qu’un mouvement dans un couloir nous empêche de poursuivre. Avant que l’homme masqué dans le jardin ne trouve la corde et ne la suive. Avant qu’il n’arrive. Et Jacob n’en était pas exactement à la fin, ma tension augmentait à mesure que l’attente se prolongeait. Je savais que d’un instant à l’autre, il faudrait soudain réagir très vite, ne plus se poser de questions et faire ce que nous devions faire. Nous avions notre plan et nous nous devions nous y tenir. Nous ne pourrions y déroger sans trop risquer. Et j’étais à ce point prêt à partir en urgence que j’aurais bondit, moi aussi à la moindre secousse. Enfin, l’alerte fut donnée par le serpent qui s’agita soudain plus que de raison, il se passait quelque chose. Un seul regard vers la fenêtre m’informa que l’heure avait sonné. Il était là, et eux devaient s’en aller immédiatement. Sans plus attendre, ils n’avaient plus la moindre seconde à eux à présent. Il fallait partir en douce et vite pendant qu’en bas, la situation dégénérait. Je bousculais immédiatement mon partenaire et lui rappelait qu’il était temps de partir à présent et de partir dans la précipitation prévue. Mais avant de sortir, mon partenaire ouvrit un dernier tiroir, hésita un instant, prenant un risque inconsidéré, se saisit d’un dossier et nous pûmes y aller, enfin, et courir vers la fenêtre qui serait notre porte de sortie. Je n’osais même pas imaginer le raffut qu’il y avait dehors et ce qui allait sûrement suivre m’écoeurait déjà. Le seul point positif était que nous serions loin et que nous ne verrions pas le massacre. Pourtant, une chose m’intrigua, c’était une musique qu’il y avait dehors, ce n’était pas du tout le genre de Dorian et même pas du tous les ordres de Clane, quelque chose se passait.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyJeu 9 Juin 2011 - 20:11
*Diable, c'est incroyable le nombre de choses inutiles que l'on entasse dans un bureau comme celui-ci? Je suis même sûr et certain que mon propre bureau doit être à peu près le même. Hey, je suis étudiant en philosophie, c'est pas pour rien, les trucs inutiles, c'est mon domaine. Ok, demain je le range promis. Mais là n'est pas la question, ce soir, c'est la fête et il faut faire vite. Le temps presse. Dorian va arriver d'un moment à l'autre, comme nous l'avons arrangé et lorsqu'il débarquera, rester dans la place sera l'erreur la plus énorme et la plus incroyable de toute l'univers. Même que je suis pretty certain qu'une bande d'abrutis venus du fin fond du cosmos viendront nous remettre le prix de ceux qui ont commis la plus grosse erreur de l'univers et franchement, vous savez quoi, je crois que nous la mériterons amplement. Mais il faut bien tenter le coup, il faut prendre le risque. Nous sommes venus ici pour fouiller c'te connerie de bureau. La conversation, les affiches, tout ça c'est du bonus. Ce que je veux vraiment, c'est des trucs utiles, des informations un peu particulières, qui me donnent une idée de ce à quoi m'attendre. Ce qu'il me faudrait, c'est un truc en béton. LE scandale, le truc de la mort qui tue. Le machin pour lequel une centaine de paparazzi auraient vendus leurs âmes aux diable. Mais là tout ce que je vois, ça ne me sert à rien. Depuis tout à l'heure, tout cela ne sert absolument à rien, comment gagner une bataille, une guerre avec de la paperasse de cette sorte et des feuilles vierges ! Hein ? Je vous le demande ! C'est impossible, je ne suis pas un dieu, je ne suis pas un fou, je suis l'intouchable et je veux du palpable, des preuves... Ah ! Encore un tiroir de fouillé pour rien. C'est qu'ils commencent à m'énerver ceux-là. Et pas de double fond non plus ! Ces gens n'ont aucune imagination, vraiment. Aucun sens du dramatique ou du spectacle, ils n'ont jamais lu de roman d'espionnages ? Ah non, c'est vrai, nous nous étions arrêter à la théorie que leur famille était fan des films de mafieux où sa tire et où il y a du sang et où on discute en famille. Le coffre fort le plus protégé du monde ? Peu leur importe ! Tant qu'ils peuvent parler de l'honneur de la famille et que tu touche pas à ma soeur/fille/maman ou je t'envoie la moitié de mes bonshommes dans la tronche et l'autre moitié sur celle de tes amis tout en mettant ta tête à prix pour que chacun ait sa chance ! Pitoyable ! Bon, après, c'est vrai que, pour le coup, je vois mal pourquoi ils se soucieraient de cacher leurs dossier. Les cacher dans le monde réel : carrément plus pratique et en plus, qui oserait venir les voler ici, qui serait assez fou pour ça, hein ? hein ? La réponse c'est Jacob Hume et je suis même sûr que pendant un certains temps, ils vont en entendre parler du loustique. Et...

Un quoi qu'est-ce que c'est ? Merde, le serpent s'agite, c'est le signal, il faut se barrer tout de suite ! Bordel de merde ! Rah, c'est con, il ne reste qu'un seul tiroir. Ah et puis merde prend le risque. Une seconde de plus ou de moins, à ce niveau là, ça ne changera peut-être pas grand chose. La diversion prévue, on la connait voyons ! Elle nous couvrira suffisamment je vous dis !*
Il ouvre le tiroir en vitesse et un dossier apparaît immédiatement. *C'est quoi ça ? "Arme secrète : Azmachinchouette ?" Oh putain, je prend et on se tire. C'est parti Indy, on se casse d'ici, j'ai ce qu'il me faut.* Il attrape le dossier et ils courent immédiatement vers la sortie. Ils déboulent dans le couloir, le serpent passant en premier pour se prendre les probables coups fourrés, mais rien ne vient. Ils passent ensuite, droit vers la fenêtre. Tout se passe très vite, quelques seconde à peine, ils n'ont pas le temps de réfléchir, s'il y a du mouvement si on tente de les intercepter ou de les ralentir, le cobra est là pour se sacrifier, il sera rappelé au dernier moment. Une fois qu'ils seront sortis. La fenêtre est juste devant eux, Indiana passe son bras autour de jacob et s'accroche, ça va secouer. Jacob s'élève dans les airs, tout le monde est en bas, personne ne les a intercepté, tout, sans qu'il ne le sache encore lui-même, regardent ailleurs, un autre événement vient de se produire, la distraction qu'il attendait. Il s'élève avec Indy défonce la fenêtre dans le mouvement et se retrouve à l'extérieur, où il se laisse tomber, ne ralentissant sa chute qu'à la dernière minute, ce qui met son passager un peu mal à l'aise lors de l'atterrissage forcé. La corde n'a pas bougé d'un pouce, elle est là, juste à ces pieds, il suffit de la saisir et de tirer, mais Indy lance simplement un regard dans la bonne direction et à son tour, il le voit.

*Oh ! Putain, un hélico et pas n'importe quoi en plus. Avec des missiles bien braqués sur le jardins, en plein vol, avec des hauts parleurs de malade. C'est quoi ce binns ! J'ai pas prévu ça au programme moi ! Pas du tout, c'était pas sur la brochure, c'est la surprise de qui ? Je crois franchement que c'est un cadeau de la part de nos hôtes pour nous souhaiter une bonne route et vraiment, je les remercie ! Ce monstre mécanique, c'est encore mieux que ce que moi j'avais prévu pour occuper tout le monde. C'est même carrément mieux, c'est tout ce dont j'aurais rêvé, qu'un gros machin comme ça entre dans la place pile au bon moment. Le machin fait un bruit du tonnerre, avec le vent et tout, en plus j'imagine que ces hauts-parleurs ne sont pas là pour rien. Indy fait la moue, genre il y a de la musique. Ahah ! Mais, c'est qu'ils n'ont rien compris ces gens là ! Je les aime, je les admire ! Ils me servent au plus haut point. Aucune chance qu'on ne fasse attention à moi maintenant et... Oh putain Clane, mais c'est lui qui est sous le coup de se faire défoncer la gueule à coup de missile. Est-ce que sa transformation pourrait faire face ? Je crois pas. Ils fort, mais pas à ce point là. Je te sors de là mon grand, crains rien ! Ils ont fait l'erreur de leur vie et ils vont le regretter. L'hélicoptère est trop près pour ne pas tenter l'occasion !* Jacob tends la main, une seconde après avoir vu le véhicule motorisé, à peine. Dans l'autre main, il tient la corde et Indiana Jones se sert à lui. Il lance un bras, droit dans l'hélice qui tourne pour soulever l'engin. L'un des pans se heurte à l'impénétrable et indestructible artefact, vole en éclat et l'appareil est déstabilisé. Il tire sur la corde avec le sourire. *Hasta la vista, baby.*
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
PNJ du Staff
Messages : 321
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyJeu 9 Juin 2011 - 22:32
Kilik regardait une des statues de la famille Von Jackson, se demandant si l’auteur de tel "oeuvre d’art" était toujours en vie, le maître avait dû puiser dans sa grande "générosité" pour payer un si dur labeur… Kilik laissa échapper un rictus totalement invisible derrière son masque, il le laissa pendre à ses lèvres jusqu’à ce que la voix de Dame Séléna résonne dans le couloir, lui intimant d’aller rejoindre ses confrères à l’étage du bas. Le majordome hésita une fraction de seconde puis tourna les talons à sa maîtresse et se dépêcha de rejoindre son nouveau poste. Son affectation était celui de garde du corps auprès des époux Von Jackson, il faisait toutes les sales besognes et s’occupaient plus particulièrement des meurtres et des escortes. Son groupe, les "Bloody Rabbits", n’avait pas besoin de lui avant un certain temps et il pouvait se consacrer à la tache première pour laquelle il était engagé. Malgré ça, il ne s’inquiéta pas une seconde quand à la possibilité que sa maîtresse soir en danger, il l’avait vu engloutir des tas d’assassins et de pauvres hommes, elle ne prêtait aucune attention aux demandes de pitié et de rédemption, elle était cruelle et d’une violence sans pareil… Uniquement lorsqu’on s’attaquait à ses enfants, le reste du temps, elle demeurait au manoir, appréciant la vie de château. Dans la réalité, son seul ennui était de dormir, elle considérait que c’était une perte de temps, et lorsqu’on possède à peu près tout ce qu’une femme peut désirer dans une vie, on peut se rattacher à sa pensée… C’est alors que son époux lui fit découvrir Dreamland, un mode où sa noblesse ne représentait rien, où son argent n’était d’aucun secours, où seul la puissance et la ruse pouvaient triompher des autres et mener vers les hautes sphères des seigneurs de Dreamland. Dame Séléna voulait tout, le pouvoir, la puissance, le respect et bien d’autres choses. A présent, elle les inspire tous à la fois, ses enfants foulent les royaumes du monde onirique sans l’ombre d’être inquiété. Les Von Jackson sont la crème de la noblesse de Dreamland et aujourd’hui, voila qu’une vermine avait taché de ses actes cette famille, l’Ordo Mortalis avait apprécié l’anecdote du combat mais il n’avait énoncé aucune condoléances lorsque la mort d’Héléna avait été rendue publique. C’est depuis ce triste jour que Dame Séléna ne bougeait plus de ses quartiers, elle ne faisait plus rien et n’aspirait plus à la vie pour laquelle elle s’était autrefois battue. Kilik ouvrit la porte sur la salle à manger et son regard passa de la table où reposaient les assiettes et les couverts aux deux majordomes qui n’attendaient plus que la maîtresse de maison.

C’est alors que les premières notes de la musique retentirent, elle venait d’Om, chaque majordome avait de quoi émettre un son reconnaissable par ses pairs pour les avertir d’un danger ou d’un autre événement de forte importance. Il devait donc y avoir un problème dans le jardin, mais au même moment, le bruit d’une horloge se fit de plus en plus fort dans la pièce, couvrant la mélodie de Wagner dont Om était pour ainsi dire un grand fan. Aion ne perdit pas une seconde et se téléporta, laissant Kilik et Nué dans la pièce sans aucune instruction. Son mouvement le mena jusqu’à un bureau sensé être désert par les temps qui courent, il remarque tout de suite le tiroir ouvert, le seul qu’il ne fallait pas ouvrir. Il ne fait plus aucun doute maintenant qu’il y a au moins un intrus à Nostramo, et la fenêtre qui vient de se briser à quelques mètres lui indique parfaitement l’emplacement du voleur. Sans perdre une seconde, il se lance à la poursuite du malfrat, et arrive à la fenêtre brisée en quelques millièmes de secondes, ce manoir, il le connaissait comme sa poche, voila des années qu’il y vient et qu’il y passe ses nuits lorsqu’il ne sortait pas avec les Sword of Misery. Ses yeux se posèrent tout d’abord droit devant lui, espérant y voir un homme ailé ou une quelconque créature suicidaire, lorsque ses yeux se perdirent dans l’immensité du ciel, il regarda négligemment vers le bas, observant deux personnes qui semblait être attirés par une corde à leurs pieds ainsi que par l’hélicoptère Huey d’Om, l’un des deux leva la main et dans la seconde qui suivis, une des palles de l’engin mécanique sembla heurter un mur, cédant dans un fracas de bruit métallique et d’acier tordu. Aion prit le temps de réfléchir, il n’avait pas beaucoup de possibilité face à lui et c’est donc dans une nouvelle téléportation qu’il plaça son espoir, arrivant en face des deux énergumènes dont l’un tenait l’objet de son angoisse, le projet « Azrael ».

-« Vous ne comptiez pas allez plus loin n’est pas ? »

Du côté d’Om, les choses s’étaient pour le moins déroulées comme prévu, à un détail près… L’auto fracture d’une pale qui entraîna la chute de tout le reste, aucun de ses deux adversaires n’ayant bougé, Om en déduisit qu’ils avaient forcement un complice planqué non loin de là pour couvrir leurs fuites… Très mal avisé, car une invocation, ça se révoque et pour s’éviter une mort atroce par auto mutilation via son hélicoptère, Om décida que c’était la meilleure des choses à faire. La silhouette meurtrière d’un engin armé jusqu’au dent de belle taille et fonçant inexorablement vers son maître pour l’écrabouiller s’évapora en un instant, laissant un calme plat s’installer soudain. Om écarta délicatement son imper noir pour laisser entrevoir la vison d’une arme dont lui seul avait le plaisir de manier, en effet, il laissa dépasser une sorte d’épée tronçonneuse qui pouvait faire d’un corps sans protection, un véritable champs de chair et d’os. De son autre main, il enleva son masque, et laissa son imper glisser sur ses épaules, laissant apparaître une deuxième poignée à sa ceinture signifiant une deuxième arme au potentiel destructeur. En révélant son vrai visage, Om ne laissait plus aucune chance à ses ennemis, il devait mourir ou vaincre leu bourreau.

Spoiler:
 

Les deux hommes restèrent tout de même assez surpris devant la frêle jeune fille qui se tenait devant eux, mais cela, ils ne l’apprécièrent que peu de temps.

-« Alors, messieurs, qui veut passer le premier ? »

Presque aussitôt, un crissement sortit de la semelle de ses bottes, laissant un léger nuage de fumée transparaître derrière son dos.


__________

https://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyVen 10 Juin 2011 - 0:34
*Tout se passe toujours très vite dans ces situation là, mais jamais aussi rapidement que ça. Ce mec n'était tout simplement pas là avant. Très bien son pouvoir ce n'est pas seulement de téléporter les autres, il peut aussi se téléporter lui-même. Voilà qui éclaircit le mystère de la dispersion générale qui a eut lieu au royaume cow-boy. Bref ce type là est dangereux. À mon avis il ne vaut mieux pas tenter de le combattre ce soir. Même si ma bulle a toutes les chances de me protéger comme il le faut, il ne faut pas tenter le diable non plus. Avant de crever, nous avons des informations à délivrer elle est moi. Au moins pour les donner à Ed qu'il sache quoi faire ensuite. Mais après, j'ai ma petite idée quant à la suite des événements. Cet homme ne sais pas du tout en quoi consiste mon pouvoir. Justement, il est en train de dire un truc. Alors que s'il me connaissait un peu, il saurait que je n'entends absolument rien. L'hélico a été rappelé à l'instant où il allait s'écraser pour éviter trop de dégâts, une invocation donc. Et moi, je n'avais plus qu'à tirer sur la corde ce geste très simple pour m'en sortir. Quoi que, le soucis était justement que l'homme se trouvait pile entre moi et la voie de sortie. Il existe bien entendu une seconde voie de sortie pour nous, que nous avions prévu dans le cas où ils trouveraient la corde. Mais bon, il ne faut pas non plus rêver trop longtemps. C'est un peu tard pour y songer à présent qu'il est là et que j'ai la corde dans la main. Il va falloir trouver autre chose et surtout, réagir plus vite que ça. Jacob, Indy n'a pas envie de crever ici et tu as toute une série de cartes en main. Je pense qu'il est temps de les utiliser. Ce type est peut-être sept fois trop fort pour être vaincu. Mais ce n'est pas ce que je veux. Ce que je veux, c'est partir d'ici dans les plus brefs délais et si possible sans prendre le moindre risque pour mes coéquipiers. Cet homme n'avait en réalité pas la moindre chance de m'arrêter. Il était apparu bien trop proche de moi et c'était son erreur. D'un autre côté, comment aurait-il put savoir quel était intérêt pour Jacob de poster un manteau qui n'était pas le sien. Ahah ! Mais il ne sais même pas au courant que je m'appelle Jacob ! Et c'est peut-être sa plus grande erreur. Que ce jour reste dans ta mémoire comme celui où tu as failli capturer Jacob Hume. Maintenant c'est parti, en avant la musique ! Indy je compte sur toi, parce que ça va être la merde sinon... Et une dernière chose, bonne chance.*

Jacob fait signe à Indy qu'il est temps de prendre la fuite pour lui. Indy comprend parfaitement la situation et ne cherche même pas à discuter, il prend la corde, attrape le manteau dans une main et Jacob comme glisse le dossier dans la poche de celui-ci. L'ensemble de ces quelques mouvements ne prenant qu'une demi seconde. Quant à la demi seconde qui suit, elle est beaucoup complexe dans son déroulement. *Je n'aime pas les demis mesure, alors autant que tout soit prévu minutieusement. Je sais bien que toute cette mascarade ne servirait pas à grand chose en soi pour vaincre un tel type, mais je n'ai besoin que d'une seconde d'inattention complète et de... distraction. Le reste je m'en charge comme je le souhaite. Tout a été minutieusement prévu pour notre fuite et cet homme n'a aucune idée des cartes qui sont en notre possession. Sans quoi, il ne se tiendrait pas devant nous, mais aurait déjà tenté de nous arrêter. Allons-y pour le show du siècle et si c'est le dernier, alors je crois que nous nous accorderons pour dire que c'était le plus beau. Mais ce ne sera pas le dernier. Il le sait aussi bien que moi. Il croit qu'il peut m'arrêter ? Peut-être après tout. est-il en mesure de le faire, mais clairement, je doute qu'il s'attende à la suite des événements. Il n'a rien compris, il est dos à la menace qui le guette, le temps qu'il s'occupe de celle-ci et il ne comprendra pas ce qui se sera passé, avec un peu de chance, nous serons déjà loin lorsqu'il en aura fini avec tout ses assaillants. Et d'ailleurs, l'heure à sonné, Dorian est là et voici donc notre grand show messieurs dames ! Admirez-donc le grand pouvoir du n'importe quoi !*

Tout se passe en un quart de seconde à peine. Cachés dans le jardin, non loin de là, trois gros loups cauchemar sortent soudain de leur cachette et se jettent dans la direction de Aion, Jacob et Indiana sans trop se soucier de savoir qui ils attaquent. Leurs crocs sont sortis et leurs griffes prêtes à lacérer les trois personnages. Les arrêter est particulièrement simple, mais requiert de l'attention. Attention que l'on a pas forcément lorsque l'on est déjà occupé ailleurs. Par exemple à se prémunir contre l'attaque d'un cobra géant qui vient d'apparaître à sa gauche et qui s'apprête tout simplement à engloutir le majordome. Surtout lorsque dans le même temps l'individu que l'on voulait stopper met sa main en avant et vous touche presque et qu'alors vous sentez une petite morsure vous atteindre. Aion venait de subir l'attaque la plus chaotique et la moins organisé de toute l'histoire de Dreamland, mais sûrement l'attaque la plus coordonnée jamais réalisée par Jacob et ce fut un hasard total. Aion devait à présent de protéger contre trois loups un cobra géant et contre un venin qui se répandait trop rapidement dans son sang et lui donnait déjà l'impression de ne plus avoir de force et de ne plus savoir se servir de son pouvoir. Certes, avec sa puissance, il serait en moins d'une minute rétabli, mais une minute était bien longue et bien suffisante pour ceux qui voulaient s'enfuir. La vérité est qu'il ne serait que momentanément occupé par tout cela et loin d'être vaincu. *Mais vaincre n'est pas mon objet. Indy a tiré sur la corde, je sens le manteau qui me tire vers l'arrière et...* Blackout complet pour Jacob, tout s'arrête soudain sans qu'il ne puisse rien y faire. Le manteau ne résiste pas longtemps à la traction, il se déchire et les manches restent tandis que le manteau suit Indy, avec ce qu'il a dans les poches. Hélas, malheur à celui qui va trop vite, les poches ne sont pas imperméables. Trop léger, le dossier secret est éjecté du compartiment et échappe à la possession de ses ravisseurs, donc l'invocateur parvient néanmoins à s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyVen 10 Juin 2011 - 1:27
Dorian n'en voulait pas à Clane précisément, il savait qu'il n'y était pour rien. Il était sûrement obligé de répondre aux ordres qu'on lui avait donné et d'allleurs pourquoi l'aurait-il amené dans un tel traquenard ? Il n'avait aucune raison de lui en vouloir, bien au contraire, il n'attendait qu'une chose : son succès dans ses opérations complotistes. Si Dorian réussissait enfin à vaincre les Private Joke, Clane était libre et c'était une chose qu'il désirait sûrement plus que tout. Au moins, lui l'aurait-il impérativement désiré. C'était encore, il en était absolument sûr et ne se trompait pas, une une machination funeste de l'intouchable, ce qui ne fit que relancer sa rancoeur à son son sujet. Il n'en était pas au premier coup qu'il devait essuyer et survivrait immanquablement à celui-ci. Et cela, il en était sûr aussi, Jacob y avait songé. De fait, il ne se trompait guère dans ses déductions. Cela ne l'aiderait sûrement pas à s'en sortir, ni lui, ni Clane, mais au moins saurait-il à quoi s'en tenir. Sa vie ne tenait plus qu'à un fil à présent et il n'en avait cure. Sa vie ne tenait toujours qu'à un fil. Son but ici était de mourir et il le savait pertinemment. Mais que lui importait, puisqu'il pouvait réapparaître s'il le souhaitait ? La seule chose à laquelle il devait veiller était de s'assurer qu'il marquerait son départ de stupidité flagrante afin que sa mort - inéluctable - soit prise au sérieux. Peut-être même pourrait-il emporter quelqu'un avec lui, pour s'amuser. Clane n'avait aucun intérêt une fois mort, une fois libéré, ce serait un allié de talent. Il était donc préférable de conserver en bon état et pour cela de garantir sa fuite. Inutilement de mentionner qu'il serait parfaitement d'accord pour le faire. L'hélicoptère les menaçait toujours et il n'était pas question de faire le moindre geste brusque pour être immédiatement détruit dans la seconde qui suivait par les missiles. Il fallait donc réfléchir à une issue et rapidement. Peut-être, s'il se jetait sur son adversaire pourrait-il s'en sortir comme il le souhaitait et l'emporter avec lui dans la mort, cela serait assez drôle. Mais avant, il fallait lâcher les loups.

Tout se passa donc en un éclair lorsque la palle de l'hélicoptère sauta sans raison. Sans se soucier de savoir d'où provenait cette aide divine, Clane et Dorian la saluèrent avec beaucoup de gratitude. Il était temps d'agir pour eux et ils ne se firent pas prier. Pendant qu'Om révoquait son invocation pour limiter les dégâts, Clane saisit son sac où se trouvait les achats qu'il avait fait avant d'arriver au manoir, conformément aux ordres qu'il avait reçu de son maître intouchable et en tira une petite bille grise. Pendant ce temps, Dorian tira son couteau, pour se montrer prêt à se battre contre une personnage qui ne lui laisserait aucune chance, il le savait. Cependant, son meilleur atout dans l'affaire était sûrement ses troupes qui attendaient tout autour d'eux, prêts à bondir sur son ordre. Et au final, c'était tout ce qu'il souhaitait dans l'affaire. Clane se couvrit la bouche de sa main libre et se tint prêt à agir. De son côté, le majordome retira son masque à gaz, ce qui était une mauvaise idée à l'humble avis du félon et retira l'imper qui était le sien. Elle se dévoila alors être une splendide jeune femme toute en arme et très dangereusement belle. Aussi décente qu'une héroïne d'héroïc fantasy, elle se présentait à eux comme le plus agréable des bourreau. Dorian eut un petit sourire admiratif en voyant la belle les menacer. Mais il était trop tard, elle avait perdu son temps à se déshabiller ainsi et ils étaient prêts à agir à présent.


"En avant !" ordonna Gray en hurlant.

Immédiatement au moins cinq loups se jetèrent sur la majordome dans une folie de cris et de jappements diverses, prêts à la mordre et à la croquer sitôt qu'ils l'auraient attraper. De toute part, onze autre loups surgissaient des alentours du jardins pour foncer sur l'édifice et s'y introduire pour pourchasser un voyageur qui n'y était sûrement pas au final. Qu'importait puisqu'ils apportaient la distractions nécessaire à leur fuite. De son côté, Clane fit éclater la bille qu'il tenait entre mains et immédiatement un nuage d'épaisse fumée grise engloba tous les protagonistes, coupant toute visibilité. Qu'importait qu'on y voit plus puisque ceux qui respiraient cette drogue avaient alors des délires hallucinogènes. Retenant sa respiration, il changea de forme et sauta vers le large, déploya ses ailes et fondit droit sur la ville. Juste avant d'atterrir, il changea de nouveau de forme pour se fondre à la foule beaucoup plus facilement. Son échappée étant plus facile du fait qu'il s'était posté, conformément au plan, non loin de la limite du jardin du manoir pour faire ses diversions. Quant à Dorian, lorsqu'il sentit son esprit s'engourdir, il ne chercha pas longtemps le moyen de s'en sortir. Il n'était pas là où il devait être et ne savait pas dans quelle direction aller pour quitter le jardin. Peut lui importait, il connaissait la meilleure technique pour s'évader d'une situation précaire comme celle-ci. Il prit son couteau l'enfonça dans son coeur. Trente secondes plus tard, la fumée s'était dissipée et les loups étaient massacrés, mais le corps de Dorian seul demeurait, sans vie, inutile. Et le sac de Clane gisait à ses pieds. Dans ce sac, l'abominable, l'atroce, l'infâme, le terrible, le monstre, comme l'appelait son souffre-douleur, avait laissé un mot à l'attention de ceux qui le trouveraient.


"Avec les compliments de l'intouchable : monsieur Jacob Hume."

Pour le reste, la fuite était faite, privée de visibilité et contrainte de combattre cinq loups à la fois, Om n'avait pu retenir Clane. Quant à Aion, aux prises avec un cobra géant et trois loups, il fallait encore qu'il récupère du venin qui était dans ses veines pour être en état de songer à arrêter les intrus qui avaient fuit à pleine vitesse et se trouvaient à présent assez loin pour ne plus être dans le jardin. Ils pouvaient être n'importe où dans la ville. Mais comment les retrouver ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
PNJ du Staff
Messages : 321
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. EmptyJeu 16 Juin 2011 - 17:37
Aion enleva le gant blanc de sa main droite et laissa celle-ci pendre le long de son corps, un vent frais caressa sa peau trop longtemps prisonnière de ses sombres habits et ce fut un bien fou de la laisser respirer une petite seconde. Ses yeux se fermèrent appréciant la douceur de l’air puis son regard se reporta sur le jeune homme revêtu d’un manteau en face de lui, son visage semblait exprimer de l’assurance… Ou de l’insouciance, c’était à débattre. Il ne bougeait plus, comme figé en pleine action, son regard portant déjà sur le plan de sa fuite calculée avec brio. Il est vrai que le majordome n’avait arrêté que l’un des deux cambrioleurs mais l’autre était partit à une vitesse tel qu’Aion n’avait pas eu le tems de s’en occuper… Pas eu le temps de s’en occuper, voila qui était un comble pour le majordome, mais il est vrai qu’avec les trois loups cauchemars, le super serpent qui avait une petite faim et l’autre plus petit mais pas moins vicieux sortant de la manche de l’autre énergumène, il ne pouvait tout simplement pas arrêter tout le monde. De plus la technique, la "Cyclic Room", qu’il avait employé l’avait grandement affaiblie et il espérait que Kilik et Nué arriverait bientôt pour l’aider. Le majordome regarda le jardin, n’empêchant pas son imagination de retranscrire la réaction de sa maîtresse devant la pile de cadavres et ses fleurs ravagées. Heureusement, le "Projet Azrael" avait été récupéré, et Aion n’osait pas penser à son sort si il avait échoué dans sa tâche. Le bruit de pas le sortit de ses pensées lorsque Kilik et Nué arrivèrent enfin sur les lieux, les deux majordomes avaient dû lutter, ou plus massacrer les rares loups qui avaient atteints le manoir. Aion leur fit signe de la tête de se débarrasser des personnes sans importance, comprenant les loups et le cobra géant immobilisés ce que Kilik se chargea de faire immédiatement. Malheureusement pour nos chers lecteurs avides de pouvoirs, Aion se tourna vers Om, ignorant la technique que son confrère employa pour mettre les gêneurs hors d’état de nuire. La jeune femme se rapprocha et plaça un papier dans la main de son collègue, puis elle alla ramasser son masque et son imper qu’elle revêtit avant de prendre la direction de "Nostramo". Elle n’avait laissé aucune chance à ses adversaires et plusieurs d’entres eux gisaient sur l’herbe, rougit de leur sang, démembrés. Sa maîtrise de ses armes peu communes laissait toujours une trace dans les corps qu’elle avait tranché et même lorsque l’épaisse fumée s’était élevé dans la jardin, provenant sûrement d’un fumigène, elle n’avait cessé de se battre, tuant toujours plus d’ennemis. C’était certes la plus jeune des majordomes et la plus faible mais elle possédait un potentiel destructeur hors du commun. Le majordome regarda avec attention le papier où les mots suivant était retranscris.

-« Avec les compliments de l’Intouchable : Monsieur Jacob Hume »

Un sourire se dessina sur les lèvres masquées du majordome… L’Intouchable, voila qui était bien arrogant pour un simple voyageur de rang inférieur et qui était à présent prisonnier de ses ennemis. Le nom était cependant bien plus intéressant, les Von Jackson savait que Ed Free avait un partenaire et que celui-ci avait participer à l’incident de la nuit terrible où la petite Héléna perdit la vie, hors, ce jeune homme avait été présent à cet événement et venait d’attaquer ou plutôt de tenter de cambrioler le manoir de l’estimée famille Von Jackson, le doute n’était plus permit, Aion avait devant lui le Jacob Hume qui faisait équipe avec le meurtrier de la douce Héléna, celui qui n’avait pu vaincre John McDoug mais qui s’en tira néanmoins vivant… Un prisonnier en or pour discuter avec leur ennemi dont la tête était mis à mille essences de vie, des termes de sa reddition. Le majordome demanda à Nué de le transporter jusqu’à l’une des salles d’ "isolement", pour qu’il puisse être au chaud. Cependant, il demanda à ce que la marque lui soit imposée via l’objet magique pouvant faire en sortes que le jeune homme revienne chaque nuit au manoir. Décidément, être dans les petits papiers du directeur de Lost Shadow pouvait présentés certains avantages non négligeables. Nué acquiesça de la tête et effleura le jeune homme figé puis le traîna tranquillement vers le manoir. Le Jacob en question semblait à présent peser aussi lourd qu’une pauvre plume d’un oiseau quelconque. Aion referma ses doigts sur le mot puis se teléporta vers les appartements de Dame Séléna. Celle-ci lui pria ‘entrer lorsque trois coup sonnèrent à sa porte. Le majordome lui expliqua alors les causes de l’explosion et l’informa que l’un fauteur de troubles et grand partenaire du meurtrier tant recherché par la famille Von Jackson, venait enfin d’être capturé. Pour plus de crédibilité, Aion remit le mot à sa maîtresse qui resta un long moment en pleine lecture du mot dont les mots passèrent un nombre incalculable de fois devant ses beaux yeux gris. Enfin, elle se tourna puis lança à Aion d’une voix aussi courtoise que ferme.

-« Je crois que nos chers amis ne savent pas à qui ils s’attaquent, nous allons devoir sévir si on ne veut pas perdre la face devant l’Ordo Mortalis, déjà qu’avec la mort de ma petite fille, ils ont émis l’hypothèse que notre famille ne soit plus aussi puissante qu’avant mais si jamais on ne fait pas quelques choses contre cette vermine, ils nous rayerons de leurs mémoires pour les nuits à venir. Je veux que vous, majordomes, alliez à leurs repères ou forteresse, je ne sais pas comment les enfants appellent ça de nos jours, puis je veux que tout soit détruit, réduit en cendres, je veux leurs faire part de mon mécontentement suite à cette agression de notre vie privée, je veux qu’il sache qu’il se sont embarqués dans une histoire qui dépasse de loin tout ce qu’ils peuvent imaginer, je veux les voir à mes pieds, rampant pour implorer le pardon et la pitié, je les veux à moi, alors dépêchez vous d’aller me les chercher, eux et leurs misérables alliés pour que nous puissions mettre les choses au point… Une bonne fois pour toute… »


-« Oui, Dame Séléna, vos désirs sont des ordres… »

-" Et je voudrais voir ce jeune homme insolent, que je me régale de son pouvoir..."

Lorsque le majordome referma la porte, il ne pu s’empêcher de penser à l’avenir de ses pauvres voyageurs, ils s’avaient aucune chance de résister à l’assaut qu’ils subiraient la nuit prochaine, vraiment aucune chance.

__________

https://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (Quête) Je viens pour l'annonce. (Quête) Je viens pour l'annonce. Empty
Revenir en haut Aller en bas

(Quête) Je viens pour l'annonce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Luxuria-