Haut
Bas

Partagez|

Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Lun 6 Juin 2011 - 18:20
Clem resta encore un moment immobile à regarder l’énorme chat qui répondait au doux nom de Gros Minet (si tant et si bien que c’était son vrai nom) et ne remarqua pas dans un premier temps Kala qui avait joué des pieds et des mains pour le rejoindre. Il s’était visiblement débarrassé de son adversaire (et il avait aussi changer de vêtements par la même occasion… ma foi ce n’est pas parce qu’on est en danger de mort que l’on ne doit pas prendre soin de sa garde robe) et demandait maintenant l’avis de Clem sur la situation ; une question du genre « Tu penses qu’on peut ? » Mais dans ce genre de cas, Clem corroborait parfaitement à la maxime « tout ce qui ne nous tue pas nous laisse en vie. » ou quelque chose comme ça.

Donc la fuite, quoi.

Mais il y avait plusieurs raisons pour laquelle Clem allait fuir cette occasion de fuir le combat ; la première, pas la plus importante mais la plus immédiate : on ne fuit pas devant un ami, pas s’il existait un faible pourcentage que ledit ami restait derrière bien sûr, cela ne se faisait pas. On pouvait fuir quand il s’enfuyait avant soi, ce n’était que de la justice logique. La deuxième, c’était qu’il était inutile de fuir un chat ; c’était assez bizarre comme ça car d’habitude c’était les chats qui fuyaient les humains (les chats du monde réel s’entend) et un chat c’était avant tout un prédateur plutôt bien classé dans la chaine alimentaire qui disposait d’une batterie de facilités biologiques pour attraper sa proie tel que son flair, ses griffes ou ses quatre pa-pattes qui lui donnaient la facultés de pouvoir égaler les meilleurs sprinters à deux pieds. La troisième c’était qu’Ed Free ne fuyait pas… enfin Clem n’en savait rien mais c’était ce que les autres chats devaient le penser. Clem était d’accord pour dire tout le mal que l’on voulait de son frère mais quelquefois, la subjectivité que l’on pensait avoir de la réalité devait se confronter à la réalité en elle-même et il fallait bien faire un constat le jour où il y aurait des répercussions physiques. Il y avait aussi une quatrième raison qui n’en était pas vraiment une sinon que « fuir… c’est mal ! » et qui voulait tout dire, par exemple, Clem pourrait répondre à Kala : « Tu penses à qui quand tu dis ‘on’ ? Moi, je me casse. » Mais il ne le ferait pas car… c’était pas bien et c’était comme ça.

A voir comme ça, cet énorme chat ne semblait pas très menaçant mais la lueur de terreur qui brillait au fond des yeux de tous les chats qui le regardaient laissait imaginait qu’il était beaucoup plus puissant que son apparence négligé ne le laissait paraître. Un poème disait que si les yeux des chats brillaient, c’est parce qu’ils avaient retenu dans leurs yeux une partie de l’éclat du soleil à l’intérieur ; de la même manière, chaque chat qui avait déjà vu Gros Minet se battre avait photographié la scène dans ses pupilles et la recrachait quand il avait le malheur de se retrouver dans la même stratosphère que lui.

Au milieu de tout cela, une information fit son chemin dans le cerveau (plutôt au repos ces dix-huit dernières années) et il s’empressa de la fournir à Kala :
« Une chance ? Possible… J’ai l’impression qu’il fait tellement peur aux autres chats qu’ils vont nous foutre la paix. Le temps qu’il nous pulvérise bien sûr. » Ajouta Clem en chuchotant à son tour bien que les chats avaient certainement une ouïe plus fine qu’ils ne le laissaient croire.

Soudain, Gros Minet décida de faire honneur à sa réputation et se lança d’un seul bond vers Kala et Clem en lançant un miaulement tonitruant (c’est le seul mot qui correspond le mieux à ce miaulement) et il atteignit les deux voyageurs en beaucoup moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire et abattit son poing sur le sol, provoquant un mini séisme : voir Gros Minet bouger faisait penser à un film sur la dérive des continents en accélérer. Clem s’écarta en catastrophe mais l’onde de choc le fit s’envoler mais fort heureusement, sa chute fut amortit par un étal qui trainait dans le coin (un étal en bois… amortit n’est peut-être pas le mot approprié). Le choc l’avait vidé de son souffle et il mit plusieurs secondes pour le retrouver et vu qu’aucun poing n’était venu perforer sa cage thoracique, c’était que, soit la plaque tectonique qu’était Gros Minet s’en prenait à Kala, soit il ne bougeait pas, ne sachant que faire. C’était visiblement la deuxième solution car Clem entendit la voix de Khôl crier :

« C’est très bien Gros Minet ! Maintenant, occupe-toi du voyageur avec l’écharpe… Non l’autre espèce d’abruti ! L’écharpe jaune Gros Minet ! L’ECHARPE JAUNE PUTAIN ! C’est vrai que les chats ne distinguent pas les couleurs mais pourquoi fallait il que tu sois aussi con ? »

En résumé, c’était la merde, Clem ne les voyaient pas mais Kala devait être au prise avec Gros Minet et il était sans doute inutile que Clem surgisse dans son dos pour lui mettre un coup de poing car il s’en doutait qu’ils étaient sans doute inefficace contre lui. Il fallait qu’il se montre plus malin ; on était bien dans un marché non ? Il y avait certainement parmi les marchandises abandonnés par les marchands des choses qui pouvaient être utile non ? Soudain, telle une goutte d’eau gelée provoquant immanquablement un frisson quand elle touchait la peau d’une créature qui n’était pas un lézard, une idée fit son apparition dans l’esprit de Clem en provoqua son petit effet car il faut dire qu’il n’en avait pas l’habitude.

Le tout, c’était de savoir si Kala allait pouvoir tenir contre Gros Minet le temps que Clem trouve ce qu’il lui fallait. Dans le monde réel, il se serait précipité dans n’importe qu’elle supermarché mais là, il allait devoir peut-être chercher du coté des dealers.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Jeu 7 Juil 2011 - 21:14
La vue de ce gros machin m'assura une chose : nous sommes pratiquement, non, totalement dans la merde. C'était évident, t'as un colosse de deux mètres de haut devant toi, un tas de chats avec des barres de fer ou des battes tordus autour de toi aussi, la boss, qui je viens juste d'apercevoir et que j'ai pu la reconnaître parce que les autres chats la respectaient, qui manie un faux et qui, je pense, la manie comme un cuisiner qui manie son couteau. Si t'en ressort vivant, c'est carrément un miracle. Mais c'est très rare. Et pour moi, les miracles ne se produisent presque jamais.
Non, ça veut pas dire que je me défile, non, je ne suis pas du genre à renoncer mais quand même... J'aime bien me battre, ça me dérange pas, mais pas au point de mourir.
Me voilà dans une situation très problématique et dans lequel Clem y est impliqué mais pas directement. Enfin, si, parce que c'est son frère qui nous a embarqué dans cette histoire. Bref, on est carrément dans la merde. Et pour confirmation, Clem me répond :

"Une chance ? Possible… J’ai l’impression qu’il fait tellement peur aux autres chats qu’ils vont nous foutre la paix. Le temps qu’il nous pulvérise bien sûr.", me chuchota-t-il.

Super. J'en étais sûr en plus. On va se faire massacrer.

Soudain, je tombe par terre, à genoux. Qu'est-ce qui se passe ? C'est quoi ce qui m'arrive ? Je crois savoir, c'est parce que j'ai trop utilisé mon canon à eau. Cette technique est vraiment puissante, les effets se ressentent que plus tard. Mais pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt ? Mais ça m'a permis d'être sauf, sinon l'autre avec sa tronçonneuse m'aurait décapité.

Brusquement, Gros Minet (qu'il s’appelait) commença à se ruer sur nous d'un seul bond en poussant un énorme miaulement, heureusement que c'était supportable pour les oreilles. Et pour montrer qu'il était le plus fort, il fracassa son poing au sol et provoqua une puissante onde de choc qui me fit valser à plusieurs mètres de mon emplacement et je m'écrasais sur des chats, ce qui me fit extrêmement mal. Fait chier.

"C’est très bien Gros Minet ! Maintenant, occupe-toi du voyageur avec l’écharpe… Non l’autre espèce d’abruti ! L’écharpe jaune Gros Minet ! L’ECHARPE JAUNE PUTAIN ! C’est vrai que les chats ne distinguent pas les couleurs mais pourquoi fallait il que tu sois aussi con ?"

Gros Minet, rattrapant son erreur, avança en ma direction. Chaque bruit que faisaient ses lourds pas me faisait tressaillir et me faisait dire "Pourquoi moi ?"

Les chats sur lesquels je m'étais écrasé se poussèrent rapidement pour ne pas avoir affaire avec ce gros tas.
N'attendant pas qu'il puisse me fracasser de son poing , je m'élevais aussitôt avec une bulle d'air. Mais ce tas de graisse réagit au quart de tour et sauta aussi haut qu'il put (ça veut dire à une bonne dizaine de mètres), sorti ses griffes et les brandit pour tenter d'éclater ma bulle. J'essayais tant bien que mal à résister mais il remporta ce mini-duel et fit éclater ma bulle.

Nous tombèrent tous les deux, mais lui ne se préoccupait pas de l'atterrissage puisqu'il retombera sur ses pattes. Moi, à cette hauteur, si je ne fais rien, je vais y passer.
Je puisais dans le peu de ressources qu'il me restait pour créer une bulle à l'arrivée mais au moment du crash, elle ne résista que quelques secondes, ce qui fait que j'ai eu mal, mais j'étais entier, seulement avec un bras à moitié pété.

"En fait, il est pas si con, ce chat... Allez Gros Minet, achève-le !"

Fait chier. Là, je peux rien faire. Mon bras gauche qui est à moitié pété, mes autres membres engourdis... Je ne peux même pas ramper. Je suis là, à plat ventre, à attendre quelque chose, un miracle peut-être ?

"Tiens tiens, qui voilà ? La star fait seulement maintenant son entrée ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Lun 25 Juil 2011 - 15:24

Rapport aux précédant combats qu'il y avait eu (même si Gros Minet avait à peine commencé le sien et en était responsable à 63%), la zone du marché était complètement ruiné et il n'y avait quasiment aucun étal debout. Certains chats qui les entouraient et qui étaient autrefois réfugiés dans les hauteurs avaient revu leur ambition à la baisse et s'étaient postés sur les rares poutres encore debout et à moitiés fêlés qui servaient il y a seulement quelques minutes à mettre un drap protecteur au dessus des stands des marchands. Surplombant ainsi la scène, on avait l'impression de voir à contre jour des rapaces regardant avidement un champ de bataille dont le carnage tournait à sa fin et dont ils pourraient bientôt se servir des restes à loisir, les préoccupations matérielles de Gros Minet se réduisaient principalement à tous ce qui poussait entre trois feuilles vertes en forme de losange. Il n'y avait pas que les pillards habituelles qui hantaient ainsi ce que l'on était bien obligé d'appeler un champ de bataille ; les lieutenants de Vélina (ainsi que l'éminence grise elle-même) avaient préféré écouter leur instinct de survie en ne restant pas dans le même plan horizontal de Gros Minet et en gardant un larbin à coté de soi des fois que des pierres voleraient dans leur direction.

Cette fuite vers les hauteurs légèrement désorganisé permis à Clem de s'éloigner un peu plus loin et de faire ses recherches plus tranquillement que s'ils s'étaient retrouvé à coté de lui. Du fait du grand nombre d'étal et de stand renversé, Clem n'avait qu'à regarder ses pieds pour voir une grande quantité de produits en tout genre qui était autrefois bien rangé dans des étagères en bois. Aussitôt, Clem commença à chercher n'importe quelle flacon ou bouteille qui pourrait contenir le liquide qu'il cherchait. Il savait qu'il était dans un royaume composé en énorme majorité de chat ainsi, le flacon qu'il cherchait était soit assorti d'une tête de mort, soit il n'était tout simplement pas vendu dans ce royaume mais Clem doutait qu'un objet ne soit pas disponible à la vente alors qu'il se trouvait dans le royaume marchand du monde des rêves. Merde il n'aurait eu aucun mal à trouver de l'huile d'olive dans n'importe quel supermarché de sa ville alors cela aurait été le comble s'il n'en trouvait pas au beau milieu de ce marché là.
Bien sûr si l'huile avait coutume d'être vendu sous le manteau Clem n'avait aucune chance d'en trouver parmi les produits officiels qui se trainaient à ses pieds et même au delà.

Finalement, Ce fut la grande étiquette rouge vif où était inscrit un message indiquant qu'il ne fallait défaire le bouchon qu'en cas de force ou majeur ou « Si vous n'avez pas d'autre choix » ; Clem ne voyait pas de différence entre les deux propositions mais la sienne collait tout à fait à n'importe laquelle donc il avait deux fois raisons de l'ouvrir... enfin trois si on comptait comme raison que cette bouteille avait de forte chance de sauver Kala... en plus de la quatrième raison qui englobait le fait que Clem ne tiendrait pas longtemps s'il restait tout seul contre la horde de matous qui était sur le point de commettre une grave erreur postale à la façon yakusa.

Clem était déjà sur le chemin du retour (bien qu'il ne soit pas allez loin et qu'il était seulement à une quinzaine de mètre de Kala mais les distances sont comme le temps lorsque l'on était en danger de mort : tout était démultiplié pour offrir un maximum d'impact à toutes les sensations ; Clem trouvait qu'il était particulièrement injuste que cela ne marche que lorsqu'on courait un grand danger et non l'inverse) et il était en train de se demander si les différents chats qui l'observaient avaient deviné quelle objet il avait récupéré et si l'un d'eux allait avoir le courage de descendre l'empêcher de faire respirer son petit nectar à Gros Minet.

Clem n'était pas sûr que cela marche avec tous les chats, mais il connaissait les effets de l'huile d'olive sur le cerveau d'un de ces minous pour en avoir fait l'expérience avec ses amis sur plusieurs chats de son quartier : pire que la moutarde au piment sur les humains, l'huile d'olive était un hyper-exitant pour chats et ceux-ci devenaient royalement fou quand ils s'en mettaient dans l'estomac, comme s'ils avaient un tournevis électrique encore en marche dans leur bidou. Alors certes, ce n'était peut-être pas forcément une bonne idée d'exciter son pire adversaire pendant le combat (surtout quand celui-ci donnait plutôt l'impression de se battre avec ses tripes plutôt que sa tête) mais le deuxième effet de l'huile d'olive sur l'espèce la plus paresseuse de l'Univers était de les rendre aveugles. Donc ça plus le fait de les avoir complètement imperméabiliser à toutes pensées intelligentes, cela devrait avoir sur Gros Minet les mêmes effets que de jeter une mine nucléaire à coté d'un sous-marin : la destruction complète et totalement aveugle de tout objet ou personne ne possédant pas la structure du diamant se situant devant lui... avec beaucoup de virages paniqués à la clé.

Cela devrait faire une bonne diversion : quasiment tous les chats qui voulaient la peau de Clem et de Kala s'étaient regroupés sur un ensemble de poteaux plantés dans le sol et d'échelles improvisées (l'air, l'oxygène et tous les gaz en particulier étaient bien les seuls éléments physique présent dans le continuum qu'un chat ne pouvait pas prendre comme une échelle) ; si les deux voyageurs parvenaient à détraquer Gros Minet, ils auraient de sérieuses chances de s'enfuir.

Clem n'était maintenant qu'à quelques bonds de l'endroit où Kala venait de chuter quand une ombre passa devant Clem et vint se planter devant lui : s'était l'un des deux morons qui avaient coincé Clem dans la ruelle dans le début de la nuit, sauf que celui-ci portait dorénavant un espèce de chapeau bizarre mais Clem avait quand même pu le reconnaître. Le problème, s'était qu'il était probablement le seul être onirique de la bande qui n'était pas un chat, le seul qui aurait pu être effrayé par...

« Ceci, dit Khôl en pointant du doigt la fiole que tenait Clem, est probablement la pire saloperie qui a été crée pour faire perdre la boule à un chat ; et Dieu seul sait combien Gros Minet à de l'expérience sur les gros acides qui font pétiller le cerveau. Seulement, j'ai toujours fait en sorte qu'il ne s'approche jamais de cette huile alors tu va me faire le plaisir de poser c'te truc tout de suite d'accord ? »

Clem se dit qu'il n'aurait jamais le temps de combattre ou même d'éviter ce type avant que Kala ne soit plus que le patronyme d'une tache de graisse sur le sol, car Clem le voyait ien maintenant : son compagnon n'était pas de taille face à son adversaire et ce n'était plus qu'une question de secondes avant que Gros Minet ne lui adresse le coup de grâce. L'autre individu avait déjà retirer une lame de sa manche, promettant qu'il faudrait plus que quelques secondes pour pouvoir atteindre Kala. L'esprit de Clem était bien trop occupé à analyser la situation sous tous les rapports en ce qui concernait l'utilisation de son pouvoir pour vite rejoindre l'aquaphobe pour penser à ce qu'il serait arrivé s'il avait mit plus du temps à retrouver son produit miracle. Maintenant, il ne restait plus qu'à espérer que son intuition qui lui disait que les chats du monde réel étaient, en ce point là, semblable à ceux du monde onirique, ne soit pas complètement bidon sinon Clem allait pouvoir mater la fin du film du film intituler « Kala Kourou, sa vie, son oeuvre, sa mort prématurée et violente ».

Clem se dit finalement que le plus rapide était ce que la fiole arrive à Kala par ses propres moyens, pas forcément avec Clem pour la lui donner justement. Celui-ci jeta la fiole largement par dessus la tête de Khôl, décrivant (il l'espérait) une courbe parfaite qui s'arrêterait sur Kala, maintenant, s'était à lui de se débrouiller. Clem lança à Khôl :

« C'est pas la première fois que s'est toujours le plus spectaculaire ? »


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Mar 16 Aoû 2011 - 20:58
C'est vraiment bizarre. Quand tu es à deux doigts de clamser ou de tomber dans les pommes, t'as l'impression que tout marche au ralenti. Aussi qu'à un moment donné, le sol va se retrouver en haut. On dirait que je perds toute notion de gravité, tellement que je ne peux garder les yeux fixes un moment que j'ai l'impression que la terre tremble. Ou quelque chose comme ça. Je sais plus. Je n'arrive pas à garder les idées claires. Tout est brouillon pour moi.
Eh ben, ça m'est jamais arrivé, ça. La première fois, vous dis-je. C'est aussi un peu de ma faute quand même. J'ai trop fais confiance en mon pouvoir, résultat, ça m'a pompé presque toute mon énergie, même si je me suis endormi une deuxième fois. Il faudrait que je n'utilise pas trop ce canon. Trop puissant.
Oui, j'ai peur de ma puissance car je peux y laisser ma vie. Comme maintenant, là.

Maintenant que Gros Minet avait dominé son adversaire, les chats mafiosos commençaient à huer "Allez, Gros Minet ! A mort ! A mort ! A mort !"
Comme quoi, tellement qu'ils ont peur de ce monstre qu'ils l'acclament comme le gagnant de ce match. C'est pas comme si j'avais le dessus ou quoi que ce soit. Je suis à terre alors qu'il est sur ces pattes et il peut, d'un instant à l'autre, m'écrabouiller. Ensuite, fini de Kala. Il faudra compter sur Clem Free, le frère d'Ed Free qui, ce dernier a sans le vouloir, nous avait mis dans ce merdier. Si je m'en sors, il faudra que je me promette de lui botter le cul à celui-là.

J'imagine la scène si c'était quelqu'un d'autre que moi dans cette situation-ci : le pauvre voyageur, aplati de tout son long par la chute, va se faire écraser par un monstre qui mesurait au moins un mètre de plus que lui, ou plus. En un mot, c'était pitoyable. Voilà, je suis devenu un pauvre gars qui répondait aux coups qu'on lui portait qu'avec sa montée d'hormones. En un autre mot, pathétique.

Comme un ange descendu du ciel (c'est ma vision car je suis pété), un mystérieux personnage fit de nouveau son entrée sur cette pitoyable scène. Arrivant tout fier, tout beau (?), en courant peut-être, le seul détail qui me permettait de le reconnaître était cette écharpe de la même couleur que la mienne. Cette ridicule écharpe qui nous permettait de nous reconnaître entre tous (enfin, pour moi).

"Tiens tiens, qui voilà ? La star fait seulement maintenant son entrée ?"

Il a pas entendu, je pense parce qu'il ne réagit pas. Ou soit il s'en fout. De toute façon, moi aussi je m'en fous. Du moment qu'il vienne me sortir de ce guêpier, après le reste peut aller se faire voir ailleurs...

"Oui ben en tout cas, il a pas l'air d'être sorti de l'auberge."

Hein ? Qu'est-ce qui se passe ? J'essaye que mes yeux arrêtent de trembler et arrive à distinguer une ombre devant Clem.
Clem lança alors quelque chose qui atterri à quelques centimètres de ma face. On dirait une fiole. C'est une bombe ? De la nitroglycérine ? Le liquide a l'air d'être jaunâtre. De l'huile ?
Hier, j'avais vu un documentaire sur les chats (?), qui disaient à un moment donné "ne donnez jamais de l'huile d'olive à votre chat car il peut devenir aveugle !"...
Vraiment bien pensé, Clem ! Moi-même, j'aurais pas trouvé mieux. J'aurais dû y prêter attention ! Comme quoi, la télé peut être utile...
Oui mais pourquoi me l'avoir lancé ?

"Réfléchis abruti ! Tu vois pas qu'il a l'autre gus collé aux basques ?!"

"Je t'ai déjà dis de ne pas écouter les pensées des autres... Hein ?"

"Quoi ?"

"Non... Rien...

L'espace d'un instant, j'ai cru ressentir une présence familière... La même présence que la nuit où... Où j'ai vaincu ma peur. Pourquoi est-elle là ? Que veux-t-elle que je fasse ?

"Je m'en fous de ce que tu penses mais moi, je n'ai pas envie de me faire écrabouiller ! DONC BOUGES TON CUL TOUT DE SUITE !!"

C'était une assez bonne raison. Allez, lève-toi, lève-toi ! Rends-le aveugle pour te barrer et avoir une chance de te réveiller à Dreamland demain soir !

Je commençais à me mettre sur mes genoux et, petit à petit, je commençais à me...

"Qu'est-ce que tu attends, Gros Minet ?! Aplatis-le !!"

"MIAAAAWW !"

Merde, j'essaye de rouler sur le côté mais, comme un con, je ferme les yeux et serre fort la fiole.

---------------

"Miaouw <3 !"

Gros Minet tourna sa tête en direction de Khôl, comme s'il avait réussi son coup. On ne pouvait rien distinguer car il y avait un nuage de poussière tout autour de lui, produit par le mini tremblement de terre. Mais vu son visage réjoui, on pouvait penser qu'il avait réussi à aplatir le voyageur hydrophobe.

"Haha, maintenant que Gros Minet a bousillé ton pote, je vais te taillader un peu, de sorte que tu restes tranquille et tu vas gentiment te faire livrer aux Von Jackson", disait Khôl à l'autre voyageur, tout en sortant une lame tout aussi fine que bien aiguisée.

Personne alors ne remarqua alors ce petit miaulement :

"Mia ?"

....

"MIAAAAAAAAAAARRRR !!!!"

---------------

Quoi ? Je suis pas mort ? J'suis con, pourquoi j'ai fermé les yeux ? Bon, le positif c'est que, à part mon bras gauche, les autres membres répondent.

Mais ce chat est con ou quoi ? Il ne m'a pas repéré ? Bon, je vais pouvoir agir sans que je l'ai aux basques. J'ai intérêt à faire vite, le nuage de poussière va bientôt se dissiper...

J'essaye tant bien que mal à me hisser au niveau de sa bouche avec ma bulle d'air mais j'y arrive. Bon, c'était prévisible, l'énorme chat m'a vu.

"Mia ?"

"Oh, tu gardes la bouche ouverte ? Alors bouffe ça mon gros !"

J'ouvris la fiole et la balança dans sa bouche. Le résultat fut presque immédiat.

"MIAAAAAAAAAAARRRR !!!!"

Ah ! Son cri m'a fait perdre ma concentration et ma bulle d'air éclata.
L’atterrissage avait été moins douloureux que tout à l'heure. Mais je pus me relever. Il fallait que j'aille prendre Clem pour qu'on puisse déguerpir. Mince, j'arrive pas à courir correctement.

"Naaaan !! Il s'est passé quoi mon chéri ?!"

Chéri ? C'est son chéri ? Mais c'est quoi leur problème ?

Enfin, j'atteignis Clem. Je ne savais pas quel tête il faisait mais il fallait qu'on se barre pendant cette petite confusion .

"Dépêche-toi Clem ! Et viens m'aider, j'arrive pas à courir correctement !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Mer 31 Aoû 2011 - 21:53
Le petit sautement au cœur après avoir vu disparaître Kala sous les énormes pattes poilues de Gros Minet fut vite remplacé par le soulagement de le voir indemne, en hauteur, au dessus de l'endroit où il aurait trépassé s'il s'y était attardé quelques demi-secondes de plus.

Sentiment aussitôt par quelque chose de plus fort quand la bulle de son ami éclata dans le palais de l'autre mastodonte : le sentiment que la fin de cette affaire allait peut-être bientôt prendre sa conclusion et qu'ils seraient toujours vivant ; victoire totale en somme : cela avait toujours été l'objectif de la semaine. Pour Clem, une journée qui se finissait sans qu'il ne soit mort pouvait être considérée comme une bonne journée. Et les premières réactions de Gros Minet confirmait les effets du produit qui devait déjà être dans son estomac : hurlement bestial de surprise et de douleur à la fois, le picotement du narcotique faisant la samba dans son crane et qui allait bientôt lui donner des mouvements nerveux et des spasmes musculaires brutaux, à même de le pousser à détruire tous le marché, la prochaine étape était de quitter ledit marché justement et de laisser ces chats de gouttières se débrouiller entre eux.

La première victime de ce soudain changement émotionnel de Gros Minet fut (indirectement) Khôl : face-à-face avec Clem en position de combat, il tourna stupidement la tête et se laissa distraire par son compagnon félin un instant.

Un instant que Clem mit à profit pour déclenché son pouvoir ; wormhole réducteur dans la main, il lui suffit d’un mouvement rapide des jambes pour se placer dans la sphère intime de son adversaire et il lui envoya son coude dans le plexus solaire de celui-ci. Il ne lui laissa pas le temps de dire un « Mais que ? » et il lui envoya le poing de son autre bras à cinq centimètres au dessus du premier impact, en plein sur le menton, les deux coups consécutifs firent reculer Khôl de quelques pas en arrière et donc, quand Clem réhabilita les espaces du continuum en annulant sa sphère, les deux adversaires étaient déjà séparer de plusieurs mètres.

Clopin-clopant, Kala rejoignit finalement Clem qui avait complètement oublié l’existence de ce dernier pendant ces dernières secondes ; un oubli suffisant pour le faire légèrement sursauter pendant que l’hydrophobe lui demandait son aide pour sortir du piège dans lequel ils étaient, Clem hocha la tête et lui passa son bras par-dessus son cou et ils essayèrent ensemble d’éviter au maximum les exactions de Gros Minet et de ses copains de gang.

Ce qu’il fallait reconnaître aux chats, c’est qu’ils avaient de sacrés réflexes : auparavant, ils étaient restés en hauteur car il savait que Gros Minet allait s’occuper des voyageurs plutôt des poutres où les félins se tenaient ; maintenant que Gros Minet attaquait tout sans distinction (logique pour un aveugle) ils étaient dorénavant tous descendu pour essayer de faire la peau de Clem et de Kala. Quitte à se faire écraser par Gros Minet, autant avoir le corps de deux voyageurs en guise de protections.

Mais cela ne collait pas trop : les chats n’étaient pas dotés d’instinct de sacrifice aussi poussé, peut-être que l’explication venait plutôt des vérocifications de leur chef qui maniait la faux comme d’autre maniait la charrue. Visiblement, tous les membres du gang avait choisi le moindre mal : entre la possibilité de se faire piétiner par Gros Minet et la certitude de se faire écarteler par leur chef, ils avaient choisi.

Les deux voyageurs se frayaient un chemin dans les décombres du marché pendant qu’un déluge de chats lancés par Gros Minet atterrissait lourdement sur un déluge d’autres chats qui s’étaient lancé sur nos deux héros. Seul une succession d’événements chanceux, de liens causaliques inespérés et des capacités faux-fuyants de quelques wormholes permirent à Kala et à Clem d’arriver au limites du marché, le problème s’était que les chats les suivants, ils ne se débarrasseraient jamais de la meute qui les poursuivaient ainsi. Pas dans cet état.

Clem était à bout de souffle, ses poumons lui brûlaient le torse à chacune de ses respirations saccadées, tous ses muscles réclamaient des chèques qu’il n’était plus en mesure d’encaisser et sa main droite tremblait comme une feuille d’impôt posé sous un verre un jour de grand vent. Toute l’énergie que son corps avait bien voulu lui fournir au cœur du danger avait été vaporisée dans l’utilisation excessive de son pouvoir.

Dans son état de fatigue extrême, Clem avait la lucidité nécessaire pour voir que la situation était en train de leur échapper encore un peu plus : les chats étaient désormais en train d’organiser leur chasse, Gros Minet continuait son carnage un peu plus loin et ses compagnons profitaient du calme ambiant pour boucher tranquillement toutes les issues. Peu à peu, Clem voyait les chemins, les allées et les toits se remplir progressivement de fourrure hérissée. Clem ne voyait aucun moyen pour qu’il traverse ce barrage vivant qui se rapprochait de plus en plus.

Dans la vrai vie, ce genre de décision devait se prendre très vite ; le héros de cinéma avait toujours droit à un ralentit tragique et un gros plan sur son visage pour que l’on comprenne bien qu’il était en train de repasser toute sa vie dans sa tête : celle qu’il a eu et celle qu’il aurait pu avoir.

Mais Clem n’avait pas de temps et pas assez de courage pour qu’il puisse prendre ce genre de décision en son âme et conscience. Ainsi il fit ça très vite, autant pour l’urgence de la situation que pour s’empêcher de reculer.

« Râle pas Kala, c’est moi qu’ils veulent… »

Clem enleva le creux de l’épaule de Kala de sa nuque, le poussa sur le coté et continua à avancer tout droit, avec une bonne centaine d’yeux nyctalopes le fixant.



__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Jeu 1 Sep 2011 - 14:49
Clem passa mon bras par-dessus son cou et nous avancions afin d'échapper à la horde de chats qui étaient maintenant en train de nous cours...
....
QUOOI ??!! Mais c'est quoi ce bordel encore ?! Maintenant que Gros Minet est hors d'état de nuire, ils devraient nous craindre.

Oui, mais comme tout bon méchant qui se respecte, la chef de ce gang a peut-être ordonnée à ses sbires de nous capturer ou nous tuer. Et merde.

Nous étions en train de courir à travers le marché. Il n'y avait personne, ayant put-être pris peur du... Rendez-vous sanglant. Ben oui, qui aurait l'idée de rester dans le marché en criant à nos poursuivants "Poisson pas cher ! Ji poux vous faire un prix risonnable !"

Ça ne servait à rien de courir. Il fallait qu'on soit hors de leur portée. Je voulais bien essayer de créer une bulle d'eau avec le peu de forces qui me restait mais Clem fut plus rapide que moi et créa son espace d'attraction ou je ne sais plus quoi... Mais je savais quels effets allaient se produire, ayant eu l'expérience de le faire.

"Clem, non, ne fais pas ça ! Tu sais très bien que jeeeeeeeeeeeeee...

Non, il ne savait pas que je détestais ça mais bon, il été plus rapide que moi.
L'attraction s'exerça en nous attirant dans la boule déformée et nous fit projeter à plusieurs dizaines de mètres. C'était bien pour nous mais moi, en étant à moitié clamsé, les effets de son truc étaient plus fortes sur moi que sur lui. J'essayais de rester conscient tant bien que mal.

Cela nous permit de prendre de l'avance sur nos assaillants mais ils étaient quand même plus rapide que nous. Alors sans hésiter, Clem ré-utilisa son pouvoir. C'est reparti... Mais c'était pour notre bien...

Après avoir passé plusieurs trucs (je les appelle "trucs" parce que je n'ai pas envie de savoir comment on les appelle) et que Gros Minet nous avait ouvert un passage sans le vouloir en balançant plusieurs dizaines de chats sur les dizaines de chats qui nous poursuivait, nous étions enfin arrivés à la limite du marché. Mais, encore une fois, ça ne servait à rien. Le gang des chats nous encerclaient déjà avant que nous reprenions notre souffle. Et merde, on nous ne pouvait pas nous foutre la paix ?
Je râlais un peu et tout doucement. Clem m'avait entendu et il fit :

"Râle pas Kala, c’est moi qu’ils veulent…"

Clem enleva mon bras de sa nuque et me poussa un peu sur le côté et commençait déjà à avancer devant la horde de chats, avides de la récompense pour la capture de Ed Free. Mais ils ne vont rien en tirer de toute façon, c'est pas le même gars ! Les Von Jackson ou je sais plus qui sont pas aussi cons que ça...
Et mais attends un peu...

"Eh !! Attendez u peu avant de vous livrer ce que vous appelez Ed Free !! Juste, je voudrais une petite seconde d'attention !! Je ne ferais rien, je vous le promets !"

Je reconnaissais l'habitant des rêves qui était avec Clem tout à l'heure et qui discutait avec la chef de gangs :

"Il ne faut pas l'écouter, boss. C'est juste qu'un ramassis de conneries, ces gens-là..."

La chatte leva sa faux et abattit le plat sur le crâne de son sous-fifre.

"On reste poli quand on s'adresse à moi, même si ces insultes ne sont pas dirigés vers moi..."

Et s'adressant à moi :

"Vas-y, membre de la Famiglia Del Cielo. Nous t'écoutons."

"Merci bien."

Je regardais autour de moi puis regardais par terre pour trouver ce que je voulais chercher.

"Ceci est un DreamMag datant... Enfin publié très récemment. Même s'il est en loque, je pense que... Oui ! Il y est ! L'article avec l'avis de recherche !"

Je montrais alors à tous cet article avec la tronche de con du frère de Clem.

"Voici l'avis de recherche d'Ed Free qui, vous le pensez, se trouve à côté de moi. Mais si vous auriez bien examiner la photo, on voit bien, et même très bien, que celui qui se trouve à côté de moi N'EST PAS Ed Free mais plutôt son frère. L'idée ne vous a pas traversés l'esprit que Ed Free aurait un frère ?"

Les chats à côté commencèrent à pousser des "oooh" ou "un frère ?" ou des "ouaah". Pfff, gamins.

"C'est vrai qu'ils ne se ressemblent pas du tout, à bien regarder. Mais on peut très bien prendre son frère en otage et le donner aux Von Jackson pour servir d'appât. L'idée ne t'as pas traversé l'esprit ? Hahahahahaha !!"

Par intimidation, les autres chats rigolèrent avec leur chef. Mais je répondis du tac au tac.

"Vous croyez vraiment que Ed Free, celui qui est mis à prix à 1000 E.V, va se préoccuper de son frère alors qu'il sait qu'il va se faire piéger ? Et en plus, c'est un vrai salaud ce gars. Désolé mais je peux trouver d'autres mots pour lé décrire. Je l'ai déjà rencontré, vous savez ? Et je peux vous dire que si vous prenez en otage ou faire quoique ce soit d'autre avec son frère qui se trouve à côté de moi, et bien cela ne va servir à rien car il s'en fiche royalement de son frère, et encore pire : ils se détestent ! Alors vous pensez que l'héroïsme d'Ed Free va se mettre en route parce que son frère est en danger ? Non... Il trouvera, en ce que vous pourrez faire, une façon de se débarrasser de son frère à Dreamland puisqu'il ne peut rien faire dans le monde réel !"

Espérant alors s'en sortir, je regardais alors la boss dans les yeux. J'espère que ce n'est pas un manque de respect...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Sam 3 Sep 2011 - 13:45
Clem comprenait maintenant pourquoi il ne s’était pas dérobé au dernier moment quand il avait décidé de laisser une chance à Kala de s’enfuir : c’est parce qu’au fond de lui, il savait que celui-ci n’allait jamais le laisser faire une chose pareille. Kala était trop fière et trop naïf pour ne pas se rendre compte que c’était la seule solution étant donner la situation. Clem maudissait son pragmatisme et son pessimisme qui lui soufflé cette solution : il lui avait toujours été bien pratique de les avoir pour aborder de façon réaliste une situation mais le prix à payer, s’était que les solutions extrêmes s’imposaient parfois d’elle-même. Une telle chaine de liens et de causes à effets dont Kala ne comprendrait peut-être jamais le principe parce qu’il n’avait pas l’esprit moulé pour ça.

Il était désormais trop tard pour s’enfuit : pendant que Kala discutait inutilement avec les chefs du gang, toutes les issues se barraient définitivement. Les chats avaient eu tout le temps qu’il leur fallait pour fermer définitivement leur piège et Clem et Kala se retrouvaient encore une fois dans une mini-arène dont les murs étaient faits de poils et de muscles félins. La dernière fois, ils avaient fait sauter ce mur avec l’aide involontaire de Gros Minet qui se trouvait dorénavant trop loin pour réitérer son exploit. Leur seule chance maintenant était de gagner du temps dans l’espoir de se réveiller avant qu’un coup fatal ne soit porté à Kala où qu’un tatouage magique ne soit collé à Clem.

« Inutilement » car même si l’intervention de Kala partait d’un bon sentiment et qu’il réfutait intelligemment les arguments de leur chef ; ce n’était tout simplement pas ça qui allait les arrêter. Kala n’était pas face à des copains d’écoles civilisés mais devant des chats qui avaient décidé que la violence serait leur nouveau mode de langage : des types dont la société n’avait pas envie de les voir trainer dans ses pattes et à qui on avait donné un tuyau de fer en leur disant de tabasser ceux que leurs chefs pointeraient du doigt s’ils voulaient manger ce soir.

Même si elle leur faisait gagner du temps, Clem trouvait quand même que le dialogue de Kala méritait l’appellation « utopiste » ce qui voulait dire, dans un esprit pragmatique comme celui de Clem « stupide » et c’est pourquoi il parla à Kala avec plus de colère et de venin qu’il aurait voulu en mettre :


« Sincèrement Kala tu te crois où là ? Sur un plateau télé ? Maintenant que tu leur as bien fait comprendre qu’ils s’étaient trompés, je suppose qu’ils vont prendre leurs cliques et claques et partir sagement c’est bien ça ? Et peut-être qu’ils S’EXCUSERONT MÊME ! Mais comment crois-tu qu’ils pensent ? De leur coté, ils se sont gouré de cible et ils n’en ont rien à cirer et nous, on a empoisonné un des leurs et blesser une demi-douzaine d’autres. Mais demain, on va se retrouver autour d’un petit goûter et on n’en reparlera en rigolant, hein ? Quand tu te retrouve dans la rue Kala, il faut parler son langage. Clem avisa un sac de farine qui avait été renversé pendant la poursuite et les mini-séismes qui l’avaient précédé et s’en servit pour tracer un cercle blanc laiteux d’un rayon de cinq mètres autour de lui et Kala. Car eux ne feront pas l’effort d’apprendre le tien.

Ayant fini de s’entourer d’un rond de gluten, Clem fixa les chats qui les entouraient en leur désigna le cercle avec un doigt.

« On vous attend : n’hésiter pas. »

« Attendre » voila bien le plan de Clem, si tout se passait comme il le pensait, les chats verraient le cercle comme un défi personnel, jouant toujours avec leurs proies quand ils pensaient qu’elles n’avaient plus la moindre chance de s’enfuir, ils allaient peut-être se ramener seul ou à deux, histoire de se faire bien voir de leur chef. Leur montrer qu’eux, au moins, n’avaient pas peur de se battre. Si les minis duels s’enchainaient ainsi, les deux voyageurs auraient peut-être une chance de se réveiller avant qu’ils ne soient débordés.

En tout cas la tactique marchait, pour l’instant, ce fut un grand chat qui s’approcha de Clem, masque de hockey sur la gueule et une hache qu’il avait attaché avec une ficelle autour de son poignet. Celui-ci souriait de tellement que les bords de ses dents se voyaient malgré la largeur du masque et il donna un rapide coup verticale de haut en bas vers Clem.

Celui-ci avait eu à peu près le temps de se remettre de sa fatigue passé, évita facilement le coup grâce à ses réflexes oniriques révélés après avoir passé ses nuits à survivre dans Dreamland, et attrapa le bras du chat d’une main, le tenant solidement pour l’empêcher de bouger, Clem abattit son autre poing sur le coude tendu du chat, le faisant plier dans le mauvais sens en un craquement écœurant tandis que l’os quitta son articulation et transperça la chair dans un petit flamboiement vermeille.

Clem ne laissa pas le hurlement de douleur du chat finir, il tira de toute ses forces avec la main qui tenait le bras et redonna un coup avec sa main déjà endolorie, cette fois sur le masque : celui-ci se fendilla tandis que le chat fit quelque pas en arrière et trébucha après avoir quitté le cercle.

Gagner du temps, il ne pourrait pas les enchainer comme ça mais ils n’avaient plus d’autre choix. Clem tourna la tête et vit deux chats s’avancer doucement vers Kala. Se réjouissant à l’idée que ce ne serait pas leur compagnon qui s’arrogerait le mérite de la victoire finale.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Dim 4 Sep 2011 - 1:26
L'ignorance. L'ignorance totale. Si vous l'avez, vous ne pourrez en aucun cas vous en débarrasser. A part si vous êtes le plus grand des naïfs. Vous êtes le plus grand des naïfs. Parler à un gang de chats qui, même s'ils vous ont confondu avec quelqu'un d'autre, en veulent à votre peau parce que vous avez fais le bordel dans leur organisation, vous ne pourrez jamais discuter tranquillement avec du thé. Non, si vous faites ça, vous êtes tout simplement le plus gros con que le monde ait porté.

Cette réalité ne m'avait donc pas traversé l'esprit, espérant qu'ils puissent se barrer tranquillement. Ça y est, c'est définitif : je suis con. Mais ce n'était pas de ma faute, enfin un peu quand même, mais pas totalement. Je n'avais pas l'expérience de la rue, n'ayant jamais voulu être une racaille ou quelque chose comme ça. Mais quand vous êtes un voyageur, la rue peut vous apprendre des choses, beaucoup de choses.

C'est ce que Clem me le fit rappeler avec une colère qui m'était inconnue :

"Sincèrement Kala tu te crois où là ? Sur un plateau télé ? Maintenant que tu leur as bien fait comprendre qu’ils s’étaient trompés, je suppose qu’ils vont prendre leurs cliques et claques et partir sagement c’est bien ça ? Et peut-être qu’ils S’EXCUSERONT MÊME ! Mais comment crois-tu qu’ils pensent ? De leur coté, ils se sont gouré de cible et ils n’en ont rien à cirer et nous, on a empoisonné un des leurs et blesser une demi-douzaine d’autres. Mais demain, on va se retrouver autour d’un petit goûter et on n’en reparlera en rigolant, hein ? Quand tu te retrouve dans la rue Kala, il faut parler son langage. Car eux ne feront pas l’effort d’apprendre le tien."

Entre temps, il avait fait un cercle avec de la farine tout autour de nous deux avec un espace de, peut-être, quatre ou cinq mètres.

"On vous attend : n’hésiter pas."

Il s'adressait peut-être au gang. Il parlerai à qui sinon ?

Je ne sais pas ce qui s'est passé dans ma tête mais ce n'était pas beau à voir. Mon esprit commençait à se tordre dans tous les sens, se déchirait, se reformait, se déchirait encore. Il se réduisait, s'agrandissait, etc, ... Bref, pas beau du tout. Pourquoi mon esprit était comme ça ? Parce que la réalité onirique l'envahissait peu à peu. J'avais comme un choc émotionnel. Je ne le faisais pas paraître à l'extérieur mais à l'intérieur, c'était une explosion. Un bombardement. Une explosion atomique. Ou pire.
Et pourquoi ça ? Parce que c'était seulement maintenant que j'eus pleinement conscience que j'étais... Con.

Je savais que je l'étais, mais de là à ce que ce soit tellement grave... Non. C'était tout simplement... Inimaginable. Quelque chose de complétement... Incroyable. Un tel niveau de connerie... C'est vraiment quelque chose. Et je ne suis pas fasciné, bien au contraire, je suis terrifié. Je me demande comment j'ai fais pour survivre dans Dreamland.

Le retour à la réalité fut très vite car, en étant dos à Clem, j'entendais des coups. Je regardais très brièvement derrière moi et je vis un gros molosse, euh... Chat qui fut très rapidement maté par Clem. Même s'il était assez fatigué, il a quand de l'énergie à revendre. Et je pense que je vais y avoir droit car deux jeunes chats, griffes en avant et acérés, commencèrent à s'avancer vers moi.

Je vérifiais quand même si mes deux bras répondait... Ouille ! Le gauche me faisait quand même un peu mal mais je pouvais le bouger correctement et le droit n'était plus trop engourdi. Je craquai mes deux poings, me craqua le cou... Ah ! Ça se voit que je ne le fais pas souvent !.. Sautillant comme un boxeur avant son combat, je sortis une phrase du genre :

"Vous pouvez venir mes cocos ! Je suis... Prêt, si on peut dire ça. Mais vous pouvez quand même venir."

Je laissais ma langue pendouiller, pour inciter le combat peut-être ? Ou pour faire classe... Enfin, j'aimais bien.

Les deux chats se regardèrent tous les deux, puis regardèrent leurs compagnons d'armes et chargèrent vers moi, griffes bien avant.
Ils étaient maintenant à quelques centimètres de moi que je pris leurs têtes dans mes deux mains. Mince, difficile de les prendre complétement mais j'y arrivais quand même mais difficilement.
Les deux chats me griffaient les bras et je serrais les dents. Et comme pour annoncer la fin de ce mini duel, je fracassais leurs deux têtes l'une contre l'autre avec toute la force que je pouvais mettre. Et, toujours en ayant leurs têtes dans mes mains, je les fis valdinguer en dehors du cercle. Enfin, pas vraiment loin du cercle, genre à côté. Ils étaient sonnés car ils ne réagissaient plus. Espérons qu'il n'y a pas d'autres chats qui se ramèneront...

J'étais quand même perturbé par cette révélation : je suis officiellement con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Lun 5 Sep 2011 - 20:12
Tout les sens de Clem étaient ouverts, en éveil… parait que ce genre de chose n’arrivait que lorsque le corps se savait en grand danger. Toujours pratique de vivre l’action comme si elle était au ralentie alors qu’on était dans la merde jusqu’au cou. L’histoire de la poêle et de la jeune fille en somme. Sympa de citer Einstein avant de passer l’arme à gauche. Si Clem venait à mourir ce soir, il aurait vraiment gâché ses cinq dernières minutes en pensées merdiques.

D’autres prétendants au titre du « roi du cercle de farine » se rapprochaient, toujours de plus en plus nombreux. Et derrière eux, encore d’autres chats, et derrière… Clem voyait juste des armes longues et menaçantes dépasser de la foule qui arrivait, descendant des murs pours les uns, sortant de leur cachette pour les autres.

Ils étaient tous là, réunis par un quelconque appel secret que ni Clem ni Kala n’avait entendu (ou remarquer). Mais attention vous autres ! Ce cercle de farine n’est pas qu’un simple cercle, c’est le signe d’où commencent les tatanes, si vous la traverser, on vous accueillera avec nos poings déchirés par la fatigue, nos muscles qui n’en peuvent plus depuis déjà un quart d’heure et nos nerfs à vifs ; alors si vous osez venir, vous avec vos haches, vos barres de fer, vos coups de poing américain et vos bottes cloutées et bien on va vous… on va vous…

Bon, ne franchissez pas cette ligne d’accord ?

Il était bien sûr légèrement trop tard pour essayer la tactique de l’intimidation. Ils étaient tous remontés désormais, et la seule chose qui pouvait sauver les deux voyageurs étaient un retournement de dernière minute.

Il y avait bien évidemment l’arrivé de la cavalerie mais Clem ne connaissait aucun contingent de gardes qui risqueraient leur peau pour venir en aide à deux voyageurs inconnus. Et Clem connaissait encore moins de corps de garde suffisamment garnie pour pouvoir disperser une foule pareille. Fidèle à leurs habitudes, les chats préféraient passer leur existence en marge de la loi plutôt que dedans.

Il pouvait très bien y avoir l’arrivé d’un voyageur surpuissant qui, à l’aide de son pouvoir… surpuissant, mettrait en fuite les affreux matous. Même problème que précédemment : qui leur viendrait en aide ? Clem ne connaissait aucun voyageur de grande puissance qui leur viendrait en aide. Et il en connaissait des voyageurs de ce genre : Ed pour commencer, mais si leur rôle avait été inversé, Clem lui aurait certainement jeté des pierres par-dessus un parapet en encourageant les chats avec force cris. Restait Monsieur Fonteneau mais celui-ci ne voulait plus croiser Clem dans Dreamland pour certaines raisons éthiquement en dessous de la loi. A bien réfléchir, Clem connaissait bien un certain capitaine de la garde mais : problème numéro un : il n’officiait pas dans cette ville et, problème numéro deux : il n’était pas dans son cœur non plus.

Plus il faisait le tour de la question, et plus Clem remarquait à quel point son carnet « d’amis qui pouvaient vous secourir en cas de besoin » était vide. Et c’était dommage car s’était toujours pratique d’en avoir, voyons… une petite vingtaine.

Tient à bien réfléchir, un autre Deus Ex Machina pouvait entrer dans la danse : un Dreamlandien rompu aux techniques de combat les plus folles ( du style quand on te prononçait le nom de l’école d’art martial tu en oubliais le début avant que l’on ne te dise la fin) et il sauverais les deux voyageurs car celui-ci était en fait un détective privé qui avait été chargé de ramener Kala dans le giron d’une secte caché depuis des millénaires car celle-ci avait besoin de lui pour mettre au pas une entité ancestrale qui devait détruire le monde après son réveil et qui avait autrefois été arrêter par un Kourou.

… Après réflexion, Clem préférait crever ici plutôt que de se faire sauver pour une raison aussi stupide.

D’autres adversaires se présentaient et Clem commençait un échange de coups fatigués et de feintes ratés qui le forcèrent à reculer, se faisant, il se trouva dos-à-dos avec Kala.


« Dis moi Kala… tu es sûr que tu n’aurais pas parmi tes connaissances un mec capable de nous sauver genre… là maintenant ? N’attendant pas de réponse, frôlant légèrement avec le délire, Clem quitta sa posture d’une torsion en avant en grommelant : « En tout cas ça valait la peine d’essayer. »

En tout cas Clem ne tient pas longtemps après ce petit intervalle : quelques secondes après avoir parlé à Kala, un objet étonnamment long et étonnamment lourd (barre à mine ou batte de base-ball il n’en savait rien il n’avait rien vu) lui explosa la mâchoire inférieur et fit scintiller des étoiles de toutes les couleurs sur sa rétine dansante ; juste avant que les larmes de douleurs qui l’aveuglèrent le temps qu’il nettoie ses paupières d’un revers de la main et les fermes, le temps qu’il reprenne ses esprits.

Des caillots de sang commencèrent à se former dans sa bouche mais quand Clem voulu les cracher par réflexe, il remarqua que les os ayant été déplacé par le choc. Il ne réussit qu’à s’étouffer dans sa tentative. Il rouvrit les yeux et remarqua qu’il était sur les fesses, une main sur le sol l’empêchait de s’allonger complètement et que l’objet « percutant » se penchait doucement au dessus de sa tête. Clem roula précipitamment sur le sol pour l’esquiver et la barre tomba avec un bruit sourd sur les pavées. Déjà ça d’éviter.

Clem se releva précipitamment, l’équilibre encore chancelant, le crâne toujours fragile. Et il se prit une autre barre dans les côtes, certainement asséné par un adversaire situé derrière lui. Clem sentit ses poumons le faire souffrir physiquement à chaque respiration : au moins une côte avait du sortir de son logement et était en tain de lui transpercer un poumon.

Il fallait se rendre à l’évidence, ils étaient un petit peu beaucoup débordé ; bientôt, il ne serait même plus possible de voir le cercle de farine sur le sol et dans un temps un peu plus lointain, il ne serait même plus possible de voir les deux voyageurs. Dans très exactement cinquante petites secondes.

______

Cinquante petites secondes plus tard…

Et dire que ce genre de truc n’arrivait que dans les dessins animés d’habitude, ou dans les séries B à la rigueur. Mais pour un beau Deus ex Machina, c’était un beau Deus ex Machina. Clem ne pouvait décidemment pas s’en plaindre. Bon alors certes, la différence entre l’arrivé de la cavalerie et l’arrivé d’un tonitruant orage alors que le ciel était étonnamment clair deux minutes avant ne les aurait pas trempé, mais en tout cas, les chats ne s’étaient pas fait prier pour se mettre directement à l’abri dans les égouts ou en direction de leur planque, loin du terrifiant liquide.

A présent, Clem et Kala était pratiquement seuls sur la place. Trempé jusqu’aux os (bien que Kala devait être moins gêné que Clem à ce niveau là) mais au moins… ils étaient seul ; et vu le prix de la solitude quand tout un gang de chats de gouttière voulait ta peau ce n’était pas chère payé vraiment. Plutôt content d’être en vie envers et contre tout, Clem se laissa allez à un petit rire nerveux bien audible avant de lancer joyeusement à Kala :


« Et bien… il doit y avoir un Dieu pour les hydrophobes là-haut. Tu me l’avais caché celui-là.

Là-dessus, Clem quitta joyeusement la place en sifflotant, trop content de quitter ce quartier maudit (autrement dit, un autre quartier où on voulait le tuer), sans même regarder si Kala le suivait, il disparut dans la pluie entre les trombes d’eau.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Mar 6 Sep 2011 - 12:55
La bataille faisait rage ? Non. Même pas. Les adversaires venaient, petit à petit, vers les deux perdus. Battes, poings américains, et autres à disposition, des chats cauchemars pas nets venaient entourer les deux pauvres voyageurs que nous étions. Je ne pouvais pas utiliser mon pouvoir, sous quoi que je me viderai de toute mes forces et serais à la merci de ces chars matous. Et Clem ne pourra pas faire son héros.

Si un jour, on m'avait dit que j'allais me faire prendre une énorme dérouillée par des chats, je n'aurais pas cru. La vie n'est vraiment pas faite pour se la couler douce. Enfin, à Dreamland. Quoique, en temps normal aussi. Tu es constamment sur les nerfs et tu ne peux que te reposer qu'un court moment. Et voilà que je me mets à penser autre chose alors que je ne serais plus un Voyageur dans quelques minutes. Et merde.

Je regardais quand même les dégâts causés par les précédents combats. Je sens qu'une de mes jambes est à deux doigts de se péter, de multiples coupures sur les bras qui étaient quand même assez profondes et qui ne peuvent même pas se compter et du sang qui coule... A peu près partout. Pas abondamment. Mais bon, je peux quand même tomber inconscient par manque de sang qui est un minimum utile pour au moins rester debout. Merde.

"La vie ne vaut pas la peine d'être vécue". C'est ça, tu veux mon poing dans la gueule ? J'ai même pas parcouru le quart de Dreamland, j'en suis sûr. Un tas de gens qu'il fallait que je rencontre sûrement !
Kala, arrête de faire le mariole ! Tu peux très bien t'en tirer...
Je ne vois pas comment. A moins que le frère de Clem vienne à notre rescousse, mais c'est très peu probable. Et Clem ? Qu'est-ce qu'il a foutu pendant que je n'étais pas avec lui à Dreamland ? N'avait-il donc pas rencontrer des gens assez forts ? Visiblement non, sinon il m'en aurait parlé... Ou peut-être pas.

Et merde, je pense que j'ai une idée mais ça va être risqué ! Je viderai sûrement toute ma réserve et je ne pense que ça va marcher !.. Mais au point où on en est...

D'autres chats venaient. Merde, dégager bande de sa***** ! Vous nous faîtes chier !..

Je donnais quelques coups dans le vide. Il y avait quand même un coup qui toucha un visage, mais c'était tout. Les autres chats qui venaient vers moi avaient reculés mais ce n'était pas assez pour les faire fuir. C'est sûr, on ne va jamais se sortir de ce merdier...

"Dis moi Kala… tu es sûr que tu n’aurais pas parmi tes connaissances un mec capable de nous sauver genre… là maintenant ?"

Pour tout vous dire, j'aimais la franchise de ce mec, quelque soit la situation.

"Tu veux vraiment que je te dise mon ami Clem ? Non."

"En tout cas ça valait la peine d’essayer."

Je ne l'entendis plus, seulement un coup retentir et qui fit craquer quelque chose. Je vis Clem tomber à côté de mes pieds. Du sang coulait de sa bouche. Quelque chose lui avait cassé la mâchoire. La chose qui avait causé cela commençait alla entamé sa descente sur sa tête mais Clem roula un peu plus loin pour éviter l'attaque. Et moi ? Ben, comme j'étais en train de regarder Clem, j'avais relâcher mon attention et me prit un coup de poing américain dans le ventre. Je crachais un peu de sang, mélangé à ma salive. Ça faisait pas une bonne couleur. Seulement du rouge. La salive est incolore, comme l'eau...

Et merde,je ne peux plus faire ce que je voulais faire ! Si je le fais, je serai déjà mort et enterré... Et puis, on va bientôt rejoindre le paradis des voyageurs et je ne pourrai plus me souvenir de ces bons moments. Je n'ai même pas pu revoir la Famiglia... Et merde... Tiens, je me demande comment ils vont...

Un coup de batte dans les côtes me rappela à quel point j'étais con. Heureusement que j'avais ma mini armure mais sauf que le coup avait cassé quelques une de mes côtes. Et merde.

C'est bon, c'est mort. Je suis mort. Clem aussi. Au moins, je meurs avec la première personne que j'ai rencontré à Dreamland. Le truc, c'est que je ne m'en souviendrai plus. Je ne pourrai même pas me souvenir ce que ça fait de mourir. Et merde, je tombe. Les chats cauchemars commencèrent à me ruer de coups de pieds. Sales connards. Je vous aurai tous pulvérisés avec mon canon. Mais j'ai plus de force...

---------------

"Ne les tuez pas !!"

La boss des chats cauchemars venait vers l'endroit où la plupart de son gang s'était réuni, tout en nettoyant la lame de sa faux.

"Non, laissez les achever moi-même ces deux impertinents !"

On ne reconnaissait plus la boss. Les yeux rouges d'excitation et de colère, on aurait que c'était la mort elle-même.

Au moment où elle allait abattre sa faux, Khôl décida de la faire chier :

"Boss... Je pense que ça me fera rien mais pour vous..."

"Quoi encore ?!"

"Regardez...", disait Khôl en pointant du doigt quelque chose.

Tous les yeux se levèrent et virent avec une certaine angoisse une silhouette qui, tous, reconnaissaient.

"Alors Madchat, t'avais envie de maltraiter mon protégé ? Tu sais ce qu'il adviendra si je me mets en colère... Et là, je suis en colère !"

"Madchat ? C'est votre nom, boss ? C'était pas Vélina ?"

"Ta gueule, Khôl !"

Et en s'adressant à son gang :

"Repli immédiat !! Tous !! Dépêchez-vous !!", et en disant à Khôl, "Et toi aussi, tu viens avec, Khôl. Et t'as pas intérêt à couiner sinon couic !", en mettant son doigt sur son cou et le fis bouger de gauche à droite.

"INFERNAL RAIN !!!"

D'énormes trombes d'eau s'abattit sur la place. On aurait dit qu'il était en train de pleuvoir mais le soleil était haut dans le ciel et les nuages étaient dégagés.

"DÉPÊCHEZ-VOUS !!!"

"Héhé ! La prochaine fois, t'as intérêt à faire attention, Madchat."

Puis en regardant l'hydrophobe couché :

"Toi petit, il faut absolument que tu vienne au royaume..."

Et l'inconnu repartit sur ces mots, de la même façon qu'il était apparu.

---------------

Je repris conscience, de l'eau m’aspergeant le visage. Ce n'était pas mon eau. Je n'avais pas la force pour en faire tomber une assez grosse quantité. J'avais entendu des bruits, une voix d'homme. Pas celle de Khôl mais celle d'un autre. Mince, j'aurais bien voulu le voir.

Je me relevais, regardant autour de moi. Il n'y avait plus personne, seulement Clem et moi. Lui était toujours debout. Ou il était couché comme moi, inconscient. J'en sais rien. J'aurais voulu voir ce mec. Le deuxième hydrophobe dans Dreamland que je pourrai connaître. Et en plus, encore plus balèze que moi.

Clem se permit de lâcher un rire. Qui me fit rire à mon tour.

"Et bien… il doit y avoir un Dieu pour les hydrophobes là-haut. Tu me l’avais caché celui-là."

Je m'arrêtais net. Clem commençait à marcher pour sortir de cet endroit. Je courais vers lui, le rattrapant, même si ma jambe me faisait mal. Je mis ma main sur son épaule pour terminer ma petite course et je lui dis :

"Tu as vu la personne qui nous a sauvés ? Raconte moi, s'il-te-plaît !"

Il fallait que je le sache. Il faut que je retrouve cette personne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Mar 13 Sep 2011 - 13:56
Quoi ? Kala n’avait donc rien vu ? Clem avait été trop occupé à comprendre que la situation était en train de tourner en leur faveur pour remarquer que son ami hydrophobe était dans les choux. Son système nerveux avait certainement eu d’autres choses à faire et puis voila… oh et puis crotte on avait le droit d’avoir la tête dans les nuages quand on apprenait doucement qu’on n’allait pas mourir ce soir.

Clem se dégagea l’épaule d’un mouvement raide, non pas par méchanceté envers le bras de Kala qui s’y était posé afin de réclamer son attention, mais juste pour avoir une main de plus pour veiller à ce que sa mâchoire ne bouge pas trop. Pour l’instant il n’avait dit qu’une phrase (et une courte en plus…) et il avait déjà eu un mal de chien mais certainement parce qu’il était en train de rigoler en même temps.

Reste calme, respire par le nez et rappelle toi ce que tu as vu :

« Ben écoute Kala j'en suis sur de rien, pas français ça ressaisit toi. Mais apparemment, on a tout les deux étés sauvés par un... hydrophobe. Un mec comme toi quoi... mais en version plus... super si tu saisis." Sourire d'ironie et de réconfort putain ce tiraillement de la machoire ! Stop les sourires merde !

"Plus grand, plus agé, plus fort surtout... plus imposant : les chats se faisaient dessus rien qu'à entendre le son de sa voix. Il leur a dit de se casser très gentiment avande faire apparaitre cet orage pour convaincre les plus réfractaires.

Clem prit une pause avant d'annoncer la suite et se massa la machoire inférieur dans l'espoir de calmer le bourdonnement douloureux qui enflait en dessous de l'extrémité de sa dentition au fur et à mesure qu'il parlait. Sans succès.

"Et c'est après qu'il t'a apostrophé mais tu devait etre à ce moment là dans la Lune et tu n'as ps du l'entendre car il t'a proposé de, oh merde s'cuse moi...

Clem se tint douloureusement la machoire qui pulsait des ondes négatives douloureuses en signe de protestations envers son role d'orateur. Il leva la tete et ferma les yeux tandis qu'une plainte silencieuse mais audible séchappa de ses lèvres et que sa main encadrait fermement la partie de sa machoire s'où s'échappait les pulsations : celle qui battait comme un coeur.
Quand la douleur se fut atténuée, Clem regarda Kala et l'agoraphobe aurait voulu lui dire que l'état de sa machoire était moins importante que l'information qu'il essayait de lacher et que par conséquant, cela ne le génait pas de continuer à parler malgré la fracture manifestement mécontente qui avait prit naissance en dessous des dents.

Le probleme était qu'il fallait parler pour cela... de toute façon il avait presque fini :
"...proposé...proposé de venir le voir dans son royaume... qui doit aussi etre le tien par essence ; enfin bref tu es le bienvenu apparemment."

Clem garda le silence quelques secondes le temps pour Kala de digérer l'information mais meme une machoire fracturée en fractale ne pourrait pas l'empecher de laisser glisser un petit persiflage qui ne faisait rire que lui.

"T'en a de la chance : à moi, aucun agoraphobe ne m'a proposé de prendre le thé dans le royaume des trous noirs ; j'dois faire honte à la profession certainement et ils ne veulent pas entendre parler de moi. C'est pas que jm'en plaigne remarque.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Dim 18 Sep 2011 - 23:19
Mon ventre me faisait mal. Quelque chose ne circulait pas correctement. Merde. Ben tant pis, de toute façon, je pense qu'ils ne vont plus nous faire chier, ces chats cauchemars.

Pour en revenir à ma question, je voulais savoir qui était notre sauveur hydrophobe pour lui demander quelque par rapport à cette phobie. Le comment du pourquoi il n'y a que nous deux comme Voyageurs-contrôleur d'eau. Et m'apprendre ce qu'il sait comme techniques. Pour ne plus se faire laminer comme là maintenant. Pour pas qu'il y ait à chaque fois quelqu'un qui nous sauve la peau. Je veux être ce quelqu'un qui veut sauver les gens. Avoir une plus grosse différence de force. Pouvoir dominer l'adversaire. Pour être tranquille. Car j'aimais bien cette vie de Voyageur. Je voudrais au moins ne pas mourir avant la vingtaine. Pour que je passe mon enfance avec ça. Même si quand je mourrai, je ne m'en souviendrai plus, mais ça me fera quand un beau rêve.

"Ben écoute Kala j'en suis sur de rien, pas français ça ressaisit toi. Mais apparemment, on a tout les deux étés sauvés par un... hydrophobe. Un mec comme toi quoi... mais en version plus... super si tu saisis."

Ça, je le savais mais merci de la précision Clem.

"Plus grand, plus âgé, plus fort surtout... plus imposant : les chats se faisaient dessus rien qu'à entendre le son de sa voix. Il leur a dit de se casser très gentiment avant de faire apparaitre cet orage pour convaincre les plus réfractaires."

Il est craint, et respecté. Il est puissant aussi, j'avais compris, et les chats avaient peur de lui. Hmm...

"Et c'est après qu'il t'a apostrophé mais tu devais être à ce moment là dans la Lune et tu n'as pas du l'entendre car il t'a proposé de, oh merde s'cuse moi..."

Il leva la tête et ferma les yeux et sortit un cri de douleur en mettant sa main sur sa mâchoire. C'est vrai qu'il a reçu un coup de... Je sais plus quoi dans la gueule. Je le plains. Moi, ça peut aller, j'ai seulement reçu un coup de poing américain dans le ventre et un coup de batte dans les côtes... Non, faut pas abuser mais quand même, je pouvais souffrir en silence.

Sa douleur s'est calmée, il me regarda et resta à me fixer pendant trois ou cinq secondes (comme si c'était long) et me dit difficilement :

"...proposé...proposé de venir le voir dans son royaume... qui doit aussi être le tien par essence ; enfin bref tu es le bienvenu apparemment."

Son royaume ? Il possède un royaume ? Et le mien par essence ? C'est quoi ce shmilbic ?
Et avec un petit rire, il laissa sortir :

"T'en a de la chance : à moi, aucun agoraphobe ne m'a proposé de prendre le thé dans le royaume des trous noirs ; j'dois faire honte à la profession certainement et ils ne veulent pas entendre parler de moi. C'est pas que j'm'en plaigne remarque."

C'est vrai qu'on ne sait trop rien s'il y a d'autres agoraphobes. Peut-être, s'il y a d'autres hydrophobes, il doit bien en avoir d'autres, d'agoraphobes.
Je restais quelques secondes à réfléchir à ma phrase et je dis :

"C'est vrai que tu t'en plaigne pas mais bon, tu vois, t'aura peut-être l'occaz de rencontrer un autre agoraphobe. Moi, c'était de la chance que j'ai eu. Sinon, on en serait même pas là à en parler... Ouch !.."

Mon ventre en faisait des siennes. Fait chier.

"Aaaah... Enfin bref, ça m'avance en rien sur comment je ferai pour le retrouver c'te personne. Et si tu le veux bien, je pense qu'il faudrait qu'on se dépêche et qu'on ne tarde pas trop sur les lieux, au cas où ces chats cauchemars feront abstraction à nouveau de l'interdiction de notre... Sauveur."


J'avais hésité à le dire. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Peut-être que je n'aime pas être sauvé mais que ça m'arrange bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Dim 25 Sep 2011 - 19:56
Une mâchoire cassée annihilait très vite les réflexes corporels d’une personne qui en subissait la fracture : ainsi, quand Kala commença à lui répondre en reprenant ses termes au premier dégrée, le sourire ne vint pas sur les lèvres de Clem mais il était bien présent métaphoriquement parlant. Clem avait juste oublié que Kala prenait pas mal de chose tel qu’on les lui présentait et l’autodérision était un art de la rhétorique qui lui passait littéralement au dessus de la tête. Persifleur dans son état, Clem allait devoir prendre l’habitude de contrôler ses pulsions sociales s’ils voulaient tenir des conversations compréhensibles.

Donc par extension, quand Kala émit l’idée de quitter la zone proche de l’affrontement, Clem ravala la très bizarre réplique : « Kala, tu es en train de penser comme ils pensent que nous penserions », et fit dans la simplicité, histoire de paraître crédible et pour entendre par ses propres oreilles s’il n’était pas en train de dire des conneries.


« Ecoute Kala, je ne sais pas pour toi mais si… si des chats avaient l’intention d’ignorer comme tu dis l’interdiction de notre héros du jour ; ils nous attendraient là où la pluie n’a pas cours. Regarde les nuages, ils ne font même pas un kilomètre carré, on est pile en dessous et il n’y avait pas besoin de plus pour les faire fuir : Ils entreront pas tant que l’orage fera rage. Jeu de mot minable là… pas besoin de mâchoire cassée pour ne pas sourire à celle-ci. Pour eux, il est peut-être encore là tu vois ? C’est comme le cercle de farine mais en plus intimidant et en plus efficace. »

Là-dessus, Clem s’assit finalement au milieu de la chaussé avec un soupir de soulagement pour ses jambes définitivement et métaphoriquement grillées.

« Moi, je bouge pas, je peux plus faire un pas sans qu’on veuille me tuer dans cette zone alors je vais passer le reste de la nuit ici, peinard. Si on va dans un abri de fortune on risquerait bien de retrouver un de ses abrutis.

Clem prit donc le parti de l’immobilité totale et laissa dériver ses pensées, au moins tant qu’il ne bougerait pas, ses muscles ne risquaient pas de se plaindre non ? Tient d’ailleurs si la mémoire de Clem fonctionnait bien, son état dans le monde réel risquait bien d’être pire que celui-ci. Il espérait juste qu’ils auraient le temps de le mettre sous anti-douleur le temps qu’il se réveille.

Spoiler:
 

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Dim 25 Sep 2011 - 20:36
J'avais un peu mal à la tête, j'avais le tournis. Je n'arrivais pas trop à rester sur mes deux pieds. Je suis à deux doigts de chanceler. Merde, pourvu que cette nuit se finisse au plus vite.

"Ecoute Kala, je ne sais pas pour toi mais si… si des chats avaient l’intention d’ignorer comme tu dis l’interdiction de notre héros du jour ; ils nous attendraient là où la pluie n’a pas cours. Regarde les nuages, ils ne font même pas un kilomètre carré, on est pile en dessous et il n’y avait pas besoin de plus pour les faire fuir : Ils entreront pas tant que l’orage fera rage. Pour eux, il est peut-être encore là tu vois ? C’est comme le cercle de farine mais en plus intimidant et en plus efficace."

Merde, je ne me souvenais plus que j'étais aussi con. Va falloir améliorer l'intelligence et la rapidité d'esprit. Sinon, j'suis cuit.

"Nulle la rime."

"La ferme, toi."

Clem s'assit sur une chaussée et moi, je m’effondrais par terre, malgré la boue crée par les trombes d'eau toujours actives.

Tiens, juste pour voir, essayons d'absorber cette eau si je peux...

HMMMM !!!

Aaah... Non, je ne peux pas. L'eau que je contrôle ne peut pas être celle qui se trouve à l'extérieur mais à l'intérieur de mon corps. Cela aurait été bien si je pouvais l'absorber.

Et doucement, je sentis que j'étais en train de me réveiller. Enfin, cette nuit abominable touchait à sa fin. Super...

"Aïe !"

Ma sœur se trouvait au-dessus de ma tête et donna plusieurs coups à ma bosse que je m'avais faite pour me rendormir.

"Mais aïe ! Tu fais chier ! Dégage !"

Je me levais mais trop rapidement et mon sang n'avait pas eu le temps de bien remonter jusqu'en haut.

J'étais dans la cuisine et ma sœur était là, avec une tasse de café à la bouche.

"Ben attends, comment t'as fais pour avoir cette vilaine bosse... Et pourquoi t'es dans la cuisine ?!"

"Laisse, de toute façon, tu comprendrais pas."

"Raconte."

"Fout moi la paix, j'ai passé une sale nuit. Il est quelle heure ?"

"Déjà 9h30."

"Quoi ? Merde, j'ai raté le bus !"

"Tu le fais exprès ? On est dimanche."

Je repartis dans ma chambre, allant dans ma salle de bains en essayant de dégonfler cette fichue bosse. Sérieux, ça commence à m'énerver ces plans foireux à Dreamland. Le monde réel n'est pas comme ça donc essayons de trouver un point positif à ce monde de bizarreries...
M'ouais, j'en trouve pas.

Tant pis.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem] Aujourd'hui à 22:45
Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des Chats-